anipassion.com
Partagez|

[VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Robin Matthews
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 16/10/2009
▌MESSAGES : 6042
▌AGE DU PERSO : 32
▌ADRESSE : UC
▌CÉLÉBRITÉ : Chris Pine
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: [VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay' Jeu 24 Juil - 23:00

« Je le savais que je n'aurais pas dû passer par là... » murmura Reese à demi-voix tandis que les secouristes étaient en train de l’ausculter. Il ne se laissait pas toucher, il avait du mal, malgré la voix se voulant rassurante de son principal interlocuteur. Il était prostré, il avait mal partout et cela se voyait qu'il avait passé un mauvais quart d'heure, à la vue de ses pieds nus, de ses vêtements déchirés et de ses blessures. Il saignait du nez, il avait le visage boursouflé et il tremblait encore d'émoi. Son regard était complètement vide. Ce soir-là, il avait travaillé tard au fast-food et avait décidé de prendre un raccourci pour rentrer. Un raccourci qui lui avait été fatal. Il n'avait qu'une hâte, celle de dormir un bon coup et d'aller récupérer son fils chez la voisine dès la matinée entamée. Alors, jovial, il n'avait pas remarqué l'ombre qui le guettait dans la nuit. De toute façon, il était trop naïf et trop irrationnel à ce moment-là pour penser qu'il pourrait lui arriver quoi qu'il soit. Il n'avait aucun objet de valeur sur lui et il n'était pas une petit fille qui attirerait tous les vicelards du monde. Mais la main qui l'attirera de façon robuste en arrière le surprit tant qu'il se retrouva rapidement à terre, comme un simple sac. Il fut plaqué, un coup étant donné dans le torse, au niveau des côtes de façon insidieuse, il ne pouvait plus respirer. Il fut battu, très violemment. Reese ne comprit rien de ce qui était en train de lui arriver... Il suffoquait, il sentit la lame d'un couteau venir danser contre sa peau, par pure provocation tandis que ses vêtements lui avaient été arrachés. Il tenta de se tourner, de se lever, de fuir, mais rien à faire. La surprise et les coups avaient gagné contre la moindre chance de s'en sortir. Son cerveau ne réfléchissait plus et lorsque l'homme qui venait de lui faire tant de mal se laissa aller à toutes ses pulsions sexuelles sur son corps meurtri, plaquant sa bouche d'une main pour l'empêcher de hurler trop fort, Reese crut qu'il allait mourir. Il n'avait plus de force, il avait de plus en plus mal, l'autre ne s'adonnant pas à la douceur, loin de là. Il criait, des larmes roulaient le long de ses joues, mais personne ne pouvait l'entendre. Premièrement car les rues New-Yorkaises étaient vides en cette nuit d'été et de toute façon, ses hurlements étaient amoindris par son agresseur qui le tenait de toutes ses forces. Reese ne comprenait pas ce qui se passait : il avait juste l'impression d'être là, seul, à crever. Dans sa tête passèrent des images : celle de son neveu, à présent fils, et celle de Santiago. Comment lui expliquerait-on cela ? Ce crime dura tout au plus une vingtaine de minutes, mais pour notre ancien prêtre, cela parut une éternité, un temps infini. Si bien que lorsque son agresseur le lâcha pour se reprendre de son effort physique, reprendre sa respiration, Reese resta immobile contre le sol, avant de se décider à ramper sur quelques mètres. Ce fut ce moment que l'autre choisit pour se mettre à rire, attrapant sa proie par les cheveux. Ce fut l'unique instant où Reese croisa son regard, et put voir très furtivement le visage de cet homme si cruel. Le visage de notre jeune homme fut ensuite balancé contre le sol et blessé, il perdit connaissance.
Il était seul lorsqu'il ouvrit les yeux... La nuit était encore là, il ne pouvait pas bouger, il avait si mal, la douleur s'infiltrant dans le moindre de ses membres. Il restait juste là, incapable de parler, de faire quoi que ce soit. Cependant, en début de matinée, il fit un effort extrême pour relever son pantalon déchiré et le fermer. Comme pour cacher ce qui lui était arrivé... Il était là depuis des heures lorsqu'un homme faisant son jogging l'avait remarqué et prévenu les secours.

Il fallut énormément de temps et des médicaments aux secouristes pour enfin pouvoir prendre en charge Reese, qui était en piètre état, mais dont le pronostic vital n'était pas engagé. Il fut transféré à l'hôpital. Lorsque les médecins décidèrent qu'il était temps, les policiers purent venir le voir, lui parler. Il ne dit pas rand chose et nia l'évidence. « Je n'ai pas été violé... » déclarait-il sans cesse. Et de ce fait, il refusait le kit de viol. Il avait honte, il se sentait mal, il avait l'impression d'être devenu un paria. Il ne voulait pas parler, il refusait de communiquer, il refusait de se confier. Il était prostré dans son lit d'hôpital, serrant contre lui la couverture. On aurait dit un petit enfant complètement traumatisé. Reese espérait que sa famille ne soit pas au courant... Il voulait qu'on le laisse tranquille. Il ne voulait pas qu'on le voit dans cet état... Même Santy. Surtout Santy.
« Ecoutez... Calmez-vous. Un lieutenant de police va venir vous parler. Il faudra répondre à ses questions... Ce sera rapide. Appelez-moi si ça ne va pas... » déclara le médecin, qui prenait soin de lui depuis son arrivée dans le service. Mais ses paroles ne plaisaient pas à Reese... Il ne voulait pas pas parler de cela. Il ne voulait en parler à personne. Et lorsque la porte s'ouvrit sur le lieutenant en question, Reese ne put s'empêcher de se rouler encore davantage en boule, malgré la douleur. C'était Kaythlin... Et elle sembla choqué de le voir. Sans doute ne s'attendait-elle pas à cela... Il aurait aimé se cacher six pieds sous terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: [VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay' Ven 25 Juil - 4:12

© made by Islande



Reese & Kay'♥

Oh ma douce souffrance


Ma journée avait si bien commencé. J'étais en bonne forme, avais bien dormi, en gros tout allait pour le mieux. Mais hop, coup de fil du poste, un jeune homme, la trentaine avait été agressé et probablement abusé dans Central Park, la nuit passée... Je me rendis donc à l'hôpital, le moral quelque peu en baisse par la nouvelle. Ce n'est jamais agréable à entendre tout ça.
Déjà que j'étais mal à l'aise dans les hôpitaux, là je me sentais presque mal. J'allais à l'accueil et demandais poliment à une infirmière qui s'y trouvait où était la chambre que je cherchais. Elle eut un sourire gêné et leva son corps imposant de la chaise pour m'y amener elle-même. Elle m'expliquait avec gentillesse que le patient était un peu sous le choc et refusait de parler à qui que ce soit et que donc, je devais éviter de le brusquer. J'hochai doucement la tête de compréhension et frissonnai en pensant à la pauvre victime de cet enfoiré... Je me jurai de le retrouver et de le mettre en taule où il subirait sûrement les même traitements qu'il infligeait jusqu'à sa mort...
Lorsque j'entrai dans la chambre, gênée et que j'aperçus le patient. Je fus mortifiée... Il s'agissait de Reese... Celui que j'aimais comme mon frère, qui m'avait toujours soutenu. Je titubai dans bien que mal jusqu'au lit et m'assis sur le bord. Le jeune homme avait l'air aussi surpris que moi. Il évitai d'ailleurs soigneusement de croiser mon regard. Aussi m'abstins-je d'avoir ne serait-ce qu'un contact avec lui. Il valait mieux que j'évite de le toucher s'il ne l'avait pas décidé... Les victimes d'abus sexuels ne supportent plus vraiment les contacts, étant traumatisées. Je sentis les larmes me monter aux yeux et je ne pus les retenir. Je savais que je n'aurai jamais dû pleurer devant lui, mais c'était trop violent pour moi... Je mis ma main à plat, paume vers le haut près de la sienne. Il pouvait la saisir et je ne lui forçai pas la main.

"Reese... Je sais que tu n'en as pas du tout envie, mais si tu veux me parler, je suis là. Je vais retrouver le coupable et le punir sévèrement. Je te le promets..."

Je savais que cela n'aidait pas beaucoup mais je faisais vraiment de mon mieux. Et même s'il était évident qu'il n'en parlerait que lorsqu'il serait prêt, ce n'était pas faute d'avoir essayé. Je ne supportais pas le voir souffrir et j'étais prête à tout pour l'aider. A tout.

"S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire... Je t'en prie dis le moi. Je déteste te voir comme ça...

Je me sentais totalement impuissante, c'était horrible. Il n'avait pas l'air des plus heureux de me voir. En même temps je le comprenais, il ne voulait voir personne en ce moment...



Dernière édition par Kaythlin Swanson le Sam 26 Juil - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robin Matthews
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 16/10/2009
▌MESSAGES : 6042
▌AGE DU PERSO : 32
▌ADRESSE : UC
▌CÉLÉBRITÉ : Chris Pine
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: [VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay' Ven 25 Juil - 19:41

Reese ne regardait même pas son amie alors qu'elle venait d'entrer dans la pièce, doucement, pleine de sensations dans le fond de ses yeux. Elle avait l'air tout autant mortifiée que lui... il la sentait triste, craintive même. Il fuyait son regard et encore plus son contact. Pourquoi parmi tous les policiers de cette ville avait-il fallu qu'elle soit celle qui vienne s'occuper de sa déposition ? Il voulait qu'on le laisse tranquille et qu'on arrête toutes les questions que l'on pouvait poser sur son agression. Mais avec Kay, cette paix était impossible. Il savait qu'elle ne laisserait pas tomber. Elle ne le croirait pas lorsqu'il nierait l'évidence et elle ne le laissera certainement pas fuir la vérité. Mais voilà, Reese était trop honteux effrayé, carrément malade pour agir de façon sensée. Lorsqu'elle s'approcha et s'assit sur le lit, il ramena ses genoux vers son visage et tourna la tête dans la direction opposée à celle où se trouvait la demoiselle. Elle lui rappela la base de leur amitié. Ils se considéraient vraiment comme un frère et une sœur, ils avaient toujours été très proches, si bien que ce genre d'événement était encore plus difficile à vivre des deux côtés. Des larmes vinrent perler lentement des yeux de notre bientôt trentenaire.
« J'ai déjà tout dit à tes collègues. Il m'a tabassé, c'est tout. » répliqua-t-il à Kay, se cachant le visage dans les mains. Il aurait aimé lui dire de s'en aller, de le laisser tranquille, mais il ne pouvait plus lui parler. Non, il ne pouvait pas lui dire des choses aussi cruelles alors qu'elle était en train de lui affirmer qu'elle serait prête à tout pour lui. « Il n'y a pas besoin de kit de viol... Vous trouverez rien parce qu'il m'a pas violé. » rajouta-t-il de nouveau. Pourquoi refusait-il de porter plainte pour ce que l'on venait de lui faire subir de façon si cruelle ? A cause de sa honte, de sa peur. Il avait si peur de ce que penserait ses proches... De ce que penserait Kaythlin également. Et Santy... Considérerait-il cela comme une tromperie ?
Des images de son agression lui revenaient en mémoire, il devenait fou, il n'arrivait plus à se calmer, ses mains commençaient à trembler, tandis qu'il cachait sa tête dans ses genoux, pleurant comme un enfant. Même les calmants n'y avaient pas aidé. Malgré la perfusion de morphine, il avait mal au moindre geste, mais cette douleur n'était rien comparée à ce qu'il avait à l'esprit : une souffrance grandissante. Cet homme l'avait détruit, tout bonnement. Ce ne serait pas en quelques jours qu'il irait mieux. Physiquement, peut-être, mais psychologiquement, il faudra du temps avant qu'il s'en remette et certainement énormément de cauchemars. Il ne pouvait pas se défaire des images qu'il avait en tête. Il pleurait de plus en plus, les sanglots le prenant, les mains moites. Reese ne pouvait plus rien faire, il était complètement dans un autre monde. Il aimerait se jeter dans les bras de son amie, à ses côtés, pour qu'elle le rassure, mais il avait tout autant la crainte de la toucher, la crainte d'un contact... Pourtant ce serait la seule chose qui pourrait le calmer dans le moment présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: [VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay' Dim 27 Juil - 1:50

© made by Islande



Reese & Kay'♥

Oh ma douce souffrance


Reese niait. Et c'était la pire chose qu'il pouvait faire: ignorer ce Mal qui le rongeait petit à petit. Je devais agir mais je ne savais absolument pas quoi ou comment faire, l'impuissance à laquelle je faisais face me déchirait le coeur... Mais celui qui souffrait le plus était évidemment Reese. Il s'enfermait en lui même, refusant de se confier. Il était roulé en boule et évitais à tout prix mon regard, et ça faisait tellement mal de le voir comme ça. Il nia encore à deux reprises l'abus mais il fallait être aveugle ou juste ne pas vouloir le voir pour ne pas s'en rendre compte.

"Reese... Je t'en prie, laisse-moi t'aider. Ca ira, je t'aiderai je te le jure."

Il me répondit encore négativement. J'étais désespérée... Tout à coup je le vis commencer à pleurer, il était replié sur lui même. De grosses larmes coulaient le long de ses joues puis elles devinrent de violents sanglots. Ses mains étaient moites. Il avait l'air vraiment malade. Je constatais que son rythme cardiaque avait largement et violemment augmenté, je le constatais par le déchaînement du "bip" du cardiographe. Je le pris donc dans mes bras. Je tentais de le rassurer en lui murmurant de douces paroles, lui disant que j'étais là que je ne laisserai jamais personne lui faire du mal à nouveau... J'avais du mal à le calmer, vraiment. Je me surpris même à moi même pleurer, pourtant j'essayais de m'en empêcher. Je me sentais extrêmement concernée par l'horreur que Reese avait dû vivre et c'était stupide mais je m'en voulais de ne pas avoir été là pour lui dire de ne pas passer par là pour rentrer ou ne serait-ce que l'accompagner... Je savais pertinemment que je ne pouvais rien y faire mais je ne pouvais m'empêcher d'éprouver de la culpabilité. Foutue sensibilité.
Je haïssais de tout mon être l'homme qui avait fait ça, non pardon, le monstre*. Comment pouvait-on traiter quelqu'un de si adorable que Reese de la sorte... C'était inhumain. Un ancien prêtre, si gentil et doux... Je me promis d'attraper l'ordure responsable de cette ignominie et le lui faire payer très cher ce crime... Alertées par l'agitation du cardiographe, les infirmières lui injectèrent de la morphine pour le calmer. Puis elles me dirent qu'elle ne me laissaient encore que dix minutes avec lui au vu de sa fatigue. Je m'assis au bord du lit et le regarda dans le fond de ses grands yeux bleus. Attendant qu'il décide de me parler.

"Reese, tu n'as pas à t'en faire ni a avoir peur ou honte... Je vais m'occuper de ça, je te le promets... Je dois y aller, repose-toi bien. Je repasse demain. Je t'aime mon petit frère."

Je lui signifiais par là qu'il pouvait compter sur moi dans n'importe quelle situation... Je lâchais sa main, lui fit un sourire qui se voulait rassurant avant de sortir de la chambre, sous l'oeil attentif et plein de reproches des deux infirmières.  Je ne répondis rien et me rendis à mon appartement, plus inquiète que jamais pour mon ami...

Revenir en haut Aller en bas
Robin Matthews
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 16/10/2009
▌MESSAGES : 6042
▌AGE DU PERSO : 32
▌ADRESSE : UC
▌CÉLÉBRITÉ : Chris Pine
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: [VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay' Ven 22 Aoû - 22:36

Reese n'osait même pas regarder son amie dans les yeux tandis qu'il sentait la panique s'installer en lui. Après une agression si violente, il était normal qu'il soit dans tous ses états, mais le pire était le fait qu'il niait l'évidence. Jamais ils ne pourraient arrêter le coupable si le trentenaire ne se décidait pas à porter plainte et accepter de passer un kit de viol. Dans quelques heures, si on finissait par lui faire sa toilette -ce dont il rêvait passer dans le bain – il n'y aurait plus de traces que celles se trouvant sur les vêtements qu'il portait à ce moment. Il s'était replié sur lui-même et pleurait à chaudes larmes. Ce qu'il aimerait que Santy soit là, mais en même temps, il ne le voulait pas. Il avait si honte... Si honte qu'il serait capable de se donner la mort. Des pensées contradictoires ensevelissaient son esprit tourmenté. Il laissait les larmes couler le long de ses joues, comme un enfant... Tantôt il souhaitait se battre, tantôt son corps lourd et tabassé lui faisait comprendre qu'il n'en aurait jamais la force. Tantôt il avait envie de demander à son ami de l'aider et d'accepter le fait qu'il avait été violé, tantôt son moral se désagrégeait tant qu'il espérait pouvoir arrêter de respirer. D'ailleurs, l'électrocardiogramme qui se dessinait sur l'appareil à ses côtés commença à devenir particulièrement vertigineux, si bien que plusieurs infirmières pénétrèrent dans les lieux pour lui injecter des calmants. Le mélange de tous les médicaments qu'on lui avait fourni le rendait complètement patraque et c'était mieux ainsi. Il se relaxa, ses muscles se desserrant, son pouls retrouvant la normal. Les yeux encore ouverts, à fixer le plafond, il avait l'air d'un mort. C'était un peu ce qu'il était, au fond... Un mort-vivant.

Il ne voulait pas se plaindre, et il ne voulait plus se battre. Il se laissa aller à la sensation que la drogue donnait à son corps et son esprit. Kayth parlait. Elle disait qu'elle allait revenir le lendemain. Il tourna la tête plus que fébrilement dans sa direction. Son regard était vide de tout. Après la panique, il n'était plus qu'un légume overdosé de calmants et de morphine. Il ne répondait rien. Il aurait aimé lui dire qu'il l'aimait aussi, lui souhaiter bonne nuit, mais il n'était tout bonnement pas en état. Son esprit s'était envolé vers des sphères inconnues du monde qui l'entourait et connues de lui-seule. Bref, il était présent sans l'être. Ce fut donc dans le silence qu'il la regarda s'en aller. Elle lui avait tenu la main, le seul contact qui l'unissait encore au lieu où il se trouvait et le gardait connecté à la réalité. Si bien qu'après son absence, il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour que l'effet voulu des somnifères prennent le dessus. Morphée s'empara de lui et c'était légitime car il avait réellement besoin de repos. Mais combien de temps durerait donc son sommeil avant qu'il ne se réveille en sueur, du fait d'un cauchemar, ou en panique, revivant la scène à de multiples reprises ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: [VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay'

Revenir en haut Aller en bas

[VIOLENCE] Oh ma douce souffrance ♥ Kay'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Staten Island :: Richmond Medical Center-