Partagez|

✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Ven 29 Aoû - 10:39





Roméo  & Julian
Riverbank state park ice skating rink
Roméo se redressa dans sa petite chambre d’étudiant, le sueur peignait son front de son épaisse couche poisseuse. Malgré son optimisme fréquent, les expériences récentes qu’il avait vécu, lui donnait encore un goût amer dans la bouche. La solitude parfois s’emparait inlassablement de sa vie, ondoyant de froid ce qu’il avait toujours voulu préserver dans son caractère. Sa gorge était sèche, il cherchait sa bouteille d’eau sous son lit. Il se souvenait de la façon dont il courait dans les rues quand William lui avait annoncé qu’il le quittait pour retourner dans sa belle Angleterre, que tous les deux n’avaient été qu’une belle aventure. Il l’avait laissé à son triste sort dans la grosse pomme, acceptant les ordres précieux de son service secret. Ses jambes le torturaient alors qu’il courait, il voulait rejoindre Julian. Pourquoi il avait pensé à lui ? Pourquoi à ce moment là ? Alors que ses paupières étaient clauses encore quelques minutes plus tôt, il revivait chaque scène dans sa réalité dévastatrice. Quelle étrange coïncidence quand il vit le taxi avec lui et sa femme percuter un camion qui venait de griller un feu. Cette vision horrifique le poursuivait. Sa compagne avait été éjectée et lui avait été sauvé à temps. Il avait été témoin de cet odieux événement de la vie, prenant une claque en pleine figure. Comme si tout ce qu’il y avait de magique en ce monde s’effondrait. Il avait été là pour Julian, son enfant et aussi l’enterrement. Alors qu’il était dans le coma il lui avait parlé de nombreuses fois, lui racontant sa vie. Le bébé avait été confié à la famille de Julian, tant qu’il n’irait pas mieux. Le blondinet allait même jusqu’à lui lire des livres de conte. A aucun moment il ne l’avait abandonné. Lorsqu’il avait ouvert les yeux, le jeune homme était là, dormant dans un fauteuil roulé en boule comme un chat dans un carton. Il lui avait alors demandé qui il était. La stupéfaction c’était transcrit sur son visage. Tous deux s’étaient liés d’amitié, comment pouvait-il l’avoir oublié ? Chaque jour de sa vie depuis que Julian était sorti du coma, il essayait de braver cette amnésie, redonné chez cet homme chacun de ses souvenirs. Il avait aimé sa femme et il était désormais papa. Le blondinet ne sortait pas indemne de cet accident. Quelques magasines avaient évoqués l’accident, certain avait parlé de Roméo qui avait été très présent auprès de Julian. Il n’avait fourvoyé à aucun moment cet homme, la sincérité était un principe naturel, il n’avait pas envie de lui dissimuler des informations sur sa vie. Le blondinet avait été présent à l’enterrement de sa femme, Julian était encore dans le coma. Et en même temps à chaque fois qu’il lui en donnait une, il avait l’impression de planter un poignard dans le cœur de cet homme.

Il essuya la sueur sur son front. Combien de fois il verrait encore ce taxi se renverser, le bruit métallique, les vitres cassées, les cris, cette étrange vibration dans le creux de son ventre alors qu’il voyait le drame. Pourquoi cette coïncidence ? Pourquoi en était-il témoin ? Bien entendu, le jeune homme avait repris confiance en lui, sa joie de vivre ne le quittera jamais. Même si parfois la flamme qu’il avait en lui se réduisait à une minuscule étincelle, jamais elle ne s’éteindrait. Il avait réussi à s’arranger pour donner rendez-vous à Julian au Riverbank State Park Ice Skating Rink, il n’avait pas les moyens de réserver l’Aviator Sports où se déroulait les grands matchs de hockey. Mais soudoyer le gardien pour qu’il ouvre un jour de fermeture pour seulement deux hommes, c’était possible sur ce genre de patinoire. Elle ne valait pas celle du Rockeffeler Center en hiver, ni celle de City Pond prêt de Bryant Park. Il se disait que si Julian remontait sur des patins peut-être que quelques réflexes lui reviendrait. Il lui avait aussi fait la promesse d’être son professeur. Physiquement, il n’avait pas beaucoup changé, même s’il devait se refaire un peu les muscles. Ca restait l’homme charmant qu’il était. Il était différent. Chaque fois qu’il le pouvait, il faisait de la vie de Julian un pèlerinage pour l’aider.

Roméo avait un beau manteau avec de la fourrure dessus, un bonnet en forme de chat sur la tête et de magnifique patin à coté de lui. Parfois quand il voyait arriver Julian prêt de lui, un bon s’effectuait dans sa poitrine, lui rappelant leur rencontre. Il se promettait de l’emmener au Yankee Stadium. Beaucoup boirait un chocolat chaud dans ce genre d’endroit, mais le jeune élève infirmier était en train de manger une glace avec appétit. Il avait déboursé quelques pièces en chemin car il avait faim. Afin de bien faire sa surprise, il avait fait de belles flèches qui amèneraient d’abord Julian vers sa paire de patins et un second chemin qui l’emmènerait jusqu’à Roméo, déjà chaussé de ses lames, prêt à serpenter sur la glace. Allait-il bien le prendre ? C’était une jolie surprise. Il ne cacherait pas que depuis qu’il était célibataire et proche de Julian, il y avait eut une sorte de métamorphose de leur relation, sans qu’elle ne soit vraiment qualifiable. Le statut des deux amis restait confortable et rassurant. Pourtant parfois il était perdu et troublé par lui, sans vraiment que le joueur de hockey ne s’en rende compte. De la glace fondue recouvrait sa lèvre supérieure alors qu’il comptait de dévorer son goûter. La nourriture lui faisait oublier que quelqu’un approchait, suivant les flèches qu’il avait décoré et laissé partout.



BY .TITANIUMWAY



Dernière édition par Roméo A. Northman le Dim 14 Sep - 18:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 31 Aoû - 12:57

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Se remettre de cet accident, les médecins disaient que ça relevait du miracle... Avec autant de côtes cassés, le sang qu'il avait perdu et surtout le choc psychologique, ça aurait du le tuer, pas forcément sur le coup mais plus tard. Deux arrêts cardiaques, l'un sur les lieux de l'accident, l'autre lors de l'opération. Il ne se rappelait de rien et c'était terrible. Ses souvenirs étaient embrouillés. Il pensait que sa mère était toujours vivante. On lui avait dit que non, qu'il était marié... qu'il avait un fils... comment est-ce que c'était possible ? Lui un fils ? A son âge ? Il pensait n'avoir qu'une quinzaine d'années, on lui indiqua qu'il avait fait 23 ans... en juillet dernier ! Il ne savait pas comment prendre toutes ces nouvelles. Les gens lui racontaient sa vie et parfois pour essayer de ne pas paraitre idiot ou stupide, il faisait mine de se rappeler d'un événement... en se servant d'une publicité à la télévision par exemple. Oui il mentait, sans arrière pensée mauvaise. Depuis son réveil, les choses lui tombaient dessus au fur et à mesure. Les toubibs lui réapprirent à faire des gestes simples, à redevenir autonome, mais ils ne pouvaient pas faire grand chose pour le trou noir qui occupaient les dix dernières années dans sa tête. Absolument rien... Ca risquait de revenir un jour... peut-être... si un certain mécanisme se déclenchait. Il tentait de se protéger en inventant inconsciemment des souvenirs à l'aide de ce qu'il avait vu. Ses proches le savaient... et aucun ne tentait de démonter cela.

Julian avait l'impression de vivre une nouvelle vie, totalement différente. Il redécouvrait New York... où il y avait eu pas mal de travaux déjà. Difficile de reprendre le cours de se vie. Heureusement qu'il pouvait compter sur Katerina et sur Roméo. Il se passait quelque chose avec celui-ci d'ailleurs. Il ne savait pas vraiment quoi, mais il se rendait compte qu'en sa présence, il se sentait bien. Le jeune homme avait été là pour appeler les secours, il le lui avait raconté, sans trop entrer dans les détails, l'accident semblait l'avoir choqué. Et puis, il était revenu quotidiennement pour voir comment il allait. Pendant son coma, Monroe avait eu l'impression qu'il ne l'avait pas quitté. A son réveil pourtant, il ne le reconnut pas. Roméo lui détailla leur première rencontre, il fut déboussolé. Véritable moulin à paroles, Northman ne manqua pas de lui détailler sa vie, du moins ce qu'il en savait depuis leur rencontre. Depuis, Julian s'était attaché à ce garçon qu'il trouvait un peu étrange mais qui prenait soin de lui, avec une abnégation touchante. Il s'était surpris à ne pas être insensible à son charme, à son côté insouciant, rêveur, libre. Il avait un sourire tellement naturel, envoutant. Un regard vivant, où il pouvait sentir à la fois l'intelligence et la générosité. Quand il avait voulu marcher, Roméo lui servit d'appui. Et le pauvre, il avait bien failli tomber. Monroe avait perdu du poids mais il restait une armoire à glace et un poids mort les premiers jours. Après la marche, Roméo l'aida également à retrouver un train de vie quotidien. Julian avait hérité des biens de sa femme, de l'argent qu'elle avait économisé. Il retourna à l'appartement, redécouvrit les photos... hélas sans se rappeler de quoi que ce soit. Cette magnifique femme dans le cadre était son épouse, morte dans l'accident mais son visage ne lui disait rien...

Il s'en voulut de ne pas ressentir la moindre émotion face à cette tragédie... Il avait besoin de temps pour se pardonner cette indifférence... pour reprendre ses marques. Il avait recouvert le piano, parce qu'il ne savait pas en jouer et qu'il ne voulait plus qu'il prenne la poussière. Roméo avait été là lorsque le notaire était passé... pour lui faire signer des papiers importants. Il appréciait ce soutien, bien plus qu'on ne pouvait l'imaginer. Roméo était un ami, intime, son soutien, sa canne pour marcher. Quand il proposait une sortie, Julian acceptait, même s'il était fatigué et qu'il n'avait pas envie. Il voulait juste être avec lui parce que ça lui faisait du bien. Il oubliait ses déprimes passagères, ses désorientations quotidiennes... Lui qui connaissait New York comme sa poche, il fut contraint de demander son chemin à un passant pour savoir où se trouvait le Riverbank State Park Ice Skating Rink. L'homme le lui indiqua sur la carte de l'arrêt de bus et lui conseilla d'y aller en taxi, ce que Julian refusa catégoriquement, brutalement au désarroi de son interlocuteur. Il accéléra le pas pour s'y rendre à pied. Évidemment, il arriva en retard dans ce coin qu'il trouva paumé parce qu'il ne se rappelait plus y être déjà allé. Il entra, puisqu'il y avait des flèches... Il trouvait ce jeu amusant et intéressant. Quelle serait sa surprise à l'arrivée ? Il suivit le parcours mis en place par Roméo, non sans impatience. Il arriva enfin devant une paire de patins. Il fronça les sourcils. Il s'attendait à trouver Northman. Il prit la paire et la regarda... il savait patiner, déjà à l'époque il était doué pour ça. Et on lui avait dit qu'il était un hockeyeur professionnel. Mais il n'était pas certain que ça soit encore le cas... Il remarqua de nouvelles flèches qu'il suivit.

Il commençait à avoir froid... il ne savait pas que c'était une patinoire, il était venu en t-shirt et en jean. Ses poils clairs se hérissèrent sur ses bras. Il continua à avancer, en suivant les flèche. Au bout d'un petit parcours qui le fit s'impatienter, il vit enfin Roméo en face de lui. Il déglutit avec difficulté. Il le trouvait encore plus beau que d'habitude avec sa glace et sa lèvre légèrement souillée. Il marcha vers lui avec ses patins et lui dit, avec un petit sourire :

- Tu aurais du me dire que c'était une patinoire... j'aurais mis un pull... comment t'as su ma pointure ?


Il avait écarté légèrement les bras pour que le blond puisse s'y lover comme il aimait bien le faire. C'était un petit truc entre eux, même si souvent c'était Julian qui avait besoin de ça pour ne pas se sentir seul et perdu.

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 31 Aoû - 13:38





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink
Roméo savait se montrer mâture quand il le fallait, à petite dose. Il savait faire preuve de sang froid dans des situations difficiles, parfois impulsif mais il ne s’en rendait pas compte. Après sa rupture avec William, cet accident, sa vie avait été mise à sac, elle avait comme implosé le laissant seul, à affronter chacune de ses épreuves. Heureusement qu’il avait une amie en or. Même s’il avait le contact facile avec la nature humaine, on pouvait le voir comme un solitaire. Julian savait tout de son histoire, pendant les nombreuses heures où il avait joué à l’aide malade il n’avait cessé de parler, de William, de sa vie, du cirque et de son vagabondage. A chaque fois qu’il s’appuyait sur lui, il lui offrait le plus beau des sourires, constamment à lui offrir sa bonne humeur. Il avait conscience que Julian devait être un étranger dans sa propre vie, donc lui il avait été cette jeune personne qui lui avait tendue la main pour le réadapter. Parfois il avait l’impression de profiter de cette situation, or il n’avait pas demandé d’argent à Julian. Mais il adorait se réfugier dans ses bras, le toucher ou même le regarder. C’était un si bel homme et il avait eut une si belle femme. Dans sa tête de blondinet un peu excentrique, c’était logique, Julian aimait les femmes. William avait déjà un penchant pour les hommes à la base ce qui n’était pas le cas de cet accidenté. Lorsqu’il le vit arriver, tenant fermement sa paire de patin, un large sourire prit naissance sur ses lèvres. Il se redressa terminant sa glace. Julian arrivait et déjà qu’il se plaignait. Il n’avait pas été brutal, il connaissait les détails de l’accident et une bonne partie de son dossier médical. Pourquoi les médecins l’avait-il pris pour cette personne de confiance ? Sans même répondre, il se glissa dans ses bras et se pelotonna contre lui. Roméo posa sa joue contre le torse de cet homme, plaçant son oreille sur sa poitrine, juste au niveau de son cœur. Il lui suffisait de l’écouter pour se rendre compte que le monde tournait dans le bon sens. Le son était doux et régulier. «Si tu commençais par dire bonjour et que tu arrêtais de te plaindre.! » Il passa ses bras autour de lui, refermant l’étreinte. La première fois il l’avait sûrement surpris en le serrant ainsi contre lui. C’était Roméo, il agissait ainsi avec tout le monde. L’ancien hockeyeur était beaucoup plus grand que lui, sans parler de la masse que c’était. Ce qui fut différent par rapport aux autres fois, c’est qu’il ne se retira pas tout de suite. Il resta ainsi, il eut un petit soupir, il redressa son visage, inconsciemment il fixa ses lèvres, sûrement sculptées par un artiste italien de la renaissance. Sans parler de ce corps nait dans la roche en fusion. Pourquoi était-il de plus en plus troublé ? Etait-ce sa rencontre avec Julian qui avait été le départ de sa prise de distance avec William ? Il n’avait eut qu’un seul homme dans sa vie. Il s’extirpa des bras de cet homme, si réconfortant et confortable.

« Tout va bien ? »
C’était généralement sa première question. Il regarda son t-shirt, son jean. C’est vrai qu’il aurait peut-être dû un minimum prévenir. Il agita la tête en rigolant, les boucles blondes suivant le mouvement. Il retira son propre gilet et lui donna. Le jeune homme avait un pull en-dessous, assez moulant avec une tête de Donald dessus. Il prenait les fringues qu’il trouvait, il n’avait pas beaucoup d’argent, ayant ce grand esprit d’indépendance, il n’aimait pas qu’on l’aide. C’était le seul qu’il avait. Son gilet allait sûrement se tendre un peu sur Julian, il ne pourrait peut-être pas le fermer, ou ferait exploser quelques boutons qu’il n’aurait pas de mal à recoudre. « N’oublie pas je suis Russe, je sais ce que c’est d’avoir froid ! » Même si au fond il adorait la chaleur confortable d’un gros manteau, il se débrouillait pour s’inventer sa propre chaleur. Ses grands yeux verts, aux éclats dorés plongèrent dans les beaux yeux bleus de cet homme, il aimait se noyer dans les abimes de ce regard. Il posa une main sur la joue de Julian. « Aujourd’hui j’ai décidé de faire une petite activité lucrative ! On va se mettre sur la glace…et s’amuser voire si tu reprends des réflexes ! Puis je n’ai jamais fait de patin et je veux voir si ça me plait ! Ce sont tes patins, je les ais récupéré grâce à un de tes anciens équipiers ! » Il prit un petit regard coupable de tirer des bénéfices de cet exercice. Le médecin lui avait demandé de trouver des stimuli à sa mémoire. L'usure des patins, était à la hauteur du talent de cet homme. Peut-être avait-il besoin de se construire une nouvelle vie, afin de faire le deuil de sa mémoire. Il serait là c'était ce qui importait.

Roméo fit signe à ce qu’il mette ses patins, il se posa sur la glace, et n’osa pas avancer tant qu’il ne l’avait pas rejoins. « Je fais des études d’infirmier donc je pourrais te soigner si tu te casse un truc ! J’ai d’ailleurs eut un patient trop chiant hier, il m’a dit que j’avais un gros problème avec la communication et il doutait même que je sache faire des prises de sang ! T’imagine ? Mais bon, je me suis amusé quand même à tout faire bien ! » Parler le rassurait, le jeune stagiaire infirmier, effectué ses services au Richmond Hospital. Pour le moment il était planté là, haut de dix centimètres en plus, fixant la vaste étendue blanche devant lui. Roméo portait un jean bien usé par le temps, il avait même une éventration sous la fesse, et sans parler celle qu’il avait au genou droit. Mais le froid il s’en moquait c’était Julian sa priorité. « L’avantage c’était qu’il était beau ! Il avait des muscles partout tu aurais vu…je pense qu’il avait des soucis et pis voila ! » Il ne cherchait pas à rendre jaloux cet homme, juste à se convaincre que lui-même n’était pas intéressé. Le jeune russe avait le don de trouver des excuses aux personnes méchantes, cruelles ou négatives. Car son monde était conçu ainsi.



BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 31 Aoû - 17:11

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Depuis que Julian s'était réveillé, il constatait que Roméo était quelqu'un de tactile qui aimait le contact. Il pensait que c'était uniquement avec lui parce qu'il n'était pas en forme mais il le voyait agir avec d'autres personnes qu'il connaissait. Sociable, le blond ne rencontrait aucune difficulté pour sympathiser. Pas étonnant qu'ils aient apprécié leur première rencontre, dans ce... zut, où est-ce qu'il avait dit déjà... une pizzeria... sans doute. Oui, probablement... Est-ce que le jeune homme avait senti son coeur s'accélérer lorsqu'il se lova contre lui ? Monroe rougit légèrement. Chaque fois, ça lui faisait le même effet, comme s'il avait versé de l'eau chaude sur sa peau. Alors que l'étreinte durait plus longtemps, Julian ne fit rien pour la rompre. Quand il baissa les yeux pour croiser ceux de Roméo, elle eut envie de l'embrasser pour venir récupérer la glace fondue qui lui faisait une moustache assez drôle. Il n'en fit rien. Il ne voulait pas surinterpréter les actes de son ami. Il ne semblait pas le draguer ouvertement... même si cela ne lui aurait pas déplu. Il avançait le plus prudemment possible sur ce sentier tout nouveau et inexploré. Il avait eu une femme dont il ne se souvenait plus. Dans sa tête, il était toujours comme cet ado de 15 ans, puceau. Et pourtant l'existence de son fils venait lui prouver le contraire... Comment avait-il fait pour se marier, vivre heureux et combler Kathlyn ? Comment pouvait-il faire pour que Roméo connaisse cela lui aussi ? Roméo stoppa cette étreinte ce qui laissa Julian dans le trouble le plus absolu. Il lui demanda si tout allait bien. Devait-il lui parler de ce cauchemar redondant où il se voyait enfermé dans une cellule psychiatrique, entouré de voitures faisant hurler moteurs et klaxons ? Il finissait toujours se faire écraser... et il se réveillait en sueur, le coeur prêt à sortir de sa poitrine.

- Ca va... un peu fatigué... le voisin du dessous a fait du bruit, ça m'a réveillé.

Depuis son coma, il avait un sommeil anarchique et irrégulier. En plus des cauchemars, il faisait des crises d'insomnie. Il cherchait à se rappeler de choses. Il fouillait dans sa tête, pour les retrouver mais ça ne fonctionnait pas. Ca lui coupait parfois son sommeil également devenu très léger. Le moindre bruit le faisait ouvrir les yeux. S'il mentait à Roméo, ça n'était pas pour se couvrir de quoi que ce soit, plutôt pour ne pas l'inquiéter et pour se protéger un peu lui aussi. S'il lui racontait ses cauchemars, il allait s'y retrouver à l'asile... Il sourit lorsqu'il vit le t-shirt de Donald. Il n'y avait que lui pour porter ça ! Il enfila la veste bien trop petite pour lui. En plus de faire près de deux mètres, Julian était carré. Son squelette épais et sa musculature en faisaient un sportif né. Les médecins furent d'ailleurs formels, s'il avait survécu et récupéré pratiquement toutes ses capacités, c'était sans doute grâce à son excellente condition physique. D'ordinaire, il aurait refusé le vêtement par fierté et par bêtise, mais là, il devait admettre qu'il avait froid. Et puis, avoir l'odeur du blond sur lui lui plaisait bien ! Roméo ne se parfumait pas ou alors à de rares occasions. De façon naturelle, il avait un fumet digne d'un beau morceau de viande, enfin, sans comparaison quelconque. Un petit effluve d'homme à la fois naturel et distingué, qui traduisait sa simplicité. Il ne ferma par la veste, se contentant de la garder ouvert. Les manches lui arrivaient à la moitié de l'avant-bras et les épaules, presque sur le cou. Quand Roméo lui apprit que c'était ses propres patins, Julian eut un geste incontrôlé de la main et les fit tomber par terre. Il se pencha pour les ramasser et sans le regarder, il dit :

- Oui je les avais reconnus...

Il s'en voulut... mais ça avait fusé tout seul. Il ne voulait pas être désagréable et gêner Roméo sur le sujet. Celui-ci sembla passer au dessus de ce mensonge absolument pas crédible. Il n'avait pas du tout constaté qu'il s'agissait de ses patins. Ni qu'il avait des coéquipiers... Bon, Northman le lui avait dit, certains étaient même venus le voir à l'hôpital. Mais ce n'était pas évident de croire à tout cela quand on ne reconnaissait personne et que l'on ne se souvenait plus très bien des règles du hockey. Monroe se hâta d'enlever ses chaussures et de mettre lesdits patins. Et il écouta d'une oreille attentive son ami lui raconter sa journée. Il allait lui dire des mots réconfortants lorsque l'autre poursuivit avec une remarque maladroite, même s'il ne le savait pas. Beau ? Musclé ? Julian fronça les sourcils... deux émotions contradictoires passèrent en lui : la jalousie et la surprise. Pourquoi ne pouvait-il s'empêcher de se sentir vexé ? D'envier ce type qui pourtant avec l'air infect ? Pourquoi est-ce qu'il se sentait jaloux alors qu'ils étaient juste amis et rien de plus ? Pourquoi espérait-il avoir tort sur ce dernier point ? Patins solidement attachés, il se redressa et s'avança vers la patinoire, en se tordant une cheville. Les mots lui échappèrent :

- Beau mais visiblement con... son souci, c'est juste que c'est un parfait connard, c'est tout.

Le gros mot lui avait échappé, on sentait à son ton de voix qu'il avait un truc en travers de la gorge. Julian n'avait su masquer ses sentiments, ça, au moins ça n'avait pas changé. Il ajouta :

- Ne me dis pas que ce type était ton genre ? Il avait rien pour lui !

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 31 Aoû - 22:31





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo était une allégorie de l’innocence et de l’insouciance. En soit, il prenait tout le monde dans ses bras mais il n’écoutait que le cœur de Julian. Il ne se serrait pas avec autant de fermeté contre les autres personnes. En fait ce n’était pas une étreinte banale, il aimait venir se réfugier contre le colosse. Il représentait la sécurité et ça même s’il refusait de l’avouer à quiconque, Roméo adorait ce sentiment lorsqu’il était dans les bras d’un homme. Le blondinet avait eut cette impression que par ce bref instant visuel, il y avait eut comme une envie commune qui n’avait pas été assouvie. Il ne voulait pas faire dans la mauvaise interprétation. Roméo demanda de ses nouvelles tandis qu’il vérifiait que tout soit bien attaché à ses chevilles. Il avait emprunté les siens et ce n’était pas évident pour un homme de chausser un petit 39, il n’avait pas de grand pied, ce qui était une aide non négligeable pour grimper partout et bien placer son pied. Depuis que Julian c’était réveillé, il avait envie de panser chacune de ses blessures, adoucir chacun de ses malheurs et faire disparaitre sa peine. Julian avait gagné en maturité, il était un inconnu pour tous. Pourtant il savait que l’ancien Julian était encore là quelque part derrière ce regard bleuté. Il fut surpris quand il fit tomber ses patins, lui mentait-il ? Avait-il vraiment reconnu sa paire ? Ou le faisait-il pour ne pas lui faire de soucis supplémentaires ? Roméo se posait toujours beaucoup trop de questions. Il le laissait faire pour les mettre. Il n’avait pas envie de le contredire. La réalité n’était que séisme dans la vie de cet homme. Il n’aimait pas le mensonge, lui-même était incapable de se dissimuler. Il fit un sourire et un petit signe de tête pour bien faire saisir à Julian qu’il avait compris. Il avait envie de s’esclaffer devant l’accoutrement de Julian quand il avança vers lui avec sa démarche de canard et son gilet beaucoup trop court. Il faillit se lancer pour venir le rattraper quand il le vit se tordre la cheville.

Mais rien d’inquiétant, il n’était pas en reste, il conta sa journée, le patient qu’il avait eut. Par contre c’est la réaction qu’avait Julian. On aurait presque dit William quand il était contrarié. Il refusait de penser à lui, il n’y avait pas d’amour entre eux, il l’avait abandonné lâchement pour son métier. Il était trop vieux pour lui. En moins de trente secondes il avait entendu deux gros mots et il fit une énorme grimace. « Ce n’est pas bien ce que tu viens de dire ! On ne doit pas dire ça, si ça se peut il n’était pas bien et il a été mal traité petit ou je ne sais pas ! Parfois tu sais on n’est pas gentil car la vie nous a rendu méchant ! » Roméo était incapable de lui en vouloir pour la séance qu’il avait subis pour son examen. Lorsqu’il posa la question, il fut pris de court. « Mon genre ? De garçon ? Oui peut-être…en fait non ! William était parfois un peu grognon et tout ça, je veux un homme qui s’occupe un peu de moi ! » Il n’avait pas évoqué de physique. « Pis tu sais qui voudrait d’un petit gringalet blond qui croit encore au père Noël ? » Roméo n’avait jamais renié sa personnalité, il s’acceptait. Il s’avança vers Julian et avec beaucoup d’attention il lui prit la main pour se diriger vers la glace.

Doucement il fit une petite tentative, qui fut vaine puisqu’il se rattrapa à son bras, encore épais et musclé. La partie n’était pas gagnée d’avance. Roméo culpabilisait un peu. « Tu ne voulait peut-être pas faire ça ? » Il ne se sentait pas stable sur ses patins, il avait le sentiment indicible d’avoir été idiot d’organiser cette surprise. Il leva les yeux à nouveau vers lui, cherchant la confiance. « J’ai jamais fait de patin, j’aime être dans les airs pas sur des glaçons ! Toi tu sais mieux que moi tu devrais me montrer, vas y fait ton professeur…mais ne me lâche pas ! » Il réalisait qu’il avait confiance bien plus qu’il ne le pensait en Julian, il refusait d’admettre l’impensable. La première fois qu’il c’était rencontré, il avait été clair sur la question, il aimait les femmes et il avait même cru que l’acrobate amateur le draguait. Rien de tout ça. Et il avait connu sa femme, il avait vu son bébé. Qui pourrait croire qu’il pourrait s’intéresser à lui, l’hockeyeur devait penser à bien d’autres problèmes en ce moment. Cherchait-il à retrouver la mémoire ou acceptait-il la situation.

« Dis…ta mémoire, tes souvenirs, tu aimerais les avoir à nouveau ? Ou tu voudrais te lancer dans une nouvelle vie ? »
La voix était fluette, il avait baissé d’un ton, ce fut un petit murmure qui se répéta en écho contre la brique. Il avait pensé tout haut, mais Roméo voulait avoir la certitude qu’il l’aidait et qu’il ne faisait pas erreur à vouloir provoquer ainsi son esprit dans le déni. Son sourire c’était atténué.
BY .TITANIUMWAY


Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mar 2 Sep - 22:48

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Julian le reconnut au fond, sa réaction était disproportionnée. Il ne pouvait en vouloir à Roméo d'avoir trouvé un autre homme beau, c'était logique, d'autant plus qu'ils n'étaient pas ensemble ! Ils n'étaient que des amis. Mais quand même, il se sentait un peu blessé par ce qu'il avait dit. Vexé, et peut-être un peu désorienté... Quand Roméo chercha à lui trouver des excuses, le jeune homme hocha doucement la tête. Ok, il marquait un point... et il venait aussi de se flinguer. Deux gros mots dans la phrase, son ami n'avait pas apprécié cela. Il commençait mal... pourquoi il n'y avait pas de mode d'emploi des relations sociales ? Il se sentait perdu. Comment après avoir aimé une femme, partagé des années de vie avec elle, avoir fait un enfant, il pouvait se retrouver là, devant cette patinoire à ressentir quelque chose pour l'homme qui finalement lui avait sauvé la vie, même s'il ne s'en rappelait plus. Il eut un regain d'espoir inexplicable lorsqu'il parla de quelqu'un pour s'occuper de lui. Et il ne put s'empêcher de rire lorsqu'il lui annonça qu'il croyait encore au père Noël. Il ne se moquait pas, il trouvait ça mignon. S'il riait c'était davantage pour éviter de lui répondre que lui, il aurait bien voulu de ce pas si petit gringalet blond et au sourire toujours présent. Le "Moi" fut retenu à ses lèvres et le temps qu'il réfléchisse à ce qu'il pouvait répondre, Roméo enchaina en lui prenant la main. Il aimait ce contact, il le trouvait doux, rassurant. Les deux hommes se retrouvèrent sur la surface glacée.

Le contraste était frappant. Outre leurs tailles et leurs carrures, Julian ne semblait pas déséquilibré, bien au contraire. On aurait dit qu'il avait fait ça depuis qu'il était petit. Si ses réflexes et ses capacités étaient là, alors ça voulait dire que le reste aussi. Sa mémoire pouvait surgir à nouveau et lui permettre de comble cet énorme vide qu'il vivait au quotidien. Il sentait que Roméo était crispé à côté de lui. Il avait peur de tomber. Quand il tenta de se lancer seul, il manqua s'affaler. Tomber sur la glace, c'était douloureux, parce que la surface était dure, sans amorti. Alors que Roméo commençait à dire qu'il regrettait d'être ici, Julian répondit, naturellement :

- Si c'est avec toi je peux tout faire... Enfin... je veux dire que tu as eu une bonne idée... comme très souvent... Et si ça me plaisait pas, je te l'aurais dit... enfin je crois... je ne pense pas être hypocrite... en tout cas pas sur les années dont je me rappelle.  Je vais te montrer et je ne te lâcherai pas, promis. Par contre, je ne suis pas certain d'être le meilleur professeur, j'ai l'impression que je maîtrise mais je ne suis pas vraiment serein...


Il ne cachait pas son trouble. Oui, il avait fait du hockey, mais en six années d'entraînement intensif, il avait pu trouver des techniques de combat pour affronter la patinoire et s'en sortir sans rien se casser. Là, il doutait de ses capacités, puisqu'il ne se rappelait pas de tout le reste. Une autre question le désempara... Son regard se plaça dans celui de Roméo, juste à côté de lui. Une fois encore, l'envie de l'embrasser fut présente. Elle lui taillada le ventre. Mais il n'en fit rien, il détourna les yeux, en se grattant l'arrière du crâne. Voulait-il retrouver la mémoire ? Il ne connaissait pas vraiment la réponse. Vivre avec autant de vide n'était pas facile, il avait envie de se souvenir pour avoir une véritable identité. Mais il se rendait compte qu'il arrivait à vivre sans, que ce n'était qu'une question d'adaptation. Et si finalement, il s'en moquait de tout ça ? Pourquoi ne pas vivre en toute insouciance ? Il n'était pas dupe. Roméo l'avait amené ici pour l'aider à se rappeler. Sinon pourquoi avoir choisi une patinoire alors qu'il ne savait pas faire de patins à glace ? Il doutait que le jeune homme veuille se rendre ridicule pour lui. Encore moins qu'il envisage de perdre du temps avec lui pour finalement l'entendre dire qu'il se moquait de ce qu'il avait oublié. D'une voix qu'il voulait la plus sincère possible, Julian concéda :

- Je ne sais plus trop où j'en suis... j'ai l'impression de ne pas avoir vécu ma vie. Je croise des voisins qui me sourient mais je ne me souviens pas d'eux. J'ai des photos de gens, que je ne connais pas. J'ai cet appartement où on m'a raconté que je vivais heureux avec ma femme... dont je peine à me rappeler le prénom. J'ai un enfant... alors que je ne me sens pas prêt à en avoir un. C'est comme si j'étais encore adolescent... j'aimerais me rappeler pour me sentir moins idiot, pour avoir le sentiment que c'est ma vie et pas celle qu'on m'a raconté. Mais est-ce que je dois me souvenir à tout prix ? Je l'ignore... je crois que je vais laisser les choses venir. Je devrais être mort... si tu n'avais pas été là pour appeler les secours, je ne patinerais pas. Je ne t'ai jamais remercié pour ça... alors je le fais maintenant. Peu m'importe de retrouver la mémoire maintenant ou plus tard. Je sais que tu veux m'aider, ne te sens pas défait parce que rien ne vient... tu fais déjà tellement.

Il posa ses mains sur les hanches de Roméo et ajouta :

- Il faut que tu commences par te détendre si tu veux bien patiner. Tes gestes doivent être souples, fluides. Relax. D'un geste ferme mais précis, il avança sur la glace, doucement en tenant Roméo, placé derrière lui, tout près de son corps. Il espérait ne pas le gêner... même s'il appréciait sentir son odeur.

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mer 3 Sep - 0:23





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo était sur la glace, les genoux serrés et dans un état instable. La patinoire faisait partie de sa liste des expériences. Il avait enlacé le bras de cet homme, il ne pouvait pas lâcher, il était incapable d’être indépendant sur l’étendue glacée. Il y eut comme un éclair et pendant quelques secondes, il cru que Julian aller l’embrasser, sa gorge se serra, sa poitrine gonfla et son souffle se fractionna. Mais rien ne se passa. Il ne cessait de parler mais cet homme lui répondait, inlassablement il semblait patient avec lui. « La première fois que je t’ai vu, le Hockey était ta passion, ton bonheur, ta façon de vivre…j’avais envie de te la redonner ! Je voulais que tu revives ça, qu’on ne te prenne pas ce qui t’as rendu si heureux pendant des années ! » Il ne pouvait pas faire revivre sa femme oui lui redonner l’ensemble de sa mémoire mais il pouvait au moins lui redonner goût à ce sport d’hiver. Les mots étaient distincts, était-ce la parole d’un ami ? Avec lui il peut tout faire ? Ce n’était pas conseiller de lui tenir de tels propos, il avait les jambes encore plus en coton maintenant. Que cherchait-il à la fin ? Avant, il ne remarquait pas toutes les petites subtilités, il se donnait juste au maximum pour rendre la vie de cet homme plus confortable. Sauf que maintenant qu’il allait mieux, tout semblait se métamorphoser et ceci jusqu’à leur relation. « J’ai confiance en toi, je sais que tu vas t’en sortir, le patin c’est en toi ! » Il était sincère en prononçant cette phrase, il allait devoir apprendre à se faire confiance à nouveau. Pas besoin de combler ce vide, il devait admettre qu’il devait avancer avec handicap. Une question plus délicate fut posée et la réponse fut aussi longue qu’une tirade à la Roméo. Il fut stupéfait, d’habitude c’était lui qui avait un débit de parole, l’éloquence était un de ses nombreux talents. Il entendit les remerciements et il se mit à rougir. « Un jour j’ai lu que des fées étaient capables de réparer des blessures avec leur poudre ! Mais on m’a jamais dit où les trouver…mais si tu veux je vais essayer de chercher à nouveau, je suis certain qu’elles voudront t’aider pour que jamais plus tu ne souffre ! Une fée c’est altruiste, je crois qu’un jour j’en ait vu une mais je lui ait fait peur… !» Il eut un large sourire. Oui Roméo croyait dans un monde magique imaginaire, oui il pensait que Peter Pan était un personnage historique et oui il était capable de partir à la capture de fée. Lorsque les mains fermes se posèrent sur ses hanches, son cœur loupa un battement et un second lorsqu’il se rapprocha. Il écouta ses conseils, avançant avec énormément de prudence. Leurs corps s’effleuraient alors qu’ils étaient deux sur cette patinoire. La complicité entre les deux hommes était douce et immaculée. Comme si rien ne pouvait arriver en cet instant. Le blondinet n’avait plus de glace sur la lèvre inférieure et le bonheur se lisait sur son visage, comme chaque minute de sa vie. Parfois une forme de maturité refaisait surface chez Roméo et il se mit à conjecturer avec intelligence. « Je pense que tu devrais arrêter de pourchasser ton passé ! Je croyais que c’était bien…mais en fait ce que t’as besoin c’est d’un futur, de profiter de ce qui t’attends ! Si tes souvenirs reviennent…ça sera toujours des faits du passé, alors que là maintenant, tu as cette chance de te construire de nouveaux souvenirs ! » Il n’eut pas la prétention de dire que c’était avec lui qu’il les construisait. Il profita de cette proximité, brisant la distance entre eux. Ses pupilles dorés étincelaient, le vert de ses yeux semblait disparaitre. Son ventre se contracta, un sentiment d’allégresse prenait le dessus.

Roméo avait pris en assurance, même un petit peu de vitesse, ils entamaient leur second tour de piste, Julian avec son gilet trop grand et ce Donald au sourire trop large. Cette assurance, lui donnait du courage. « Le jour où je t’ai rencontré tu étais dans un état méchant ! Enfin, je ne sais pas comment on dit…en clair tu étais tout déchiré ! Et je t’ai dit que je t’ai trouvé beau…sans te draguer bien entendu, toi tu m’as tout de suite dit que tu aimais les femmes ! » Il se mit à rire en pensant à ce détail, il parlait avec un naturel déconcertant, il pensait ses mots mais il restait une allégorie de l’innocence, aucune arrière pensée ne venait pervertir ses déclarations spontanées. L’ancien vagabond fut un peu gêné, il s’entendit avec lui-même pour aller jusqu’au bout. « Aujourd’hui, là, maintenant…je te trouve encore plus beau ! Pas cette beauté superficielle comme mon patient d’hier…les muscles ça ne fait pas tout ! Mais juste beau de partout ! » C’était maladroit avec son petit accent qui appuyait chaque syllabe. Il avait juste eut envie de le dire. Ils entamèrent un virage plus serré, il paniqua, il appréhendait la chute et son premier réflexe fut de sauter dans les bras du géant. Non par peur, il n’avait pas peur en réalité. Il avait juste une excuse valable pour se trouver dans ses bras et retrouver ce sentiment de sécurité. Roméo n’avait peur de rien, le risque était sa drogue, son adrénaline. Il aimait expérimenter, aimer ou détester, réussir ou tomber pour se relever. Il avait peur que de deux phénomènes, l’orage et l’eau. Il avait de la chance qu’avant Julian ne soit pas nageur professionnel. « Désolé, j’ai cru que j’allais tomber ! » Pourtant, même si le danger semblait écarté, lui-même ne se retira pas. Son corps agissait comme un aimant, ça devenait incontrôlable.
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mer 10 Sep - 22:51

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Julian appréciait que Roméo présente de l'indulgence à son égard. Il ne le forçait pas à se rappeler des choses. Maintes fois, il lui avait raconté des éléments de son passé, du peu qu'il connaissait de lui, de son couple, de sa vie. Le jeune hockeyeur préférait rester silencieux, en essayant de retrouver des brides de ses souvenirs sans trop le montrer et sans paraître étranger à sa propre existence. Il avait cette pudeur et cette petite fierté qui le poussaient à se montrer effacé, à ne pas afficher cette faiblesse. Sauf avec Katerina et Roméo peut-être, à de très rares occasions. Il n'était pas sûr de vouloir revivre son passé surtout si celui-ci ne revenait que par parcelles. A quoi bon se torturer l'esprit avec des images ? Il ne pourrait pas revenir en arrière de toute façon. Sa femme et sa mère étaient mortes... Il avait un petit garçon, Nathan avec qui il se montrait maladroit, même si naturellement, il s'avérait être un bon père, attentif, protecteur. Ce signe était encourageant, cela voulait dire que son inconscient gardait trace de son vécu et que celui-ci pourrait réapparaître un jour. Les médecins trouvaient l'information positive, leur patient avait un avis plus mitigé. Il n'était pas certain de vouloir coûte que coûte revoir les images de l'accident ou d'autres évènements. Maintenant il devait aller de l'avant. Il évita son regard lorsque Roméo lui raconta l'anecdote de leur rencontre. Le jeune homme ne le draguait pas, en tout cas à cette époque. Il aurait préféré le contraire, cela lui aurait facilité les choses. Il fut partagé entre la déception et la honte. Alors qu'ils abordaient le virage de façon assez rapide, Roméo eut un geste brusque et se retrouva dans ses bras. Monroe manqua se ramasser sur la glace à cause de ça et aussi du compliment que lui glissa l'acrobate l'air de rien. Ils se retrouvèrent face à face. Le regard de Julian se perdit dans celui du blond. Il prit la parole, l'air troublé :

- Tu ne risques rien, je suis là. Je ne t'aurais pas laissé tomber. Je suis désolé si j'ai été abrupt. Je ne m'en rappelle pas mais je n'ai pas du être très aimable... pour que ça te marque de la sorte. Je te remercie pour le compliment mais je pense que tu exagères. Je suis pas dans mes meilleurs jours...

Il posa doucement Roméo sur le sol, non pas pour rompre le contact mais parce que ses bras lui faisaient encore un peu mal. Il avait été salement amoché lors de l'accident. Monroe lui tenait le bras comme pour le retenir de tomber s'il venait à paniquer à nouveau. Il fit un sourire timide et ajouta :

- On dirait que tu as vocation à me rafistoler quand il le faut... Je suis chanceux de t'avoir !

Il lui fit une accolade franche avant de le serrer un peu plus fort contre lui. Roméo avait son oreille contre son coeur et celui-ci battait assez vite. Il s'écarta légèrement et leurs regards se croisèrent à nouveau. L'estomac de Julian se noua, il se sentit submergé par une envie qu'il ne put retenir plus longtemps. Lentement il approcha sa tête, posa ses mains sur le visage de Roméo et il l'embrassa. Ce contact nouveau lui fit prendre conscience de toute la difficulté de ses sentiments. Il fut libéré d'un poids. Ses lèvres se retirèrent doucement et il murmura :

- Je n'ai pas envie de te perdre... si tu le veux, nous pouvons rester simplement des amis... je m'adapterais...

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Jeu 11 Sep - 0:38





Roméo  & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo n’avait jamais eut une image négative de cet homme, dans les faits, Roméo n’avait jamais une image négative de personne. Il avait trouvé une technique originale pour se retrouver dans les bras de cet homme, bien que ce soit de la triche. « Non tu as été vindicatif car tu étais contrarié mais vraiment c’était la situation ensuite on a bien parlé ! Je ne t’en veux pas ! » La rancune n’était pas un terme qui faisait partie de la personnalité du jeune homme. Sa réalité ne pouvait lui permettre d’en vouloir à quelqu’un. Il avait osé parler de ce qu’il avait pensé, trouvant des mots sincères, s’ouvrant un peu plus à l’ancien Hockeyeur. « Un bon jour ne te rendrais pas plus beau ! » Il souffla ces quelques mots, dans un murmure à peine audible. Il y avait le froid de la patinoire, les patins. Même si ses pieds avaient retrouvés la glace, ils étaient restés tellement proches. Un magnifique sourire naquit sur ses lèvres, éblouissant encore plus ses boucles blondes, il le maintenait toujours par le bras. Il ne su quoi répondre, Julian était-il vraiment chanceux ? De nouveau dans l’accolade de cet homme, son visage se réfugia contre son torse. Ses paupières se refermèrent tandis que son oreille écoutait le doux son de ce cœur au rythme inadapté. Le flux sanguin était bien trop prononcé. Ce cœur qui battait symbolise la vie. Et tout ce qui est en rapport avec la vie plaisait à Roméo. Comme il est délicieux d’écouter un cœur battre, celui de ce beau sportif avait sa propre musicalité, ce son si rassurant. Aussi rassurant que les bras qui l’entouraient. Lorsque sa joue se décolla de son torse, il fit une moue boudeuse. Mais Julian n’eut pas le temps de la percevoir car ses mains se verrouillèrent autour de son visage, ne lui laissant aucune échappatoire et ses lèvres se posèrent sur les siennes.  Les yeux verts de Roméo s’agrandirent sous l’effet de la surprise pour peu à peu se clôturer. Des papillons irradièrent son corps, c’était si délectable de se faire embrasser ainsi. Il se rendit compte que seul William l’avait embrassé jusqu’à aujourd’hui. Le baiser était chaste et en même temps il eut l’impression d’exploser. Cette partie si charnue du corps humain était scellé. Les deux hommes venaient de s’embrasser au beau milieu d’une patinoire.

Tandis qu’on lui retirait ce qui venait de l’enflammer de nouveau il fit une petite moue. C’est là qu’il prononça cette phrase, lui donnant le nouvel aspect d’une nouvelle forme de vérité. Julian avait eut une femme et lui était de sexe masculin. « Je suis un garçon ! » Il n’aurait jamais pensé qu’il pourrait dire ses mots, de nouveau se sentiment de confort le reprit, se trouver ainsi dans ses bras lui apportait une toute nouvelle confiance. Il n’était pas un garçon en tant que tel, il était un Roméo. « Tu embrasses drôlement bien ! Tu vois que tu te rappelle de truc que tu sais faire ! » Il posa ses mains sur son torse et il se pelotonna contre lui, il faisait frisquet. Il avait évité de répondre à la question, il avait peur qu’un jour Julian ne se réveille, se dise qu’il avait aimé Kathryn, ne se mette à la pleurer tout en l’abandonnant. Etait-ce possible ? Mais en même temps si aujourd’hui il l’embrassait c’est que dans son inconscient il devait lui plaire au moment de leur rencontre.

Il se serra plus fermement contre lui. Il se laissait un certain délai de réflexion. Et c’est là qu’il pensa à William, il avait fait le choix en aimant cet homme, car il l’avait aimé, qu’un jour il devrait partir. Peut-être qu’en décidant d’intégrer Julian dans sa vie, il faisait aussi le choix qu’un jour il retrouverait la mémoire. Et le jour où il l’avait rencontré, il c’était perdu dans ses deux grands yeux bleus. Il était prêt à payer le prix du bonheur car pour le bonheur le petit singe pourrait se donner corps et âme. Mais qu’avant que ce jour n’arrive, il avait ce hasardeux droit d’être heureux ensemble, de vivre passionnément. Si le colosse était capable de lire dans son esprit il y décèlerait toutes les étapes de sa réflexion. Il n’avait pas envie de lui répondre qu’il en avait envie. Alors afin d’accéder à sa demande, il se redressa sur la pointe de ses patins, les paumes de ses mains sur ses épaules, tout en faisant preuve de souplesse pour ne pas le faire tomber. L’angelot faisait un poids plume. Et il réussit à atteindre ses lèvres pour l’embrasser aussi, les paupières fermées sur le goût de cette bouche qu’il désirait. Le corps tremblant de cette fièvre soudaine, Julian était tellement plus jeune. Leurs baisers restaient chastes. Il retira ses lèvres quelques secondes. « Sache que je n’ai pas beaucoup d’expérience, tu vas être mon second petit copain ! » Il eut un petit éclat de rire, il était sous le charme d’un père veuf. Mais peu lui importait. Il ne pouvait rompre ce baiser plus longtemps, sa langue prédatrice alla la recherche de son adversaire, et doucement la trouva, pour venir avec envie se mêler avec elle. L’élève infirmier adorait le baiser à la française et il aimait aussi le faire durer. Il avait baissé sa garde. Même s’il n’osait pas le montrer, le jeune russe aimait être protégé, constamment. Il retira ses lèvres des siennes après ce baiser envoutant et langoureux. « Avant que tu ne regrette, saches que j’ai un passé complexe ! Que…j’ai appris des choses pas évidentes dernièrement, je peux pas tout raconter car…c’est difficile à dire, mais je veux te le dire quand même avant que tu ne pense que ce soit trop tard ! » Le regard toujours emprunt à la gaieté venait d’être traversé d’un nuage sombre, les deux yeux émeraudes aux éclats d’or représentaient aussi la blessure profonde d’un homme qui semble poser de plus en plus son ombre sur lui.

BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Ven 12 Sep - 0:24

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Julian s'était attendu à ce que Roméo lui fasse comprendre qu'il ne le draguait toujours pas, qu'il ne cherchait pas à être avec lui mais juste à préserver leur amitié. Il l'aurait compris... surtout après ce que le jeune homme venait de lui raconter. Quelques mois plus tôt, embrasser un homme aurait été inconcevable. Il était amoureux à 200% de Kathlyn, il ne vivait que pour elle et il savait qu'il aimait les femmes. La vérité, c'est qu'il avait trouvé la bonne, au moment opportun et qu'il ne s'était jamais posé de véritable question sur son orientation sexuelle. Il regardait les filles en essayant de trouver celle avec laquelle il pouvait fonder une famille, vivre heureux. Il lui était arrivé de trouver des garçons beaux, assez charmants mais il s'était gardé d'approfondir ce domaine, d'abord parce que son destin ne l'avait pas laissé essayer et ensuite parce qu'aucun homme n'avait réussi à susciter quelque chose de fort en lui. Julian restait un jeune homme romantique, il ne cherchait pas à sortir avec quelqu'un d'autre juste pour grossir son tableau de chasse. Il désirait une relation forte, fusionnelle, qui dure. Et finalement, homme ou femme, quelle importance ? Le principal c'était qu'il soit heureux et que la personne le soit aussi. Se découvrir bisexuel ne représentait pas quelque chose de facile, mais Monroe avait un avantage. Il reprenait sa vie, sans se rappeler d'une partie de son passé. Il se voyait avec une nouvelle chance de grandir, d'être heureux. Son corps avait parlé pour lui, en lui dictant d'embrasser Roméo avec tendresse et douceur. Quand celui-ci fit remarquer qu'il était un garçon, Julian hocha simplement la tête. Oui, il avait des sentiments pour un autre homme, un individu qu'il trouvait exceptionnel. Et alors ? Est-ce qu'il devait s'arrêter à ça ? Lorsque Roméo le complimenta sur sa façon d'embrasser, il rougit :

- Je ne me rappelle pas avoir déjà embrasser quelqu'un... même si je sais que ça m'est arrivé, parce qu'on me l'a dit... Je crois que tu exagères, je suis pas si doué que ça...

Il y était allé timidement, en se demandant dans quel pétrin il allait se mettre. L'appréhension passa aussi vite qu'elle était venue. Roméo se hissa sur la pointe des pieds pour lui rendre son baiser. Il affichait le bonheur sur son visage, comme si cet heureux dénouement l'égayait encore plus ! Le hockeyeur n'aurait pas cru cela possible. Petit copain ? Le mot le fit tiquer, dans le bon sens. Ainsi Roméo était d'accord pour laisser une chance à leur relation. Il aurait voulu lui dire combien il était heureux de l'apprendre mais il ne lui en laissa pas le temps. Northman l'embrassa à la française, avec la langue. Julian tenta de faire pareil mais il se montra maladroit au possible. Il n'était pas habitué à ça ! Plus maintenant ! Une chaleur se propagea dans son sang alors que son coeur se mit à battre plus fort. Roméo lui faisait un drôle d'effet. Il se sentait bien, prêt à l'embrasser à nouveau. Une lueur un peu sombre passa dans le regard de son nouveau et premier petit ami. Il écouta avec attention ce qu'il disait et relativisa :

- Tu n'es pas obligé de m'en parler si ça te fait du mal... je ne vais pas t'y contraindre. Si tu as besoin d'une oreille, je suis là, mais si tu préfères garder cela pour toi, je ne te jugerais pas. Ton passé complexe se mariera très bien avec le mien, dont je ne me souviens plus. Le plus important, c'est toi, ton bonheur. Ce qu'on a vécu avant, c'est une page que l'on a tourné... volontairement ou pas. On ne pourra pas revenir en arrière. Tu es mon premier petit ami... je sais que j'ai été marié mais je ne me rappelle de rien de tout ça... je ne sais même plus comment bien embrasser. J'ai fait un gosse, et je ne sais plus trop comment j'ai pu procéder, je veux dire à part les trucs qu'on m'a appris à l'école... Alors peu importe l'expérience que tu as, elle sera toujours plus importante que la mienne...

Il enleva la veste et la passa autour de Roméo. Il avait bien remarqué ses frissons et sa peau froide. Il se retrouvait lui en t-shirt mais comme il avait chaud à l'intérieur, il ne sentait pas les basses températures, du moins pas encore. Avec douceur, il passa une main sur la joue de Roméo et continua :

- Je pensais que tu m'enverrais bouler... je dois pas être le type que tu attendais... parfois j'ai l'impression que je suis un raté... ne pas arriver à me rappeler de ma propre vie, oublier certains éléments à cause de ma mémoire défaillante, avec ma maladresse... je ne sais pas ce qui peut t'attirer chez moi, je sais par contre que tu es quelqu'un d'exceptionnel. Je n'ai pas l'impression de te mériter...

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Ven 12 Sep - 12:22





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink La première réflexion de Roméo après ce baiser fut qu’il soit un garçon. Il avait connu Julian marié, heureux en ménage, vouant un véritable culte pour sa femme. Il se questionnait, l’angelot se demandait depuis combien de temps il avait cette attirance. Mais Roméo avait l’attitude de ne pas s’embarrasser avec des questions futiles et sans aucune importance. Leur rencontre était le fruit d’un hasard, que le blondinet ait été témoin de l’accident était une autre coïncidence. Qui aurait même pu dire qu’il se soit parlé un jour ? Et si Roméo était parti face à la mauvaise humeur de Julian lors de leur premier échange, il aurait pu le laisser dans son pétrin. Il le complimenta sur sa façon d’embrasser, la tendresse qu’il avait mit dans la pression contre ses lèvres et cette façon dont il avait eut d’enlacer son visage avec ses mains. Il savait s’y prendre. De nouveau il leva les yeux au ciel. Il aura tout entendu avec lui. « Y a pas besoin d’avoir embrassé des millions de fois pour savoir embrasser ! Ca vient, c’est instinctif… mais si tu veux on peut s’entrainer ? Autant de fois que tu le souhaite. » Le voir rougir était terriblement touchant surtout pour un homme du gabarit de Julian. Il alla l’embrasser de nouveau, beaucoup plus langoureusement, laissant sa langue se délayé avec sa jumelle. Ce fut extrêmement agréable et ceci même si cet homme semblait beaucoup plus se concentrer sur ce qu’il devait faire avec sa langue, ce qui amusa grandement le blondinet. Cependant avant que tout ne s’emballe et que tout ne devienne trop sérieux, il formula un avertissement, le voile sombre d’un passé trop lourd à porter venait de couvrir son regard. Même dans le monde enchanteur du petit singe il existait un enfer, il évitait de trop y mettre les pieds. Le fardeau de ses origines était difficile à porter, pourtant il le faisait sans rechigner, car il savait qu’il n’avait pas le choix. Cependant il avait fait le choix d’être heureux et de toujours avancer dans la vie et c’est ce qui le guide au jour le jour. « Un jour je t’en parlerait ! » Un peu ému, son accent se faisait plus prononcé. Roméo adorait son accent et refusait de le corriger, il le faisait par respect pour sa mère qui avait toujours aimé son pays. « Je ne veux pas tout gâcher par ça aujourd’hui ! » Il se confiera bien assez tôt sur la question, sur un père qui a la volonté de retrouver son fils. William faisait erreur sur les intentions du père, car ça n’est absolument pas pour ramener Roméo avec lui.

De nouveau il eut son gilet sur ses épaules, tandis qu’il passait une main sur sa joue, s’expliquant un peu sur ce qui l’avait conduit à l’embrasser. Les mots étaient aussi froids que la glace, beaucoup trop piquant. Doucement il se rapprocha de Julian et il posa ses mains sur ses paupières pour lui faire fermer les yeux, ne disant plus rien. « Tu es…quelqu’un d’incroyable ! Moi…je suis moi ! » Avec son ancien compagnon, il savait ce que c’était d’avoir cette impression de déséquilibre, de ne pas être à la hauteur. « N’ouvre pas les yeux ! Pas tout de suite… et ne triche pas ! » La voix du jeune homme était à peine audible, il susurrait. Ses doigts saisirent lentement la main de Julian, il trembla à nouveau mais non à cause du froid. Il avait besoin de se faire comprendre mais peu de mots pourraient définir ce qu’il ressentait en la présence de cet homme. Il souleva son t-shirt pour faire passer la main de l’ancien Hockeyeur en-dessous. Des frissons le parcoururent tandis qu’il allait placer la main juste sur la latitude de son organe vital. Son cœur avait un rythme effréné, il battait la mesure pour lui en ce moment même. Il laissa sa propre menotte sur la sienne, pendant quelques secondes avant de la laisser toute seule, laissant cet homme à ses propres interprétations. Il se rapprocha, le t-shirt relevé de quelques centimètres, elle était posé à même la peau. Roméo était imberbe et son corps était ponctué d’une multitude de tâche de rousseur. Il approcha ses lèvres de l’oreille de cet homme. « Si tu n’arrives pas à avoir confiance en toi, fais confiance à ce que tu ressens…laisse ton instinct reprendre le dessus ! Laisse-toi te convaincre que la vie vaux tellement plus que quelques souvenirs ! Tu as l’impression d’être un ado…alors prends cette chance de revivre toutes tes premières fois et d’en profiter à nouveau! » Il déposa ensuite ses lèvres contre sa joue. Laissant ses cils caresser aussi sa peau. Il ne pensait tomber sous le charme de quelqu’un aussi rapidement. Il devait admettre que sentir la large main de cet homme sur sa peau engageait en lui une passion renversante.

« Je me sens en sécurité avec toi, je me sens heureux, je me sens revivre…tu es tellement impressionnant ! » Il eut un léger tremblement, il avait oublié ce que c’était de se sentir bien avec quelqu’un, il alla déposer sa tête sur l’épaule de cet homme. Il se demandait s’il avait compris ce qu’il avait voulu dire.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 14 Sep - 11:42

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Julian n'était pas contre le fait de s'entraîner à embrasser... il savait déjà qu'il apprécierait énormément ces séances de perfectionnement plus que la décence ne l'aurait voulu. Il essayait de faire comme son ami, de ne pas trop se montrer intrusif. Il se concentrait sur ce qu'il pouvait lui apporter et non sur ce qu'il ressentait. Au fond, malgré ses muscles et sa carrure d'athlète, Monroe était stressé. Il sentait la pression lui nouer l'estomac. Que craignait-il ? Il avait déjà eu quelqu'un par le passé avec laquelle il avait procréé ! Sauf qu'aucun souvenir ne revenait sur ce sujet là ! Il avait beau chercher activement, il se retrouver comme cet ado de quinze, seize ans, encore un peu pubère dans sa tête et surtout toujours puceau. Car oui, malgré sa popularité élevée, son charme et son charisme, il n'avait jamais tenté la moindre initiative envers quelqu'un. Bien sûr, les potes en parlaient, de leurs expériences, en vantant leurs qualités, en déformant souvent la réalité. Lui, il gardait une certaine pudeur. Il n'était pas sûr de ce qu'il obtiendrait mais il voulait clairement une relation forte et stable. Ne pas s'offrir à n'importe qui, sans réfléchir aux lendemains. Cette inhibition le rendait coincé quand il ne connaissait pas la personne. Roméo ne pouvait rien y changer, ainsi fonctionnait l'homme qu'il avait sauvé. Taisant ses peurs, il fit tout pour avoir bonne figure. On sentait qu'il était sincère mais hésitant, pas sûr de lui du tout. Le blond finit par le remarquer. Quand il posa sa main sur ses paupières pour lui faire fermer les yeux, le hockeyeur fronça les sourcils. Il préférait garder un œil sur cet homme, pour essayer de mimer son attitude et ne pas être à côté de la plaque. Contraint à ne côtoyer que le néant et à se laisser guider par les mots de son partenaire, il se demanda quelles étaient ses intentions. Il ne tarda pas à le découvrir. Quand sa main épaisse se posa sur son torse lisse et doux, le rouge lui monta violemment aux joues.

Sa gorge s'assécha et il eut beaucoup de mal à déglutir. Il sentit cette peau, tiède, malgré le froid ambiant. Et ce coeur battre. Difficile de ne pas ouvrir les yeux. Sans qu'il ne puisse expliquer comment ni pourquoi, il sentit que la température ambiante avait augmenté d'une bonne dizaine de degrés. Julian laissa sa main, incapable de la bouger. Cette situation le paralyser. Comme un ado qui découvre pour la première fois qu'il en pince pour quelqu'un d'autre et qui se fait bousculer par la vie. Roméo le malmenait. Parce qu'avec une telle intensité, Julian avait bien du mal à garder des idées claires et surtout à ne pas réagir physiquement. Il finit par bredouiller :

- Tu... trembles...


Un simple constat. Il ne savait pas quoi dire de plus, tout se bousculait dans sa tête. Il bougea doucement sa main sur ce torse, pour la placer un peu plus bas, sur ses abdominaux finement dessinés. Le geste, semblable à une caresse était un peu maladroit. Julian avait ce gros défaut de s'emmêler quand il était nerveux. Il avait son visage collé à celui du blond et les yeux toujours fermés. Peut-être devait-il les ouvrir histoire de se sentir moins oppressé. Il releva ses paupières. Ils se trouvaient toujours sur la patinoire, faiblement éclairée. Sans s'en rendre compte, ils s'étaient rapprochés de la rambarde. Corps contre corps, il se dégageait d'eux une chaleur qui aurait faire fondre la glace. Un sentiment de gêne l'envahit lorsqu'il se rendit compte que son pantalon était sous pression. Il s'écarta un peu en repensant à ce que Roméo lui avait dit. Laisser son instinct prendre le dessus... mais là son instinct, il lui disait de faire quelque chose de pas catholique... devait-il vraiment s'abandonner à ça ? Il manqua glisser et se rattrapa à la rambarde, isolant Roméo entre lui et la bordure de la patinoire. Il se colla subitement à lui et l'embrassa à pleine bouche, mû par la passion. Sa main se mit à caresser longuement son torse, ses côtes. Un peu plus bas, son jean frottait contre celui du blond laissant témoigner de son excitation. Julian retira ses lèvres de quelques centimètres et il murmura :

- Regarde un peu l'effet que tu me fais... je suis désolé... je contrôle pas...

Pouvait-on lui reprocher d'écouter son corps ? Non, d'autant que ce genre de situation pouvait survenir n'importe quand même à des moments inopportuns. L'autre main de Julian passa aussi sous son t-shirt pour caresser ce torse qu'il n'avait pas vu, simplement touché mais qui l'attirait. Il n'y avait qu'eux ici... Monroe le savait et l'idée de se faire attraper l'émoustillait énormément.

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 14 Sep - 16:14





Roméo  & Julian
Riverbank state park ice skating rink Les deux hommes semblaient dans une phase de découverte, après ce baiser qui avait fait bondir leur relation dans un stade extrêmement inédit l’un comme pour l’autre. Il y avait ce mélange suave de passion qui se promenait dans l’atmosphère de la patinoire. Ils étaient désormais impliqué l’un envers l’autre. Le blondinet se retrouvait être celui qui avait de l’expérience, mais en réalité pas autant qu’il le voudrait. Ce n’était que son second coup de cœur dans sa vie et il n’avait que vingt et un an. Il avait été de lui-même chercher cette main, c’était lui qui avait demandé à Julian de fermer les yeux et encore lui qui avait été posé celle-ci contre son buste. Ce contact était si agréable. Lui qui avait des doigts fins, c’était impression de sentir les mains robustes de Julian contre lui. Alors qu’il avait eut l’espoir de juste lui faire effleurer du bout des doigts les battements cardiaques un peu rapides qui pressentaient un sentiment amoureux, le rythme s’accéléra d’autant plus au contact physique. Il manifestait une soudaine excitation, il voulait y aller doucement mais les actions s’enchainaient les unes après les autres. Il l’observait, Julian était aveugle et seul le toucher comptait. Il tremblait, même s’il n’avait pas froid, il y avait eut ce petit spasme incontrôlé. Lorsque la main investigatrice vint toucher son ventre ferme et dessiné, il ne pu réprimer ce petit soupir. Son ventre se contracta de ce toucher, même s’il fut maladroit. Roméo vivait sous le coup des émotions. Les deux hommes c’étaient beaucoup trop rapprochés et il n’était pas tellement d’humeur à interpréter. L’ardeur avait envahit leurs envies, pervertie leurs gestes. Le blondinet n’avait jamais compris pourquoi il y avait autant de Taboo autour de la sexualité. Le jeune homme se raccrocha à cet homme lorsqu'il manqua de glisser. Avoir des patins comme chaussure et subir ce genre d'émotion n'était pas recommandé. Se retrouver emprisonner dans ses bras était divin. Et lorsqu’il se retrouva plaquer contre le bord, emporté par les bras de cet homme qui venait se plaquer contre lui pour l’embrasser avec cette effervescence, il en fut totalement retourné. Que c’était plaisant et ça faisait longtemps. William lui avait fait découvrir les différentes nuances de la sexualité entre homme, faisant de lui son élève. Il refusait d’avoir le rôle de professeur, il avait envie d’avancer dans ce brouillard, de cette brume ardente faites de cette ingéniosité impulsive. Et même lorsque que contre lui il pu deviner cette envie qui déformait le pantalon de son nouveau petit ami, il n’en fut pas gêné au contraire, il en fut enchanté. Cela voulait dire qu’il était attiré par lui et qu’il semblait bien plus présent dans l’esprit cet homme.

Il avait adoré de la façon dont il l’avait plaqué contre lui, il avait glissé et c’était le déclencheur de chacune des réactions. Il ne voulait pas se défaire de ses lèvres, ni de sa bouche. Pourtant il semblait s’excuser de ce durcissement purement masculin. Un sourire coquin alors que les mains semblaient à l’encontre de ses excuses et venaient s’approprier son torse. Il ne pu s’empêcher de parler. « Pourquoi t’excuser ? Je vais même te faire un aveu…c’est une partie du corps d’un homme que j’adore ! » Oui, cet objet que certains semblaient répugnés à toucher ou même à déguster, lui-même le vénérait. Et ça lui faisait étrange d’en découvrir un tout nouveau. Il tira sur le t-shirt de Julian pour lui retirer et le mettre torse nu. Dans un geste rapide, il jeta le t-shirt sur un gradin dans un geste énergique. Lui-même transpirait sous son gilet. Roméo n’avait jamais pensé faire ça dans un lieu où toute personne ne pourrait débarquer à tout moment et découvrirait deux hommes aux prises avec leurs envies de jeunesse.

Oui ils étaient jeunes. A quoi bon attendre ? On lui avait toujours dit que l’attente était bénéfique, vu le niveau de tension érotique qu’il y avait entre eux, attendre serait la cause d’une bombe nucléaire. Et maintenant qu’il avait perçu ce qu’avait dans le pantalon de Julian, il n’en avait plus envie. Il alla l’embrasser tandis que sa main vint s’intercaler entre eux, il était bien trop curieux pour avoir de la tenue. Ses doigts se refermèrent sur la proéminence, tout en continuant de l’embrasser. Puis ses yeux ne purent s’arracher de ce torse parfaitement sculpté dans la braise. Cet homme avait un physique de dieu vivant, même s’il avait un peu perdu, il avait des pectoraux massifs. Même si le lieu était particulier, il n’en était pas moins idyllique, de la glace brillante, deux hommes amoureux emballés par les sentiments nouveaux. Il se touchait, se découvrait physiquement. La passion était tellement prononcée. Il ignorait totalement où tout ça allait les mener et il préférait laisser Julian mener la danse, ne restant pas inactif. Il avait toujours su apprécier les hommes entreprenants. Il le regarda, patientant, comme attendant un accord, un geste, il avait aussi besoin de se connecter visuellement avec ce beau regard bleuté. Après tout c’était lui son homme maintenant et il devait comprendre qu’il avait une forme de souveraineté sur son corps. Même si en cette heure son sang bouillonnait et alors qu’ils étaient dans une température inférieure à zéro. Finalement la patinoire réveillait en Julian des passions bien différentes à ce qu’avait visé à la base Roméo.

BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mar 16 Sep - 0:19

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Julian était mal à l'aise. Il savait que ce qui lui arrivait était naturel mais il n'aurait jamais pensé que ça se produise à ce moment là. Ils étaient au tout début de leur relation, là où ils se donnaient chacun des pistes pour mieux se connaître, pour vivre heureux ensemble. Et voilà qu'il était submergé par l'excitation. Au moins un truc qui marchait... Les médecins avaient longuement étudié les scanners, les IRM, pour tenter de déceler d'où venait son problème d'amnésie. Ils n'avaient rien trouvé de vraiment consistant. Des inflammations dans quelques zones cérébrales, très contenues et très légères. Selon eux, le coma et le choc avaient chacun été des facteurs importants d'autant plus aggravés par ses deux arrêts cardiaques. L'un de thérapeutes lui avait expliqué qu'il pouvait avoir perdu quelques aptitudes : la marche, la parole, la coordination... mais aussi la concentration, voire les réflexes sexuels. Monroe avait passé une batterie de tests complets visant à déterminer son handicap. Au niveau physique, il avait encore du mal à sauter et à avoir de bons réflexes. Rien d'insurmontable, les séances de kiné allaient l'aider. Au niveau psychologique, les toubibs étaient plus réservés. Et pour cause, l'humeur de Julian pouvait changer en quelques secondes entre la joie et le désarroi de ne plus être l'acteur de sa vie. Et puis niveau physiologique, il n'en avait parlé à personne mais l'impuissance avait été constaté. Pas de désir, pas de réaction quelconque à ce niveau. Voilà qui n'arrangeait pas son affaire mais dans la mesure où il était célibataire, il s'en moquait un peu. Jusqu'à aujourd'hui. Sans qu'il ne sache comment ni pourquoi, il se retrouvait avec une bosse à l'entrejambe, témoignage obscène de l'attirance qu'il éprouvait pour Roméo. Comment allait-il le prendre ? Ca faisait pervers, dégoutant peut-être...

Quand le blond lui retira son t-shirt, Julian parut surpris. Il ne s'attendait pas à ce qu'il réponde de la sorte. Il adorait peut-être cette partie du corps mais ils venaient juste de se déclarer ce qu'ils ressentaient ! Monroe eut l'impression de perdre le contrôle sur son corps quand la main de Roméo se fit plus baladeuse, caressant sa zone sensible. Il ne put s'empêcher de grogner doucement de plaisir et d'en rougir. Julian était un jeune homme différent des autres. Il était pudique. Ca ne le gênait pas de paraître torse nu devant des gens qu'il connaissait bien mais l'idée d'être en tenue d'Adam même devant un homme qui le badait des yeux, ça le dérangeait. Il angoissait. Et s'il ne lui plaisait pas ? S'il n'aimait pas ses défauts, pas si nombreux que ça, malgré le fait qu'il en ajoute toujours dans sa tête. Et puis... comment allait se passer le reste ? Etaient-ils prêts ? Tant de questions, auxquelles il ne trouva pas de réponses. Impossible de dire concrètement s'ils faisaient le bon choix. Leurs esprits étaient aveuglés par une passion dévorante. On aurait dit deux mèches prisonnières de flammes vivaces. D'habitude romantique et particulièrement attaché aux petites attentions, Julian ne se reconnut plus. Il avait très envie de l'homme en face de lui et il voulait le lui montrer, mais en affichant cette bosse, il faisait défaut à tous les codes qu'il s'était juré de respecter. Là où d'autres agissaient sans aucun scrupule, lui voulait que l'instant soit parfait. Malheureusement, il demandait trop... Et sa maladresse le rattrapa. Alors qu'il voulait embrasser Roméo langoureusement, il s'emmêla les patins et il tomba à la renverse, précipitant Roméo dans sa chute. Par miracle sa nuque s'arrêta à deux centimètres du sol. On aurait dit un poids mort sur la glace. Northman était au dessus de lui, il avait atteri sur ses muscles. Julian se redressa brusquement car la peau nue de son dos était entrée en contact avec la surface glacée et ils se cognèrent la tête.

- Aïe... pardon... je suis désolé...

Il se releva et aida Roméo à en faire autant. Pensant bien faire, il appuya son petit ami sur la petite porte qui permettait de sortir de la patinoire mais celle-ci était mal fermée. Lui qui pensait protéger le jeune homme d'une chute se sentit partir en avant cette fois. Northman tomba à plat dos sur le sol, heureusement pour lui, son manteau amorti le choc. Julian lui, tant de se rattraper mais ne puis se retenir. Il tomba lourdement sur le jeune blond lui coupant provisoirement le souffle. En l'espace d'une minute, la maladresse du hockeyeur avait semé la pagaille. Serrés l'un contre l'autre, à même le sol, à moitié sur la patinoire et à l'extérieur, ils se regardèrent.

- Vraiment désolé...

Il ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil vers son pantalon déformé. Leurs deux bassins étaient l'un contre l'autre. Julian croisa ensuite son regard et il agrippa doucement ses cheveux avant de venir l'embrasser avec passion, dévorant ses lèvres et sa langue. Ses deux mains soulevèrent le t-shirt de Roméo pour lui caresser le torse. Il écarta un peu ses lèvres et questionna, un peu comme un ado qui hésite avant de foncer :

- Je ne suis pas sûr de bien faire... je vais peut-être avoir besoin que tu me guides un peu... si tu es d'accord...


L'idée que son partenaire l'aide un peu le rassurait. Il ne savait même pas si Roméo voulait avoir le dessus ou pas, dans la relation qui s'annonçait. Sans s'en rendre compte, il donnait des petits coups de bassin, se frottant contre le blond.

- J'ai jamais fait... je veux dire... je l'ai fait... mais avant... je ne m'en rappelle pas... et puis je l'ai jamais fait, oui... avec un homme... C'est ridicule... à 24 balais...

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mar 16 Sep - 10:40





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Malgré les nombreux événements qui étaient arrivés à Julian, naissait en lui, en parallèle de ses sentiments, l’envie primaire de la sexualité. Il ne devait pas s’étonner de ce qui arrivait, la composition de l’humain était complexe, mais la sexualité avait toujours existé et c’était une envie qu’on avait du mal à réprimer. Le blondinet n’avait pas pu s’empêcher de dévoiler les muscles de cet homme, de retirer son t-shirt, de contempler le corps magnifique de son amant. Dans cette situation il devrait se sentir complexer. Son corps était mince et menu, il n’avait pas d’énormes muscles et n’était pas non plus très développé, même s’il était ferme et dessiné par endroit. Il n’avait pas pu résister, lorsque ce pantalon se mit à être plus ample que d’habitude, sa main alla directement à cet endroit pour caresser cet homme plus en profondeur. Il n’avait pas envie de culpabiliser, il n’avait jamais compris pourquoi le sexe créait chez l’homme ce sentiment de repentance ou de regret une fois réalisé ? Roméo était un jeune homme à la personnalité gourmande, il suffisait de le voir manger pour comprendre, il était donc logique que dans ce domaine il le soit tout autant. C’est à ce moment que Julian essaya de l’embrasser et tout se passa très vite, il tomba sur la glace emportant avec lui le corps mince de l’angelot, qui se mit à rebondir sur lui. Heureusement ses beaux muscles furent l’effet d’un joli matelas pour lui. Par chance il n’avait pas cogné sa tête, jusqu’à qu’il se relève et cette fois effectivement c’est un petit son de choc à peine audible, car leurs crânes s’entrechoquèrent. Le petit ange se mit à rire, car la situation était plus amusante que bouleversante, un rire innocent et non moqueur. Les désolés de Julian rythmaient l’enchainement de maladresse. Quand enfin ils furent debout, son petit ami tentant de le plaquer contre le portail, qui bien entendu ne résista pas à leur poids, n’étant pas fermé correctement. Et cette fois ce fut son beau sportif qui fut au-dessus de lui, son corps s’abattant sur le sol. Les jambes sur la glace, le buste en-dehors. L’expression tomber amoureux prenait tout son sens avec eux. Roméo était d’une nature maladroite aussi, il pouvait mettre dans des situations embarrassantes très rapidement, sans vraiment le chercher. Ca allait faire des étincelles entre eux. Même si tout avait été très vite, ça n’empêcha pas le colosse de l’embrasser à nouveau, l’attirant en agrippant sa tignasse dorée. Il se détendit au contact de ses lèvres et de sa langue, répondant avec extase à ce baiser. Les mains vinrent s’approprier de nouveau la propriété de sa peau, le caressant et activant de nouveau avec vigueur cette passion. Il l’écouta parler, tout en comprenant le malaise de Julian. C’est là qu’il comprit, lui-même ne connaissait rien au sexe, en fait il n’avait jamais même conçu qu’on pouvait faire ça dans son cerveau. Avant William il était dans son monde de Bisounours et c’était lui qui l’avait initié aux joies de la sexualité. Maintenant se retrouver en position du professeur, le gênait un peu. Car en matière d’érotisme il aimait que l’homme soit entreprenant, combien de fois William avait arrêté son bassin au niveau de son visage, ouvert sa braguette en réclamant son dû et lui avait répondu sur l’instant, car ça lui plaisait. Passif, ne voulait pas dire inactif dans un couple d’homme. Il se frottait à lui, donnait même de petits coups de bassin extrêmement agréables.

Quelque part, qu’ils aillent tout de suite sur cette étape était un bien, ils pouvaient déterminés s’ils avaient une compatibilité sexuelle ensemble. Roméo avait une petite idée et la patinoire était un endroit idyllique. Il s’extirpa de sous Julian et l’aida à se relever pour regagner la terre ferme. Il défit très rapidement ses patins, il se retrouva pieds nus et il s’approcha ensuite de cet homme torse nu. « D’abord tu vas arrêter avec désolé, dis toi que le sexe c’est génial quand deux personnes s’aiment ! Sache que tu es incroyablement sexy ! Mais y a plus qu’un corps derrière tout ça ! » Roméo était sérieux, même s’il adorait la passion et le sexe, jamais il ne s’enverrait en l’air, s’il n’aimait pas la personne. L'érotisme et la passion, aidait largement dans la complicité d'un couple. Cette fois Julian avec ses patins était un géant, il approcha son visage de ses pectoraux et il se mit à les embrasser et à donner de petits coups de langue dessus, il se mit à descendre le long de son ventre, s’arrêtant jusqu’à la frontière de cuir déterminée par sa ceinture et ensuite remonta le long pour venir l’embrasser. « On est pas obligé d’aller trop vite ! Il faut que tu te sentes à l’aise ! Ni trop loin si tu ne te sens pas ! N’hésite pas, je suis très ouvert d’esprit et je ne juge pas…et vu comme tu es beau, je dois t’avouer que ça te donne un avantage considérable ! » Il recommença le même chemin, se délectant de cette peau ferme, il vint même déposer un baiser sur cette barre dure qui exerçaient une pression dans ce jean devenu trop serré.

« On va commencer par un premier exercice ! Tu vas me déshabiller entièrement, tu vas caresser chaque partie de mon corps, les regarder et une fois que tu auras terminé, tu viendras embrasser la partie que tu préfères ! » Ce petit exercice dont il venait d’avoir l’idée, permettrait de déterminer ce qu’aimerait Julian, s’il préférait le devant de l’arrière. L’une des zones hétérogènes du jeune blondinet était son fessier, ça pouvait le rendre dingue quand il était manipulé comme il le fallait. Il pouvait au moins être fier de celui-ci, de jolies fesses rondes, parfaitement galbées et ferme comme il le fallait. En soit ce n’était pas trop complexe à réaliser. Si par mégarde Julian préférait le devant, ca allait compliquer un peu leur relation, le jeune homme aimait sentir un homme en lui et le contraire l’avait toujours mit dans une position étrange, ça lui arrivait mais ça ne lui semblait pas logique. Il pourrait toujours changer et faire un effort, car il tenait fermement à Julian. Roméo se sentait prêt à être nu devant lui, c’était une tenue qu’il adorait et il se demandait pourquoi on s’embarrassait de vêtement. Il était parfois un peu complexé par le nombre de tâches de rousseur qui constellaient son corps. Sa peau était blanche, porcelaine, même après des années à New York, il avait cette même peau un peu pâle. Il restait un garçon des pays de l’est. Son corps était totalement imberbe, il ne pouvait pas se vanter d’avoir une quantité de poils.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Sam 20 Sep - 21:43

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Le stress pouvait faire des ravages terribles chez un homme, surtout dans un moment comme celui là. Julian sentait que ça commençait à le bloquer. Il ne savait pas dire de quoi il avait peur. Faire le premier pas, sans doute, un grand saut en avant. Il partait avec une difficulté supplémentaire. Il était sportif, et comme tout jeune, dans les vestiaires, il lui arrivait de se comparer aux autres. Il gardait le souvenir d'un grand dadet, un peu niais, grand, maladroit, un peu brutal sans le vouloir. En gros, il se trouvait une ressemblance avec un éléphant dans un petit magasin de porcelaine. Et puis, c'était une chose de se comparer à d'autres hommes, c'en était une autre de vouloir développer une relation sérieuse avec l'un d'entre eux. Roméo était plus vieux, il avait probablement connu des expériences avant lui. Il se sentait perdant, persuadé qu'il ne parviendrait pas à le satisfaire, ni à lui plaire au final. Et s'il décidait d'aller de son côté devant le fiasco qui les attendait ? Quelle solution lui resterait-il ? A part retomber dans la solitude ? Il avait Katerina, Nathan, son fils mais la présence de Roméo dans sa vie lui semblait désormais indispensable, nécessaire à son bonheur. Son partenaire trouva les mots pour le rassurer. Ok, il n'avait pas à être désolé... ce n'était pas sa faute s'il avait chopé une érection... il ne pouvait pas choisir ni le lieu ni le moment. Il n'y pouvait rien non plus si jusqu'à présent le sexe était un monde inconnu, inexploré. Il eut du mal à l'admettre, mais le blond avait raison. Pas de jugement, pas de rejet... celui-ci aurait été manifesté bien avant. Quand il proposa son premier exercice, Monroe l'observa, le regard parcouru d'une lueur joueuse. Roméo n'avait pas eu besoin de plus pour à la fois capter son attention et calmer ses craintes. Le jeu suscitait la curiosité et les initiatives. La stratégie était la bonne !

- D'accord. Mais je sais déjà que je vais venir en embrasser plusieurs parties...

Il s'approcha de lui. Ce n'était pas du jeu. Julian était torse nu, alors que son ami, lui restait habillé, d'une façon un peu trop insolente. Il s'arrêta un instant pour enlever ses patins en quelques secondes, une vieille habitude qui était revenue comme ses talents sur la glace. En chaussettes, il fit quelques pas pour être près de Roméo. Sa démarche était silencieuse, difficile de croire qu'il avait une forte corpulence et un squelette épais. Délicatement, il enleva le haut de Roméo, pour le faire apparaitre torse nu. En voyant le nombre de tâches de rousseur, il fut impressionné. Il trouvait leur disposition splendide. Chacun était peinte comme une étoile sur son épiderme. Et cette myriade d'étoiles donnait l'impression de distinguer des milliers de galaxies. Sa main, un peu maladroite et tremblante, caressa son sternum, pour remonter doucement vers son cou. Il avait les doigts épais et longs, mais doux. Julian s'entretenait. Il ne s'en rappelait pas mais ça lui valait les taquineries de sa femme lorsqu'il se passait de la crème hydratante sur les mains et le visage. Il avait ce côté métrosexuel depuis le début de son adolescence, même si au départ, c'était pour s'éviter les boutons d'acné, pas vraiment grâcieux. Il était un homme moderne, sportif, à l'écoute de son corps et peut-être un peu "précieux" parfois. Il y avait de grandes chances que le blondinet apprécie autant que Kathlyn. Malgré le froid, Julian avait aussi les mains chaudes. Il posa la seconde sur le ventre de Roméo et pour caresser. Dans un mouvement un peu précipité, il caressa chaque parcelle de son torse et de son abdomen, le tout en silence. Il regardait ce corps qu'il trouvait parfait... musclé là où il fallait, fin, tout en grâce et surtout envoutant. Il sentit que Roméo frémissait lorsqu'il approchait les doigts de ses tétons. Comme si la zone était sensible. Il le nota dans un coin de sa tête. Son pantalon à lui était complètement déformé désormais et ça lui faisait mal... mais ils avaient un jeu à faire avant.

Julian caressa son cou, puis sa nuque et il se décala légèrement sur le côté. C'est là qu'il vit ce qui manqua lui couper le souffle... Roméro avait une magnifique chute de rein. Sa silhouette fine, ses courbes extrêmement bien dessinées provoquaient un léger creux dans le bas de son dos et la mise en relief de ses fesses. Il en apercevait la partie haute de là où il était. Il se mordit la lèvre sans s'en rendre compte. Il fit glisser sa main droite le long de sa colonne vertébrale, lentement, sensuellement. Il n'osa pas aller s'enfouir dans ce pantalon au début. Pouvait-il vraiment se permettre de s'infiltrer ainsi ? D'aller aussi loin ? Oui c'était un jeu, mais malgré ça, il ne voulait rien brusquer. Il plaça sa main au dessus du bouton de son jean mais sans le toucher, comme s'il attendait une autorisation. Timidement, il prononça ces quelques mots :

- Tu es magnifique... je fais tellement tâche à côté de toi... et balourd.

Julian était grand, bien bâti, sportif, charmant. Il ne voulait pas le croire. C'était quelqu'un de très humble et qui en conséquence avait toujours tendance à se dévaloriser... une erreur qui souvent poussait les gens mal intentionnés à se faufiler dans cette brèche pour semer le trouble dans son esprit. Heureusement, Roméo était bienveillant.  

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 21 Sep - 15:14





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo faisait beaucoup plus jeune que Julian, son partenaire avait deux ans ou trois ans de plus que lui. L’angelot venait seulement de souffler ses vingt et une bougie. Et pour son apparence plutôt juvénile, blonde avec ce manque cruel de pilosité, on lui donnait facilement quinze ou seize ans. Ce que le blondinet voulait instaurer c’était un climat érotique, un moment tendre, sans pour autant se lancer dans un acte concret si Julian ne se sentait pas prêt, ils étaient dans un moment de préparation, de caresse et de découverte. Et s’il avait soudainement instauré ce petit jeu où il restait totalement inactif, c’était justement pour que Julian puisse explorer. Il y avait eut ces baisers passionnés et fiévreux, cette complicité entre eux qui s’était développée de semaine en semaine. Le tout était de savoir en cet instant si le corps d’un homme pouvait lui plaire. C’est comme voir une friandise, la désirer, la vouloir et une fois qu’elle est avalée, se rendre compte que son goût est atroce. Le fait de souhaiter, ne voulait pas concrètement dire aimer. Il savait aussi qu’il était avec un homme qui avait aimé les femmes dans ses souvenirs perdus. William aussi était hétéro mais avait beaucoup expérimenté aussi avec les hommes, Roméo n’avait été que le premier dans une relation sérieuse. Ce petit jeu permettait aussi de lui donner de l’assurance, le rendre entreprenant et lorsqu’il lui fit l’aveu qu’il pourrait embrasser plusieurs parties. « Alors embrasse ce que tu veux…insiste même sur celle que tu aimes beaucoup beaucoup ! » Les patins étaient désormais retirés sur les deux hommes. Quand il s’approcha torse nu de lui, il y eut cette tension concupiscente, ils étaient dans une phase d’apprivoisement mutuel. Le gilet tomba et son t-shirt lui fut retiré. Un petit frisson glacé le recouvrit, faisant réagir sa peau. Désormais ils étaient tous deux torses nus. Roméo ne touchait pas du tout Julian, non qu’il n’en avait pas envie, c’était pour lui laisser la concentration sur ce qu’il touchait. Le jeune homme ne mit à rougir fortement, si fort qu’il cru que sa tête allait devenir un radiateur. Il avait chaud aux joues. Il y a deux parties de son corps dont on se moquait, il avait la peau d’un roux, donc ses tâches de rousseur avait reçu beaucoup trop de blagues et ses yeux qu’il recouvrait par des lunettes de soleil à l’extérieur. Les gens qu’il croisait étaient souvent surpris de croiser ce regard émeraude avec ses minuscules éclats d’or autour de l’iris. Sa mère l’appelait ses mini pépites, mais les enfants étaient parfois cruels entre eux. Généralement les remarques d’autrui ne l’atteignaient pas. Son optimisme faisait bouclier mais ça n’en retirait pas pour autant les complexes. Les mains de cet homme étaient douces et c’était vraiment appréciable au toucher. Roméo avait une peau de porcelaine, un peu fragile, qui bronzait difficilement. Comme toutes les personnes des pays de l’est, l’avantage était qu’elle était aussi satiné et délicat qu’un tissu précieux.

Lorsque la main plongea sur son torse pour remonter le long de son cou, il eut cette vague de vibration intérieur qui se transforma en tempête de volupté. A l’intérieur son corps et son cœur se réchauffèrent, prenant plaisir à recevoir cette caresse, lorsque la main se posa sur son ventre, ses yeux se fermèrent sous l’effet du désir. Finalement malgré la précipitation cet homme savait s’y prendre pour le toucher, la main sur son ventre le fit contracter de satisfaction. Sa respiration se fit plus longue, plus profonde. Les doigts et les mains étaient plaisants sur son buste, c’était des grandes mains saisissantes comme il les aimait. Il savourait ce moment. Roméo essayait de faire comprendre par ce petit jeu, que désormais du fait qu’ils étaient ensemble, Julian n’avait pas de limite pour le toucher, pas besoin d’autorisation, ni d’interdit. Sans rentrer dans une forme de propriété, il était à lui, quand il se décala sur le coté leurs torses s’effleurèrent un peu et lorsque cette descente intense le long de sa colonne vertébral fut entrepris, il eut un soupir lorsque l’extrémité des doigts arrivèrent sur sa chute de rein. Cette fois lui aussi était excité, cette fois son petit ami avait presqu’atteint une zone hétérogène de son corps. Son petit fessier, faisait tourné quelques têtes dans la rue, parfois William lui en faisait la remarque, se montrant un peu jaloux. Il n’avait pas pour habitude de se regarder le derrière, mais savoir qu’il plaisait, renforçait son égo. Même s’il n’était pas tellement un séducteur, il ne cherchait jamais à draguer. Par contre quand il avait quelqu’un dans sa vie, effectivement, il savait très bien mener la séduction et savait monter la température. Son épiderme était devenue sensible, chaque sensation était décuplé et enflammé. Son jean aussi eut le droit à la même déformation, mais vu ce que contenait le pantalon prêt à exploser de Julian, il ne faisait pas le poids. Jamais l’angelot n’avait été dans une compétition à ce niveau là et il n’avait jamais trouvé que ce qu’il avait entre les jambes étaient moches. Par contre, il aimait beaucoup cette bosse dans le pantalon de cet homme qu’il se permis encore une fois de regarder.

Une main sur son pantalon, encore des restrictions et des attentes. Il se montrait patient, ses oreilles n’apprécièrent pas les mots de Julian, il se hissa sur la pointe des pieds et pris son visage entre ses mains. « Jamais je ne veux entendre ça ! Tu es grand, canon…élégant et tu as cette étincelle qui me rend dingue et je me sens en…si protégé ! Alors non…tu ne fais pas tâche ! » Il en perdait ses mots, il était vraiment en admiration devant cet homme depuis qu’il l’avait rencontré. Roméo savait qu’ils allaient former un très beau couple entre le grand super bien bâtis et le petit blondinet au corps mince. Doucement afin de l’aider pour cette première manche, il posa sa main sur la sienne et la guida sur son bouton qu’il vint décrocher et il abaissa la glissière de sa fermeture éclaire. « Allez monsieur le sportif…il n’est plus le temps de jouer au timide ! » Il l’embrassa sur les lèvres pour l’inciter à continuer. En plus il l’avait aidé à faire une partie du chemin, même s’il n’était pas inactif dans un couple, Roméo caressait beaucoup, touchait, embrassait, mais il en restait peu entreprenant. C’était une première pour lui d’en faire autant. Son cœur cognait dans sa poitrine. La complicité sexuelle de leur couple allait se jouer dans quelques instants, lorsque Julian aura déterminé ce qui lui plaisait le plus chez un homme et Roméo n’avait jamais été très fin lorsqu’il était l’élément actif du couple. Ca serait plus difficile mais il y arriverait. Tout serait plus simple si en voyant les deux rondeurs bien fermes et imberbes qui composaient son petit derrière, Julian se mettait à en vouer un culte. Oui, Roméo aimait jouer au prince et adorait être aimé comme désiré.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 21 Sep - 17:18

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Comme à chaque fois qu'on le complimentait, Julian rougissait. Il n'aimait pas vraiment qu'on le mette en avant, àa le mettait mal à l'aise. Mais dans cette situation, les propos de Roméo le réconfortèrent un peu. Certes, il n'était pas le meilleur parti dans cette patinoire, Roméo avait bien plus de qualités que lui. Mais le petit coup de pouce au moral que lui donna son partenaire lui permit de se rendre compte qu'ils étaient seuls, rien qu'eux deux, dans un endroit grand et sans public. Ça craignait un peu d'ailleurs, de partir dans un ébat avec le risque que n'importe qui puisse les attraper. Ils n'avaient même pas remarqué les caméras de surveillance. Heureusement pour eux, ils se trouvaient dans un angle mort, à l'abri de tout espionnage et enregistrement. Julian n'aurait pas bien vécu l'idée de se retrouver observé par une personne qui pouvait tout aussi bien diffuser le film à grande échelle pour se faire de l'argent. Pas parce qu'il faisait cela avec un autre homme mais parce qu'on violait son intimité, sa pudeur. Roméo guida sa main, défit son bouton et baissa sa braguette. Les doigts de Julian effleurèrent son pubis, à travers son boxer. Il hésita, sa main tremblait légèrement. Allait-il oser toucher cet endroit ? Il n'avait pas remarqué la bosse de Roméo, trop concentré sur ce qu'il devait faire histoire de ne pas se planter. Ses doigts se posèrent sur sa partie pelvienne, caressant doucement la zone mais hésitants à s'aventurer plus loin. Il posa ses yeux dans les siens pour venir l'embrasser à nouveau. On sentait son stress, à la façon dont il respirait. Sa main descendit doucement effectuant une caresse sur cette zone si sensible. Julian tiqua légèrement lorsqu'il sentit que c'était plus dur qu'attendu. Il baissa les yeux et remarqua enfin que Northman était tout aussi excité que lui. Cela voulait dire qu'il appréciait ses caresses. Même si cela paraissait logique et absurde qu'il ne l'ait pas vu avant, Julian se sentit rassuré et plus sûr de lui. Il empoigna doucement cette bosse, faisant attention de ne pas lui faire mal.

Il se baissa légèrement pour embrasser le creux de son cou et sans s'en rendre compte, il lui fit un suçon... pile au milieu. Julian ne s'en rappelait pas, mais la première fois qu'il avait eu un rapport avec Kathlyn, il lui avait fait pareil ! Sauf qu'elle était beaucoup moins cool que l'acrobate et qu'elle avait fait la gueule ensuite. L'autre main de Julian caressa les hanches de Roméo, frôlant le haut de sa fesse gauche, couverte par ses vêtements. Ses yeux avaient une vue pleine et agréable sur sa chute de rein. Julian déglutit avec difficulté. La courbe de son dos semblait tellement harmonieuse, dessinée à la perfection, elle amenait à cette paire de fesses, de façon légèrement incurvé, comme s'il s'était agi d'une route, parant en descente avant de remonter fièrement vers un horizon inconnu. Qu'y avait-il ensuite ? Quel paysage sublime après cet eldorado de finesse ? Julian ne put retenir un soupir de désir, qui diffusa sur cette échine une souffle chaud salutaire. Il posa son autre main sur la hanche de Roméo. D'un petit geste encore un peu timide, il rapprocha leurs deux corps. Leurs bosses se touchaient désormais et les frottements légers mais réguliers ne firent que les émoustiller davantage. D'un même mouvement, Julian fit glisser ses paumes sur les fesses du blond. Ses doigts, lancés en avant garde, s’infiltrèrent sous le pantalon et le boxer. Une multitude d'informations arriva dans le cerveau de Julian. Le toucher lui indiquait que la peau de cette zone était encore plus douce qu'ailleurs. Sans poil. Il avait l'impression d'avoir un mannequin contre lui. Il ne pouvait s'empêcher de regarder, par dessus son épaule. Il adorait cette vue. A mesure qu'il descendait, ses pouces se chargeaient d'enlever les vêtements superflus, un peu comme deux voitures balais. Bientôt, Roméo se retrouva avec les fesses nus, exposées à la vision du hockeyeur.

Nouveau soupir d'aise... Roméo devait sentir qu'il bouillonnait. Son cœur battait à tout rompre et ses muscles s'étaient tendus eux aussi. Un peu plus bas, l'attirail de Julian se sentait très à l'étroit. Ses mains caressaient avec douceur cette zone, et de façon plus appuyée que le reste. Il hésita quelques instants avant de se lancer. Il serra légèrement ses doigts afin de tâter le galbe, de le pincer légèrement. Au milieu de ses deux collines, une route poursuivait son chemin. Elle semblait étroite, sombre. Un peu comme un Dieu l'aurait fait avec un vrai paysage, Julian écarta délicatement pour mieux voir ce qu'il avait en bas. Il s'en doutait, il n'était pas plus débile, mais il était à fond dans ce jeu de découverte. Et c'était la première fois qu'il s'aventurait ici. Il se risqua à glisser son index dans ce sillon dans un mouvement de caresse. Il sentit Roméo frémir et s'arrêta aussitôt. Gêné, il lui murmura :

- Désolé... je ne voulais pas te faire mal...

Il interprétait mal, normal puisqu'il n'était pas habitué à ce genre d'actes avec Roméo. Il avait les joues en feu et un peu vent de panique dans le regard. Ses hormones étaient totalement affolées et son esprit, perdu entre le désir brûlant qui le consumait et sa pudeur. Il fit remonter une main sur sa colonne vertébrale, dans une caresse un peu tremblante.

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Dim 21 Sep - 18:05





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo n’avait pas pour habitude de réfléchir autant lorsqu’il se laissait aller dans les bras d’un homme, même si jusqu’à maintenant il n’en avait eut qu’un seul. Il avait cette douce impression de se voir lors de sa première fois avec son premier compagnon, or il était curieux et c’était montré beaucoup plus vif, aussi extrêmement surpris des pratiques sexuelles. Peut-être qu’il se confierait sur ce propos, mais avant ses vingt ans, le jeune homme n’avait aucune idée de ce qui pouvait se passer dans un pantalon, ni même des hormones en croissance. Ayant perdu sa mère assez jeune et aucun point de référence, il n’avait jamais vraiment vécu cette période de découverte et son initiateur avait été William. Il avait été très à l’aise avec lui et c’est certainement pour ça qu’aujourd’hui, il était très ouvert sur la question, beaucoup moins pudique. Il l’embrassa et il se laissa aller, ses lèvres toujours aussi inspirées lorsqu’elles retrouvaient celles de Julian. Avec cette même lenteur, il se mit à caresser, et explorer des parties plus intimes.Sa respiration fut coupée lorsqu’il saisit cette bosse et encore plus lorsqu’il se mit à la masser dans un geste circulaire. Un flot continu d’émotion le saisissait, c’était si intense et cette fois il cru sombré dans l’inconnu dans la volupté. Jamais auparavant il n’avait eut cette puissante envie de faire l’amour avec quelqu’un. Parfois le blondinet aimait la fermeté, sans pour autant dans la violence. Le caractère un peu rustre et impatient de son ancien fiancé l’avait mené jusqu’à apprécié être pris ainsi et il aimait vraiment ça. Mais aujourd’hui c’était des préliminaires qui s’effectuaient en longueur, en extase, en envie, en incompréhension et en complicité naturelle. Le jeune homme relâcha ses poumons dans un long soupir, lorsque Julian marqua sa peau de ses lèvres, il aimait bien, c’était ce symbole qui indiquait que cet homme le désirait. Lorsque la main se fit plus aventurière approchant de cet endroit si sensible chez Roméo, tout son corps se détendit, ses muscles se relâchèrent tandis que sa peau devenait brûlante de cette fièvre confortable et vaporeuse. Cette fois il avait bien surpris le sportif à bien fixer cette partie de la carte. Il allait l’avoir à l’usure, sa maladresse et ses propres interdits, ne faisait que provoquer le désir tant attendu. Donc elle lui plaisait d’avantage que l’avant. Vu de la façon dont il avait rapidement délaissé son totem de chaire, il était clair qu’il préférait largement la vue arrière. Il ferma les yeux, se collant même tout contre lui lorsqu’enfin les mains furent entrées dans le boxer. Cette fois ce fut un soupir de soulagement. Cette patience et frustration positive avait été récompensée par les mains qui venaient recouvrir son derrière qui lui aussi contenait quelques grains de beauté.

Leurs bassins se frottaient toujours, la contraction au niveau de cet homme semblait si chaude et dure, qu’il avait l’impression que son jean allait céder sous la pression. Il réfugia sa tête contre son épaule, il pouvait entendre son cœur de là, il battait à l’unisson du sien, pourtant tous deux désordonnés dans leur battement, un tempo si rapide, et parfois ce petit battement qu’ils loupaient par une caresse plus profonde, réagissant en même temps. C’était donc une osmose entre eux. Les mains écartèrent les deux monts de douceur et vint chercher le fruit défendu. Un doigt se mit à avancer dans cette intimité. Cette fois il défaillit, tremblant et soupirant plus fort. Il s’arrêta, le laissant reprendre sa respiration. Il était vrai que ce petit tunnel menant au Paradis de la luxure, était particulièrement étroit et il l’était resté. Mais en fait, ça le dérangeait pas, car à chaque fois qu’il faisait l’amour, il était tellement détendu, qu’il aimait sentir le glaive majestueux de son guerrier se frayer un chemin dans cette bataille pour qu’en quelques coups il le rende ivre de son arme.

Encore un désolé, il secoua la tête, un brin amusé par la situation. Il vint l’embrasser pour interrompre ses supplications qui n’avaient pas lieu d’être. Il se retira doucement de ses bras pour bien marqué que ce n’était pas rejet. Il recula un peu, gardant ce contact visuel. Dans un geste extrêmement lent, il retira son boxer de ses chevilles et son pantalon, cette fois il n’y avait plus la contrainte des vêtements. Il revint se lover contre Julian et vint embrasser son torse, remontant son petit bout de langue le long de cette peau au goût de braise. Mais au lieu de venir poser ses lèvres sur celle de son compagnon de lui-même il pivota se mettant de dos, il mélangea ses doigts avec les siens et s’enveloppa dans ses bras musclés. L’angelot se mit à ronronner de contentement, car il avait eut un peu froid sur le moment. Son joli fessier vint se loger de lui-même contre l’arrondi du bassin de cet homme, appuyant d’avantage sur cette excroissance de tissu. Roméo était en mode allumeur, il avait envie de déchainer les foudres de passion en agissant ainsi et débloqué définitivement cet homme. En se montrant aussi aguicheur, il se disait qu’au moins le colosse n’avait pas besoin de frontière.

Il gardait ses doigts agrippés au siens et il fit remonter les mains sur son ventre. « Alors ? C’est comment d’essayer dans les Roméo ? » Même sans aller plus loin, se retrouver dans une telle position le fit fondre de tendresse, être ainsi blottit le plaçait dans un monde de velours, confortable et délectable. « Tu es le maitre du jeu Julian ! Il est temps pour toi de le comprendre…rien ne peux me faire mal ! » Il fit une petite pause. « Si par mégarde tu faisais vraiment un geste qui me dérange, je te le dirais clairement ! Si je te dis rien…laisse toi aller ! Je n’ai pas froid aux yeux. » Il le fera sans méchanceté, mais assez pour que Julian arrête. « J’ai jamais autant aimé des mains sur mon corps…surtout sur…mes…» Il lui fit un petit clin d’œil en tournant la tête, le blondinet n’avait généralement de dire les choses, même cru, mais le moment était tel, que les mots devaient être choisis pour ne pas faire retomber les flammes de cet envoutement. Ce qu’il aimait était que les mains de cet homme étaient si grandes et si puissantes qu’elle recouvrait presqu’entièrement son joli postérieur.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Lun 29 Sep - 0:02

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Julian était maladroit dans ses gestes, bien souvent. Le stress le rendait nerveux et lui faisait commettre des bêtises. Ils étaient tombés deux fois par sa faute. Quand Roméo frémit, il avait interprété ça comme une maladresse de sa part. Le blond ne se priva pas de le faire taire, avec un sourire. Ce n'était pas plus mal qu'il ne se rappelle pas de sa première fois. Il découvrait ainsi le langage du corps, les subtilités de communication avec Roméo lorsqu'ils s'adonnaient à un acte très intime. Mieux se connaître, tel était l'objectif de cette approche. Northman avait voulu qu'elle soit ainsi, qu'elle provoque une étincelle, un petit foyer entre eux, pour les réchauffer, les consumer lentement. Oui, mais... quand Roméo se déshabilla sous ses yeux, Julian se mordit la lèvre inférieure. Il se sentait véritablement à l'étroit désormais et ça lui faisait mal. Il releva les grains de beauté de son petit ami. Leur disposition, leur taille, certains auraient dit que c'était disgrâcieux, que ça gâchait le paysage. Pas le hockeyeur... Il appréciait même la façon dont ça avait été déposé, un peu anarchique, inattendue. Il aimait cela. Il n'eut guère le temps de se remettre de ses émotions. Roméo se plaqua contre son bassin, à la manière d'un animal qui venait chercher ses caresses, si on enlève toute connotation sexuelle. Un léger grognement s'échappa de la bouche à Julian, ce qui le fit rougir. Il se sentait plonger peu à peu dans cette ivresse de sentiments et d'émotions, incapable de se rattacher à un bord ou à quelque chose d'autre. Il sombrait dans la passion, et le petit foyer se transformait peu à peu en incendie vivace. De façon naturelle, il reposa ses mains sur cette paire de fesses qui comprimaient sa proéminence. Les frottements calculés et sensuels du blond le firent trembler de plaisir. Il se pencha légèrement en avant pour poser sa bouche sur sa nuque et l'embrasser. Il huma son odeur, ce petit parfum naturel qu'il ne connaissait pas. Un homme ça sentait aussi bon ou bien n'était-ce que lui spécifiquement ?

- Je ne suis maître de rien du tout... t'es en train de me mener à la baguette, dans tous les sens du terme... tu me rends dingue de toi...

Ses mains vinrent se placer sur ses obliques et d'un geste un peu plus ferme qu'auparavant, il plaqua son bassin contre le sien. Sa bouche vint pincer doucement le lobe de son oreille alors que sa main gauche descendit lentement vers l'intimité du blond. Elle effleura à plusieurs reprises cette zone. Julian stoppa ses baisers pour regarder par dessus l'épaule de son compagnon ce qu'il faisait. Ce n'était pas le moment de se foirer. Il devait y aller doucement pour ne pas lui faire mal. Il se mit à repenser aux après-midis en solitaire quand il avait seize ans. Le fait que tout le monde soit absent l'avait amené à se découvrir un petit peu. Il n'était pas du genre à regarder des films pour adultes bien que ça lui soit arrivé. Il préférait imaginer, avoir une histoire à côté pour ne pas voir ça juste comme une façon de se faire du bien et de partir sur autre chose. Alors il piquait les romans à l'eau de rose de sa mère pour les lire. L'érotisme était tellement plus agréable... Bon dans les bouquins, il ne disait pas comme faire l'amour à un homme... en général, le mec cherchait à avoir les faveurs d'une femme. Ce cliché hétérosexuel était tellement ridicule désormais. Julian se rendait compte que le désir pouvait frapper n'importe où, n'importe qui et sans s'enquiquiner d'une morale quelconque. Etait-il gay finalement ? Il se sentait un peu perdu et incapable de répondre à cette question. Vu comment il était excité à la vue de cet autre homme qu'il appréciait énormément, il devait reconnaître que ça n'était pas une conséquence de son coma. Il n'était pas fermé à cette expérience, plus maintenant, puisque Roméo l'avait mis en confiance et ne semblait pas se moquer de lui.

Sa main entra doucement en contact avec cette partie, durcie. Il hésita à resserrer ses doigts dessus pour la caresser. Cela ne manquait pas de vigueur. Il en fut le premier surpris. Et cela le mit en confiance davantage. Il rafermit légèrement sa prise alors que son autre main revint sur les fesses de Roméo. Les hormones aidant, il se montra moins timide et plus entreprenant puisqu'il fit glisser son index de ses lombaires à son sillon inter-fessier. Il n'était jamais allé dans cet endroit. A vrai dire, ça l'inquiétait un peu. Gamin il avait toujours détesté les suppositoires et le thermomètre ! Il trouvait ça douloureux. Il appréhendait un peu ce moment critique où il amènerait son arme, de taille bien différente à l'entrée de ce fourreau. En attendant, ladite arme commençait à le faire vraiment souffrir. Il cessa de caresser l'avant pour défaire sa ceinture, le bouton de son jean et descendre sa braguette. Son pantalon ne tarda pas à lui tomber aux pieds dévoilant ainsi un boxer tendu à tout rompre. Il se pencha légèrement en avant pour venir déposer de nouveaux baisers sur sa nuque. Il donna un petit coup de bassin pour venir se frotter contre les fesses de Roméo. Sa main libre vint se plaquer sur le torse du blond, qu'il caressa avec désir tandis que l'autre continuait sa besogne dans un mouvement un peu plus rapide et sur un rythme imprévisible. En voulant enlever son pantalon, Julian se prit les pieds dedans. Déséquilibré, il pencha dangereusement en avant, manquant s'affaler sur le sol et y plaquer Roméo violemment. Il essaya de faire mine de rien. Il avait rattrapé le coup in extremis. Il ôta à son tour son boxer, dévoilant sa nudité. Le défaut de Julian, c'est qu'il avait une tendance manique, il n'aimait pas voir le linge roulé en boule. Cette fois, ses pieds lui firent défaut à nouveau et il chuta sur le côté. Il aggripa le blond aux hanches, le griffant légèrement sans le vouloir. Il tomba assis sur un des sièges de gradins dans un grand fracas. Le blond lui tomba dessus. Il en eut le souffle coupé, non pas parce qu'il était lourd, mais parce que ses fesses étaient tombées sur ses parties intimes. Voilà qui aurait fait rire n'importe qui. Julian lui, était tout rouge de honte... D'autant qu'à la place de s'excuser, il demanda, après s'être assuré que Roméo n'ait pas eu mal :

- Tu as de quoi... se protéger ?

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Lun 29 Sep - 16:21





Roméo  & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo avait bien des dons, il était d’ailleurs étrange pour un être d’apparence aussi inoffensif et ingénue que lui puisse avoir ce talent pour éveiller la passion chez ses partenaires. Peut-être était-ce cette même innocence qui venait plonger dans ce désir ardent les hommes qui savaient l’aimer ? Ou tout simplement que même dans cet acte charnel il avait cette pureté indicative qui produisait chez l’être aimait cette envie ? Il n’avait aucune envie de débattre de façon philosophique de cette question. Les mains de cet homme sur son corps ne faisait que produire de longues tornades de frissons de volupté, ne faisant que rendre d’avantage sensible sa peau. La lente luxure s’insinuait en lui, l’accentuant par ses gestes calculés en retirant ses vêtements, la caresse du regard dans son dos. Jusqu’à qu’il vienne rechercher le contact, il avait été bien trop loin du corps de cet homme pendant trop longtemps. Le froid n’avait pas le temps de faire son emprise sur eux, car les mains de Julian se reposaient sur ses fesses pour finalement rejoindre son ventre. Les baisers sur sa nuque lui plaisait, la douceur des lèvres, faisait hérisser la base de ses cheveux. Qu’il aimait ce contact contre son postérieur, cette bosse si ferme qu’elle était sur le point de faire sauter les coutures du vêtement devenu trop serré. L’entendre parler ainsi ne fit qu’accentuer à nouveau son sourire, il ne pouvait rien répondre à cela. Uniquement qu’il aimait devenir la drogue d’un homme alors que lui-même devenait dépendant à ses bras. La bouche avait effleuré sa nuque avant ses paroles rassurantes et maintenant cette main qui venait jouer avec son sexe tendu. Il ferma les yeux, savourant la pression de son fessier rond qui épousait parfaitement le bassin de cet homme. Lorsque ses doigts enlacèrent la protubérance, il frémit à nouveau. La caresse était délicate, il le laissait faire, a aucun moment il n’avait à intervenir, il tenait le bras fixe alors que l’autre était en mouvement, il ne devait pas défaillir. La caresse était si douce, si chaude, ne faisant que faire durcir d’avantage ce membre déjà bien éveillé. Les dents sur son oreille provoquait en lui un émoi sans fondement, propre à la possession de son corps par l’exaltation. Le colosse savait être délicat avec lui et ça ne faisait qu'accroitre son respect pour lui.

Un jour lorsque leur complicité serait affirmée, peut-être que Julian viendra se confier sur ses lectures pour adulte et ses plaisirs d’après midi. Roméo lui n’avait jamais connu ça, car il ignorait tout du sexe jusqu’à son ancien compagnon. Il ne c’était jamais posé la question de ce qu’il avait entre les jambes, parfois quand il se réveillait c’était dur mais comme ça revenait mou ça n’avait pas d’importance. Lorsque son adolescence débutait il avait perdu sa mère et la fermeture du cirque ne l’avait que précipité d’avantage dans son monde merveilleux. Maintenant son univers ensoleillé contenait une nouvelle dimension, le plaisir était positif donc il ne pouvait que faire parti de son univers. Lorsqu’une main vint chercher un contact encore plus intime, venant insidieusement entrer en lui, il eut un long soupir qui comprima sa poitrine. Il entra en lui et se mit à le préparer, mais il pourra s’exercer avec son doigt, ça ne le fera que le détendre, le blondinet était du genre étroit. La caresse régulière prodiguée sur sa chaire tendue pris fin lorsque son petit ami décida d’ouvrir son pantalon, le cliquetis de la ceinture, un zip pour la braguette et un coup de bassin contre ses petites fesses qui étaient travaillés d’une main experte. Roméo se délectait totalement de cette passion dévorante, finalement son petit jeu avait beaucoup aidé.  Un petit bond en avant, la maladresse de Julian faisant surface dans cet instant complice. Bientôt il ne pu que ressentir l’extrémité chaude bondir de la dernière prison de tissu. Ce doigt en lui ne faisait que le rendre fou, il avait envie de son petit ami, envie de l’avoir en lui, qu’il lui démontre à coup de rein que c’était lui son homme et pas un autre. Roméo aimait qu’on se montre possessif avec lui, c’était comme si sa liberté était décuplée de savoir que quelqu’un l’aime, l’amour était libérateur dans son cas.

Mais tout se précipita, une griffe sur sa hanche et avant qu’il ne comprenne quoique ce soit, il était assis sur lui. Il le regarda droit dans les yeux, il le trouvait si beau. Un peu rouge, il caressa son torse, tandis qu’il lui posait une interrogation essentielle. C’est vrai qu’il n’avait pas tort. Il se mit à réfléchir, une marque rouge se dessinait sur sa hanche, nouvelle stigmate de leur première fois. Il alla se mettre au sol, cherchant son pantalon, débarrassant au passage celui de Julian, sa chute n’avait aidé d’aucune façon. Il plia les vêtements qu’il plaça sur un siège. Pendant quelques secondes l’érotisme était interrompu, il trouva son porte feuille avec un singe dessus, il en sortit un préservatif. Celui que tout le monde en cas d’extrême urgence. Roméo se disait que vu l’intensité de leur relation, ils devraient se dépêcher de faire des tests pour ne plus avoir cet entrave, il se redressa et se retrouva entre les cuisses de Julian, levant son trophée avec victoire. C’est là que face à son regard fièrement dressé, l’engin de son homme. Il se mordit la lèvre, il était superbe. Cette fois on pouvait y lire cette envie dans son regard, il se mordit la lèvre, il était bien tenté d’y goûter au passage, mais vu dans l’état où était cet homme, il n’avait pas envie de trop jouer pour ne pas mettre un terme trop rapidement à leur ébat. Malgré tout, il avait des yeux teinté de lubricité, de cette lumière révélatrice face à une relique tant convoitée. Malgré tout sa main se posa dessus, du bout des doigts il caressa de l’extrémité jusqu’aux jolies bourses sur laquelle elle reposait. Il avait envie de déguster l’ensemble. Mais Julian connaitrait ses talents buccaux plus tard. Il arracha avec ses dents l’emballage brillant du préservatif, il le prit, le plaça et l’enroula sur le membre dans toute sa splendeur, il avait envie que Julian choisisse la position qu’il lui plaise. Assis, ou il pouvait mettre Roméo allongé sur le dos, placé entre ses cuisses, ou encore le mettre sur ses genoux et ses coudes, pour le placer dans cette position à quatre pattes. Il était libre, cependant avant que tout commence, il alla embrasser son ventre, remontant le long de son torse, agissant aussi de sa langue sur son passage sur cette peau délicieusement chaude. Il alla ensuite l’embrasser langoureusement, lui démontrant l’épreuve de ses sentiments, que ce n’était pas uniquement sexuel, pas juste une partie de jambe en l’air entre eux. Au fond, il espérait que ce soit le bon cette fois et que Julian n’allait pas jouer avec lui. Qu’il soit gay ? Quelle importance ? Le plus important n’est pas que son cœur ne batte uniquement pour cet angelot ? « J’ai envie de toi, en moi ! » Cette fois le message était devenu limpide, il ne tiendrait pas encore longtemps, l’index de son homme l’avait mit en condition, bien que le passage resterait particulièrement exigu par rapport à la taille de l’épée de chaire de son guerrier totalement nu.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mar 30 Sep - 22:11

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

En voyant la griffure sur la hanche de Roméo, Julian resta silencieux et légèrement honteux. Il se détestait lorsqu'il faisait preuve de sa maladresse. Le pire c'est que ça lui arrivait toujours au moment où il ne fallait pas, pour bien le mettre mal à l'aise. Il l'avait oublié, mais sur le terrain pourtant, pendant les matchs de hockey, il était éblouissant d'habileté. C'était probablement le seul endroit où il se montrait parfaitement adroit. Peut-être parce qu'il faisait ça depuis qu'il était gosse et que la glace était son élément. Avant l'accident, il était l'un de meilleurs espoirs de sa génération, jeune, dynamique, malin, insaisissable. Désormais, il devait composer avec un état de santé encore un peu fragile, outre ses migraines et ses insomnies, il avait aussi des pertes d'équilibre, des vertiges et des douleurs dans certaines parties de son corps. Il était rafistolé, les médecins le lui avaient dit, il devait se ménager pour l'instant, éviter les folies. Est-ce que ça incluait le fait de ne pas céder au plaisir charnel ? Julian respectait les consignes qu'on lui avait donné à l'hôpital... après tout il l'avait promis. Mais si quelque chose pouvait bien lui faire rompre et oublier sa promesse c'était Roméo. Le blond se détacha de lui pour se mettre à chercher parmi les affaires le fameux sésame. Et il en profita aussi pour plier le linge, ce qui pour Monroe eut un effet plus que positif. Il détestait le désordre... et à la façon anarchique dont ils avaient éparpillé leurs vêtements, ça lui trottait dans la tête depuis plusieurs minutes. Il avait réprimé une envie de tout laisser en pause pour ranger. Finalement et contre toute attente, ce fut son petit ami qui s'en chargea. Il le fit sans qu'il ne le lui demande, comme s'il avait senti le trouble que ça générait dans l'esprit du sportif. On aurait pu penser que cette pause serait "salutaire" et qu'elle calmerait ses ardeurs... Il n'en fut rien. Julian le regarda faire, ne pouvait s'empêcher de contempler cette paire de fesses.

Il trouvait le corps de Roméo parfait. Chacun de ses mouvements était agile, grâcieux. Il avait une carrure plus fine que la sienne, plus belle. Et sa peau, claire, parsemé de ce que d'autres auraient qualifié d'imperfections, à tort, donnait l'impression d'avoir été travaillée par un artiste. Cet homme provoquait en lui un effet qu'il n'aurait soupçonné. Il avait déjà été conquis par son caractère, par sa façon d'être. Il fondait désormais pour ce qu'il était vraiment. Ils étaient nus, dans une patinoire, pour une première fois dont ils allaient se rappeler. En prenant conscience de ça, Julian eut deux réactions contradictoires. Il profita que Roméo ait le dos tourné pour mettre sa main devant son entrejambe, ce qui ne servait strictement à rien car il ne pouvait plus tout cacher... d'autant qu'en plus, il se sentit encore plus excité à l'idée de faire ça en public, ici. Son partenaire ne tarda pas à trouver l'objet de cette pause, un préservatif flambant neuf. Quand il se retourna, il sembla bloquer sur le spectacle qu'il avait sous les yeux. Monroe, plaça sa main sur le côté pour dégager la vue. Et il profita pour regarder l'attirail de Roméo. Inconsciemment, il avait besoin de comparer, déjà pour savoir s'il pouvait le satisfaire et puis aussi pour moins se sentir gêné. Il eut l'impression que Roméo était un peu mieux lotti que lui niveau taille, mais sans était-ce parce qu'il gardait cette tendance à toujours se rabaisser, même physiquement alors qu'il avait un corps d'athlète que nombre de personnes enviait. Un moment, les deux hommes restèrent en suspens, en train de s'observer, de se jauger. La tension sexuelle était à son comble, leurs corps brûlaient d'une impatience et d'une avalanche de flammes intérieures. Roméo déchira l'emballage du préservatif avec les dents et sans hésiter, il le lui mit en place. Voilà une dextérité qui le laissa songeur... Lui qui avait toujours un peu de mal à le mettre à l'endroit ! Alors que le blond était remonté avec une démarche très féline et qu'il lui fit part de son envie, Julian répondit :

- Moi aussi, j'ai envie de toi... mais je l'ai jamais fait... je... dis-moi si je te fais mal d'accord ?

Naturellement, Julian bascula sur le côté, pour allonger Roméo sur les gradins, sur le dos, afin de pouvoir voir ses réactions et jauger s'il était à la hauteur. En voulant se positionner, il prit appui sur son épaule et lui pinça la peau, maladroitement. Il tatonna un peu nerveusement pour essayer de trouver la position idéale. Ce n'était pas si simple que ça de s'emboiter finalement ! Il parvint à se caler mais sa maladresse continua parce qu'il ne visait pas correctement... Julian avait les joues en feu, il fuyait le regard de son petit ami, pour ne pas perdre ses moyens. Les jambes de celui-ci étaient écartées, touchant sa taille qu'elles enlaçaient avec souplesse. Le sportif finit enfin par trouver sa cible et très précautionneusement, il avança son bassin. Sa première impression fut que c'était étroit, petit, un peu comme ce pantalon qu'il avait quitté quelques instants plus tôt non sans problème. Bientôt cependant, il fut irradié par une chaleur sensuelle qui cette fois ne bouillait pas sous sa peau mais le prenait aux entrailles. Leurs deux êtres s'unirent doucement, alors que Julian effectuait des petits va-et-vients, sans oser aller jusqu'au fond. Il scrutait le visage de Roméo et se pencha vers lui pour l'embrasser tendrement. Sans qu'il n'y pense, sa main s'était posée sur le torse du blond, exerçant une pression un brin dominante en le plaquant sur le dos. Son bassin accélérait doucement la cadence. Soucieux de bien faire, il demanda :

- Ca va ? C'est comme... comme si je visitais le paradis... pour la première fois... j'ai tellement chaud à cause de toi...

Avec Kathlyn, Julian avait toujours été très doux, loin de l'image un peu clichée du sportif bourrin et sans cervelle. Il se souciait beaucoup de ce qu'il pouvait donner aux autres et là encore plus puisque Roméo avait conquis son coeur en l'espace de quelques jours. A moins que ça ne soit un moyen pour lui de se protéger de la solitude... il était trop tôt pour le dire. Ce qui était certain, c'est qu'il était très précautionneux et attentif. Et ça, ça voulait bien dire quelque chose !

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mer 1 Oct - 12:54





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo était ravis que Julian eut le réflexe de se protéger, lui-même ne pourrait pas concevoir de ne pas le faire sans un préservatif, surtout pour une première fois, ils ne se connaissaient pas assez pour faire sans. Savoir qu’il y avait ses yeux qui le suivaient étaient plaisant, il avait enfin le précieux emballage et avant qu’il n’aille lui-même le mettre sur son petit ami, il se retrouva entre ses cuisses à contempler ce qui s’y trouvait et il en fut agréablement surpris. Pour le moment, il n’avait que deviner les contours, à l’imaginer enserré dans le jean cette fois il l’avait en face de lui. Et à ce qu’il comprit le sportif en faisait autant avec lui. Y avait pas photo, physiquement, il avait tous les atouts nécessaires, des avantages physiques non négociables et qui mettaient en véritable condition le blondinet. Mais la phase préliminaire et découverte du corps de l’autre allait bientôt prendre fin, il alla embrasser son compagnon, revenant sur lui, goûtant à sa peau au passage. Il avait trouvé très amusant de la façon dont il avait dissimulé son sexe avec la main, le sentiment de honte se mêlant à l’antithèse de la vue de tous. Par chance en rien cet entrejambe ne fut diminué, rien ne semblait faire obstacle à leur élan érotique à tous les deux. Il lui avait désormais mit sa nouvelle peau pour ne prendre aucuns risques. En guise de prévention, il reçu quelques paroles de la part de son petit ami, il avait manifesté son envie et c’était à son tour d’en faire autant. « Je te fais confiance ! » Il lui souffla ces quelques mots, il avait raison de jouer cette carte. Effectivement depuis leur première rencontre il avait une véritable confiance en lui.

Les bras puissants de son compagnon l’emportèrent tandis que son dos venait à la rencontre du béton abrupte, très vite le bassin de son compagnon épousa la forme de ses cuisses agiles. Voulant reprendre son équilibre et trouver un point d’ancrage, il lui pinça la peau. Il n’émit aucune réaction, afin de laisser Julian prendre ses aises. Avec un garçon c’était moins évident qu’avec une fille. Pour le moment la maladresse de la première fois guidait les gestes de son petit ami. Un léger énervement tandis qu’il ne semblait pas totalement trouver la bonne position pour obtenir le but tant recherché. Roméo l’aida un petit peu, enlaçant ses jambes autour de son corps, remuant un peu. Il posa une de ses mains sur sa hanche, lui-même recherchant le contact physique. Jusqu’au moment où il arriva enfin à trouver l’entrée convoitée. Un petit gémissement de la part de Roméo, cette partie de son corps avait toujours été particulièrement serré. Cette fois le bassin de son homme œuvré pour faire entrer dans cet écrin un objet un peu trop gros. C’était douloureux, mais c’était une douleur vivante et consumante. L’angelot n’avait qu’à se détendre. Une légère brûlure intérieure, de petits va et vient qui dégageaient le passage pour qu’enfin l’objet prenne ses aises dans son intimité. Roméo se promettait de ne pas comparer, pourtant Julian était mieux doté que son ancien compagnon, bien plus, de la façon dont il l’avait senti passer, y avait pas photo. Au final, Roméo se disait que son petit ami était bien mieux membré que lui, à moins d’être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. Ce fut le cas, il eut un long soupir de plaisir, posant son regard sur celui de Julian. Lorsqu’il vint l’embrasser, ses lèvres se réchauffèrent et cette fois il n’y avait plus de douleur, il avait l’accès à une affliction si forte, qu’il en eut un spasme soulevant son ventre, arquant son corps mince. Une main sur son torse le pressait contre le gradin, la main sur la hanche de Julian contourna sa peau pour aller ses poser sur sa fesse gauche. De belles fesses musclées à son contentement, il lui arrivait aussi de caresser cet endroit, même assez souvent. Il aimait caresser sans pour autant visiter, ça lui arrivait aussi de l’embrasser, de l’admirer.

En observant le bassin se mouvoir en lui, son corps se contorsionna. Lui-même avait extrêmement chaud. Lorsqu’il se mit à accélérer, il remonta la main le long de son bras, venant se poser le long de son dos. Entendre ses paroles étaient réconfortantes l’aida à suivre les mouvements du bassin pour les accentuer, suivre cette cadence qui allait augmenter, il avait envie d’être l’amant parfait pour cet homme, les sentiments aidaient énormément dans ses cas là. Et la seule réponse qu’il pu lui apporter pour le rassurer, fut un long soupir incontrôlable qui lui contracta la gorge. Roméo ne gémissait que très peu, c’était des soupirs profonds qui suivaient l’acte, qui allaient crescendo avec le plaisir. S’intensifiant avec le rythme des coups de rein. Il y avait cette petite étincelle supplémentaire. Pendant l’acte il se mit à caresser ses muscles, passant aussi sur son torse, rejoignant son dos pour mieux s’accrocher. Cet homme était magnifique, il se plairait à le dessiner, il ne pourrait pas se retenir de demander à Julian de jouer le modèle déshabillé pour lui. Doucement il appuya sur la fesse qu’il avait gardé prisonnière pour l’inciter à aller plus en profondeur, à entrer totalement. C’était un dieu qui lui faisait l’amour et c’était son dieu. Julian le possédait désormais et ce n’était pas rien ce qu’il faisait. A chaque soupir de concupiscence, un petit nuage blanc s’échappait de sa bouche, le froid n’arrivait pas à avoir d’emprise sur leurs corps embrasés. Il ne voulait plus que ça s’arrête tandis qu’il franchissait les étapes d’un désir qui le submergeait, un torrent sans fin de vague de plaisir qui le poussait vers le Nirvana.



BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Ven 3 Oct - 0:11

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Et si Roméo ne sentait rien au final ? La question venait lui polluer l'esprit malgré le fait qu'il puisse voir le contraire. Julian, comme tous les hommes, angoissait un peu quant à son corps. Les vestiaires étaient un endroit compliqué. Depuis qu'il était ado, il s'habillait à l'abri des regards, par pudeur, mais aussi par crainte d'avoir une réflexion gênante sur ses mensurations. Les garçons ne grandissaient pas tous à la même allure, chacun avait son rythme. Le plus dur, c'était d'être à la traîne, comme il l'avait été. Forcément, quand on se retrouve au milieu de types déjà formés et visiblement enclins à se moquer de celui qui ne l'était pas, ça créait des complexes. Ceci ajouté à sa découverte en live du corps d'un autre homme, voilà qui pouvait le perturber durablement. Un peu comme dans l'ivresse, il noyait sa pensée par ses émotions. Ce qu'il ressentait à cet instant précis n'avait pas de prix. Il avait l'impression de flotter sur un petit nuage, au dessus de la tempête de la vie. Plus d'amnésie, d'inquiétudes quant à son avenir, de petits mensonges pour se protéger. Il était nu, sans artifice, sans moyen de se cacher. Et Roméo le perçait à jour, le voyait tel qu'il était vraiment, amoureux sans doute, maladroit mais soucieux de bien faire. Leurs deux corps étaient connectés. Sous sa main, il sentait le coeur de Roméo battre rapidement, animé par le plaisir. Un petit sourire satisfait passa sur son visage. L'idée qu'il puisse lui faire autant d'effet le ravissait réellement. Northman avait placé une main sur sa fesse. Ce contact, il ne l'avait jamais eu. Il ne pensait pas aimer cela, encore moins supporter qu'un homme caresse la zone. Un léger râle lui échappa quand Roméo appuya dessus pour qu'il entre plus profondément en lui. A mesure qu'il s'enfonçait dans ce tunnel, tel un automobiliste sur la route, il avait l'impression que c'était plus chaud, plus désirable. Et pourtant, à chaque respiration, ils faisaient de la buée à cause du froid environnant.

Julian fut parcouru d'un frisson alors qu'il approcha son bassin plus près encore. Il ferma légèrement les yeux et les rouvrit lorsqu'il sentit son pubis toucher Roméo. Il eut un mouvement de surprise craignant lui faire mal et revint en arrière. Manque de bol, la synchronisation de ses gestes ne fut pas correcte. Il perdit l'équilibre et tomba en avant, faisant claquer son corps sur celui de son petit ami. La première pensée qui lui vint fut de s'excuser... mais quand il entrouvrit les lèvres, ce fut un grognement haletant et grave qui en sortit. Il s'était littéralement planté en lui. Julian se redressa un peu, les mouvements de son bassin avaient cessé. Il s'accorda quelques instants pour reprendre ses esprits avant de continuer. Leurs deux corps semblaient communiquer une extase grandissante rien que par leur connexion physique éphémère. Les sens du hockeyeurs s'étaient affolés. Il ne sentait, n'entendait, ne voyait, ne goutait et ne touchait plus que Roméo. Tout le reste avait disparu, ou du moins c'était mis en sourdine, un peu comme dans une boite de nuit après quelques verres d'alcool. Il reprit ses mouvements, mais cette fois, ce fut différent. Il y allait, déterminé, en confiance, en effectuant un va-et-vient rapide et plus puissant. Il sentait qu'il s'engouffrait dans un endroit chaud, que quelque chose de serré se baladait sur son sexe. Il avait toujours sa main plaquée sur le torse de son amant, l'autre accrochée à sa hanche. A un moment, Julian se pencha pour venir embrasser fébrilement les lèvres du blond. Il lui murmura, sans ralentir le rythme, alors qu'une petite goutte de transpiration tomba de son front sur le sien :

- Tu es tellement beau... à l'intérieur comme à l'extérieur... Je resterais en toi pour toujours si je le pouvais...

Il parcourut son cou à nouveau. Sa langue se faisant baladeuse sur cette peau au teint si particulier et charmant. Un spectateur extérieur aurait vu un homme faits de muscles en train de les faire travailler à l'unisson pour donner à son partenaire un plaisir exquis et total. Monroe était habitué à faire du sport, depuis son enfance, et même s'il avait perdu un peu en consistance et en poids, l'effort ne l'affectait pas. Il avait une excellente condition physique malgré son coma. Ca faisait au moins un truc dont les médecins étaient satisfaits. Après plusieurs minutes de cet instant de partage, Julian voulut changer de position, parce qu'il commençait à avoir une crampe à la jambe. Il aida Roméo à se relever et les rôles s'inversèrent. Le blond se retrouva sur lui. Il put ainsi admirer cet homme sous un nouvel angle, détaillant chaque partie son corps. Il avait posé ses deux mains sur les fesses de Northman, tout en soulevant légèrement afin de pouvoir continuer à donner des coups de bassins. C'était un peu plus sportif maintenant puisqu'il avait son poids au dessus de lui. Roméo allait devoir l'aider un peu, car les restes de l'accident se faisaient encore sentir dans ses bras. Ce qui était sûr c'est que malgré la douleur faible mais latente, l'ardeur du hockeyeur était plus que jamais visible...

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Ven 3 Oct - 21:21





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Un ouragan avait traversé leur vie. Roméo n’avait pas été tourmenté, son monde ne pouvait subir de catastrophe naturelle et il ne pouvait évoluer que positivement depuis qu’il y avait eut cette déclaration entre eux. Il avait osé le toucher, il avait osé poser sa main sur son postérieur pour appuyer d’avantage dessus, il avait envie de l’avoir plus profondément à l’intérieur. Lorsqu’il fut totalement en lui, pour la première fois de sa vie il eut un gémissement, impromptu, sonore, incontrôlé et suave. Jamais encore auparavant il n’avait gémis pendant l’acte, le soupir se suffisant à lui-même. C’était par cette proéminence en lui si puissante, si imposante. Cette main sur cette jambe. Il cru que ça serait le seul, jusqu’à que ce corps ne vienne s’impacter contre le siens, revenant à l’assaut si brutalement, cette fois le gémissement de plaisir fut si puissant qu’il eut l’impression que ses cordes vocales allaient se rompre. Un petit soupir affolé, avec ce rouge aux joues qui ne faisait que s’accentuer, il eut un peu honte de se lâcher totalement. Le grognement de son amant vint se mêler à l’unisson. Roméo pensait avoir atteint l’orgasme, il eut cette impression que tout était en train de se rompre en lui, éclatant dans une multitude d’explosion de plaisir. Mais en fait non, ce n’était pas terminé, il n’était passé que par un stade, continuant l’ascension intense vers le sommet de cette montagne. Pas uniquement de la montagne de muscles qu’était Julian mais cette montagne incroyable de bien-être, de régal et de contentement. Son corps se frottait contre le siens, pendant cette petite pause, il reprit sa respiration. Le sportif était toujours en lui, il resserra les cuisses autour de son bassin afin de ne pas s’échapper physiquement. Lorsque leurs lèvres se retrouvèrent, il se délecta de sa langue. Jamais aucun homme n’avait pris autant soins de lui pendant l’acte, le touchant et le caressant régulièrement, éveillant son corps à chaque va et vient en lui. Jusqu’au moment où il reprit avec beaucoup plus de netteté dans ses allers et venue. Plus d’assurance et de fermeté qui se faisait ressentir. Leurs transpirations venaient se mêler, la chaleur était omniprésente, leurs corps étaient antithétique avec le reste de cet univers de glace. Les paroles le touchèrent, sous cette main qui plaquait son corps contre le béton du gradin, il y avait ce cœur qui s’emballa. Il le fixa, il eut les lèvres arrondies, il souleva une mèche de cheveux collées sur son front. « Je te veux pour moi…aussi longtemps que la vie me le permettra ! » Il souffla ses quelques mots, ne mettant aucun restriction, il ne disait pas qu’ils resteraient ensemble jusqu’à la mort et qu’il n’y aurait pas d’aléa, uniquement que la vie décidera de leur sort et que Roméo veut le conserver pour lui, c’était son nouveau trésor.

La langue désormais sans gêne venait le lécher, dans le cou, sur son épiderme, venant le goûter, le savourer et il aimait bien l’idée d’être la friandise de son homme. Jusqu’au moment où il bascula, se retrouvant au-dessus. Julian assit sur le gradin. Le changement de position fut étrange et il tomba d’un coup le long de son membre, son corps s’arqua, tandis que les muscles de ses cuisses se contractèrent. La position en était tout aussi excitante, il vint l’embrasser avec ferveur, la fièvre passionnée le libérait. Les deux mains sur ses fesses le firent à nouveau gémir, la position était moins favorable à un amant totalement actif. Il devait l’aider dans son travail. Donc afin de laisser le sportif se reposer un peu dans l’effort, il remonta ses hanches et allait de lui-même danser sur ses cuisses. Doucement il se mit à se balancer sur lui, il posa son front contre le siens, il respirait profondément. Il prenait appuie sur ses épaules musclées, venant s’écraser parfois contre ses cuisses. Parfois sa tête retombait en arrière dans un souffle précipité. Ses genoux faisaient leviés et il y avait cette complicité entre eux. Il avait envie que son compagnon soit pleinement satisfait de cette première fois. Il vint chercher ses lèvres dans un baiser qui épanchait sa soif de passion dévorante. Il variait le balancement de son propre bassin afin de donner le maximum d’effet.

De nouveau un sentiment plus fort que tout en lui explosait, lui donnant cette sensation de vertige, remontant jusqu’à son esprit, l’amenant vers leur paradis à tous les deux. A force de ce plaisir intense, il allait avoir un malaise. Roméo se rendait compte que le sportif était endurant, et ça ne pouvait que le ravir. Son corps en entier retomba sur ses cuisses, il alla se planter sur le sexe dressé de Julian, venant atteindre jusqu’à ses précieux bijoux de famille. Dans un mouvement lent et intense. Cette fois ils avaient fusionnés, ils ne formaient plus qu’un, un corps unique pris dans une danse diabolique et saisissante. Une seule forme, une magnifique forme, la sculpture animée de deux hommes qui avaient décidés de s’aimer. Ses muscles se contractaient à chaque spasme de plaisir, Julian menait d’une main de fer cette incroyable aventure, jusqu’où l’emmènerait-il sur ce chemin de la luxure ?


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian

Revenir en haut Aller en bas

✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Manhattan :: Downtown-