Partagez|

✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mer 15 Oct - 0:27

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Ce changement de position aussi soudain qu'inattendu avait de quoi éveiller un peu plus l'esprit de Julian. A vrai dire, le sportif laissait peu de place à la perte de contrôle de son côté. Par le passé, quand il avait fait l'amour avec Kathlyn, il prenait toujours les devants et la position dominante. Les seules fois où il s'était laissé aller, c'était lors de la conception de son propre fils. Sa femme l'avait menotté avec grande subtilité et elle lui avait offert un grand spectacle érotique. Le fait de se sentir abandonné au hasard, à l'inconnu offrait une véritable bombe de plaisir. Julian le comprit à ses dépends. Roméo venait s'empaler sur lui, dans un mouvement lent. C'était comme s'il sentait chaque phase d'excitation, chaque millimètre de peau stimulé par son petit ami. Il sentit les fesses du blondinet presser ses parties intimes et laissa échapper un nouveau grognement de plaisir. Sa voix grave, légèrement enrouée, résonna dans la patinoire en de multiples échos. Il avait les yeux rivés sur le visage de son amant, qu'il voyait se contorsionner de plaisir. Voir ce spectacle n'était pas donné à tout le monde. Il n'aurait pas pensé le voir un jour. quelques semaines plus tôt, il était encore dans le coma, entre la vie et la mort, totalement imperméable à ce qui pouvait se passer autour. Il ne se rappelait pas de cette période mais il avait ressenti la présence de son nouveau petit ami à travers les limbes, une petite chaleur rassurante qui le maintenait un peu en vie, connecté au monde. Avoir le privilège de partager un tel moment d'intimité avec lui relevait du miracle. Il ne regrettait certainement pas d'avoir franchi le cap et avoué ce qu'il ressentait vraiment. Il bascula la tête en arrière, le souffle coupé par le bien fou que ça lui faisait. Cette nouvelle position le mettait dans tous ses états. Il laissa Roméo faire, appréciant chaque mouvement, ascendant comme descendant.

L'alchimie était parfaite. L'instant, divin semblait les plonger dans un entre-monde, situé au dessus du réel sans être surnaturel. Un drôle de sentiment lui passa par la tête... comme une impression de déjà-vu mais sans parvenir à savoir pourquoi ni comment. En réalité, une très légère bride de son passé refaisait surface. Oui, il s'était déjà retrouvé dans cette position, avec Kathlyn. Il n'était pas entré par la même zone mais ça importait peu. Cela s'était produit lors de leur nuit de noces, à l'arrière de la voiture, alors qu'ils avaient tous les deux bien consommé du champagne et autres alcools. Julian avait beau être une masse de muscles, il ne supportait pas l'alcool, passé un certain seuil, ça le rendait malade, sauf si quelqu'un était là pour le gérer et s'occuper de lui. Sa femme lui avait fait oublier ses vertiges et ses nausées, en le poussant sur la banquette arrière. L'odeur du cuir et de l'éther les avaient transportés vers un autre univers, celui du plaisir, de la luxure même... combien de fois avaient-ils enchaîné ? Quatre, peut-être cinq... et le tout dans une vague de passion totalement déchainée et dépravée. De ça, il ne s'en souvenait pas. Son esprit assimilait l'instant présent à un moment particulier, qu'il avait oublié, dans sa vie d'avant. Julian remonta ses mains sur ses hanches, quittant ces fesses qui le rendaient dingue. Il caressa fébrilement le creux de ses reins, remontant le long de ses lombaires, insistant sur ses omoplates. Il promena ses doigts sur ses épaules, son torse et rouvrit les yeux. Il avait comme une drôle de sensation maintenant... l'impression que quelque chose se tordait à l'intérieur. Ce n'était pas douloureux, juste nouveau, et bien étrange. Il verrait ça plus tard, la priorité était de donner du plaisir au blondinet.

Il attendit que celui-ci se lève un peu pour lever son bassin, faisant travailler ses muscles pour se donner du jeu, sublimant ainsi son mouvement de va-et-vient, histoire de ne pas rester inactif. Chassez le naturel, il revient au galop. Julian avait à nouveau attrapé ses hanches, d'une main ferme, comme pour lui dicter une cadence. Il haletait, alors que la petite douleur qui lui tordait les organes avait légèrement augmenté. Il voulut accélérer le rythme lorsque sa jambe fut parcourue d'une crampe. Il s'arrêta net en grimaçant et en agrippant plus fortement à Roméo.

- Ahh... merde... j'ai une crampe... bon sang... ce que ça fait mal...

Leurs deux corps se détachèrent alors qu'il bascula sur le côté pour tendre la jambe afin d'atténuer la douleur. Cela finit par passer en quelques minutes. On aurait pu croire que le désir était parti avec cet épisode malencontreux mais non... Monroe se leva, tel un guerrier blessé, exhibant son corps nu musclé et son excitation toujours présente. Il y eut un bruit vers le fond de la salle. Il regardèrent dans cette direction, mais furent rassurés de voir que c'était uniquement l'air conditionné qui redémarrait. Julian boitilla légèrement vers Roméo qui lui tournait le dos, attiré par le bruit. Il s'appuya doucement sur ses épaules, venant se placer dans son dos. Son glaive ne tarda pas à se trouver comprimé entre ses fesses. Le point positif, c'est que cette petite pause avait été salutaire, elle avait calmé le plaisir de Julian, pour lui permettre de durer plus longtemps. Ne pouvant s'empêcher d'avoir les mains baladeuses, le hockeyeur caressa les cuisses de son petit ami puis remonta vers son entrejambe. Il prit son attirail en main. Il avait des doigts épais et des mains puissantes, le contact était donc viril, bien qu'il fasse attention de ne pas serrer trop fort et faire de mouvement brusque. Julian vint déposer un baiser dans le creux de son cou. Il déplaça légèrement son bassin. Leurs corps s'unirent à nouveau après quelques ajustement. Debout la douleur de la crampe était toujours présente. Il se servit de son poids pour que Roméo se penche en avant. Cette position là était animale, mais elle reflétait bien le feu dévorant qui les animait.

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mer 15 Oct - 19:02





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo était surpris qu’il puisse faire l’amour à nouveau, que son corps se mette à ressentir, à s’émouvoir, à s’embraser pour un autre homme. Julian était une personne extraordinaire à ses yeux, et se retrouver nu contre lui, était sûrement la plus grande surprise de sa journée. Malgré son corps recouvert de cette sueur moite, de cette danse envoutante qu’il avait entrepris avec ses jambes, l’homme qui l’avait pris sous son aile semblait bien endurant. En fait il réalisait soudainement qu’il n’avait jamais l’amour aussi longtemps avec un homme, avec son ancien compagnon de vie, ils pouvaient le faire plusieurs fois mais dans une période aussi longue c’était bien étonnant. Son homme se remit à vouloir jouer l’homme tout simplement. Alors que les muscles de ses cuisses l’élevaient, Julian se mit à donner un petit coup de rein en lui, posant ses larges mains sur ses hanches pour de nouveau le contraindre à son propre rythme. C’était terminé pour lui de jouer de son corps, pas totalement. Il l’observa avec une belle surprise, il s’arrêta, le regardant avec cette complicité qui c’était créé. Ainsi il semblait être dominant, c’était le paradoxe même de Roméo. Il aimait sa liberté, il aimait son univers, mais lorsqu’il était avec quelqu’un, il se satisfaisait de savoir qu’il était à lui, sa propriété. Qu’il lui appartenait corps et âme, tout en renforçant sa dimension affranchissant. C’était comme ce petit privilège qu’il laissait de temps en temps son attitude sauvage se faire apprivoiser par une personne totalement unique. Et se faire dompter par un homme tel que Julian était très excitant. Lorsqu’il eut sa crampe et s’arrêta, il se retira, le laissant calmer le mal qui avait gagné son muscle. Il le laissait faire, reprenant son souffle dans cette courte pause, espérant intérieurement que cette petite péripétie ne mettrait pas fin à leur ébat. Il écouta amusé le ton énervé de son petit ami. Il était encore totalement en émoi, le volcan intérieur n’avait pas pris fin. En fait c’était frustrant cette sensation de vide. Tel un véritable titan de muscles, il se remit debout. Roméo se mordit la lèvre, il observa ce membre, il avait terriblement envie d’y goûter, il se mordit la lèvre en voyant son homme s’approcher de lui, prêt à conquérir de nouveau cette terre érotique. Jusqu’à se bruit sourd, il sauta sur ses pieds, prêt à bondir sur ses vêtements, c’est là qu’il vit l’air conditionné, rien d’inquiétant en soit.

De dos il ne pouvait pas constater ce qu’allait faire son homme et avant même qu’il ne se retourne pour reprendre le fil des événements, les mains se posèrent, trouvant un repos alors qu’un objet dur venait retrouver sa place bien au chaud. Ses fesses se contractèrent sur le moment, alors que de nouveau il gémissait. Julian ne s’arrêterait pas en si bon chemin, il avait envie de le faire exploser par le plaisir. Les mains remontèrent, venant le toucher, le caresser, il se laissa faire quelques secondes, pour finalement lui retirer cette main avangardiste. Pour ne pas mettre une gêne ou une quelconque maladresse. Il laissa retomber sa tête pour chuchoter ces quelques mots. « J’aime atteindre le plaisir uniquement par les coups de… » Il dû reprendre sa respiration, ses poumons de nouveau contracté dans une vague de plaisir. « Par les coups de bassin de mon petit ami ! » Il se tenait à lui de façon à ne pas défaillir, sinon il allait tomber. Ils en étaient déjà à leur troisième position. De nouveau ils retrouvèrent leur rythme, leurs propres attentions. Il se trouva pencher en avant, il faillit même basculer, finalement à se rattrapa à la première marche des gradins. Avec deux maladroits forcément qu’une position plus délicate donner des résultats étonnants. Il eut le réflexe d’écarter les jambes, pour laisser un accès total à son dieu qui s’évertuait derrière lui.

Il se cambra, courbant son dos, cette fois dans une telle posture, il ne pouvait que dire Amen au plaisir, il était en communion avec le corps derrière lui, exprimant son âme dans le péché. Il tourna la tête pour regarder cet homme. Une vague étrange le saisi, un nouvel orgasme, non juste une jouissance parmi d’autre. Son membre c’était raidis contre son ventre. « Julian…..Julian », il se mit à gémir son prénom, voulant communiquer, lui dire qu’il pouvait y aller. Que son corps était en osmose totale avec ce moment. Tout semblait se rompre à l’intérieur, et en même temps se reconstruire, pour de nouveau aller encore plus loin. Il était rouge d’effort, mouillé de l’intensité. Finalement William n’avait été qu’un coup d’essaie, c’était dur à admettre intérieurement surtout qu’il avait cru que c’était le grand amour. Etait-ce à cause des proportions de l’anatomie de son petit ami ? Il l’ignorait, il prenait goût à ce paradis. Il se voulait sexy, ainsi penché en avant. Julian avait désormais gagné tout droit sur son corps.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Sam 18 Oct - 0:33

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Atteindre le plaisir ultime simplement grâce à des coups de rein ? C'était possible ça pour un homme ? Julian se posait la question en silence... Il ne voulait pas avoir l'air idiot... Il savait que chez une femme, le septième ciel pouvait s'atteindre de multiples façons. Mais pour lui, il n'y avait pas trente-six mille gestes pour y parvenir. Il fallait un geste manuel et répété pour arriver à cette finalité. Son petit ami ne semblait pas douter un seul instant de son affirmation. Alors le hockeyeur poursuivit ses mouvements, moins timorés qu'au départ. Il faut dire qu'à mesure que le désir et le plaisir croissaient, Monroe se lâchait un peu plus, il se laissait aller. Malgré ses envies animales, il faisait attention de ne pas se comporter comme une brute. Il n'en était pas une, au contraire, c'était quelqu'un de doux, de romantique. Roméo était courbé, sous son corps. Son dos se frottait contre son torse musclé, dans un mouvement adouci par la transpiration. Ils suaient alors qu'autour d'eux, il y avait une température presque négative pour préserver la patinoire. Personne ne les avait dérangé et ça aurait mettre la puce à l'oreille de Julian. Il aurait du se dire que les choses avaient été préparées pour que cette soirée soit spéciale. De toute façon, ils sortaient définitivement du périmètre de sécurité d'un simple amitié. Aucun des deux ne tenait vraiment à se quitter en se serrant la main et à échanger juste des banalités. Certes, ils restaient soudés, amis avant toute chose, pour eux cependant, l'envie de construire quelque chose ensemble était plus forte. Le blond avait de la chance, il possédait un partenaire respectueux et surtout fidèle, fait rare chez une homme. Là où les autres se plaisaient à multiplier les relations et à sauter sur tout ce qui bougeait, lui demeurait sage, réfléchi et attentif. Manque de bol, ça ne lui avait pas franchement servi dans son adolescence. Les filles étaient séduites par quelques mots de drague, quelques gestes osés que lui ne se permettait pas. Il passait pour un coincé. Loin de démentir, il s'en servit aussi pour être tranquille et pour pouvoir trouver la fille parfaite.

Le grand amour il y croyait, au risque de paraître fleur bleue. Il se surprenait à le ressentir pour un autre homme. Personne n'aurait pu le prédire. Il n'avait jamais manifesté la moindre attirance pour un type. Sans doute parce qu'avec eux, il s'agissait surtout de contacts amicaux, de frictions typiques de mâles... assaisonnées de jalousies ou de fierté. Il n'avait jamais vraiment eu l'occasion de partager des moments réellement intimes de sa vie avec eux. Il ne le souhaitait pas vraiment, bien conscient que ce jardin secret, seule une personne de confiance pourrait y accéder. Le problème c'est qu'il donnait sa confiance à n'importe qui, en éternel optimiste. Tôt ou tard, la trahison arrivait et lui faisait mal... inexorablement parce qu'il ne s'y préparait pas. Roméo était beau, mais ça ne fut guère cela qu'il trouvait attirant, même si ça jouait aussi. Il était ébloui par ce caractère si atypique, cette façon de se comporter, si légère, si naturelle. Et puis, cet air de cocker quand il le regardait, comme s'il lui demandait de ne pas détourner le regard, de capter toute son attention. Il n'avait pu ignorer le lien qui se forgeait entre eux... quelque chose de puissant qui venait perturber intérieurement Julian. N'avait-il a pas été marié à une femme ? Et voilà qu'il éprouvait un plaisir monstre avec un homme ! Nus comme des vers, laissant échapper de la buée à chacune de leurs expirations, ils ne pouvaient s'empêcher d'avoir chaud. Bientôt, la bouche de Julian se posa sur la nuque de son petit ami, parcourant son cou de baisers, de frictions avec sa barbe. Il respirait son odeur comme s'il avait sous ses narines le meilleur parfum de la terre.

Un court instant, il se sentait suspendu dans le vide, comme lors du décollage d'un avion. Son corps semblait s'être dissocié de sa conscience, comme si l'environnement extérieur commençait à sérieusement s'estomper. Etait-il en train de faire un malaise ? La tête lui tournait. Son coeur frappait fort à l'intérieur comme s'il s'emballait. Il eut la sensation de perdre le contrôle. Il s'appuya un peu plus sur Roméo, tremblant de tous  ses muscles. Une sueur froide lui parcourut l'échine. Il continuait les mouvements de son bassin, alors que sous lui, Roméo commençait à se faire plus lointain, comme transporté vers un autre monde. Julian eut l'impression qu'il allait le perdre, alors il accéléra légèrement le rythme. Il pleuvait non ? Il se rendit compte que son bas-ventre venir claquer contre les fesses du blond, dans un rythme crescendo. Non... il ne pleuvait pas, c'était juste le bruit de leurs corps qui partageaient un intense communion. Les mains de Julian se mirent à caresser son torse, encerclant son amant de ses bras, comme si refusait de le laisser partir. La lumière avait baissé très fortement, il ne voyait plus que ce cou, si goûteux qu'il vint l'embrasser à nouveau. Que se passait-il ? Pourquoi avait-il légèrement mal au ventre ? Et à la poitrine... son coeur battait, comme s'il voulait tout rompre. Il n'avait jamais vécu ça auparavant, en tout cas, il ne s'en rappelait pas. Sans s'en rendre compte, il referma ses bras comme un puissant étau. Ses muscles se faisaient plus durs et fermes que jamais. Il respirait fort sans l'entendre, comme électrisé par les événements. Il se sentait de plus en plus à l'étroit. Roméo semblait décoller vers un septième ciel, comme un ballon d'hélium et Julian ne voulait pas le lâcher. Il tremblait sous l'effet de ce resserrement. Comme désireux de continuer, il accéléra ses mouvements.

- Je t'aime... bon sang... Aaahhh !!!

Il sentit alors tout son corps se contracter. Il appuya sur le torse de Roméo pour le coller contre lui. Un tsunami de chaleur l'envahit alors il ne put retenir un cri rauque de plaisir. Il se sentit transporté ailleurs comme si Roméo l'avait amené vers le paradis avec lui. Il en eut le souffle coupé pendant quelques secondes et tenta de retrouver sa respiration. Il serrait toujours son petit ami contre lui, sa tête perdue dans ses cheveux mi-longs qui sentaient bon. Il ne prit pas garde au fait qu'il était un véritable poids mort, appuyé sur le dos de son amoureux, les membres paralysés par l'extase. Il venait de vivre son premier orgasme avec un homme. Et il fut submergé par toute la splendeur de cette apogée. Il fut incapable de dissocier leurs corps. Il fallait d'abord qu'il reprenne son souffle... A l'intérieur, il sentait que les entrailles de Roméo avaient également du mal à se remettre de cette "folie" corporelle.

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Sam 18 Oct - 2:20





Roméo  & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo avait compris qu’il n’avait pas besoin de ça pour atteindre l’orgasme très tôt, ce geste avait tendance à détourner son attention. Il aimait sentir chaque molécule du corps de son amant qui s’exerçait à son propre plaisir. Le jeu de la subtilité de cette pénétration faites avec ardeur, et il fallait admettre que pour une première fois Julian savait y faire, il savait montrer toute la palette de son art. Par sa maladresse il fallait varier les positions et les plaisirs. Le jeune homme n’avait pas envie de se jouer des sentiments de cet homme, il ne voulait pas le faire souffrir, pour la raison unique qu’il ressentait la même chose. Roméo était fidèle, il intégrait dans son monde un nouvel élément, une nouvelle personne et même s’il accordait sa confiance au premier venu, il ne fallait pas créer un déséquilibre, il pouvait donc extraire les personnes qui n’allaient pas. Il était ainsi difficile d’atteindre son extrême bonne humeur. Le négatif glissait sur sa peau comme la sueur érotique qui la recouvrait actuellement. Julian était devenu cet homme extraordinaire à qui il avait donné ce droit d’être en possession de son corps, de son âme et en quelque sorte de sa vie. Peut-être allait-il regretter ? Alors que le plaisir inondait son corps, que son petit ami continuait à se montrer plus que vif, le rythme du bassin ne faisait qu’accentuer d’avantage cet incroyable moment qu’il était en train de vivre. Le sexe était des montagnes russes, une montée et une descente, chacune proférant une sensation différente. Alors que la bouche vint se joindre contre sa nuque, cette fois le jeune homme su définitivement que cet homme lui plaisait. Il avait toujours aimé la barbe de quelques jours chez les hommes et là, sentir cette légère irritation sur sa nuque, l’invita encore plus à se donner à cet homme. Les baisers martelaient sa peau de leur douceur infinie, montrant qu’il était là, qu’il l’imprégnait de cet amour. Il tremblait alors que Roméo acceptait chaque aller et venue en lui, de plus en plus rapide, plus rude parfois et tout aussi délectable. Alors que les mains puissantes remonter les courbes de son torse, il se retrouva prisonnier de ses bras, il vint rabattre ses mains dessus, se raccrochant à lui, alors que son corps se cambrait à nouveau. Tel un jogging, ils entraient dans ce dernier cent mètres, celui où il fallait tout donner. Et avoir les muscles durcis par ce plaisir si puissant, tout contre lui, le fit se sentir si unique. Le sportif lui donnait ce sentiment. Une vive accélération. Mourir d’orgasme, pour l’angelot ça serait la plus belle des morts. Et là il entendit ses mots retentirent comme un coup de poing dans la poitrine, venant serrer son cœur au plus profond. Il ouvrit les yeux, surpris qu’il puisse être aimé à nouveau et qu’il était capable aussi d’aimer. Il ne pu répondre car cette vive accélération avait excommunié son âme de son corps pour l’emmener dans ce Nirvana. Sauf qu’il n’était pas seul dans ce paradis, il était avec son homme.

Et la vérité était telle qu’il avait eut cet orgasme sans aide quelconque. A ce cri si masculin, limite désincarné, se mêla un puissant gémissement alors que son corps s’écrasait contre le siens, leurs peaux étaient si chaudes, qu’ils se transmutaient. Pour Roméo ça prit du temps, chaque parcelle de son être explosa, il avait explosé sur le sol de cette patinoire, le sol maculé de cette substance masculine. De nouveau son corps se reconstitua, mais les frontières entre son corps et celui de Julian restaient floues. Jusqu’au moment où il pu ressentir à nouveau le sol sous ses pieds, la température glaciale de la patinoire lui revint mais elle était douce à leur égard. Comme si la plus primaire des sensations était décuplée. Il découvrait une nouvelle facette du monde, même s’il faisait sombre dans la patinoire, la nuit c’était couchée, pour Roméo, il y avait un énorme éclat de lumière dans cette immense pièce. Il pouvait écouter la respiration haletante de son partenaire, le poids dans son dos alors que ses bras l’encerclaient de cette étreinte encore forte. L'angelot tourna la tête pour agripper les lèvres de son amoureux, l'embrassant, le remerciant de cet éprouvant délicieux moment. Appuyant même de son fessier alors qu'il était encore en lui, il avait eut son premier orgasme, et c'était à l'intérieur de Roméo. Il ne lâchait pas ses lèvres, savourant ce baiser qui intervenait après qu'ils avaient fait l'amour. Car c'était ça, ils avaient eut ce droit respectueux de ne pas insulter l'acte sexuel, par le barbare d'un acte sans sentiment. Cette réalité était aussi plaisante que la réalité de ce lieu marqué du souvenir de leur première fois. Il eut la respiration coupée quelque seconde, les mots continuaient de s’envoler dans sa tête. Son ventre se soulevait encore plus que la normalité, ses poumons appelaient encore de l’oxygène pour redonner au cerveau le quota nécessaire à son fonctionnement. Il retira ses lèvres des siennes, totalement transit et encore possédé par cette joie qui le transcendait. Ils restèrent ainsi un petit moment, profitant encore de cette félicité si grande. Ses mains caressaient les bras qui le tenaient. Lorsqu’il se retourna pour faire face à cet homme, il eut ce vertige qu’ils allaient tomber tous les deux et il fit s’allonger Julian. Le blond prit place sur ce physique de muscles, son corps mince pouvait avoir une place qu’agréable. Il ne quittait pas ses bras. Et les premiers mots qu’il prononça furent ceux-ci. « On recommence ? » Il n’avait jamais autant aimé faire l’amour avec un homme. Pourtant les mots qu’il avait dit juste avant ce moment fatidique le travaillait. Julian avait été marié avec une femme. Et si c’était juste de la nouveauté, qu’il retrouvait la mémoire et qu’il l’abandonnait ensuite, c’était toujours cette peur qu’il avait, avec William c’était pareil. Il cligna des yeux, il se sentit ridicule, son corps fut prit de quelques tremblements. « Julian ! ce que t’as dit….avant cette apothéose, tu le pensais vraiment ? » Il n’avait pas eut le temps de lui rendre ses mots. Doucement ses doigts jouaient sur son torse, il remontait, descendait, créer des dessins informes et invisibles, remontant sur le galbe des pectoraux, tournant autour du téton. Il déposa des baisers sur son torse, plusieurs. Il n’avait plus peur d’être nu et allongé, pas de risque de chutes. Il avait vu juste au moment de la crampe de Julian pour la première fois son membre, et il l’avait trouvé si beau. « J’ai envie de te dessiner, juste comme ça, en sueur, en extase ! Julian…je t’aime aussi ! C’est affreux car je suis tombé sous le charme la première fois que je t’ai vu…je ne devrais pas ! Je n’ai pas le droit, j’étais en couple ! » Il s’emballait, parlait trop, il faisait du Roméo. « Mais Je t’aime ! » Il n'avait jamais été le fortiche de la déclaration, il la faisait à sa manière. Avec la même délicatesse, il posa son menton sur son torse, il le fixa, il voulait observer ses réactions. Son corps trembla à nouveau, encore secouer de ce moment intense. Il tourna la tête vers l’entrejambe de Julian « Toi aussi je t’aime ! », il le personnalisait, mais il fallait rendre à César ce qui était à César. Un doux sourire d’extase sur les lèvres, il reprit le contact visuel. Il avait encore tellement à découvrir et à apprendre avec cet homme.



BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mar 28 Oct - 1:36

Riverbank state park ice skating rink
Roméo & Julian

Flatté... au fond de lui même, Julian ne pouvait pas ressentir autre chose. Déjà, il était rassuré de voir que sa convalescence ne l'avait pas réduit à un être sans possibilité de ressentir le moindre plaisir et d'en donner. Les médecins n'avaient pas été très optimistes sur ce point. Finalement, rien de bien grave, après tout, il ne se rappelait plus l'avoir déjà fait et ce qu'il n'avait pas vécu ne pouvait pas lui manquer. Mais la fierté personnelle, il ne la tirait pas dans le fait d'avoir fait mentir les pronostics. Il se surprenait lui-même. Roméo avait atteint le septième ciel sans contact, juste par la force de leurs corps unis. Il apprenait quelque chose, lui qui pensait qu'un final ne pouvait se conclure que par un mouvement mécanique et régulier, celui que l'on apprend lorsque l'on est adolescent, en pleine découverte de son propre corps. Monroe n'avait pas un égo surdimensionné. En sportif, il savait se montrer fair-play, sans pour autant renoncer à lui. Il n'aimait pas qu'on se moque de lui ou qu'on insiste trop sur ses faiblesses. Le coma, le fait de ne pas se rappeler, cela l'avait rendu dépressif, changeant. Son humeur pouvait passer du rire aux pensées sombres. Il se sentait rabaissé, un peu comme un sous-homme. L'extrême précaution avec laquelle il avait traité Roméo, sa douceur, cela témoignait aussi d'un manque d'assurance. Il allait devoir travailler sur la confiance en lui dans les mois à venir, pour reprendre les habits de cet homme qui ne doute pas en public et qui s'assume pleinement. Première étape, présenter Roméo à sa cousine... et à son fils. Comment l'acrobate allait-il réagir quand il verrait le fruit de son mariage, dont il ne gardait plus aucun souvenir ? Il avait peur du rejet lui aussi... Roméo avait la chance de se rappeler de tout, de conserver son expérience de la vie. Et s'il refusait Nathan ? Julian ne pourrait pas faire un choix entre lui et son fils, plus maintenant car les sentiments étaient bien présents.

Ereinté, essoufflé... le coeur battant à tout rompre, il se laissa allonger par Roméo se plaçant au dessus de lui. Bien qu'il soit une montagne de muscles, il ne l'écrasa pas, se retenant en bandant ses muscles légèrement. Il avait l'impression d'être ivre, de sentiments et d'émotions. Son cerveau avait du mal à récupérer de cet ébat si torride. Il regardait son petit ami, en se perdant dans le bleu de ses yeux. Un souvenir lui revint en mémoire... aussi brutalement que l'accident qui avait bien failli l'emporter. Il était à la mer, allongé sur le sable, à contempler le ciel azur. Les quelques nuages filandreux s'allongeait doucement, poussé par un petit vent d'altitude. Il s'était promis ce jour là qu'il irait un jour toucher les nuages. Les mains posées derrière sa tête, il inspira profondément, faisant une moue apaisée. Le soleil lui léchait la peau, venant la faire bronzer et dorer avec un savoir-faire exceptionnel. Et puis soudain, une jeune fille lui jeta un seau d'eau, sa demie-soeur. Comme si l'événement venait de se produire, Julian sursauta et se cogna contre le gradin en jurant. Il avait été comme électrocuté... Il se passa une main sur le visage, comme pour essuyer les gouttes qui n'étaient autres que des perles de transpiration. Il fut soudain piqué au vif par le froid de la salle. Et inconsciemment, il se blottit davantage contre Roméo. Il cherchait la chaleur alors que son corps était encore brûlant de leur torride moment à deux. Histoire d'éviter de passer pour un imbécile et de perturber Roméo qui devait se demander ce qu'il lui arrivait, Julian se massa le crâne et répondit, la voix légèrement saccadée par l'électrochoc qu'il venait de subir :

- Oui je le pense... je... je n'ai pas voulu te l'imposer... je veux dire que... c'est peut-être tôt... enfin que toi, tu n'as pas oublié et que je peux comprendre que ça te... enfin tu vois... ou peut-être pas en fait... c'est euh... c'est compliqué. Je reprends ma vie en cours de route, j'en ai oublié une grande partie... je devrais être en deuil et je ne le suis pas... enfin si je le suis parce que c'est ce qu'il convient de faire, mais au fond, je suis une coquille vide... Toi, tu as tellement de souvenirs... des choses que tu as encore un peu de mal à vivre... des souffrances, des moments douloureux... je n'ai pas voulu te les rappeler... je suis désolé... Je t'aime... je ne commande rien, je ne fais que le vivre depuis mon réveil... et chaque jour c'est plus fort que la veille.

Julian espérait ne pas être maladroit et ne pas l'avoir choqué. Roméo avait beau lui assurer qu'il était prêt à aller de l'avant et qu'il faisait abstraction de ses problèmes, le hockeyeur doutait qu'il puisse le satisfaire et ne pas lui faire de peine. Et même s'il l'avait conduit à l'orgasme, rien que par le rythme de son corps, cela n'était pas suffisant pour lui faire reprendre pied. Troublé, par l'instant et le souvenir qu'il venait de prendre en pleine figure, il se mit à rougir lorsque Roméo lui assura qu'il aurait bien voulu le dessiner. Et quand il s'adressa à son entrejambe, le jeune homme eut un réflexe particulier puisqu'il le tenta de le cacher avec pudeur d'une main, n'y parvenant qu'à moitié. Il se mit à fuir le regard de son homme, comme si soudain il se sentait jugé et condamné. Que lui arrivait-il ? Tout s'était très bien passé et Roméo était heureux. N'était-ce pas le plus important ? Alors que l'excitation retombait et que le bien-être de leur moment si intime commençait à s'estomper, une nuée de pensées noires s'infiltra dans la tête de Julian. Il lutta pour éviter qu'elles ne prennent le dessus et ne le rendent profondément taciturne.

- Ne gâche pas une feuille de papier pour moi... il y a tellement d'autres choses plus belles que tu pourrais dessiner...

code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian Mar 28 Oct - 16:18





Roméo & Julian
Riverbank state park ice skating rink Roméo avait parfaitement conscience que sa relation avec Julian ne serait pas toujours évidente voir même compliqué à certain moment, il était avec un amnésique qui avait décidé de refaire sa vie. Maintenant qu’ils avaient été jusqu’à coucher ensemble, le jeune homme était venu se blottir contre lui, ils étaient allongés à même le sol. Il n’était pas inquiet, il avait confiance en lui et en eux surtout. Il avait juste besoin d’une confirmation sur les sentiments de Julian à son égard, que cela n’ait pas été dit sur l’élan d’un coup de rein et la confusion du plaisir avec des sentiments illusoires. Le jeune homme avait été surpris d’entendre le je t’aime. Mais la sincérité de cet homme ne semblait pas être remis en cause et ceci malgré le long discours qu’il venait de lui faire. Il vint à lui redonner les mots en retour. Il n’avait pas envie de vivre dans le péché, il n’avait pas envie de vivre dans le mensonge non plus, il était vraiment amoureux de cet homme. Bien entendu il y avait cette petite araignée qui lui trottait dans la tête, elle tissait cette toile de doutes, celle qui fera qu’un jour Julian retrouvera peut-être la mémoire, se rendra compte que sa femme était l’amour de sa vie et viendra anéantir tout ce qu’ils avaient construis. Pourquoi cachait-il son sexe de sa main ? Pourquoi jouer au pudique maintenant ? Il n’y avait pas besoin, est ce que lui-même cherchait à se cacher ? Et malgré cette configuration, le jeune homme avait toujours vécu dans l’instant, préférant vivre que de regretter et que même si un jour ça arriverait, il saura faire face. Le jeune blondinet se mit à le complimenter sur son corps, il se mit à rire quand il entendit ces quelques mots. « Arrête de jouer le béta ! Tu es magnifique et j’ai vraiment envie de te dessiner, c’est important pour moi…et je vais te montrer que tu es beau ! » Il n’avait pas l’habitude de jouer du crayon pour rendre quelqu’un encore plus beau. Roméo aimait capturer l’âme même de la vérité, c’est ce qui était sublime dans ses dessins. Il avait senti cette étreinte plus forte quand il l’avait serré d’avantage contre lui. Il comprenait qu’il faisait froid. « Tu sais, moi je suis sous le charme depuis notre rencontre ! Laisse-toi du temps ! Tu n’es pas une coquille vide….au contraire ! Tu es remplit d’émotion et même si tu es vide, tu as l’avantage de pouvoir remplir à nouveau ! Un peu comme une bouteille d’eau, tu en remets quand t’en a plus ! Regarde aujourd’hui c’était merveilleux, un nouveau souvenir, tu vas te reconstruire ! »

C’était l’éternel optimisme de Roméo qui parlait, il se mit à embrasser son torse, revenant à ses lèvres, il commença par les effleurer et finalement il vint à se redresser, se mettant à cheval pour se courber et l’embrasser avec passion. Si avec les mots il n’arrivait pas à lui faire comprendre ses sentiments alors il serait vraiment perdu. Cette fougue de la jeunesse sûrement. Il voulait encore réveiller cette passion. « J’ai froid et si tu te remettais à me réchauffer, encore et encore, j’ai la patinoire pour la nuit ! » User de son innocence et de sa gueule d’ange, pour obtenir l’accès de cette patinoire relevait d’un don. Il exploitait parfois ce don pour le bien d’autrui et jamais dans le but d’en abuser.

Aujourd’hui il était heureux, il avait un homme, un homme bien complexe par ses aspects et pourtant il l’aimait. Roméo savait qu’il devrait se battre pour leur amour et il avait encore assez de force pour se battre sur deux. Cependant s’il devait encore essuyer un échec dans une relation amoureuse, il arrêterait les frais, son optimisme constant le ferait alors passer à autre chose, pour ne plus jamais recommencer. Ne plus jamais vivre de rupture. Mais il était heureux, il avait envie de ses bras, de son corps, de ses lèvres et de goûter à ce bonheur à deux. Roméo savait qu’ils étaient liés et il allait vivre pleinement cet amour avec Julian.



THE END...AND TO BE CONTINUE...

BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: ✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian

Revenir en haut Aller en bas

✘HOT✘ Riverbank state park ice skating rink -18 ✘♠ Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Manhattan :: Downtown-