Partagez|

Lost and insecure ❧ Madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Lost and insecure ❧ Madison Dim 28 Sep - 22:44

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Encore une journée qui s’achevait alors que Catalina était derrière son bureau, à rester concentrée sur un dossier qui était plus que pressant et sur lequel elle était à deux doigts de s’arracher les cheveux dans la mesure où le propriétaire était plus qu’exigeant et changeait d’avis tous les jours. Du coup, les plans étaient modifiés à la même fréquence, ce qui était loin d’arranger la blonde. Néanmoins, elle aimait tellement son métier qu’elle continuait à donner le meilleur d’elle-même pour satisfaire les demandes ainsi qu’à trouver les arguments afin de prouver que tout était parfait et qu’il n’y avait pas besoin de reprendre le travail déjà effectué. Bien sur à cela se rajoutait les dossiers qui arrivaient de part et d’autres. S’étirant, la demoiselle n’avait pu que jeter un œil sur sa montre et n’avait pu que constater l’heure quelque peu avancée qui s’affichait. Rajoutant quelques lignes à ce qu’elle avait déjà écrit, elle refermait le dossier, lorsque son téléphone se fit entendre. Elle n’avait pas besoin de décrocher pour savoir de qui il s’agissait. Son père, il n’y avait que lui pour voir si elle était encore au travail, alors qu’ils devaient se retrouver en début de soirée. Se pressant de décrocher, elle n’avait pu que commencer à expliquer « Bonsoir Papa. On avait dit rendez vous dans une heure au parc. Ne commence pas à me dire que je ne suis pas raisonnable, je serai là à l’heure. A tout à l’heure oui… ». L’architecte s’était empressée de raccrocher, en soufflant. Elle n’avait pas besoin de lui pour savoir qu’elle devait faire attention, surtout avec cette vie qui grandissait en elle. Et même si elle n’était qu’aux prémices de sa grossesse, elle savait très bien ce qu’elle devait faire ou non. Catalina avait fini par quitter son fauteuil, mettre un peu d’ordre à ses papiers avant de finalement enfiler son manteau, prendre son sac et sortir du cabinet dans lequel elle travaillait. Passant une main dans ses cheveux, elle savait qu’elle avait le temps de repasser chez elle afin de se préparer à cette entrevue qui lui paraissait plus que formelle et beaucoup moins facile que les années précédentes. Peut-être parce que tout avait changé, qu’elle avait compris que rien ne serait plus comme avant, déjà par la mort de sa sœur alors qu’elle était au lycée puis par l’annonce de sa grossesse qui avait été plutôt bien accueillie avant qu’elle ne précise que le père ne serait pas là pour eux deux. Cela avait été le choc, cependant il ne fallait pas croire que la situation était des plus aisées pour la demoiselle. Mais elle avait appris à faire avec, ou du moins elle savait que cela serait ainsi. A cette simple idée, elle avait posé une main sur son ventre en souriant avant de partir direction le parc. A vrai dire, il n’y avait que ça qui la calmait et l’apaisait, lui ôtant toute pensée de l’esprit. De plus, c’était l’endroit où elle avait donné rendez vous à son père, ainsi elle serait sur place. Alors qu’elle venait juste d’arriver, elle avait été attirée par une odeur qui émanait non loin de là, et c’était en se dirigeant vers lui qu’elle s’était retrouvée nez à nez avec un homme qui lui était familier. Madison. Pour être une surprise, cela en était une. Surement en raison du fait qu’elle ne l’avait pas revu depuis qu’elle avait travaillé pour lui, mais les souvenirs qu’elle avait de lui était loin d’être désagréables, bien au contraire. Un sourire apparut sur ses lèvres, mais s’estompa à la vue de la personne qui l’accompagnait. Ce visage lui était familier, et elle se rappelait vaguement de la conversation qu’elles avaient eue ensemble. Tentant de masquer sa surprise, la blonde glissa « bonjour. ». C’était quelque peu banal, mais elle n’arrivait pas à trouver les mots adéquats. « Quelle surprise de se croiser ici. », poursuivit-elle, en esquissant un léger sourire. Autant dire qu’elle ne voulait pas qu’un froid s’impose entre eux.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Sam 11 Oct - 19:05

La vie n’était pas des plus calmes, des plus simples. On pourrait dire que j’avais le temps de jouer du violon, écrire et faire la fête en sautant dans les airs. Enfin avec un trampoline mais pas vraiment. Deux bébés à la maison et une adolescente. Je perdais littéralement le nord. Maman était à l’hôpital depuis mi-décembre et ne pas l’avoir me faisait parfois bizarre. J’avais toujours l’habitude de la sauver d’elle-même quand elle se mettait le feu aux mains alors qu’elle voulait cuisiner mais qu’elle oubliait que j’avais changé le four. Il n’était plus électrique mais au gaz. Ces petites habitudes comme els bagarres car elle ne me reconnaissait pas et était revenue à l’âge d’enfants étaient presque usante mais me manquaient. Cette après-midi, j’avais prévu de passer du temps avec elle. Oui, bon, passer du temps avec sa maman quand on a trente balais. C’est étrange mais soit. J’étais prêt à le faire. J’avais pris ma journée. Nous avions commencés à faire un peu de shopping dans les boutiques pour les personnes plus âgées. Les vendeuses s’occupaient d’elle depuis que j’avais sorti ma carte visa. Bien entendu, c’était bien moins marrant et sexy que dans Pretty Woman. C’était plus… Pretty Mamie. Elle avait un bon jour, elle se souvenait de moi. Elle avait juste oubliée Kiara… et ça c’était un peu embêtant sachant que le bébé était né depuis quelques mois. Kiara était avec moi dans une poussette et elle dormait sagement comme un bébé tout mignon. Vive les filles, j’en avais partout dans ma vie enfin j’avais un petit fils. Oui, déjà papy… mais mince quoi. Parfois je n’en revenais toujours pas. J’étais papa et aussi grand-père. Ma vie avait pris une tournure tellement étrange en quelques temps. Je n’en prenais pas compte. La journée continuait, nous passions sur le marché tout naturellement. La poussette et maman, à côté de moi. Je devais surveiller les deux. Maman pouvait péter un boulon à tout moment et devenir dingue. Elle pouvait se mettre à crier de paniquer car elle ne se souviendrait plus du comment elle est arrivée. D’habitude, je gérais assez bien mais bon, c’était quand je n’avais pas un bébé avec moi. Je savais que c’était un risque mais je voulais que Kiara puisse passer aussi du tout avec moi et seulement moi tout comme je faisais attention qu’Heaven le puisse également. Une fois au marché, nous regardions quelques fruits. Maman, normale… n’arrêtait pas de me demander comment ça se faisait que j’étais papa. Je lui disais tout simplement la vérité mais j’avais l’impression de le faire toutes les 10 minutes alors qu’elle me posait toujours la même question. Parfois je me demandais si elle le faisait exprès pour m’ennuyer ou si c’était qu’elle avait déjà oubliée. Au petit sourire sournois qu’elle avait sur sa frimousse, j’avais de quoi me poser la question car d’habitude, elle était un peu taquine. C’est alors que je croisais une petite tête blonde. Cette jeune femme avait travaillée avec le cabinet un peu avant la naissance de Kiara. Nous avions refaite l’architecture du bâtiment à l’époque pour que ça soit plus espacé. Cette époque était bien révolue. J’avais du temps, une vie. J’arrivais à peine à joindre les deux bouts entre hommes, père et enfin en couple ou du genre avec Tulisa. C’était compliqué même pour moi. Je ne savais pas où nous en étions et être fils était encore plus difficile. « Bonjour ! », disais-je alors à Catalina et fronçant les sourcils. « Oui, c’est sûr… New-York est petit apparemment ! Comment allez-vous ? Du nouveau dans le monde de l'architecture ? », maman regardait Catalina avec une sorte d’attention étrange. La dévisageant comme pour chercher à remettre un nom sur un visage. Surpris, je me disais qu’elle ne l’avait pourtant jamais rencontrée. « Ça va ? », demandais-je à l’intention de ma mère qui me regardait et hochait la tête avec incertitude mais elle me semblait toujours tellement bizarre sur le coup. Elle l’était souvent à cause de la maladie mais là, c’était différence. Je fronçais le nez en reposant mon attention sur Catalina. « C’est ma mère, je ne pense pas que vous vous connaissez… Maman, c’est Mademoiselle Harper, elle a fait l’architecture du bureau ! », disais-je alors pour titre de présentation. « Déjà ? Mais mon lapin, tu ne m’en as parlé que la semaine dernière ! », disait-elle encore coincée à l’époque où j’y pensais simplement. « On ne se connait pas, mademoiselle ? Je vous ai déjà rencontrée, vous étiez plus jeune et vous aviez les joues moins potelées ! », disait-elle en la regardant attentivement. « Excusez-là, elle est… enfin… malade ! », disais-je un peu perdu.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Ven 17 Oct - 16:04

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Si tout se passait au mieux dans la vie de Catalina, et elle n’avait pas spécialement envie de se poser des questions ou alors penser aux détails qui pourraient venir apporter des nuages noirs au ciel bleu qu’elle s’efforçait de voir au dessus de sa tête. Néanmoins, elle faisait avec, vivait au jour le jour, prise la plupart du temps dans son métier, et cela lui allait. Seulement, ce détail était loin de rassurer ses parents, les seuls qui se faisaient réellement du souci pour ce futur enfant à naitre et pour leur fille qui allait devenir une de ces mères célibataires. Et bien sûr, cette image allait de paire avec celle de la pauvre femme seule, qui allait devoir faire face à des responsables bien trop grandes, du moins selon eux. Il était évident que la blonde n’était pas un petit tempérament et elle ferait face à son futur, surtout qu’elle savait que son colocataire et ami était là. Néanmoins, l’égoïsme ne faisait pas partie de son caractère, et elle ne tenait pas à compter sur lui et se reposer sur lui, c’était beaucoup trop demander. Avec ce genre de pensées, elle savait qu’elle n’avancerait pas dans le dossier qu’elle était en train de traiter, en même temps, c’était son métier et sa réputation d’architecte qui était en jeu. Et puis voilà que le téléphone avait retenti, son père lui rappelant gentiment qu’ils devaient toujours se voir, comme si elle avait pu oublier ce détail. N fait, elle aurait juste été en retard, vu qu’elle perdait la notion du temps et qu’elle ne gardait pas un œil sur sa montre. C’était ainsi qu’elle avait rapidement fermé ses dossiers et était partie au parc, où ils devaient se retrouver, et bien qu’elle soit légèrement en avance, Catalina avait décidé de profiter de ce léger avantage sur le temps pour prendre l’air et respirer pleinement. A vrai dire, elle adorait cela, et elle se disait que ce n’était pas sa grossesse qui allait la freiner. Et en avançant dans le parc, elle n’avait pu que tomber nez à nez avec un homme, Madison Callaghan pour lequel elle avait travaillé par le passé. Seulement, la surprise allait de paire avec la présence d’une autre personne qu’elle avait rencontrée à une certaine époque, qui remontait à quelques années déjà. Pourtant, elle préféra ne pas mentionner cette entrevue, pas comme ça, même si elle percevait le regard de cette femme sur elle, alors que les paroles de Madison parvenaient à ses oreilles. Essayant de passer outre, elle se mit à sourire « qui aurait cru cela possible ? Je vais très bien et vous ? ». La blonde n’avait pas eu le temps de rétorquer sur l’architecture, qu’elle reporta son attention sur cette autre personne présente, et elle sentit les battements de son cœur s’accélérer d’un coup, alors qu’elle eut des informations non négligeables sur son identité. Ainsi, c’était la mère de Madison, ce qui lui fit se poser un bien grand nombre de questions supplémentaires à celles qui étaient apparues, il y a bien longtemps. La saluant d’un signe de la tête, elle n’avait pas pu ouvrir la bouche pour prononcer quoi que ce soit, que déjà la mère du brun avait pris la parole et avait parlé de leur entrevue. Donc elle ne se trompait pas, et le fait de mentionner ses joues la fit rire, et elle dut se mordiller la lèvre pour réprimer un fou-rire grandissant. Et si elle avait été de bonne humeur, le détail qu’avait apporté Madison l’avait refroidie. Catalina était sous le choc, et elle ne put que secouer la tête, parce que s’il la caractérisait de sénile, il se trompait sur toute la ligne, enfin surtout sur le point qu’elle venait de mentionner. « Je… Ne croyez surtout pas qu’elle est malade. J’ai bel et bien rencontrée votre mère. ». Se tournant vers elle, elle n’avait pu que lui adresser un sourire, en poursuivant « oui, j’étais plus jeune et les joues sont pour une raison valable. Ravie de vous revoir.». La blonde lui avait serré la main, avant de se tourner à nouveau vers celui qui avait été son client. En même temps, vu le regard surpris qu’il semblait lui adresser. « Cela remonte à quelques années. Il semblerait que mon nom de famille luit ait été familier et a voulu me rencontrer pour en savoir un peu plus, c’est tout…». Elle se rappelait bel et bien qu’elle lui avait parlé de son père, de ce même père qui n’allait pas tarder à arriver. Pour le moment, ils n’étaient qu’eux trois, et elle n’était pas sure de pouvoir apporter plus de réponses que cela aux diverses questions qui pourraient apparaitre...

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Lun 27 Oct - 7:57

Etais-je le genre d’homme à penser que le monde était petit ? Toutes ses choses qui font qu’on se retrouve dans une situation de rencontre ou de retrouvailles aussi simplement ? Je n’en savais rien. Le destin ou pas, c’était un domaine tellement vaste. C’est comme se demander : pourquoi un personnage de roman est destiné à être en couple avec l’autre ? Quel personne sommes-nous pour décider qu’ils ont la même destinée ? Dans le fond, rien ne peut le promettre car nous sommes maitres de nos romans mais dans la vraie vie, nous ne sommes pas maitres de notre destin. Nous décidons bien sûr d’aller là où là mais pas de ce qui peut arriver. Les aléas de la vie. Nous ne décidons pas de gagner au Lotto ou y perdre mais encore de marcher dans un liquide ou une matière indésirable. Nous ne décidons pas non plus quand un pigeon vient voler un peu trop près du crâne pour laisser un souvenir avec tellement d’élégance. Toutes ces petites choses que nous ne pouvons décider que quand nous les écrivons pour quelqu’un d’autres par exemple. Et est-ce que je contrôlais la rencontre avec cette jeune femme et surtout les réactions étranges de ma mère qui la regardait avec intensité ? Je disais tout naturellement de ne pas prêter attention aux propos de ma mère car elle était malade et bien sûr, j’en fus d’autant plus surpris qu’elle ne me dise que ma maman n’était pas malade. Hummmm… onh bah du coup, j’aurais bien aimé le savoir plutôt. Cela me fit sourire cela dit, je comprenais assez vite qu’elle était à semi-sénile sur le coup car elle n’était pas non plus à la même année. « Je… », oui, j’étais surpris et je laissais la jeune femme sourire à ma mère et j’inspirais doucement en me grattant le menton. Oui, je ne savais pas vraiment comment réagir et pourtant ma mère ne m’avait jamais parlée de cette femme, jamais. J’en restais de marbres sous cette situation alors que Catalina venait de me raconter un peu plus la situation. Je n’en étais pas moins éclairé. « Oui, je voulais lui parler de ton père ! », disait alors ma mère alors que j’arquais un sourcil de plus belle. « En fait, je vous assure qu’elle est malade… elle ignorait même l’existence de sa petite fille avant ce matin pourtant elles se connaissent mais elle est dans une période où elle a oublié ces deux dernières années. Parfois plus, parfois moins et parfois elle est complétement incontrôlable. », disais-je en évitant un peu de regarder ma mère en ce moment-même car elle était toujours occupée à fixer Catalina avec un beau sourire et elle la contemplait. « Vous avez la même couleur des yeux… », disait-elle un peu perdue dans ses pensées et je la regardais en arquant un sourcil. « Vous l’avez sûrement rencontrée avant sa maladie ! », disais-je avec un sourire timide car je n’aimais pas trop ce genre de situation ou j’ignorais si ma mère était juste malade ou si elle était simplement elle-même et dans cette situation… je cherchais le vrai dans ses mots. Et c’est de loin que je remarquais ce visage connu alors que je détournais le regard de ma mère pour aller retrouver celui de Catalina mais il s’était posé sur celui d’un homme que je n’avais plus vu depuis 6 ans. C’était le jour de l’enterrement de ma petite sœur qui avait préférée mettre fin à ses jours plus vite que se penser coupable du départ de notre père ou supporter la maladie de notre mère. Je regardais celui-ci, buguant légèrement sur la vue et retournant aussitôt vers Catalina. Non, ce n’était pas possible, je ne venais pas de voir mon père. Un peu déconcerté, je ne savais pas ou me mettre. « Il est vrai que vos joues sont un peu plus ronde et vous semblez, bien enfin vous semblez rayonner… », disais-je sans avoir prêté attention à son ventre mais je remarquais un changement comparé à ces moments où j’avais pu passer du temps avec elle. Elle semblait différente. La grossesse était une chose que l’on remarquait souvent rapidement, parfois un peu trop rapidement seulement vers les 4 iéme mois quand le ventre commence vraiment à son montrer. Je ne m’y connaissais pas totalement mais bon, j’avais pu voir la grossesse de plusieurs femmes enceinte au cours de ces deux dernières années. Ce beau sourire, je regardais la jeune femme. « Une bonne nouvelle ? », lui demandais-je alors avec curiosité mais encore un peu perturbé par la présence de cet homme assez proche et n’entendant pas ma mère, je tournais le regard rapidement vers elle. Elle s’était un peu soudainement enfermée dans sa bulle et regardant le sol.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Mar 28 Oct - 2:49

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Les rencontres étaient tout à fait fortuites ou alors le destin avait poussé Catalina à se retrouver face à un homme qui avait fait appel à ses services pour un travail. Elle n’avait pas eu la chance de revoir Madison depuis, mais les souvenirs qu’elle gardait n’en était que positif, alors c’était avec le sourire qu’elle n’avait pu que lui parler, bien que son esprit ait tendance à vouloir être ailleurs, se préparant plus ou moins à la rencontre de l’homme. Seulement, il fallait bien croire que la discussion était loin d’être des plus ordinaires, dans la mesure où la mère de Madison faisait des révélations quelque peu surprenantes, quant au fait qu’elles s’étaient déjà rencontrées par le passé. Les évènements revenaient petit à petit à la mémoire de la blonde. Visiblement, il ne semblait pas du tout être au courant et le fait de le voir se frotter le menton avait quasi envie de la faire sourire, mais à cet instant là, elle avait surtout envie de se réfugier dans un trou de souris, si cela avait été possible bien évidemment. A vrai dire, elle avait quelque peu éludé la raison de cet échange, et rapidement tout avait été dévoilé, et elle n’avait pu que baisser les yeux en se pinçant les lèvres. Plus cela allait, plus elle se disait que bien des choses allaient être dévoilées, ou alors elle se faisait des idées. Cependant, aux aveux de Madison, elle n’avait pu que secouer la tête, en rétorquant « je vous crois volontiers, et je ne remets en rien vos dires. C’est malheureux d’avoir une telle maladie, de tout oublier, y compris les personnes qui nous sont chères. » . À vrai dire, Catalina espérait ne pas avoir à en arriver à ce stade, et d’effacer de sa mémoire sa famille, y compris le futur être qu’elle portait. Néanmoins, la blonde n’avait rien dit à la suite, regardant de coin la couleur des yeux de Madison pour constater que la femme présente avait bel et bien raison, mais en même temps, combien de personnes possédaient la même couleur d’iris qu’eux deux ? bien trop pour en faire un rapprochement ou une déduction. Oui, elles avaient du se rencontrer bien avant que la maladie ne se déclare, cependant, elle ne tenait pas spécialement à se montrer des plus indiscrètes en demandant des détails qui ne la concernaient nullement. Cependant, elle avait continué à lui sourire discrètement, alors qu’elle sentait la présence de son père non loin de là. A vrai dire, cela avait toujours été particulier, et elle n’avait pu qu’être heureuse depuis son enfance d’avoir un tel bien privilégié avec celui qu’elle considérait comme son héros. Les mots du brun avaient eu don de la faire sourire, et elle n’avait pu qu’acquiescer d’un signe de la tête, en murmurant « il parait que c’est le teint éclatant qui va avec. » . Bien évidemment que c’étaient en quelque sorte des aveux, auxquels elle avait rapidement enchéri « en effet. Je vois que vous êtes plutôt doué et que votre instinct est très bon » . Mais il fallait bien reconnaitre qu’elle avait perçu un malaise grandissant chez lui, elle ne savait pas d’où cela pouvait venir, jusqu’au moment où son père était arrivé à sa hauteur et l’avait embrassé tendrement sur la joue, en lui glissant « Ma chérie, je vois que tu es toujours à l’heure. Tu ne me présentes pas ? ». La blonde s’était vivement retournée, et avait enlacé son père, avant de se reprendre, étant donné qu’ils n’étaient pas seuls. « Papa, je te présente… ». Son regard, sur son père, n’avait pu que s’étonner, son père était devenu blême, comme s’il se retrouvait face à un fantôme, un fantôme du passé. « Madison » . Là, elle était quelque peu abasourdie, comment se connaissaient-ils ? « Je… je dois comprendre quelque chose par tout ça ou vous m’expliquez ?» . Catalina avait croisé les bras, et avait pris une profonde inspiration, se doutant que la réponse allait détruire son monde. « Cat’, je n’ai pas vu Madison depuis très longtemps, à vrai dire, je ne sais pas comment te le dire, je… » . La blonde fit un pas en arrière, regardant tour à tour, Madison, sa mère ainsi que son propre père, comme si elle était de trop dans un tableau relativement parfait, ou qui semblait l’être en apparence…

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Jeu 30 Oct - 19:33

Etais-ce une bonne chose pour moi ? Me retrouver dans ce marché et voir des têtes connus. La petite blondinette pas si petite mais adorable, j’étais content de la voir, tellement. Cela faisait plaisir tout comme croiser le papa noël car je l’appréciais du peu que nous nous connaissions. Bien entendu, c’était une chose assez… Mais avoir l’impression de voir cet homme que je caractériserais comme… enflure. Ce n’était pas comme croiser le père noël mais typiquement comme un jour d’Halloween même si j’adore croiser les petits démons déguisés qui sont dans le fond trop mignon. Je n’aimais pas ce déguisement. Non, je n’aimais pas du tout cet homme. Non. Je devais rêver et oui, cela me rassurait. Je me contentais de me concentrer sur la jeune femme. Oui, je revenais à ses joues. Cette femme avait un petit truc de différent par rapport à l’an passé. Peut-être étais-je stupide mais je me demandais si elle n’attendait pas un heureux évènement. Je n’en étais plus du tout douteux alors qu’elle le confirmait en quelques sortes ce qui me volait un beau sourire. « Féli… », et bing. Non mon sourire s’envolait alors que j’écoutais la conversation en lançant mon regard tueur sur mon père. Oui, cette enflure de première. Non, cela devait être une blague ? Ma mère regardait ailleurs comme si elle était dans sa bulle et voyait ses papillons. Et moi ? Je ne voyais pas des papillons. Je l’entendais parler à cette femme. Au départ, je me disais : c’est sa petite-amie ? Elle est trop jeune pour lui. Un peu beaucoup trop jeune puis j’entendais ce doux non : papa. Celui qu’Heaven me disait parfois et que Kiara pourrait me dire aussi. Catalina reculait, je ne savais pas si elle faisait bien ou pas car j’étais presque face à lui. Cet homme. J’avais la rage limite dans le regard. Je serais le poing. Cette envie fugueuse de le frapper. Oh oui, pile dans le nez et paf. J’avais envie de ça, j’en avais besoin. J’en avais tellement rêvé car je n’avais jamais osé le faire à l’enterrement et je n’étais pas allé le chercher pour le faire. Cet homme qui devait même ignorer être doublement papi alors qu’il allait le devenir. Cela ne me rendait pas triste que mes enfants ne connaissent pas son existence. Ils seraient mieux sans lui. Je n’en doutais pas. Il était d’ailleurs même arrière-grand-père mais bon. Ce n’était pas plus réjouissant pour lui à mon avis. Il allait sûrement une bonne remarque s’il l’apprenait mais je n’en avais rien à foutre. J’étais heureux. Et là, je ne contrôlais pas mon geste. Ce geste soudain qui me fit soulever le bras et plier le coude pour donner un mouvement. Le poing serré, BING dans son nez. La rage évacuée même si elle était encore là. Oh oui, elle grandissait en moi. Ma mère se réveillait de sa torpeur d’un sursaut quand cet homme prenait le point en regardant ce qui était son ex-mari. « Vous ressemblez à mon mari avec 30 ans de plus ! », disait-elle vraisemblablement partie encore dans une autre époque. Elle regardait alors Catalina puis moi-même. « Mais qui êtes-vous ? » demandait-elle en fronçant les sourcils et remarquant la poussette. Elle se tournait vers le bébé qui se mettait à pleurer par peur. « Désolée mon ange, on va rentrer. Madison attend à la maison ! Papa attend à la maison. », disait-elle et merveilleux. Elle pensait que c’était ma petite sœur dans cette poussette. Je soupirais doucement en passant une main dans mes cheveux et prenant la main de ma mère. « C’est moi, c’est Madison et tout va bien, restes-là ! », disais-je alors qu’obéissante, elle restait. C’était sans nul doute les calmants qu’elle prenait sinon… elle aurait pu me battre avec un sac à main ce qu’elle avait déjà fait de peur que je sois un psychopathe. Je regardais alors Catalina. « Désolé, c’est parti tout seul… en fait, c’est… c’est mon géniteur ! », disais-je alors en ne daignant pas regarder cet homme à nouveau. « Je suis… », commençais-je pour cette jeune femme. Je me sentais mal pour elle surtout par ce qu’elle apprenait cette nouvelle si subitement et j’avais l’impression d’être fautif alors que dans le fond ? Je n’y étais pour rien tout comme elle. J’aurais pu lui en vouloir mais non. En fait, pourquoi ? J’avais rapidement compris dès le « papa » ce qu’il en était. « … désolé que vous l’appreniez ainsi ! », rajoutais-je en inspirant. « Je l’ignorais également… », disais-je même si dans le fond, je l’ignorais, oui mais j’avais l’impression de ne même pas être surpris. C’était comme si rien n’était étonnant. Une enflure reste une enflure et malgré tout, mon père l’était jusqu’au bout des ongles.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Mar 4 Nov - 22:27

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Catalina avait tout simplement besoin de prendre l’air, de se retrouver et de retrouver son père, qui l’avait bien fait sortir des locaux où elle travaillait. Pourtant, dès lors qu’elle était arrivée à la rencontre de Madison et de sa mère, elle avait cru rejouer une scène du passé, dans laquelle le brun n’avait pas été présent, mais au moins il était en mesure d’expliquer bien des choses, de lui apporter des détails qui lui étaient méconnus. Elle avait essayé de comprendre que la mère de son ancien client était malade, mais elle avait réussi à replacer leur rencontre et des propos qu’elles s’étaient plus ou moins tenus. Mais lorsque son père était arrivé, aussi étrange que cela puisse paraitre, l’atmosphère était devenue limite glaciale, et les visages avaient changé, se crispant tout simplement. La blonde tentait de regarder la scène, en se sentant clairement de trop, surtout que les propos de son père laissaient quand même planer un doute plus que grandissant dans son esprit, surtout quand il lui avait fait part du fait qu’ils ne s’étaient pas vus depuis. La phrase était restée en suspend, mais elle comprenait que quelque chose les liait bel et bien, au point qu’elle s’en était reculée, voulant s’éloigner de ces mensonges, de ces non-dits qui faisaient que sa vie avait été une belle mascarade. Une main posée sur son ventre, elle n’était pas bien, elle avait besoin de partir, mais ses jambes refusaient d’aller où que ce soit, la forçant à rester devant un spectacle qui la rendait plus malade qu’autre chose, et cette fois ci, ce n’étaient pas les nausées matinales dues à sa grossesse. Néanmoins, il avait bien fallu qu’elle voit le coup de poing de Madison dans le nez de leur père, pour qu’elle réagisse, et qu’elle ne revienne près d’eux, essayant de prendre son père par les épaules l’éloignant quelque peu de son agresseur, qu’elle dévisagea en prononçant « non mais ça va pas la tête… Si vous avez des comptes à régler, il y a d’autres manières ». Catalina la pacifique était bel et bien de retour, et si elle avait envie de protéger son père, il était bien évidemment que les mots de la mère du brun avaient eu le don de la ramener à la réalité, et aussitôt elle avait reculé d’un pas, en questionnant son géniteur du regard vis-à-vis de tout ceci. Mais finalement, c’était Madison qui avait posé ce qu’elle attendait depuis un moment, et là elle n’avait pu que se mettre à rire de manière nerveuse. Ce n’était tout bonnement pas possible. Si bien qu’elle se prit la tête entre les mains, les larmes apparaissant à ses yeux noisette. « c’est pas possible, dites moi que je rêve, l’un comme l’autre. ». Elle ne pouvait pas en vouloir à Madison, vu qu’ils étaient l’un comme l’autre en train de découvrir un lien de parenté qui les unissait visiblement, et elle n’avait pu que faire un pas dans sa direction, loin de cet homme qui lui avait toujours dit de rester honnête, alors que lui, les avait bernées, sa mère, elle et sa regrettée sœur qui les avait quittés il y a bien des années. Essayant de sourire tant bien que mal, elle avait alors murmuré en direction du brun « Navrée également pour vous. De ces retrouvailles et de découvrir en plus l’existence d’un membre inattendu de la famille, enfin membre à moitié » . Enfin, il n’y avait pas qu’un seul membre, mais un membre et demi, cependant elle n’avait pas besoin d’en rajouter une couche, alors que son regard se posait sur la poussette. Ainsi, lui aussi était père, mais alors qu’elle était perdue dans ses pensées, il avait fallu que les mots de leur père ne la fasse revenir sur terre et à l’instant présent. « je suis désolé, vous n’auriez jamais dû le savoir, et je ne tenais pas à vous blesser, l’un comme l’autre… » . C’était sans nul doute la chose qui révulsait au plus haut point la blonde qui se retourna vivement « parce que tu espérais avoir des enfants de deux cotés différents ? des petits enfants même ? Pourquoi tu nous as fait ça ? Tu me dégoutes à un point, toi le héros de mon enfance, tu me mentais, tu nous mentais. Tu étais le père modèle, et je pensais que tu serais un excellent grand-père, mais je ne pense pas que ça soit…. » . Catalina s’était arrêtée, ressentant une légère douleur dans le bas ventre, si bien qu’elle ferma les yeux en expirant doucement, essayant de se calmer. « Je te laisse en famille, papa. J’ai besoin de m’asseoir » . Ses mots lui arrachaient la bouche, et elle partit direction un banc, où elle prit place, regardant de loin ce tableau qui lui arrachait le cœur…

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Mar 11 Nov - 6:21

Et bing, c’était parti tout seul. Alors que la jolie blonde m’engueulait un peu, j’étais incapable de raisonner. J’avais fait ça sans vraiment me contrôler et juste par ce que cet homme me mettait dans une colère noire. Tellement noire. J’aurais vraiment aimé être ailleurs mais pas ici et cependant, c’était ici que j’étais alors que cette jeune femme me demandait si elle rêvait enfin elle le demandait aussi à lui mais je m’en fichais. Je ne voulais pas le calculer. Je voyais ses larmes à ses yeux et je n’en étais point insensible. Voir une personne pleurer en se disant qu’on a une part de responsabilité rien que de sa présence dans ce monde tout comme la sienne pour ma part. Je n’arrivais par contre par à avoir la même tristesse. L’existence de mon père était une chose plus futile pour moi et sa vie actuelle aussi mais qu’est ce qui me mettait tellement en colère ? C’était un tout. Je ne voulais pas la détester par ce qu’elle avait eue l’attention de mon père surement plus que moi, plus que ma petite sœur qui avait fini par en devenir folle. Je lui tentais un vague sourire alors qu’elle disait être désolée et l’écoutant avant d’être interrompu par le son de la voix de son père. Cet homme qui malgré moi était aussi mon géniteur. Je soupirais doucement en arquant un sourcil. « Ah bon ? », disais-je d’un ton sarcastique en me demandant depuis quand me blesser ou même… simplement comme je vais l’intéressait ? Non mais c’était… je rêve. Depuis quand s’intéressait-il à moi. Je levais les yeux en ne rajoutant rien à cette petite question de deux mots balancés sous ce sarcasme bien joli. C’est malheureusement Catalina qui réagissait. Ces mots me faisaient mal. Il avait été tout pour lui et il n’avait rien été pour nous. Je sentais cette impression de gâchis au fond de moi. Je ne voulais pas vraiment ressentir ça. Je ne voulais pas avoir la sensation que ma vie aurait pu être différente s’il s’était mieux occupé de Soledad. C’est alors qu’elle s’arrêtait que j’en perdis attention sur cet homme et même un peu sur ma mère. J’attrapais alors mon portable et téléphonant à l’hôpital ou séjournait ma mère pour les appeler. Ils venaient parfois en urgence pour reprendre les patients quand les proches ne pouvaient plus gérer les sorties. « Restes bien là et regarde Kiara… », disais-je alors à ma mère alors que je raccrochais. Je postais un regard rapide sur cet homme… mon géniteur. « Surveilles-là ! 5 minutes ne seront pas la mort pour toi ! Je vais encore réparer tes erreurs. », disais-je un peu glacialement en allant vers ce banc ou était Catalina et me mettant à côté d’elle. Je ne savais pas quoi dire au début. Pas du tout quoi dire. J’inspirais doucement en me passant une main au menton que je grattais doucement en tournant un regard tendre vers elle. « Tout va bien ? », demandais-je alors que j’avais bien entendu remarqué son léger malaise. J’inspirais doucement en regardant rapidement en direction de ma mère. « Dans le fond, c’est un peu une bonne nouvelle ! », soufflais-je alors en souriant doucement. « Je commence à m’y connaitre en bonne nouvelle, je n’étais qu’un homme qui adorait les femmes et les sorties quand on s’est rencontré et maintenant je suis le papa poule de ses filles… en fait… », mes filles ? Ah oui notons que c’est nouveau que je sois papa et elle ne sait peut-être pas que ça sort de partout chez moi. Heaven par exemple. Cette jeune adolescente qui était maman… déjà ? Oui, déjà. C’était fou ma vie. « Et maintenant… j’ai une sœur… enfin une deuxième ! », disais-je d’un ton un peu plus triste sur la fin. Je ne pensais pas lui avoir dit quand nous nous étions rencontrés pour le travail. Je ne parlais pas de ma petite sœur à tout le monde. Pourquoi ? Remuer le couteau dans les plaies ? Ce n’était pas vraiment malin. J’inspirais doucement en la regardant. « C’est fou à dire ainsi mais autant voir le bon côté des choses ! », disais-je en riant nerveusement.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Jeu 13 Nov - 22:17

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Catalina avait réellement pensé que la fin d’après midi serait calme, mais c’était tout simplement un leurre, vu qu’en un claquement de doigts, tout son univers avait été réduit à néant. Après tout, son père venait de se retrouver face aux membres de sa famille, de ses deux familles, au point même qu’il s’était retrouvé avec le poing de son fils en pleine figure. Elle aussi était en colère, mais ce n’était pas pour autant qu’elle réagissait de la même manière, préférant user des mots pour les séparer aux premiers abords. De toute manière, il n’y avait rien qui pourrait lui faire dire ce qu’elle ressentait réellement, la douleur, la tristesse, et ces maudites larmes semblaient justement la trahir. Puis finalement, elle avait réussi à parler, bien que tout était extrêmement difficile, seulement elle ne savait plus où elle en était et n’avait que la sensation que sa famille n’avait été qu’un tissu de mensonges, ce qui s’ajoutait au fait qu’elle serait relativement seule pour élever l’enfant qu’elle avait décidé de garder. Seule dans tous les cas, voilà la pensée qui arrivait à son esprit, alors qu’elle s’éloignait de toutes ces personnes, ne tenant plus debout en raison d’une douleur qui était apparue au niveau de son ventre. Ce n’était sans doute rien, mais la peur s’était emparée d’elle, une peur de perdre ce qu’elle avait de plus précieux, ce qui lui restait et qu’elle voulait protéger de ce monde impitoyable, dans lequel les mensonges régnaient en maitre. La blonde n’osait même plus regarder en direction de son père et de tous ceux avec lesquels elle avait été quelques instants plus tôt, et même lorsque Madison était venu s’installer à ses cotés, ses yeux n’avaient pas changé de trajectoire, refusant de se porter sur lui, bien qu’il prenne de ses nouvelles. Elle qui voulait passer inaperçue, c’était raté. Jouant alors avec ses doigts, elle n’avait pu que rétorquer « juste une petite douleur. Mais ce n’est rien, rien comparé à tout ça, à tout ce que vous… ». Et voilà, rien de cohérent ne franchissait ses lèvres. Elle aurait aimé lui renvoyer la question, mais la boule qui s’était formée dans sa gorge l’empêchait clairement de se montrer des plus courtoises. Surtout que le brun semblait content, lui racontant des détails qu’elle ignorait bel et bien, ce qui avait le don de la faire sourire « une bonne nouvelle, mais qui signifie encore une femme qui apparait. Ça s’appelle être bien entouré, non ? » , glissa-t-elle en tournant la tête vers lui, comme pour essayer de voir à son tour le coté positif de ces révélations. Et à son second aveu, elle vint à penser à sa sœur qui était partie aussi, disparue trop tôt, et à coté de cela, elle héritait d’un frère, dont elle n’avait jamais entendu parler, même si elle l’avait quelque peu côtoyé de par le travail. Le ton de la voix de Madison lui avait intimé de ne pas demander ce qu’il voulait dire, comme si elle comprenait que le sujet était quelque peu douloureux, et niveau révélation quelque peu triste, là ils étaient quand même arrivés très haut. Toutefois, il avait fallu que la pression retombe, et bien qu’elle ait envie de rester toutefois des plus douces, elle eut la même réaction, avant de se reprendre et de porter son regard sur ses doigts. A vrai dire, elle ne les voyait plus, ses yeux s’étant embués, traduisant la détresse dans laquelle elle se trouvait. Pourtant, elle essayait de se reprendre, d’expirer un bon coup, et là, les mots étaient sortis, seuls. « voir le bon coté des choses ? Allons-y dans la joie et la bonne humeur. On est frère et sœur, du moins demi, vu qu’on ne partage que le même père. Tout semble aller pour le mieux. Ce n’est pas pour autant que je vais sauter au plafond, pardon si je suis violente. Ecoute, je ne peux pas accepter tout ceci facilement. Après, je n’ai rien contre toi, enfin contre vous… je ne sais même plus si je dois dire tu ou vous, la preuve que tout n’est pas clair.» . Catalina avait alors fait une pause, avant de poursuivre « il me faut du temps, juste un peu de temps pour digérer tout cela. Je ne sais pas. tu devrais peut-être y aller, les rejoindre. Ta mère a besoin de toi, plus que jamais. Parce que son mari vient de revenir, ton père… moi, je viens de perdre le mien» . Faisant mine de se lever, elle se rassit avant de lui tendre la main, pour faire la paix, lui donner du courage ou lui dire bienvenue dans la famille ? Elle ne le savait nullement…

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Lun 17 Nov - 1:06

Le mensonge, l’abandon… dans le fond, c’était tellement pareil car l’abandon est un mensonge d’amour. Avais-je mal pris le départ de mon père ? Oui, dans un sens mais ça m’était passé. Je ne le voyais plus vraiment comme un père en fait. Qui était cet homme si ce n’est une personne qui avait fait partie de ma vie pendant peu de temps ? Je ne me souvenais plus tellement de mes moments passés avec lui sauf ce concert que nous avions était voir quand j’avais 10 ans. J’en ai encore l’affiche dans un cadre dans mon bureau. C’était vraiment tout ce qui résidait de lui à mes yeux. Là, je ne voulais pas vraiment passer de temps avec lui. Bien que j’ai été plus heureux un peu après son départ, cela avait tué ma petite sœur et ça, je ne pourrais jamais lui pardonner ou même de ne jamais avoir aidé ma mère. Cette femme ? Il l’avait détruite. Sa santé n’est certes pas à cause de lui mais ça ne l’avait pas aidé. J’inspirais doucement en allant rejoindre la jeune femme et me montrant tout simplement présent. Pourquoi ? Je n’en savais rien mais je ne voulais pas laisser une seconde personne échapper à la vie à cause de mon père. Je ne voulais surtout pas que cela détruise encore une personne. Non, non… j’avais déjà enterré une sœur et ce n’est pas par ce que je viens seulement d’apprendre ça que j’allais la laisser aller sur ce banc seule alors qu’elle avait clairement l’air de ne pas être en forme d’un coup. Je parlais, tentant d’être rassurant mais j’étais un homme. Trouver les mots justes était parfois difficile pour moi. Je l’écoutais alors, elle avait une douleur mais je m’inquiétais tout de même non pas par ce qu’on partageait une moitié de sang mais simplement par ce que… je serais inhumain de ne pas m’inquiéter pour elle. Non ? Je riais doucement, un peu nerveusement alors qu’elle disait que j’étais bien entouré. « Oui, c’est vrai mais c’est sympa, j’en apprends des tonnes sur la cuisine et la mode ! », disais-je d’un ton un peu détendu même si les choses sérieuses reprenaient. En fait, j’en avais toujours… autour de moi, des femmes. Avant c’était ma mère et Soledad et après juste ma mère… et la liste longue des filles qui ont finies dans mon lit pour ensuite devenir des enfants… une mère porteuse aussi pendant un moment enfin avant les enfants. Comment dire ? C’est compliqué. Je suis un homme à femme… enfin dans tous les sens du terme pour le « à » mais celui qui est plus coquin se calmait et ne pensait qu’à une femme. Et arrêtons de penser aux femmes car le sujet était bien plus sérieux et elle reprenait la parole d’un ton plus triste et parfois… cela me touchait quand même. Je la comprenais, ce n’est pas une chose facile et même si je ne le sentais pas autant qu’elle car je détestais déjà mon père avant donc bon… voilà. Je me sentais mal. J’inspirais doucement au fil de ses mots et secouant la tête quand elle s’excusait d’être violente. Non, elle avait raison. Je souriais doucement en l’entendant sur la fin et voyant sa main tendue. Je la prenais en guise de… je ne sais pas non plus mais en fait, je ne voulais pas chercher à le savoir. « Oh… ma mère s’en remettra dans une heure, elle sera sûrement passée à autre chose. Elle ne doit sûrement que se dire que son mari a vieilli… l’hôpital va passer la prendre… c’est peut-être mieux et j’ai déjà dépassée le temps de sortie… », disais-je alors en haussant les épaules. « Et lui ? Je ne veux pas le rejoindre… en fait pour être franc… je l’accepte plus facilement je pense car je sais qu’il… est un connard ! », soufflais-je en riant nerveusement. Non, je ne pouvais pas dire ça ? Catalina était sa fille et aimait son père mine de rien quand même. Je ne pouvais pas l’insulter même si j’en avais le droit mais non, ce sont des vilains mots. « Désolé, je ne devrais pas te dire ça, tu as une autre image de lui… et la mienne est… différente ! », disais-je d’un ton un peu plus triste mais neutre aussi enfin je tentais de rester neutre et calme. « Ce n’est pas mon père mais le tiens, tu n’as pas perdu ton père. Oui, il t’a menti mais c’est toi qu’il a choisi… il nous a quitté et il est resté avec toi… je crois qu’il t’aime… Regardes-le… c’est la première fois de ma vie que je le vois la boucler et rester ainsi comme un piquet au marché… », je riais nerveusement. « Et je tente même de le défendre car je n’aimerais pas que ma fille… que j’aime ne me rejette aussi… pourtant il a fait des erreurs mais… », j’inspirais doucement en tournant mon regard vers lui. « Il n’a pas été un bon père pour moi mais il l’a été pour toi… tu dois lui en vouloir mais… je me dis, il reste notre père qu’on le veuille ou non et je t’assure que je ne le veux pas ! », disais-je en riant nerveusement. « Je te le laisse volontiers… », rajoutais-je aussitôt en lui souriant. « Je ne sais pas si tu as toujours mal… mais je peux t’accompagner à l’hôpital ? », proposais-je alors car bon, j’avais bien compris qu’elle était enceinte et je ne voulais pas avoir sa douleur sur la conscience.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Lun 24 Nov - 0:09

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Il fallait bien que la vie ne soit pas toute rose, qu’elle révèle son lot de surprises, et pas seulement que des bonnes, sinon cela ne serait pas le monde réel mais plus celui des bisounours. Et là en était la preuve évidente, celle que l’on ne pouvait pas forcément soupçonner, et surtout pas la blonde qu’était Catalina. Les révélations qui s’étaient faites étaient loin de la faire bondir de joie, vu qu’elle constatait que tout n’avait été qu’artifices, mensonges, comme si le monde qui l’avait toujours entouré, s’écroulait tel un château de sable, balayé par un coup de vent. Et ce coup de vent avait un nom : une famille cachée pendant plus de trente années, alors autant dire que le réveil était d’autant plus brutal tellement tout cela était inattendu et déconcertant. Il fallait qu’elle accepte, c’était ce qu’elle faisait, du moins, elle avait préféré la fuite plutôt que de prononcer des mots plus que durs à l’encontre de la figure paternelle, l’homme qu’elle avait toujours admiré, et qui finalement était exactement comme les autres. Cette vue la déstabilisait, faisant ouvrir les uns après les autres les petits verrous, et il ne restait guère de temps avant que les émotions ne la submergent totalement. Certes, les larmes pourraient couler, mais est ce que cela changerait vraiment quelque chose ? Non, tout simplement non. Pourtant, il fallait bien reconnaitre que le fait que Madison l’ait rejointe sur le banc l’avait quelque peu touchée et émue, surtout qu’il lui avait confessé quelques détails de son quotidien, jusqu’à présent méconnus. En même temps, pourquoi confier de tels points à celle qui jusqu’à présent n’était assimilée qu’à l’architecte inconnue ? La blonde n’avait pu que sourire, et avait acquiescé d’un hochement de tête léger. « Deux domaines très importants, surtout pour des demoiselles… » . Oui, et ceux que les hommes redoutaient et fuyaient, autant dire qu’elle compatissait grandement, parce qu’elle savait qu’elle pouvait casser les oreilles de son colocataire avec les différents magasines qu’elle ramenait chez eux, et elle se sentait encore plus coupable à cet instant précis. Ethan, finalement le seul à qui elle donnerait toute sa confiance à présent, et c’était avec une légère pointe d’amertume, elle n’avait pu que prononcer des choses qu’elle avait inévitablement regretté de suite, au point qu’elle lui avait tendu la main, redoutant qu’il ne la saisisse pas, ce qu’elle aurait aisément compris. Pourtant, Madison l’avait saisie, et elle n’avait pu que lui lancer un regard en coin, interrogateur tout en cherchant des traits similaires qui montraient qu’ils appartenaient à la même famille, ou du moins qu’ils avaient le même père. Les mots qu’il avait ensuite prononcés, vis-à-vis de sa mère l’avaient profondément attristée, et elle était peinée pour lui, parce qu’une telle maladie était tout simplement la pire, ne plus se faire reconnaitre par sa mère ou du moins la voir perdre la mémoire, ne se rappelant plus du tout les évènements récents n’était tout simplement pas chose facile. Et Catalina avait eu une envie irrépressible de le prendre dans ses bras, de lui montrer qu’elle était là, mais elle s’était abstenue, ne se sentant pas capable d’arriver à cette extrémité et cette proximité après seulement quelques tirades. Quant au fait d’évoquer leur père, c’était un peu compliqué, et la demoiselle s’était pincée les lèvres avant de murmurer « oui, mais pour l’instant, elle ne semble pas être passée à autre chose. J’espère qu’elle oubliera. Mais c’est quand même ton géniteur, et la rancœur n’est pas bonne…  » . Les mots étaient plus faciles que les actes, elle le savait pertinemment, vu qu’elle se refusait amplement de se lever et d’aller suivre le programme initialement prévu avec son père comme si de rien n’était. Tout simplement pas possible, et elle n’avait pu que baisser le regard au sol. Pourtant, elle avait poursuivi, alors que lui semblait plus ou moins s’excuser. « Je viens d’avoir une autre image de lui. Alors peut-être qu’il aurait dû vous choisir. Tu le défends, mais je ne le comprends pas, comment peut-on agir de la sorte ? Tu peux me le dire ? » . Elle se sentait mal, parce qu’elle avait toujours su qu’il était là pour elle, et maintenant, elle ne le pouvait pas, comme s’il pouvait lui mentir, la blesser et lui faire davantage de mal que ce qu’il avait fait. Elle avait réussi à se pincer les lèvres, à l’écoute des mots qui s’étaient alors mis à résonner en boucle à son esprit notre père . Oui, c’était une évidence, et elle aurait du protester, se mettre à crier, à t’empester contre le ciel et contre tout la terre entière, mais cela s’avèrerait être plus qu’inutile. « Je n’en veux pas, on est tous les deux dans cette même galère, alors…  » . Les mots n’arrivaient pas de manière cohérente, et elle n’arrivait même pas à formuler des réponses aux divers propos tenus par celui qui était finalement son demi-frère. Expirant, la blonde n’avait pu que lui adresser un sourire, appréciant grandement ce qu’il venait de dire « ne t’en fais pas, je ne veux pas aller à l’hôpital, j’irai voir mon médecin plus tard, c’est juste le stress. » . À vrai dire, il l’avait plus ou moins prévenue qu’elle devait faire attention, ne pas se surmener, au point qu’elle avait déjà arrêté de sortir de son bureau, se concentrant sur tout ce qui était plan papier. Catalina avait posé sa main sur son ventre à peine visible et s’était rendu compte que la douleur s’était estompée, à son plus grand bonheur. Se tournant vers Madison, elle avait jeté rapidement un coup d’œil à son père qui semblait plus que mal à l’aise et au trente-sixième en dessous, et elle culpabilisa, encore une fois. « Tu as raison, c’est notre père. Et je ne sais pas si c’est une bonne idée. Mais, et si on y retournait ? Pas spécialement pour lui, mais pour nous. Oui, tu as raison sur le fait qu’il a été présent pour moi, mais tu es son fils également, et les non-dits ne se résolvent pas avec un poing en pleine figure, comme tu as pu le faire. Donc, c’est maintenant qu’on peut montrer qu’on est matures et intelligents » . oui, il fallait mieux ça peut-être que de tout envoyer valser sur un coup de tête, parce que l’impulsivité était loin d’être une qualité honorable, pas du tout. et si c’était pour se mordre les doigts après, un effort était plus que faisable et surtout ne coutait absolument rien…

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Dim 14 Déc - 8:38

Je penchais doucement la tête en l’entendant et l’hochant aussi tôt. C’est vrai que ma mère était dans un souvenir du passé ou elle était toujours mariée avec cet homme. Elle était toujours cette femme qui ignorait que son mari la trompait enfin je crois… dans le fond, je venais presque tout juste d’apprendre que j’avais une sœur et donc… que c’était bien vrai. Mon père est donc vraiment un connard ? Cela aide à ouvrir les yeux de venir au marché avec sa maman. Aussi puérile soit ce mot : maman. Pourtant je n’avais jamais stoppé de le dire, peut-être à cause de mon éducation ou simplement par ce que nous étions proches. Toujours tous les deux et jamais séparés sauf depuis qu’elle était dans un service spécialisé. Je venais tout simplement de défendre mon père ce que je ne croyais pas possible et même si je le haïssais encore mais j’avais longuement désiré qu’il m’aime ou aime simplement ma sœur que je ne voulais pas laisser une personne qu’il aime lui faire regretter. Dans un sens, c’était comme une guerre à moitié gagnée si elle lui tournait le dos mais étais-je comme ça ? Non, dans le fond, pas vraiment. Je ne me prenais pas autant la tête. J’inspirais doucement à ses questions. Je n’avais là de suite aucunes réponses à lui donner. Je sentais qu’elle n’était pas vraiment bien avec cette image qu’elle venait d’avoir. Je ne pouvais pas lui en vouloir, je voyais mon papa comme un héros avant qu’il ne quitte ma mère. Vous voyez, l’image de l’homme magique qui fait vivre sa famille car il bosse trop mais qu’il le fait pour notre bonheur. Autant dire que j’avais les yeux dans le cul mais bon… je la regardais, je n’avais tout simplement autant réponse. Comment pouvait-on ? L’aurais-je pu ? Non, certainement pas. Déjà, je n’étais pas marié ce qui rend la donne encore plus difficile. J’inspirais doucement, c’était vrai. Nous étions dans le même bateau, dans la même galère même si nous avions un horaire différent. J’y étais bien depuis plus longtemps. J’haussais doucement les épaules. J’aurais dans le fond préféré rester dans l’ombre que de ruiner cette image qu’elle avait de son père, notre père. Ce n’était juste plus possible et pourtant une part de moi se disait que je passerais à côté de cette famille qui s’offrait à moi. « C’est vrai ! », me contentais-je de souffler en passant une main dans mes cheveux. Je m’inquiétais un peu et hochant tout de même la tête quand elle disait que ça allait, rassuré. « Si tu es sûre que ça va, d’accord ! », disais-je alors, persuadé que ce n’était peut-être pas inquiétant si elle le pensait mais la suite me perturbait. Comment ça ? Oui, non, être civilisé avec mon père ? En fait, elle pourrait tout me demander sauf me demander de pardonner à cet homme ou du moins essayer. J’inspirais en l’écoutant. Je la laissais terminer et détournant le regard. « Hummmm… », soufflais-je en riant nerveusement et passant une main dans mes cheveux. « Faire semblant est impossible pour moi, je ne pourrais jamais arrêter de le détester ! », disais-je alors en soupirant doucement. « Ses conneries, ses images que tu as, ce sont celles qui ont menés ma petite sœur à sa mort… celle qui l’ont poussée… à… », j’inspirais doucement. « Voir cet homme qui l’a détruit alors qu’elle pensait juste être coupable de son départ et même plusieurs années après… ce n’est pas vraiment pratique pour avoir envie d’être civilisé. Il s’est pointé à l’enterrement… il a osé déposer une rose sur son cercueil… Il… », je soupirais à nouveau car parler de ça n’était vraiment pas facile. « Il ne l’avait plus calculée depuis 15 ans, il ne la connaissait pas… on ne pleure pas un enfant qu’on ne connait pas. », disais-je alors avec amertume tandis que je la regardais rapidement et détournant un regard un peu humide. J’inspirais alors en haussant les épaules et retirant alors ma veste pour la posée à cheval sur mon genoux. Je retournais mon regard vers elle. « Désolé… tout à l’heure, tu m’as demandé… comment on pouvait faire ça… comment on pouvait enfin en fait… je n’ai jamais trouvé le pourquoi. Je pense que je ne veux pas le savoir. Il n’y a pas vraiment d’excuses à ça. On ne peut pas abandonner nos enfants ainsi pour d’autres surtout qu’il a été un père… pour moi au début mais jamais pour elle. Elle était encore trop jeune, elle ne comprenait rien. C’est pour elle que je ne pardonnerais jamais à mon père de nous avoir abandonné… et le voir, lui parler… c’est… », je riais nerveusement. « Douloureux ! », oui vraiment. J’imaginais parfois comment cela se serait passé s’il n’avait pas été un vrai abruti et qu’il était resté. Elle serait peut-être toujours en vie, maman, heureuse et mariée ? Enfin non, elle serait tellement jeune. Je me levais alors, prenant ma veste dans la main et la regardant alors qu’une voiture du centre arrivait. Je souriais doucement. « Je crois que je vais juste m’occuper des infirmiers et… », j’inspirais doucement. « Peut-être pas rattraper le temps perdu avec lui mais on peut le rattraper ensemble quand tu seras prête… », lui disais-je alors en haussant doucement les épaules.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Mer 17 Déc - 0:50

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Catalina avait réellement envie de poser les choses à plat, et éviter que la situation n’empire. Il était évident que c’était un réel choc d’apprendre que la famille ne se composait pas que de 5 membres, enfin 4 à présent, mais bien plus. La blonde avait toujours expliqué aux personnes extérieures qu’elle avait une sœur, et qu’elle en avait eu deux, seulement la vie lui en avait enlevé une. Mais là, c’était réellement effrayant de se dire que son père, soit disant modèle de vertu, n’avait fondé une autre famille et que le sang qui coulait dans les veines de l’homme se trouvant en face de lui avait quelques allèles communes avec les siennes. La jeune femme en restait bouche bée, ou du moins, elle essayait de garder les esprits relativement calmes afin de ne pas faire une crise similaire à celle d’une gamine d’une dizaine d’années. Jamais elle ne l’avait fait, et ce n’était pas à son âge et dans son état qu’elle allait s’adonner à ce genre de spectacle qui tendrait à la rendre plus que ridicule. Cat avait tout à fait compris que Madison était loin d’être serein, et que toute l’amertume qu’il ressentait envers son géniteur était clairement visible ou se ressentait. Elle était là, attendant tout simplement et espérant qu’il n’y aurait pas de nouvelles crises en plein parc. Cependant, le fait qu’il se livre à elle la mettait clairement plus à l’aise, lui faisant un peu oublier la déception de découvrir que son monde s’écroulait ainsi que la douleur qu’elle avait aussitôt ressentie et pour laquelle elle aurait pu se faire du souci, mais son médecin l’avait avertie que cela pourrait arriver, et qu’il faudrait se faire du souci si les douleurs persistaient. Cela n’était que cette option, du moins, la blonde ne pouvait voir que cela, et il fallait également reconnaitre que la simple idée de se rendre à l’hôpital ne l’enchantait guère, surtout pour une batterie d’examens qui arriveraient à coups sûrs au même résultat qu’elle. et de toute manière, il y avait bien plus urgent dans l’immédiat, à savoir qu’il fallait qu’elle soit la bonne conscience et la petite voix qui résonnerait les deux hommes, bien que cela soit quelque peu difficile et irréalisable, elle en avait pleinement conscience. Surtout que le simple fait que Madison ne détourne le regard à la fin de ses propos signifiait déjà beaucoup, et le fait d’entendre les mots sortant de sa bouche l’avait conforté dans sa pensée. Après tout, la blonde n’était pas dotée du don de clairvoyance, mais elle savait lire les signes, et sa grossesse n’avait nullement changé ceci, et elle écouta patiemment les arguments de son demi-frère. Au moment où il avait parlé de sa sœur, elle n’avait pu que poser sa main sur la sienne, comme pour lui prouver qu’elle était présente, bien qu’elle ne soit pas d’une grande aide et d’un grand réconfort, et elle se rendit compte qu’un nouveau point les rapprochait, à savoir la perte d’une sœur. Soupirant, elle se pinça les lèvres, en comprenant que son père avait toujours là pour elle, mais pas pour cette sœur qui avait disparu. « Je comprends tout à fait tes arguments, et j’ai du mal à reconnaitre mon père, enfin celui que je connais. Pour le décès de ma sœur, d’une de mes sœurs, il n’a pas agi ainsi, mais c’est un homme qui n’a peut-être pas su s’y prendre avec toi, avec vous. Et si je pouvais faire quelque chose pour te le faire voir d’un autre angle, je le ferai. ». Ses yeux avaient commencé à s’emplir de larmes, et elle inspira profondément afin d’éviter de passer pour une femme plus que sensible, bien que les hormones pourraient être une excellente raison. Toutefois, ce n’était pas ça, c’était le fait de repenser à la disparition de sa sœur ainsi que d’une demi-sœur qui lui était plus que méconnue, et pourtant, cela l’affectait. Elle frottait ses mains, en regardant son père au loin, alors que Madison continuait ses explications. Il était évident qu’elle ne pouvait pas comprendre. « je ne pourrai pas lui trouver d’excuses, et je ne… bon sang, c’est à vous de régler vos soucis. Lui seul à des réponses à tes questions, et je comprends que ça te fait mal d’en parler, d’évoquer ce passé». Catalina ne se sentait pas du tout en mesure de trouver les bons arguments pour le calmer et elle serra sa main, en lui adressant un sourire plus que timide. Le passé semblait les rattraper et elle sentait bien que le présent et le futur les effrayaient grandement, comme si le simple fait que cette bombe ne bouleverse tout leur univers. Et elle avait fini par apercevoir des spécialistes arriver, et elle n’avait pu que se lever à son tour, imitant au passage Madison. « je comprends tout à fait, et je… je crois que maintenant que j’ai trouvé un autre bout de ma famille, je ne compte pas m’en défaire si aisément, enfin si tu es d’accord. Mais je crois qu’il vaut mieux que tu y ailles, enfin je t’accompagne, je ne voudrais pas qu’on t’arrête, parce que tu n’auras pas pu réprimer l’envie de remettre ton poing dans la figure » . Venant l’embrasser tendrement sur la joue, elle commença à avancer en voyant son père la dévisager, attendant une quelconque réponse pour venir à son encontre. Lui faisant un signe discret de la tête, elle ne tenait pas spécialement à ce qu’ils en viennent une nouvelle fois aux mains, pas devant cette femme qui se demanderait ce qu’il se passait…

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Madison A. Callaghan
avatar
Empire State of Mind
CRAWL ▷ carry me trough
CRAWL ▷ carry me trough ♥
▌INSCRIT LE : 25/09/2013
▌MESSAGES : 579
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Barry Sloane
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Dim 18 Jan - 5:41

Si quelqu’un vous dis que tout est simple, c’est un mensonge. Rien n’est simple mais nous décidons juste à faire en sorte que cela nous sembles simple. Si l’on vous dit A ou B, vous prendrez toujours le chemin le plus court donc A car B est plus loin, plus difficile à rejoindre. C’est la grande voie de la vie. Mon père avait-il cherché la simplicité ? Je n’en savais rien. La vérité est que je me demandais parfois si nous n’avions pas juste aussi repoussé celui-ci mais à quoi bon de se le demander ? Quand on veut quelque chose, on se bat et quelques soient les barrages. Je voulais tellement me battre pour ce que je voulais, réellement mais lui ? Je ne le voulais pas malgré qu’elle ait raison. Il fallait agir comme des adultes pour qu’ils nous voient comme tel mais quand l’enfant en nous est brisé, il restera toujours brisé même si l’on tente de le réparer. Un cœur, ce n’est pas réellement aussi facile à réparer que de regarder la plomberie. Bien sûr, elle me faisait rire en me disant que c’était à nous de régler nos soucis. Je passais une main sur ma nuque à ce rire et je l’écoutais en hochant la tête. C’était difficile d’évoquer le passé. C’était surtout frustrant. Je retenais toujours tellement d’émotions quand ça m’arrivait. Je me retenais tout simplement toujours face à tout sauf mon rôle de père. C’était plus simple. « Yep, un peu difficile ! », susurrais-je alors que les gens arrivaient prés de ma mère. Des infirmiers qui débarquent ? Certaines personnes pourraient trouver ça bizarre voir même effrayant mais les voir dans le coin ne me surprenait plus réellement depuis quelques mois. Je devais avouer qu’ils m’aidaient même si je culpabilisais. Je me relevais tout en l’écoutant et j’hochais doucement la tête en lui souriant. « Je n’en ai pas l’intention ! », disais-je avant de réceptionner ce baiser. J’en rougissais même car c’était surtout… ma demi-sœur qui me donnait un baiser sur la joue. Cela avait un petit grain de nouveauté et surtout… cela me rappelait en même temps le passé. Aussi étrange soit cette situation. Je penchais doucement la tête pour regarder attentivement cette jeune femme avant de marcher à ces côtés. « Je suis d’accord… il faudra peut-être que je te présente ma deuxième fille aussi… », disais-je en souriant. Heaven avec une tante ? Tiens, elles avaient les mêmes cheveux presque et les yeux aussi ne semblaient pas tellement différents. Soledad avait quant à elle les cheveux brun ébènes. Je m’approchais alors tout doucement de cette troupe. Ma mère me souriait en posant une main tendre sur ma joue. « Tu grandis tellement vite ! », disait-elle en me regardant comme si… j’étais un petit garçon. Je souriais doucement sans regarder la direction de mon papa. Les infirmiers approchaient et je souriais. « Tu rentres avec Juan ? Je passerais te voir demain soir avec Heaven ! », lui disais-je alors en lui offrant un sourire. Je prenais sa main pour la reposer à son flan délicatement. « Vous venez madame Callaghan ? », lui demandait-il alors qu’il prenant son bras avec galanterie et elle se retournait vers son ex-mari mais aussi vers la jolie blonde. Un sourire triste et j’inspirais doucement en détournant le regard. C’était toujours tellement difficile et il n’y avait plus vraiment de chance. Elle perdait la tête et c’était de pire en pire. Rien pour guérir de cette atroce maladie. Je passais la main sur mon front en me retournant alors vers Catalina. En fait, j’étais coincé. Je voulais lui proposer de se balader à deux mais il était là. Cela serait à trois mais j’avais envie de passer un petit moment avec elle. Rien que pour ne pas me défaire de ce liens mais il était là. J’inspirais doucement dans cette pensée étrange… cette envie presque de faire abstraction de sa présence et lui proposer tout de même. Je ne voulais pourtant pas lui cacher son moment entre père et fille. Non, c’est tellement précieux. Le père en moi ne veut pas lui reprendre ça. Je n’aimerais pas que la mère d’Heaven débarque pour me piquer cette enfant. Je souriais doucement en penchant la tête. « Je crois que je ferais mieux d’y aller mais tu as toujours mon numéro et j’ai toujours le tiens… si tu as besoin de quoique ce soit pour… », je souriais doucement. « Qu’importe… même si tu as besoin de glace à la noix de pécan au milieu de la nuit et que personne ne peut t’en apporter ! », disais-je en riant. « J’ai l’habitude ! », lâchais-je alors que j’inspirais doucement en tournant rapidement le regard vers mon géniteur et détournant aussitôt ce regard. « C’est quoi son prénom ? », demandait-il en regardant le bébé et me regardant mais je ne le regardais toujours pas. « Kiara ! », disais-je assez sèchement en jetant un œil faire elle, elle dormait comme un gros bébé dans sa poussette. Elle est vraiment comme moi qui peux dormir partout. Je soupirais doucement, je voulais être vache, méchant et lui dire qu’elle n’avait pas de grand-père mais je ravalais mon agressivité en tournant à nouveau mon regard vers Catalina. « Elle pourra en apprendre beaucoup de toi, peut-être que la violence n’arrange rien ! », disais-je en riant nerveusement en haussant les épaules. « Je devrais rentrer pour la coucher même si j’aurais été ravi de prendre un café avec toi ! », disais-je en souriant doucement.


Whenever I'm alone with you
You make me feel like I am home again. Whenever I'm alone with you, you make me feel like I am whole again. Whenever I'm alone with you, You make me feel like I am young again. Whenever I'm alone with you,  You make me feel like I am fun again.
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison Mer 11 Fév - 19:39

Lost and insecure
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.

Un univers qui basculait, des certitudes qui volaient en éclat en raison de mensonges qui se voyaient dévoilés au grand jour, voilà tout simplement ce qui était en train de se passer dans ce parc. Madison tout comme Catalina étaient simplement des victimes des choix de leur père, qui avait mené une double vie pendant des années, deux familles qui découvraient la présence l’une de l’autre, autant dire que la pilule avait quelque peu du mal à passer, laissant un coup plus qu’amer aux lèvres des deux parties en présence. En plus, il fallait reconnaitre que le brun, pour lequel avait déjà travaillé la blonde, semblait avoir un passé qui était loin de ressembler aux images idylliques des contes de fées, et elle sentait bel et bien que ce n’était pas elle qui devait servir d’intermédiaire ou bien encore de psychanalyste entre son père et son demi-frère, en même temps, le fossé était creusé depuis longtemps, le terrain quelque peu miné et eux deux seraient en mesure de régler le contentieux qui existait. Elle ne pouvait rien y faire, elle en avait plus que conscience, et se sentait tout à fait impuissante face à cette situation qui la déchirait littéralement, et elle ne put que hausser les épaules légèrement face au refus de Madison ou alors à son acquiescement de ne pas réitérer l’expérience du coup de poing en pleine figure. Un moment de douceur fit son apparition, et Cat eut tout simplement la sensation d’assister à une scène tout à fait ordinaire, comme s’ils se connaissaient depuis toujours et que cette proximité était normale mais aussi naturelle. En sentant le regard de son demi-frère se poser sur elle, elle n’avait pu que rougir légèrement, sans doute dû à la nouveauté de tout ceci, et elle fut presque abasourdie de la confession qu’il lui fit, se rendant compte au passage qu’elle n’était pas seulement la sœur de cet homme, mais également une tante à présent. « J’ai hâte alors, Ton autre fille est toute jeune ? En revanche, je n’ai personne encore à te présenter… ». Catalina esquissa un léger sourire, curieuse de la réponse de Madison, mais surtout de l’énormité qu’elle venait de sortir. Après tout, il était vrai qu’elle n’était pas mariée, n’avait personne dans sa vie, amoureusement parlant, et son bout de chou verrait le jour d’ici quelques mois, autant dire qu’elle était la seule « surprise » à sortir du chapeau. À nouveau près de ceux qu’ils avaient abandonnés de longues minutes auparavant, la blonde souffla, priant intérieurement que rien ne dégénère une nouvelle fois, mais également elle sentit une tristesse infinie l’envahir en voyant la mère de Madison agir. La maladie dont elle était atteinte était tout simplement horrible, ôtant tous les souvenirs passés et plongeant la personne concernée dans un monde qui lui était propre avec des bribes d’informations. C’était sans doute cela le pire, de voir la personne qu’on aimait le plus changer et ne plus être reconnu par elle, alors qu’elle était de votre sang, votre repère, un modèle qu’on croyait infaillible. Le sourire qu’elle lui offrit la fit se retourner afin qu’elle ne voit pas la larme qu’elle effaça rapidement d’un revers de la main. Son père mit une main sur son épaule, et Catalina murmura « pourquoi Papa ? pourquoi ?» . C’étaient les seuls mots qui arrivaient de manière cohérente à l’esprit de la blonde lorsqu’elle regardait celui qui avait été son héros depuis son enfance, seulement aujourd’hui, celui-ci avait été dépossédé de bien de pouvoirs, le faisant alors redevenir un homme comme les autres, qui avaient ses failles et le don de décevoir la future maman. Et les paroles de Madison la ramenèrent vers lui, et elle ne put que sourire, en entendant son offre si généreuse. « Proposition très alléchante, et je t’en remercie vivement. Mais pour les envies farfelues, j’ai déjà Ethan qui subit cela. Il faudra d’ailleurs que je te le présente, enfin si tu veux. Il semblerait que tu aies déjà fort à faire, donc je ne vais pas t’en rajouter, toutefois, c’est avec grand plaisir pour que l’on se revoit au plus vite, pour parler plus calmement» . Oui, il était plus que préférable de se retrouver ultérieurement, parce que la blonde avait pleinement conscience du malaise qui demeurait encore et toujours entre les deux hommes, et celui-ci ne s’évaporerait pas du jour au lendemain ou par un coup de baguette magique, surtout que l’abcès n’était pas crevé et qu’aucun ne semblait être prêt à discuter, surtout après la réponse sèche du brun vis-à-vis de la demande de prénom de l’enfant profondément endormie dans la poussette. Le regard de Catalina s’était posé sur Kiara et elle n’avait pu que se pencher pour la regarder. Endormie, elle ne semblait pas avoir conscience de la tension qui existait, si seulement elle pouvait agir de même et se réveiller sans que rien ne se soit passé, cela aurait été paradisiaque mais totalement impossible. Cela la lassait quelque peu, et elle ne put que soupirer « non, la violence ne résout rien, la discussion oui, mais sans doute est ce trop tôt. Mais je comprends et je suis tout à fait d’accord pour répondre présente pour toi, pour vous, et ce sera volontiers pour le café. Mais il ne faudrait pas que ce bout de chou attrape froid, parce qu’elle est vraiment mignonne, et que je serai une affreuse tante si je souhaitais le contraire… » . Un rire cristallin avait franchi la barrière de ses lèvres, et elle le dévisagea, le regard empli de tendresse. C’était bien la première fois qu’elle parlait et pensait comme une personne qui avait une nièce, et honnêtement, cela ne la dérangeait nullement, bien au contraire.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: Lost and insecure ❧ Madison

Revenir en haut Aller en bas

Lost and insecure ❧ Madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Staten Island :: Willowbrook Park-