Partagez|

Dimanche familial - athénaïs&noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Athénaïs Weiss
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 02/04/2014
▌MESSAGES : 220
▌AGE DU PERSO : 19
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue #401, Manhattan
▌CÉLÉBRITÉ : Rosie Tupper
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Dimanche familial - athénaïs&noah Lun 6 Oct - 0:28

Depuis que les cours avaient repris, je n’avais presque eu aucune minute de répit. Assidue, je voulais commencer cette nouvelle année sans faux-pas et rentrer dans la dynamique d’étude sans attendre. Bien sûr, il n’y avait pas énormément de matière théorique mais beaucoup de connaissances cinématographiques à acquérir. Nous avions beaucoup de cours d’histoire du cinéma par lesquels j’étais absolument fascinée. Nous avions d’ores et déjà un projet à développer en groupe et des textes à travailler. J’étais, il me semble, plus épanouie que jamais. A un détail près. Je n’essuyais depuis quelques mois que des déceptions amoureuses. Mon histoire avec Roseann, cette fille absolument magnifique que j’avais embrassée en soirée, n’avait pas été beaucoup plus loin que ce-dit baiser. Je n’avais par ailleurs toujours pas reparlé avec Lena de la nuit que nous avions passé ensemble. Je semblais vouée à ne vivre que des histoires sans lendemain en ce qui concernait les filles. Cela ne m’avait jamais dérangée avec les hommes mais j’étais très déçue quand il s’agissait de filles. Et comme il était plus dur de trouver des filles intéressées par des filles que des hommes intéressés par moi, ces aventures étaient toujours très espacées. Ma vie sexuelle était donc au calme plat et je devais me dépenser pour oublier cela.

Heureusement, je pouvais toujours compter sur la famille. Je faisais mon possible pour passer du temps avec mon précieux cousin, Noah, le seul appui familial présent à New York. J’appelais souvent mes parents mais je préfère être occupée par une personne en chair et en os. Je ne le connaissais pas réellement à mon arrivée, mais nous avions pris contact et après une première rencontre, nous avions continué à nous voir et avions noué un vrai lien. Il était bien plus âgé que moi et pourtant nous avions une relation tout à fait naturelle. Il n’y avait rien d’embarrassant comme avec un oncle par exemple. Nous agissions comme si nous faisions partie de la  même génération et comme des amis. Je l’avais appelé quelques jours plus tôt pour lui proposer de passer un dimanche après-midi en ma compagnie. Je voulais commencer par un petit restaurant dans l’Upper East Side. J’adorais bien manger et je connaissais le parfait endroit pour cela. Il s’agissait d’un restaurant moderne, huppé mais à l’atmosphère apaisante et qui servait de la nourriture gastronomique européenne. Qu’espérer de mieux ? Personnellement les classiques français étaient pour moi ce qu’il y avait de plus appétissant.

Je n’avais rien à faire de mon dimanche matin mais je refusai de rester chez moi en attendant le repas de midi. Je sorti donc de chez moi aux alentours de onze heures pour aller voir une galerie d’art dans les environs du restaurant (on ne sait jamais que je rencontrerais une deuxième Roseann). Je portais un pantalon noir chic qui s’arrêtait légèrement au-dessus de mes chevilles, un t-shirt blanc fluide et un blazer droit et long de couleur beige. Mes pieds étaient chaussés de talons beiges au bout pointus. Mes cheveux tombaient comme toujours sur mes épaules. J’aimais beaucoup être chic même si la plupart du temps, j’adoptais des looks plus confortables. Le restaurant était un lieu où je ne me permettrais jamais de pénétrer sans talon. Après tout, on se contentait de rester assis pendant des heures alors pourquoi pas. Arrivée au restaurant aux alentours de treize heures (je détestais manger à midi tapantes), j’étais la première. « J’ai réservé une table au nom de Weiss », annonçai-je au maître d’hôtel. « Bien veuillez me suivre mademoiselle ». Il m’amena à une table à côté de la fenêtre ou je m’installai pour attendre Noah. Il ne tarda pas à arriver et à se diriger vers moi. Je me levai pour l’accueillir. « Salut ! Comment vas-tu ? » Je lui offris une accolade bien chaleureuse avant de me rasseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Raylan L. DeWitt-Brown
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 06/10/2013
▌MESSAGES : 621
▌AGE DU PERSO : 31
▌ADRESSE : uc.
▌CÉLÉBRITÉ : justin timberlake.


MessageSujet: Re: Dimanche familial - athénaïs&noah Mer 15 Oct - 16:41

En règle générale, je ne fais jamais grand-chose les dimanches parce que je profite de cette rare journée pour reprendre mon souffle et faire en sorte que le travail ne prenne plus autant de place, même si j’y pense sans cesse, comme présentement. Il faut dire que je ne sais pas faire autrement : je suis un vrai bourreau de travail et parfois, je me demande si je pourrais vivre sans me rendre à l’hôpital durant une quinzaine jours, si je venais à prendre des vacances qui seraient méritées. En réalité, je n’en sais trop rien puisque je m’accorde peu de repos et lorsque je le fais, cela n’excède jamais une petite semaine durant laquelle je me rends dans ma ville natale où je me ressource un maximum avant de reprendre la route jusqu’à New York. Ce sont deux univers complètement différent, mais je me plais réellement ici – en fait, je crois que j’ai la capacité de me plaire peu importe le coin où je me trouve et je l’avais bien prouvé à mon père lorsque l’on vivait en Autriche, son pays natal.

Enfin, tout cela pour dire qu’aujourd’hui, je fais exception à mon programme puisque j’ai prévu de rejoindre Athénaïs, qui est ma cousine. Même si on est dans la même ville, on n’a pas forcément l’occasion d’être souvent en contact et on ne se voit pas trop souvent, comme pourrait le faire d’autres personnes de la même famille. J’ai un travail qui me prend vraiment beaucoup trop de temps et je m’en rends encore plus compte à présent. Plusieurs années nous séparent, ma cousine et moi-même, mais cela ne change rien à l’affection que je lui porte, et contrairement à ce qu’on pourrait croire au vu de mon âge, je ne me comporte pas comme pourrait le faire un père. Je ne suis que son cousin et je préfère largement qu’elle me considère comme tel ou même comme un grand frère si cela lui chante.

Je lance rapidement un regard à l’horloge murale et réalise que si je ne me presse pas, je risque sacrément d’être en retard. Une grimace déforme un instant mes traits : je déteste cela. Je suis quelqu’un de ponctuel et ce, en toutes circonstances. Je me presse alors un peu et m’en vais jusqu’à la salle de bain. Je ne perds pas de temps, je prends rapidement une douche et une fois prise, je me sèche avec la même vitesse. Une fois séché, je retourne jusqu’à ma chambre et enfile des fringues que je choisi avec soin, même si j’ai toujours eu un look assez classique : je n’aime pas en faire des caisses tout comme je n’ai pas envie de paraître ridicule dans des vêtements qui ne me conviendraient pas. Ainsi, une chemise blanche, un pantalon de costume noir, des chaussures de ville ainsi qu’une veste noire font parfaitement l’affaire. Je plaque également mes cheveux en arrière, mais n’ajoute rien puisque je déteste le gel.

Une fois tout dans mes poches (portable, clefs et argent), je fais la route jusqu’au restaurant où je dois rejoindre Athénaïs. Il fait encore assez bon et il n’est pas franchement désagréable de faire la route à pieds d’autant que j’aime prendre l’air, cela me change de toutes mes heures passées dans un cabinet. Lorsque j’arrive devant le restaurant, un petit sourire étire mes lèvres alors que j’entre tranquillement. Je m’annonce au maître d’hôtel, mais je repère très vite ma cousine dans la salle. Je m’avance vers elle, sourire accroché aux lèvres depuis plusieurs minutes et la prend un instant dans mes bras, le temps que nous échangeons une petite accolade. « Je vais bien merci, et toi ? » Lui demandais-je, pas seulement par politesse, mais parce que cela m’intéresse réellement. Je m’assois en face d’elle et croise mes mains entre elles. « Comment se passe les cours au juste ? » Je sais que la rentrée a eu lieu et j’ai toujours envie de savoir comment cela se déroule pour elle et si elle aime toujours autant ce qu’elle fait.
Revenir en haut Aller en bas
Athénaïs Weiss
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 02/04/2014
▌MESSAGES : 220
▌AGE DU PERSO : 19
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue #401, Manhattan
▌CÉLÉBRITÉ : Rosie Tupper
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Dimanche familial - athénaïs&noah Dim 26 Oct - 14:52

« Je vais bien merci, et toi ? », me mon cousin après que je l’aie salué. « Très bien également », répondis-je avec un sourire en me rasseyant sur ma chaise. Noah fit de même et une fois installé, il se lança directement sur le sujet de l’école. « Comment se passe les cours au juste ? » Il me connaissait bien et il savait que les études étaient très importantes pour moi, que j’y accordais beaucoup de sérieux. « Très bien je dois dire, l’horaire est peut-être plus chargé que l’année passée mais rien d’insurmontable. » J’avais encore tout plein de temps libre. « On nous pousse à aller plus loin dans nos émotions et dans les détails, mais je trouve ça réellement passionnant. » J’adorais ce que je faisais, je ne regrettais pas le moins du monde mon choix de me lancer dans des études artistiques. Les personnes qui m’entouraient dans ce parcours, les professeurs et les élèves, étaient tous extraordinaires. J’avais la sensation d’apprendre à chaque instant. En y pensant, je n’avais jamais été plus épanouie que depuis que j’étudiais dans cette école. « Je n’ai même pas l’impression de travailler ! »

Assez parlé de moi, je voulais savoir comment mon cousin se portait lui aussi. « Et le travail de ton côté, ça se passe toujours bien ? » Son travail était prenant mais ce n’était probablement pas maintenant que ça allait l’ennuyer, Noah faisait ça depuis des années et c’était apparemment sa passion. En cela, il me rassemblait beaucoup. Nous investissions beaucoup de temps dans notre travail car nous avons choisi une voie qui nous correspond.  J’ouvris le menu pour décider de ce que j’allais commander. L’apéro d’abord. Je pense à un kirr royal ou une simple coupe de champagne. Je feuillette les pages à la recherche du plat qui me séduira. En tant que mannequin, on s’attend à ce que je ne mange que peu mais je me refuse rarement une combinaison entrée plat, me restreignant davantage sur le dessert. Je décidai quand même à consulter mon cousin, afin de savoir s’il préfère se contenter d’un plat. « Est-ce qu’une entrée te tente ou un plat de résistance te suffira-t-il ? » Sur la carte, le foie gras me fait de l’œil mais je sais que je devrais me tourner vers un simple carpaccio. En vérité tout me fait de l’œil. Je vois une composition d’avocats et de crevettes qui me met l’eau à la bouche. Dans les plats, je m’attarde à la page poissons. Un bon cabillaud ou une sole ? Je reposai la carte alors que le serveur s’avança pour venir prendre la commande des boissons.
Revenir en haut Aller en bas
Raylan L. DeWitt-Brown
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 06/10/2013
▌MESSAGES : 621
▌AGE DU PERSO : 31
▌ADRESSE : uc.
▌CÉLÉBRITÉ : justin timberlake.


MessageSujet: Re: Dimanche familial - athénaïs&noah Ven 16 Jan - 19:25

Il faudrait très probablement que je passe plus de temps en famille, avec Athénaïs, parce qu’elle est ma seule famille à New York. Mais même si je me bourre le crâne avec de bonnes résolutions, je suis souvent bien incapable de les mettre en place parce que j’ai beaucoup trop de travail et très peu de temps. Parfois, je regrette que les journées soient si courtes parce que je n’ai pas toujours le temps de tout faire alors je rapporte au lendemain et j’accumule finalement tellement de regard que mes journées de repos se transforment en journées durant lesquelles je travaille. Il faut que cela change. Je m’en fais la promesse silencieuse : plus de temps pour moi, moins au travail. Enfin, faut-il encore que je la tienne, celle-ci aussi.

« Je suis ravi que tes études te plaisent. Tu as l’air tellement épanouie, ça me fait plaisir de te voir ainsi. »

Il est vrai qu’elle m’a l’air si heureuse que j’en suis très satisfait. Elle est comme une petite sœur à mes yeux, elle compte autant que celle que j’ai et qui demeure dans le Maine, alors savoir qu’elle est contente de ses études me fait plaisir. Elle a choisi la bonne voie, celle qui lui convient le mieux et cela se voit et cela se ressent dans sa façon de dire les choses.

« Je crois que c’est une clef de la réussite : lorsqu’on bosse mais qu’on a pas l’impression de le faire, c’est qu’on aime vraiment ce qu’on fait et qu’on se donne réellement à fond. »

J’étais aussi comme ça. Même si je bossais beaucoup et que je faisais beaucoup d’heures, je n’avais jamais l’impression que c’était trop et j’adorai cela. Je crois même que c’était les meilleures années de ma vie – avant que mon ex-femme ne détruise tout, évidemment -. Mais inutile que je pense à cela et que je la ramène dans notre conversation, elle ne mérite pas que je m’attarde sur elle alors que je l’ai rayée de ma vie depuis un long, très long moment.

« Ça se passe merveilleusement bien ! J’aime tellement ce travail, même si c’est parfois difficile avec les parents, mais je dois être plutôt bon puisqu’ils reviennent toujours vers moi. »

Je ris doucement parce que non, je ne me vante pas de cette manière. Mais je fais parti des pédiatres qui prennent du temps pour les parents : je les rassure, leur donne des conseils, les écoute lorsqu’ils veulent qu’on discute. Je ne suis jamais là pour dire que j’ai un autre rendez-vous qui attend, que je suis pressé ou ce genre de choses. Je n’oublie pas qu’ils sont des êtres humains et pas seulement des honoraires comme d’autres le font.

Je prends la carte et je regarde rapidement le menu. Je ne sais pas vraiment quoi prendre, mais je verrais bien au feeling.

« Je pense que je vais prendre une entrée avec. On se voit si peu qu’il faut fêter ça. »

J’esquisse un sourire alors que le serveur s’approche de nous. Je laisse Athénaïs donner sa commande de boisson avant de passer la mienne : une coupe de champagne suffira bien. Je ne suis pas très alcool, si ce n’est le vin rouge lorsque je rentre chez moi et que j’ai envie de me détendre un petit peu. Une fois le serveur parti, je me tourne de nouveau vers ma cousine, sourire aux lèvres.

« Et à part tes études, tu as du nouveau dans ta vie ? Sentimentalement parlant, je veux dire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: Dimanche familial - athénaïs&noah

Revenir en haut Aller en bas

Dimanche familial - athénaïs&noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Archives :: Corbeille :: Fiches Abandonnées-