Partagez|

don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Mer 8 Oct - 16:34





Katerina & Roméo  & Julian
don't make me your enemy
Roméo se rendait dans le Queens, Julian avait réservé une table dans un petit restaurant japonais. Le jeune homme ne voulait pas se faire inviter, il n’avait pas une grosse paye et n’avait pas envie de se faire aider. Il n’était pas avec Julian pour son argent. Son petit ami avait été très évasif concernant cette fameuse soirée organisée. Il avait envie de lui présenter quelqu’un d’important pour lui, maintenant que c’était du sérieux entre eux, il avait envie d’officialiser vraiment leur couple grâce à cette rencontre. Maintenant de qui il s’agissait vraiment, il avait un peu peur. Il savait qu’il avait une cousine dont il est très proche et ça ne serait pas étonnant que ce soit elle. Ils s’étaient déjà croisés à l’hôpital, mais ils n’avaient jamais vraiment discuté. Roméo venait tous les jours à cette époque, il était capable de rester des heures à contempler cet homme dans le coma. Il lui avait parlé, raconter une tonne d’histoire abracadabrantesque. Maintenant c’était une nouvelle facette, il n’était plus seulement un ami de Julian, ils étaient bien plus proches que ça. Il avait donc décidé de miser un peu sur l’apparence, malgré que ce soit positif de rencontrer une personne de l’entourage de cet homme, ça restait extrêmement angoissant. Il avait un mauvais souvenir de Londres quand William avait présenté sa famille, il avait été comme un insecte nuisible qu’il fallait rapidement exterminer, il n’avait pas envie d’avoir ce même vécu avec cet homme. C’est ainsi qu’il avait acheté une jolie chemise slim pour se mettre en valeur, elle était de couleur noir afin de faire ressortir ses cheveux blonds et ses yeux verts si particuliers. Un jean dans lequel était rangé soigneusement les pans de son vêtement et enfin il avait discipliné sa touffe blonde qu’il laissait d’habitude entremêlé. Il avait vraiment voulu être le plus présentable possible. A aucun moment il n’avait décidé laisser son extravagante joie de vivre ressortir dans sa tenue. Ca n’aurait été que lui, il aurait pris un jean troué et un de ses vieux t-shirts aux armoiries disney.

Il était venu à pied et à métro, ça lui faisait un bout depuis Brooklyn mais le restaurant avait l’air vraiment bien. Pour la première fois de sa vie il allait goûter à des sushis et autre spécialité japonaise. Une fois devant le restaurant, il se mit à patienter, même s’impatienter, il se mit à tourner en rond, il était venu avec vingt minutes d’avance. Il avait besoin de prendre de la hauteur, il avait envie de grimper partout, afin d’évacuer ce tresse qui continuait de s’accumuler. Roméo n’avait pas envie d’être un poids mort pour Julian, parfois il avait cette drôle d’impression de faire honte à William, son ancien compagnon, aujourd’hui il ne voulait plus vivre cette expérience.

Les mains dans les poches, il souriait à chaque personne qui passait, malgré cette situation angoissante, sa joie de vivre était là, resplendissant son caractère, le rendait rayonnant. Après dix minutes d’attente, il se mit à faire la moue, il tapait dans quelques cailloux, il n’avait pas envie d’entrer tout seul dans le restaurant, autant l’être devant l’établissement. Ses yeux se posèrent sur une statue en hauteur, un joli chien qui ressemblait à un dragon, ca devait être un drachien dans son esprit. Il escalada les quelques mètres qui le séparait de l’ouvrage. Il alla s’assoir dessus, c’était confortable les drachiens. Et puisqu’il n’avait rien à faire, il sortit de sa poche des balles de mousse de couleur, pour se mettre à jongler avec. Peut-être que la personne qu’il devait rencontrer était passé à coté de lui, sans même faire gaffe.

Sa nature profonde prenait toujours le dessus, il pouvait mettre une belle chemise, un beau pantalon, il resterait toujours Roméo. C’est là qu’il vit Julian, il fit un bon de la statue, pour atterrir en souplesse juste en face de lui. En fait il se rendait compte qu’ils n’avaient jamais été en couple, au milieu de monde et il hésita sur ce qu’il devait faire, le prendre dans ses bras, l’embrasser ou faire attention à ses gestes. Il préférait le laisser faire.




BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Mer 15 Oct - 0:27



Katerina ∞ Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
Pour la première fois depuis sa sortie de l'hôpital, Julian se rendait au restaurant. Il avait longuement hésité à la façon dont il allait s'habiller. Dans ce grand appartement un peu froid et surtout trop grand pour lui, il cherchait ses fringues. Il tomba nez à nez avec un costume et une robe de mariée. Pas besoin de dire à quelle occasion il l'avait porté. Pendant plusieurs minutes, il était resté devant les sachets transparents, en train de toiser les objets. Il n'avait pas voulu vider les affaires de Kathlyn... pourtant il ne se rappelait pas d'elle. Il avait beau scruter les photos rien ne lui revenait. Il tituba légèrement, prit d'un vertige et s'assit sur le lit. Nathan gazouilla à côté de lui. Il posa un regard plein d'amour sur son fils puis ses yeux se perdirent dans le vide. Pendant de longues minutes, il se déconnecta du monde, un peu comme si on l'avait débranché. Un grand sentiment de lassitude l'envahit. Tout lui parut très sombre, sans saveur, sans couleur. Il eut la plus grande difficulté à se reprendre. Le psychologue qu'il voyait le lui avait dit : il avait des tendances dépressives qu'il devait surmonter. Plus facile à dire qu'à faire. Parfois, Julian bloquait sur des petites choses faciles au quotidien. Comme là, par exemple, sa tenue... Que devait-il mettre ? Un truc classe ? Et si ça ne plaisait pas à Roméo ou à Katerina ? Il enfila une chemise, et sortit une cravate. Mais au moment de faire le noeud, il s'avéra incapable de faire les bons gestes... Il passa une demie-heure à tenter de la nouer sans y parvenir. Il finit par s'énerver et d'un geste brutal, les larmes aux yeux, sans le faire exprès, il fracassa son parfum par terre explosant le flacon. L'odeur se répandit, un peu forte et Nathan ne mit à pleurer. Il fonça vers le petit bout pour le rassurer en le prenant dans ses bras. Bon... pas de cravate... il pouvait garder la chemise sinon... Son fils émit un drôle de bruit et il sentit son torse se mouiller. Il venait de régurgiter du lait souillant son vêtement. Bye bye chemise !

Dépité Julian posa Nathan sur le lit et se dirigea vers la salle de bains. S'il n'avait pas oublié tous les livres sur la paternité qu'il avait appris par coeur, il se serait rappelé que laisser un gamin en hauteur sans surveillance était dangereux. Dans sa précipitation, il omit la flaque de parfum dans laquelle il glissa. Il tomba le cul par terre, les mains sur le verre ! Il grimaça de douleur et se releva difficilement. Heureusement que les morceaux de verre n'étaient pas gros... Il regarda ses mains maculées de sang et boita jusqu'au lavabo. C'est à ce moment là que l'on sonna à la porte. Julian ne jeta pas un oeil à sa montre. Si elle était là, ça voulait dire qu'il était en retard !!! Incroyable mais vrai ! Il avait commencé à se préparer deux heures plus tôt pourtant. Il se dirigea vers le hall d'entrée pour ouvrir à la baby sitter. Celle-ci entra et parut surprise de le voir dans un tel état. Il n'avait pas trop le temps de lui expliquer, il l'amena jusqu'à la chambre et ne remarqua pas l'air paniqué sur son visage. Nathan avait découvert les roulades sur le côté. Elle le rattrapa in extremis avant qu'il ne tombe par terre. En catastrophe, Monroe enfila des bandes autour de ses mains. Il attendit que la baby sitter sorte de la chambre pour enlever son pantalon. Il prit les premiers vêtements qui lui passèrent sous la main, un t-shirt blanc avec un éléphant dessus, pas Babar mais le symbole du parti républicain. Il ne se souvenait plus pourquoi il avait ça, mais pas grave, il était pressé. Il mit un jean gris, enfila ses chaussettes et en voulant attraper ses baskets, il se tapa l'orteil dans le pied du lit. Il ne put même pas crier, cela lui coupa le souffle. Il se laissa choir sur le sol, en proie à un nouveau vertige. Ca commençait vraiment très mal. Il se releva, tant bien que mal et traversa le salon en donnant quelques instructions à la baby-sitter. Elle le regarda, l'air surpris. Elle s'était pointée en avance, mais Julian la mit dans le doute, il avait l'air furieusement en retard.

Avant qu'elle n'ait pu lui dire quoi que ce soit, le hockeyeur quitta l'appartement. Il descendit par l'ascenseur et une fois dehors, il se dirigea vers l'arrêt de bus le plus proche. Manque de bol, il le rata... à quelques secondes près. Il soupira et héla un taxi. Une voiture s'arrêta et le conduisit jusqu'au lieu de rendez-vous. Il le paya, sortit du véhicule et s'avança, déterminée vers l'entrée. Soudain, un individu sauta juste devant lui. Il ouvrit des yeux pleins de surprise et ne put retenir un cri rauque, de peur. Il fit un recul sur le côté, se prit les pieds dans un pot accueillant une jardinière et bascula en arrière. Il tomba sur le sol, dans un grand fracas. Les regards se tournèrent vers lui... voilà qui promettait ! Il se leva sous le regard imperturbable d'un serveur qui n'était pas japonais pour rien. Reconnaissant Roméo, il lui dit, en se tenant la poitrine :

- Nom d'un chien ! Tu m'as fait une de ses peurs ! Je sais... je suis en retard... mais je peux tout t'expliquer ! Ce n'est pas ma faute... en fait, c'est de la faute de personne... j'ai enchainé les tuiles... je suis désolé !

Il avait le coeur qui battait à 100 à l'heure ! On voyait bien qu'il était en nage. Il n'avait même pas peigné ses cheveux qui se retrouvaient en bataille. Les gens autour virent son t-shirt et lui adressèrent un regard noir. Ce n'était pas bien vu de soutenir le GOP ici... Julian ne se rappelait pas qu'il s'était engagé dans ce parti... ça faisait partie des nombreuses choses qu'il avait oublié. Il s'approcha de Roméo pour l'embrasser délicatement sans vraiment se soucier des regards. Il voulut écarter les bras pour l'enlacer mais sa main s'écrasa sur le visage d'une jeune femme, brusquement. Il se tourna pour s'excuser et c'est là qu'il reconnut Katerina. Gêné, il bredouilla :

- Oh... p... pardon... Je... Kat ? Bon sang... je... je suis désolé... je t'ai fait mal...

Julian n'était pas venu seul, il avait embarqué sa maladresse. A sa décharge cependant, c'était surtout parce qu'il stressait... il voulait tellement que cet instant soit parfait. Il avait expliqué à Katerina qu'il avait rencontré quelqu'un mais sans lui préciser que c'était un autre homme. Il appréhendait sa réaction et surtout, il se demandait si Roméo allait aimer sa cousine... Le plus nerveux dans l'affaire c'était lui. Il avait beau tenter par orgueil de ne rien montrer, tout le monde savait que quand il provoquait des catastrophes en cascade c'était lié à ses angoisses. Il posa une main sur la joue de Kat pour s'assurer qu'elle n'avait rien.

- Pardon... je ne t'avais pas vue...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Katerina M. Lehtonen
avatar
Empire State of Mind
what doesn't kill you makes you stronger
what doesn't kill you makes you stronger
▌INSCRIT LE : 15/04/2012
▌MESSAGES : 6549
▌AGE DU PERSO : 19
▌ADRESSE : 5614 Dodgewood Road #404, Bronx. avec un enfoiré & un tatoué.
▌CÉLÉBRITÉ : Demetria Devonne Lovato.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Ven 17 Oct - 23:09

    C'était le jour J, enfin le soir J si l'on peut dire ainsi.
    Les jours, les semaines avaient passé depuis que Julian était sorti du Richmond à mon plus grand soulagement. Cela me faisait du bien de savoir qu'il n'était plus là-bas, comme si on m'avait libéré d'un poids. Bien sûr je me faisais encore du soucis pour mon cousin, je savais très bien que la rémission totale n'était pas le synonyme de la sortie autorisée. Cela nous donnait juste l'espoir qu'il allait déjà mieux... et que justement, tout irait pour le mieux à présent. Il était sur la bonne voie et il y arriverait, j'en étais persuadée. Il avait repris son appartement malgré mon désir de la voir habiter chez moi, je prenais régulièrement de ses nouvelles pour m'assurer qu'il s'en sortait avec Nathan. Plus les jours passaient plus je ressentais l'absence du petit être dans ma vie, je m'y étais habituée. Malheureusement je savais qu'il ne serait pas là au dîner de ce soir... Julian voulait me présenter quelqu'un. Et pas n'importe quel quelqu'un... il avait rencontré quelqu'un. Tout était dans la nuance. Je ne rejetais pas l'idée loin de là... je trouvais cela juste... bizarre ou peut-être précipité... Kathlyn n'était pas partie depuis si longtemps... Est-ce que l'amnésie de Julian l'avait aidé à faire son deuil alors que je n'avais toujours pas réussi à faire le mien ? Peut-être mais je ne lui en tenais pas rigueur... la vie continuait et il devait bien refaire la sienne.

    Techniquement ce n'était pas moi qui passait à la casserole ce soir mais quand même... je stressais un peu. Quoi que... et si je ne plaisais pas à ce fameux quelqu'un ? Je sais pas, si Julian tenait tant à me présenter c'est que ça devait être important pour lui ! Mmh, mieux valait donc être un minimum présentable et laisser mes t-shirts AC/DC trop grands pour moi au placard. Un jean slim tout simple, une chemise, des bottines et le tout me semblait bien. Un léger make-up, les cheveux lâchés, il ne me restait plus qu'à ne pas oublier mon porte-feuille pour payer le resto. Heureusement que ma paie était tombée y'a pas longtemps, malgré mon boulot stable à présent j'avais toujours un mal de chien à boucler les fins de mois. Bref. Je me pressais de quitter mon petit appartement pour ne pas être en retard.

    J'avais soigneusement enregistré mon itinéraire et l'adresse du lieu de rendez-vous dans mon téléphone pour ne pas me perdre -et oui, jamais je ne connaîtrais la Grosse Pomme comme ma poche- mais les déboires du métro me donnèrent un léger retard d'une quinzaine de minutes. Je pressais le pas à la sortie du métro en direction du restaurant que Julian avait choisi. Tête baissée sur l'écran de mon téléphone pour identifier le chemin restant, je ne faisais attention à rien. Je bousculais sans faire exprès une bonne femme à laquelle je balançais de vague excuses avant de continuer mon chemin. Quand tout à coup... BAAAAAAAM. Je grognais avant de pousser un juron « bordel ! » voilà que je m'étais prise une main dans la tête. Je frottais ma joue vivement avant de poser un regard noir sur le fautif. Surprise. « Ah c'est toi ! » J'esquissais un sourire malgré tout « C'était un moyen pour me punir de mon retard ou bien ?! » Je ris légèrement avant d'ajouter « Allez t'en fait pas, c'est rien du tout ». Cependant mon attitude changea du tout au tout quand Julian posa sa main sur ma joue. Je fronçais les sourcils avant de prendre sa main dans la mienne et de l'examiner de près. « C'est quoi ça ? Qu'est ce qu'il s'est passé ?! » lui demandais-je avec une pointe de reproche dans la voix. Les bandes qu'il avait enroulées ne pouvait clairement pas passé inaperçu. Je levais vers lui un regard également plein de reproche -qui était en réalité plus une profonde inquiétude-, ce fut à ce moment que je remarquais la petite tête blonde derrière lui. Je réfléchis un instant puis me penchais légèrement sur le côté pour l'identifier sans lâcher la main de mon cousin « On se connaît non ? » Je jetais un rapide coup d’œil au Monroe pour qu'il confirme également l'information. Il me semble que j'avais déjà croisé plusieurs fois le blondinet à l'hôpital quand Julian y était encore. « Excuse-moi, je ne me souviens plus de ton prénom. C'est fou de se recroiser là comme le monde est petit ! » Je souris avant de regarder autour de nous, pas la moindre trace d'une petite-amie potentielle. Je me rapprochais de Julian et lui glissais silencieusement « Ton rencard est en retard aussi ou … ? Tu comptes lui présenter aussi ? Tu ne m'avais pas dit qu'on serait quatre... m'enfin c'est pas plus mal, comme ça je ne tiendrais pas la chandelle ! » Puis j’enchaînais rapidement envers le quatrième participant « Tu te joins donc à nous ? »


and at last all the pictures have been burned and all the past is just a lesson that we've learned ▵ ©endlesslove.
i won't forget, please don't forget
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Sam 18 Oct - 12:02





Katerina & Roméo & Julian
don't make me your enemy
Roméo aurait dû accompagner Julian pour ce restaurant, passer un peu de temps avec Nathan. Il avait une étrange facilité en compagnie des enfants, il adorait ça en réalité. Sautant de son piédestal quand il vit son colosse rien qu’à lui, il sauta devant lui. Bien entendu il n’en fut pas autrement, avec son bond il avait réussi à faire chuter son petit ami dans un pot de fleur, il ne se moqua pas, il s’avança vers lui pour l’aider à se relever mais il était déjà sur ses jambes. Il remarqua le bandage sur sa main, son visage déconfis. Il avait les cheveux en bataille, il semblait en sueur et il avait sûrement couru. La soirée promettait. Mais en soit Roméo était certain qu’ils allaient passer une super soirée. « Tu es là c’est le plus important…mais qu’est ce qui t’es arrivé à la main ! » Alors que son homme s’approchait pour lui dire bonjour le plus dignement possible, il frappa une jeune femme qui passait. Pas n’importe laquelle. Encore une fois la maladresse légendaire de Julian le rattrapait. Quelques secondes latentes, avant qu’elle ne reconnaisse son cousin adoré et c’était les retrouvailles. Il restait un peu en retrait. Il avait la même interrogation, la même inquiétude vis-à-vis de cette main qui semblait avoir été persécutée. L’angelot n’avait même pas eut son bisou, et c’était cruel, car Julian l’avait manqué. C’était affreux ce manque entre chaque retrouvaille, il ne pensait pas devenir dépendant et drogué aussi rapidement de ce grand homme. Cette fois Kat détermina qu’il était là, qu’ils se connaissaient mais elle n’arrivait pas à l’identifier correctement. « Oui ! On c’est vu plusieurs fois ! » Roméo avait le statut d’ami à l’époque et il aurait fait n’importe quoi pour cet homme. Un grand sourire qui éclairait son visage actuellement. Mais pour le moment elle ne semblait pas comprendre que le rancard de Julian c’était lui. Son cœur se mit à s’accélérer dans sa poitrine, il avait peur de sa réaction. Car jamais Roméo ne se permettrait d’être un obstacle dans sa famille. Le jeune homme n’avait connu que la famille du cirque, il aimerait avoir une vraie famille, la famille soudée et importante, il ne pourra jamais détruire ça chez quelqu’un. « Roméo, mon prénom c’est Roméo ! Mais je me rappelle de toi Katerina » Il avait toujours ce même petit accent des pays de l’est quand il parlait. La Russie était semble t-il toujours resté en lui, même s’il considérait les Etats-Unis comme sa seule et unique patrie. Il l’avait appelé par son prénom, elle ne l’avait pas autorisé à l’appeler par son diminutif.

Il laissait la complicité entre cousin faire son œuvre, elle parla à son cousin en aparté alors que lui était en retrait. C’est alors qu’elle lui demandait s’il se joignait à eux, il eut un visage marqué par l’interrogation. Elle ne savait donc rien de rien, Julian ne lui avait rien dit quand à eux, c’était la découverte, elle n’était pas préparée. Cette fois il fut mal à l’aise, toujours convaincu que ça allait bien se passer. « En réalité j’étais largement prévu pour ce soir ! ». Roméo essayait de lire dans le regard de Julian une quelconque information, c’était à lui d’annoncer à sa cousine qu’ils étaient ensemble et non à Roméo. Il fallait qu’il se sente prêt. Il refusait de lui forcer la main, c’était important. Pourtant on pouvait voir dans son regard vert émeraude, avec ces petits éclats d'or, toute l'affection qu'il portait à son géant personnel.


« Je n’ai jamais mangé avec des baguettes, il parait qu’il y a plusieurs types ! Tu sais que je suis Coq dans l’astrologie chinoise ! J’aurais bien aimé être singe mais ça n’existe pas ! J’aimerais trop aller au japon, je rêve de rencontrer un vrai dragon un jour ! » Il était stressé donc il parlait beaucoup, il termina par un énorme sourire qui étirait ses lèvres, comme à chaque fois il était sérieux dans ce qu’il racontait. Roméo était une alliance entre un monde à part et un monde réel. Roméo rêvait de découvrir le monde, le goût, les couleurs, de nouveaux horizons. Il se tut, il avait l’impression d’avoir fait une gaffe, il entra les mains dans ses poches, signe qu’il n’était pas du tout à l’aise. Il ne savait pas quoi faire, ils étaient tous trois devant le restaurant.




BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Mar 28 Oct - 0:44



Katerina ∞ Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
D'accord, peut-être que les choses ne se déroulaient pas tout à fait comme prévu... pas du tout même. En quelques minutes à peine, Julian avait provoqué catastrophe sur catastrophe. Est-ce que finalement cette soirée était une bonne idée ? Peu importait désormais, il ne pouvait pas se débiner. Katerina avait eu de la chance, parce que son cousin avait de la force, il aurait pu lui fracasser la mâchoire, sans le vouloir. La soirée pouvait encore virer au cauchemar davantage pour lui. Et si sa cousine n'acceptait pas Roméo ? Comment réagirait-elle ? Le jeune homme était loin de se douter qu'elle avait du mal à faire son deuil. Le fait d'avoir oublié Kathlyn, ça lui évitait de se bloquer, de continuer à vivre. Ca avait eu du bon... pour lui, mais peut-être pas pour les autres. Il ne pensait pas un seul instant que ses actes soient prématurés, trop rapides par rapport à son choc. Le sort avait voulu qu'il se réveille avec Roméo dans les parages et qu'il soit attiré par cet homme sans qu'une explication logique puisse être fournie. Il n'avait rien commandé, juste bousculé les choses, histoire de saisir sa chance et d'être franc. Katerina, par contre, risquait d'avoir un choc. Il commençait à y réfléchir lorsqu'elle sembla se soucier elle aussi de sa main. Monroe secoua la tête, en signe de négation, comme pour lui faire comprendre que ça n'était pas grave. Il chercha à la cacher, histoire de la faire oublier mais il ne pouvait pas la mettre dans son dos, puisque son petit ami la verrait... Il se retrouvait encerclé. Comment gérer ça sans paraître idiot et sans les inquiéter ? Sur le moment il ne sut pas quoi faire, à part bredouiller, en fourrant la main dans sa poche :

- Euh... c'est euh... une longue histoire... je suis tombé sur du verre... rien de... rien de grave.

Au fond de lui, il se sentait un peu vexé qu'on agisse ainsi à son égard. Il était un grand garçon, ce genre d'accident arrivait. C'est vrai quoi ! Son coma ne l'avait pas transformé en porcelaine ! Il n'eut pas le temps de faire la tronche car Katerina enchaina avec Roméo, elle le reconnut. Et son petit ami aussi, la conversation s'engagea. Il avait rêvé d'une autre façon de les présenter officiellement. Le blond essayait de chercher des informations à glaner mais Julian avait l'air extrêmement nerveux, en panique totale même. Il venait de comprendre qu'il n'avait peut-être pas eu une bonne idée, que c'était trop tôt... Et Katerina ne l'aidait pas en parlant d'une femme... elle s'attendait à une petite amie, pas à un homme. Comment l'expliquer ? Il avait été marié, même s'il ne s'en souvenait pas ! Il avait eu un enfant, partagé des moments forts avec celle qui fut son épouse ! Et là, il s'apprêtait à présenter Roméo comme son boyfriend... Il avait rougi, malgré lui. Son petit ami changea de sujet, comme pour l'aider un peu. C'était un brin maladroit puisqu'il parla de dragons mais au moins, il meublait le vide. Que faire ? Julian avait deux solutions, puisque s'enfuir en courant était proscrit et ça ne correspondait pas à sa nature. Soit il présentait Roméo comme un ami, ce qui induisait qu'il n'était pas prêt à assumer leur relation. Il savait que ça ferait du mal au blondinet, car ce dernier avait besoin d'affection, de preuves comme quoi il tenait à lui. Soit il disait la vérité à Katerina, au risque de la braquer et de la perdre... si elle n'acceptait pas Roméo, comment pouvait-il faire pour s'en sortir ? Julian regarda les deux personnes qui lui étaient proches et désormais chères. Il ne voulait froisser ni l'un, ni l'autre. Il se décida donc à prendre la parole, s'adressant à Katerina en premier lieu :

- Je dois te faire un aveu... Nous ne serons que trois... Kat... je ne veux pas que tu m'en veuilles, mais si je te mens, je vais te donner une bonne raison de le faire. Alors je vais te dire la vérité... tu m'en voudras peut-être... voilà... Roméo est la personne que je souhaitais te présenter. Je sais que tu l'as déjà vu à l'hôpital... il... enfin lui et moi... nous ne sommes plus juste des amis... Je ne saurais pas comment t'expliquer ce qu'il s'est passé... je n'ai pas compris moi non plus... ça m'est tombé sur le coin de la figure, quelque chose que je n'aurais jamais soupçonné, une attirance... Je... je suis désolé de te l'annoncer ainsi, j'avais... je voulais faire les choses bien avec un dîner... des présentations officielles tout ça... ça va aller ?

Julian était extrêmement inquiet. Il ne se rappelait pas que sa cousine avait rejeté Kathlyn comme la majorité de sa famille d'ailleurs. Il appréhendait sa réaction, il n'avait pas envie de la décevoir. Elle s'attendait à voir une fille. Au lieu de ça, elle avait un gaillard agile sans poitrine mais avec du poil au menton... enfin non parce qu'il n'en possédait pas mais bref, on se comprend. Il sortit la main de sa poche et machinalement, il l'envoya en arrière à la recherche de celle de son petit ami. D'un geste du bras, il l'invita à s'approcher, et ajouta, timidement :

- Roméo, ma cousine Katerina... Kat, je te présente mon petit ami, Roméo.

La vérité... c'était ça qui comptait. Mais Julian ne vivrait pas bien un rejet... Si du temps de Kathlyn, il avait eu la mentalité suffisamment forte pour se construire une armure et envoyer paître tout ce monde, aujourd'hui, il avait besoin des rares à l'avoir soutenu. Les deux seuls à l'avoir fait... il ne rêvait que d'une chose, qu'ils s'entendent bien, parce que sans eux, il ne serait sans doute par ici... bien vivant avec des petites étoiles dans les yeux lorsqu'il parlait de Roméo. Oui mais voilà, s'il avait oublié les dernières années de sa vie, Katerina et Kathlyn étaient amies et cette nouvelle allait forcément être un choc. De ce choc dépendait la suite des événements... et ça, Julian n'avait aucune emprise dessus...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Katerina M. Lehtonen
avatar
Empire State of Mind
what doesn't kill you makes you stronger
what doesn't kill you makes you stronger
▌INSCRIT LE : 15/04/2012
▌MESSAGES : 6549
▌AGE DU PERSO : 19
▌ADRESSE : 5614 Dodgewood Road #404, Bronx. avec un enfoiré & un tatoué.
▌CÉLÉBRITÉ : Demetria Devonne Lovato.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Sam 15 Nov - 0:22

    Stressée, oui je l'étais. Je n'allais pas mentir, ni même pouvoir le cacher, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Et pourtant... ce n'était même pas moi qui présentait quelqu'un à mes parents. Genre tout ce que bon jeune fait au moins une fois dans sa vie. Dans tous les cas, vu la situation avec les miens, je n'aurai jamais à leur présenter quelqu'un – et accessoirement je n'avais personne à présenter, enfin si, peut-être... mais ça c'est une autre histoire. Ce serait sûrement quelque chose que je ne ferai que pour les gens qui me sont proches, très proches. Tout comme Julian s'apprêtait à faire ce soir. Big deal. Et ce soir j'étais celle qui devait accepter, qui allait sûrement juger à savoir si la personne lui correspondait ou non, était bien pour lui ou non, … la liste était sans fin. Nul besoin de préciser que je ne voulais que le meilleur pour mon cousin après tout ce qu'il avait vécu, du coup il me semblait tout à fait normal d'être un chouilla exigeante ce soir. Si il me présentait quelqu'un c'est que j'avais mon mot à dire non ? Ou ma bénédiction à donner ? En vérité... je ne savais même pas si j'avais mon mot à dire, à m'incruster ainsi dans sa vie des plus privées. Bref, je verrais bien ce soir. Voilà que je n'étais déjà pas bien à l'aise avec mon rôle... ça promettait.

    Ça promettait aussi surtout parce que j'étais en retard. Coup de pression supplémentaire, bonsoir ! Cerise sur le gâteau : je me prenais un main en plein tête, bah voyons ! C'est fou ce que les gens ne sont pas civilisés ici ! Oops... je retirais bien vite mes dernières pensées en voyant que le fautif s'avérait en faite être Julian lui-même. Une petite blague plus tard, mon expression changea du tout au tout en voyant sa main. Inquiète je l'interrogeais. « Comment ça tombé ? Qu'est ce que faisait le verre par terre ? » mes sourcils étaient froncés alors que l'inquiétude me bouffait intérieurement. Oui, Julian n'était plus un bébé mais bordel, je ne pouvais pas m'empêcher de faire ma 'maman' avec lui. Ce ne fut qu'ensuite que je remarquais la présence en retrait d'une petite tête blonde qui m'était familière. Cependant il me fut impossible de mettre un nom dessus. Il faut dire que j'étais une vraie tête de linotte et que de l'eau avait coulé sous les ponts depuis. Je devais déjà retenir le nom de mes clients au Starbucks et ne pas me tromper dans leur orthographe... il ne faut pas non plus me demander la lune hein ! Roméo. Mais ouiiii, quelle idiote ! « C'est ça ! » m'exclamais-je alors que ce souvenir revenait à la surface. Et oui c'était bien ça, comme s'il allait s'amuser à me donner un faux prénom, ha ! « Excuse-moi, je suis une véritable tête en l'air. Et appelle moi Kat ! »  lui dis-je en lui adressant un petit clin d’œil. Je me souvenais bien que ces deux là étaient proches, il me semblait donc tout naturel que Roméo soit de la partie, d'où ma question... parce qu'à vrai dire, Julian ne m'avait absolument rien dit à ce sujet. Ni-même au sujet de la personne que j'allais rencontrer, je n'avais même pas réussi à lui soutirer son prénom ! D'ailleurs, je demandais à mon cousin quand la demoiselle était censée arriver... pas de réponse. Mmh, allait-il vraiment être secret à ce point jusqu'au bout ?!

    Heureusement pour lui Roméo détourna mon attention en annonçant que sa présence était prévue depuis le début. « Ah! » J’eus une légèrement réaction de surprise, dans ce cas pourquoi Julian ne m'avait rien dit ? M'enfin, ce n'était qu'un détail, je n'allais pas m'arrêter là-dessus. « Désolée, monsieur je ne dis rien avait gardé le secret de ta présence pour lui ! Mais c'est chouette, on va pouvoir échanger nos points de vue sur la fameuse prétendante ! J'espère que t'as un bon esprit critique ! » finis-je en riant doucement. Oui, je comptais bien passer la fameuse personne au crible. Le blondinet finit par m'arracha un nouveau rire avec son charabia « T'es pas sérieux, t'habite à New-York et t'as jamais mangé avec des baguettes ? Pourtant c'est pas les japonais et les chinois qui manquent ! » Oui, j'étais intraitable niveau bouffe haha. Mes éclats de rire s'évanouirent peu à peu lorsque je remarquais que Julian ne se joignait pas à la plaisanterie, quelque chose ne tournait pas rond ou … ? Ce regard si sérieux... huh, je n'aimais pas ça, vraiment pas.

    Et voilà. Il déballa son sac. Bordel. J'étais sur le cul, au sens métaphorique du terme bien sûr. Pendant que Julian parlait je le regardais successivement lui et Roméo, presque effarée. Quoi, quoi, quoi ? Quand il eut fini, j'eus un léger mouvement de recul. C'était BEAUCOUP a encaissé et … je ne suis pas sure que j'étais prête à l'encaisser justement. « Euh » silence « je sais pas, pas vraiment » balbutiais-je fébrilement. « Je... je comprends pas... ». Le pompon sur la Garonne lorsque Julian chercha sa main. Je ne savais, honnêtement, pas comment j'allais m'y faire. Et les présentations formelles... Je regardais un instant Roméo sans un mot, sans même savoir si je devais lui tendre la main ou lui sortir un « enchanté » ou autre politesse du genre. Mais aucun mot ne sortit, le choc probablement... Je déglutis avant de finalement me décider « On y va ? Je crois que j'ai besoin d'un bon saké cul sec » Ni plus, ni moins, je fis quelques pas en direction du restaurant puis me retournais pour être sure qu'ils me suivaient. Les questions suivraient c'est sur... il me fallait juste le temps que la nouvelle passe d'un hémisphère à l'autre de mon cerveau... Non vraiment, je n'en revenais pas. Je n'y croyais pas. Et à ce moment précis... je ne pus m'empêcher d'avoir une pensée pour Kathlyn.


and at last all the pictures have been burned and all the past is just a lesson that we've learned ▵ ©endlesslove.
i won't forget, please don't forget
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Sam 15 Nov - 22:30





Katerina & Roméo & Julian
don't make me your enemy
Il avait été tout aussi inquiet qu’elle vis-à-vis de la blessure de Julian. Il essayait de ne pas le montrer pour ne pas trahir les futures confidences. Il se demandait si elle l’autoriserait toujours à l’appeler Kat une fois qu’elle saurait. C’était assez délicat comme situation. Il restait optimiste et pourquoi ça se passerait mal ? Il eut envie de répliquer sur le moment, il secoua la tête énergiquement, sans vouloir se lancer dans une description de cette « future prétendante », il aurait bien aimé dire qu’elle était en réalité un homme, qu’il était blond et un peu farfelus. Roméo avait la pression, il avait essayé de détendre l’atmosphère et évoquant les pays asiatiques, ce que ça évoquait pour lui. Pour le moment l’entente entre Kat et lui étaient bon enfant, même si elle s’attendait toujours à voir venir une nouvelle venue. « Non, j’ai jamais eut trop l’occasion ! » il n’avait jamais eut trop les moyens non plus. C’était pour ce soir qu’il avait cette envie. Ca y est Julian se lançait, il cherchait ses mots, son discours était maladroit, prolixe mais il avait le mérite d’être clair dans chacun de ses mots. Il le fit se rapprocher, cherchant sa main, le jeune homme vint glisser celle-ci dans la sienne entrelaçant ses doigts avec les siens. Il n’avait même pas eut le temps de se dire bonsoir tous les deux. Finalement la réjouissance qui était de mise ce soir semblait retomber pour cette jeune femme, coupé dans son élan, elle ne percevait plus ce qu’il fallait réellement faire. Sourire, pleurer ? Roméo continua de sourire. C’est Kat qui pris les devants et décida d’entrer dans le restaurant, les deux hommes sur ses talons.

Le jeune homme essayait de ne pas paraitre tourmenté, la soirée n’était pas encore terminé. Pourtant intérieurement il se disait que s’il n’avait pas été un garçon, rien de tout ça ne serait arrivé, il aurait été une belle jeune femme avec une jolie robe, la soirée ce serait passé merveilleusement bien. Kat aurait tenté de la connaitre et lui aurait laissé sa chance. Le fait qu’il soit du même sexe que Julian semblait griller ses chances d’avance. Il plaça un bras autour des hanches de Julian pour avancer avec lui, le serveur les amena à une table.

Une fois qu’ils furent assis tous trois. Le blondinet installé aux cotés de Julian, cette présentation stressante sembla disparaitre automatiquement dans l’esprit du jeune Russe. « Ouah des baguettes ! Je n’ai jamais mangé avec des baguettes ! » Automatiquement il les prit pour s’amuser avec. Il aimait l’idée que d’autres pays puissent avoir des couverts totalement différents aux leurs. Il avait son attention sur elles. Le décor du restaurant était typique de ce genre d’endroit, avec un bassin, des poissons, un aquarium avec de grandes carpes dedans, de grands chandeliers et un brouhaha constant de conversations. Il avait déjà les deux bâtons dans la main, essayant de s’entrainer avec pour manger, ce qui était un peu laborieux. Le serveur passa pour commander leur apéritif, le jeune homme commanda un grand verre de lait frais. Il avait soif et il ne buvait que ce breuvage.

« Kat si je peux encore t’appeler ainsi ? Je ne sais pas trop comment te dire ça… » Il ne voulait pas qu’à ses yeux il ait pu manquer de respect à la défunte femme de Julian. « Je l’aime vraiment Julian ! et je veux vraiment prendre soins de lui, c’est quelqu’un d’inestimable à mes yeux… Je ne veux pas que tu te mettes à lui en vouloir à cause de moi ! » C’était vrai, sincère, il était pur et ses sentiments l’étaient tout autant, l’angelot s’en voudrait terriblement s’il pouvait être un point de discorde dans la relation complice du cousin et de la cousine. Discrètement sous la table, il alla poser sa main sur la cuisse de son petit ami cherchant le contact physique et aussi une aide extérieure par la même occasion.





BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Jeu 27 Nov - 2:44



Katerina ∞ Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
Un bon saké cul sec... ça n'était pas la réaction que Julian attendait et il se sentit soudain très mal à l'aise... Il aurait voulu que Katerina bondisse de joie, ou dans une moindre mesure, qu'elle affiche sa joie pour eux deux. Mais au lieu de ça, elle paraissait... choquée... La panique le gagna. Ce n'était pas un rejet, c'était bien pire ! Elle ne disait rien, elle tourna les talons pour entrer dans le restaurant. La soirée commençait décidément bien mal. Le pire, ça n'était pas la réaction de sa cousine, mais le visage de Roméo. Il n'eut aucune mal à y distinguer l'angoisse. Il ne voulait pas que son petit ami subisse un rejet. Ce n'était pas ça qu'il avait recherché en organisant cette soirée. Pourquoi ne se passait jamais normalement ? Quand Roméo passa son bras autour de sa hanche, il remarqua les regards de certaines personnes présentes dans la salle. Et il se sentit encore plus mal à l'aise. Depuis qu'il était petit, Monroe avait toujours été un garçon candide, niais en ce qui concernait les autres. Il accordait sa confiance sans réfléchir et se faisait trahir. Le hic, c'est qu'il n'apprenait pas de ses erreurs. Il n'avait pas pensé au regard des autres, au jugement... il se doutait que chacun avait son avis sur la question mais pas qu'on puisse lui reprocher ses sentiments. Cela lui donna un sentiment de déjà-vu... qu'il ne comprit pas. Ils furent placés par le serveur, alors que Julian se sentait comme un épouvantail dans une crèche. Il se détestait... il aurait tellement voulu se faire petit, ne pas dépasser les autres d'une tête. Ils s'installèrent, tous deux placés en face de Katerina. Il y eut un bref silence, que Roméo brisa en s'enthousiasmant pour les baguettes. Parfois, il avait vraiment des réactions bizarres le bonhomme.

Le silence se réinstalla alors à nouveau. Cette fois, cela en devenait étouffant. Julian s'était tassé sur sa chaise, dans une position défensive. Il regardait la nappe blanche, comme pour échapper à cette situation. Il s'en voulait d'avoir été si franc, d'avoir supposé que tout se passerait bien en ignorant l'état d'esprit de Katerina. Il avait l'estomac noué et il se sentait incapable d'avaler quoique ce soit. Le serveur revint pour savoir s'ils souhaitaient un apéritif. Il arqua un sourcil quand Roméo réclama un verre de lait. Il commanda de l'eau pour sa part ne supportant pas l'alcool. Katerina demanda un saké... l'homme repartit et le silence revint. Cette fois, Roméo le rompit avec un ton sérieux. Il l'écouta, déglutissant avec difficulté. Kat lui en voudrait mais pas à cause de Roméo... davantage parce qu'il n'arrivait pas à se rappeler de son ex-femme. Sa cousine éprouvait des difficultés à faire son deuil. Kathlyn était remplacée, trop vite, trop tôt... et par un homme. N'importe qui aurait été surpris. En plus, Julian était un homme à femmes. Même marié, il attirait les admiratrices. Et même s'il restait fidèle de coeur et d'âme, il aurait pu céder aux multiples avances de ces jeunes femmes, admiratrices de ses compétences sur une patinoire. Personne, en réalité, n'aurait pu prédire que Julian aimerait un jour un homme. Et pourtant, c'était le cas. Il n'avait pas choisi, ça lui tombait sur le coin de la figure. Intérieurement, il se voyait hétéro mais finalement, les faits montraient qu'il était bi. Il ne cherchait pas à aller contre cela... ni à le cacher, mais il trouvait important que sa famille l'accepte. Si Katerina s'en montrait incapable, comment pourrait-il ne pas se remettre en question. Il sentit la main de son petit ami sur ses genoux et posa la sienne, moite de stress dessus.

- Je... je ne sais pas quoi te dire... je ne voulais ni te choquer, ni te blesser. Et je suis désolé... j'aurais du te dire ça autrement, peut-être attendre que tu sois prête... c'est ce que j'aurais du faire... Je me sens tellement mal... Je croyais qu'en te disant ce que j'éprouvais pour Roméo, tu serais rassurée de voir que j'allais bien... je pensais que ça te rendrait heureuse. Ce n'était pas mon désir que de salir sa mémoire...


Il parlait de Kathlyn évidemment mais il n'avait aucun souvenir d'elle, de leur mariage. Il en savait juste ce qu'on lui avait raconté. Et si entre Roméo et lui ça s'était construit aussi rapidement, c'était lié à son amnésie. Difficile de faire le deuil d'une inconnue... difficile de se dire que cela faisait deux mois et demi qu'elle était morte. Il aurait du être effondré, et là était tout le problème. Julian se demandait au fond s'il n'était pas qu'un ignoble salaud sans coeur.

- J'ai été maladroit... et stupide... je suis parti du principe que tu avais oublié... parce que j'ai beau tout creuser dans tous les sens, je n'ai aucun souvenir d'elle. Je voulais te montrer aussi que je n'étais pas un sans coeur... que ne pas me rappeler m'avait rendu froid et... enfin bref... j'ai besoin que tu me dises quelque chose... n'importe quoi... mais j'ai besoin que tu me parles... même pour m'envoyer paître, si tu le souhaites... même pour me faire des reproches...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Katerina M. Lehtonen
avatar
Empire State of Mind
what doesn't kill you makes you stronger
what doesn't kill you makes you stronger
▌INSCRIT LE : 15/04/2012
▌MESSAGES : 6549
▌AGE DU PERSO : 19
▌ADRESSE : 5614 Dodgewood Road #404, Bronx. avec un enfoiré & un tatoué.
▌CÉLÉBRITÉ : Demetria Devonne Lovato.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Jeu 11 Déc - 23:27

    Je l’ai toujours dit, toujours, parfois il ne suffit que d’une seconde, d’une seule et unique seconde pour que tout bascule. Une seconde et des mots maladroitement articulés. Mes pensées chamboulées dans tous les sens, ma gorge sèche et mon estomac soudainement noué. Le choc. Je ne pourrais même pas mettre de mot concret sur ce que je ressentais à l’instant. De la colère ? Du tout. Du dégout ? Encore moins. Juste de la surprise surement. Ce foutu sentiment d’anxiété qui vous ronge chaque parcelle du corps lorsque vous vous prenez en pleine gueule une nouvelle dont vous ne pensiez jamais en croire vos oreilles, celle dont on dit qui se passera quand les poules auront des dents. Jamais ô grand jamais je n’avais imaginé Julian avec un homme. Peut-être parce que j’étais trop habituée à le voir avec Kathlyn depuis si longtemps ? Ou tout simplement parce qu’il n’avait jamais émis aucune attirance pour le sexe opposé aussi loin que je m’en souvienne ? C’était le flou total dans ma caboche. Avais-je loupé des épisodes à m’être éloignée de lui dans le passé ? Mais soit. Ce n’était en rien une raison pour le, enfin les, repousser. Si j’étais prête à donner sa chance à une demoiselle, je l’étais toute autant de le faire pour un membre de la gente masculine. Allez zou, direction le restaurant. Je pris les devants.

    Je ne sus que dire une fois à table. A vrai dire, je crois que je considérais même que ce n’était pas à moi d’ouvrir le bal. Roméo s’en chargea avec son admiration pour les baguettes… habituellement j’aurai surement relevé mais pas maintenant. Au contraire, je sondais Julian du regard alors que le sien était plongé dans la nappe blanche immaculée. Le serveur mis rapidement fin à ce petit manège. « Un saké s’il vous plait » commandais-je avec un regard fort appuyé, je jurai que s’il osait me demander mon âge en ce temps de crise, je le décortiquerai sur place telle une vulgaire crevette. Cela dû être suffisant puisqu’il reparti sans un mot et sans les menus qu’il avait pris soin de nous confier. Je croisais les bras sur le mien.

    Ce fut à nouveau le blondinet qui osa défier la loi du silence. Je lui jetais presque un regard de travers involontairement. Pourquoi donc ne devrait-il plus m’appeler Kat ? « Oui ? » demandais-je presque impatiente de savoir ce qu’il avait à dire. Je l’écoutais. D’accord. Il pouvait très bien aimer Julian, le considérer comme le pilier de sa vie ou whatever… je ne mettais en rien ses sentiments les plus intimes en doute mais… en quoi j’en voudrais à Julian ? Je ne comprenais pas. « Et je lui en voudrais pour … ? » je laissais la question en suspens en ayant un air légèrement supérieur mais totalement involontaire « Être avec quelqu’un ? D’avoir attendu aussi peu de temps ? D’être avec un mec ? » Je le sondais du regard à son tour « Tu crois que je suis l’un de ces tyrans qui dénigrent à tout bout de champ ceux qui ne rentrent pas dans le pseudo moule traditionnel de la société ? » Je l’interrogeais. Ah s’il savait… même moi j’étais bien loin de ce pseudo moule. Qu’on le dise maintenant : en aucun cas je n’étais homophobe. Je laissais un moment de flottement avant de conclure fermement « c’est mal me juger ».

    Sur ces mots j’ouvris mon menu et mon plongeais dedans. Enfin… pas pour longtemps. Julian venait de se décider à prendre la parole. Très bien. Je relevais la tête et l’écoutais attentivement. Est-ce que mon saké pouvait arriver genre… maintenant ? J’en aurai bien besoin. Oh oui, grand besoin ! « Je n’ai pas à être prête Julian. C’est TA vie, tu dois avancer, continuer pour toi. Comprends juste, et toi aussi » je désignais le blondinet d’un signe de tête « que la nouvelle tombe un peu comme un cheveux sur la soupe. Il me faut du temps. Je n’arrive pas à faire mon deuil » finis-je d’une petite voix étranglée car le serveur se décida enfin à apporter nos boissons. Je le remerciais d’un signe de tête avant de descendre d’une traite le doux liquide. Si l’on avait choisi ? «Mmmmh » je replongeais dans le menu. « Ce sera le menu M5 pour moi » oui j’avais choisi rapidement et lui tendais déjà mon menu, j’avais hâte qu’il se casse. Chose faite. « Je ne suis pas rassurée quand je vois l’état de tes mains. Mais tu as toujours bien su t’entourer, je ne me fais pas de souci là-dessus. Et j’étais aux premières loges pour voir Roméo à l’hôpital. D’ailleurs, je suis reconnaissante pour tout ce que tu as fait pour lui » ajoutais-je à l’encontre de l’intéressé. « Bref. Racontez-moi. Je veux … » comprendre ? Savoir ? « Dites-moi » Voilà, c’était plus simple.


and at last all the pictures have been burned and all the past is just a lesson that we've learned ▵ ©endlesslove.
i won't forget, please don't forget
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Mar 16 Déc - 18:17





Katerina & Roméo & Julian
don't make me your enemy
Roméo ne pouvait que se réjouir de manger avec des baguettes, toute nouvelle expérience pour lui était totalement enrichissante. Cependant, il pouvait percevoir une forme de tension, dans sa vie, il n’avait encore jamais été aussi perdu. Il voulait rester naturel et en même temps ne pas déplaire à cette jeune femme. La façon dont elle l’avait salué avait été chaleureux et quand elle avait appris la nouvelle, c’est comme s’ils s’étaient retrouvés à des années lumières de l’un et de l’autre. Le serveur avait une commande pas difficile, de l’eau, du lait et du saké. De l’alcool de riz, dans la tête du blondinet ça sonnait vraiment étrange, comment on pouvait transformer du riz en alcool. Rien de grave, il parla un peu essayant d’expliquer ses sentiments comme il pouvait et Julian reprit aussi. A aucun moment il n’avait eut un quelconque regret sur ce qui c’était passé. Lorsqu’elle prit la parole, il se disait qu’il n’avait encore jamais jugé personne. Sur le moment il faillit lui dire qu’on n’était pas dans un tribunal pour la juger, mais la blague était vraiment nulle. Il n’avait juste pas envie de recevoir la première pierre. « Je ne juge pas, car si on devait s’occuper de mon cas mon procès serait trop long ! » Roméo ne rentre dans aucun moule, le mot conformité ne semble même pas faire partie de son vocabulaire. Il prit son menu aussi pour regarder ce qu’il y avait dedans. C’est là qu’il comprit la détresse de la jeune femme, tout avait en rapport avec l’ex femme de Julian. A aucun moment il n’avait envisagé la remplacé, il ne la connaissait que très peu et il avait vécu sa mort avec énormément de tristesse. Il bu un peu de son verre de lait. Est-ce que ça détresse pouvait s’analyser à la vitesse où elle avait bu son verre. Pourquoi elle semblait si réjouie de savoir que Julian allait lui présenter quelqu’un si elle ne voulait pas qu’il remplace sa femme ? Les sentiments devaient-ils se réduire au concept d’attirance sexuelle ? Roméo n’y comprendrait jamais rien et avait toujours pris comme ça venait. « Je veux le menu M4, M2, le K12 et K21 ! » Il hésitait à prendre un dernier menu, mais il n’avait pas si faim que ça ce soir. « Et on peut avoir aussi de la sauce choc…en fait non rien ! » Il savait que ses goûts alimentaires étaient vraiment spéciaux et il n’avait vraiment pas envie d’enfoncer le clou pour ce soir. Il allait s’en tenir à ça. Il essayait aussi de ne pas faire trop de démonstration de tendresse à Julian dans le restaurant de peur de le mettre encore plus mal à l’aise qu’il ne l’était.

Le jeune homme eut un petit sourire, il n’avait pas fait tout ça pour Julian pour avoir des remerciements. « Je sais pas trop par ou commencer… » Elle voulait savoir, soudainement il eut des étoiles plein les yeux en se rappelant le déroulement des événements. Pas besoin de remonter jusqu’à leur rencontre. « Grace à un ami, j’ai pu réserver pour un après midi en semaine une petite patinoire sur Manhattan, je voulais un peu que Julian glisse, qu’il se retrouve un peu grâce à la glace…je sais combien il est merveilleux lorsqu’il est sur ses patins ! Un véritable poisson dans un bocal ! » Il alla chercher sa main sous la table, il avait besoin de la prendre, de le toucher pour se dire que ce n’est toujours pas un rêve.

Comme quoi les intentions de Roméo ont toujours été louables, il n’a jamais refusé l’idée qu’un jour Julian puisse retrouver la mémoire. C’est d’ailleurs le prix qu’il devra payer de ces quelques instants de bonheur, car le verra t-il toujours pareil lorsqu’il se souviendra de sa défunte femme. Il continua son récit. « Je lui aie donc fait la surprise, lui donnant rendez vous sans qu’il ne soit au courant, j’avais même récupéré ses propres patins grâce à un des membres de l’équipe ! Nous étions en train de patiner, j’ai eut peur, on a faillit tomber et on….c’est embrassé ! » Rien que d’y penser à nouveau son estomac se contracta de plaisir et il cru irradié de bonheur. Il était fier de cette histoire. Il se tourna vers son petit ami pour voir s’il n’avait rien oublié.

Il n’allait pas choquer la jeune femme avec les détails de la suite de cet après-midi, car ils avaient fait l’amour. « Je crois qu’avant Julian personne ne m’avait encore accordé autant de tendresse…et de maladresse ! » Soudainement en évoquant cette histoire, il avait l’impression d’oublier toute cette tension, les quelques regards qu’il y avait eut de braquer sur eux. C’était Julian et c’est tout.





BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Jeu 15 Jan - 1:56



Katerina ∞ Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
En insistant pour lui présenter Roméo, Julian se rendit compte qu'il avait brûlé des étapes et bousculé les choses... Le deuil n'était pas terminé, pour sa cousine et d'ailleurs ça se voyait. C'était juste qu'il avait pensé que ça serait plus sain pour elle, de savoir qu'il repartait, qu'il refaisait sa vie et qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Quand elle posait ses yeux sur Julian, on sentait sa peine. Encore plus quand ils parlaient de son fils. Elle avait une nette tendance à la surprotection avec eux deux alors que jusqu'à présent, elle s'était toujours montrée indépendante, pas trop du genre à étaler ses sentiments et ses inquiétudes. Chacun se protégeait comme il le pouvait. Il n'y avait qu'à la voir à l'oeuvre pour comprendre que son apparente froideur, sa fermeté vis à vis de Roméo était feinte. Au fond, elle ne lui en voulait pas, elle ne lui reprochait rien, elle se contentait de heurter cette réalité étonnante à ses convictions personnelles. Ne pas céder, se retenir pour ne pas montrer ses failles. Julian ne pouvait lui en vouloir d'être ainsi. Ces instants étaient difficiles, tant pour lui que pour elle. Il ne voulait surtout pas la blesser et elle non plus. Mais entre cousins, ils devaient tout pouvoir se dire. Il ne lui tenait aucune rigueur de sa surprise mais il ne savait pas comment réagir. Aussi, préféra-t-il que Roméo parle. C'était tout l'avantage d'avoir un petit ami comme lui. Il n'avait pas besoin de se forcer pour mettre de l'entrain dans une conversation et chercher à gommer le malaise. Monroe en profita pour commander un M3, bête et méchant. Ces derniers temps, l'appétit lui manquait un peu.

Quand Northman évoqua la patinoire, Julian ne put s'empêcher de rougir et de baisser les yeux. Il se sentait coupable et il craignit que son petit ami n'aille trop loin dans les détails... Ah ça, pour glisser, le jeune homme avait glissé... il se souvenait davantage de leur chute que de la façon dont il avait maîtrisé sa trajectoire sur la glace. Il retint son souffle lorsque Roméo raconta ce qui avait provoqué tout le reste ensuite... Si jamais il lui disait qu'ils s'étaient envoyés en l'air dans les gradins, pris par la passion, Katerina allait faire une attaque. Il ne put s'empêcher d'être soulagé quand il entendit le mot "embrasser"... au moins, il n'avait plus à être gêné sur le sujet. Mais le problème, c'est que si sa cousine avait fait un peu attention, elle avait du relever son stress et sa façon de fuir la situation comme s'il voulait s'affranchir d'un plaisir coupable. Naïf, Julian pensa que ses émotions étaient restées au fond de lui. En vérité, son visage en disait long sur lui. Il eut un regard de gratitude pour Roméo, parce qu'il s'était contenté de l'essentiel... du moins, il n'avait pas dit à la jeune femme qu'ils étaient allés beaucoup plus loin qu'un baiser... Elle n'aurait sans doute pas vraiment apprécié. Quand son petit ami parla de sa maladresse, il fronça légèrement les sourcils. Ok, il lui arrivait très souvent de faire des conneries mais de là à dire qu'il était maladroit... il n'était pas d'accord. Il répliqua donc :

- Je ne suis pas maladroit... tu exagères !

En voulant joindre le geste à la parole, sans le faire exprès, il envoya valser la salière qui se brisa en mille morceaux sur le sol. Ecrevisse, il se hâta de mettre les mains sous la table, comme pour les cacher. Il bredouilla quelques excuses confuses lorsqu'un serveur vint ramasser aimable les dégâts et leur apporta du sel. Il sentait les regards posés sur lui et une nouvelle fois, il regretta d'être aussi grand. Une pensée nauséabonde lui traversa l'esprit : si seulement il avait pu finir en fauteuil roulant, pour s'éviter d'être repérable entre mille personnes... Il se secoua intérieurement comme pour se réprimander lui-même d'avoir une telle réflexion négative. Ca n'était pas le lieu... ni le moment. Il avait sa cousine à choyer. Il commença par rassurer les deux autres sur l'état de ses mains :

- Mes mains vont bien, je vous assure... j'ai eu un petit accident domestique, c'est tout... En fait, Roméo ne dit pas toute la vérité. Quand je me suis réveillé, je ne savais plus vraiment où j'étais, ni qui j'étais. J'avais droit à la visite des médecins toutes les heures, à des tests... je n'ai vu que vous deux. Je n'avais aucun souvenir d'avoir vu son visage mais je me rappelais de sa voix, un peu comme s'il m'avait parlé pendant deux mois... je ne sais trop comment te l'expliquer. La première fois que j'ai vu son visage, je me suis demandé si j'étais vraiment mort ou pas... parce que tout était trouble, j'avais l'impression qu'un ange me regardait... et puis... il m'a parlé... sans s'arrêter. Le premier jour, j'ai eu un mal au crâne terrible... j'ai été ravi qu'il parte, en fait... Mais je n'ai pas réussi à fermer l'oeil de la nuit. J'avais comme un manque, ses intonations, sa façon de parler de tout et de n'importe quoi, de sourire, alors que j'étais dans un état pitoyable, amnésique, que je ne le connaissais même pas... J'ai été méchant avec les infirmiers, parce que je me sentais frustré... Et au lendemain, dès qu'il a franchi la porte, je me suis senti mieux. C'est là que j'ai commencé à me poser des questions... je me suis demandé si je n'étais pas shooté aux médicaments... je pensais qu'à mesure qu'ils allaient diminuer les doses de morphine, ça rentrerait dans l'ordre mais j'ai eu tort. Plus mon esprit était clair, plus je voyais que mes sentiments n'étaient pas éphémères...

Il se massa doucement la tempe. Un léger mal de tête commençait à s'installer. La fatigue peut-être ? Il le mit de côté. Sans s'en rendre compte, il racontait une histoire déjà vécue, avec Kathlyn. Pour elle aussi, il avait eu une sorte de coup de foudre. Pourquoi ? Difficile à dire. A cette époque là, il sortait d'une relation chaotique et éprouvante, ce qui peut-être avait joué pour beaucoup dans  l'histoire. Avec Roméo cela revenait un peu au même, sauf que Julian ne pensait pas pouvoir ressentir quelque chose pour un autre homme.

- Je... j'ai été égoïste... sans doute. Mais à part vous deux, je n'ai personne. Mon beau-père n'est pas venu... ma demie-soeur non plus... ma mère... elle n'est plus là... je n'ai que vous deux. Il y a Nathan bien sûr, mais il ne parle pas encore, loin de là... Je me rattache à ce que j'ai de plus précieux, à Roméo car je ne veux pas sombrer, parce que je l'aime et que je ne peux plus me passer de lui... à toi, parce que tu es ma cousine, ma famille, parce que tu ne m'as pas abandonné et que tu as pris soin de Nathan... comme si c'était ton fils... Vous êtes mes deux jambes, j'ai besoin de vous pour avancer. C'est vrai que je n'ai pensé qu'à moi, je m'en excuse... à part vous deux, je n'ai plus personne, et je n'ai même pas mes souvenirs... j'ai pensé que vous alliez vous tomber dans les bras, que limite, je serais jaloux que vous soyez complices... je me suis souvent imaginé des tas de choses pour ce moment. J'ai idéalisé. Je sais qu'il faudra du temps, et je suis prêt à attendre.

Il prit la main de Katerina pour la tenir entre les siennes, géantes. Et il ajouta :

- Même si j'ai souvent le sentiment de ne servir à rien, je serais toujours là pour toi, d'accord ? Si tu as besoin de parler, d'utiliser mon épaule, ne te retiens pas.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Katerina M. Lehtonen
avatar
Empire State of Mind
what doesn't kill you makes you stronger
what doesn't kill you makes you stronger
▌INSCRIT LE : 15/04/2012
▌MESSAGES : 6549
▌AGE DU PERSO : 19
▌ADRESSE : 5614 Dodgewood Road #404, Bronx. avec un enfoiré & un tatoué.
▌CÉLÉBRITÉ : Demetria Devonne Lovato.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Dim 1 Fév - 21:53

    Oui la perspective de rencontrer la nouvelle conquête de Julian me rendait heureuse et qu'on se le dise : que ce soit un gars ou une meuf, la joie était la même (même si la surprise occupait une place majeure) mais ça n'empêchait pas mon blocage, mon impossibilité d'avancer, l'impossibilité de faire mon deuil. C'était un mix de tout ça qui faisait que j'en étais là : limite froide, et je l'étais malgré moi. Je ne voulais pas que Roméo pense que je le rejetais sous prétexte que cette bonne vieille dame nature lui avait donné un attribut masculin, mais bon... Combattre mes instincts en cet instant était plus que compliqué, voire peut-être impossible. Je ne savais pas vraiment quoi dire, ni quoi faire, à part commander mon menu au pauvre serveur qui allait poireauter trois heures si mes capacités vocales ne se décidaient pas à revenir, Putain, ils m'avaient vraiment coupé l'herbe sous le pied ces deux-là. Allez bam. Un menu de balancer, je ferai avec, je n'étais même plus très sure d'avoir faim maintenant qu'on était dans le grand bain. Je jetais un regard surpris au grand blond lorsqu'il énuméra son choix. Il avait intérêt à bouffer tous ses menus parce que je n'aimais pas le gaspillage – déjà que ça me tuait de voir tous les bons petits gâteaux que l'on jetait en fin de journée au Starbucks parce qu'ils n'avaient pas été vendus... M'enfin, ça, c'était un autre débat.

    Habituellement j’aurai surement fait subir à la pauvre victime innocente un interrogatoire des plus embarrassant style : nom, prénom, âge, numéro de sécu, adresse, frère et sœur, papa maman, ambition, scolarité, goûts, hobbies… et j’en passe. Roméo y aurait surement le droit, bien que je connaisse déjà son prénom HA, mais pour le moment je voulais juste en savoir… plus ? Ce n’était même pas une question de comprendre comment ces deux-là pouvaient être attirés l’un par l’autre. J’veux dire c’est comme ça et puis voilà. Et puis merde, ils étaient canons tous les deux aussi – ceci est un point important à souligner haha. Oui, voilà, je voulais juste savoir comment leur histoire avait commencé parce que je doutais quand même fortement que tout ça ait débuté alors que Kathlyn était encore là. Ah ma Kathlyn… J’eu encore un pincement au cœur en pensant à elle. Je remerciais intérieurement Roméo de répondre à ma question et de me faire penser à autre chose que la jolie brune et l’absence énorme qu’elle avait laissée.

    Son récit m’arracha un petit sourire. La patinoire, c’était cute. Pourquoi un mec n’avait jamais eu de telles attentions avec moi bordel ? Au moins cela ne faisait que renforcer ma première impression du beau blond : c’était un gars bien. « Je confirme. C’est une belle attention que tu as eu là. » J’essayais de faire de mon mieux pour agir normalement mais je n’arrivais pas à passer outre cette espèce de froideur dans ma voix. Je me tus donc et écoutais la fin de l’histoire. La pseudo chute, le baiser… « Excuse-moi de te demander ça mais… tu avais déjà des vues sur Julian ou ça t’es tombé dessus comme ça, là, à la patinoire ? » Peut-être que ma question était déplacée mais merde, je voulais juger par moi-même si cette histoire de réservation de patinoire n’était qu’une ruse ou si celle-ci partait d’une vraie bonne attention. Et de maladresse ? Mes yeux passèrent rapidement de Roméo à Julian, puis de Julian à Roméo et ainsi de suite. Que voulait-il dire par là ? Avais-je loupé un épisode (encore une fois ?) ? Julian protesta. Il raconta sa version de l’histoire. A l’entendre leur idylle sortait tout droit d’un film à l’eau de rose pour adolescente désespérée… Je n’allais pas mentir… ça m’irritait profondément. « Tu sais, moi aussi je suis venue te voir quasi tous les jours à l’hôpital et pourtant ça ne nous a pas poussé à l’inceste. » J’étais pire que froide. Et je regrettais de suite mes paroles. Celles-ci jetaient un froid glacial. « Pardon » articulais-je en tripotant d’une main mon petit verre de saké désespérément vide. Je le portais malgré tout à mes lèvres espérant en récupérer une goutte ou deux, je ne savais plus où me foutre.

    « Tu as vraiment tout oublié hein ? »
    le questionnais-je d’une voix serrée. « C’est comme si elle n’avait jamais existé… » Murmurais-je plus pour moi-même qu’autre chose. Je fis un signe de main au serveur de loin pour qu’il me rapporte un nouvel alcool de riz. Juste à temps d’ailleurs car Julian m’attrapa la main. C’était parti pour le long discours, le loooong monologue à faire pleurer dans les chaumières. Comment avait-il pu penser que Roméo et moi allions nous tomber dans les bras aussi vite ? « Et tu sais que tu peux compter sur moi Julian, tu le sais… mais… je suis désolée. Je ne te rejette pas, loin de là » dis-je en m’adressant à Roméo un instant. « Mais les choses sont pas si faciles. Tu n’es pas égoïste. Ainsi va la vie, c’est tout, faut s’y faire… avec le temps, peut-être, comme tu dis. » Je soupirais longuement. J’acceptais oui, mais c’était pas si facile, vraiment. J’acquiesçais d’un mouvement de tête les dernières paroles de Julian… mais comment trouver le courage de lui parler de Kathlyn ? Ça me semblait insurmontable. Je retirais ma main de la sienne et pointais un doigt vers lui « mais je t’interdis de dire que tu es inutile. » Ou j’allais finir par le frapper ou je ne sais quoi.

    « Bon, » Je me tournais vers Roméo « il est temps que tu passes à la casserole. Mais avant… » je tendis une main vers lui au-dessus de la table « repartons du bon pied. Kat, enchanté. »


and at last all the pictures have been burned and all the past is just a lesson that we've learned ▵ ©endlesslove.
i won't forget, please don't forget
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Sam 7 Fév - 1:50





Katerina & Roméo & Julian
don't make me your enemy
Le repas ne se déroulait pas exactement tel qu’il l’avait pensé. Roméo savait que la situation allait s’améliorer, que cette jeune femme était sous le choc, encore totalement triste d’avoir perdu une amie. Sans doute que si Julian retrouvait la mémoire, que sa femme ressuscitait, dans son esprit de béatitude, il saurait s’effacer pour qu’ils retrouvent leur vie. Pourtant aujourd’hui c’était lui qui connaissait le bonheur dans ses bras, qui pouvait l’embrasser, vivre pleinement main dans la main avec lui. Lorsque Julian rétorqua que ses mains allaient le mieux du monde, la salière se brisa en millier d’éclats sur le sol dans un geste maladroit. Roméo ne pu s’empêcher d’avoir un regard inquiet, son mec était un gaillard solide, qui résisterait à toutes les épreuves. Le jeune homme avait fait tout le récit du début de leur histoire, même si à la base ils n’avaient été qu’ami par le passé. Lorsque la question tomba sur la patinoire il répondit du tac-o-tac, le jeune blondinet était bien trop innocent pour échafauder de tel plan, il rebondit automatiquement. « Je pensais que j’allais juste patiner avec Julian, ça aiderait tu vois, pas qu’on allait s’embrasser, j’avais envie d’apprendre et je sais toujours pas… » D’ailleurs il ne savait toujours pas. La chute n’avait pas été prémédité, ni même le baiser, rien n’avait été fait pour qu’il vienne s’accaparer Julian. « Non ! Enfin depuis l’hôpital c’était bizarre, mais je savais qu’il avait aimé et pas des garçons ! Donc j’étais assez résigné sur l’idée ! » Oui Julian plaisait à Roméo, oui ce grand beau garçon lui faisait un effet de dingue, il l’avait toujours bien trop respecté pour tenter quoique ce soit, même lorsqu’il a acquis le statut de veuf. Julian donna sa propre version, une béatitude et une tendresse sans frontière l’envahit. Il adorait être considéré comme un ange, peut-être que si le Paradis existait il pourrait avoir des ailes. Le chapitre sur l’inceste le fit rire, car il l’a analysé comme une blague et non comme du cynisme. Roméo n’était pas moqueur loin de là. Le négatif ne lui allait pas au teint. C’est d’ailleurs pour ça qu’il ne pouvait pas comprendre la froideur dans sa voix. « Finalement heureusement que je l’ai embrassé le premier…sinon ! » Il ne pu s’en empêcher c’était trop tard, il était beaucoup trop sincère pour éviter de traduire tel quel ses pensées.

A la voir tenter de vider le reste de son verre, il se demanda s’il n’allait pas aussi commander un verre de saké, ça avait l’air vachement bon cette boisson. Pourtant lorsqu’elle évoqua Kathlyn sans prononcer son nom, il eut un frisson, il baissa les yeux, car lui il s’en souvenait aussi, son rire se stoppa net. Toujours avec douceur il fixa Julian, attendant sa réponse, avec une forme d’impatience, autant que le plat de Sushi. Elle avait décidé de ne pas le rejeter. Il était réjoui et en même temps il restait réserver. Avec énormément de tact, de nouveau il évoqua Kathlyn de lui-même. « Moi je ne l’oublie pas ! Je ne sais pas si elle aurait aimé que je le rende heureux…mais je sais qu’il a eut un passé avant moi, je ne salirais jamais celui-ci ! » Il avait toujours eut du respect pour leur mariage et jamais il n’aurait pu le critiquer. L’angelot fixa droit dans les yeux Kat, lui faisant comprendre qu’il acceptera si un jour il s’en souvient et il sera là pour l’aider, même si une rupture se faisait pressentir à cause de cette mémoire retrouvé. Il tenait beaucoup trop à Julian pour ça.

C’est là qu’elle lui tendit la main. « Tu crois pouvoir trouver une casserole assez grosse pour moi ? » Roméo ne comprenait pas encore toute la subtilité des expressions. « Moi c’est Roméo, je suis le chéri de Julian et je suis enchanté ! » Il adorait dire ça, il trouvait que le mot Julian et chéri s’alliait à la perfection. Il avait encore envie de le dire. C’est d’ailleurs à ce moment, qu’on apporta leurs plats, une assiette pour Kat, une assiette pour Julian. Et environ quatre ou cinq pour le jeune blondinet qui avait extrêmement fin ce soir, il avait décidé de goûter à tous les sushis. Il avait un apétit aussi dévastateur qu’une tornade, et ça n’était que le plat principal, Roméo n’avait pas encore regardé la carte des desserts. Il prit ses baguettes, il n’avait pas l’expérience du japonais, le bout de sa langue dépassait de ses lèvres alors qu’il avançait la pointe vers son premier maki, il le serra et il retomba dans son assiette. Le blondinet fit plusieurs tentatives sans aucun succès. « Ces japonais ce sont des bourreaux, si on ne peut même pas manger ce qu’il y a dans notre assiette ! » Grande leçon de vie, ne jamais toucher à ce qu’il y a dans l’assiette d’un Roméo.




BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian Dim 22 Fév - 16:09



Katerina ∞ Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
L'inceste... La remarque de Katerina eut un effet dévastateur sur Julian. Il aurait voulu se faire tout petit. Mais ce n'était plus possible, plus maintenant, pas après ce coup d'éclat. Elle s'excusa et il ne pouvait lui en vouloir. Peu à peu les choses semblèrent se débloquer. Elle semblait peinée qu'il ne se rappelle pas de Kathlyn. Il percevait dans sa voix comme une forme de désespoir, peut-être de déception, il ne saurait le dire. Fichue mémoire... Julian avait beau savoir qu'il avait été marié, heureux, qu'il était le papa d'un petit garçon, cette partie de sa vie appartenait au néant. Il se perçut comme un monstre, incapable de ressentir quelque chose d'humain. Quel genre de personnes pouvait ne plus se rappeler de celle avec laquelle il partageait sa vie ? Qui pouvait décemment tourner la page aussi vite ? Lui... pas les autres... même Roméo s'en rappelait. Il se sentit gêné et il préféra rester muet, ne sachant trop que faire. Mal à l'aise, il aurait apprécié de pouvoir se cacher sous la table, ne plus être cette grosse masse dénuée de souvenirs, maladroite et carrée. Ses proches ne se rendaient pas compte de son état psychologique, mais les médecins eux, ne perdaient pas le nord. Julian était toujours sous surveillance, pour sa propre sécurité. Physiquement, il avait récupéré ses capacités mais le choc psychologique inquiétait davantage le corps médical et infirmier. On savait que tout ou tard, il finirait par se rappeler... cela pouvait survenir n'importe quand. Roméo, conscient du risque, ne l'avait pas abandonné pour autant, au contraire. Ne parvenant plus à soutenir la discussion ni à l'entendre, il se leva sans les regarder.

- Excusez-moi... il faut que j'aille aux toilettes.

Sans attendre leur permission, il se dirigea vers les toilettes pour hommes et ferma à clé derrière lui. Pendant deux minutes, il s'observa dans le miroir, en essayant de déceler une partie de son passé, mais rien ne vint. Il parcourut ses traits. Son visage, légèrement amaigri semblait normal. Il avait une petite barbe naissante, pas de cicatrice visible. Personne n'aurait pu penser que quelques semaines plus tôt il était dans le coma, victime d'un accident de la route. Il regarda ensuite sa main lorsque quelqu'un essaya d'entrer le faisant sursauter. Il se jeta un oeil dans le miroir et se passa de l'eau fraîche sur le visage avant de soulager une envie pas vraiment pressante mais puisqu'il était là. Quelques images lui revinrent sans qu'il ne sache comment ni pourquoi. Sa mère sur un lit d'hôpital... dans un état préoccupant. Il cligna plusieurs fois des paupières afin de chasser cette scène mais il n'y eut rien à faire. Pourquoi était-il en colère contre elle ? Une douleur lancinante le prit à la tempe et il fut pris d'un vertige. Sans comprendre comment ni pourquoi, la nausée se transforma en haut le coeur. Il se plia en deux pour vomir, alors qu'une odeur lui montait aux narines... Pourtant ici, ça sentait le propre, pas... le mort. L'image de sa mère se transforma en cadavre... allongée sur son lit, elle ne bougeait plus, ne respirait plus. Nouveau spasme... cette fois plus violent. La respiration saccadée, il se redressa, l'oeil hagard. Les images ne voulait pas partir, alors pour les chasser, il se frappa la tête contre le mur. Un bruit sourd, la douleur et puis... le calme à nouveau. Il grogna légèrement parce qu'il s'était fait mal puis il tira la chasse.

Il se lava les mains, se repassa de l'eau sur le visage et rinça la bouche. Puis il sortit des toilettes. Il marcha en essayant de se faire le plus normal possible, mais il n'avait une trajectoire tout à fait droite. Il s'installa à la table, faisant comme si de rien n'était mais on pouvait voir qu'il y avait quelque chose à ses yeux rougis et son teint encore un peu pâle. Et maintenant ? Il tenta une intervention, comme pour changer de sujet :

- Au fait, j'ai oublié de te dire, mais tu as un gazouillis de Nathan en guise de bonjour. Finalement, être papa, ça me plait bien... j'ai lu quelques livres à la maison, c'est sympa de me les avoir achetés.

Il ne rappelait pas que c'était lui qui en avait fait l'acquisition. Être père était un rêve qui l'avait rendu fou de joie et extrêmement sooucieux. Il avait même été très lourd avec tout ça, au point que Kathlyn avait pensé à le priver de ses lectures afin qu'il pense à autre chose. Il espérait que Roméo rebondisse, qu'on change enfin de sujet...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian

Revenir en haut Aller en bas

don't make me your enemy ✘♠ Katerina & Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Queens :: Flushing-