Partagez|

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:09

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn avait fait l’effort de la chemise et du pantalon ce soir. Il devait se mêler à la masse de bimbos et de garçons à la plastique étrange pour pouvoir mener son enquête sur sa prochaine victime. Un mec de plus de quarante ans au milieu de l’armée de barbie et ken vont au bal le samedi soir. Il devait donc soigner sa tenue pour rentrer. Il était venu à pieds et repartirait à pieds, quelqu’un pourrait le repérer grâce à son bolide, il aimait se faire discret lorsqu’il suivait quelqu’un. Cet homme avait trente ans, il aimait les clubs branchés, les petites midinettes de quinze ans et surtout les faire disparaitre selon les informations du FBI. Non seulement les faire craquer mais il s’aidait surtout d’une drogue miraculeuse nommée GHB pour les attirer dans son lit. Toujours un viol, toujours un meurtre, le genre de salaud dont il aimait trouer la peau. Pour une fois l’unique condition était de faire passer ça pour un joli meurtre, une mission beaucoup trop facile. Il était en train d’étudier ses habitudes, ses envies, ses petits plaisirs. Il avançait dans la file d’attente, manche retroussée, observant, ne voulant pas paraitre louche parmi les individus. Une chemise sombre satinée parfaitement assorti à un jean. Il n’avait pas cherché à coiffer ses cheveux courts et la barbe était bien là où elle était. Lorsqu’il fit face aux deux colosses qui gardaient l’entrée de la boite de nuit, ils s’observèrent, presque deux mètres de haut, fait de muscles, un regard d’acier, il aurait pu être le videur de cette boite. Finalement il se poussa pour lui libérer le passage, il salua les deux hommes et s’avança dans cette foule. Ses yeux se posèrent sur l’effervescence sur la piste de danse, des spots partout, une musique trop forte, des gens qui étaient un peu émêchés, beaucoup avaient des mouvements maladroits, non calculés, le corps ne dictait pas la danse mais c’était un code imposé par le rythme de la musique. Une musique qu’il n’arriverait jamais à comprendre. Il s’enfonça dans la population, il repéra son homme assit sur un canapé, déjà entouré de deux femmes, une bouteille de champagne à la main.

Normalement selon le modus operandi, il ne faisait que du repérage cette nuit, il triangulait entre cinq boites différentes de New York. Il avait visé juste. Il s’installa au bar, il se commanda un whisky trop cher et dégueulasse. Une belle femme s’installa à sa droite, elle voulait se taper la causette, mais la donzelle ne comprenait pas qu’elle n’aurait aucune chance. Ca faisait un an qu’il avait arrêté ses frasques féminines. Avoir une double vie était prenant. Ses yeux fixaient cet homme, il avait remarqué un petit sachet de drogue qu’il fourgua avec aisance dans le décolleté de la poupée et aussi de la façon dont elle glissait les billets dans sa veste dans l’accolade. La chaleur était étouffante, il fit sauter quelques boutons de la chemise. Ce n’est qu’à ce moment qu’il le vit partir sur la piste de danse avec des filles. Il le perdit de vu, se levant avec son ignorance glaciale envers la jeune femme. Il décida qu’il était temps pour lui de rentrer. Maintenant qu’il connaissait le lieu, son enquête allait s’achevée par la mort de cet homme. Un soir, prêt de la boite, une balle entre les deux yeux et ni vu ni connu.

Il fallait traverser la piste pour aller pisser, il n’avait pas de bol ce soir, il alla faire son affaire au milieu de couples qui faisaient leur petite affaire. C’était vulgaire et écœurant. Il referma sa braguette et ensuite il se lava les mains. Cette dépravation de la jeunesse l’étonnerait toujours. Maintenant il devait refaire la guerre pour repartir de la boite de nuit, alors qu’il jouait des coudes pour sortir de cette jungle de paillettes, de gel et de robes trop courtes. Il bouscula un homme, le faisant presque tomber. Il ne voulait pas prendre le temps de s’excuser. Quand ses yeux tombèrent dans ce regard bleuté, les cheveux sombres, et un visage qui ne lui était pas inconnu. « Ta bagnole est tombée en panne devant la boite de nuit et t’as décidé de me faire chiez ici !» Il aurait pu très bien dire bonjour, demander des nouvelles, mais comme la dernière fois qu’il l’avait revu, il était nerveux. Ses paroles étaient grotesques, comment il aurait pu deviner qu’il était en boite de nuit.

Andrew était un très bel homme qui éveillait chez lui des attirances qu’il avait du mal à assumer mais depuis quelques temps, il ne pouvait plus les combattre. Comme si intérieurement la bataille s’épuisait. La dernière fois lorsqu’il avait amené sa voiture pour ses freins, c’était tellement inattendu de le revoir après tant d’années, il lui fit du bon boulot. Les mots étaient banals, il était flic, lui garagiste. Donne moi cent dollars pour tes freins et au-revoir. Pourtant il avait été en colère, en colère de ne pas lui avoir demandé de monter prendre un verre et de l’avoir laissé partir, comme si toutes les années passées dans l’armée n’avait rien signifiée entre eux. Il l’avait maintenant en face de lui, ne sachant pas quoi rajouter à ses mots

Code by Silver Lungs


Dernière édition par Caïn Morgan le Lun 27 Oct - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:14

« Ce soir les mecs, c'est juste du repérage, ok ? Je veux pas une nouvelle bavure, Gallagher ! Hellstorm, je compte sur toi pour garder un œil sur lui !» Andrew hocha la tête, échangeant un rapide regard avec Anton. Ce dernier semblait fulminer mais ne disait rien. Sortant du bureau, Andrew avait son programme du soir. Habituellement, il ne s'occupait pas de ce genre de choses, il travaillait de jour. Mais lors de leur dernière affaire, Gallagher n'avait pas pu s'empêcher de vouloir intervenir et il avait fait capoter leur plan. Alors, Hellstorm était de corvée de baby-sitting ce soir. Un baby-sitting dont il se serait bien passé. Sortant son téléphone, il envoya un sms à la fille de sa voisine, une brave gamine qui lui avait fait sous entendre qu'elle pourrait le dépanner pour garder Ashton quand il en aurait besoin contre un peu de liquide. C'était la deuxième fois déjà ce mois-ci mais il n'avait pas le choix. Il était encore le bleu dans l'équipe et même s'il se révélait être plus compétent que la plupart des mecs de l'équipe, il passait en dernier. « Tu sais, j'ai pas besoin que tu me surveilles ! Ça fait quinze ans que je fais ce métier, c'est pas un débutant comme toi qui vas me l'apprendre...» Rangeant son portable, il toisa Anton et secoua la tête. Il était vexé, sa réaction était compréhensive comme l'était la réaction de leur boss. « Je suis pas là pour te surveiller ! On repère les vendeurs, leur habitudes et basta ! J'ai pas envie de traîner de toute façon...» Autrement dit, il aurait autre chose à faire que de surveiller le derrière de Gallagher.

Quelques heures plus tard, il avait l'impression qu'on l'avait plongé dans une rave party. Il ne se souvenait plus la dernière fois qu'il avait posé les pieds dans une boîte de nuit, il devait avoir dix sept ans ? Et il n'avait pas le souvenir que c'était aussi bruyant. Habillé pour l'occasion, il sirotait un cocktail à une table, jetant un coup d’œil à Gallagher, installé de l'autre côté de la salle. Au milieu, des dizaines de jeunes femmes et de mecs étaient en train de gesticuler au son de la musique. Andrew avait dû mal à saisir l'intérêt de venir dans ce genre d'endroits. Quoiqu'il en soit, il n'était pas là pour ça mais pour repérer les deux vendeurs et il en avait repéré un depuis dix minutes. Debout contre un mur, discutant avec un de ses clients sûrement... Pour l'instant, il n'y avait pas eu traces de drogues mais il avait vu les billets. Son téléphone bipa et Anton lui indiquait qu'il avait le deuxième vendeur dans son champs de vision. Finalement, ça aurait été vite. La dernière fois, ils avaient mis une heure à repérer les deux gamins. Soupirant, il finit par repérer le petit sachet, de l’ecstasy sûrement vu la couleur des cachets à l'intérieur. La corvée allait être finie... Se levant, il envoya un message à Gallagher, lui disant qu'il avait la preuve qu'il cherchait. Dés le lendemain, une équipe viendrait arrêter le gamin pour le cuisiner. C'était du travail presque trop facile, Gallagher n'avait même pas besoin de lui. Se levant, il allait devoir traverser la foule pour rejoindre Anton. Essayant de s'extirper de la foule, il finit par trouver plus large que lui. Son regard se figea dans celui de son interlocuteur. Surpris, il le dévisagea alors que la voix rauque de Caïn Morgan s'éleva. Malgré la musique, il l'avait entendu distinctement. Ne réalisant pas très bien la situation, il fallût qu'un mec le bouscule en gesticulant pour le sortir de sa léthargie. « Ma voiture ? Mais qu'est ce que tu racontes ? Et qu'est ce que tu fous là ?»

C'était sûrement le dernier endroit dans lequel il aurait pensé revoir Caïn. Il avait retrouvé son ancien supérieur par le plus grand des hasards, il y a quelques semaines de cela, à cause de sa voiture. Lui qui avait décidé de rouvrir un nouveau chapitre de sa vie après son divorce, le passé avait décidé de refrapper à sa porte. Caïn n'avait pas changé, tout du moins pas énormément. Il était devenu mécanicien et était toujours aussi peu bavard. C'était la seule chose qu'il retenait de leur brève entrevue. Andrew n'avait pas voulu insister et avait préféré partir bien qu'une partie de lui avait eu envie de passer un peu plus de temps avec son ex supérieur. Ils avaient partagé beaucoup de choses, il ressentait toujours ce sentiment de bien être en la présence de Morgan, même après toutes ces années... C'était troublant ! « Si on m'avait dit que Caïn Morgan finirait par écumer les boîtes de nuit lorsqu'on était au front, je crois que je me serais étouffé de rire...» Un sourire s'étira sur ses lèvres malgré les mots de son interlocuteur. Ils s'écartèrent de la piste, pour éviter de se faire piétiner les pieds. Andrew jeta un coup d’œil à Anton, qui était toujours à sa table. « Tu fais dans la midinette maintenant ?» Son humour contrastait avec le côté rustre de Morgan. Beaucoup de leurs camarades n'avaient pas compris comment ils avaient pu être aussi proches avec deux caractères aussi diamétralement opposés. Mais Andy avait toujours trouvé le côté rustre de Caïn attachant, aller savoir pourquoi...
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:18

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn se retrouvait comme un abruti devant Andrew. Lui qui avait regardé ce formulaire avec ce numéro de téléphone, il avait tellement hésité à l’appeler pour lui demander d’aller boire un verre en gage du bon vieux temps. Il en avait été impuissant et après la voiture, il se croisait dans une boite de nuit, le lieu le plus improbable où il pourrait se retrouver un jour. Il avait fait une blague un peu floue sur sa voiture. Ses poings se serrèrent quand le mec bouscula l’ancien soldat, retenant sa colère, il répliqua sur le ton de la surprise. Comme s’il ne comprenait pas l’allusion. Il ne préféra même pas rétorquer, quand à sa présence il n’avait pas envie d’en parler. Tueur à gage n’était pas le genre de métier à placer dans un CV ou une conversation. Encore une fois le silence fut la seule de ses réponses. Ils s’extirpèrent de la piste de danse et du son trop fort pour trouver un endroit plus calme. Ses sourcils se froncèrent lorsqu’il blagua sur cet endroit et le fait qu’il y était. Pendant un éclair de secondes, il eut envie de frapper ce visage angélique qui lui évoquait trop d’émotion, le réduire à bouillis pour que se taise cette envie au fond de lui. Il eut une jalousie déplacée lorsqu’il pensa qu’Andrew était là pour draguer, qu’il s’ennuyait et qu’il voulait faire dans la petite jeunette. Lui-même faisait tâche dans ce décor dont la moyenne d’âge ne devait pas dépasser vingt ans, quelques trentenaires encore en âge de s’amuser. Mais lui ? Il n’avait pas envie de se justifier. Ce flic semblait bien curieux sur sa présence. Cette femme au bar le regardait toujours. Dans son esprit il ne devait penser qu’une chose, que ce n’était qu’un ancien collègue et que le fruit du hasard avait voulu le placer sur son chemin à deux reprises. « Et toi tu viens ici pour te mettre en chasse d’une proie facile ? » Vu son physique il n’avait sûrement pas de mal à lever des jupes et à descendre des petites culottes quand il en avait envie. Andrew devait avoir un succès certain. Il avait voulu se lancer dans une recherche pour savoir ce qu’il était devenu, son passif amoureux. Il c’était retenu par respect pour lui et il n’avait aucun droit de regard. Dans leurs les échanges verbaux très courts, il avait compris qu’il était devenu flic.

Il avait besoin d’air frais et d’une clope. Et en même temps il désirait rester dans cette boite de nuit. Il regarda sa montre, le match qu’il avait prévu de regarder en rentrant avait commencé depuis dix minutes et son chien rider devait pioncer depuis au moins une heure. « Viens, on va prendre un verre, je te l’offre ! » Il faisait le premier pas en avant, même si la tentation de fuir était présente. Cet homme évoquait des souvenirs et il avait toujours eut cette impression qu’il y a vingt ans d’avoir loupé quelque chose, qu’il aurait du poser ses lèvres sur les siennes. Peut-être qu’aujourd’hui, c’est main dans la main qu’ils entreraient dans cette boit, l’image le fit frémir et en même temps l’effrayait. S’afficher avec un homme, était-ce possible. « Un Whisky sans glace ! Et tu me fous pas la même merde que tout à l’heure ! » Au prix du whisky il n’avait pas envie de finir à l’hosto avec des crampes d’estomac. Prenant place sur un des tabourets de bar, il fixa cet homme, la trentaine lui allait bien, il avait guère changé et avait le même humour.

S’il l’avait aussi bien évité lorsqu’il avait fait réparer sa voiture, c’est pour ne pas évoquer ce sujet entre eux. Il ne lui avait pas laissé le choix de venir boire un verre avec lui. Qu’il soit accompagné ou non, peu importe. L’ancien capitaine le laissa commander aussi ce qu’il lui faisait plaisir. « On lève notre verre à quoi ? Les retrouvailles des commandos de la Navy SEAL ? Que t’as l’air d’être le même petit con que la dernière fois ? Ou au fait que tu as vu mon cul pour la première fois dans une boite de nuit et sûrement la dernière ? » Petit con était un terme affectueux bien entendu. Son verre fut traversé par les lasers et diverses lumières colorées qui illuminées ce lieu aux milles plaisirs. Il avait le même langage vulgaire, déplacé et très franc. Caïn n’avait pas changé d’un poil. L’avoir en face de lui était une torture, il l’évitait uniquement à cause de cette tension entre eux, cette attirance qu’il refoulait. Combien de fois avait-il eut envie de lui sauter dessus ? Ce mec était une provocation à lui tout seul.


Code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:20

Croiser Caïn Morgan était certainement la dernière chose qu'il pensait faire lorsqu'il avait appris qu'il allait devoir passer sa soirée dans une boîte de nuit. L'endroit était beaucoup trop bruyant et il fallait reconnaître que ça puait les hormones à des kilomètres. Et pourtant, c'était sur lui qu'il était tombé nez à nez, au beau milieu de la piste de danse. Une pointe de nostalgie s'empara de lui alors qu'ils commencèrent à discuter. C'était une situation plutôt cocasse, presque gênante de rencontrer l'autre dans un tel endroit. Ils étaient beaucoup plus vieux que la quasi totalité des gens se trouvant dans cette boîte, leur présence en était donc que plus suspecte. Néanmoins, Andrew était heureux de croiser un visage familier, surtout celui qui avait recommencé à hanter ses nuits. Lui, qui avait décidé de prendre un nouveau départ, c'était loupé. Se mettant à l'écart, pour éviter de se faire écraser les pieds, il sentait la tension entre eux, la même que lorsqu'ils se trouvaient au front. Même après toutes ses années, c'était comme si rien n'avait changé. Ils avaient tous les deux pris plus de dix ans mais Andy avait l'impression d'être toujours le militaire sous les ordres du séduisant supérieur. Pourtant, il n'y avait plus aucun lien hiérarchique entre eux, ils n'était désormais que des anciens camarades. Il sourit lorsque Caïn esquiva ses questions, se permettant même de répondre à l'une d'entre elles par une question. « Depuis quand j'aime la facilité ? Même si je n'aurais aucun mal à trouver quelqu'un...» Ce n'était que la stricte vérité. Il était certain qu'avec un sourire, deux ou trois flatteries, il repartirait avec une de ses jeunes femmes. Rien que la serveuse lui avait fait de l'oeil en lui amenant son cocktail. Mais son attention s'était focalisée sur Morgan et plus rien ne semblait compter autour, mis à part Gallagher et sa mission peut-être...

Suivant le brun, jusqu'au bar, il ne pouvait refuser une telle opportunité. Il sourit lorsque le brun commanda son whisky. Il n'avait pas changé d'un poil. Même sans son uniforme, il gardait cette autorité naturelle, celle qui avait fait de lui un excellent chef d'équipe et ce qui faisait qu'il plaisait à Hellstorm. Le flic jetait des coups d’œil furtifs à Anton pour voir l'évolution de sa mission et commanda un nouveau cocktail. Lorsque leurs consommations arrivèrent, Caïn proposa un toast et Andrew leva son verre. « En toute franchise, je dirais à la première fois où je vois le commandant Morgan en chemise ! Après l'avoir vu en tenue de militaire et en garagiste, c'est une image plutôt plaisante. Tu devrais t'habiller comme ça plus souvent...» Ce n'était pas l'alcool qui parlait, juste cette attirance qu'il avait dû mal à dompter. IL avait l'impression d'être un adolescent devant son fantasme. C'était presque humiliant et il avala une longue gorgée de son cocktail après avoir trinqué. Il fallait dire que chemise entrouverte, Caïn était une torture. Andrew avait envie de faire sauter les autres boutons et de passer sa main sur le torse velu de Morgan. Une idée aussi alléchante que déplacée... « Mis à part ça, est-ce que je vais enfin savoir ce qu'est devenu Caïn Morgan après qu'on se soit séparé, en Irak ? J'ai d'ailleurs été surpris d'apprendre que tu avais quitté l'armée...» Lui-même avait quitté les rangs, la balle reçue à l'épaule avait été un véritable choc. Il avait préféré revenir à un sujet plus sobre, pour ne pas se laisser envahir par ses idées perverses. Ils étaient adultes, ils ne pouvaient pas se permettre d'agir comme les adolescent pré-pubères qui se trouvaient sur la piste. Son portable vibra. Le sortant, il vit un sms de Gallagher lui annonçant qu'il l'attendait dehors pour faire le debrief. Merde... Il attendra.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:24

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn prit un ton d’objection, observant autour de lui. « Je crois qu’ici tu es gagnant avant même d’avoir tenté de jouer ! » Alors qu’ils s’installaient tous deux au bar, il engueulait déjà le serveur pour son whisky. Maintenant qu’il avait un verre en main, il leva pour porter une forme de toast un peu illusoire et cynique. Andrew faisait plus soft avec un cocktail aux différentes nuances, il avait sûrement plus de goût que lui. Lorsqu’il voulu lever son verre en honneur de sa chemise, il la regarda, c’était sûrement la seule qu’il avait dans son placard, il était très souvent en t-shirt, marcel, bleu de travail, mais chemise ce n’était pas son goût vestimentaire. « Bien on trinque à ma chemise ! » Le fait qu’il le trouvait charmant, le mit mal à l’aise. Les femmes lui disaient souvent ce genre de compliment mais ca venait d’un homme et plus particulièrement d’Andrew. En réalité ça lui fit énormément de bien de l’entendre de sa bouche, s’en était même rassurant. Les verres s’entrechoquèrent dans un bruit de tintement et il le leva pour en boire une longue gorgée. Il devait parler de sa vie. C’était le risque de vouloir prendre un verre avec lui. Prenant un ton amer, il prit du courage en buvant une seconde gorgée. « L’armée c’était terminée pour moi, tu as été affecté dans une autre équipe au bon moment ! Une mission en Afghanistan, une saloperie de piège, j’ai joué la vie de mes hommes et je les ai perdus ! Je ne pouvais plus voir ses images, j’en avait marre d’être le commanditaire, d’être le bras vengeur d’une nation destructrice…C’est facile dans un bureau de prendre une décision et de répertorié les pertes dans un putain de dossier pour remettre ensuite un drapeau à une famille ! » Il secoua la tête, il n’avait jamais été aussi bavard en présence d’Andrew. Tout le monde savait que c’était un piège, on avait envoyé Caïn uniquement dans le but de garder la tête sauve et pour des raisons beaucoup plus sombres. « J’ai quitté l’armée, j’ai été à droite à gauche employé dans des garages, je me faisais deux sous jusqu’à venir ici il y a quelques années, ouvrir mon propre garage et devenir mon propre patron ! » L’ancien capitaine pouvait se montrer froid, égal à lui-même, il était blessé à l’intérieur. Il avait prit un méchant coup à la mort de son frère et perdre son équipe l’avait achevé. Andrew savait mieux que quiconque que ses hommes étaient comme sa famille, il avait risqué sa vie pour eux. Sortir vivant et pas eux, avait été le coup de grâce. « Et toi ? Pourquoi devenir flic ? L’armée te faisait trop voyager ? » Il fit un petit clin d’œil alors qu’il jouait avec son verre.

C’était étrange il entendait beaucoup mieux la conversation qu’il entretenait, avec cet homme qui pouvait rivaliser avec sa taille, sa carrure, il était beau. C’était la seule pensée qui l’obnubilait. C’est à ce moment qu’il constata la quantité de couples sur la piste de danse, enlacés, à tournoyer au ralenti. « Les slows ça existe encore en boite de nuit ? » Il leva les yeux au ciel. « Quelle bande de macaques ! Je préfèrerais me faire couper les deux jambes que de danser ! Je n’ai jamais dansé et je sais pourquoi ! » Le quarantenaire avait peur d’être ridicule en dansant. Même enlacer quelqu’un, se rapprocher, connaitre cette attirance suave, la douceur des lèvres qui se rapprochent, les images en tête, il avait cette impression de revivre ses moments avec trop d’intensité.

Il effleura sans le faire exprès la main d’Andrew. Il voulu la retirer et pourtant il la laissa à son contact. Il n’allait quand même pas lui proposer un slow. Caïn était un homme renfermé, solitaire, qui n’avait jamais accepté son homosexualité. Combien de fois avait-il rêvé de vivre sa vie ? Il envoyait balader tout le monde, pourquoi refuser l’évidence ? Car il avait toujours pensé qu’Andrew n’était pas intéressé. Que cette forme de séduction n’était qu’un mirage, un mythe sans être une légende, de fausses idées qu’il prenait pour berner sa solitude. Il avait toujours apprécié le contact des beaux garçons mais là c’était différent avec cet homme.

Code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:28

C'était le premier moment intime depuis bien longtemps entre lui et Caïn. Enfin, si on pouvait considérer que boire un verre au beau milieu d'une boîte de nuit, comme étant un moment intime. Andrew avouait qu'il ne savait pas vraiment comment gérer la chose, il n'était pas prêt pour ça. L'attirance qu'il éprouvait pour son ex supérieur était bien réelle et difficile à dompter malgré les années écoulées. Ils échangeaient des banalités, pour le moment comme s'ils se familiarisaient l'un avec l'autre. Jusqu'à ce qu'Andy pose l'inévitable question de ce qu'avait pu faire Morgan durant ces années de silence. Il avait eu quelques échos de ce qui s'était passé en Afghanistan ce qui expliqua son manque de surprise lorsque Caïn s'expliqua. Malgré tout, il ressentit une pointe de tristesse et de colère au fond de lui. « J'ai appris, j'ai eu du mal à croire tout ça. Je n'ai pas eu accès aux dossiers. C'est moche... Je me suis longtemps demandé si j'aurais pu changer quelque chose si j'étais resté dans l'équipe, si j'aurais pu changer la donne, en sauver n'en serait-ce qu'un...» C'était toujours la culpabilité du survivant et il n'y avait qu'à regarder le visage de Morgan pour comprendre que lui aussi vivait avec ça. Il posa son verre, le faisant tourner entre ses doigts alors que Caïn continuait. Son téléphone vibra de nouveau mais il l'ignora. Il hocha la tête, instinctivement alors qu'il lui expliquait sa vie post armée. Une vie un peu brouillon mais qui ressemblait un peu à l'image qu'il se faisait de Caïn. Il l'avait toujours connu très ordonné quand il s'agissait du boulot mais un peu chaotique dans la façon de mener sa vie personnelle. Il fallait voir le nombre de femmes qui passaient entre ses cuisses... A l'époque, Andy bouillonnait de jalousie et il l'était encore, un peu. « Pour ma part, je n'ai pas vraiment eu le choix. Pas d'études, pas de boulot ! Je me suis donc dirigé vers une branche où j'avais le plus d'aptitudes : La police ! Je suis né pour aider les gens ! Après, les raisons de mon départ de l'armée, c'est ça !» Il déboutonna sa chemise, les trois premiers boutons et montra la cicatrice voyante au niveau de son épaule. « Quand on affronte la mort d'aussi prêt, on prend conscience que le combat ne vaut peut-être pas d'y laisser notre peau. Et cette guerre avait déjà eu mon père, je ne voulais pas refaire revivre ce cauchemar à ma mère...»

Il ne parla pas de son mariage, d'Ashton ou même de son divorce. C'était peut-être trop personnel pour des retrouvailles. Terminant son verre, il lâcha un rire alors que Morgan se moquait ouvertement de ce qui était en train de se passer sur la piste. La musique avait changé, se faisant plus douce qu'il y a quelques minutes. Il était aussi surpris que Morgan sur le fait qu'il y ait de tels moments dans une boîte de nuit. Mais il ne partageait pas le point de vue de ce dernier sur la danse. « Je trouve ça sympa au contraire... Il y a une certaine harmonie et puis, ça me rappelle les booms. Ce moment où tu danses avec la fille qui te plaît !» Ça le rendait nostalgique. Ce n'était pas qu'il raffolait de ce genre d'activités mais il n'y était pas opposé. « C'est un moment intime, où on ne gesticule pas comme un sauvage... Et avec un peu de chance, on repart avec un baiser volé !» Un sourire sur les lèvres, il secoua la tête. Une image lui traversa l'esprit. Celle où il danserait avec Caïn. C'était à la fois plutôt comique et mignon. Ils étaient deux grands gaillards, il n'avait pas vraiment le profil pour partager ce genre de moment mais se retrouver dans les bras de Caïn, avoir la possibilité de coller son corps contre le sien, de sentir son parfum, d'avoir ce baiser volé... Ouais, il le ferait ! Il n'avait jamais eu honte de son attirance pour les hommes mais Morgan ne semblait pas partager les mêmes attraits pour les hommes.

Il frémit un peu au contact de leurs mains. Il baissa les yeux vers celles-ci et fût un peu surpris de ne pas voir la main de Morgan s'enlever comme s'il venait de se brûler. Au contraire, elle resta en place et la chaleur qui lui envahit le ventre lui donna envie de rougir. Andrew glissa ses doigts entre ceux de Caïn, essayant de ne pas penser aux répercussions. Leurs mains entrelacées, il caressait avec son pouce le haut de la main de Caïn, affectueusement. « Je t'aurais bien proposé de danser, mais je n'ai pas envie que tu te transformes en macaques...» Même dans de tels moments, il ne pouvait pas s'empêcher de faire un peu d'humour. C'était sa façon de décompresser un peu, il était nerveux et avec son portable, qui ne cessait de vibrer... Il avait l'impression de retrouver la même ambiance que sous cette tente lorsqu'ils avaient failli s'embrasser. Il rêvait d'avoir l'audace d'embrasser Morgan mais il n'était pas suicidaire. Ils venaient de se retrouver, il se contenterait de cette main dans la sienne pour l'instant. Détournant les yeux, il croisa le regard d'une jeune femme, qui le fusilla avec ses yeux perçants. Andy ne pût s'empêcher de sourire, sûrement une qui aurait aimé avoir Morgan dans son lit ce soir. « Je crois que je viens de me faire une ennemie...» dit-il en montrant d'un signe de tête la jeune femme. Il voulait jauger la réaction de Caïn par rapport à leur situation, par rapport au fait qu'ils avaient leur mains entrelacées... Est-ce qu'il avait remarqué qu'Andy le dévorait des yeux ? Sûrement pas... Peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:30

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn n’aurait jamais pu accepter de perdre Andrew dans ce merdier. Son équipe avait été confrontée à une situation inédite et fatale. Aucune information et il refusait d’intervenir sur cette partie du village, on ne l’avait pas écouté. « C’était trop la merde ! T’aurais rien pu faire ! Je n’ai rien pu faire ! » Il baissa les yeux dans ce verre, il observa l’alcool ambré dans lequel il avait tant de fois noyé la douleur de perdre ses frères. Lorsqu’il se mit à déboutonner sa chemise devant tant de monde, il cru qu’il allait se foutre à poil. Non, juste un effet de son imagination un peu trop onirique. Ce n’est qu’un bout de peau qui avait été trouvé, il retint sa main qui cherchait à aller au contact de la cicatrice, il ne pouvait impunément toucher cet homme ainsi. Il ne fit que fixer les yeux sur cette cicatrice. « L’armée ! Ce n’est qu’une belle foutaise, de beaux principes qu’on sert sur un plateau d’argent à des gens trop naïfs, on est manipulé par les hautes sphères ! » Il était rassuré qu’Andrew ait eut l’intelligence de quitter l’armée après cette mésaventure. C’était les mêmes hautes sphères qui le tenaient par les couilles, il aimerait bien abandonner son second boulot, il n’avait plus d’âge de nettoyer derrière leur passage. « Flic n’est pas un boulot moins risqué ! Mais si ça te plaît c’est le plus important ! » Il venait de le faire rire alors qu’il tournait en dérision cette bande de jeunes qui dansaient comme dans les années quatre vingt. Il eut un ricanement en l’entendant ainsi parler. « Ca va bien pour leur âge de s’amuser ainsi ! Même si c’est débile ! » La même amertume était présente, il en avait hérité que son frère avait donné son dernier souffle de vie. Même si Andrew savait qu’il avait eut un frère, il n’avait jamais eut connaissance des circonstances de la mort de celui-ci. Il avait toujours été extrêmement évasif sur le sujet de sa famille. Il avait effleuré sa main, son souffle se coupa quand leurs doigts se rejoignirent, il venait de souder leur main. Le quarantenaire fixa les deux mains enlacées. Totalement impuissant à vouloir rejeter le contact. Ce pouce qui venait des cercles sur sa peau jouait les provocateurs. C’était insensé, qu’est ce qu’il faisait ? Il était en train de se moquer de lui ?

« Tu me prends pour un dégonflé ? Va y avoir des morts sur la piste si j’y vais ! » Il allait ressembler un grand con à vouloir danser un slow. Il n’avait pas envie de faire un remake de showroom homosexuel motard, habillé de cuir avec de grosses moustaches. Une colère sourde fit vrombir son ventre, ça sentait le défit tout ça. Il avait sa main dans la sienne putain. Il jouait au petit couple alors qu’il n’y avait rien eut. « Une ennemie ! Tu crois qu’à jouer les jolis cœurs, toutes les nanas ne m’en veulent pas ! Qu’est ce que tu fous Hellstorm ! C’est quoi ça…. » Il se leva d’un bond, réalisant ce qui était en train de se passer. Il avait toujours tenté de fuir tout ce qui pouvait avoir attrait à des sentiments humains.

Il hésitait à partir. « Tu fais chiez aussi ! Tu veux quoi à la fin ? Une danse avec moi ? Bien vas y ramène ton cul…je vais te montrer que je ne suis pas une petite fiote ! ! » Tout était tellement contradictoire avec son petit jeu ridicule, que même ses mots ne voulaient rien dire, une cascade d’antithèse et de paradoxe. Andrew avait toujours eut ce pouvoir étrange sur lui, il alla jusqu’à la piste de danse, croisa les bras sur sa poitrine. Il avait envie de jouer avec lui, autant qu’il aille jusqu’au bout. Il ne savait pas ce qu’il faisait, peut-être que le whisky aidait à le désinhiber. Mais l’alcool n’avait jamais eut grand effet sur lui.

Il attendait planté sur les planches, il allait danser un slow avec Andrew Hellstorm. Ca faisait dix ans qu’ils avaient été interrompus, dix ans qu’ils avaient été comme deux cons à se regarder après une trop grosse hésitation. En dix ans il avait eut un nombre incalculable de conquête et il était aussi en colère car au fond Andrew avait été toujours là, bien qu’il se refuse cette idée, depuis qu’il l’avait rencontré, il n’avait jamais eut une histoire stable. Avant, il n’avait pas trouvé le bon, et quand il avait trouvé le bon, il n’était pas capable d’assumer. Chemise ouverte, bras sur les hanches, il ne savait pas trop comment faire, il ferait à l’instinct, c’était sa propre guerre ouverte contre lui-même.


Code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 18:32

Cette putain de guerre avait fait des dégâts même sur ceux qui avaient survécu. Caïn, lui et bien d'autres certainement... Lorsqu'il avait appris que les USA rapatriaient leur troupes d'Irak et d'Afghanistan, Andrew avait été soulagé et un peu amer. Ils avaient fait tout ça, pour rien... Ses amis, ses frères étaient morts pour rien et il en avait pleuré ce soir là. June n'avait pas compris, personne ne pouvait comprendre. Il avait refoulé tout ce qu'il avait ressenti durant cette période, ne voulant pas partager son fardeau avec quelqu'un. Il en avait parlé une fois, avec Aaron. Parce que c'était son jumeau et c'était pendant un moment de faiblesse. Il partageait l'opinion de Caïn : La politique avait la main mise sur l'armée, déclenchant des conflits inutiles ou pour de faux prétextes. Ils avaient eu des ordres insensés qui avait mené des jeunes hommes à la mort... C'était dégueulasse et ça avait poussé Andrew à claquer la porte de cet institut avant qu'il n'ait sa peau. Il était flic, il aimait son job et au moins, il trouvait les ordres un peu plus cohérents. « Il faut bien que j'ai de quoi nourrir ma famille, mettre du beurre dans les haricots comme on dit ! Et ça me plaît...» Il ne se voyait pas faire autre chose, il aimait le fait de ne pas devoir se promener en uniforme, de pouvoir être en civil toute la journée, d'avoir une arme sur lui... Il avait encore d'affreux cauchemars de son séjour en Irak mais ils étaient de moins en moins nombreux. La vie avait repris son cours mais il ressentait toujours un vide, un vide que même son fils n'arrivait pas à combler. Un vide qui disparaissait alors que sa main s'entrelaça avec celle de Caïn. Il y avait comme un goût d'inachevé alors qu'ils débattaient sur l'intérêt de danser. Morgan avait une idée bien arrêtée sur la chose, ayant dû mal à comprendre que les gens puissent penser autrement. La première fois qu'il l'avait vu, Andrew l'avait catalogué comme étant un homme des cavernes. Même à l'armée, il avait ce côté rustre, solitaire... Ça plaisait aux femmes et ça lui plaisait énormément. Parce qu'il avait compris qu'il y avait autre chose derrière tout ça, derrière cette façade. Il y avait toujours quelque chose. Sa mère lui avait confié que son père n'était pas le mec aussi rigide qu'il aimait le montrer et il la croyait.

Main dans la main, Andy était partagé entre le bien être et une certaine appréhension. Il voyait bien que ce contact troublait Morgan, son regard fuyant, cette mimique au niveau de sa mâchoire... Mais il ne retirait pas sa main pour autant. « T'as vraiment jamais dansé un slow ? Il suffit de passer ses bras autour de la taille de l'autre et de tourner ! Faut être fort pour faire un massacre...» Il était un peu surpris par la réaction de Caïn, il avait presque oublié son impulsivité. Lorsqu'il se leva, Andy ne broncha pas. Il sentit la main du brun le fuir et il cacha sa déception. C'était trop beau, la réalité devait les rattraper. Il ne répondit rien aux accusations de Morgan, il n'avait pas les mots pour lui expliquer tout ça. Ils n'avaient plus vingt ans, ils avaient survécu à une guerre et parler de ça, ils en semblaient incapable. Andrew était dubitatif lorsque Caïn lui intima de venir danser un slow avec lui. Il y a quelques secondes, il semblait être sur le point de partir. Et ce putain de portable, qui sonnait... Rageusement, il l'éteignit sans même regarder.

Son regard se posa sur Caïn, debout sur la piste de danse, au milieu de tous ces couples. Il attendait, il attendait qu'il le rejoigne. Andy hésitait, est-ce qu'il voulait vraiment... ? Terminant son verre, il soupira et se leva de son tabouret. La distance entre eux se réduisit et lorsqu'il arriva face à lui, il déglutit. « Tu es vraiment sûr ?» Ils avaient l'air sûrement de deux idiots au milieu de ces jeunes. Mais tout le monde semblait dans ce monde. Si ce n'était pas dans les yeux de leur partenaires, c'était dans le fond de leur verre. Maladroitement, Andrew s'approcha encore plus de Morgan et glissa ses bras autour du cou du brun. Il assumait sa bisexualité mais il était plus inquiet de la réaction de Caïn. Il ne se collait pas à lui, laissant une distance de sécurité. Lorsqu'une nouvelle chanson démarra, il sentit les deux mains du brun se poser sur ses hanches et ils commencèrent à tourner. Andrew plongea son regard dans celui de Morgan et se perdit dans ses yeux. Il avait une telle intensité dans son regard. Deux montagnes de muscles qui dansent ensemble, au beau milieu d'une boîte de nuit. C'était sûrement un spectacle unique... Mais c'était aussi unique pour Andy. Il se sentait bien, malgré son appréhension. « Tu vois, ce n'est pas si difficile...» Il n'osait toujours pas se rapprocher, il ne voulait pas mettre mal à l'aise Caïn. Il était taquin mais il savait quand il fallait s'arrêter. C'était comme dans son rêve et au fond, il espérait que ça se termine de la même façon. Il voulait ce baiser, il le voulait depuis plus de dix ans. Dix ans à attendre quelque chose qui aurait pu changer toute sa vie. Mais aurait-il le courage de presser ses lèvres contre celles de Morgan ?
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 19:04

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
« On met du beurre dans les épinards ! Non les haricots, tu ne suivais aucun cours de français quand t’étais môme ? » Il n’avait pas connecté au mot famille, encore un peu sous le coup de l’émotion avec cette rencontre, il pensait seulement que le terme était compris dans l’ensemble de l’expression. Il se permettait de donner des leçons de moral à cet homme alors que lui-même n’arrivait pas à tenir une seule phrase sans être grossier. Et voila que maintenant il commençait à décrire comment se passait un slow, comme si c’était vraiment compliqué, le gamin se permettait de se moquer de lui. Pour le moment il n’avait pas retiré sa main de la sienne, le contact était beaucoup trop plaisant pour éviter l’action. Il semblait tellement surpris qu’il n’ait jamais dansé sur de la musique lente avec quelqu’un. Le quarantenaire n’avait jamais eut besoin de ça pour emballer une belle nana. Il avait retiré sa main si rapidement, il ne devait pas se laisser aller, il pliait sans difficulté avec cet homme. Intérieurement, il pensait que cette affliction allait lui coûter extrêmement cher. Il n’avait plus de compte à rendre à ses parents, ni à sa famille. Cet ainsi qu’il l’invita sur la piste, un peu à sa façon, il avait mit un carton d’invitation un peu brouillon. Andy semblait beaucoup hésiter. « Ben quoi gamin t’as peur ? » Il l’avait surnommé ainsi dès leur première rencontre. Il l’avait même engueulé dès qu’il l’avait eut dans son équipe, dans l’armée, il n’avait jamais eut la réputation d’être un tendre. Même s’il avait des sentiments pour lui, il ne lui avait jamais fait de traitement de faveur. Il se mit face à lui sur la piste. Les bras s’enroulèrent autour de sa nuque tandis qu’il posait les mains sur ses hanches. Pour le moment une distance raisonnable était laissée entre les deux hommes. Les lumières de la piste étaient beaucoup plus tamisées, moins frivoles, moins électriques. Ils se mirent à tournoyer comme les autres couples présents. Au final ils intégrèrent cette masse, sans vraiment faire attention. Même si Caïn devait être le plus grand des deux, ça devait se jouer sur quelques centimètres. Une main alla se balader hors du périmètre des hanches pour gagner le dos de cet homme, se posant dans la chute de ses reins, il exerça une pression afin d’amener Andrew contre lui, l’enlaçant totalement. Il ferma les yeux, il se rendait compte combien c’était plaisant d’avoir un homme entre les bras, un homme véritable, pas un de ses gringalets tout maigre à la tête d’ange. Il huma ce parfum, il aimait le contact de ce torse robuste contre le siens. Qu’allait-il devenir ? Un tourbillon l’envahissait, la musique, le tournoiement, ce léger déséquilibre agréable qui s’emparait de lui. Peu à peu la présence des autres s’atténuaient pour disparaitre, ne les laissant que tous les deux sur cette piste. Il en avait loupé des années. Mais comment pouvait-il intégrer son ancien équipier dans sa vie ? Avec son boulot et cette double vie. Lui mentir était dur. Il alla poser sa tête sur son épaule, il n’avait jamais réalisé que cette odeur lui plaisait. Sa main remonta la ligne imaginaire, allant se placer entre ses omoplates, il décolla sa tête pour le regarder droit dans les yeux, il prit l’initiative d’approcher ses lèvres des siennes. Son cœur s’accéléra tandis que ses poumons de fumeur se comprimaient.

C’est alors qu’on les bouscula. C’est ce qui déclencha la sonnette d’alarme dans la tête. C’était la seconde où ils auraient du s’embrasser et à la place la musique s’arrêta. Il ne voulait pas le rejeter, ni lui faire de mal. « Je dois sortir ! » Il n’avait pas envie de se lancer dans une multitude d’explications, il n’aimait pas se justifier. Il se hâta vers la sortie, l’air frais sur son visage lui fit du bien. Une cigarette entre les doigts, il culpabilisait d’avoir planté cet homme sur la piste. Son regard, son parfum, le rapprochement et avec un public qui plus est. Un cri aigue fendit la nuit, le son provenait d’une ruelle adjacente. Il s’avança, c’est alors qu’il vit une jeune fille se débattre contre les avances d’un malade, pervers et déséquilibré. La jeune femme se débattait, désormais une main sur la bouche. « Hey salopard retire tes mains ! ». Il le tira par l’épaule pour le foutre à terre, c’était un poids plume pour lui. La jeune femme ne demanda pas son reste et se mit à déguerpir. Pensant sa mission achevée, un poing vint s’écraser sur son visage, faisant exploser son arcade. Il souleva l’homme de terre. « Tu n’aurais jamais dû sale merde ! T’as interrompu ma clope, je viens de planter le mec que j’aurais du emballer y a déjà dix ans et tu m’as frappé ! Ce n’est pas le soir ! » Il le plaqua contre le mur et le frappa dans le ventre, lui écrasant ensuite la tête contre les briques. Cette fois c’était cette petite frappe qui se débattait. Il le lança au sol, en quelques secondes il avait disparu telle une ombre. Caïn serra le poing et l’abattit sur le mur. Il se sentait terriblement con, en plus de pisser le sang, il savait qu’il avait grillé ses chances avec Andy. Un éclair dans le ciel et les goûtes tombèrent d’elle-même, effaçant le sang sur sa face blême. « Putain de soirée ! » Il devait rentrer à pieds en plus.


Code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mer 22 Oct - 19:52

Andy était sceptique, observant la silhouette de Caïn au milieu de la piste. Une partie de lui, lui ordonnait de courir rejoindre le brun, de profiter de l'occasion et une autre, lui disait de faire attention. Il fallait qu'il garde en tête que ce n'était qu'un défi aux yeux de Morgan, ce n'était en aucun cas un aveu d'une quelconque attirance. Andrew avait souffert de son attirance pour le brun lorsqu'ils étaient à l'armée. Même si l'horreur qui les entourait l'avait empêché de sombrer, il avait eu la vie rude en voyant toutes ses filles défilées dans les draps de Morgan. Le pire était que ce dernier lui en parlait d'un ton si désinvolte, comme s'il ne remarquait pas ce qu'il y avait entre eux. Ne voulant pas que le garagiste change d'avis, Andrew se leva et le rejoignit. Maladroitement, ils se mirent à danser. Il sentait que Caïn était tendu, il l'était aussi. Il faisait attention à ne pas trop se rapprocher, ne voulant pas brusquer ce dernier. Mais c'est lui même qui le blotti à sa plus grande surprise et sa plus grande joie. Le torse puissant de Caïn rentra en contact avec le sien et un sourire se dessina sur ses lèvres. L'odeur que dégageait Morgan était enivrante, Andrew avait l'impression d'être transporté dans un rêve. Il avait dû mal à croire qu'il était en train de danser un slow avec cet homme, dix ans après ce baiser loupé. En parlant de baiser, il rêvait d'enfin goûter aux lèvres de ce dernier. Il voulait ressentit ce frisson qui vous hérisse les poils, ce sentiment de bien être qui vous envahit, chose qu'il n'avait jamais ressenti, même avec sa femme... Il était persuadé que ce serait le cas avec Caïn.

Relevant la tête, il croisa son regard et il retînt sa respiration alors qu'il vit sa tête s'approcher de la sienne. C'était le moment, celui qui allait faire disparaître ces dix années de frustration et de questions. Mais le destin ne voulait pas, une poussée dans le dos de Morgan mit fin à l'ambiance enchanteresse dans laquelle ils étaient plongés. Déglutissant, il sentit tout de suite que les choses allaient changer. Ouvrant la bouche pour répliquer, il ne put qu'observer Caïn prendre la fuite. Penaud, au milieu de la piste alors qu'un nouveau slow se mettait en route, il observa la silhouette de son ancien supérieur sortir de l'établissement. Regardant autour de lui, par réflexe, il ne s'attarda pas plus longtemps. Son égo venait d'en prendre un coup, il était déçu, humilié, frustré... Retournant au bar, il déposa un billet pour payer son cocktail et sortit son téléphone. Il devait se changer les idées, pour ne pas se laisser envahir par toutes les pensées négatives qui l'habitaient. Il grimaça en lisant les sms envoyés par Gallagher. Ce dernier l'attendait-il toujours dehors ? Se levant, il n'allait pas tarder à le savoir. Devant la porte, il sortit son téléphone, n'apercevant pas Anton. « Anton ? C'est moi, t'es où ?» Comme il s'y attendait, le brun n'était pas vraiment enchanté. « Ah enfin ? Mais t'étais passé où putain ? J'ai attendu une demi heure devant la boîte de nuit ? Et puis je me suis cassé... On fera le debriefing demain matin, avant le début du service !» Et il raccrocha aussi sec. Décidément, cette soirée était pourrie. Il venait de se faire rembarrer par l'homme qui hantait ses nuits depuis des semaines et il était certain que Gallagher irait se plaindre de sa disparition au patron... Soupirant, il sentit une première goutte tomber, puis une autre. Le tonnerre gronda au loin. Même le temps avait décidé de se mettre contre lui. Sortant les clés de sa voiture, il était bien heureux d'être venu séparément avec Anton. S'avançant, il se fit bousculer par un homme qui semblait avoir le diable à ses trousses. « Tu peux pas faire attention ?» Secouant la tête, il jeta un coup d’œil à la ruelle et fronça les sourcils lorsqu'il vit l'imposante carrure de Caïn.

Là encore, il se sentit partager entre l'envie de tourner les talons pour montrer sa déception ou retenter une phase d'approche. Mais lorsqu'il vit une goutte de sang tomber, il s'avança vers lui. « Caïn, mais qu'est-ce qui s'est passé ?» La pluie commençait à tomber, de plus en plus fort. Posant sa main sur la joue de Morgan, il le força à tourner la tête pour observer la blessure. Il comprenait maintenant pourquoi ce mec prenait ses jambes à son cou. Ils avaient dû se battre... « Faut soigner ça et se mettre à l'abri ! J'ai des pansements dans ma voiture, viens !» Avec le métier qu'il faisait, il avait une trousse de secours dans son coffre, rempli d'anti douleurs, de bandes, de désinfectants... Il devait être prêt à toute éventualité. Il n'était pas garé trop loin et il entraîna le brun avec lui. Décidément, cette soirée virait au cauchemar. Ouvrant la voiture, il se dirigea vers son coffre. « Installes-toi, j'arrive avec le nécessaire...» Il commençait à avoir froid, la pluie avait complètement trempé son haut et son jean... Un énorme orage venait d'arriver. Sortant le pansement et le désinfectant, il entra dans la voiture à la place du conducteur. Il tendit la bouteille d'alcool et du coton à Caïn. « Tiens, mets ça ! Je te filerais un pansement pour empêcher de saigner...» Il eût un flashback de lorsqu'ils étaient à l'armée, quand l'équipe se rafistolait les uns les autres durant une accalmie. « Pourquoi vous vous êtes battus ?»
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Jeu 23 Oct - 1:22

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
L’ancien commando refusait d’imaginer la tête d’Andy seul sur la piste de danse. A la seconde même où il l’avait quitté, le mot lâche avait raisonné dans son esprit, se répétant en écho de plus en plus proche. Il n’avait jamais réussi à affronter ses sentiments, aujourd’hui la réalité avait été si frappante qu’elle l’avait fait fuir. Ils auraient pu s’embrasser sur cette piste de danse mais ils avaient été interrompus. Pourtant le moment était beau, presque magique. Il fallut qu’il aille se battre dans la ruelle. Se bagarrer était un bien piètre mot, il n’avait fait que sauver une demoiselle en détresse qui se faisait attaquer par un homme fort bourré. Il n’avait fait que répliquer et ce genre d’histoire lui était finalement retombé sur le coin de la gueule. La pluie était aussi acide que la lame qui lui éventrait les entrailles. Il avait mal, il c’était comporté comme un salaud avec Andrew tout de suite. Et voila qu’il débarquait en face de lui, venant encore s’inquiéter de son état, il refusait de se montrer ainsi, le visage en sang. Pourtant il le força, son visage pivota pour lui montrer la blessure. Sa main était sur sa joue, contrastant avec la fraicheur de l’eau qui s’abattait sur eux. L’ancien capitaine résigna à le suivre jusque dans sa voiture. Alors qu’il avait pris place sur le siège passager, il l’entendait bricoler dans son coffre, revenir avec une boite remplit de fournitures de soins. Il prit ce qu’il fallait pour panser la plaie. Un peu d’alcool sur du coton, une grimace déforma son visage lorsqu’il posa l’ensemble sur l’arcade qui devait à peine être ouverture. Les blessures à cet endroit du corps saignait toujours avec abondance. Toujours des pourquoi ! Toujours des comment ! Il grogna lorsqu’il déplaça le coton. Il était trempé jusqu’aux os, sa chemise lui collait à la peau et il était frigorifié. Pourtant ce n’était rien par rapport à ce qu’ils avaient déjà vécus tous les deux. Caïn se rendait compte qu’il avait toujours manqué de sincérité vis-à-vis d’Andrew, en refusant d’admettre ses attirances. « Ce salopard agressait une pauvre fille ! Elle était peut-être habillée comme une allumeuse, ce qui en soit n'est pas une raison pour s'en prendre à elle ! » L’injustice l’avait toujours rendu extrêmement dingue. De nouveau un bouquet d’éclairs zébra le ciel, illuminant l’habitacle réduit. Caïn restait un tueur et de sang froid, ce n’était pas un détail à négliger. Pour le moment il n’avait pas osé regarder droit dans les yeux Andrew. A quoi bon ? Il devait lui en vouloir après ce qu’il venait de lui faire. Se barrer alors qu’il essayait de l’embrasser.

Aveuglément il lui avait toujours fait confiance. « Je suis tueur à gage ! Un professionnel, le mec qu’on appel lors de missions trop difficiles, de mec à se débarrasser devenu trop gênant ! » Il était beaucoup trop honnête pour tenter une histoire avec lui sans faire ses aveux. C’était dur pour lui car il n’en avait jamais parlé à personne. Qui d’autre qu’Andrew pouvait comprendre. Lui raconter son histoire lui faisait du bien. « J’ai appris que l’ordre de mission en Afghanistan avait été donné par un haut officier qui avait fait une énorme connerie sur le village voisin, il nous a envoyé directement dans un piège pour faire porter le chapeau à mon équipe ! » Caïn n’avait jamais compris pourquoi ils avaient ordre de délivrer des otages dans un village qui n’était pas en zone de guerre. Il fixait le tableau de bord. Il pouvait encore entendre le déclic des bombes. « On intervenait pour sauver des soldats américains en otage ! Quand on est entré les baraques ont sautés, ils ont réussis à descendre Evans qui était avec moi juste avant qu’il n’entre dans les égouts ! » C’est ainsi qu’il avait réussi à s’échapper. « Je me suis vengé ! J’ai été descendre ce haut fonctionnaire qui n’a pas su assumer ses propres conneries ! La CIA m’est tombée dessus….en échange de meurtres de personne gênante ils cacheraient cette histoire et m’éviterait le conseil de guerre ! Je n’avais pas le choix ! » Il vidait totalement son sac, personne ne savait réellement ce qui c’était passé, juste un dossier classé secret défense dans le fond d’un tiroir dans un coffre. Il savait que lorsqu’il avait eut sa conversation avec un agent de la CIA travaillant main dans la main avec le Pentagone, le conseil de guerre serait inutile car il serait mort avant. On aime faire disparaitre ce qui pourrait poser problème dans la politique.

« J’ai créé un Alter Ego du nom de Lila Shadow pour exécuter chacune de mes missions ! Je suis contacté, je mène mon enquête et j’atteins l’objectif ! La seule condition était ni femme, ni enfant ! Depuis je bosse pour quelques particuliers, quelques gangs qui s’en prend à d’autres gans, qui ne savent même pas que je bosse pour l’ennemi, ça fait le ménage dans la racaille ! »
Tuer, il avait ça dans la peau, déjà quand il était à l’armée, il faisait disparaitre les corps. Caïn continuait de travailler pour les hautes instances de l’Etat. Sans le vouloir une larme coula sur sa joue, à chaque fois qu’il tuait, une âme en plus venait alourdir sa conscience. Maintenant il était au courant de tout. De nouveau il laissa le silence s’installer dans la voiture. Le quarantenaire s’attendait à descendre, il venait de dévoiler la part la plus sombre de sa vie à cet homme. Il n’avait jamais autant parlé de sa vie qu’en cet instant.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Jeu 23 Oct - 8:32

Andy était vexé, humilié. Il avait l'impression d'être un enfant devant le sapin de Noël, qui avait aperçu le jouet qu'il attendait avec impatience mais, qui en ouvrant la boîte, avait remarqué que celle-ci était vide. Il avait attendu pendant tant d'années ce baiser, que le goût amer qui lui restait dans la bouche l’écœurait. Il s'en voulait d'avoir été si naïf, c'était évident que Morgan ne pouvait pas retourner ce qu'il ressentait. Sortant dehors, il en avait presque oublié Gallagher et la mission qui lui avait été confié à lui et son partenaire d'un soir. Malheureusement son coéquipier s'était fait la malle et l'orage venait d'arriver. Comme si le temps avait décidé de mimer son état d'esprit... Décidant qu'il était temps de rentrer chez lui avant qu'une autre catastrophe se produise, il tomba sur Caïn, en sang dans une ruelle adjacente à la boîte. Il aurait pu tourner les talons, il était assez en colère pour ça mais la vue du sang l'en dissuada. Il se rappelait de certains combats en Irak, de certaines blessures de Morgan... Il était toujours le premier à se jeter dans la gueule du loup, parce qu'il ne supportait pas qu'un de ses hommes puisse tomber. C'était quelque chose qu'Andrew admirait chez lui, même s'il manquait parfois du courage. Ne lui laissant pas le temps de réfléchir, il l'amena à sa voiture. Ils étaient trempés, ils avaient besoin d'être au sec et surtout arrêté ce saignement. Heureusement que son job l'obligeait à avoir une pharmacie de secours dans son habitacle. S'installant à l'avant, il laissa le brun se soigner dans un silence presque religieux. Jusqu'à ce que le brun ne s'explique sur les raisons de cet affrontement. « Bordel, si j'avais su, je l'aurais rattrapé cet enfoiré...» Secouant la tête, il soupira et mit en marche le moteur pour pouvoir mettre en marche le chauffage. La pluie continuait de dégringoler contre les vitres et les éclairs illuminaient la voiture.

Et maintenant il faisait quoi ? Il n'en savait rien, il ne savait pas ce qu'il était sensé faire. Le foutre dehors ? Il mentirait s'il disait que cette idée ne lui avait pas traversé l'esprit. Mais par ce temps, ce n'était pas raisonnable. Et alors que son esprit débattait sur la marche à suivre, Caïn lâcha une bombe. Détournant les yeux du pare brise, Andrew observa avec attention Morgan. Tueur à gages ? Lui ? Il avait dû mal à y croire et alors qu'il s'apprêtait à demander des explications, ce dernier les donna. Déglutissant, il restait silencieux durant toute l'explication. Il était évident que c'était difficile pour Morgan de raconter ça. Andrew détourna les yeux, focalisant de nouveau son regard sur la voiture de devant. Un frisson le parcourra et il ne savait pas si c'était le fait d'être trempé ou si c'était ce que racontait Caïn. Andrew n'avait plus grand estime pour l'armée mais là, il était dégoûté. Comment pouvait-il avoir fait ça et s'en tirer impunément ? « Les enfoirés...» murmura-t-il alors qu'il secouait la tête. Fermant les yeux, Andy était partagé. Ils avaient beaucoup changé, la guerre les avait changé. Ils avaient pris tous les deux une route différente qui avait décidé de se croiser ici, à New-York. Il regarda de nouveau le brun, et il vit la larme couler le long de la joue de Morgan. Instinctivement, il vînt l'écraser avec son pouce, caressant la joue de Caïn. Il avait beau l'avoir repoussé, avoir de nouveau piétiné son cœur, il sentait sa douleur. Elle était palpable. « Et ça va durer combien de temps tout ça ? Tu te condamnes à une vie de solitude à cause d'un meurtre ?» Il haussa un sourcil. Il savait aussi bien que le garagiste à quel point les hautes sphères étaient puissantes et persuasives mais il ne pouvait pas détruire un homme comme Caïn, c'était un héros de guerre ! Pas un vulgaire criminel. Il soupira, faisant glisser sa main le long de la joue rugueuse de Caïn. C'était évident que ça compliquait les choses, énormément même. Il était agent de police, son devoir était de rapporter cette confession aux autorités mais jamais, il ne pourrait trahir un de ses frères, encore plus son ancien supérieur. Ils n'étaient plus dans l'armée mais il y avait encore la notion de camaraderie. Et puis, il n'était pas sûr que son cœur le laisse tranquille s'il commettait un tel acte. « C'est pour ça que tu es seul ? Que tu n'as pas de femmes ? Que tu écumes les boîtes de nuit ? C'est pour ça que tu étais là ce soir, hein ? Pour traquer sa proie...» Il n'avait pas de traces d'accusation dans sa voix, après tout, il était là pour les mêmes raisons. Et une question vînt lui brûler les lèvres, il n'avait plus rien à perdre de toute façon. Son égo était ébranlé et puis, Caïn semblait émotionnellement atteint pour ne pas lui mentir, normalement. « C'est pour ça que tu... Enfin, que tu es parti si précipitamment ?» Autrement dit, que tu n'as pas voulu m'embrasser ?
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Jeu 23 Oct - 12:59

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn avait déjà bien amoché cet abruti, il avait eut la trouille de sa vie, il n’allait pas remettre ça de si tôt. Le flot de la pluie se déversait telle une cascade sur la vitre du pare-brise. Le ronronnement du moteur se mit en marche, tandis que le chauffage envahissait l’espace, la froideur des confessions douloureuses contrastaient étrangement avec cette nouvelle chaleur. C’était ses démons, il venait à se confier à un flic, qui pourrait très bien l’arrêter. La CIA s’arrangerait sûrement pour le faire disparaitre, il deviendrait gênant et un autre de leur mercenaire viendrait s’occuper de son cas. On ne devient pas tueur sans raison. Leurs chemins c’étaient séparés et il ne pouvait pas s’engager avec quelqu’un sans qu’il ne soit au courant de tout ça. Il ne le faisait pas avec un inconnu. Ce qui était sûr, c’est que personne ne risquait de les entendre dans sa voiture. Il vint retirer cette larme honteuse sur sa joue. Il n’y avait pas de micros. La question tomba, une question à laquelle il était incapable de répondre. « Tu connais le temps de prescription pour un meurtre avec préméditation ? En dix ans je n’ai pas trouvé une seule solution ! » Soit il se faisait descendre dans le cadre d’une de ses missions non officielles, soit il essayait de les coincer. Ca faisait maintenant dix ans qu’il accumulait un certain nombre de morts dans son sillage. En révélant toute cette histoire, il venait de mettre un terme à leur histoire avant même qu’elle n’ait commencé. Sa chemise était lourde d’eau, son torse était recouvert de cette humidité, ses cheveux goûtaient toujours. Andrew ne se rappelait-il pas que trop de questions posées avaient le don d’agacer le capitaine. « La vie est parfois complexe ! Je ne vais jamais dans les boites, juste me boire un verre de temps en temps dans un bar ! » Quand à sa proie, il allait devoir s’en occuper. On pourrait le voir comme un justicier, il s’occupait seulement des enculés qui avaient trop accumulés pour les laisser vivre. « J’étais après un salopard, qui viol des femmes et les tue ensuite ! Jamais de traces, le FBI sait qui c’est mais pas une preuve pour le coincer ! » Andrew n’avait jamais entendu parler de certaines séries de meurtres qui comme par magie s’arrêtait. Ce n’était pas parce que le mec s’arrêtait de tuer, la police était incapable de l’arrêter, il faisait intervenir quelqu’un et tout s’estompait à un moment. Un nettoyeur en quelque sorte.

Il serra des dents quand il entendit cette dernière question. Pourquoi la posait-il surtout après tout ce qu’il venait de lui dire, il fallait en plus qu’ils parlent de sentiments. « Andrew ! Regarde ma vie c’est un fiasco, je tue depuis que j’ai l’âge de tenir une arme ! Et en plus….j’ai du mal à accepter encore certaines dimensions de ma vie ! Même si je dois t’avouer que maintenant je m’en fou un peu ! » Caïn tourna les yeux vers lui. Il avait réussi à intégrer l’idée qu’il pouvait être attiré par des hommes, il avait toujours assumé ses choix, ça serait injuste de plonger cet homme dans le chaos avec lui. « Le pire c’est que pour toi, je pourrais commettre le pire ! Je te prie de m’excuser pour tout à l’heure» Il appuya sur le bouton de la portière. Il devait le laisser maintenant, il ne devait pas lui faire endurer tout ça. Il avait toujours été seul, ce n’est pas aujourd’hui. « Reprends ta vie gamin ! Tu es quelqu’un de bien ! Profite, ne t’emmerde pas avec moi !» Il posa un pied dehors, il pourrait l’embrasser dans sa voiture maintenant, il mourrait d’envie de le prendre contre lui et de le rassurer. Mais ses pensées, ses pulsions devaient rester illusoires pour le bien de son ancien coéquipier.

Son pied se posa sur le trottoir tandis qu’il s’extirpait de la voiture. Caïn ne faisait pas dans les adieux. Il se mit à marcher, voulant s’éloigner de cette voiture. Ses jambes étaient lourdes, sa marche était lente. Intérieurement, il avait envie qu’une fois de plus il ne le rattrape, qu’il ne soit plus seul dans ce merdier. Un bourbier sans fin, mais avoir une épaule sur laquelle pouvoir se reposer de temps à autre. De nouveau de son voile purificateur, la pluie le recouvrit, il jeta le coton dans une poubelle. Il était en train de mesurer le nombre de mettre depuis qu’il avait quitté la voiture. Sachant qu’au bout de quinze ça serait mort. C’était aussi une façon de laisser le temps à l’officier de réfléchir après tout ça. L’Oldsmobile de 1969 allait bientôt disparaitre dans son dos. C’était indigeste tout ce qu’il avait osé dire, mais il se sentait mieux. Caïn à demi-mot avait dit qu’Andrew ne le laissait pas indifférent et pouvoir parler de sa double vie lui avait fait du bien mais ne le soulagera pas du poids de son autre métier.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Jeu 23 Oct - 13:52

C'était beaucoup de chose à assimiler en peu de temps pour Andrew. Il n'aurait jamais imaginé que la vie de Morgan ait pu prendre une tournure aussi dramatique. A coté de ça, sa vie semblait bien pâle. Il posait des questions même s'il savait que Caïn détestait ça, il avait besoin de comprendre pour se faire une opinion. Il ne pouvait pas se permettre de juger Caïn sans en apprendre le maximum. Son sang semblait s'arrêter de couler et le chauffage vînt réchauffer ses jambes frigorifiées. Ils étaient trempées, de la racine de ses cheveux au bout de ses orteils. Et pourtant, c'était le cadet de ses soucis à cet instant précis. Seul importait Caïn et le capharnaüm que semblait être sa vie. Il comprenait d'autant plus le côté loup solitaire de ce dernier, comment pouvait-il en être autrement en menant une telle double vie ? Il comprenait le point du vue du brun, son choix de rester seul, d'éloigner les gens... C'était dangereux mais Andy ne pouvait se résoudre à laisser ça lui barrer la route. Il avait peut-être une chance d'être heureux et c'était avec cet homme. Il le savait, il le sentait... Pourquoi la vie l'aurait remis sur sa route si c'était pour le lui retirer aussi vite ? Il aurait aimé trouver des mots réconfortants, des mots pour contre-carrer les arguments du garagiste. Il était perdu, il ne savait pas s'il devait se jeter dans cette bataille. Il ne voulait pas combattre un moulin à vent, il avait un fils à élever, une vie à mener...

Baissant les yeux, il secoua la tête lorsque Caïn lui expliqua qu'il n'y avait rien à attendre de lui. C'est sûr que sa vie était une réussite, non ? Un mariage, un divorce, une vie creuse... Seul son fils était un petit rayon de soleil mais mis à part ça, il était seul ! Il tourna la tête lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir. Il partait, sans lui laisser le temps de réagir. « Att...» La porte claqua et Andrew frappa sur le volant de rage. Il voyait à peine la silhouette de Morgan s'éloigner à cause de la pluie et l'obscurité. Tapotant sur le volant, il était indécis. Déjà deux fois qu'il le laissait en plan ce soir, peut-être était un signe ? Il n'était pas superstitieux, bien au contraire mais Morgan ne voulait rien à faire avec lui. Son esprit bouillonnait, il ne pouvait pas le laisser partir, il n'avait pas le droit de faire ça, pas après avoir attendu tout ce temps... Coupant le moteur, il sortit de la voiture et frissonna lorsqu'il fût accueilli par la pluie glacée. Sans attendre, il rejoignit à grandes enjambées Caïn, l'arrêtant par le bras. La rage l'envahit, une rage remplie de frustration et d'amertume. « T'es qui pour décider ce que je dois faire ou avec qui je dois être ? Pourquoi ce serait à toi à prendre une décision qui nous concerne tous les deux ?»
Il passa une main dans ses cheveux et secoua la tête. « Je m'en fous de ta double vie, je m'en fous que ta vie soit un fiasco, la mienne l'est tout autant ! Mais je peux pas te laisser me retirer la seule chance d'être heureux.» S'approchant du brun, il se colla à lui, leur vêtements mouillés se pressant. « Dis moi, que tu n'en as pas envie ! Dis moi que tu n'as jamais remarqué cette tension entre nous et je te laisserais tranquille ! T'entendras plus parler de moi, je te le promets ! Mais dis-moi que tu n'as jamais eu l'envie de m'embrasser ! Dis le... » murmura-t-il. Il jouait son va tout mais il savait que c'était le moment, c'était la dernière chance avant que son rêve ne finisse par s'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Ven 24 Oct - 2:06

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Il ne pouvait pas en exiger beaucoup plus de la part d’Andrew, il l’avait déjà écouté, il ne lui demandait pas d’être compris pour le moment. Pour la seconde fois de la soirée, il le délaissait. A chaque fois pour des raisons différentes mais viables. C’était loin d’être un jeu pour, il n’avait aucune envie de s’amuser avec cet homme et c’était d’ailleurs pour ça qu’il préférait être rapide. Alors que dans la boite de nuit, il avait été très rapide pour s’extraire de la foule et gagner la sortie de la boite de nuit. Lorsqu’il vint à sortir de l’odsmobile, son pas fut lent et lourd. Il n’avait même pas attendu qu’on lui dise d’attendre, malgré son self contrôle dans des situations périlleuses. Son impulsivité était toujours un facteur à prendre en compte, un défaut qui pouvait provoquer un risque considérable. Il avançait sous la pluie, sans veste, seulement sa chemise déjà noire pouvait être jetée en rentrant. Une chemise en satin n’était pas connue pour bien résister à l’eau et encore moins à des pluies diluviennes. Un bon signe comme un mauvais, le moteur de la voiture c’était arrêté, soit parce qu’Andrew avait décidé de quitter sa place de parking, soit parce qu’il avait tout simplement arrêter le moteur. Ca lui fera une excuse pour se rendre dans une boutique de fringues. Une main lui attrapa le bras, le stoppant dans sa marche. Dans la contraction de ses doigts autour de ses biceps, il comprit la colère qui émanait de cet homme. Ils se retrouvèrent face à face. Andrew parlait beaucoup trop pour ne rien dire, des questions inutiles et sans aucun sens. Ce n’était pas une question de choix mais de logique en cet instant. C’était une équation, qui n’était pas difficile à résoudre dans l’arithmétique des sentiments. Un flic avec un tueur à gages, ce n’était du jamais vu jusqu’à maintenant. Son corps se colla aux siens, c’était étrange, les deux carrures collés l’une à l’autre. Il continuait de parler, de développer, de poser des questions interminables. Caïn leva les yeux au ciel, si c’était le seul moyen de le faire taire, il n’avait plus le choix. Il enroula un bras autour de ses hanches. Les goûtes ruisselaient sur eux et il posa ses lèvres sur les siennes. Enfin il n’y avait plus que le bruit de cette chute infinie d’eau. Ses lèvres étaient douces, la chaleur du baiser l’enveloppa, faisant disparaitre la sensation fraiche et désagréable de cette humidité qui le glaçait jusqu’aux os.

Il venait de le contraindre au baiser, il passa sa main libre dans sa nuque, la pressant un peu. Il était satisfait qu’ils fassent la même taille, il aurait détesté se pencher pour embrasser quelqu’un, mais tout de même soulagé qu’il soit légèrement plus petit. Il avait une barbe de quelques jours à peine, mais le contact n’était pas désagréable. Son nez frôla le siens, il n’avait pas laissé le même suspens que sur la piste de danse, préférant faire dans l’action. Pour le moment baiser était chaste. « Ca va mieux maintenant ? T’as rien à gueuler de plus envers moi ? » Il l’avait enlacé, amené contre lui, il ne souhaitait que le protéger de cette pluie. Son cœur sembla exploser dans sa poitrine et imploser en même temps, pour finalement s’arrêter. Une vague d’excitation saisit son ventre, le contractant. Une tornade de sensations venait de l’envahir, des teintes et des nuances différentes. Jamais il n’avait embrassé quiconque de cette façon, ses lèvres avaient saisies celles du policier avec désir, se refermant dessus, se pressant encore et encore. Il devait avoir une haleine particulière de tabac et whisky, mais il avait toujours très bien entretenu celle-ci jusqu’à maintenant. Mais ça pouvait déplaire à Andrew.

Il l’embrassa à nouveau, ne lui laissant pas le loisir de rebondir à ses questions, cette fois il se fit plus entreprenant, il ne cherchait même pas à savoir si cet homme avait envie de répondre au baiser, sa langue se fit plus aventureuse, venant entrer en contact avec celle d’Andrew. Même si c’était la première fois qu’il embrassait un homme, il ne se laissait pas déstabiliser, il gardait cette assurance. C’était étrange de la façon dont les pectoraux durs de son partenaire s’appuyait contre les siens, ça changeait d’une poitrine généreuse. Cette fois de nouvelles teintes. De plus le baiser était beaucoup plus humide qu’à l’accoutumé avec les péripéties météorologiques. Le cadre était plutôt romantique, digne d’un grand film Hollywoodien, avec la pluie, l’orage et la vieille voiture dans le fond. Il détacha ses lèvres des siennes, mais au lieu de lui adresser un regard dur, froid et distant, celui-ci fut plus tendre. Caïn n’allait pas sourire mais il avait dépassé un cap aujourd’hui. « Et si tu nous emmenais dans un endroit plus sec ? » La parole était claire, il avait envie de se sécher. Les baisers sous la pluie avaient son charme, dans les films c’était beau, tout le monde en avait rêvé, mais sans s’en rendre compte, s’embrasser ainsi en autonome ça caillait à mort.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Ven 24 Oct - 9:36

Andrew avait déjà beaucoup perdu dans sa vie, il avait perdu son père, ses camarades au front, sa femme... Lorsque la portière se referma sur Caïn, il eût cet étrange sentiment de déjà-vu ! Comme si sa vie était voué à perdre les gens qu'ils aimaient. Indécis, blessé, il hésita avant de se lancer à la poursuite de l'homme qu'il aime. Avait-il la force de l'affronter ? La force de le retenir alors qu'il semblait évident que la seule chose qu'il cherchait à faire, c'était fuir ? Et puis la colère l'envahit, une douce colère, celle qui revigore un homme, qui lui permet de se relever alors qu'il est à terre. Il en avait assez de rester à rien faire alors qu'il perdait les gens auxquels il tenait... Il ne pouvait pas laisser partir Morgan sans lui avoir dit, il devait savoir et seulement après il accepterait sa décision. S'élançant à sa suite, il le rattrapa rapidement. La pluie était diluvienne, ils allaient attraper la mort ! L'orage ne voulait pas passer mais son seul soucis, c'était l'Homme qui lui faisait face. Il comprenait que sa vie n'était pas facile, il partageait ses doutes sur ce qui se passait entre eux mais lui, il était prêt à y faire face. La colère le fit parler plus que de mesure, il savait que ce n'était pas du tout le genre de Morgan mais il avait besoin d'expulser ses doutes pour avoir la tête claire. Se collant à lui, cherchant la chaleur de son corps, il s'attendait à le voir le repousser, à lui gueuler dessus. A lui dire qu'il n'était pas raisonnable, qu'il s'était fait des idées mais les lèvres du brun vinrent couper toute tentative d'explications logique. Le bras de Morgan l'entoura et le blottit davantage contre lui. Surpris, Andrew resta immobile quelques secondes, comme si son cerveau avait dû mal à réagir, à interpréter ce geste. Malgré le temps, une chaleur l'envahit, cette sensation au niveau de l'estomac le réchauffait. Posant sa main sur la joue gauche de Morgan, il se délecta de ses lèvres, de cette sensation toute nouvelle.

Il ne put retenir un sourire lorsqu'il lui demanda si c'est ce qu'il voulait. La réponse était évidente, il était à sa place entre les bras de cet homme. Même carrure, pratiquement la même taille... Leurs pectoraux se frictionnaient comme pour se réchauffer alors qu'il enroula ses bras autour du cou de Morgan juste à temps pour un second baiser. Plus aventureux, plus entreprenant, Andy avait l'impression de se retrouver à l'adolescence quand on embrassait pour la première fois. C'était agréable et il ne pût que permettre le passage de la langue de Caïn pour qu'elle vienne jouer avec la sienne. Il se fichait de son haleine, il y trouvait même un certain charme... La rugosité de la barbe de Morgan contrastait avec la douceur de ses lèvres et il fût presque déçu lorsqu'il sentit celles-ci se détacher des siennes. Se mordant la lèvre inférieure, il sentit un frisson le parcourir. C'était le contre coup du baiser, la chaleur qu'il avait dégagé s'était évaporée en même temps que celui-ci s'était terminé. « Retournons à ma voiture...» C'était ça ou la boîte de nuit. Et il ne voyait pas vraiment Morgan y retourner dans un tel état, lui non plus d'ailleurs. Lui attrapant la main, ils retournèrent précipitamment vers son odsmobile, reprenant leur place d'origine. Mettant le contact, le chauffage revînt leur chatouiller le corps mais Andrew s'en fichait. Morgan l'avait embrassé, avouant de la même façon qu'il n'avait pas rêvé, que lui aussi avait ressenti cette attraction entre eux. Sans dire autres choses, il s'approcha de Caïn et reprit possession de ses lèvres, comme pour s'assurer qu'il n'avait pas rêver, que ce n'était pas une illusion. Il avait l'impression que les lèvres du brun allaient devenir une drogue. Front contre front, il attrapa la main virile de ce dernier, entrelaçant leurs doigts. « Ne me laisses pas ! Pas après ça...» Pas après lui avoir montré qu'il tenait à lui, pas après lui avoir fait effleurer le bonheur. Il était rassuré de ne pas s'être trompé mais il connaissait l'impulsivité de Morgan. Est-ce qu'il réalisait qu'il venait de sceller quelque chose inconsciemment ? Leur nez se touchait, affectueusement, leurs souffles se mélangeaient... Les mains d'Andrew se montrait aventureuse sans aller trop loin. Il avait toujours été tactile, dans la limite du raisonnable. Il caressait le torse de Caïn à travers sa chemise, remontant le long de son bras. « Tu te rends bien compte que je ne te lâcherais plus, hein ?» murmura-t-il avec un sourire aux lèvres. Non, il ne le lâcherait plus. Il avait mis tellement de temps à le trouver qu'il allait s'accrocher à lui comme un naufragé à sa bouée de sauvetage.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Ven 24 Oct - 11:23

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn avait été entreprenant pour la première fois de sa vie avec un homme. En ce qui concernait les femmes, il n’avait pas besoin d’agir, généralement elles venaient à lui sans qu’il n’ait rien demandé. Le cas d’Andrew n’était guère différent, il était venu le chercher mais c’était totalement différent cette fois. Il l’avait fait taire à coup de baisers, il était d’ailleurs assez content d’avoir réussi, mais en voulant le mettre au silence, il avait pris goût de ses lèvres, des subtilités masculines, de toutes les autres notes qu’il y avait avec un homme. Le corps était plus robuste, c’était un peu plus rude et en même temps plus passionné, il bouillonnait intérieurement et après un premier baiser, il avait enchainé avec un second plus langoureux. Cet homme entre ses bras épais ne restait pas inactif, ses bras étaient venus enlacés son cou tandis qu’il lui avait caressé la joue durant ce baiser impressionnant. Après ce second baiser particulièrement humide, il demandait un endroit sec, il venait de lui prendre la main pour le ramener à sa voiture. Il hâta le pas, pour se laisser tomber sur le siège, la vague de chaleur qui se dégageait des radiateurs lui fit du bien. Il frotta ses mains soufflant un peu d’air chaud pour augmenter l’efficacité de ce réchauffement. Le capitaine n’avait pas encore compris que ça ne serait que l’homme à ses cotés qui aiderait vraiment. Venant l’embrasser à nouveau, leurs doigts se joignirent, il ne repoussait plus les avances de cet homme, il était dans une phase d’acceptation. Il eut le souffle haletant quelques instants. « Je n’ai pas prévu de partir ! » Il se rendait compte que désormais il allait devoir rassurer le jeune Andrew. Il fallait qu’il sorte avec un mec plus jeune de douze ans. Une complicité entre eux était naissante et il avait la responsabilité de ne pas tout gâcher. Une main se posa sur son bras, remontant le long de ses muscles, venant jouer avec son torse, il frissonna à ce contact physique pour le moment léger. C’est alors que les paroles raisonnèrent dans sa tête, il fixa ce visage doux et souriant, il était tellement remplit de bonnes intentions. Il n’allait plus fuir, plus maintenant.

« Et si c’était moi qui te faisais mon captif gamin ! » Il ne souriait pas beaucoup, il savait qu’il n’était pas un mec rigolo tous les jours, il avait un caractère un peu pourri par moment. Caïn n’était pas évident dans la vie de tous les jours mais Andrew l’avait choisi, il était venu le chercher deux fois. Il alla poser une main sur sa cuisse venant se rapprocher de lui. « Il nous faut des serviettes, un endroit avec un whisky et j’ai aussi envie alors démarre beau gosse on va chez moi ! » Il le laissa conduire tout le long du chemin il le fixait, comme deux adolescents à chaque feu ils s’embrassaient. Caïn allait peut-être sourire en fin de compte, cette situation lui plaisait énormément. Une fois que la vieille voiture fut garé devant son garage du nom de « Rider », le même nom que son chien. Ils montèrent les escaliers qui menés au premier étage, son lieu de vie. On entrait directement dans le salon, un canapé, un gros fauteuil, une table basse, une télé, une bibliothèque avec quelques bouquins cornés et rien de plus. Les murs étaient vides et froids. Une photo était punaisé sur la bibliothèque, représentant l’ensemble de son ancienne équipe, Andrew était dessus, juste à coté de lui. Il ne c’était pas embarrassé de décoration. Il l’invita à entrer, il alla chercher une pile de serviette dans la salle de bain. Sans demander s’il en voulait un, il servit deux verres de whisky. Une véritable boisson d’homme pour le quarantenaire. Après ça, il retira sa chemise, dévoilant un torse fortement bien battis, des bras puissants, des pectoraux bien développés et des tablettes entières de chocolat pour abdominaux. Le tout était recouvert de cette pilosité qui lui allait si bien. De façon rapide, il se sécha le torse, les cheveux. Ensuite il se laissa tomber dans son fauteuil, verre à la main, cigarette déjà coincée entre les lèvres pour se l’allumer. Rider son Huesky, dormait dans son panier, lorsqu'ils étaient rentrés, il avait levé la tête, il faisait la gueule car il l'avait délaissé trop longtemps, généralement il regardait et se rendormait dans ses cas là. Et oui, son chien avait le même caractère que lui.

« Tu sais ce que tu es en train de faire j’espère gamin ! Car maintenant tu ne peux plus reculer, tu es mon prisonnier…Je te tiens, mais je vais éviter de te mettre dans la cave ! » Il plaisantait un peu, tirant sur sa cigarette. Ce n’était que son troisième whisky mais il lui faudrait une bouteille entière pour devenir pompette vu sa carrure. Il n’avait pas de pudeur en face de lui, et combien de fois après un entrainement ils avaient été à poil sous la douche, par respect il n’avait jamais fixé cet homme. Peut-être une ou deux fois, car il était curieux. Il avait bien grandi depuis l’armée et il c’était fait un joli physique. Le fixant des yeux, son regard avait beaucoup changé, il c’était attaché à Andrew il y a dix ans et aujourd’hui il se prenait tout en pleine gueule, décuplant ce qu’il pouvait ressentir. Il lui faudrait encore un peu de temps avant d’avoir de vrais gestes de tendresse envers lui, ce n’était pas un automatisme chez lui.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 27 Oct - 11:11

Il essayait de paraître calme, de ne pas s'emballer mais le fait de sentir les lèvres de Caïn contre les siennes, de sentir sa langue venir caresser la sienne, ça le rendait fou. Il tremblait et il se demandait si c'était vraiment à cause de la pluie. Il observa quelques secondes son passager, cherchant des réponses dans ses yeux. Ils avaient beau avoir franchi une énorme étape en s'embrassant, il y avait toujours cette part d'inquiétude chez Andrew. Il connaissait l'impulsivité de son ancien commandant et si quelque chose en lui, lui ordonnait de partir ? Trois fois dans la même soirée ? Le brun ne s'en remettrait pas... Il avait beau avoir toute la volonté du monde, avoir tous ces sentiments pour le garagiste, il avait une vie à présent, il avait Ashton... Il sourit à la réponse de Morgan : C'était ce qu'il voulait entendre et il retînt un Merci trop cliché à son goût. Andy avait cette envie de l'embrasser permanente, tel un adolescent qui venait de goûter au fruit défendu. Ils avaient tellement de temps à rattraper mais il savait qu'il ne devait pas penser comme ça, s'il voulait que leur histoire se passe bien. Il devait se débarrasser de cette frustration qu'il avait gardé en lui durant toutes ces années. « Dans ce sens ou dans l'autre, ça me va complètement...» Il frémit en sentant la main de Caïn sur sa cuisse, un premier geste osé mais tellement révélateur pour le policier. C'était ce genre de petits gestes qui le rassurait sur les intentions de Morgan, il avait confiance en lui mais il avait compris qu'il ne s'acceptait pas vraiment...

Mettant le contact en route, Andy les mena jusqu'à l'appartement de Caïn, se situant au dessus de son garage. La pluie vînt les rafraichir de nouveau jusqu'à atteindre l'appartement. La décoration était sobre et digne d'un célibataire comme Caïn. Très peu de décoration, le strict minimum pour vivre... Il observa amusé le mobilier alors que Morgan avait disparu pour aller chercher des serviettes. Il tilta un peu lorsqu'il aperçut l'une des seules photos dans la pièce : Une photo de son ancienne équipe... Sortant son téléphone, il envoya un rapide sms pour demander à sa voisine de garder Ash pour la nuit, prétextant que son opération allait durer plus longtemps. Baissant les yeux, le retour de Caïn avec une serviette le sortit de sa mélancolie naissante et le remercia. Le verre de whisky sur la table basse, il ne put s'empêcher de regarder le torse musclé et velu de... De son homme ? Il ne savait pas très bien si le baiser était un aveu qu'il souhaitait quelque chose ou non ? Et il n'osait pas demander de peur de brusquer Caïn et de mettre fin à ce moment de rêve. Il hésita quelques secondes à se mettre aussi à l'aise que le propriétaire des lieux. Il l'avait déjà vu complètement nu mais la situation était différente. Il finit par retirer sa chemise, dévoilant lui aussi un torse puissant et musclé. Il était certes un peu moins velu que celui du brun. Son ex femme avait toujours apprécié un torse imberbe et Andrew avait obtempéré... Se séchant le corps, il attrapa son verre et en avala une gorgée. L'alcool le réchauffa immédiatement. S'asseyant sur le canapé, il ferma les yeux quelques secondes, essayant de réaliser ce qu'il se passait.

« Pour être franc, j'attends ça depuis plus de dix ans... Depuis que mes yeux se sont posés sur toi ! Tu n'arriveras pas à me faire fuir, je sais comment tu es. Je sais que tu peux être difficile, j'ai déjà eu l'occasion de te voir en pleine crise...» Sur le front, il l'avait vu parfois perdre son sang froid lors d'un debriefing après une opération ou de passer ses nerfs sur un de leurs camarades... Faisant tourner son verre, la chaleur de l'endroit avait fini par le débarrasser de cette sensation désagréable et un silence s'installa. Andy ne quittait pas des yeux son capitaine. Il n'avait pas l'audace d'aller s'asseoir sur les genoux de ce dernier, il voulait lui laisser le temps de s'adapter à cette situation. Il l'observa fumer sa clope, avec un intérêt presque malsain. « J'ai dû mal à croire que tu sois seul... Je veux dire, tu n'as jamais vécu avec quelqu'un depuis que tu as quitté l'armée ?» Certes, il avait un côté loup solitaire mais Caïn avait d'autres qualités. Il était protecteur, courageux, bosseur, séduisant, il était franc et honnête... Personne n'était pas parfait de toute façon et Andrew se sentait chanceux de savoir que cet homme était encore célibataire. « C'est ridicule mais je suis nerveux ! On s'est connu au beau milieu de l'enfer. On a vu le pire l'un chez l'autre et pourtant, je ne peux m'empêcher d'être nerveux ! Te tomber dessus, c'était si inespéré. Et là, j'ai l'impression d'être un adolescent...» Il ricana un peu devant la stupidité de ses paroles. Il parlait beaucoup, se débarrassant de ses doutes par la même occasion. Il ne supportait pas le silence, il y en avait trop eu durant son mariage. Le manque de communication avec June était sûrement une des raisons de leur divorce. Là, il voulait simplement se détendre...
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 27 Oct - 18:07

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Avant de démarrer il le vit pianoter sur son portable. Sans se poser beaucoup de questions, il le laissa faire, sans doute en rapport avec son boulot, il imaginait qu’il devait être pas mal pris. Une fois arrivé à l’appartement, il alla chercher le nécessaire pour que tous deux puissent se sécher convenablement après avoir pris cette cascade sur la gueule. A moitié déshabillé, il se sécha sommairement avant de se laisser tomber dans son fauteuil fétiche avec un verre et une cigarette. Caïn devait s’admettre chanceux en admirant cette montage de muscles, il avait de quoi rivaliser avec lui. Main dans la main dans la rue, on n’allait pas les faire chiez longtemps, à moins de s’en prendre à deux colosses en même temps. La seule différence qu’il pouvait y voire était une peau lisse et imberbe. Il avait pensé qu’il aurait plus de poils, il s’en foutait un peu en réalité. Il l’observa se sécher tout en tirant sur sa cigarette. Peut-être qu’il en attendait de trop, car quand il le vit s’approcher il avait vraiment cru qu’il viendrait s’installer sur lui. Au lieu de cela il prit place sur son vieux canapé qui avait connu autant la guerre que lui. Après ces quelques mots, Andrew n’avait pas tort, il pouvait parfois se montrer excessif et colérique. Il resta silencieux l’écoutant parler, il fit un signe négatif de la tête à sa question, il n’avait pas besoin de développer. Il n’aurait jamais pris le risque d’embarquer quelqu’un dans sa vie. Jamais il n’aurait pu mettre cette responsabilité dans sa vie. Il avait un chien c’était déjà un sacré pas en avant, jamais il ne pourra avouer que son propre chien l’avait sauvé de suicide juste avant qu’il ne l’adopte. Cette idée morbide avait trotté un jour dans sa tête. Bien, il avait un peu fond de sa pensée, dans un geste calme il posa son verre sur la table, sa cigarette reposa dans le cendrier, la laissant un peu se consumer toute seule, il se leva tira Andrew par le bras et ensuite alla se rassoir dans son fauteuil, l’entrainant sur lui. Il fallait admettre qu’il faisait son poids le gaillard mais ce n’était pas un problème, il alla poser une main dans son dos pour maintenir un équilibre et il alla rechercher son verre. « On sera bien mieux ainsi pour discuter ! Ca va je suis confortable ? » Il n’en revenait pas encore de ce qu’il venait de faire, mais Andrew avait fait plusieurs fois le premier pas vers lui, dans la boite de nuit, dans la rue et encore une fois sous la pluie. S’il ne prenait pas un peu les devants il ne s’en sortirait pas tous les deux. Ils allaient se mettre chacun dans leur coin sans jamais en sortir.

Il pianotait un peu dans son dos, remontant le long de sa colonne vertébrale. Le quarantenaire se disait qu’il devait faire un peu plus dans la communication que d’habitude, il alla embrasser l’épaule de cet homme, tout en continuant la caresse dans son dos. Avec la main qui buvait le verre de whisky, il alla retrouver sa cigarette délaissée pour la reprendre en bouche. « Bien ! Faut que tu te détendes, je ne vais pas te bouffer ! Je crois que c’est trop tard pour reculer maintenant et j’en aie marre de vivre dans les regrets, la nostalgie et les remords ! Je sais que j’ai encore du boulot à faire ! » Il était dans le genre mauvais garçon. Ils étaient tous les deux torses nus et alors ? Il aimait bien ce contact. « T’as jamais pensé à avoir le torse d’un homme ? » Il fallait bien le taquiner un peu. Il avait quarante cinq balais et il n’allait pas avoir dix milles de chance de construire un couple, il n’avait pas besoin de chercher et c’était comme si Cupidon avait opéré dans son dos. S’il trouvait cet abruti d’ange, il lui ferait avaler ses flèches et il lui cramerait les ailes. Ensuite seulement il le remercierait, il n’aimait pas les surprises.

« J’ai décidé de ne plus avoir peur ! Maintenant dis toi bien que je dois continuer cette double vie…et ce qui me fait peur est de te mettre en danger avec mes histoires, mon passé ! »
Il laissa retomber sa tête sur le fauteuil. Il fallait trouver une solution, mais qui avait déjà réussi à coincé la CIA. Il savait qu’il l’userait jusqu’à la corde. Combien de fois il avait envisagé de partir, changer d’identité, cessé d’errer. Peut-être qu’il avait trop l’habitude de vivre ainsi maintenant. Et il aurait perdu Andrew. Il frissonna au contact de sa peau. Il n’aurait jamais pensé que c’était aussi plaisant de toucher un homme, d’exploser un corps masculin. Il avait connu trop de corps féminin sur lequel il c’était forcé pour cacher les apparences, il avait honte d’avoir abusé ainsi de cette situation au lieu de s’accepter. « Ne t’attends pas à ce que je te demande en mariage…peut-être un jour qui sait…mais laissons faire les choses d’accord ? »


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 27 Oct - 18:39

Il s'en voulait un peu de réagir comme une vierge effarouchée... Il n'arrivait pas à se détendre alors que c'était ce qu'il voulait depuis des années. Même s'il s'était marié, même s'il avait eu un gosse, il lui avait toujours manqué quelque chose. Ce goût d'inachevé avec Caïn avait toujours été là et maintenant, il se sentait enfin libre. Pour autant, il avait peur de brusquer le brun, d'aller trop vite. Il ne supporterait pas un refus, même si ça ne signifiait pas la fin de leur relation ou quelque chose du genre... Les deux rejets de Morgan l'avaient marqué même s'il les comprenait maintenant. Alors pour compenser son manque d'action, il parlait de ses doutes, posant des questions à son homme. Quand il le vit se lever, il arqua un sourcil se demandant s'il l'ennuyait avec son discours. La suite fût des plus agréables, se laissant faire, il se retrouva sur les genoux du brun. Un sourire naquît sur ses lèvres, c'était ce qu'il voulait faire au préalable et il était content de voir que c'était aussi ce que voulait. « C'est parfait, à vrai dire, c'était ce que je voulais faire mais je ne voulais pas précipiter les choses !» Il frissonna en sentant les doigts glisser sur la peau de son dos. Il aimait le contact de cette main virile sur sa peau, comme le baiser piquant sur son épaule. C'était différent d'avec June mais ça lui faisait beaucoup plus d'effet. Il avait longtemps penser qu'il avait idéalisé cet homme, que ce n'était pas de l'amour qu'il ressentait à l'époque mais un mélange explosif entre un profond respect, une attirance certaine et une situation émotionnelle qui déformait la réalité. Mais là, alors qu'il posait sa main sur le torse velu de Morgan, il savait que c'était quelque chose de fort et de vrai.

Il aimait sentir les poils sous sa main, c'était doux, différents de la peau d'une femme. Il lâcha un rire franc quand il lui avoua qu'il voulait qu'il se détende. Il n'avait pas tord, ça devait se voir sur sa façon d'agir. Il l'embrassa entre deux bouffées de cigarettes, langoureusement pour lui montrer qu'il avait saisi le message. « Je veux juste que tu te sentes à l'aise et ça me rend mal à l'aise de me dominer de la sorte... J'ai l'impression d'être un adolescent avec sa première petite amie ! C'est une sensation horrible...» Il vola un baiser avant de se redresser, ses mains se posant sur les cuisses musclées de Caïn. Le garagiste ne pouvait pas être plus sexy qu'à cet instant. Les cheveux encore mouillé, torse nu, une cigarette aux lèvres et une façon de le regarder plutôt équivoque. Instinctivement, il se mordit la lèvre. C'était ce genre de spectacle qui le faisait réagir et il le sentit au niveau de son entrejambe. Il n'avait pas honte mais c'était un peu gênant quand même. Il se passa une main derrière le cou lorsqu'il lui posa une question sur sa pilosité. Il ne voulait pas plomber l'ambiance, en parlant de sa femme et il éluda la question en secouant la tête. Les poils avaient commencé à repousser, d'ici quelques mois, il retrouverait sa fine couche de poil. Mais jamais il n'aurait la pilosité de Morgan, c'était certain.

Il hocha la tête, acquiesçant même s'il n'était pas vraiment enchanté à l'idée que Morgan continue de tuer. Il avait peur des répercussions sur ce dernier. Tuer n'était jamais facile, même si la personne en face était un criminel en fureur. Il y avait toujours les répercussions psychologiques après. La guerre était certainement le meilleur exemple sur ce genre de problèmes. « Je ne craindrais rien ! Je sais me défendre, tu le sais mieux que tout le monde ! Et je vis aussi une vie dangereuse, même si elle n'est pas double...» Se rapprochant, il posa son front contre le sien et l'embrassa tendrement. « Je sais que tu seras là pour moi et je serais là pour toi !» murmura-t-il. C'était ce qu'il comptait le plus pour lui. Il ne voulait pas quitter le brun, il était avide de partager des choses avec lui, de toutes sortes : De la plus coquine à la plus banale. Et une nouvelle fois, il parla de mariage et Andy soupira. « J'ai déjà donné, donc je ne t'y pousserais pas ! Même si devenir Andrew Morgan, ça aurait du charme un jour !» Il avait craché le morceau, parce que Caïn avait été honnête sur ses activités et qu'il devait lui rendre la pareille. Il préféra emboîter le pas à d'éventuelles questions « J'ai été marié pendant quatre ans, avec une femme ! J'ai un fils, Ashton dont j'ai la garde... J'aurais peut-être dû te le dire avant...» Est-ce que ça remettait en cause leur histoire ? Andrew ne se voyait pas choisir entre son fils et Caïn mais si tel était le cas, son fils passerait avant tout, même s'il devait être malheureux toute sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 27 Oct - 21:00

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Le but n’était pas actuellement de lui faire peur, il n’avait pas envie de brusquer la relation. Caïn partait d’un postulat qu’ils étaient tous les deux majeurs, qu’ils avaient passés le cap de la douce adolescence et des futilités de la pudeur. Ils s’étaient tous deux mit torse nu sans aucune arrière pensée et même s’il y avait, qu’est ce que ça pouvait faire ? Il avait finalement ramené contre lui Andrew pour lui faire comprendre le message et alors qu’il avait posé une main dans son dos, cet homme vint poser une main sur son torse confirmant que c’était mieux ainsi. Sa peau s’électrisa, c’était doux et chaud à la fois, il observa cette main se perdre dans ses poils, le geste était pourtant anodin, mais il fut extrêmement plaisant. Alors qu’il l’avait désormais à cheval sur lui, juste en face, il pouvait profiter pleinement de se rapprochement, il était un homme après tout. Il profita de ce baiser sulfureux, de cette langue qu’il chercha à attendrir et dominer à la fois. Il ne pouvait s’empêcher de reprendre le dessus. C’est à ce moment qu’il entendit encore les interrogations de cet homme. « J’ai quarante cinq balais et toi tu as la trentaine bien sonné ! Tu crois pas qu’on a dépassé les limites de ce qu’il faut faire ou comment il faut faire ? Tient si je veux t’embrasser le ventre je le fais ! » Il se pencha et alla embrasser le ventre, s’amusant même à effleurer la peau avec sa barbe sur son passa, alors qu’il lui avait volé un dernier baiser en se redressant, posant ses mains sur ses cuisses. C’était plutôt jouissif d’embrasser le corps d’un homme. « A nous de savoir de transmettre les bons signaux ! Et voila, on est adulte ! Si tu as envie de jouer l’ado, retourne dans la cour de récré ! » Il était à la fois sérieux mais avec une note d’humour. Caïn était peut-être un ours mal léché, parfois un peu impulsif, mais il ne manquait pas de maturité selon les situations. Il savait que c’était assez inédit comme situation, surtout pour lui, il avait une certaine assurance naturelle qui lui permettait de gérer la situation au mieux. Il ne pouvait pas encore percevoir les réactions purement masculines dans la braguette de cet homme, mais savoir qu’il lui faisait cet effet, lui donnerait juste une forme d’égo érotique qui lui plairait.

Pour lui le sujet sur la pilosité était clos ainsi que celui sur sa seconde activité. Il posa une main sur son ventre le touchant, il avait envie de découvrir le corps d’un homme, savoir comment ça faisait. L’ancien capitaine voulait voir, toucher, ressentir et même respirer. Et le fait qu’il soit actuellement torse nu n’aidait en rien, il se retenait de lui arracher ses vêtements. Le sujet mariage était maintenant abordé. « Peut-être qu’un jour je changerais d’avis sur la question ! Je suis bien en train de rouler des patins à un mec depuis environ une heure ! » Il l’embrassa à nouveau, l’attrapant au niveau de la nuque. C’est alors que la révélation tomba, il ne devait pas ignorer qu’il ait eut un passé, une femme, le déroulement logique d’un mariage était un enfant. Il resta de marbre quelques seconds. Il avait donc un rejeton. Il le fixa droit dans les yeux. « Je t’accepte tel que tu es, avec ton passé, putain que j’ai été con il y a dix ans, j’aurais du t’embrasser, si ça se peut tu t’appellerais déjà Andrew Morgan ! » Il continuait les longues et douces caresses sur son torse. « Laisse-moi un peu de temps avant que je ne rencontre ton fils ok ? » Il avait besoin de se faire à l’idée qu’il allait devenir le beau père de quelqu’un.

Pour ce soir il avait eut son compte de révélation, ils allaient avoir du temps pour tout se dire. « Bien ! Zéro secret entre nous je dis oui ! Par contre on va y aller mollo Hellstorm ! Une dernière confidence quand même ! » Il laissa le suspens pour finalement laisser parler sa subtilité légendaire. « J’ai envie de te voir à poil ! Tu crois que je t’ai ramené pourquoi ? » Il le taquinait un peu bien entendu. Même s’il avait l’espoir qu’Andrew reste pour dormir, il n’avait pas envie d’être seul ce soir, maintenant qu’il l’avait retrouvé, il ne voulait pas le lâcher. Il posa une main sur sa hanche tout en le fixant avec un regard malicieux, comme une forme de présent, il eut un début de sourire sur les lèvres en le regardant. Rien de vraiment prononcé, mais c’était toujours mieux que de faire la gueule.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 27 Oct - 23:32

Andy s'était trompé, en voulant y aller doucement... Il n'avait pas pensé que Caïn accepte aussi facilement le fait d'être avec un homme. Il semblait si perturbé lorsqu'ils étaient sur la piste de danse qu'il était un peu déboussolé par le fait qu'il vienne chercher sa compagnie et se montre aussi tactile. Il en avait envie, sûrement plus que Morgan. Il aimait sentir les muscles de ce dernier sous ses doigts, les poils de sa barbe le gratter lorsqu'ils s'embrassaient. Il n'avait pas eu d'aventures avec un homme depuis longtemps, depuis son mariage à vrai dire... Et c'était avec joie qu'il retrouvait goût à sentir les mains viriles d'un homme sur son corps. Surtout quand on savait à qui elles appartenaient. « Tu es si imprévisible que je ne voulais pas te brusquer en te sautant dessus comme un adolescent...» Il haussa les épaules alors que Caïn déposa un baiser sur son ventre. Il était encore plus bâti que lorsqu'ils s'étaient connus en Irak. Un physique qui l'aidant dans certaines situations surtout dans son métier. « Bien Papa... ». Lui aussi était capable de faire de l'humour, c'était même un de ses traits de caractère les plus visibles chez lui. Il savait que ça contrastait avec l'apparence plutôt bourrue de Morgan mais ça lui plaisait plus que ça. Il avait besoin de quelqu'un pour se canaliser et il pourrait certainement mettre un sourire sur les lèvres de son homme, de temps en temps.

Leur différence d'âge, Andrew ne voyait pas ça comme un obstacle mais plutôt une force. Ils avaient déjà du vécu, ils étaient matures, une fois les premiers pas passés, il était certain que tout irait bien. Il avait déjà vécu une vie de couple et ça lui avait plu bien que June n'était pas Caïn. June était facile à gérer, Morgan le serait beaucoup moins... Lorsqu'il parla de mariage, Hellstorm n'eût d'autres choix que d'avouer à ce dernier qu'il avait été marié et qu'il avait un enfant. C'était du quitte ou double après ça... Peut-être que Caïn n'accepterait pas le fait qu'il est un fils ? Sa réponse le rassura et sa remarque le fit même sourire. « C'est vrai que les choses auraient été bien différents ! Mais je ne regrette pas, parce qu'Ash est vraiment un garçon adorable ! J'aurais juste voulu lui éviter de vivre un divorce et tout ce qui s'en suit... ». Bien sûr qu'il aurait aimé que Morgan l'embrasse, il était certain que ça aurait changé la donne, jamais il n'aurait accepté ce transfert d'unité, jamais il n'aurait passé dix ans aussi loin de lui... Mais ça ne servait à rien de vivre avec des si, ils devaient se concentrer sur le présent. « Je ne comptais pas te le présenter tout de suite, je veux qu'on prenne nos marques avant... ».

C'était mieux ainsi, sans secrets. Les secrets, c'est ce qui détruisait une relation. Il était donc soulagé de voir qu'ils avaient été assez matures pour en discuter avant et surtout de l'accepter avec autant de facilité. Ça allait leur apporter des problèmes mais ils en étaient conscient au moins. Une nouvelle fois, Caïn le surprit. Toujours aussi direct, Andy arqua un sourcil. Il était vraiment sérieux ? Mais la main sur la hanche, cet air sur le visage... Il voulait vraiment le voir nu ? Ce ne serait pas la première fois de toute façon. Voulant se rattraper de sa timidité d'il y a quelques minutes, il se leva. Retirant son pantalon et ses chaussettes, il se retrouva en boxer devant le regard inquisiteur de Morgan. « Maintenant je peux te le dire mais je te matais lorsque tu prenais ta douche dans le camp en Irak! Et ses images me servaient pour me soulager... ». C'était amusant de se dire que ses rêves de l'époque allaient se réaliser. Faisant descendre son boxer doucement, il se retrouva dans le plus simple appareil devant Caïn. Andrew n'avait pas honte de son corps, au contraire... Mais le regard de Morgan sur celui-ci était important. Il voulait lire le désir dans ses yeux, autant qu'il voulait le voir dans la même tenue que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Mar 28 Oct - 14:21

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Imprévisible était un fait, mais en réalité Caïn était quelqu’un d’extrêmement logique en fin de compte. Si on le connaissait assez, il était très prévisible dans ses réactions, dans ses paroles. Il savait prendre du recul quand il le fallait et c’est d’ailleurs ce qui arrivait. Ce n’était que le troisième fois qu’il entendait le mot adolescent dans la conversation. Mais maintenant il était clair sur la question, en l’embrassant dans la rue, avait décidé de mettre coté ses appréhendions, il assumait ses choix et dans sa vie il ne c’était encore jamais justifié de rien. S’il décidait aujourd’hui d’être avec un mec, c’était à lui de voir et à personne d’autre. « Je suis pas ton père, je suis ton mec ! » La nuance était teintée de toute la réalité de ce monde. Maintenant ils étaient ensemble, ils n’allaient pas faire dans les faux semblants. « Avoir un môme à douze ans, je ne sais pas si ça l’aurait fait ! » Il était parfois un peu tatillon sur son âge, même susceptible, il n’avait pas envie de se voir vieillir, en avançant vers cet avenir incertain, il avait à la fois trop vécu et pas assez. La précision étant faites c’était mieux ainsi. Il fit un signe de tête compréhensible à l’égard de cet homme qui avait pris ses aises sur ses larges cuisses. Un enfant vit mal un couple qui se déchire mais encore plus quand le couple a décidé de continuer, sans vraiment s’entendre. Il était loin d’être un spécialiste des enfants. Il fallait dépasser le cap des suppositions maintenant. C’était mieux ainsi, attendre un peu, il ne fallait pas non plus tout bouleverser dans la vie de Caïn, sinon il allait être encore plus grognon qu’à l’accoutumé. Et pour clore cette discussion sur toute la vérité de leur vie, il lui fit une demande pour le moins osé et très franche. Oui, il avait envie de le voir nu, mais rien ne l’y obligeait, s’il préférait attendre, il saurait respecter ses choix. Il avait quarante cinq ans, il n’avait pas envie de jouer les prudes avec la question de la sexualité. Il se mit à exécuter son ordre. Il se mit debout, il fit glisser son pantalon le long de ses jambes. Lorsqu’il entendit ces quelques mots, il eut un petit sourire en coin, son orgueil ne pouvait être que renforcer. Il confessait ses pulsions tout en se déshabillant. « Tu crois que parfois je me suis gêné ! » Il ne l’avait jamais trop fait, il n’avait aucune envie de se faire choper et il avait aussi un minimum de respect envers ses hommes à l’époque. Mais Andrew restait une réelle exception pour lui. Il avait eut envie de voir à quoi ça ressemblait et il se rendait compte que depuis toutes ces années, il avait bien changé et ce corps développé n’était pas pour lui déplaire, au contraire.

Le quarantenaire continuait de faire le pacha dans son fauteuil, ne faisant qu’admirer le spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Un simple bout de tissu le cachait. C’est là qu’il se rendit compte qu’à part lui, il n’avait jamais vu de sexe d’homme et lorsqu’il retira cette dernière barrière à sa vue. Il fit descendre ses pupilles le long de son ventre pour observer cet endroit. Il était assez satisfait de cette vision car Andrew n’avait rien à envier aux autres hommes. Il bu une gorgée de whisky, il devait admettre qu’il eut une petite réaction qui vint à déformer son pantalon. Un homme était en tenue d’Adam en face de lui, il avait toujours eut envie que ça lui arrivait et il n’avait jamais passé le pas. Et le fait que ce soit Andrew, son désir ne pouvait être que renforcer. Il se redressa, pour se hisser sur ses jambes, il vint l’encercle d’un bras pour le rapprocher de lui et l’embrasser avec toute la passion qu’il pouvait faire valoir en cet instant. « Tu es un très bel homme Hellstorm ! » Il coupa ce baiser, pour finalement se reculer, lui-même tira sur la ceinture de son pantalon, la jetant un peu plus loin. Quelques secondes plus tard, il avait fait disparaitre ce vêtement devenu trop encombrant. Il resta dans son boxer noir, il n’était pas du genre à mettre des tenues fantaisistes. Il ne pu s’empêcher d’aller jeter un petit coup d’œil dans le dos du flic, il ne pu qu’admirer ce joli postérieur, qu’il se garda de toucher pour le moment. Tout se jouait dans le regard.

Avec une lenteur extrêmement il retira son boxer et se retrouva dans la même tenue que son partenaire. « On est à égalité ! Plus besoin d’être sous la douche, tu as le droit de regarder ! » Il ne savait pas trop si Andrew aimait le devant ou le derrière, il n’avait même pas envie de se poser la question, il ferait avec quoi qu’il arrive. Bien entendu, au niveau de ce point masculin, ce point d’exclamation qui était situé entre les cuisses, il avait pris un petit peu d’ampleur dans ce petit jeu érotique. Il se laissa tomber dans son fauteuil à nouveau. Pour le moment il laissait faire les choses. Bien que dans ce domaine, son nouveau petit ami, semblait mieux s’y connaitre que lui.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Hellstorm
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 20/10/2014
▌MESSAGES : 22
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Henry Cavill
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 3 Nov - 10:34

Un sourire aux lèvres, amusé par la réponse au tac-o-tac de son homme, Andrew observa quelques secondes son homme, détaillant ses traits du visage en particulier. C'était visible qu'il avait pris de l'âge même s'il était resté foncièrement le même. Sa tentative d'humour fût ponctué par un léger rire du brun qui prenait peu à peu la mesure de la situation. Il était sur Caïn Morgan, dans ses bras et il pouvait l'embrasser quand il voulait ? Le soldat qu'il était aurait sûrement sauté de joie s'il avait su que ce moment arriverait un jour. Le cliche The dream come true était bien là. Leurs secrets étaient tombés avec une telle facilité que c'en était déconcertant. Peut-être parce qu'ils avaient déjà perdu trop de temps pour en perdre davantage à essayer de cacher des choses qui finiraient par leur exploser au visage ? Andy n'était pas vraiment enthousiaste à l'idée de savoir Caïn continuer ses parades nocturnes, à jouer les justiciers pour des pourris mais il l'acceptait. Caressant le torse de son homme, venant goûter à ses lèvres à chaque occasion qui lui était donnée, il fût un peu surpris par sa requête. Se mettre à nu ne le dérangeait pas. Certes, il était pudique de nature mais l'armée et la condition de vie lorsqu'il s'était retrouvé là bas l'avait forcé à combattre sa pudeur et d'accepter de se montrer. Après tout, il n'avait pas à rougir de son corps. Se relevant, il se déshabilla doucement, laissant le regard du brun se poser sur ses formes. « C'est une information dont je vais me souvenir... » C'était à la fois flatteur et frustrant. Bordel, s'ils s'étaient embrassés ce soir là...

Dans le plus simple appareil, Andy n'en restait pas moins mal à l'aise, debout comme ça. Le pire était peut-être son érection naissante et il luttait pour ne pas rougir comme un adolescent pris en flagrant délit. Il avait cru comprendre que Morgan n'avait jamais été avec un homme et il espérait que cette vue ne le dégoûte pas. Il n'avait pas les formes pulpeuses d'une femme, formes auxquelles le garagiste devait être habitué. Lorsque ce dernier se leva, il l'observa comme dans un ring de boxe, guettant ses gestes et il fût légèrement surpris par sa réaction, bien que soulagé. Collé à Caïn, il se laissa envahir par les sensations que lui donna ce baiser et sourit à sa remarque. « Il faudra remercier ma mère... » dit-il avec humour alors que son ancien supérieur fit un pas en arrière. L'observant enlever sa ceinture, il déglutit silencieusement alors que le pantalon se retrouvait au sol. Quelques secondes plus tard, Caïn se retrouvait à son tour dans une tenue d'adam. Il l'avait déjà vu nu, mais là, c'était tout particulier. Il détaillait chaque recoin que la vue lui offrait et s'attarda sur son entrejambe un peu plus. Il n'était pas un expert dans l'anatomie masculine, ayant tout de même passé ces cinq dernières années avec une femme mais Caïn était plutôt bien fourni. « Je n'aurais pas pu faire autrement de toute façon... » Le laissant retomber sur son fauteuil, Andy décida qu'il était peut-être temps de passer à l'action. Il ne savait pas ce que voulait Morgan, s'il se sentait prêt ou non. Mais le fait qu'il se mette à nu aussi facilement lui disait qu'il était peut-être plus prêt que ce qu'il ne pensait. Le policier avança vers le brun, retrouvant sa place sur les cuisses de son homme et l'embrassa à pleine bouche. Sa main glissa le long des pectoraux du brun, descendant vers le bas ventre. Il hésita quelques secondes, glissant sa main sur la cuisse du brun et il planta son regard en lui. « Si on va trop vite, n'hésites pas à le dire ! Je ne me vexerais pas... » Il posa sa main sur l'intimité de Caïn, qui réagit immédiatement. Ce moment était aussi particulier pour lui que pour Morgan. Certes il avait plus d'expérience mais là, ce n'était pas juste un mec de passage, c'était Morgan et chaque étape avait une importance capitale pour Andy. Sa main caressa aveuglément le membre, alors qu'il embrassait le brun avec une passion qu'il ne se soupçonnait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew Lun 3 Nov - 14:46

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES
caïn & andrew
Caïn n’avait aucune envie d’avoir une relation paternaliste avec Andrew, ça fausserait totalement leur relation et de plus ça en donnerait une vision quelque peu dépravée. Ca avait été à la fois trop facile et difficile entre eux. En fait c’était des années et des années de regrets et de remords qui avaient aidés, s’ils avaient passés le pas il y a dix ans, ils auraient été sûrement plus patient et pudique. Profitant de l’avenir, là ils avaient du temps à rattraper. Il ne pouvait que retenir les magnifiques courbes en face de lui, il n’avait encore jamais osé toucher un homme de sa vie. Ce soir c’était un pas qu’il désirait passer. Il existait cette minuscule crainte qu’il réagisse mal ou que finalement il se fasse une grande illusion d’une attirance qui finalement n’avait été qu’un fantasque loupé. Et que ce soit à des années lumières de ce qu’il aurait pu imaginer avec un homme. Il se redressa pour venir l’embrasser avec fougue, l’approchant contre lui. C’était une image qu’il allait garder à tout jamais de voir cet homme se dévêtir face à lui dans ce striptease maladroit et improvisé. Il l’avait observé, à peine touché, il voulait aussi laisser un léger temps d’adaptation, se jeter l’un sur l’autre n’était guère une bonne solution non plus. Il se déshabilla aussi afin de ne pas créer un malaise entre eux. Ils devaient être égaux et c’était extrêmement important pour lui. C’est ainsi qu’il se retrouva dans le plus simple appareil venant s’assoir dans son fauteuil à nouveau. Il se montrait patient et n’exigeait rien, ce qui devait se produire se produira quoi qu’il arrive. Le contact fut différent quand il vint s’assoir sur lui, les fesses s’écrasèrent sur lui ce qui ne fut pas déplaisant, ce contact direct et chaud. Il retrouva ses lèvres, sa langue dans un baiser sulfureux qu’il accepta, alors qu’une main baladeuse passait de son torse à une zone beaucoup plus sensible. Il frissonna à ce contact soudain et étranger. Il vint lui saisir la nuque pour prolonger ce baiser, jouant de sa langue avec la sienne. « C’est plutôt à toi qu’il faudrait dire ça ! » Il n’était plus un gamin, il savait ce qu’il voulait, il n’avançait pas à tâtons.

C’était extrêmement différent de toucher le corps d’un homme, c’était ferme et aussi plus abrupte. Pourtant la caresse n’en était pas différente lorsqu’il touchait cette peau et ce dos, il laissa sa main aussi glisser sur ce torse. Il n’allait le toucher. Quand les doigts encerclèrent cet engin, il se réveilla sans difficulté, se mettant à se dresser de plus en plus, passant d’une phase quasi molle à quasi dure. Il baissa les yeux pour regarder, la main montait et remontait. Pour finalement que le baiser reprenne. Il pourrait très bien juste le caresser ainsi toute la nuit. Il alla poser une main sur la base de son fessier et finalement il décida de franchir la frontière, cette limite invisible sur ce physique, pour caresser cette fesse. C’était une zone très agréable à toucher, à malaxer, il avait laissé l’autre sur sa hanche.

Il ne lâchait pas ses lèvres, tandis qu’il remonta un doigt le long de sa raie, appuyant un peu sur son passage. Cette fois son membre était là, droit dans sa main, il jeta un coup d’œil, Andy avait aussi une très belle réaction. Il avait très envie que cette bouche sensuelle le parcours, mais encore une fois il n’exigeait rien, il remerciera peut-être de la même façon cet homme. Avec un geste délicat il posa sa seconde main sur son postérieur, l’encerclant de ses bras puissants et épais. Un petit regard pour lui indiquer qu’il devait se mettre au boulot. « Je commence ou tu commences ? » A lui de choisir, il ne savait ce qu’avait envie Andrew, et il allait devoir s’adapter selon ses choix. Avec une femme c’était facile, deux hommes il fallait déterminer.

Il ne manquait ni d’aplomb, ni d’assurance. Il remonta ses mains le long de son torse, relâchant cette zone tendre et enflammée. Il n’était pas bornée.




Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew

Revenir en haut Aller en bas

WON'T LOOK DOWN WON'T OPEN MY EYES *hot | † caïn & andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Brooklyn :: Club Exit-