Partagez|

Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Mer 5 Nov - 2:27



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Casque sur les oreilles, Ethan se réécoutait pour la deuxième fois la chanson This is war de 40 seconds to Mars. Il adorait ce groupe. Les gens dans la rue le regardaient avec un air un peu ailleurs. Ici personne ne faisait plus vraiment attention à son voisin. Tant mieux, ça évitait d'être dérangé pour rien. Turner n'aimait pas faire du social avec les autres, en tout cas pas avec les inconnus. Avoir les écouteurs dans les oreilles écartait déjà les boulets. Il restait ensuite les cas désespérés ceux qui vous viennent dessus comme si vous étiez un lingot d'or et qui en trois phrases vous racontent leur vie déplorable. Triste société... il avait conscience qu'ignorer ces pauvres gens le rendait cruel et impitoyable. Mais il vivait avec, c'était la condition pour que lui s'en sorte et n'ait pas sa journée plombée. En définitive, il s'agissait de survie. Il avait bien assez de problème comme ça dans son entourage. Sa première pensée, naturellement, fut pour Catalina... son petit chat comme il aimait l'appeler. Little Cat si vous préférez. Elle n'avait pas une vie facile... en plus d'avoir été plaquée comme un déchet par son précédent petit ami, elle était tombée enceinte. Il l'avait réconfortée... obligé... c'était sa meilleur amie ! Elle était malheureuse, elle déprimait, elle avait peur de ce qui allait se passer... Et lui, il avait choisi de rester auprès d'elle pour la soutenir à fond. Loin d'être simple, cet engagement portait ses fruits. Elle allait mieux, elle gardait confiance en elle. Et si ça n'allait pas, il la prenait dans ses bras et la cajolait. En y songeant plus en détail, Ethan se rendait compte qu'il était amoureux... Elle prononçait un mot, il n'existait plus que pour elle. Elle faisait un geste, il la regardait. Peut-être qu'elle en jouait, inconsciemment en tout cas.

Leur situation n'était pas claire. Amis ? Oui, pour toujours... Mais elle lui avait dit qu'elle l'aimait... et lui aussi, il lui fit cet aveu. Pourtant, au lieu de partir dans une relation plus sentimentale qu'amicale, Catalina restait à distance, pas bien grande mais quand même... Ethan ne savait pas quoi faire. Prendre le risque de briser la glace consistait aussi à risquer leur amitié. Il refusait de l'abandonner, pas dans son état, donc il préférait ne pas forcer les choses. Malgré tout, il restait un homme, avec ses émotions difficilement camouflées. Il passa devant une vitrine où se trouvaient des écrans à réalité augmentée. Il s'arrêta net et se regarda sur le téléviseur. Il bascula dans un décor paradisiaque, avec des arbres et de papillons autour de lui. Il adorait ça ! Il fit un signe de la main, un bonjour. Un petit garçon apparut alors à son tour pour le saluer, il se mit à sautiller. En se voyant comme ça, Ethan bloqua un peu sur sa bouche... il détestait cette partie de son corps. Il tenta de la cacher. L'écran afficha une voiture lui fonçant dessus derrière lui. Turner saute d'instinct sur le côté... rien... l'écran l'avait encore eu. Il se mit à rire, ce qui attira les regards sur lui. Il faisait un peu bizarre en fait... Il était vêtu d'un pantalon noir, de converse bleues et blanches, d'un t-shirt blanc et d'une casquette noire, à l'effigie des Chicago Bulls. Déjà, il était en tenue d'été alors qu'il faisait froid dehors... il riait seul et en prime il donnait l'impression d'être défoncé. Un flic s'approcha, l'air de rien comme pour être sûr qu'il ne fasse pas de bêtise. Il ne le remarqua pas et reprit son chemin. Il s'arrêta à un étal de comics, qu'il regarda en détail. Une affiche attira plus particulièrement son attention. George Cloovey avait ouvert un casting pour son prochain film, une sorte de parodie sur les super-héros. Intéressant... les auditions étaient ouvertes à tous pour des rôles très différents. Il se dit que ça pourrait être sympa d'essayer plus tard sans doute... Son téléphone vibra. Il regarda l'écran... un SMS de sa mère... Il allait le lire lorsqu'un second arriva, de Cat celui-ci. Avec fébrilité, en rougissant un peu l'ouvrit "Je peux plus tenir, j'ai envie de manger quelque chose de bien sucré... tu peux m'emmener à Times Square ?".

Ce soir, il y avait ce match de football américain à la télé... Philadelphie contre Denver... et puis il était un peu fatigué là, il venait de finaliser les repérages d'un terrain situé dans Manhattan... Ethan avait toutes les raisons du monde du décliner mais il répondit par le message suivant "No problemo, sauveur de femme enceinte à ton service, M'dame ! Tiens-toi prête ! Je serais là dans cinq minutes". Il se devait de dire oui, d'abord parce qu'elle comptait sur lui et ensuite parce que ça lui permettrait de passer un moment dehors avec elle et ça, c'était toujours bon à prendre. L'appartement faisait parfois trop intimiste, même s'ils vivaient en colocation et que la gêne avait disparu. Turner arriva au pied de l'immeuble où Catalina l'attendait déjà. Elle lui tendit les clés de la voiture.

- Dis donc, tu as fait vite ! Ca c'est de la fringale ! Tu me mangeras pas, promis ? Ca va  ? Pas trop dure ta journée ?
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Jeu 6 Nov - 3:59



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Catalina tapotait sur son bureau, lassée de ce coup de téléphone qui n’en finissait pas. Si elle n’était pas si attachée à son travail, elle aurait bien rapidement raccroché, prétextant une urgence soudaine. Seulement, ce n’était d’une part pas le cas, d’une autre part, il fallait bien qu’elle finisse de noter les derniers évènements ainsi que recommandations sur les plans qu’elle se devait de modifier. Rapidement, elle avait pris toutes les instructions en note sur un calepin, sur lequel elle avait commencé à dessiner divers motifs et écrire quelques paroles de chansons qui lui trottaient en tête depuis le début de la journée. I may cry, ruining my makeup, Wash away all the things you've taken,I don't care if I don't look pretty  . Rien qu’à les relire, elle avait une envie de chanter et même de danser, seulement il fallait bien reconnaitre que ce n’était pas très approprié, et que ses collaborateurs auraient été  bien capables de la considérer comme une folle, si elle n’avait pas décidé de rester à la maison aujourd’hui. Et encore, ils seraient en mesure de mettre ça sur sa grossesse et ses hormones en folie. Or, ce qu’ils ignoraient grandement, c’était qu’elle aurait agi comme ça en temps normal, ou du moins de manière relativement similaire. Finalement, après encore quelques longues minutes à acquiescer et essayer de faire comprendre que tout était bien assimilé et noté, elle avait fini par raccrocher, en soupirant plus que fortement, avant d’enfouir sa tête entre ses bras, comme un enfant auquel on demandait de faire silence. Quelle ironie, n’est ce pas ? Alors qu’elle portait la vie. Se redressant dans son fauteuil, elle avait porté une main instinctivement sur son ventre, alors qu’elle fermait les yeux en fredonnant la chanson dont elle avait écrit les paroles quelques instants plus tôt. Ce petit être ne connaitrait sans nul doute jamais son père, du moins son géniteur, mais il aurait une autre personne qui serait sans doute plus importante, Ethan, lui qu’elle avait retrouvé lors de leurs études d’architecture, et depuis ils ne s’étaient plus quittés. Dès lors qu’elle l’avait revu, elle avait comme retrouvé une partie d’elle, dont elle ignorait l’absence jusqu’à ce moment là. Il était tout pour elle, et elle tenait réellement à lui, au point même qu’elle ne se voyait plus sans lui, mais la blonde n’arrivait pas à savoir où ils en étaient, tant leur amitié était précieuse. Mais de temps à autre, son esprit vagabondait et partait à imaginer qu’ils étaient bien plus, et à chaque fois, elle percevait cette hypothèse comme évidente, avant de revenir à la réalité, avec des doutes plus que grandissants. Pouvait-elle prendre le risque de tout perdre, de perdre son colocataire et tout ce qu’ils avaient construit pour une relation qui pourrait battre de l’aile et disparaitre en un claquement de doigts. A trop réfléchir, la demoiselle savait qu’elle perdrait du temps, des minutes précieuses, voire même des jours, des semaines, des mois qui ne pourraient plus jamais être rattrapés une fois écoulés. Décidément, le casse-tête ne cesserait jamais, et elle soupira avant de se redresser et d’attraper son téléphone, où s’affichait une photo d’eux deux en train de faire les pitres, mais surtout dans les bras l’un de l’autre. Et à chaque fois qu’une personne qui ne les connaissait pas tombait dessus, elle avait droit aux inlassables mêmes commentaires, à savoir qu’ils formaient un couple très uni et mignon et que leur petite famille allait être magnifique.

Le ventre de la blonde avait émis un léger gargouillis, et une envie soudaine de manger des cochonneries sucrées. Cependant, elle ne trouvait pas cela très amusant de s’empiffrer toute seule ou de devoir partir sans aucune compagnie. De plus, il avait fallu qu’elle regarde la photo pour se rappeler de la promesse qu’il lui avait faite, et avec un sourire malicieux, elle ne put que rapidement lui envoyer un message, qui le laissait place à aucune réponse négative. En même temps, comment ce brun athlétique pourrait lui dire non, elle la blonde toute adorable, toute mignonne, sans vouloir se vanter. En fait, Catalina avait pleinement conscience du fait qu’elle profitait et pas qu’un peu de son état, mais elle n’avait pas le temps d’avoir des remords, surtout en raison de la réponse qu’elle avait obtenu d’Ethan. Alors en un temps record, elle était rapidement passée par la case salle de bains pour se changer et se rafraichir, puis rangé plus ou moins grossièrement les papiers qui étaient présents sur son bureau, afin de ne recevoir aucun commentaire désobligeant de son colocataire vis-à-vis de son habitude à être quelque peu bordélique, avant de descendre rapidement attendre devant l’immeuble. Habituellement, elle adorait rester dans leur appartement, là où personne ne pouvait réellement les surprendre dans des moments à se tomber dans les bras, sans réelle gêne apparente. Pourtant, à ce moment précis, elle avait envie de se changer les esprits, ainsi que d’oublier ce dossier, même si la blonde se sentait quelque peu mal d’agir en pure égoïste, en demandant à son ami de l’accompagner, alors qu’il avait dû passer une journée plus qu’éprouvante. Elle en avait pleinement conscience, vu qu’il lui avait mentionné ce qu’il devait faire de sa journée, à savoir aller sur le terrain, alors qu’elle devait se contenter de rester au chaud, sur les dossiers papiers. Dès lors qu’elle aperçut Ethan arriver, elle n’avait pu qu’attraper les clefs de la voiture, qui étaient dans son sac, avant de les lui tendre. Non, elle n’abusait pas du tout. Après qu’il lui ait parlé, elle n’avait pu que venir l’embrasser tendrement sur la joue, puis de se reculer d’un pas en le regardant « je ne te mangerai pas, sauf si tu me dis que tu as mis un parfum qui a des effluves sucrées. » . Elle lui avait expressément caressé la joue, avant de se rendre compte qu’ils se trouvaient sur le trottoir. « Ça a été et toi ? Pas trop fatigante ? Et si on se dépêchait d’y aller, parce qu’il se pourrait que je change rapidement d’avis et que je ne veuille tout autre chose, et on va devoir faire le tour de la ville. Tu te rends compte de ce que peut te faire faire une femme enceinte ? » . Ses envies pouvaient lui jouer des tours, elle le savait pertinemment, et dans ce cas là, ça pouvait être très embêtant, mais elle préféra venir se cocooner un peu contre lui, histoire de l’inviter à s’en aller se régaler, ou du moins satisfaire sa gourmandise soudaine…
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Ven 14 Nov - 2:38



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Plusieurs fois dans sa vie, Ethan s'interrogeait sur les choix qu'il faisait. Étaient-ils judicieux ? En prenant telle décision, est-ci qu'il prenait une bonne direction. Les retombées seraient-elles bénéfiques ? Ou bien avait-il commis une erreur. Difficile d'y répondre. Le jeune homme se demandait si ses coups de tête valaient vraiment le coup. Par contre, il y avait une chose sur laquelle il était sûr de lui. Sa place était aux côté de Catalina. Même s'il ne se passait jamais rien entre eux, ils étaient amis, il tenait à elle et il ne pouvait pas concevoir de dormir sur ses deux oreilles en la sachant seule, livrée à elle-même avec ce petit être qui grandissait dans son ventre. Il était content qu'elle garde ce bébé, malgré le contexte. Si la jeune femme avait voulu avorter, il aurait respecté son choix mais il trouvait que le choix de mettre un terme à une vie était très difficile. Cela laissait des marques dans l'esprit de celle qui prenait la décision. Il n'aurait pas envie sa situation, pour rien au monde. Parce que ce petit bout, elle ne pourrait pas l'élever dans une vraie famille. Il grandirait sans père... enfin, Ethan se voyait bien dans ce rôle. Il avait la trentaine, fonder une famille lui passait par la tête bien souvent. Pourtant il était toujours célibataire. Au fond, il savait pourquoi, il aimait Cat, ni plus ni moins. C'était avec elle qu'il voulait être, fonder une famille... mais la jolie blonde ne semblait pas vraiment prête à cela. Leur amitié, le fait qu'elle ait fréquenté d'autres hommes, elle le considérait comme un ami. Il ne pouvait s'empêcher de penser au "je t'aime" qu'elle lui avait dit. Un peu comme des braises chaudes sur son coeur, Ethan prenait cela comme une lueur d'espoir. Peut-être qu'un jour, ils seraient bien plus que des amis. Ce qui était certain, c'est que ni l'un ni l'autre ne voulait s'éloigner. Même si l'enfant n'était pas de lui, Ethan voulait être là en cas de besoin. Quelle importance que le bébé soit d'un autre ? Il n'avait rien demandé lui... il se développait paisiblement dans le ventre de sa mère. Le baiser sur sa joue le fit rougir. Il n'était pas gêné mais cela lui apporte un peu de chaleur, comme à chaque fois. Il la laissa se rapprocher pour qu'elle se love dans ses bras. Il adorait ce contact. Elle était plus petite que lui, elle semblait plus fragile. Il avait l'impression de pouvoir la protéger de tout. Une illusion bien sûr mais ça n'était pas bien grave. Il fut précautionneux en la serrant un peu. Il craignait de faire mal au bébé. Il fit un grand sourire et lui répondit :

- Non je ne m'en rends pas compte... je n'ai jamais eu de femme enceinte auprès de moi, c'est tout nouveau. Mais je t'ai promis d'être là, je respecterais ma promesse ! Bon, peut-être que si tu me dis que tu as envie de fraises par un temps à moins 40 dehors, je vais sacrément faire la gueule...

Il plaisantait... à moitié. Ethan était brave mais comme tout être humain normalement constitué, il n'aimait pas beaucoup le froid et quand il faisait un temps vraiment glacial, il se terrait sous sa couette, comme un nounours en hibernation. Il ajouta, taquin :

- Hâtons-nous Madame Harper ! En voiture votre Altesse !

Ils avancèrent jusqu'au véhicule, un 4x4 Cadillac qu'Ethan avait eu en cadeau de la part de ses parents. Il n'était pas fan du 4x4 car il le trouvait trop polluant mais il devait admettre que ça le dépannait bien.  Et puis l'intérieur était très confortable. Il ouvrit la portière passager pour permettre à Catalina d'y monter et il la referma derrière elle, en parfait gentleman. Il grimpa sur le siège conducteur. L'odeur de neuf était bien présente mais Ethan avait commencé à marquer son territoire. Les housses étaient à l'effigie des héros Marvel. Il avait placé autour du rétroviseur central trois grigris porte bonheur : un trèfle à quatre feuilles, une médaille de Saint Christophe et une peluche en forme de coccinelle, à six points évidemment. Il avait un côté superstitieux qui parfois mettait mal à l'aise. Il caressa le volant avant de tourner la clé pour mettre le contact. C'était une sorte de TOC, pour mettre le véhicule en confiance selon lui. Bref, alors que le moteur venait de s'enclenchait une bourrasque de sons s'échappa de la radio... Il appuya en catastrophe sur le bouton d'arrêt pour couper la musique qu'il mettait toujours à fond les ballons. Là, c'était du Muse... Il attacha sa ceinture, une pratique pas vraiment généralisée ici, aux Etats-Unis mais il trouvait cela plus rassurant. Il démarra, s'engageant dans les rues assez surchargées de New York. Alors qu'il conduisait, il se mit à raconter sa journée :

- Sinon, moi le travail, ça a été. Le terrain est plutôt bien situé, j'ai un peu pensé à l'agencement de tout. Je n'imagine pas de grands immeubles, ils gâcheraient le paysage. Je voyais plutôt des petits lotissements, avec de beaux jardins, quelque chose d'aéré avec une étendue d'eau au centre. Les gens ouvriraient leurs fenêtres sur un lac qui leur ferait oublier qu'ils sont à New York ! Un petit bout de campagne en ville, avec de grands arbres, des parterres de fleurs, des aires de jeux pour les gosses ! Et puis des toboggans, tout colorés, ce serait génial ! J'aimerais bien aussi y mettre des cabanes dans les arbres, des hamacs... un immense train électrique... une mini-ferme, avec des cochons, des moutons, des poules, une vache... et de chevaux ! Oh bon sang, ce serait paradisiaque !

On sentait à la façon dont il parlait qu'il crevait d'envie de refaire du toboggan ou de s'amuser dans les arbres. Ethan parlait peu de lui avec les inconnus mais Catalina savait à quel point il aimait les trucs de gamins. Loin de le rendre stupide, ça lui donnait un charme qu'il ne soupçonnait pas. Il aimait la nature, l'aventure, les animaux. Il en parlait comme un petit garçon émerveillé, désireux de vivre une pléiade de péripéties. Son imagination pouvait se montrer très fertile quand il s'y mettait. Après il passait des semaines à faire le tri, pour proposer quelque chose qui puisse être acceptable. Il s'arrêta à un feu rouge. Un jeune garçon passa sur sa trottinette. Turner le regarda, songeur. Il aurait aimé avoir la même et en faire, là maintenant tout de suite. Le feu devint vert et il reprit sa route, se faufilant dans le trafic dense de la Grande Pomme. Il vit une affiche de George Cloovey et il décida de parler de sa petite idée à Cat, histoire d'avoir son avis.

- J'ai vu que Cloovey recherchait des acteurs pour une parodie de super-héros. Je me disais... je ne suis pas acteur... mais je pourrais peut-être auditionner... j'aimerais beaucoup faire le pitre en Captain America. Et puis ce costume... tu imagine si je le porte ? Ce serait... un rêve qui se réalise... bon je doute avoir une chance, je dois rester réaliste. Qu'est-ce que tu en penses ?
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Lun 17 Nov - 1:39



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Catalina se rendait bel et bien compte que la vie était loin d’être simple, mais c’était bien elle qui l’avait décidé. Parfois, elle arrivait à imaginer ce qu’elle serait actuellement si elle avait choisi de ne pas garder cet enfant, si elle n’avait pas eu cette relation avec l’homme qui avait prétendu l’aimer alors qu’il était marié à une autre. Est-ce qu’elle aurait pris d’autres initiatives, ouvert les yeux ou essayé de rencontrer ou faire un pas vers un homme avec lequel le contact était plus que présent et évident ? Sans doute, mais avec des si, il était possible de refaire le monde et elle n’avait pas spécialement envie de s’imaginer telle ou telle hypothèse, tant cela s’avérait inutile. Non, elle devait faire face aux responsabilités prises, alors, c’était son futur enfant qui passait en priorité, malgré qu’elle travaille encore et toujours. Et si pour cette aventure, la blonde s’était lancée plus ou moins seule, Ethan avait répondu présent, sans qu’elle ne l’implore ou ne mette en avant ou sur le tapis le lien indéfectible qui semblait les lier depuis un bon moment déjà. Toutefois, elle ne pouvait pas oublier l’aveu, la confession de trois mots qui avaient franchi ses lèvres. Pourtant, elle avait continué sur la simplicité de leur amitié, sur ce qui était plus que solide à ses yeux qu’une tentative qui pourrait s’annoncer vaine au final. Non, de toute manière, sa priorité était portée sur ce futur enfant à naitre, bien que le brun ait une place plus qu’importance à ses yeux et dans son cœur. et c’était toujours un plaisir de se retrouver en sa compagnie, tout comme le fait de se blottir contre lui, oubliant tout simplement et alors les tracas de la vie quotidienne, surtout lorsqu’il la serra doucement. Ce contact était toujours agréable, et elle ne put que sourire alors qu’elle enregistrait minutieusement les paroles de son ami. Cependant, à sa plaisanterie, elle n’avait pu que se mordiller la lèvre. Si elle avait été réellement garce et joueuse à l’extrême, elle aurait pu essayer de tenter le coup, mais elle ne tenait quand même pas à profiter de la situation, se sentant déjà quelque peu coupable de lui infliger son envie de sucré. Les yeux pétillant de malice, elle n’avait pu que rétorquer « j’essaierai de ne pas t’en faire voir toutes les couleurs alors. Promis, je ne demanderai que des fraises sucrées, tu sais les bonbons magiques dont on raffolait à une certaine période de notre vie. » . Autrement dit qu’elle faisait passer un message des plus innocents, à savoir qu’il faudrait toujours en avoir dans le placard, et encore, elle avait pensé à en acheter récemment, ce qui allait la combler devant quelques lignes de son calepin. Jamais, elle ne voudrait lui faire prendre froid, en plus, il fallait bien reconnaitre qu’elle connaissait les habitudes d’Ethan Toutefois, elle préféra se pincer les lèvres pour réprimer un éclat de rire, tant elle adorait le taquiner. Visiblement, cela fonctionnait des deux sens. Levant automatiquement les yeux au ciel, elle fit un signe de la main, comme le ferait toute souveraine, en renchérissant « tu sais que le terme de madame me fait prendre dix ans d’un coup. Bon allons-y, très cher. » . Et voilà qu’ils avaient pris la direction de la voiture d’Ethan, un modèle loin de passer inaperçu, et si elle avait pleinement conscience du fait que lui était quelque peu réfractaire à ce cadeau. Catalina avait gratifié son ami d’un sourire, pour le fait de lui avoir ouvert la porte, lui le parfait gentleman. Et alors que ce dernier avait refermé la portière, le regard de la blonde s’était porté sur la décoration, et chaque détail la faisait sourire, vu que cela lui correspondait totalement, et du bout des doigts, elle avait touché la peluche, au moins, elle aurait peut-être un peu de chance, qui sait. Elle avait pris soin d’attacher sa ceinture, et n’avait pu qu’observer du coin de l’œil Ethan, avec ses habitudes qui ne l’étonnaient plus des masses à présent, mais qui avaient toujours le don de l’amuser. Et alors qu’il avait tourné la clé de contact, la musique avait retenti pour quelques secondes seulement, vu que le brun s’était empressé de tout éteindre, au pont qu’elle n’avait pu que soupirer, regardant les paysages qui défilaient sous ses yeux, bien que cela se résumait à New-York et ses rues quelque peu emplies de monde, entre passants et autres automobilistes. Le son de sa voix l’avait tiré de sa rêverie, et elle avait alors tourné la tête vers lui, écoutant alors la narration de sa journée. Cela lui manquait réellement, et elle ne put que sourire, imaginant au passage ce à quoi Ethan avait pensé. C’était tout bonnement parfait, au point qu’elle avait passé une main dans ses cheveux, quelque peu rêveuse, en murmurant « tu sais que c’est tout bonnement parfait, l’idée est excellente. Tu crois que… ça donnerait presque envie d’y habiter, en plus avec toutes ces installations, ce sont des personnes avec enfants qui vont se précipiter sur ton petit bijou. Et oui, ça serait paradisiaque, carrément nouveau et attractif » . la blonde n’avait pu que sourire, alors qu’elle s’imaginait très bien dans une telle résidence, surtout que cela serait non seulement le meilleur des environnements, sans compter sur le fait qu’Ethan serait également dans un monde qu’il adorait, lui si discret en général, pouvait être un véritable enfant, ébahi devant une vitrine de Noël, avec cette magie que bien des hommes perdaient à l’âge adulte. C’était un détail supplémentaire qui confortait la blonde dans l’idée qu’elle était plus que chanceuse de l’avoir à ses cotés. Elle avait à peine remarqué que la voiture s’était arrêtée, qu’elle redémarrait déjà, et elle dut secouer la tête, surtout que son regard fut attiré par une affiche, qui avait un sens, surtout pour le brun qui conduisait. Ses dires l’avaient laissée quelque peu sans voix, et elle s’était tournée vers lui, son regard bienveillant se posant alors sur lui. Elle l’avait toujours soutenu dans ses projets et cela n’était pas prêt de changer. « j’en avais plus ou moins entendu parler, et je ne savais pas que cela t’intéressait. Mais je pense que si c’est ce que tu veux, fonce. En plus, Captain America t’irait comme un gant. Et tu as la chance de conduire, sinon tu aurais subi les foudres de mes pauvres petits poings, à force de te sous-estimer. Si tu le portes, j’aurais juste un super héros à la maison. Alors, tente, vas-y, et une chose, je te soutiens. » . Catalina avait posé sa main sur son bras, avant de l’enlever rapidement, ne tenant pas le mettre mal à l’aise alors que le brun conduisait. Cependant, elle n’avait pu que perdre son sérieux « par contre, tu te lances seul dans cet aventure, non pas que je ne me verrais pas en wonderwoman, ou en catwoman, mais il se pourrait que d’ici quelques mois, je ressemble plus à big mama qu’à une héroïne.» . Elle n’avait pu que rire à sa bêtise, avant de regarder par la vitre, au moment où ils passaient devant une boulangerie. « Ethan, s’il te plait, arrête toi. Muffins à l’horizon… » . La blonde n’avait pu qu’applaudir, consciente qu’elle passait à coup sûr pour une dingue, mais visiblement, ses envies avaient repris le dessus, alors qu’ils n’étaient pas encore arrivés à Times Square…
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Dim 23 Nov - 0:55



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Des fraises sucrées... ok, il notait. Il n'y en avait pas à la maison et maintenant que Catalina l'évoquait, il allait falloir envisager de rectifier le tir. Elle ne lui ordonnait jamais rien, tout n'était que suggéré. A son contact Ethan essayait d'exaucer ses souhaits, de la rendre la plus heureuse possible. Et si cela pensait par des envies de sucreries alors il ferait des réserves. Elle parvenait même à lui donner envie de manger ces fameuses fraises. Vraiment, elle avait un pouvoir bien plus important qu'ils ne le pensaient sur lui. Se rappeler de son enfance, de son adolescence lui faisait du bien. Cela mettait du baume au coeur et accentuait son sourire. Alors qu'il conduisait, il était attentif à la route et à ce que lui répondait la jeune femme. Elle n'avait pas vu son travail mais elle l'appréciait déjà à la façon dont il en parlait. Ethan imait son métier, depuis qu'il était gosse, il dessinait des plans, il avait gardé ses légos pour s'occuper les après-midi de pluie. Sur son ordinateur on trouvait des tonnes de logiciels de construction, de simple softs d'architecture à des jeux comme les Sims 4 ou encore Minecraft... Sur son Facebook, il jouait aussi à Atlantis, à tous les citybuilders qui lui passaient sous la main. Oui l'endroit serait idéal pour des enfants. L'intérêt de Catalina n'était pas seulement là pour meubler la discussion. Elle s'extasiait comme si elle souhaitait en faire l'acquisition. Et une petite idée vint alors à l'esprit de Turner. S'il dessinait la maison de ses rêves ? De leurs rêves ? Ils bossaient pour les autres, inventant des structures sans pouvoir en profiter. Pour une fois, ils pouvaient faire preuve d'égoïsme, mettre leur talent à leur service. Ethan le lui proposerait peut-être... un jour... si... enfin voilà quoi, si elle voulait de lui dans sa vie, mais en tant que petit ami... Le chemin était encore long, il l'aimait, elle l'aimait aussi mais elle restait une bonne copine. Il ne pouvait lui en vouloir, il n'était pas facile, il avait des défauts qui l'effrayaient sans doute. Et elle était enceinte, c'était beaucoup plus important que ses sentiments à lui !

Il ne s'attendait pas à ce qu'elle le soutienne concernant le rôle de Captain America. Il fut agréablement surpris par cela. Quand elle évoqua le fait qu'il serait un super héros à la maison, Ethan ne put s'empêcher d'afficher un petit air fier, avec un sourire assuré. Il n'était pas du genre vantard, mais porte le costume de son héros préféré, même dans une parodie et être regardé comme un combattant valeureux et aguerri chez lui, bah ouais, ça lui fallait l'égo, et il prenait avec une certaine satisfaction. Le fait qu'il aime Cat ne faisait que renforcer ce sentiment. Quand elle ajouta qu'il ne pourrait pas compter sur elle pour jouer Catwoman ou Wonderwoman, Turner eut un petit air déçu. Son cerveau de mec se laissa emporté par la vision de la jeune femme en costume d'héroïne. Une vague chaude l'envahit et il rougit légèrement. Même enceinte, il la trouverait ultra-sexy. Encore plus même ! Une belle blonde portant un enfant avait un charme certain. Si en plus elle sauvait le monde... Il manqua lui dire qu'elle serait pourtant parfaite à ses yeux, mais elle le tira de sa rêverie en montrant une boulangerie. Elle voulait qu'il s'arrête pour des muffins ! Bon nombre de mecs auraient fait remarquer qu'il n'y avait pas de place de parking disponible... Ethan regarda dans son rétroviseur, mit son clignotant et se gara en double file, avant d'activer ses warnings. Il jeta un coup d'oeil à l'extérieur pour être sûr que ça soit ouvert. Il se tourna vers elle, sans couper le contact et lui demanda :

- Tu veux quel parfum de muffins ? Ah non attends ! Tu sais quoi ! Ne dis rien ! Je sais... je vais te chercher ça. Tu ne bouges pas d'accord, tu restes ici bien au chaud, bien à l'abri. Si tu as un souci, tu klaxonnes, d'accord ? Je vais tâcher de faire vite.

Il l'embrassa affectueusement sur le front et sortit de la voiture. Quelques conducteurs lui lancèrent un regard noir, parce qu'ils étaient obligés de doubler. Ethan se dirigea vers la boulangerie et fit la queue quelques minutes. La caissière finit par lui demander ce qu'il souhaitait. Il regarda les différents muffins présents et il en commanda à plusieurs parfums. Une fois ceci fait, il sortit pour retourner à la voiture et là... il vit qu'un agent de police était en train de regarder le numéro de sa plaque pour lui mettre un manche. Merde... il se dit qu'il pouvait peut-être essayer de négocier en expliquant le pourquoi du comment. Il s'avança vers lui et le salua :

- Vous n'avez pas le droit de stationner ici, Monsieur.

- Oui je sais, je suis désolé, vraiment... J'ai une femme enceinte à bord, elle a des envies... dans le genre balèzes vous voyez... je suis vraiment désolé si je gêne la circulation, j'ai essayé de faire au plus vite...

- Enceinte dites-vous ? Mes félicitations !

- En fait, c'est compliqué... je ne suis pas le père... je suis... euh... un ami...

L'agent de police le regarda alors avec un air un peu ironique qui déstabilisa Ethan. Il semblait avoir compris qu'il la considérait plus que comme une amie. Brave, il rangea son carnet :

- Je vois. Ecoutez, ça passe pour cette fois, mais que ce soit la dernière. Circulez maintenant. Et bon courage...

Il lui avait dit ça comme s'il le plaignait et Ethan ne comprit pas vraiment pourquoi. Il monta à bord du véhicule sans demander son reste mais en prenant soin de remercier le policier. Il s'installa, donna le sachet de muffins à Catalina et démarra. Quelques mètres plus loin, il dit à la jolie blonde à côté :

- C'était moins une... il était vraiment sympa... j'aurais peut-être pu lui proposer un muffin pour le remercier... merde, c'est ça que j'aurais du faire. Je t'ai pris plusieurs parfums, que ceux que tu aimes ! J'ai pas été trop long, j'espère...

Il se pliait en quatre pour elle, il lui témoignait une attention et une affection qui semblaient sans limite et qui au fond l'étaient réellement. Il se comportait comme un ange gardien. Alors qu'ils avaient repris la route vers Time Square, Ethan poursuivit, bien décidé à en découdre sur un sujet.

- Hey ! Tout à l'heure t'a dit que Wonderwoman ou Catwoman, ça ne t'irait pas. J'suis pas d'accord ! Tu seras bien mieux qu'elles deux réunies. Un SuperCatMother ! Ou mamma si tu y tiens vraiment. Tu veux que je te dise, ce petit bébé qui semble aussi vorace que toi, il ne sait pas encore à quel point sa maman est formidable. Quand il le découvrira, il ne pourra s'empêcher de t'adorer comme moi. Tu seras notre héroïne ! Et puis franchement, ça aurait pas la classe une justicière qui porte la vie sur les affiches ? Ca ferait chier tous les dictateurs de la maigreur tiens !
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Mer 26 Nov - 21:03



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Il était évident que Catalina n’avait pu que laisser parler ses envies, en mentionnant les bonbons dont elle raffolait. Après, ce n’était pas du tout un moyen de faire comprendre à Ethan qu’il allait devoir lui en acheter dès qu’ils seraient à proximité d’un supermarché, non, parce qu’elle avait déjà prévu une petite réserve personnelle, que lui-même ignorait. En plus, malgré ses envies, elle était prête à partager, tant elle adorait son colocataire et qu’elle ne le remercierait jamais assez d’être présent. Tous les deux avaient toujours été très complices, et après la découverte de la cruelle vérité, elle ne pensait pas qu’un autre homme réussirait à la surprendre, en acceptant de l’épauler. Alors quelques fraises sucrées contre sa présence au quotidien, ce n’était rien, qu’une infime broutille. Ien que de penser à ces petites merveilles qui les attendaient, elle n’avait pu que saliver par avance, en se disant qu’un bon film, un paquet de ses sucreries en évoquant le passé voire même leur enfance était le programme le plus parfait qui puisse exister, surtout après une journée des plus éreintantes. Parce que travailler, imaginer des plans sans être sur le terrain était tout à fait possible mais c’était différent, alors autant dire qu’elle se régalait des dires de son colocataire et qu’elle imaginait à son tour ce qu’il avait pu voir pour son dossier. A vrai dire, la blonde avait laissé travailler son imagination, bercée par les mots et la description qu’avait faite Ethan, et c’était tout simplement ce dont elle avait toujours rêvé. Pourquoi n’avait-elle jamais osé laisser son stylo dessiner ce qu’elle voulait ? Enfin, si sur des feuilles qui trainaient dans un vieux dossier, tout comme ce qu’elle avait pu faire avec les différents logiciels qu’elle possédait. Mais à chaque fois, elle avait comme un doute, et surtout comme peur de s’attacher à un projet qui ne pourrait pas être réalisé, surtout lorsque cela concernait un foyer, la demeure dans laquelle elle avait envisagé d’élever son enfant avec l’homme qu’elle aimait. La désillusion avait été telle qu’à présent elle n’osait justement plus se projeter aussi loin, préférant l’intimité du loft qu’elle partageait avec le brun, qui ressemblait à un cocon dans lequel elle s’épanouissait et était plus qu’heureuse. Et si un jour elle se décidait à se lancer dans l’aventure de se dessiner son petit paradis, de le réaliser afin qu’il devienne concret, ne serait-ce pas un moyen ou le risque de perdre ce à quoi elle tenait tant ? Elle ne le pouvait pas, pas après toutes ces années, toutes ces conversations qui faisaient qu’ils se connaissaient par cœur et pouvaient parler sans avoir peur d’être jugé par l’autre. D’ailleurs, c’était sous cette même bannière que la blonde avait répondu avec une réelle sincérité quant au fait qu’il voulait tenter sa chance pour interpréter le rôle de Captain America. Secrètement, Catalina l’imaginait très bien dans le costume, en défenseur et lutteur contre les injustices. Oui, il serait parfait, non seulement d’un point de vue physique mais également parce que dans la réalité, il possédait toutes les qualités morales d’un super héros, même s’il ne possédait aucun pouvoir, si ce n’est peut-être celui de la faire rire et bien plus. Toutefois, pour elle, les choses étaient bien plus compliquées, et si dans ses rêves de petite fille, Catalina se voyait bel et bien enfiler la tenue de WonderWoman, il était évident qu’avec sa grossesse, cela tombait bel et bien à l’eau, cependant là n’était pas l’essentiel, parce que son regard avait été happé par une boulangerie, et elle n’avait pu que lui demander de s’arrêter. La blonde se sentait quelque peu mal, surtout lorsqu’elle avait constaté qu’aucune place de parking n’était libre et que de ce fait, Ethan s’était garé en double file, et elle sentait par avance que les coups de klaxon allaient se faire entendre. La blonde avait souri suite à son baiser sur son front et elle hoché la tête, avant de répondre doucement « je te fais entièrement confiance. Pas de soucis, Klaxon magique sera encore plus efficace qu’un coup de téléphone » . Et alors qu’il était sorti du véhicule, la blonde n’avait pu que le suivre du regard, en tapotant gentiment sur ses genoux, se disant au passage qu’elle abusait, surtout lorsqu’elle avait aperçu dans le rétroviseur la présence d’un agent de police. Elle ne pouvait pas du tout klaxonner, et elle avait commencé à détacher sa ceinture afin d’expliquer la situation, lorsque finalement, le brun était revenu et s’expliquait quant au positionnement quelque peu irrégulier de son véhicule. Elle ne pouvait pas percevoir les paroles qui étaient échangées, mais elle avait quand même perçu qu’Ethan avait été déstabilisé, sans en connaitre réellement la raison. Cela ne l’avait pas empêchée de ressentir un pincement au cœur, n’appréciant pas vraiment de le voir dans cet état là. Soupirant, la future maman n’avait pu qu’être rassurée de le voir revenir dans la voiture, sans le moindre papier en main, ce qui signifiait que le policier s’était montré indulgent. Le paquet de muffins dans les mains, elle n’avait pu que lui adresser un immense sourire accompagné d’un « merci beaucoup, tu es notre héros » , alors qu’elle jetait un coup d’œil rapide à ce qu’il lui avait pris. Bon sang, c’était tout simplement parfait, et si elle avait une envie irrépressible de les gouter, elle se retint afin de ne pas mettre des miettes partout dans le véhicule. C’était la moindre des choses à son intime avis, mais surtout aussi parce qu’elle tenait à faire gouter au brun ce qui la mettait dans des états pas possibles. Les paroles d’Ethan l’avaient tirée de sa rêverie, et elle avait quelque peu fait la moue, à la simple mention de l’éventuel don qui aurait pu être fait. Là, elle avait envie de protester, mais elle s’était abstenue, ne tenant pas à se montrer bien plus influencée par ses hormones que ce qu’elle ne l’était déjà. Rassemblant ses esprits, Catalina n’avait pu que répondre d’une voix relativement douce « tu as été rapide, voire même synchro. Quant aux muffins, il aurait pris ça pour de la corruption, donc tu as bien fait. Est-ce qu’il t’a dit quelque chose de particulier ? Parce que je t’ai senti ou vu te sentir mal d’un coup… » . La demoiselle ne tenait pas à se montrer des plus indiscrètes, mais si quelque chose le chiffonnait, elle préférait vraiment le savoir afin de pouvoir lui ôter peines et tracas. Ce n’était pas du tout égoïste, non, mais elle tenait trop à lui pour le laisser dans son coin, à ruminer un propos malvenu. Voilà que la conversation était revenue sur le thème des super héros et des arguments qu’elle avait mentionnés afin de faire comprendre qu’elle n’était pas en mesure de postuler à son tour. Cependant, elle n’avait pu qu’éclater de rire quant aux dires d’Ethan, qui avait trouvé les meilleures explications possibles afin qu’elle le rejoigne dans ce projet. En même temps, elle n’était qu’à son quatrième mois de grossesse et elle pouvait très bien porter un costume, sans avoir la sensation d’être une baleine prête à exploser. Au contraire, elle commençait à être fière de son petit bidon qui s’arrondissait tout doucement, mais elle se doutait bien que d’ici quelques mois, cette pensée ne serait plus du tout d’actualité. Enfin, pour le moment, loin d’elle tout ceci, et elle essaya grandement de trouver les bons mots afin de ne pas paraitre des plus ridicules. « Eth’, tu m’imagines entièrement vêtue de cuir ? C’est pas du tout glamour, sauf si je prends le masque en cuir, qu’on associe avec le reste de Wonderwoman et que je porte fièrement un M sur mon ventre. Complètement ridicule, je préfère que tu oublies cela, s’il te plait. » . Oui, c’était grotesque et complètement fantasque. Elle poursuivit cependant « tu es adorable Ethan, et il aura de la chance parce que tu seras également là pour lui, toi mon superhéros. Hum, de la classe ? Avec un ventre rebondi, une poitrine naturelle, au moins, je suis sûre que certains ne fantasmeront pas sur moi » . Catalina n’avait pu qu’éclater de rire, suite à l’énormité qu’elle venait de prononcer. Elle se moquait pas mal que les hommes ne lui courent après, vu que sa priorité était tout autre. Les rues défilaient sous leurs yeux, et ils approchaient à présent de Time Square. « On fait quoi une fois sur place ? On se prend quelque chose de salé, chinois, japonais, mexicain ou tout et on se pose dans un endroit au calme ? Et si on prévoyait un petit voyage pour la fin de l’année, tu en penses quoi ? Captain America et SuperCatmamma en vacances. En plus, ça nous ferait des souvenirs parfaits, des photos quelque peu honteuses, mais on les montrera d’ici quelques années au petit bout, mais après on les cache, afin d’éviter un éventuel chantage» . Elle se projetait bien trop loin, surtout dans l’éventualité où Ethan trouverait la femme de sa vie. C’était tout à fait possible, et tentant de chasser cette petite pointe de tristesse qui semblait à deux doigts de la submerger, la blonde se tourna légèrement vers le brun. « il va être préférable que je me taise à présent, sinon tu risques de me laisser au bord de la route. » .
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Lun 1 Déc - 17:12



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Comment lui dire ? Comment lui expliquer que s'il avait été décontenancé, c'était tout simplement parce que le policier avait tapé juste. Ils ne se connaissaient pas et pourtant, l'officier comprenait que s'il était autant attaché à elle ce n'était pas QUE par amitié. Impossible de lui avouer qu'il en pinçait vraiment pour elle, qu'il avait envie de la cajoler dans ses bras en permanence, de lui dire des mots doux quand elle s'endormirait dans ses bras. Il se sentait encore plus bête maintenant, parce qu'il ne voulait pas la froisser en se taisant, ni lui mentir. Mais leur amitié importait plus que tout... elle avait placé une sorte de barrière entre eux, pour éviter de le perdre sans doute. C'était plus sage... deux amis qui tombent amoureux l'un de l'autre, voilà qui peut amener à des situations explosives par la suite. Il s'interdisait de la perdre ou de la faire fuir. Sa dernière relation l'avait tellement blessée. Ca lui faisait de la peine de savoir son petit coeur en or, brisé. Ah ce connard, s'il le croisait, il lui pèterait les dents ! Quel genre de monstre plaque sa copine quand elle est enceinte ? Une ordure... ni plus ni moins. Ethan culpabilisait un peu. S'il avait été présent, cela ne serait peut-être pas arrivé, il aurait protégé la jeune femme et elle ne porterait pas un enfant, le petit d'un autre. Enfin, ça il s'en moquait... il était prêt à tous les sacrifices pour elle, veiller sur son rejeton, comme un père adoptif, prendre soin d'elle comme un mari aimant. Jusqu'à quand il supporterait de n'être qu'un bon pote, un simple coloc, il ne le savait guère. Sa patience, c'était son amour qui la renforçait. Tôt ou tard, quelque chose ferait qu'il craquerait... Il préférait éviter d'y penser.

- Rien de grave, j'ai été surpris qu'il ne me file pas de PV, en fait...

C'était à moitié vrai. Mais elle n'avait pas besoin de le savoir. Il voulait la protéger de sentiments susceptibles de semer le trouble dans leur entente. Ne pas la brusquer et la mettre devant le fait accompli, ça ferait plus de mal qu'autre chose. N'importe qui, à la place d'Ethan aurait chercher son bonheur ailleurs, dans les bras d'une autre femme. Et ça ne manquait pas ici à New York. Il avait déjà eu des propositions de clientes qui se trouvaient plus intéressées par son physique que par ses croquis. Il déclinait avec politesse. Son innocence et sa volonté témoignaient d'une grande force de caractère, surtout dans cette époque moderne où le plaisir de la chair se banalisait. Le jeune homme gardait la crainte sournoise de finir seul enfoui au fond de lui. Il le savait, personne ne remplacerait Cat. Jamais... L'entendre rire, la voir heureuse lui fit oublier le fait qu'il lui avait menti, ce qu'il détestait faire. Elle respirait tellement la beauté et la joie de vivre à cet instant. Serait-ce mal que de lui avouer qu'il l'imaginait bien en tenue de cuir, avec son ventre rond et qu'il aimait ça ? Probablement, il préféra s'abstenir, sans se départir de son sourire. Elle lui glissa un compliment qui le fit rougir. Son super-héros... on aurait dit qu'il voyait le père Noël. Intérieurement, cela le rendit fier. Si elle était capable de lui dire ça, et sans mentir, c'est qu'il pouvait un peu bomber le torse, histoire de se la raconter quelques instants. Une chose était certaine, elle tolérait sa présence et ce, même s'ils n'étaient qu'amis, que colocataires. Elle envisageait cet avenir à deux. Une bonne nouvelle. Quand elle évoqua le fait que personne ne fantasmerait sur elle, il se mordit la lèvre pour ne pas lui répondre que d'une, il suffisait que d'une seule personne et que de deux, elle le rendait fou, émotionnellement avec son petit sourire, son petit ventre qui vivait et ses envies inoppinées. Ethan n'était pas bête, il savait que 98% des fringales de femmes enceintes étaient psychologiques. Mais ce qui lui importait, c'était qu'elle soit satisfaite.

- Salé, chinois, japonais et mexicain... Non mais à ce rythme là, tu vas me faire pousser des bourrelets partout ! T'as pensé à ma ligne ? Bon ok, c'est pas comme si je faisais attention mais quand même ! Imagine si je suis trop gros pour me pencher, qui est-ce qui va ramasser les choses que tu as faites tomber par terre ! Faut y réfléchir ma p'tite dame ! Et puis, c'est pas parce que tu vas bientôt avoir le ventre comme un tonneau que je dois l'avoir moi aussi !

Il la taquinait ouvertement. Ethan n'était pas un exemple de modération, il mangeait bien, comme un mec, quoi... et il ne grossissait que rarement, une injustice. Il poursuivit :

- Un voyage... ça me va ! On s'évite juste les longues distances, je ne suis pas certain que l'avion soit vraiment conseillé dans ton état. Pourquoi pas la Floride ? Ah remarque non... tous les touristes vont y aller. On peut tenter Thunder Bay, c'est au Canada, un peu après la frontière. Mon père a un bon ami à lui qui cherche à louer sa maison pour Noël. On aurait une vue magnifique sur les grands lacs. Ca te va ? Après détrompe-toi, je ne te laisserais pas au bord de la route... Je pensais plutôt te pousser dans un des lacs, tiens...

Il lui adressa un sourire quelque peu désinvolte. Il repéra une place pile en face d'un japonais. Il mit le clignotant et se gara. Il coupa le contact. Il voulut prendre son téléphone mais ce dernier lui échappa des mains et tomba sous le siège de Cat.

- Oups... Attends ne bouge pas...

Il se pencha vers elle pour aller chercher le mobile. La soudaine proximité de leurs deux corps le rendit nerveux. Il avait mis une main sur sa cuisse pour prendre appui. Il ne la serrait pas, c'était juste un contact... mais pourtant il s'en fit une montagne. Il parvint à mettre la main sur l'objet et se redressa rapidement pour se tenir droit sur son siège :

- Désolé... Hum... on va manger un bout ?

Il n'avait qu'une envie, sortir de la voiture. La situation le gênait, ça se voyait. Mais en même temps, il avait tellement apprécié ce contact...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Ven 5 Déc - 21:48



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Catalina était loin de se sentir des plus à l’aise, mais elle n’était pas totalement perdue, étant bien aux cotés d’Ethan. En réalité, il avait un don particulier pour lui faire voir que l’avenir n’était pas aussi négatif que ce qui pourrait être pensé. La preuve était là, dans ce véhicule alors que son colocataire s’était arrêté en plein milieu, rien que pour que ses envies ne soient assouvies, rien que pour aller chercher des gâteaux alors qu’il pouvait y avoir d’autres pâtisseries non loin de leur destination finale. La blonde s’en voulait de lui faire subir tout ceci, rien que parce que sa grossesse envoyait des signaux divers et variés, mais également des envies soudaines comme celle apparue précédemment. Et visiblement, cela ne semblait pas le déranger plus que cela, alors que la culpabilité l’envahissait de plus en plus. Un lien particulier les avait toujours unis, et elle ne pouvait pas imaginer un quelconque avenir sans Ethan à ses cotés, au point qu’elle se sentait réellement chanceuse. Mais est ce que tout ceci était réellement raisonnable ? Elle lui imposait son état, bien qu’il ait accepté de d’occuper d’eux deux sans qu’elle ne lui demande rien, et de ce fait, il ne pouvait pas construire réellement quelque chose avec un personne, avec une autre femme. Cette simple pensée lui faisait ressentir une pointe de jalousie, cependant, elle n’avait pas envie de se poser des questions quant au sens de tout ceci. Elle préférait se dire que c’était parce qu’ils avaient vécu ensemble depuis le début de leurs études universitaires et qu’ils ne s’étaient plus quittés, tels des inséparables. C’était ce qui convenait le mieux finalement, une relation simple sans qu’il n’y ait une possible fin tragique ou venant ruiner tout simplement ce qu’ils s’étaient efforcés de construire année après année. Le retour de son ami l’avait ramenée à la réalité, et même s’il avait tenté de noyer le poisson avec une excuse quelque peu passe partout, il était évident qu’il lui cachait les véritables propos de l’agent. Tentant de montrer qu’elle n’était pas déçue qu’il ne lui dévoile pas ce qui s’était dit, elle avait simplement glissé un « cela a été gentil de sa part, c’est vrai… », alors que son regard dérivait vers l’extérieur. Que pouvait-elle dire de plus ? Elle n’aimait pas que des non-dits ne s’instaurent dans leur relation, mais imposer de tout se confier n’était pas non plus la meilleure des choses, tant chacun avait besoin de son propre espace. Cat avait plus ou moins laissé parler son cœur, sans le moindre remord. En plus, elle n’avait pu percevoir les joues d’Ethan prendre une couleur rosée suite à des propos qu’elle avait tenus. A ses yeux, il était la perfection, celui en lequel elle ne percevait aucun défaut, ou alors celui-ci se transformait rapidement en un atour quelque peu touchant, qui le rendait encore plus exceptionnel. Et perdue dans ses divagations, la blonde avait à nouveau parlé de nourriture, et à vrai dire, tout lui donnait envie, alors que quelques mois auparavant, elle faisait plus ou moins attention à ce qu’elle mangeait afin de ne prendre aucun gramme, malgré la pratique régulière d’une activité sportive. Saleté d’envies soudaines quand même. Même les taquineries du brun avaient le don de la faire rire, vu qu’il n’avait pas pris un kilo et que sa musculature était quand même bien présente, à en faire craquer plus d’une. La blonde soupira et secoua légèrement la tête, avant de lui tirer la langue gentiment. « Au pire, on prend un peu de tout ? Tu ne crois pas que ce soit une bonne idée ? Et puis, ta ligne se porte très bien, je peux te jurer que ce que je vois, ne laisse planer aucun doute quant au fait que tu es très bien bâti, bien musclé. Et pas un gramme en trop, donc ne t’en fais pas, tu pourras te pencher sans souci. Et merci de me rappeler que je vais avoir un ventre énorme, et ça serait normal, tu sais c’est ce qu’on appelle la couvade très cher. ». Elle n’avait pas pu s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle. En même temps, c’était un phénomène connu et reconnu, mais la future maman avait pleinement conscience que cela ne se produirait pas dans leur cas, surtout parce qu’elle ne laisserait pas Ethan perdre sa forme, rien que pour la soutenir dans tous les moments de cette période. Elle ne tenait pas à s’enfermer dans la pensée qu’elle mettrait un temps certain avant de retrouver sa ligne et perdre les nombreux kilos pris, non elle avait des envies d’évasions, de voyage et le plus tôt serait le mieux, comme par exemple partir pour les fêtes, alors que tous les touristes n’avaient qu’une seule envie : se rendre à New-York, surtout pour la magie qui en émergeait pour le Nouvel An. L’idée d’Ethan lui plut et elle était pire qu’enthousiaste, ce qui se traduisit par cette petite étincelle dans son regard, alors que de nombreuses pensées affluaient à son esprit sur ce que pouvaient ressembler les fêtes, dans une maison rien qu’à deux, avec une vue imprenable sur les grands lacs, qui seraient à coup sûr enneigés. La blonde avait réellement envie de faire un bond dans le temps, afin de pouvoir vivre tout ceci dès à présent. « Excellente idée, tu crois qu’il serait d’accord pour qu’on s’y rende ? parce qu’après tout ce que tu m’as dit, j’ai juste envie qu’on s’y rende rapidement. Oui, ça me va tout à fait, je n’avais pas songé à ceci, mais tu es tout bonnement parfait. Sauf quand tu veux me pousser dans le lac, mais je sais que tu n’oserais pas.». A vrai dire, la blonde pourrait le parier, tant Ethan se montrait des plus protecteurs à son égard. Mais il y avait eu comme un incident. Le brun venait juste de se garer devant un japonais et était prêt à s’emparer de son téléphone, quand celui-ci avait fini sous son siège à elle. Pour le coup, elle n’avait pas bougé, même si la proximité de leur corps était extrême, mais cela ne l’avait pas du tout dérangée, contrairement à lui qui s’était rapidement redressé, comme si elle l’avait brûlé. Cat avait sourit, détaché sa ceinture en glissant « volontiers » . La brune avait posé le sachet qu’elle avait dans les mains, et était sortie du véhicule, en refermant son manteau. Elle avait perçu de la gêne chez son ami, rien que parce qu’il avait posé sa main sur sa jambe, rien qu’un geste des plus anodins. Se retournant, elle avait esquissé un léger sourire, même si le cœur n’y était pas vraiment. «Sushis, makis, ça te convient ? Comme ça, on raye le chinois et le mexicain» . Elle sauvait les apparences, elle en avait conscience, mais l’évocation de ces simples plats avait le don de tout chasser, du moins momentanément. Passant son bras sous celui d’Ethan, qui l’avait rejointe, elle avança. « en avant, chef »
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Lun 22 Déc - 22:20



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Ce sentiment de ne pas être à la hauteur, d'être nul, parfois... Ethan le rencontrait souvent avec Catalina. Il n'était pas du genre prétentieux et toujours sûr de lui, mais avec la jeune femme, il devait bien admettre que tout n'était pas tout le temps rose. Oh, pas à cause, d'elle, au contraire, il adorait son caractère. Plutôt par sa faute à lui. Il n'osait pas lui dire ce qu'il avait vraiment sur le coeur. Comment lui avouer qu'il avait adoré ce contact sur sa cuisse, qu'il aurait bien voulu se serrer contre elle pour sentir la chaleur de son corps contre le sien ? La vie restait injuste... pour sauver leur amitié, il s'évitait de faire une bêtise, estimant que ce n'était pas ce qu'elle attendait de lui. Elle lui avait bien déclaré qu'elle l'aimait, tout ça... mais rien ne s'était passé ensuite. Turner interpétait cela comme de l'amitié pure. Maintenant qu'elle avait un bébé en route, il ne se voyait pas lui imposer ses caprices de coeur. Il l'aimait, ça ne faisait aucun doute et le policier avait bien tapé juste. Se rendre disponible, l'aider, l'assister dans ce qu'elle allait entreprendre, dans son rôle de maman. Voilà ce qu'il se devait de faire ! Et tant pis pour ses sentiments à lui... de toute façon quels choix lui restait-il ? Partir ? Pour aller où ? Avec qui ? Il ne se voyait pas dans un appartement, tout seul, comme un célibataire... Il n'imaginait pas une autre femme que son petit chat d'amour. Si c'était le prix à payer pour être heureux que de rester le meilleur ami, alors il l'acceptait et il espérait qu'elle ne rencontrerait pas un autre homme. Il pensa qu'elle n'avait rien perçu de sa gêne et ça lui permit de passer à autre chose de son côté. Il l'aida à sortir de la voiture, ferma la portière derrière elle et verrouilla le véhicule dans un petit bip caractéristique. Il lui tendit son bras pour qu'elle s'y accroche et ils marchèrent vers le restaurant.

- J'aime quand tu m'appelles chef ! Je trouve que ça me va bien au teint ! Sushis et makis, ça me va. Pour en revenir au voyage, je vais l'appeler et lui confirmer que l'on vient pour les fêtes. Et si c'est pris, je ferais jouer mes relations pour que ça se libère ! Ce sera l'occasion de passer du temps loin de la ville et de la foule. On pourra faire du patin à glace ! J'irais chercher les patins, vu que je connais ta pointure c'est parfait ! J'ai hâte !

Ils arrivèrent devant le restaurant et un écriteau attira l'attention d'Ethan. Il s'agissait d'une journée spéciale "couples", le restaurant n'était ouvert qu'aux tourtereaux... Voilà qui ne les arrangeait pas. Bien décidé à combler sa belle et à apaiser sa fringale, Ethan décida quand même d'entrer en la prenant par la main et sans trop lui laisser le choix. Une femme d'une quarantaine d'années les accueillit en souriant et les salua. Turner s'éclaircit la voix et expliqua :

- Bonsoir, ma fiancée et moi souhaiterions avoir un coin tranquille pour manger. Vous pourriez nous trouver ça ?

La serveuse acquiesça et les conduisit vers un coin du resto où il n'y avait personne, afin qu'ils s'installent. Dans la grande salle, il y avait bien des couples, plutôt discrets. L'ambiance, cosy, donnait l'impression que le temps s'était arrêté. Il attendit que Cat soit assise puis il lui dit sans la regarder dans les yeux :

- J'espère que tu ne m'en veux pas d'avoir été un petit peu rentre-dedans... juste qu'à force de parler de bouffe tu m'as donné faim ! Et puis y'a pas de raison qu'il n'y en ait que pour les amoureux et pas pour nous ! Je vais te chercher les assiettes au tapis, d'accord ? Toi tu restes là, je sais ce que tu aimes, à force je te connais par coeur. Bref, ce soir, tu es la princesse, tu bouges pas ! Et moi je suis ton serviteur, dévoué. Pas besoin de discuter, c'est comme ça !

Il lui caressa le nez avec délicatesse et se mit en route vers le dit tapis où plusieurs personnes étaient attablées. Il prit un plateau sur lequel il positionna plusieurs assiettes. A mesure que les plats circulaient il en complétait les assiettes. Quelqu'un minutes plus tard, il revint à la table chargé de nourriture. Il eut juste le temps de s'asseoir lorsque la serveuse s'approcha et déposa un verre avec deux pailles entre eux deux. Elle expliqua qu'il s'agissait d'un cocktail sans alcool appelé "délice de l'amour". Elle prit leurs prénoms puis se retira. Ethan se gratta la nuque un peu gêné par tout ça. Dans quoi il s'était embarqué. Par la fenêtre un camion à glaces attira son attention. Tout émerveillé, il dit :

- Trop bien !!! Le marchand de glaces !!! Ca faisait longtemps que je n'en avais pas vu... c'est un métier qui se perd, avec les fast-food et tout le reste... Je me rappelle de Tony, quand il passait avec ses délicieux sorbets à la prune et au nougat... Une tuerie !!! Tu t'en souviens ? Tu me regardais me goinfrer et après tu riais aux éclats en me regardant... parce que j'avais une moustache de glace ! Et tu me disais "ne bouge pas, laisse-moi faire". Tu mettais le doigt dans ta glace et tu me faisais la barbichette. Et puis après, une fois que tu t'étais bien esclaffée, tu sortais un mouchoir et tu venais essuyer... Et moi je me laissais faire, parce que ça te faisait marrer. Après coup, je me rends compte que rien n'a vraiment changé, pas vrai ? Je veux dire... la magie de notre enfance est toujours là... les gens refusent de la voir mais nous non.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Sam 3 Jan - 19:03



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Catalina avait seulement la sensation que cet instant serait un de ceux qui lui feraient prendre conscience un peu plus de la chance qu’elle avait. en même temps, pouvait-elle vraiment se plaindre des différents petits tracas qui lui étaient tombés dessus, alors qu’il existait des personnes bien plus malheureuses qu’elle ? Non, elle ne se le pouvait pas, et c’était dans cette optique que la blonde gardait le sourire, serrant les dents lorsqu’elle sentait la mélancolie des temps passés l’envahir. Après tout, sa vie était simple et elle passait des moments exceptionnels comme par exemple celui là, qu’elle était en train de connaitre avec son colocataire et ami, comme à chaque fois, le banal ne pouvait pas être de la partie. C’était sans nul doute une des raisons supplémentaires qui faisait qu’elle adorait passer du temps avec ce brun et qu’elle n’envisageait pas une seule seconde sans lui à ses cotés, bien qu’un lien particulier les unisse, un qui était loin de ressembler aux doux contes de fées qui avaient bercé la tendre enfance de l’architecte. Certes, Ethan répondait présente pour lui, mais elle avait très bien perçu comme une gêne, alors qu’il l’avait touchée. Et parlait-on du fait qu’il se soit refermé comme une huitre, créant presque au passage un silence pesant et un fossé qui avait refroidi et surpris la future maman. Toutefois, elle avait essayé de ne rien montré alors qu’ils étaient sortis du véhicule et se dirigeaient à présent vers le restaurant en question, après que la blonde ait glissé son bras sous celui de son ami. Le contact était réellement agréable, et elle ne s’en plaignait pas, bien au contraire. Cat ne pouvait que sourire, en entendant sa réplique et en songeant aux nouveaux souvenirs qu’ils allaient se créer, et il fallait avouer que chaque mot lui faisait prendre conscience un peu plus qu’il n’y avait que lui qui la connaissait si bien, encore mieux que celui qui avait été son petit ami pendant quelques mois. Esquissant un léger sourire, elle s’était pincée les lèvres en répondant d’un ton amusé, et les yeux emplis de malice « il ne te manque que les grades sur la veste pour que tout le monde voit qui tu es, chef. Après, si c’est pris, on pourra toujours y aller en février, il n’y a aucun souci, ça nous fera partir loin des petits cœurs dessinés partout. Mais je laisse faire l’expert que tu es, tu penses à tout, comme d’habitude. Autant dire que là, tu passes directement dans la case homme parfait » . À cet aveu, ses joues s’étaient légèrement empourprées, comme si elle prenait conscience de ce qu’elle avait dit, et si elle se montrait toujours des plus honnêtes avec lui, il n’en demeurait pas moins qu’elle avait peur qu’il ne se referme une nouvelle fois. Toutefois, qu’elle ne fut pas la surprise de découvrir un certain écriteau sur la porte, annonçant un certain thème pour la journée toute entière. Elle qui avait parlé de fuir New-York pour la Saint Valentin afin d’éviter de se retrouver face à tout ce qui s’étalerait aux vitrines des magasins, sans compter les éventuels refrains incessants qui étaient toujours les mêmes, soit dit en passant. La blonde se demandait s’ils allaient rebrousser chemin, lorsqu’Ethan avait pris les devants en lui prenant la main, lui faisant perdre toute raison et toute volonté d’émettre la moindre protestation, même pas un mais euh qu’elle adorait prononcer lorsqu’elle tentait de le faire craquer un ton soit peu. Pour sauver les apparences et ne pas les trahir, Catalina avait sourit alors qu’une femme avançait vers eux, et que son ami expliquait la raison de leur présence dans l’établissement. L’appellation ‘fiancée’ la fit tiquer, et elle se mordit la lèvre en le regardant du coin de l’œil, mais se contenta de suivre le mouvement, en jouant avec les doigts de son colocataire, comme le ferait tout couple normal. La serveuse les avait alors conduits à une table, et la blonde s’était rapidement assise levant le regard vers Ethan, et elle n’avait pu que constater que lui ne semblait pas vouloir la regarder droit dans les yeux, comme gêné, alors qu’il avait tenu des mots relativement doux. D’ailleurs, elle avait la sensation qu’elle était une princesse avec lui, tant il était à ses petits soins. Elle essayait de ne pas trop réfléchir à la signification de tout ceci, mais elle n’avait pu qu’essayer de le faire se sentir un peu plus à l’aise. « Je ne t’en veux pas, mais on peut s’estimer chanceux qu’elle n’ait pas regardé ma main pour s’apercevoir de l’absence de bague de fiançailles. A moins que ce ne soit mon cadeau de Noël. Enfin, je te félicite, to et ton estomac qui réagissent très vite. Ainsi soit-il alors, mon beau prince. » . Le geste d’Ethan avait eu le don de la faire sourire, alors qu’elle se retrouvait seule, plongée dans ses pensées bien que son regard ne cherche désespérant celui qui était parti chercher de quoi manger. Elle ne savait plus où ils en étaient réellement, tant les gestes et ce qu’ils étaient censés s’éloigner de plus en plus. Cat avait soupiré, alors que les plats revenaient dans les mains du brun et que la serveuse faisait une réapparition avec un cocktail sans alcool, avec un nom qui ne laissait planer aucun doute sur le respect du thème. Bon sang, si elle croyait se retrouver avec un couple, elle se trompait. Ou alors elle tentait de jouer les Cupidon sans le savoir, mais cette optique était peu probable. Attrapant une des deux pailles, elle s’amusa avec, avant de saisir la seconde et de la tourner vers lui. Mais son regard fut happé par ce qui émerveillait son compagnon, et les souvenirs revinrent en masse, alors qu’il les lui rappelait. Tous les deux avaient la chance d’avoir un certain nombre d’années au compteur, leur permettant de voir que le temps passait, mais que certaines choses ne changeaient pas, et surtout pas cette magie de l’enfance que bien des gens perdaient, une fois arrivés à l’âge adulte, comme s’il était interdit de rêver encore et encore. Finalement, aspirant une gorgée du précieux breuvage, elle n’avait pu que s’extasier «  hum, je vois que tu as toi aussi des envies, mon très cher fiancé » . Cat n’avait pas pu s’empêcher de le taquiner gentiment, avant de poursuivre « je m’en souviens très bien, et j’espère que tu ne m’en voudras pas si on rejoue la scène, tant tu as raison, c’est notre enfance qui est toujours là. On mérite bien de tout connaitre à nouveau, pourtant, avant de passer au dessert, il faut que tu goutes le cocktail, on dirait un véritable élixir.» . Catalina se refusait de voir s’instaurer une quelconque gêne entre eux, parce qu’elle se refusait de le perdre, bien qu’elle sentait que quelque chose lui échappait. « je crois que jamais je n’aurais pu imaginer à cette époque là qu’on serait là, toi et moi, ici dans ce restaurant, avec des envies culinaires, contre lesquelles on ne peut pas lutter ou qu’on ne veut pas. En tout cas, je ne te remercierai jamais assez, que ce soit pour tout ceci et pour le reste  » . La blonde lui avait tendu la main sur la table, espérant qu’il la saisirait. Et cette fois-ci, ce n’était pas pour montrer à tous ceux présents leur pseudo-couple, juste ce sublime lien qui les unissait, un duo qui était magnifique et qui représentait tant à ses yeux, la preuve était là : elle ne s’offusquait nullement de la situation, et les battements de son cœur s’accéléraient..
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Ven 16 Jan - 2:04



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Catalina marquait un point... si la serveuse était attentive, elle finirait par remarquer l'absence de bagues de fiançailles. Il fallait remédier à ce problème et vite. Ethan, en grand gamin qu'il était pensait qu'ils seraient jetés dehors... une idée saugrenue puisque maintenant qu'ils étaient là, ce serait du plus mauvais effet de les chasser. En plus ils pouvaient très bien avoir décidé de ne pas porter leur bague. Mais comme toujours, dans l'empressement et l'excitation de l'instant, le jeune homme se leva légèrement et d'un geste rapide, il piqua une épingle à cheveux de la tête à Catalina. Une mèche rebelle, qu'elle avait mis du temps à dompter descendit sur son front. Elle ne put rien dire. Ethan avait déjà commencé à transformer l'objet, s'aidant de ses doigts pour lui donner une forme ronde, le faire ressembler à un anneau. Il lui attrapa la main et la glissa au doigt... à l'index, se trompant ainsi d'endroit. Cette erreur était touchante. Il n'avait jamais demandé une femme en mariage, ni même en fiançailles. Chaque fois qu'il s'imaginait avec une femme, elle s'appelait Catalina, possédait une chevelure blonde comme les blés, avait un sourire étincelant, radieux... envoutant. Son coeur se mit à battre la chamade. Heureusement que lui seul pouvait l'entendre, sinon, ça aurait jeté un froid sur la conversation. Pour sa bague à lui, il récupéra le trombone qu'il gardait toujours dans sa poche, et qui selon lui portait bonheur. Il lui fit prendre la forme d'une bague et se la passa au doigt. Il avait l'air un peu ridicule mais ça avait l'air de franchement l'amuser. Il sourit béatement quand elle le qualifia de prince.

Après les plats, l'attraction principale fut le camion de glaces. Tant de souvenirs, heureux... Ethan était émerveillé, comme à chaque fois qu'il voyait un train électrique ou Star Wars. Il trépignait limite sur sa chaise de ne pas pouvoir courir après la véhicule pour récupérer un triple cornet nougat, framboise, chocolat avec un petit coulis caramel, et des amandes dessus... Un pied culinaire !!! Mais il ne pouvait délibérément pas partir et laisser la belle blonde plantée là ! Elle était sensée être sa fiancée. Il goûta l'elixir à son tour avec sa paille. Vraiment très bien ! Il approuva en silence, se contentant de hocher la tête. Et puis... la situation dérapa. Enfin, rien de grave... Elle commença par le remercier, ce qui lui mit le rouge aux joues. C'était normal, il ne faisait rien d'extraordinaire, elle était sa meilleure amie, son petit Chat d'or. Les mots seuls ne provoquaient pas de révolution même s'ils plaçaient Ethan dans une position délicate, car des fois, il s'en voulait. Il culpabilisait, estimant qu'il restait aussi parce qu'il avait des sentiments, un peu par égoïsme. Il se jugeait un peu fermement pour le coup. Turner brillait par sa générosité et son entrain vis à vis d'elle. Depuis toujours il en était ainsi. Et là, patatras... elle tendit sa main sur sa table. Quoi ? Qui ? Comment ? Qu'est-ce qu'il se passait ? Il avala sa salive avec difficulté... Cette main... elle était tellement belle, si douce, si chaude... ça lui mettait du baume au coeur ! La gêne se voyait à nouveau sur son visage. Il dit, en évitant de la regarder directement, effrayé à l'idée de se perdre dans ses yeux et de trahir ses véritables émotions.

- Tu n'as pas à me remercier, c'est normal. Je serais toujours là pour toi, tu le sais... J'ai fait une connerie en voulant m'éloigner et en partant ailleurs mais je compte me rattraper. Et je ne peux pas te laisser seule, dans ton chagrin... je ne peux pas te laisser souffrir sans rien faire. Ca m'est insupportable. Je n'aime pas te voir triste, seule, désemparée. Les amis sont fait pour ça !

Le problème, c'est qu'il ne voulait pas seulement être un ami. Il en pinçait pour elle, ça se voyait de l'extérieur d'ailleurs. Et c'était sans doute pour ça que leurs fiançailles mensongères étaient passées crème. Ethan se mit à réfléchir... devait-il attraper sa main ? Oui, certainement... elle risquait de se vexer sinon. Après tout, ils étaient tellement complices. Il se lança. Il voulut tendre le bras pour attraper ses doigts mais nerveux comme il était, sa maladresse pointa le bout de son nez. Il percuta le verre d'elixir et celui-ci se déversa sur la jeune femme, la noyant du liquide sucré légèrement odorant.

- Oh merde ! Pardon ! Je n'ai pas fait exprès... je suis désolé !

Il se hâta de prendre les serviettes, de se lever et d'essuyer le désastre. Il aurait voulu se faire tout petit à cet instant, s'enfermer dans sa chambre, se cacher sous sa couette Ironman et ne plus voir le monde. Il se dit qu'il avait tout gâché... Les habits de son amie étaient médaillés... une vrai catastrophe. Et comme l'elixir avait coulé sur le dessert, en homme galant qu'il était, il échangea avec le sien pour lui permettre de le manger. C'était elle la femme enceinte. Il secoua la tête, avec une attitude qui ressemblait à celle d'un gosse ayant fait une énorme bêtise :

- J'ai tellement honte que j'aimerais être comme Gulliver, pouvoir me cacher dans une poche pour ne plus en sortir... Je te rachèterais les mêmes fringues, si les tâches ne partent pas... promis ! Excuse-moi... ça va ?

La dernière phrase avait été prononcée si timidement qu'on aurait vraiment dit un petit garçon inquiet d'avoir pourri un moment... Ethan s'en voulait tellement...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Dim 25 Jan - 16:55



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Cette promenade commençait à déraper quelque peu, les envies de Catalina l’emportant sur toute raison et l’entrainant, ainsi qu’Ethan sur une piste savonnée et limite dangereuse. A présent dans ce restaurant, ils passaient à présent pour un couple, des fiancés vu que le thème impose était celui-là. Toutefois, la blonde n’avait pu que souligner un détail évident, que le brun avait rapidement pallier, en fabriquant des bagues de fortune avec ce qu’il avait trouvé, à savoir une épingle à cheveux et un trombone. La surprise n’avait pu qu’envahir la future maman, et elle avait souri bien que tout pousse à réagir à l’opposé. En même temps, combien de femmes acceptaient d’être décoiffées, et ne protestaient pas ? bien trop peu, mais elle n’avait pu que sourire, essayant de dompter la mèche rebelle qui s’était échappée, en surveillant du coin de l’œil en quoi son épingle allait être transformée. Le résultat avait été plus qu’étonnant, et bien que son ami et colocataire ne se soit trompé de doigt, elle avait été réellement touchée par ce geste, se rappelant au passage certains rêves qui avaient occupé une grande partie de son esprit pendant des mois voire des années, avant de finalement se rendre compte que tout n’était pas si facile que ce que laissait sous-entendre les maudits contes de fées. La blonde avait pincé les lèvres lorsqu’elle l’avait vu agir de même avec lui, mais cette fois-ci avec un autre objet du quotidien. Ethan réussirait toujours à la surprendre et à faire briller un soleil au-dessus de leur tête. Pourtant, malgré tout, elle percevait quelque chose sur lequel elle n’arrivait pas à poser clairement un nom, même si les mots qui s’étaient ensuivis avaient eu le don de la rassurer, bien qu’elle ne considérait absolument pas son meilleur ami comme la roue de secours qui l’avait empêchée de commettre une éventuelle bêtise, non absolument pas. Il était bien plus, et elle n’arrivait pas à dire ce qu’elle ressentait réellement, au plus profond d’elle-même. Les yeux pétillants, elle plongea son regard dans le sien, avant de répondre d’une voix toute douce « si, j’aurai toujours à te remercier, de ce que tu as fait, de ce que tu fais. Et je ne t’en veux pas, j’étais ailleurs également, un ailleurs qui n’était pas ma véritable place en y songeant bien. Mais une chose est sûre, c’est que je ne suis pas triste, ni seule. On est deux, et j’ai le meilleur à mes cotés. » . Il était clair qu’elle avait parlé à nouveau avec son cœur, et elle se sentait tout particulièrement bien, vivante et non plus la tête sous l’eau à se demander comment elle n’avait pas vu les différents signes qui auraient pu la mettre en garde sur sa relation avec cet individu auquel elle ne voulait plus du tout songer. Et puis, tout s’était passé si vite que Catalina n’avait pas eu le temps de réagir, elle qui avait juste tenu à ce que leurs mains ne se retrouvent, le verre avait finalement été renversé sur sa tenue, ce qui entraina un léger hoquet de surprise, et elle avait déjà essayé de s’emparer d’une serviette afin de sauver un peu ce qu’elle portait. Cependant, Ethan avait pris les devants, et était rapidement arrivé à ses coté pour éponger le liquide sucré. « Ne t’en fais pas, cela arrive à tout le monde. » . Il était vrai que pendant longtemps, la blonde avait été très maladroite, comme si elle avait deux mains gauches, mais à présent, cela allait mieux. En même temps, elle ne pouvait pas lui en vouloir pour quoique ce soit, elle ne le pouvait nullement. Jetant un œil sur sa tenue, elle se mordit la lèvre, en se disant qu’elle allait être bonne pour chercher les astuces de grand-mère afin de pouvoir tout remettre. Seulement, son regard s’était porté par la suite sur son ami, et ses joues s’étaient légèrement empourprées, alors qu’il avait échangé leurs desserts, point sur lequel elle n’avait pu que protester par un sifflement désapprobateur. Parce que non, là elle n’était pas d’accord, et la blonde avait mis au milieu son dessert, parc qu’elle comptait bien le partager, plutôt que de se la jouer égoïste, surtout après la sensation ressentie après les propos tenus par Ethan. Catalina s’amusa avec ses doigts, les yeux fixés dessus, une étrange timidité s’étant emparée d’elle. Que lui arrivait-elle ? Elle n’allait quand même pas commencer à se sentir mal à l’aise, ou toute chose ? Tentant de cacher ce léger malaise, elle releva le regard en souriant légèrement « Ne t’en fais pas, ce ne sont que des vêtements, et je crois que ma mère a encore quelques astuces, cela me permettra de l’appeler et de lui montrer que j’ai toujours besoin d’elle et de ses conseils. » . En plus, il fallait bien reconnaitre qu’elle n’avait pas osé l’appeler depuis l’épisode parc avec son père, et cela la chagrinait énormément de mettre des barrières avec sa famille, en raison de mensonges qui avaient quelque peu mis en péril ce en quoi elle avait toujours cru. « Et oui, ça va, ne t’en fais pas. si tu veux rentrer vite et qu’on se cocoone chez nous, cela ne me dérange pas, tu le sais. Il faudra juste qu’on fasse le plein pour nous empiffrer, et faire que je prenne encore quelques kilos, qui me feront bondir après la naissance du bout de chou, quand j’aurais à tout perdre. » . Une serveuse arriva, et leur jeta un rapide coup d’œil avant de repartir expressément. Un coup d’œil complice à Ethan, et un éclat de rire franchit la barrière de ses lèvres, avant qu’elle n’essaie de reprendre son sérieux, tant bien que mal. « Navrée. » . Posant sa serviette sur le coin de la table, elle s’était levée et était venue déposer un tendre baiser sur la tempe d’Ethan, avant de passer ses bras autour de son cou et rester ainsi pendant quelques secondes. En même temps, c’était mieux que de venir s’installer sur ses genoux, surtout dans son état. Soupirant, elle sut qu’il était peut-être temps qu’elle retourne à sa place, mais le contact était agréable, la faisant se sentir comme sur un petit nuage. Mais cette sensation était-elle partagée ? Là était la question…
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Ven 30 Jan - 0:48



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Les événements avaient pris une tournure dramatique pour Ethan. Lui qui d'ordinaire était assez sûr de lui et confiant, il ne savait plus où se mettre. La catastrophe qu'il avait déclenché le minait. Ils se sentait tout penaud et il fut assez surpris par la réaction de Catalina. Pas un seul reproche, pas un seul froncement de sourcil. Elle ne lui en voulait pas le moins du monde. En même temps, qu'attendait-il autrement ? Elle était sa meilleure amie, sa complice d'enfance. Depuis le temps qu'ils se connaissaient, elle se faisait à sa maladresse. D'ailleurs elle avait connu ça par le passé. Sa grossesse aidant, elle gagnait en habileté. Une idée saugrenue lui traversa l'esprit. Peut-être que si lui aussi il tombait "enceinte" ça lui permettrait de se soigner ! Un instant, son esprit vagabonda sur cette fantaisie, comme pour se couper du monde et oublier qu'il avait fait une belle connerie. Si lui oubliait, les autres aussi... En tout cas il l'espérait. Parfois il simplifiait volontairement les choses pour garder un minimum de dignité. Non pas qu'il soit extrêmement fier mais il tentait d'effacer les instants de honte dans lesquels il se mettait.

Contre toute attente, la belle blonde prit la parole pour tout relativiser. Ce n'était que des tâches, une bonne recette de grand mère, de la lessive, un petit tour en machine et tout deviendrait comme avant. Elle prenait ça avec humour et il ne fallut rien de plus à Ethan pour enterrer définitivement cette histoire. Le jeune homme avait un tempérament que peu de monde parvenait à suivre. Il gardait son âme d'enfant pour s'émerveiller des belles choses et mettre de côté les contrariétés. On aimait ou on détestait. Pas de juste milieu. L'une des raisons pour laquelle il n'avait pas encore trouvé chaussure à son pied, découlait de sa personnalité. On avait du mal à percevoir l'adulte mature en lui. Et pourtant, il l'était... Ok, sauter partout en voyant un train électrique tourner en rond, c'était bizarre il fallait bien l'admettre. Ethan réagissait un peu comme Peter Pan, toujours une partie de son être en enfance. En cela, il n'était guère étonnant que Catalina et lui s'entendent si bien. Elle ne le jugeait pas, elle l'appréciait tel qu'il vivait sans lui demander de changer. Avec leurs fausses bagues de fiançailles, ils scellaient cette complicité naturelle. Enjoué Ethan lui répondit :

- Ne t'en fais pas ! Il en aura récupéré pas mal des kilos ! Et puis, il faut que tu sois en forme. Donc que tu manges bien. Dis moi ou tu veux aller je te conduis avec plaisir ! Hé je suis ton chauffeur ! Ton dévoué serviteur ! Donne-moi une destination je t'y emmène !

Il ne s'attendait certainement pas à ce qu'elle se lève à son tour et encore moins à ce qu'elle s'approche de lui pour déposer un baiser sur sa joue. Quelle sensation étrange... Il avait l'impression que sa peau le brulait comme si elle avait été arrachée par une mauvaise chute. Pourquoi était-ce si douloureux et en même temps si agréable ? La réponse il la connaissait. En vérité il en pinçait grave pour elle. Il en était mordu au point de vouloir l'embrasser, la serrer contre lui. Il se sentait bizarre. Le monde s'arrêtait de tourner. Il ne restait plus que Catalina, face à lui, avec sa belle frimousse toute mignonne son regard complice et enjoué. Il essaya de lui rendre sa bonne humeur mais sa gêne se percevait à des kilomètres... Il avait les joues rougies et le regard étincelant, tel un gosse devant ses cadeaux de Noël. Sans qu'il ne comprenne pour quel motif il agissait ainsi, il avança doucement sa tête. Ses lèvres se posèrent délicatement sur celles de la jeune femme. Cela ne dura que quelques secondes. Il se retira comme s'il avait pris une décharge de 20 000 volts, en reculant même de quelques centimètres. Il finit par se rendre compte de son geste. Blanc comme un linge, il regarda sa meilleure amie et lui dit :

- Pardon... J'ai fait une bêtise... Je ne sais pas ce qui m'a pris...

Que dire d'autre ? Ça lui tuait le cœur de dire qu'il avait commis une erreur alors qu'en fait il en crevait d'envie... Mais il préférait sauver son amitié plutôt que de tout perdre. Comme pour se justifier il ajouta :

- Il devait y avoir un peu trop d'alcool dans ce cocktail...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Sam 31 Jan - 18:54



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Si tout pouvait être simple entre les deux colocataires qu’étaient Ethan et Catalina, la blonde était forcée de constater que là, la situation leur échappait totalement, comme si le destin voulait les entrainer plus loin ou bien alors tester les limites fixées depuis des années et qui semblaient plus que dépassées à présent. Toutefois, ce qui était sûr, c’était que la blonde semblait percevoir une certaine fébrilité chez son ami, ce qui se traduisait par une certaine maladresse, contre laquelle elle ne pouvait pas lui en vouloir, tant ils se ressemblaient. Visiblement, ce petit être qui grandissait en elle avait conjuré le mauvais sort, en la rendant plus habile que jamais ainsi que plus compréhensive voire même douce. Jamais elle n’aurait pu lui en vouloir, surtout pas pour un détail qui était capable de disparaitre avec un tour à la machine ou du savon. Surtout qu’elle ressentait bien trop de choses pour lui pour risquer de le perdre pour des âneries de la sorte, et elle ne le supporterait pas. Quand bien même, en plus, comme ils vivaient ensemble, cette simple hypothèse était à proscrire. Et pour bien faire comprendre à Ethan que cela n’était pas important, la future maman avait essayé de trouver les bons mots qui éviteraient de le faire culpabiliser, tant elle connaissait son caractère, celui qui la fascinait totalement et qu’elle ne retrouvait pas chez bien d’autres hommes. Certaines de ses amies avaient tout de suite craqué sur son colocataire, avant d’être rebutées par cette petite étincelle, cette âme d’enfant qui persistait chez le brun. Pourtant, elle non, elle aimait ça, comme le voir s’émerveiller pour des petites choses, quand d’autres spécimens de la gente masculine enchainaient les conquêtes les unes après les autres. Même la fantaisie des bagues improvisées lui plaisait, aurait même tendance à la faire craquer littéralement. Même sur sa crainte des kilos en trop, Ethan avait les bons mots, et elle savait qu’il avait raison, mais il resterait quand même du travail pour retrouver la ligne d’avant. Seulement, si elle commençait à songer à tout ceci, la blonde risquait de se priver de manger, ce qui au final ne serait pas bon pour le petit bout. Lui adressant un sourire des plus étincelants, Catalina n’avait pu que murmurer « pas tous quand même, mais il faut en effet que je pense à lui avant de penser à mon ventre ou mes hanches. Hum, tu crois que si je te dis à l’autre bout du monde, tu m’y emmènes ? Je plaisante. Il est hors de question qu’on aille bien loin, la maison sera parfaite, juste nous deux dans un monde enchanté que beaucoup ne semblent pas comprendre. » . Après tout, c’était une destination comme une autre, et elle ne tenait plus à courir partout. La fatigue se ferait rapidement ressentir, elle se connaissait tout comme elle connaissait les limites de son corps, et elle refusait être un poids pour son ami. Et c’était tout naturellement que la blonde s’était levée en venant l’enlacer, afin de lui montrer qu’elle était présente à ses cotés et que les incidents ne viendraient pas tout gâcher. Même ce baiser était la preuve de ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Un moment béni, une bulle dans laquelle Ethan et elle se trouvaient, malgré les autres personnes présentes dans l’établissement. Les yeux de la blonde ne pouvaient pas le quitter, comme si elle gravait chaque détail dans sa mémoire, jusqu’à ce que leurs lèvres ne se retrouvent scellées pendant quelques secondes, des secondes qui semblaient être trop courtes et trop longues à la fois. L’esprit de Catalina était plus que confus, parce qu’elle ne s’y attendait pas d’une part, d’une seconde part, elle n’aurait pas cru cela possible et que pour finir, elle avait trouvé cela relativement agréable. Pourtant, lorsque le contact prit fin, le brun s’était reculé et avait tenu des propos qui avaient fait que la blonde ne savait plus quoi penser, elle était perdue, y compris par l’excuse du cocktail, qui ne pouvait absolument pas être véridique. Après tout, elle l’avait gouté et n’avait perçu aucune trace d’alcool, de même que son état ne pouvait pas lui permettre d’en boire. Se reculant, elle avait rapidement détourné le regard, sentant que sa vue se brouillait. Etait-ce seulement pour cela que tout ceci venait de se produire ? Une erreur ? Ou quelque chose qu’elle ne percevait pas ? « Eth’, je vais rentrer, il vaut mieux. » . Repartant à sa place, elle avait attrapé son sac, prit sa veste et se dirigeait déjà vers la sortie, après s’être assurée de payer l’addition et que le tout soit emballé. Les battements de son cœur s’accélérèrent lorsque son regard se porta sur son colocataire. Toutefois, elle ne pouvait pas rester, parce que la vérité pouvait être couteuse et destructrice. Elle avait déjà connu cela il y a quelques mois, et ne tenait pas à le revivre. Elle avait déjà fait quelques pas vers la sortie que sa conscience l’intima d’arrêter, de ne pas se montrer impulsive et tirer un trait sur tout ce qu’ils avaient bâti depuis ces années, encore plus qu’un couple. Jouant avec sa fausse bague de fiançailles, elle avait passé ensuite son pouce sur ses lèvres en fermant brièvement les yeux. Se retournant, elle s’était décidée et était revenue aux cotés d’Ethan, en posant une main sur son torse et en le fixant droit dans les yeux. « Il n’y a pas d’alcool dans le cocktail, donc ce n’est pas la bonne justification. Il faut faire mieux, si tu veux t’en sortir par une pirouette, ou alors il fallait la faire à une femme qui ne porte pas la vie. Mais si tu penses que c’est une erreur…» . Sa voix s’était éteinte en un murmure. Au fond d’elle, elle avait envie de réitérer l’expérience, juste pour savoir si ce qu’elle avait ressenti la première fois, autrement dit, il y avait à peine quelques secondes, minutes de cela. Pourtant, elle ne fit rien, si ce n’est venir enfouir son nez au creux du cou du brun. « J’aimerai qu’on rentre et qu’on parle de tout ceci, s’il te plait. Enfin, si tu es d’accord. » . La blonde ne sut pas quoi ajouter et ne pouvait pas bouger, en raison des larmes qui menaçaient de couler, tant son univers semblait à nouveau basculer, sans qu’elle ne sache réellement si c’était une bonne ou une mauvaise chose, ou la direction que tout ceci allait prendre…
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Sam 7 Fév - 3:16



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Des images... celles du clip Enola Gay, tragiques. Un avion qui fuit, un objet qui tombe... et puis c'est l'explosion, la lumière éblouissante. Il y a un nuage de poussière qui s'élève et prend de l'ampleur, une sorte d'avalanche terrestre, qui grossit, encore et encore... Les flammes... comme un noyau terrestre, la chaleur, la désolation qui s'étend, qui prend forme... Les gens n'ont pas le temps de crier, ni de courir, ils sont engloutis par ce champignon d'horreur et de dévastation. Le bruit de l'explosion résonne alors que les arbres sont réduits en poussière par cette folie. Une bombe nucléaire à l'oeuvre, à laquelle nul ne peut échapper. Telles furent les images qui traversèrent inexorablement l'esprit d'Ethan lorsque Catalina lui tourna le dos et se dirigea vers la sortie. Comme un film au ralenti, il vit tout son monde s'effondrer, les murs voler en éclat, les vitres exploser en paillettes qui lui lacéraient la peau. Le temps de réagir, les mots de la jeune femme résonnèrent dans sa tête... une fléche, glacée, qui vint se planter dans son coeur. Touché... son souffle se coupa sans qu'il ne puisse le retrouver. Il posa un bras sur la table pour y trouver appui. Elle partait, et à en croire ses paroles, sa détermination, elle ne reviendrait jamais... Dans cet enfer dévasté et désolé, Ethan se sentait effrayé et appeuré. Qu'avait-il provoqué ? La culpabilité l'envahit. La voir partir lui devint insupportable... Il baissa ses yeux embués de larmes, pour fixer le sol. Allez, Little Boy, emporte-le comme à Hiroshima... Le coeur brisé... c'était tellement douloureux, si violent, si inhumain. Ethan essaya de contenir tout ce qui lui passait par la tête. En quelques secondes, il avait détruit bien plus qu'une amitié. Pourquoi le Doc n'était pas là pour lui faire remonter le temps, comme il le faisait avec Marty dans Retour vers le futur ? Pourquoi Captain America ne venait-il pas le protéger avec son bouclier ? Injuste... tragique... tant de mots auraient pu qualifier cette situation. Catalina, son petit chat allait claquer la porte et le laisser seul, dans un endroit désert.

Il attendit le bruit, comme un enfant se terre sous ses couvertures pour patienter jusqu'à la fin de l'orage. Il ferma les paupières, et une larme s'échappa. Elle roula sur sa joue mal rasée, freinée par les poils, avant de se jeter dans le vide et de s'exploser en mille petites perles sur le sol du restaurant. Lui, un gaillard auquel pas grand monde se serait frotté, il pleurait. Son âme souffrait des conséquences de son acte. En silence, sans un sanglot car il contenait tant bien que mal le flux d'émotions qui épuisait son énergie. La porte ne claqua pas. Hésitait-elle ? Il releva la tête et ouvrit les yeux juste au moment où elle mit une main sur son torse. Il plissa légèrement les sourcils, ne pouvant cacher la surprise dans son regard azur. Qu'est-ce qu'elle allait faire ? Lui mettre une gifle pour l'humilier en public ? Venger sa précédente déception amoureuse sur lui ? Ethan se laisserait faire, parce qu'il l'aimait, il préférait qu'elle le détruise plutôt que l'inverse. Elle se mit à parler... pas d'alcool dans le cocktail... quel imbécile... il s'était enfoncé tout seul. L'excuse, formulée dans la précipitation, gardait très peu de réalisme. Il pouvait faire mieux mais en même temps, il paniquait. L'embrasser... quelle folie ! Elle n'avait pas du tout apprécié. Turner avait l'esprit embrouillé, pris au piège par sa tourmente. Est-ce qu'elle lui reprochait la fausse excuse ou bien tout ? Il n'osa pas s'aventurer à un pronostic, ça suffisait pour ce soir. Elle lui demanda s'il acceptait de rentrer et de parler posément de cela à la maison. Pour Ethan, ce fut pire que tout. Il ne se permit pas de la toucher, de crainte que cela ne joue en sa défaveur. Elle allait sans doute lui demander une vrais explication et rien ne serait plus dur que de s'expliquer dans leur foyer. La voix enrouée, il lui répondit donc :

- Je ne voulais pas te blesser... te faire du mal... j'ai tout gâché... je m'en veux à un point que tu ne peux imaginer... Je... j'ai dit une connerie... ce n'était pas l'alcool, j'ai... dit ça... pour m'excuser... sans réfléchir... pardonne-moi... je pense que je devrais te ramener à la maison et dormir dans la voiture... si tu veux bien...

Il essuya ses yeux d'un revers de main. Prévenant et désireux de ne pas la braquer davantage, il poursuivit, en l'éloignant d'elle, comme si son contact brûlait tout son être.

- Ce n'est pas de ta faute... je comprends... j'ai réveillé de très mauvais souvenirs, je l'ai fait au pire moment pour toi... je suis le seul responsable. Je suis le pire ami que tu puisses avoir... j'ai essayé d'être bien, j'ai tenté de faire au mieux... pour que tu sois heureuse... mais j'ai échoué... Je... je crois que je devrais m'éloigner de toi. Je suis... J'ai... je t'aime... chaque fois que je te vois, j'ai l'impression que mon monde s'arrête... je n'ai pas oublié ce qu'on s'est dit cette fois là... tous ses mots résonnent encore à mes oreilles. Je ne pourrais plus vivre avec toi et me regarder dans le miroir en me disant que je t'ai encore menti... je refuse de te blesser... je ne le supporterais pas.

Il avoua à demi-mot, la voix brisée :

- La vérité, c'est que l'alcool n'y est pour rien. J'avais envie de t'embrasser depuis nos premières retrouvailles... je pensais être assez fort pour résister et rester simplement ton ami. Je me suis trompé, j'ai été faible, je n'ai pas su me contrôler. Et maintenant, tu me hais probablement plus que moi, parce que je te fais du mal... je sais que ça n'y changera rien, mais je suis profondément, sincèrement désolé.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Mer 11 Fév - 18:51



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Sous le choc des révélations, Catalina avait réagi rapidement, peut-être de manière trop impulsive, en prenant ses affaires et en partant. Elle n’avait pas conscience de ce qu’avait pu ressentir Ethan, alors qu’elle l’avait laissé seul, seul avec les différentes pensées qui avaient pu traverser son esprit, ses interrogations quant à ce qu’elle avait voulu dire en exprimant son besoin de partir. Ce qu’elle voulait juste, c’était s’éloigner afin de mettre tout ceci au clair, sans réagir sur un coup de tête et ne pas ruiner tout ce qu’ils avaient mis si longtemps à construire, à savoir un cocon dans lequel la blonde s’était réfugiée après sa terrible déception amoureuse, de laquelle persistait quand même un détail non négligeable, à savoir sa grossesse. Cet enfant qui n’avait qu’elle au final, mais aussi son colocataire, celui qu’elle avait toujours connu à ses cotés, et pour lequel elle ressentait quelque chose, sans pouvoir toutefois mettre un nom concret dessus. Mais c’était bel et bien ce sentiment qui l’avait poussée à faire demi-tour, et ne pas le laisser désemparé, comme lui avait agi il y a quelques mois de cela. Une chose qu’elle n’avait pas du tout imaginé que revenir auprès du brun lui ferait voir ce qu’elle n’avait jamais vu auparavant, une larme sur sa joue, une larme qui lui brisa le cœur, lui faisant comprendre au passage que son acte non contrôlé aurait pu avoir bien plus de conséquences négatives, comme il en avait déjà actuellement. Jamais elle n’avait voulu lui faire de mal, et c’était encore le cas à présent, et c’était sans doute pour cette raison qu’elle avait parlé calmement, même si elle avait démonté son excuse aussi vite qu’un courant d’air pouvait abattre un château de cartes. Le cœur de Cat s’emballait à son toucher, et elle se sentait défaillir de par les mots qu’il avait prononcés. Elle ne tenait pas à ce qu’il s’éloigne, qu’un éventuel fossé ne se creuse entre eux et ne les éloigne définitivement. Parce qu’à cette vitesse, c’était ce qui allait arriver, et la blonde ne pourrait pas le supporter, surtout pas avec le ton de sa voix. Essayant de ne pas craquer à son tour, elle murmura « tu ne m’as pas blessée, s’il te plait, ne le prends pas de la sorte. Et il est hors de question que tu dormes dans ta voiture, c’est si tu fais ça que je ne te le pardonnerai pas, je préfère te prévenir » . Pour le coup, elle se moquait quelque peu que les regards des couples présents ne se tournent vers eux et que leurs paroles ne parviennent aux oreilles indiscrètes qui s’évertuaient à comprendre la scène qui avait lieu. Elle-même ne savait pas ce qui se tramait, et elle finit par laisser couler les larmes, quand il l’avait éloignée d’elle, comme s’il la repoussait définitivement. Cat commençait à comprendre, et les pièces du puzzle s’étaient assemblées, un peu comme par magie, avec la remémoration de l’instant qu’Ethan avait mentionné. Oui, elle avait prononcé ces mots, et à cette époque là, ils étaient différents de ce qu’elle ressentait maintenant, mais elle n’arrivait pas à le formuler, surtout qu’elle se sentait repoussée dans ses propres retranchements, sans possibilité d’atteindre Ethan. Essuyant les larmes qui coulaient, elle baissa le regard hâtivement avant de le relever doucement. « Ethan, je n’ai jamais voulu ça. Et tu ne réveilles pas les pires souvenirs, je veux dire, tu sais très bien ce qui s’est passé, et nous deux, ce n’est pas ça, je veux dire, pas de mensonges du même genre. Alors, on va mettre les choses au clair. Tu n’es pas un mauvais ami, non, tu es le meilleur qui puisse exister, la preuve par ta présence, malgré tes sentiments pour moi, pour nous,, bien que ce ne soit pas ton enfant » . Sa voix s’éteignit, alors que des sanglots commençaient à apparaitre. Toutefois, elle se reprit, et poursuivit « je ne veux pas que tu t’éloignes, s’il te plait, ni que tu quittes notre chez-nous, sauf si tu le souhaites réellement. Je me rappelle aussi de ces mots, Eth, Et tu ne m’as jamais menti, tu n’as pas avoué clairement tes sentiments par le passé, ou alors je n’avais pas compris, mais une chose est sure, tu n’es pas responsable de tout ceci» . Le ceci qui s’avérait être un véritable fiasco, alors qu’ils étaient partis pour répondre aux envies énormes qui étaient apparues. Et plus les révélations arrivaient, plus elle se sentait défaillir, non pas perdue, cependant les battements de son cœur semblaient vouloir la mener sur une réponse, sur une voie précise. Catalina se tourna un peu, alors qu’elle tremblait légèrement. « Je ne te hais pas, bien au contraire » , réussit-elle à murmurer, et alors qu’elle ouvrait la bouche pour continuer, une des serveuses s’avança vers eux, pour leur confier ce qu’elle avait réglé. « je comprends très bien ce que c’est, je veux dire des futurs parents… » . Catalina lui avait adressé un sourire, avant qu’elle ne les laisse à nouveau seuls. « On ferait mieux de sortir, s’il te plait.» . Et c’était sur ces paroles qu’elle s’était dirigée vers la sortie, le sentant juste derrière elle. Une fois la porte passée et après quelques mètres réalisés, la blonde s’était retournée vers Ethan, en posant son index sur ses lèvres. « L’alcool n’a jamais été un remède, aussi bien pour chasser les idées noires ou pour se donner du courage. Peu importe ce qui t’a poussé à le faire, je veux dire, à franchir une limite, cette limite. » . Venant lui caresser la joue doucement, elle finit par murmurer « on rentre à la maison, maintenant, et surtout ne t’excuse plus, sinon, je vais devoir te faire taire. Après tout, il est vrai qu’on a toujours été fusionnels, et que même le temps n’a pas changé cela.» . Elle soupira, et finit par s’avancer jusqu’à être très voire même trop, les lèvres d’Ethan l’attirant réellement. Venant les effleurer doucement, elle osa plonger son regard dans le sien, avant de faire un pas en arrière. « Là, c’est à moi d’être désolée, et de te demander d’oublier, si c’est ce que tu veux réeellement. » . Elle n’avait absolument pas agi de la sorte pour lui rendre la pareille, mais pour vérifier que les papillons apparus dans son ventre lors du premier contact revenaient, et tel était le cas en la réconfortant ou l’effrayant bien davantage. Comment affronter ce qu’elle ressentait, alors que jusqu’à présent, elle l’ignorait ? Elle se le devait quand même, que ce soit pour Ethan, mais aussi pour eux…
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Ethan P. Turner
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 26/10/2014
▌MESSAGES : 21
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Stephen Amell


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Dim 8 Mar - 1:30



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
A mesure que les minutes passaient, Ethan se sentait submergé par plusieurs émotions. La peur prédominait. Rentrer... oui, retrouver sa couette Marvel et se terrer dessous en serrant contre lui ce bonnet, qui appartenait à Catalina et qu'il lui avait piqué pour le planquer sous son oreiller, afin d'en respirer l'odeur dans les moments de doute et de crainte qu'il pouvait traverser. L'objet était devenu comme un doudou, rassurant, avec lequel, au fil des mois, il s'était surpris à s'endormir, apaisé. Ainsi armé, il attendrait que la tempête passe, que le cauchemar se termine. Parce que dans sa tête, il voyait déjà leur amitié se rompre, la jolie blonde lui en voulant énormément d'avoir osé... l'embrasser. Il se rappela de cette traduction d'Astérix le Gaulois qu'il avait lue. En grand fan de BD qu'il était, il ne pouvait passer à côté de la culture française, très... rustique, mais drôle pour quiconque s'intéressait un minimum à la Rome Antique. Cette poignée d'irréductibles résistants ne gardait qu'une crainte absolue : que le ciel lui tombe sur la tête. Enfant, Ethan rêvait d'atteindre les étoiles, il voulait construire une grande tour à travers les nuages pour rejoindre Vénus, et les autres... En grandissant, la réalité l'avait rattrapé. Mais ce beau bâtiment, il l'imaginait toujours, pour lui-même. Comme autrefois, lors du 11 septembre, l'Ethan Tower avait été percutée de plein fouet. Pas par un avion, son monde de gosse candide, d'ami secrètement amoureux avait volé en éclat à cause d'une étoile blonde. Il se persuadait d'une chose, c'est qu'il avait copieusement merdé...

Le doute s'installa cependant dans son esprit. Catalina essayait de le rassurer, de lui faire comprendre qu'il n'y était pour rien. Limite, elle lui avoue qu'elle pouvait le comprendre, qu'elle était prête à pardonner le geste. Elle ne laissa pas filtrer une once de réciprocité, en tout cas c'est comme ça que le jeune homme le perçut. Il aurait du s'y attendre... Qu'est-ce qu'une belle femme comme elle pouvait bien trouver à un pauvre type encore gamin et maladroit comme lui ? A son âge, il dormait encore avec une peluche et il s'amusait avec des légos ! Il était spécial, à part, loin de ces mecs ultra-virils qui se grattaient les bonbons devant leur console de salon. Loin de ces ambitieux qui privilégiaient leur carrière ou leur égo. Loin de ces fumiers qui laissaient tomber les femmes après s'être physiquement soulagés. S'était-il bercé d'illusions ? Il se sentait mal, comme s'il avait reçu une flèche en plein coeur. L'idée qu'elle ne ressente rien, eut tôt fait de le faire souffrir. Tellement qu'il en oublia qu'elle cherchait à le rassurer, à lui faire comprendre que tout cela n'était pas un drame. Au fond, il en accepta même l'idée de finir tout seul, comme un idiot. Dans une autre vie, il avait probablement du accumuler du mauvais karma, fait des choses horribles qu'il payait désormais. Il ne voyait pas d'autres explications.

Ils sortirent du restaurant. Ethan avait une démarche hésitante, un peu repliée sur lui-même. Il ne se sentait pas à l'aise du tout. Quand elle se retourna, il se demande si cette fois, elle allait la lui coller cette gifle... Au lieu de ça, elle posa son doigt sur ses lèvres et relativisa encore une fois. Quelque chose clochait... pourquoi n'était-elle pas en colère ? Il avait déjà vu son petit chat s'énerver et en principe, elle n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Faire durer ce plaisir malsain, ce sadisme, ne lui ressemblait pas du tout. Et si finalement, elle restait indifférente ? Comme si on l'avait poignardé en plein coeur, Ethan pâlit légèrement. Il aurait mille fois préféré lui inspirer de la haine, de la violence... au moins, s'agissait-il de sentiments... Comme une ultime torture, elle s'approcha, leurs lèvres se trouvant toutes proches. Si ça n'avait tenu qu'à lui, Turner l'aurait embrassé une nouvelle fois, ce désir là le brûlait de l'intérieur. Mais vu ce que ça avait provoqué, mieux valait ne rien faire. Elle dut percevoir son trac, une goutte de sueur coula le long de sa tempe. Sa gorge était tellement sèche qu'elle ressemblait à un désert. Quand elle effleura ses lèvres, il ne put s'empêcher de réagir, de bouger les siennes pour l'embrasser. Comme un cyclone elle se retira. Nouvelle gifle pour le jeune homme qui se sentit encore plus con qu'avant. Oublier ? Impossible... même s'il le souhaitait. Dans le jargon on appelait ça un vent... d'autant plus cruel qu'il ne le vit pas venir. Comme pour se protéger de tout ce qu'il venait de vivre, Ethan tenta de faire un sourire et cela vira au pathétisme absolu, davantage à la grimace... Il avait beau essayer, le fait qu'elle se soit ravisée, à la dernière minute. Et maintenant, c'était lui qui crevait d'envie de l'embrassait, de passer sa main derrière sa tête et de s'approcher pour ne plus se séparer de ses lèvres. Il n'en fit rien. Il regarda ailleurs. Sur son visage, on sentait bien qu'il n'était pas à l'aise du tout.

- Je crois qu'on devrait rentrer... tu... tu vas attraper froid et avec le petit bout... ça n'est pas bon...

Avant qu'elle ne puisse répondre, il se pressa pour arriver jusqu'à la voiture. Il lui ouvrit la portière, toujours en parfait gentleman pour qu'elle s'installe. Puis quand elle fut à bord, il monta à son tour. Il était nerveux. Il s'y reprit à trois fois pour mettre le contact. Le moteur démarra. Il n'avait pas adressé un regard à la jeune femme. Deux vents en une soirée... ça lui suffisait. Vite, sa couette, son lit, son cocon rassurant ! La voiture roulait tranquillement. A chaque feu rouge, il s'installait un silence pesant, qu'il décida de rompre, en changeant totalement de sujet :

- Je ne sais pas pour toi mais j'ai bien mangé, c'était excellent. Je retiens l'adresse, ce sera sympa d'y revenir, un de ces quatre matins...

Il se mordit la lèvre... Y revenir supposait qu'ils restent ensemble. Ce qui, au vu de cette soirée, s'avérait peu probable... Il bouillait à l'intérieur. Il n'avait pas envie de la perdre. Il faisait abstraction de ses paroles, et pourtant, elles auraient pu l'aiguiller. Mais ce n'était pas facile pour lui. Il aimait pour la première fois et outre sa maladresse, il avait un peu peur de ce monde d'adultes. Comme Peter Pan. Ils arrivèrent assez rapidement chez eux. Turner se gara et coupa le moteur. Timidement, il demanda :

- Tu es sûre que tu ne veux pas que je reste dans la voiture ? Je me sens tellement mal... je ne voudrais pas t'importuner...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Catalina L. Harper
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/09/2014
▌MESSAGES : 167
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Kristen Bell
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina) Jeu 12 Mar - 13:08



Catalina ∞ Ethan
Elle a des envies... balèzes !
Catalina était loin d’être une femme indécise, bien au contraire. Elle avait toujours eu une idée précise de ce qu’elle avait voulu faire, à savoir son métier. Et puis, il y avait cette zone d’ombre sur bien des points, comme son avenir qui ne se résumait pas qu’à construire et prévoir des bâtiments, des demeures ou tout autre bien qui appartenait au domaine de l’immobilier. S’il n’y avait que cela, la blonde serait en quelque sorte sauvée, mais la réalité était toute autre, dans la mesure où me domaine personnel de son existence se révélait être beaucoup plus compliqué, plus complexe qu’elle n’aurait pu le soupçonner. Ethan avait réellement été son port d’attache, sa stabilité, celui qu’elle connaissait depuis des années, avec lequel elle vivait également.  et là, tout ceci semblait basculer si brutalement qu’elle était en train de penser à une éventuelle malédiction, ou alors au fait qu’elle avait de réelles difficultés à constater des éléments qui étaient plus qu’évidents, comme le sens des mots qui avaient été prononcés il y a quelques mois de cela. C’était tel un puzzle qui s’était assemblé, ainsi qu’une prise de conscience de sa part quant aux sentiments qu’elle éprouvait pour ce brun, si parfait à ses yeux, l’homme qu’elle pourrait mettre aisément au sommet de sa check-list, tant il possédait le maximum de qualités qu’elle appréciait chez un homme. Sans s’en rendre compte, la blonde avait eu l’homme parfait à ses cotés, et trop occupée à ne plus croire aux contes de fée, elle était sans nul doute passée à coté d’un prince charmant. Si elle s’était posé un tas de questions quant au fait qu’il soit toujours célibataire, ce mystère s’éclaircissait et la future maman était partagée entre un réel soulagement et une inquiétude soudaine pour la suite, tant rien ne semblait plus aller et que tous les mots qu’elle avait pu prononcer ne décantait en rien la situation, bien au contraire. Catalina n’avait nullement ressenti le besoin de s’agacer, de le blesser de par des mots qui auraient été plus que durs et totalement inutiles, non et puis, elle n’aurait pas été sincère. Certes, une réelle tempête s’était levée en elle, balayant au passage toutes ses certitudes vis-à-vis d’un train-train dans lequel elle se complaisait. Peut-être trop même. Néanmoins, si elle avait essayé de l’apaiser, de calmer le jeu en tentant de lui faire comprendre que tout ceci n’était pas si grave, qu’elle était presque sur la même longueur d’onde, la situation ne se décantait pas, et avait plutôt tendance à s’enliser dans quelque chose que la blonde n’appréciait guère. Ce simple effleurement de lèvres l’avait confortée dans cette découverte inédite, cette révélation qui avait été en quelque sorte un rayon de soleil dans les Ténèbres qui n’avaient cessé de l’entourer depuis un petit moment déjà. Mais elle avait été effrayée de le perdre, de tout réduire à néant alors qu’une petite voix l’intimait qu’elle ne risquait rien, que le bonheur était à portée de mains, et elle l’avait effleuré du bout des doigts avant de faire machine arrière. Qu’est ce qu’elle faisait là ? C’était du n’importe quoi, et elle s’en voulait, surtout en sentant le brun être plus que mal à l’aise, rien que par le fait qu’il ait détourné le regard sans compter le fait qu’elle le connaissait par cœur. Même quand il se montrait prévenant, elle n’avait qu’une envie : l’embrasser, le remercier et de faire table rase de ses doutes, de ses questions sans réponse. Essayant de contrôler au mieux sa voix, elle ne put que murmurer « je… tu as surement raison, même si le petit bout ne craint pas grand-chose… » . La blonde avait soigneusement évité son regard, alors qu’elle se rendait compte que ses propos se montraient relativement froids, ce qu’elle n’avait pas voulu. N’ayant pas le temps de tergiverser sur ce qu’elle avait dit ou fait, Ethan était parti direction la voiture, dans laquelle elle était rentrée, après que le gentleman lui ait ouvert la portière. Comme une élève modèle, la blonde avait posé ses mains sur ses genoux, regardant par la vitre le paysage urbain. A vrai dire, c’était un moyen comme un autre d’éviter la confrontation ou alors une discussion qui ne les ferait nullement avancer, du moins à son avis. Le silence pesait, et Cat n’avait qu’une envie : pleurer et se cocooner dans son lit afin de laisser libre-court à ce flot d’émotions qui la submergeait et qui risquaient à coup sûr de l’engloutir si un fossé se creusait entre eux. Et puis, il y avait eu cette petite réflexion de la part de son colocataire, qui avait attiré un léger sourire de sa part. C’était du Ethan tout craché, celui qu’elle adorait réellement et bien plus que cela. « Pareil. C’était vraiment délicieux. Et encore, on a les restes, donc de quoi en profiter encore. » . Des mots qui étaient sortis machinalement, ceux dont elle avait l’habitude de prononcer avec son colocataire, mais était-ce bien approprié vu la situation ? La blonde s’était alors mordu la lèvre, en se disant qu’elle se devait de faire plus attention, tant tout était assez complexe. Perdue dans ses pensées et ses interrogations, elle n’avait pas vu qu’ils étaient arrivés à destination, autrement dit en bas de chez eux. Cela était passé si vite, du moins cette soirée ou le trajet, son esprit était totalement confus, mais s’était éclairci dès lors que le brun avait parlé. Cat avait secoué la tête, refusant cette simple idée qu’elle avait réfutée pourtant précédemment. Fallait-il qu’elle ne trouve les bons arguments ? Si tel était le cas, alors elle le ferait. « Ethan, je te l’ai déjà dit. Tu ne m’importunes nullement tout comme tu n’as pas à te sentir mal. Crois-tu réellement que je dormirais tranquillement si je te savais dans le froid, mal à cause de moi ? » . Ses yeux s’embuèrent, et elle ne put qu’ouvrir la portière et quitter ce véhicule, tenant à s’arrêter là, et ne pas s’effondrer ou pleurer devant lui, une nouvelle fois. la blonde s’était pressée de monter rapidement dans leur logement, en se demandant si elle ne devait pas faire ses valises et partir, quitter tout ceci, ce paradis qui se transformait petit à petit en enfer, et elle ne pouvait rien changer, ou du moins, elle ne savait pas quoi faire. Entendant un bruit, elle n’avait pu que réagir en allant voir qui cela était, même si la réponse était plus qu’évidente, il fallait bien le reconnaitre. Une larme perla dès lors qu’elle s’était retrouvée face à lui, et les mots commencèrent à sortir « je ne supporterai pas ça, je veux dire ce gâchis. On a passé des années sans se voir, et puis la vie nous a réunis à nouveau, comme un signe. Ne me dis pas que tu restes dans ta voiture ou que tu quittes notre chez-nous, pas après notre soirée, pas après tes aveux…» , tel un flot qui ne s’arrêtait pas. Pourtant, elle enchaina « j’ai peur, peur de te perdre, peur qu’on ne se précipite trop vite, alors qu’on a tant attendu. Peur que le je t’aime que j’ai prononcé ne soit bel et bien vrai et qu’il ne traduise la raison pour laquelle j’ai envie que tu restes, j’ai envie de dire que j’ai de la chance de t’avoir..» . les sanglots l’arrêtèrent, et elle tentait de regarder Ethan dans les yeux, bien que sa vue soit plus que brouillée à cet instant précis.
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina)

Revenir en haut Aller en bas

Elle a des envies... balèzes ! (FT. Catalina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Manhattan :: Midtown :: Times Square-