Partagez|

thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Melody L. Dashwood
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 09/07/2014
▌MESSAGES : 345
▌AGE DU PERSO : 26
▌CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Dim 9 Nov - 19:24

ALVIN & melody
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
Quelques heures avant de partir, nous avions trouvés une voiture pas trop chère à vendre d’occasion et payant cash, nous avions pris la route. C’était parfait juste pour le voyage et vraiment merdique mais assez présentable quand même. Une voiture classique d’occasion dans un concessionnaire du style… le monsieur papa de Matilda mais moins arnaqueur bien entendu. La voiture fonctionnait bien enfin j’espérais. Une fois sur la route, je m’étais endormie simplement. Croyez-le ou non, je m’étais laissé aller à dormir la tête sur son genou. Je m’en fichais d’être trop proche ou même enfin soit, j’avais besoin d’un petit coussin car il était bien plus confortable que le siège de l’auto qui semblait être trop dur, trop dur. Je m’étais réveillée à l’arrivé. Les hamptons n’étaient pas vraiment loin mais j’avais eue du mal à ne pas céder à un matelas confortable une fois que j’étais arrivée à l’hôtel. Je voulais simplement dormir et me poser quelques heures. C’est ce que j’avais fait pour finir par me réveiller alors que le soleil brillait de milles feu pour prendre ma petite dose d’insuline quotidienne. La journée se passait au mieux, je ne saurais plus ce que j’avais mangée mais ce que je savais ? C’était que j’avais fait exprès de faire un défilé de maillot de bain dans la chambre d’hôtel sous ses yeux… il n’était peut-être pas attentif mais… voilà. Le juge de la tentative avait statué sur son sort, il avait statué que j’allais devenir son fantasme et je ne comptais pas y aller de mains mortes. Mon regard allant parfois vers lui, je voulais lui faire chavirer le cœur. Je n’y allais pas de main morte mais cependant, je savais que nous allions commencer la soirée par aller chez Edward, cet apparemment que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam. J’étais un peu stressée, totalement même. La dernière fois que nous avions été dans une sorte de situation périlleuse, j’avais couchée en me forçant un peu avec mon fiancé et j’avais dû dévaler des escaliers en sous-vêtement. Loin d’être la tenue adéquate pour fuir des hommes armés. Enfin disons que j’étais pressée d’en avoir finie. Pour me détendre, j’avais profitée d’une belle baignade dans la piscine… Bah quoi, j’ai le droit… non ? Et plouf, telle une sirène, j’avais encore profitée de mes atouts pour rejoindre Alvin tandis que le soleil se couchait. Je n’avais dormi que quelques heures, pas tellement mais assez que pour me sentir en forme. « Je suis prête ! », lui disais-je encore mouillée et vêtue d’un bikini rouge vif comme la couleur de l’hémoglobine. J’étais sanguinaire. Et oui. C’était mieux qu’un bikini avec un petit poussin sur les fesses qui dit : picores-moi, non ? Je me changeais alors enfilant une robe noire assez ample mais courte pour me déplacer facilement que j’avais récupérée chez moi et des ballerines tandis que tout allait commencer. Oui, tout. Une fois sur place, je regardais à nouveau l’adresse en sortant de la voiture. Je restais attentive. Pas de lumière, pas de voitures et personne dans le coin. Nous avions peut-être une longueur d’avance ? Je n’en savais rien mais je l’espérais. Je n’y connaissais rien après tout, c’était Alvin le pro. « Et comment on va rentrer ? », demandais-je alors à celui-ci en avançant vers la porte. Et prions pour qu’Edward ai bien quitté le navire… J’avançais alors vers la porte de l’immeuble et grimpant les marches juste devant.


Hear my heart burst again
For this is the end I've drowned and dreamt this moment. So overdue, I owe them. Swept away, I'm stolen. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall. Face it all together.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Jeu 20 Nov - 15:37




J'ai rien à faire là. Bonjour !

Il faut bien reconnaître que l'invention du GPS sur les smartphones est une idée merveilleuse. Si personne ne l'avais inventé, je ne sais pas comment j'aurais fait. Je crois qu'à la base, c'était pour les retrouver plus facilement en cas de vole... Mais j'avais quelque peu détourné cette fonction. Moi, on m'avait volé ma collègue de travail, mon amie et ma patronne. Oui bon... C'était une seule et même personne, mais quand même ! Je m'étais retrouvée à devoir m'occuper de la librairie toute seule et ce n'était pas une chose facile ! Surtout que je n'avais vraiment plus aucune nouvelle de Melody... Elle ne me donnait pas de signes de vie et je m'inquiétais pour elle. J'étais même passée chez elle, mais elle n'y était pas... Alors ce soir-là, quand elle avait enfin répondu à un de mes nombreux messages, je n'avais pas pu m'en empêcher... Oui, j'avais été une vilaine fille et j'en avais profité pour retracer son appel. Assise confortablement dans mon canapé avec mon ordinateur, ça ne m'avait pris qu'une dizaine de minutes. J'avais conscience que ce n'était pas légal, mais elle était tellement floue dans sa réponse que je m'inquiétais encore plus pour elle. Pourquoi être partie comme ça d'un coup ? Sans rien me dire qui que ce soit. Ça ne lui ressemblait pas du tout. Enfin... Elle était mystérieuse depuis quelque temps, mais à ce point-là ? Non, elle qui me racontait tout, d'habitude... Il devait forcement, il y avoir quelque chose... Je ne savais pas quoi, mais j'étais bien déterminée à le trouver. Je pouvais comprendre qu'elle n'ait pas envie de me parler d'un truc, mais si elle décidait de quitter New-York la moindre des choses, c'était de me prévenir, non ? Surtout qu'Alvin avait lui aussi disparu de la circulation, comme par hasard. Je la retrouvais donc dans les Hamptons... Encore une fois, je fus plus que surprise. Que pouvait-elle bien faire là-bas ? Si c'était juste pour prendre des vacances, je ne voyais pas pourquoi elle me l'aurait caché. De plus en plus louche, cette histoire... Je décidais de prendre un taxi le matin même pour aller la rejoindre, décidant de fermer la boutique pour un jour ou deux. Je ne pouvais pas prendre ma voiture, j'étais incapable de conduire sur tout le chemin toute seule, je ne voulais pas prendre de risques innutiles. Oui, ce qu'elle faisait là-bas ne me regardait peut-être pas, mais je devais tout de même savoir. Je m'en fichais si elle me foutait dehors dès qu'elle me voyait ou si elle me gueulait dessus parce qu'elle ne voulait pas me voir ou parce que j'étais allé trop loin, je voulais juste voir si elle allait bien. Cela pourrait sembler fou, mais cette femme, je la connaissais depuis des années, elle connaissait toute mon histoire, toute ma vie et j'en savais presque autant sur elle. Je ne voulais pas la perdre, c'était aussi simple que ça. On dit souvent que l'amour pousse à la folie, mais ce qu'on ne dit pas, c'est que c'est le même principe pour l'amitié. Sur le trajet, je m'endormais. La banquette arrière d'un taxi peut-être un très bon lit, vous savez ? Je ne dormais pas très longtemps après tout, j'avais déjà fait ma nuit juste avant. Pour le reste de la route, je discutais avec le chauffeur. Un type charmant qui était content de ne pas se contenter de petits trajets dans la ville pour une fois. Il aimait plus les grandes distances. Grand bien le fasse, moi, je n'avais qu'une envie, c'était d'arriver. Alors que l'on arrivait sur la fin de notre route, il me demandait exactement où il devait me déposer... Très bonne question... Je n'en savais rien. Me servant de mon téléphone, je retrouvais à nouveau mon amie, mais le petit point rouge bougeait... Je communiquais le mouvement à mon nouvel ami Jeff... Oui, c'est chouette Jeff, appelons Jeff. Il me déposait dans cette rue au moment où Melody grimpait des marches en direction des portes d'un immeuble. Je payais généreusement le taxi avant de sortir un grand sac à la main. Bah quoi ? Je n'allais pas venir les mains vides non plus. Puis... Je ne me baladais jamais sans mon PC, il fallait bien que je le mette quelque part. Bref, je me dirigeais vers mon amie, l'appelant : "Melody !"

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 13/10/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Matt Bomer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Dim 7 Déc - 9:19

ALVIN & melody
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
Alors que Melody avait la tête posé sur mes genoux, je conduisais en direction des Hamptons dans cette voiture bon marché que j’avais pu acheter avec l’argent de cette nuit de folie. Je ne disais rien mordant plutôt le côté de mon pouce gauche, alors que je tenais le volant de la main droite. Il s’était passé bon nombre de choses, que je ne saurais expliquer. Un bref regard sur son visage assoupit, je poussais un soupire. Moi qui avait souhaité me rendre seul dans cette villa, voilà qu’elle se trouvait à m’accompagner. Plus tête de mule, il n’en existait aucune. Nous étions arrivés en milieu de matinée. J’avais loué une chambre dans un hôtel coquet, quelque chose dans notre budget qui avait meilleur allure que le motel miteux qu’on venait de quitter. Je l’avais laissé dormir, alors que j’étais descendu boire un coup. Il est bel et bien dix-sept heures quelque part, non ? Un verre de Jack en main, je regardais la lettre qu’elle avait trouvé où se trouvait l’adresse d’Edward. Je ne m’étais pas éternisé, après mon second verre j’étais retourné dans la chambre. Contrairement à New York, nous étions un tant soit peu plus libre de nos mouvements, mais je tentais de rester vigilant pour deux. Pendant, qu’elle s’amusait à essayer une garde robe complète de maillot, j’étais assis sur le rebord de la fenêtre. Je tentais de ne pas trop la regarder, je savais que ce n’étais pas bien. Pas bien pour moi ? Pour elle ? Je l’ignorais toujours, mais je sentais toujours le contact de sa peau sur mes doigts. Si je continuais de penser à cela, je n’allais pas tenir bien longtemps. Devais-je capituler ? Je n’en avais pas la moindre idée. Tout ce que je savais c’était ma crainte de la prendre pour substitut de Katherina. Je la laissais donc faire son petit manège, alors que ma tête était appuyée sur la vitre et que mon regard dérivait sur sa silhouette se formant sur le verre. Je n’avais jamais été sage, mais que voulez-vous aucun homme, même avec de bonne pensé, pouvait résister à ce spectacle. Je l’accompagnais à la piscine, trimballant avec moi mon ordinateur que j’avais toujours. À mon tour je m’étais vêtu d’un maillot acheté dans une boutique de l’hôtel. Si peu de tissus qui m’avait couté la peau du cul et qui franchement ne cachait pas grand-chose moulant les formes de mon bassin. Je n’aurais jamais acheté ce genre de maillot en d’autre temps, mais voilà quand on n’a pas le choix. Intérieurement, je me promettais de brûler ce truc une fois sortie de cet endroit. Sur le rebord de la piscine, je la laissais faire mumuse dans l’eau, tandis que je cherchais de quelconque information sur la demeure secondaire d’Edward et plus. Je laissais mon regard divaguer sur une vidéo de Katherina prise il y a quelques mois où elle me souriait devant un panorama de la ville. Après l’avoir regardé, j’appuyais sur le côté droit de ma souris laissant courir mon curseur jusqu’à « dealete », j’appuyais sans regret. Je voyais la vidéo atterrir dans la corbeille et en instant, je vidais le tout. Me passant une main sur la bouche, je regardais l’écran de mon ordinateur. J’entendais glousser, relevant je voyais deux jeunes filles d’une vingtaine d’années me regarder et c’est à ce moment que Melody revenait m’annonçant qu’elle était prête. Fermant mon PC, je me levais de la chaise longue où j’étais assis pour la suivre. Je ne portais aucun regard à ces deux filles qui nous regardaient. J’avais beau suivre une tigresse, je n’y pouvais elle avait été mis sur mon chemin et peut-être étions-nous fait pour nous rencontrer ? Et dire que je ne lui avais jamais porté un seul regard lors de ces rares fois où mon co-équipier me l’avait présenté. Et dire qu’aujourd’hui j’étais prêt à oublier ma défunte femme pour elle. L’attraction est vraiment quelque chose d’étrange ! Pendant, qu’elle se changeait, j’en profitais pour faire de même enfilant les seuls vêtements que j’avais réellement à part ceux de chauffeur et du club de strip. Je passais mon blouson de cuir sur mes épaules, alors qu’elle sortait. J’avais conduit en silence comme bien d’autre moment de ma journée. Stationnant dans l’allée de terre de la villa d’Edward, je débarquais me dirigeant vers la porte. Je ne l’avais pas regardé, sortant seulement de ma poche une petite pochette contenant des outillages pour déverrouiller une porte. « Avec cela. », avais-je dit en lui montrant l’étui. À priori, Edward n’avait pas encore comprit que nous nous étions diriger vers cette maison. Donc nous avions un certain lapse de temps pour bien chercher. Marchant derrière elle, je montais les marches. J’entendais tout à coup son nom prononcé et c’est par automatisme que je sortais mon arme pour la pointer sur cette personne. Reconnaissant la blondinette travaillant à la librairie, je poussais un soupire. Secrètement, j’avais enquêté sur elle, j’ignorais si elle était du bon côté, mais sachant que ça ne ferait pas plaisir à Melody que je pointe mon arme sur son amie, j’avais rengainé. Passant près de Melody, je lui avais murmuré. « Arrange-toi pour qu’elle parte, tu lui fais peut-être confiance, mais pas moi. Et je n’ai pas envie de devoir me soucié de deux personnes. » Mon regard avait été dure, mais je continuais mon chemin me dirigeant vers la porte pour la crocheter.
Revenir en haut Aller en bas
Melody L. Dashwood
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 09/07/2014
▌MESSAGES : 345
▌AGE DU PERSO : 26
▌CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Mar 9 Déc - 9:17

ALVIN & melody & denytza
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
Dans ma tête, je me sentais comme une acolyte de James Bond. Oui, une James Bond Girl. Enfin plus vite une Alvin Bond Girl mais c’était bien moins sexy avec ce prénom. Il y avait un truc plus crédible dans le James. Mais bon, je m’en fichais car James n’était pas Alvin et aucuns des autres qui avaient campés James Bond n’arrivait à me faire vibrer à ce point. Il ne me regardait pas en me disant deux simples petits mots. Avec. Cela. Rien que ça me donnait des frissons. J’avais clairement envie de le violer sur place même si je n’étais qu’une fille et surtout et bien : on n’était pas là pour ça. Mais merde. Il était comme un bout de steak que je voulais manger depuis bien des jours. Oui, un steak ambulant. Un steak que je ne pouvais pas manger mais bien que je cherchais à le cuire. J’inspirais doucement en regardant alors celui-ci monter les marches. Oui encore un peu en bas, je regardais littéralement ses petites fesses. Non mais arrête… Non mais voyons. J’inspirais doucement en regardant autour de moi et tournant alors la tête en arquant un sourcil quand j’entendais mon prénom. Hein ? Mais qui me connaissait ? Je vis alors la petite tête blonde arriver tandis que j’entendais le taxi partir en trombe comme un voleur. Il devait être pressé de rentrer pour manger son steak de femme. Oui, lui, il pouvait manger sa femme alors que moi, je regardais ce tamia sans pouvoir y toucher mais je ne suis pas sa femme, c’est de suite bien plus logique. Non ? Enfin soit, chut. Sa femme est morte. Imbécile que je suis et oui, je m’insulte toute seule. J’inspirais doucement en regardant alors Alvin quand il pointait le flingue vers elle. « Mais stop ! », disais-je alors d’un ton presque… meurtrier. Non mais on ne pointe pas mon amie d’une arme. Vilain Alvin, vilain. Je pourrais lui taper sur les doigts. Je regardais attentivement Denytza et lui tentant un vague sourire en regardant rapidement Alvin qui me murmurait de la faire partir. J’haussais les épaules en le regardant crocheter la porte. Je regardais aussitôt Denytza. « Mais comment tu m’as trouvée ? Enfin nous, qu’est… pourquoi tu es là ? », disais-je alors en m’inquiétant surtout pour elle mais oui en fait, j’avais totalement peur pour elle. Ce lieu, elle… elle était en danger à mes yeux et je ne voulais clairement pas la mêler à ça. Elle avait déjà assez eue de problèmes dans sa vie. Je prenais tellement de risques en l’invitant. Mais non, je n’allais pas le faire. J’inspirais doucement en passant une main dans mes cheveux et tournant mon regard vers un puis l’autre. Je me sentais un peu… inquiète. Je soupirais doucement en regardant Denytza. « Je… », je soupirais doucement en regardant aussitôt Alvin. Je ne savais clairement pas quoi faire. Non, voilà. Je ne savais même pas du tout comment j’allais faire. Je me sentais totalement perdue et triste aussi car si je dévorais les fesses d’Alvin alors que nous avions une belle vue en direct sur elle tandis qu’il crochetait la serrure. « Le mieux ne pose pas de questions… il n’est pas méchant mais il est… tu vois comme cette client un peu ronchon qui vient tous les dimanches avec un sourire mais arrive à se plaindre dès que l’on lève les yeux ou qu’on péte ? », disais-je en riant doucement. « En moins ronchon, en pas vieux mais en sexy et hot… et même trop sexy ! », je souriais doucement de ce compliment en tournant mon regard vers Alvin. J’approchais en me penchant et regardant aussi au trou de la serrure enfin je me mettais à sa hauteur et je regardais tout simplement ce qu’il faisait en mode fouine. J’espionnais aussi la serrure. « Elle peut rester ? Je t’en prie, je la surveillerais et je la tiendrais même très à l’œil et s’il lui arrive un truc… même une pincette ou une épine dans le doigt, ça sera de ma faute et pas la tienne… je te jure. Allez, dis-moi qu’elle peut rester… j’ai besoin de présence féminine rien que pour une soirée… je t’en prie… je t’en prie… je t’en prie… c’est pas que mes yeux n’en peuvent plus de te regarder mais voir une autre personne vivante et surtout lui parler, ça me ferait tellement du bien… je t’en supplie Alvin. Elle sera sage, je te promets… j’assume les totales responsabilités… », disais-je alors d’un murmure et le suppliant de la voix. Je tournais les yeux vers lui et déposant alors furtivement un baiser sur sa joue. Je souriais doucement contre sa peau et allant à son oreille. « Et promis, j’arrêterais de tenter de te séduire pendant ce temps… profites, c’est donnant-donnant… un pot de colle en plus pour éviter que la première te réchauffe ! », disais-je en riant doucement. Je n’attendais pas de suite de réaction. Je tournais le regard vers Denytza. « Approches, viens regarder la serrure, c’est cool par ici… », disais-je alors avec un sourire espiégle.


Hear my heart burst again
For this is the end I've drowned and dreamt this moment. So overdue, I owe them. Swept away, I'm stolen. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall. Face it all together.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Dim 14 Déc - 12:07




J'ai rien à faire là. Bonjour !

Suivre le signal de son téléphone... Mais sérieusement ? Qu'est-ce qu'il m'avait pris ? J'étais folle... Ouais, c'était peut-être ça... Une stalkeuse qui ne supportait pas que Melody s'en aille. J'étais comme ça ? Non ! J'étais pire ! Même pas vrai ! Je me faisais juste du souci pour elle. Beaucoup même... Mais c'était tout de même bizarre... La plus part du temps, elle n'allait même pas dans la ville voisine sans m'en parler alors là... Faire un voyage au Hamptons ? Sans m'en parler... C'était trop bizarre... Vraiment... Du coup... Je m'étais sentie obligée de la retrouver... Ok... Sur le coup, c'était moi qui étais bizarre... Mais je m'en fichais en fait ! Si je passais pour une dingue ? Tant pis, du moment que je savais que mon amie était en sécurité. Bah... Il faut dire que pendant le trajet, j'avais eu le temps de m'imaginer pas mal de scénario assez... Étrange... Enlèvement... Ce genre de chose quoi... Mon esprit était tordu... Et je vivais avec vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ce n'était pas facile, croyez-moi... Mais bref... Tout ça pour dire que j'arrivais finalement en taxi devant cette villa que je n'avais jamais vu de ma vie. Je me sentais conne en voyant Mélody toute souriante avec Alvin... Ok... Je m'étais peut-être enflammé trop vite... Mais bon... J'étais là maintenant et le taxi s'était déjà fait la malle... Donc je n'avais pas trop le choix, je ne pouvais pas rentrer à la maison... J'espérais juste que je n'interrompais pas quelque chose d'important... Entre eux. Je pas vous faire un dessin non plus ! Voilà quoi... J'appelais mon amie et elle se retournait. Je ne voyais pas l'arme que l'homme pointait vers moi... Heureusement d'ailleurs, car je ne sais pas comment j'aurais réagi ? Je serais parti en courant ? Peut-être. Laissant on sac près de ce que je pensais être leur voiture, je m'approchais de la brunette, montant les quelque marche alors qu'elle me demandait comment je l'avais trouvée. Je baissais la tête honteuse... Je savais qu'elle allait me poser cette question... Mais je me sentais vraiment idiote sur le coup... Je n'aurais jamais dû débarquer... Jamais. "Je... Ton téléphone..." Me contentais-je de dire doucement avant d'ajouter un peu plus fort... "J'ai tracé ton téléphone..." Je relevais un peu la tête, en mode chien battu... J'espérais qu'elle n'allait pas s'énerver. "Désolée ! Je n'aurais pas dû... Mais comme tu avais disparu comme ça sans rien dire... Je me suis inquiétée..." Moi ? Pire qu'un mère poule ? Non... Pas du tout ! Enfin juste un tout petit peu... Mais un tout petit... Comme une poucinette. Elle semblait nerveuse, presque autant que moi, je m'en voulais d'avoir débarqué ici alors que je n'avais clairement rien à faire là... Je riais doucement en l'entendant me parler d'Alvin... Sexy et hot ! Pour ça... Je n'allais pas le contredire... Je l'avais remarqué à la librairie... Il était... Lui quoi ! Indéfinissable. Mais je ne le connaissais pas ou du moins pas assez pour lui faire confiance. Qu'est-ce qu'il faisait ici avec elle et bon sang ! Que foutait-il avec cette porte ! Mais elle m'avait dit de ne pas poser de question... Alors je me retenais. Je les gardais pour plus tard... Quand j'aurais le droit... Mais pour le moment, j'étais comme une enfant en attente de ses cadeaux de Noël, je gardais ça dans ma tête, en suspends, mais je passais à autre chose... "Du moment que lui ne pète pas..." Disais-je finalement en haussant les épaules avant qu'elle ne parte lui dire, je ne savais pas trop quoi, je ne savais pas trop pourquoi... Puis, elle me demandait d'approcher. Je m'exécutais timidement. Qu'est-ce qu'ils faisaient ici ? "Salut..." Lâchais-je pour lui. Je compris en approchant que le beau gosse ici présent était en train de forcer la serrure... Normal... C'était tout à fait normal et nous vivions dans le meilleur des mondes ! Au paradis des bisounours ! Je me risquais à regarder Mélody. "Juste... Pourquoi ?" Demandais-je juste avant que la porte ne produise un petit : clic ! Quelqu'un la poussa et l'on découvrait l'entrée de cette demeure plongée dans le voir... "On cherche quoi ?" Oui... Car on ne débarque pas dans une maison par effraction donc le but de regarder la déco... C'était un minimum logique... Ils devaient forcement chercher quelque chose... Ou pour faire quelque chose...

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 13/10/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Matt Bomer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Sam 3 Jan - 6:57

alvin & melody
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
C’était tel un automate que j’avais sortit mon arme lorsque j’avais entendu le prénom de Melody. Je n’y pouvais rien, j’avais été formé ainsi et j’agissais simplement par défensive. Un - Oh ça va, brûlait mes lèvres lorsqu’elle me disait stop. Je n’avais pas besoin de ce mot pour rengainer mon arme. Je la laissais tout de même se charger de se débarrasser de son amie, alors que je me dirigeais vers la porte. Je tentais de garder ma concentration rivée sur la serrure, tandis que je la sentais là dans mon dos. Je levais les yeux au ciel, elle n’allait jamais me laisser tranquille cette fille ? Déjà qu’elle hantait mes pensées, n’étais-ce pas suffisant pour elle ? Il semblait que non... Je sentais la chaleur de son corps contre le lien. Vil tentatrice ! Fou. Oui, voilà j’étais fou ! Je l’entendais me supplier, roulant mon regard bleuté en signe d’exaspération. Oui, je l’étais, j’étais exaspéré de la voir agir ainsi. Accroupit, je perdais toute ma concentration lorsque ses lèvres touchèrent ma joue. Rougir ? Je n’en avais plus la force, plus après tout ce qui c’était passé entre nous. J’abaissais mes épaules, laissant un soupire lasse sortir de ma bouche en l’entendant appeler son amie. « Très bien elle peut rester, mais fichez moi la paix ! Faites mumuse si vous le souhaitez, parler de trucs de nana, mais par pitié, laissez moi travailler ! », avais-je dit avec lassitude. Je reprenais ma tentative de crocheter la serrure. Aucun regard, aucun son à l’intention de Denytza lorsqu’elle me disait salut. C’était impoli, mais je m’en fichais j’étais trop concentré sur cette porte pour m’arrêter. Un clic et je remballais mes outils. Frottant mes mains l’une contre l’autre, je tournais finalement la poignée laissant un grincement retentir à l’ouverture. Une chance que je savais qu’il n’y avait personne, tout du moins c’est ce que j’espérais. Je poussais la porte, laissant l’odeur des lieux nous frapper. On aurait dit que personne n’avait mit les pieds ici depuis un long moment déjà. J’entrais le premier. « Rien qui te regarde... », disais-je froidement en allumant la lumière de l’entrer. « Je te laisse chercher ici, moi je monte à l’étage. », continuais-je en regardant Melody. Je n’avais pas l’intention de me laisser distraire par la nouvelle venue. Avançant, je tombais sur un cadre où se trouvait une photo d’Edward, Katherina et de moi. J’abordais un large sourire, le bras autour de ma femme. Je savais que je ne devais pas, mais je ne pouvais faire autrement, prenant le cadre je regardais la photo en fronçant les sourcils. Je me souvenais de ce soir là dans le bas des flics. Je poussais un soupire. On fêtait notre nouvelle équipe. J’avais demandé peu de temps avant la main de Katherina. Je regardais nos trois têtes de souillons, un peu trop enivrés par la bière. Dire que je le croyais être mon ami. Au lieu de remettre la photo correctement, je la déposais sur le meuble face contre ce dernier. Je fermais un instant les yeux et glissant mes mains dans mes poches de pantalon, je me dirigeais vers l’escalier qui montait à l’étage. En faisant cela, je prenais le risque que Melody rapporte tout à son amie, mais je lui donnais aussi la chance d’être seule avec elle. Je gravissais donc les marches commençant à fouiller dans les pièces à l’étage cherchant tout ce qui pouvait nous guider pour démontrer qu’Edward était coupable et non moi.

Revenir en haut Aller en bas
Melody L. Dashwood
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 09/07/2014
▌MESSAGES : 345
▌AGE DU PERSO : 26
▌CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Mar 13 Jan - 5:58

ALVIN & melody
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
Parfois je me demande s’il y a encore le bien et le mal… la facilité et la difficulté. Tout me semblait mal en ce moment. C’était un peu comme une folie. Une porte ouverte sur d’étranges situations que je n’avais pas vraiment choisie ou peut-être mais parfois je me demandais simplement pourquoi la vérité m’avait rattrapée. Je me sentais comme… enfin perdue. Etre face à mon présent enfin ma vie, la vraie et pas celle que je vis en ce moment grâce aux yeux de Denytza me faisait du bien mais n’étais-ce pas mon passé ? Je n’en savais rien, j’étais perdue. Totalement perdue. Je ne savais pas trop comment réagir en lui parlant. Qu’est-ce que je pouvais lui dire ? Je n’en savais rien. La situation alors qu’Alvin avait été dans une autre pièce changeait aux questions mais surtout aux réponses pourtant vagues que cette jeune femme me posait. Je ne voulais pas répondre à tout… mais aussi répondre au maximum. Je lui expliquais le pourquoi sans trop rentrer dans les détails pour l’effrayer. J’en disais assez mais pas assez à la fois. Je la regardais dans les yeux mais elle paniquait, je le sentais. Elle me sermonnait. Pourquoi est-ce que j’étais là ? Pourquoi avais-je osée risquer ma peau pour cet homme ? Pourquoi lui faisais-je confiance ? Cette confusion mais surtout ses questions me turlupinait. Je ne savais pas trop quoi dire. Je ne savais réellement pas quoi dire. Je la regardais. Elle s’énervait et je sentais aussi mon ton monter en lui disant de rentrer à New-York. Elle s’inquiétait, oui mais je ne voulais pas qu’elle s’inquiète. Je savais ce que je faisais, oh que oui. J’inspirais doucement en regardant cette femme qui sortait de cet endroit en me disant qu’elle serait là si besoin mais qu’elle ne pouvait pas faire plus. J’inspirais doucement en détournant le regard de cette image qu’il avait regardé avant de monter. Oui, je l’avais vu faire. Je reposais néanmoins ce cadre au bon endroit. J’avais même remarqué qu’il l’avait déplacé. J’inspirais doucement en regardant la pièce. Je regardais alors dans quelques tiroirs, par ici et par là. Je prenais l’intelligence de ne rien toucher pour ne pas mettre mes empreintes partout. Je repensais à cette question : pourquoi risquer autant ? Je n’en savais rien mais je n’avais plus pu m’arrêter à un certain moment. Je continuais de fouiller dans la pièce mais rien. J’inspirais doucement, j’avais la sensation que rien ne se trouverait dans cette pièce. Je posais alors mon regard vers les escaliers. Quittant la pièce, j’y allais tout simplement. Je me souvenais de cette question et du pourquoi. Mon regard se posant intensément sur chacune des marches au fil de mes pas, je me glissais dans la pièce ou il était et je me plaçais net devant lui, occupé ou pas. Je m’en fichais tout simplement. Oui, je m’en fichais. Sans un mot, sans un bruit… je laissais une main se poser sur son épaule et une autre à son cou tandis que dans un élan irréfléchi ou peut-être… réfléchi malgré le nombre de fois où nous avions eus des soucis. Là, je ne le faisais pas pour me cacher de quelqu’un ou même juste… par ce que… enfin je le faisais juste par ce que j’en avais envie. Mes lèvres se rapprochant des siennes pour un baiser volé tout en laissant mon regard chocolat se plonger dans ses yeux bleus… je restais contre ses lèvres. Je ne voulais pas fermer les yeux, oh non. Je voulais le laisser lire mon désir de ses lèvres. Je voulais le laisser avoir appétit. Je voulais simplement lire dans ses yeux. Je voulais juste savoir si lui aussi n’avait pas de réponses au pourquoi… Cette question qui restait sans réponses pourtant avec une réponse au creux de ma tête. Je ne reculais pas mes lèvres, j’attendais une réponse en parlant avec mes yeux. Une réaction, n’importe quoi. Cette main sur son épaule se contentait quant à elle à glisser le long de son buste à son torse. Mes mains dessinant les courbes de son abdos avant d’aller se poser dans son dos sous son haut. Mon regard s’intensifiait. Je commençais réellement à devenir nerveuse, peureuse même. J’étais à deux doigts de reculer et partir… avant d’avoir une réponse.


Hear my heart burst again
For this is the end I've drowned and dreamt this moment. So overdue, I owe them. Swept away, I'm stolen. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall. Face it all together.
Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 13/10/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 33
▌CÉLÉBRITÉ : Matt Bomer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Jeu 15 Jan - 8:06

alvin & melody
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
C’est à l’étage, que j’avais décidé de faire mes recherches. J’ignorais ce qui se passait en bas, tout ce dont j’étais certain que l’une d’elle avait claqué la porte. Partie ou rester ? Aucune idée, mais peu importe. Je soulevais une montagne de papier regardant ce qui était inscrit sur certain d’entre eux. Rien ne me semblait flagrant ou tout du moins utile pour me disculpé du meurtre de Katherina. Je poussais un soupire tout en tirant un tiroir vers moi. Je ne trouvais rien de bien particulier là non plus, une boîte de cigare cubain était la seule chose de valeur qui semblait se trouver là. L’envie de tout balancer par terre m’envahissait, mais je me retenais tout de même. Je me redressais regardant la pièce où je me trouvais, ça paraissait être un bureau. Je tournais un instant sur moi-même, jusqu’à ce que mon regard croise mon reflet dans la fenêtre derrière mois. J’observais mon reflet, ma vie avait-elle un sens ? Je redoutais la réponse devant tant d’incertitude. J’étais toujours mitigé dans ce que je ressentais et l’envie de me lancer par cette fenêtre envahissait mes membres. Peut-être que tout serait plus simple si je décidais de la rejoindre au ciel. Après tout, je ne savais plus quoi penser de mon attraction envers Melody, une échappatoire ou une envie réel ? J’étais peut-être seulement fait pour aimer qu’une seule personne ? Tant de question, je poussais un soupire tout en regardant mon autre moi. Je ne pouvais pas être comme dans les films où son reflet lui dicte la marche à suivre ou du moins le bon chemin à emprunter. Non, je restais de marbre, avant de retourner à mes recherches. J’éparpillais un peu plus les papiers sur le bureau jusqu’à finalement trouver une clé usb. Je prenais le petit objet entre mes mains, alors qu’elle arrivait sur l’entre fait. Je ne portais pas mon regard sur elle, tout comme dans la journée je l’évitais. Je savais très bien ce qui pouvait me guider dans mes gestes et c’était en partie son regard qui me faisait douter sur ma personne. Je tournais entre mes doigts la clé usb, tandis qu’elle m’empoignait par le collet avant de coller ses lèvres aux miennes. Surpris, je laissais mon regard démontrer tout mon étonnement vis-à-vis de ce geste. Les yeux grands ouverts, je voyais qu’elle ne fermait pas plus les siens. Tentait-elle de me lancer un message ? Sans nul doute, mais je ne comprenais guère celui-ci. Parfois, les femmes sont tellement dures à comprendre ! Katherina ne cessait de me répété que je ne la comprenais jamais. C’était sans doute vrai. J’allais fermer les yeux, me laissant aller à ce sentiment que j’évitais ces derniers temps. Mais alors que mes paupières se fermaient pour laisser ce baiser me consumer, je me rappelais ce visage sur cette photo que j’avais prit avant de monter. Sans avoir de tact, je déposais mes mains sur ses épaules et je la repoussais faisant un mouvement de recule par la même occasion. J’étais idiot d’agir ainsi, je le désirais, mais je ne pouvais... non je n’arrivais pas à l’embrasser tout en pensant à ma défunte femme. C’était aussi absurde que de prononcer le nom d’une autre pendant l’acte. Je ravalais ma salive tout en la regardant. « Je... », bafouillais-je en la regardant avec un air désolé. Elle devait tellement espérée maintenant et je ne faisais qu’un pas de recule à chaque fois que j’avais un contact avec elle. « J’ai trouvé cela... J’ignore néanmoins s’il y a quelque chose pour nous aider à l’intérieur. », continuais-je tout en me passant la main sur la nuque. Je lui montrais la clé usb, essayant de changer de sujet. Je ne voulais pas lui avouer tout ce qui se tramait dans ma tête cette envie que j’avais pour elle, ce malaise quant à ma femme décédée ou bien cette peur qui m’envahissait à chaque fois que je la touchais. Elle n’était pas n’importe qui et tout me semblait aller trop vite. « Ton amie est partie ? », demandais-je relevant à peine mon regard vers elle comme un petit animal blessé.

Revenir en haut Aller en bas
Melody L. Dashwood
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 09/07/2014
▌MESSAGES : 345
▌AGE DU PERSO : 26
▌CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody Jeu 15 Jan - 21:37

ALVIN & melody
thought I had an answer once but your random
ways swept me along colossal signs so with
so many lovers singing soft
Non de dieu, la vie craint oh oui, tellement. Je voulais juste… savoir pourquoi mon cœur s’emballait en sa présence ou simplement pourquoi ma peau frissonnait alors qu’il n’avait pas posé une main sur moi mais j’en avais sur lui. Pourquoi j’avais la sensation enfin d’être bien dans ma peau par ce qu’il ne me demandait pas d’être une personne que je ne voulais pas être. Il ne me demandait rien. Je sautais à pieds joints avec lui. Enfin non, c’était compliqué mais justement, je voulais savoir pourquoi c’était compliqué et alors que j’étais prête à reculer au manque de réponses, je voyais ses paupières se fermer. Partagée, je ne savais pas à quoi m’attendre. Le souffle de celui-ci contre mes lèvres, j’étais perdue. Je le regardais, lui dans ses yeux alors qu’il me repoussait. Encore. Une partie de moi était vexée à nouveau et se demandait si j’étais au final repoussant. Bon, c’était normal et quelle fille ne penserait pas ça ? Cela semblait tellement logique et une autre savait pourquoi même si elle était assez folle pour oser. Dans le fond, je n’étais pas ce genre de filles dans les deux cas. Je me fichais plus vite de ce dont pensaient les gens. Etais-je belle ? Moche ? Et qu’importe, je vivais ma vie mais je ne savais pas du tout quoi faire. Oui, reprendre la cours des recherches semblait la meilleure idée. Je me sentais pourtant totalement idiote. Je me tournais alors à son je sans suite. Je me mordillais doucement les lèvres en attendant quelques secondes alors qu’il me disait avoir trouvé un truc, je me retournais mais pas totalement. Je voyais cette clé usb et j’inspirais doucement en haussant les épaules. Je le regardais attentivement, il ne me regardait pas mais qu’importe, je n’arrivais pas à éviter de le regarder. J’avais besoin de le regarder et j’ignorais pourquoi ça me faisait sourire qu’il évite de poser mon regard vers moi. Je souriais donc doucement alors qu’il posait cette question. « Oui… », murmurais-je alors en détournant le regard et me remettant à ma fouille sans d’autres mots. Je ne voulais pas vraiment en parler. Je ne voulais pas en parler avec lui de peur de le culpabiliser car elle me disait… pertinemment que j’avais tort de me lancer aveuglement dans cette vie. Je regardais sur les divers tas et finissant par me diriger vers les poubelles. Aussi étrange soit-il… si je voulais me débarrasser d’un truc compromettant c’est le premier endroit où j’irais. J’y fouillais alors sans avoir dit d’autres mots. Je ne savais pas quoi dire, je ne me sentais pas à l’aise d’être… enfin d’avoir fait ça. C’était bizarre pour moi aussi. Je n’avais connue qu’un homme, je n’en avais désirée réellement qu’un avant qu’Alvin ne rentre dans ma vie. J’étais perdue. J’avais peur de faire un transfert. J’avais peur de tellement de choses… J’avais peur de moi. Je me sentais comme un sachet de thé au milieu d’une pièce remplie d’eau. Je me sentais noyée, étouffée par mes peurs, mes envies. En fouillant un peu plus dans la poubelle, je ne trouvais rien avant de relever le regard vers la déchiqueteuse de papier. Le genre de poubelle électrique qui coupe en lambeau. J’arquais un sourcil. « On devrait emporte son contenu aussi… c’est peut-être un vrai puzzle mais on peut y trouver des lettres ou qu’importe. Mon père aime beaucoup le courrier… il est nul en informatique et le courrier… ça ne peut pas être piraté mais juste brulé ou déchiqueté. », disais-je en étant heureuse d’avoir pu faire preuve de professionnalisme cette fois ou enfin… j’avais la sensation d’avoir au moins une bonne idée. Je me sentais un peu maladroite et idiote dans cette situation car tout ça, c’était nouveau. J’étais une fille banale et pas une personne qui pourrait devenir la petite détective parfaite. La preuve, j’avais touché cette arme dans son bureau à New York. Je soupirais doucement en me redressant alors que j’ouvrais quelques tiroirs. Rien. Il était sûrement déjà passé. « Je vais voir une autre pièce… je… enfin je reviens ! », je me dirigeais vers la porte. J’avais besoin surtout de changer de tasse mais sortir était aussi difficile pour moi que d’être un tirebouchon que l’on tente de retirer. Je ne sortais pas tel un typhon mais plus comme une tortue en me retournant rapidement. « Je suis désolée pour… je ne sais pas ce qui m’a pris… », disais-je alors que je le savais pertinemment. Je voulais être tactile avec lui, je voulais poser mes lèvres sur lui, mes mains. Je voulais tellement de choses que je savais ce qui m’avait pris mais je n’étais pas apte à l’avouer. Je sortais de la pièce pour aller dans une autre, une chambre. Je regardais rapidement, laissant glisser ma main sur la commode. Je n’étais jamais venue ici mais je reconnaissais bien les gouts d’Edward cependant ça ne lui ressemblait pas. Je sentais la touche féminine de l’ameublement. Je voyais alors cet arbre sur lesquels on met les petits mots. Des mots d’amour, des cœurs… des prénoms… un prénom m’alarmait et celui de la femme d’Alvin. J’arquais un sourcil, intriguée. Je déviais un peu mon regard pour tomber sur un album photo… eux, juste eux. Lui, Edward et elle la femme d’un autre. Je retirais alors une des photos de l’album, elle tenait juste grâce à 4 coins cartonnés. Je reculais doucement. Je savais maintenant que j’étais cocue. Oui, je le découvrais. Y penser ou savoir que l’homme que vous aimez est un salopard qui a peut-être tué votre frère est différent que d’apprendre que vous êtes encore plus idiotes, utilisées, bafouée. Je ne me sentais pas vraiment bien sur le coup. Cette larme coulant le long de ma joue pour se retrouver au sol. J’effaçais les résidus humides de mon visage en regardant attentivement cette photo. Je n’arrivais pas à en décoller mon regard.


Hear my heart burst again
For this is the end I've drowned and dreamt this moment. So overdue, I owe them. Swept away, I'm stolen. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall. Face it all together.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody

Revenir en haut Aller en bas

thought I had an answer once but your random ways swept me along colossal signs so - alvin&melody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: The Melting Pot :: Around the World :: Autres états du pays-