Partagez|

Have Fun ✗ Lena & Milo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Milo Mitford-Douglas
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 13/11/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 25
▌CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Have Fun ✗ Lena & Milo Jeu 4 Déc - 1:03


Je venais juste de rentrer chez moi après les cours. Ca faisait un bien fou d'enfin rentrer chez moi, j'aurais aime le faire beaucoup plus tôt. Aujourd'hui ça ne m'avait pas spécialement passion, quoi que les jours précédents également. J'en avais plus que marre et j'avais bien envie d'enfin terminer ce semestre. Une chose était sûre je n'allais pas passer les prochains semaines à réviser intensément, ce n'était pas spécialement dans mes habitudes. Lorsque je rentrais chez moi je me posais directement dans mon canapé laissant trainé mon sac près de l'entrée et j'allais directement la télé. Je tombais sur une chaine people et vit que l'on parlait encore de l'héritier Mitford-Douglas. Décidément ces dernières semaines je faisais parler de moi. Cette fois ci ils parlaient du souc que j'avais mis lors d'une soirée de charité avec une jeune femme. Je m'en rappelais très et bien et d'ailleurs on avait bien rit. Les témoignages se succédaient disant que j'avais été odieux et complètement saoule par dessus le marché. Une source proche racontait que mes parents étaient désespérés et ne savaient plus comment me tenir, je voulais bien l'a croire. J'étais certainement la plus grosse honte de ma famille, faisant tâche dans le décor c'était certain. Ils enchainèrent sur la jeune femme qui n'était autre que Lena, je l'avais rencontré lors de cette soirée et franchement je n'étais déçu car tous les deux nous entendions très bien. Il y avait ce truc entre nous, ces petits jeux, c'était vraiment notre truc à nous.

Revenir en haut Aller en bas
Lena Wates
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 10/10/2010
▌MESSAGES : 4275
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 5117 Rose Avenue #401, Queens
▌CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Dim 7 Déc - 16:57


I just wanna break the rules

La voix de la blonde s’éleva une nouvelle fois dans l’appartement alors qu’elle chantait (ou peut-être qu’elle les criait plus qu’elle ne les chantait) ces mots. La musique envahissait tout l’appartement de la blonde qui se promenait de pièce en pièce sans se soucier du reste. Et, la majorité du temps, la demoiselle Wates effectuait tout un tas de pirouettes sans doute trop comique pour quelqu’un d’extérieur à la scène. Un autre demi-tour et elle portait sa cigarette à ses lèvres tout en se déhanchant. Heureusement que la demoiselle vivait seule dans son appartement parce que, sinon, elle se serait vite payé la honte. Connaissez-vous beaucoup de personnes qui se promèneraient en sous-vêtements dans leur appartement et qui passeraient leur temps à chanter et danser comme la dernière des dingues ? Oui, on aurait facilement pu croire que la blonde sortait directement d’un asile. Mais, c’était tellement agréable. C’était tellement bon de pouvoir agir sans réellement réfléchir. Agir sans avoir peur de se faire agresser par qui que ce soit ou par quoi que ce soit. Cela faisait quatre jours que la blonde était de retour à New-York et seul Ryder était au courant de son retour. Enfin, peut-être pas… Après tout, la demoiselle n’avait pas hésité à bouger ses fesses pour se rendre dans divers bars, dans diverses discothèques et dans toutes ces ruelles trop paumées et dangereuses. Ouais, des tas de gens devaient savoir que la tornade blonde s’abattait à nouveau sur New-York. Mais, la demoiselle n’avait pas encore prévenu la totalité de ses amis. Elle n’avait pas eu le courage de bouger quand bien même elle savait qu’elle devait le faire.

Un coup d’œil à l’horloge murale lui permis de savoir qu’elle pouvait d’ailleurs enfin bouger de son appartement pour apporter la bonne nouvelle à une autre personne de son entourage. Et, qui serait l’heureux élu aujourd’hui ? Alors que la musique changeait une nouvelle fois, Lena se dirigea vers sa chambre en tournant et tournant encore. Il fallait qu’elle s’habille et qu’elle se prépare. Oh, la rebelle aurait très bien pu le faire avant puisque, de toute évidence, elle aurait dû sortir de chez elle pour ne serait-ce qu’assister à ses cours. Mais, Lena demeurait encore complètement en décalage horaire. Las Vegas avait vraiment retourné sa tête et la rebelle préférait replonger dans l’atmosphère new-yorkaise avant de pouvoir agir comme une new-yorkaise à nouveau. Cela paraissait plus simple et puis ça lui donnait une excuse pour rester bien au chaud chez elle et éviter ainsi de sortir braver le froid simplement pour assister à des cours qu’elle connaissait sans doute déjà dans le fond. La blonde enfila rapidement un débardeur, une veste, des collants et un short. Oui, oui, nous étions bien en hiver. Oui, il faisait froid. Mais, jamais la blonde n’avait pu se résoudre à s’habiller en accord avec cette saison et cela même si elle avait froid après.  Tout en enfilant ses bottines, la rebelle récupéra les sacs qu’elle avait laissé trainer sur son lit et qui contenait son nécessaire pour la soirée. Un tour dans la salle de bain pour se coiffer et se maquiller, un tour (en joli pirouette) pour couper la musique et la blonde quittait l’atmosphère délirante de son appartement pour s’engager dans le froid tourbillonnant.

Heureusement pour elle, la demoiselle avait pu prendre un taxi assez rapidement et elle avait pu se la couler douce à l’arrière du véhicule en attendant d’être arrivée à destination. Et, à présent, elle se trouvait devant l’appartement de Milo. Le jeune héritier Mitford-Douglas qu’elle avait rencontré lors d’une soirée de charité quelques temps auparavant – quelques semaines avant sa fuite loin de New-York. La blonde s’était rendue à cette soirée en espérant que cela l’aiderait à aller mieux et à replonger dans quelque chose qu’elle connaissait. Elle priait pour que cette soirée ne l’oblige pas au plan radical de fuite. Dans un sens, ça avait été le cas, mais ça ne l’avait pas empêché de fuir après. Durant cette soirée, Milo et Lena avaient mis le bordel et s’étaient fait grandement remarqués et surtout bien amusés. Depuis cette folie, ils étaient devenus des amis un peu spéciaux. Des amis autour d’un jeu dangereux qui les poussaient à se brûler un peu trop souvent et qui rendaient les frontières toujours plus floues. Milo était son ami, son ami de défi, son ami atour de la flamme. Mais, dans le fond, elle se demandait toujours s’il n’y avait pas plus. Parce que, merde, les défis, les petits jeux poussaient toujours les choses à déraper soit de façon sexuelle, soit de façon violente avec des disputes pas franchement agréables. D’ailleurs, ce soir, la jeune Wates ne savait pas exactement dans quel sens allait tourner la soirée. Après tout, elle avait disparu pendant deux mois sans donner signe de vie. Inspirant un grand coup pour se donner du courage, la blonde n’hésita pas à sonner tout en se composant un grand sourire. Et, dès que la porte s’ouvrit, elle ne laissa pas le temps à Milo de réagir ou d’agir puisqu’elle lança directement.

Bonsoir et surprise Monsieur l’héritier !

Elle ressemblait sans aucun doute à une gamine. Une gamine trop heureuse qui cherchait à tout prix à éviter de se faire gronder alors qu’elle avait parfaitement conscience d’avoir commis une bêtise et de devoir s’expliquer sur cela. Sans laisser le temps à Milo de lui refermer la porte au nez (bah quoi, il aurait très bien pu le faire et elle n’aurait même pas pu lui en vouloir pour cela), la blondinette pénétra dans l’appartement toujours avec ce grand sourire sur son visage. Ce sourire qui ne présageait peut-être rien de bon. La blonde effectua un petit arrêt aux côtés de Milo pour pouvoir déposer un baiser sur la joue du jeune homme puis elle continua sa route sans se soucier du reste. Elle ne quitterait pas cet appartement, foi de Wates. Elle allait passer la soirée avec Milo et elle éviterait que cela parte en violente dispute. Après tout, elle lui avait envoyé un message il y a deux mois pour lui dire qu’elle quittait New-York pour une période indéterminée et qu’elle ne serait pas joignable. Ouais, en fait, ce n’était sûrement pas l’argument à mettre en avant. Mais, elle en avait un meilleur à montrer. Alors, la jeune fille agita les deux bouteilles d’alcool qu’elle tenait entre ses mains comme un signe de paix, comme un signe de tentation et un appel d’apaisement. Elle était le prédateur. Milo était sa proie. Et, ces foutues bouteilles étaient ses appâts.

Je suis venue pour passer une bonne soirée avec mon Milo préféré… Quoique, tu es le seul Milo que je connais alors tu es obligatoirement mon préféré et ça n’a même pas vraiment de sens du coup.

Et, comme toujours lorsqu’elle était surexcitée, la rebelle se perdait dans ses divagations n’hésitant pas à sortir tout et n’importe quoi pour empêcher le silence de reprendre ses droits sur leur situation. Elle ne voulait pas se disputer avec Milo ce soir. Non, pas alors que sa vie semblait aller parfaitement bien depuis qu’elle était de retour à New-York. Enfin, comment les choses pourraient en être autrement puisque la blondinette n’avait pas réellement pris de grand risque depuis son retour. Elle voulait juste passer une bonne soirée avec le jeune homme. Elle voulait simplement retrouver leurs jeux. Juste lui et elle. Comme avant, mais sans doute en encore mieux puisque la rebelle était d’humeur très joueuse ce soir et elle était si euphorique qu’elle aurait sans doute pu faire rire n’importe qui à cause du comportement qu’elle adoptait. Elle voulait juste retrouver son Milo. Et peut-être pas que par sa présence. Ouais, pourquoi pas finir dans le même lit ce soir ou n’importe où ailleurs. L’idée était à garder. Retirant sa veste, la blondinette la posa sur une chaise avant de retirer ses chaussures. Elle refusait d’être mise à la porte et pour cela elle prenait ses aises. Après tout, Milo ne la mettrait pas dehors pieds nus et en débardeur quand même. Si ? Haussant les épaules et sans attendre de réaction, sans même attendre de savoir si elle était réellement la bienvenue, la blonde déposa les bouteilles sur la table et elle se laissa tomber sur le canapé s’allongeant dans celui-ci et prenant complètement ses aises. Lena jeta ensuite un coup d’œil vers la télévision allumée avant de soupirer dramatiquement.

Mon Dieu, Milo, qu’est-ce que tu regardes à la télévision ? Il était grand temps que je vienne te sauver dis-moi.

Elle suréleva la tête simplement pour lui lancer un sourire éclatant et prendre le temps de l’observer. Tout comme Ryder, Milo n’avait pas réellement changé en deux mois. Bah, quoi, est-ce que la blonde s’attendait réellement à ce qu’ils aient tous vieillis affreusement ou que quoi que ce soit ait changé de façon violence chez eux ? Ouais, c’était peut-être ce à quoi elle s’attendait. C’était peut-être aussi pour ça qu’elle avait l’impression de ne pas avoir disparu aussi longtemps. C’était comme si la dernière fois qu’elle avait rendu visite à Milo ne datait que d’une semaine à peine alors que, putain, ça faisait trop longtemps. D’ailleurs, même si Lena savait parfaitement qu’elle ne devait pas évoquer cette absence parce qu’il y avait trop de risques qu’elle doive s’expliquer ou qu’ils doivent se disputer sur tel ou tel point, la blondinette ne put s’empêcher de laisser quelques mots glisser entre ses lèvres.

Je t’ai manqué ?

Lena effectua une moue adorable de gamine innocente. Et, dans le fond, c’était ce qu’elle était encore. Une gamine qui avait besoin d’être rassurée. Une gamine qui avait besoin de savoir si les personnes autour d’elle lui en voulaient réellement. Une enfant qui désirait connaître s’ils avaient ressenti le manque de sa présence comme elle avait eu un trou béant dans la poitrine. Trou auquel elle n’avait même pas réellement prêté attention puisqu’elle était trop occupée à plonger dans sa déchéance. Se rallongeant dans le canapé et quittant des yeux le jeune homme, la rebelle attendait simplement d’entendre enfin sa voix et de savoir comment la situation allait tourner ce soir. Elle sortait une cigarette et la portait rapidement à ses lèvres avant de l’allumer. Et, alors qu’elle tirait une première fois sur son bien, Lena ferma les yeux. Milo pouvait bien crier et s’énerver, il ne lui ferait sans doute aucun mal. Elle était en sécurité et c’était pour cette raison qu’elle pouvait fermer les yeux sans craindre pour sa vie. Patiemment, Lena se fit enfin silencieuse et immobile dans l’attente de la réaction de l’héritier. Allait-il crier ou jouer le jeu ?
Revenir en haut Aller en bas
Milo Mitford-Douglas
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 13/11/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 25
▌CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Lun 8 Déc - 0:08


Je regardais encore ces idioties lorsque j'entendis quelqu'un toquer à la porte. Je me demande bien qui pouvait venir me gonfler à cette heure là, j'espère que ce n'était pas encore un de ses stupides journalistes. Je me levais péniblement avant d'aller ouvrir la porte. Lorsque j'ouvrais la porte je restais complètement choqué sur place. Non mais je rêve où Lena était devant ma porte ? Je n'avais pourtant pas l'impression de rêver elle était bel et bien devant moi. Après au moins deux mois sans m'avoir parlé après m'avoir envoyé un pauvre sms la voilà qui débarquait chez moi. Je nageais en plein délire. Elle fit comme si elle était chez elle et entrait sans que je ne l'y est invité. J'étais beaucoup trop choqué pour dire quoi que ce soit. Je fermais doucement la porte avant d'écouter ce qu'elle avait à me dire. Je bouillais légèrement sur place, je n'aimais pas spécialement qu'on me prenne pour un con et là j'avais bien l'impression qu'elle me prenait pour un imbécile. Elle ne m'avait plus donné signe de vie, malgré que je lui avais envoyé des tonnes de messages pour savoir comment elle allait et je n'avais jamais eu aucune réponse et au lieu de ça elle débarquait chez moi sans prévenir. C'était un véritable moulin à parole et elle ne s'arrêtait jamais de parler pour que j'en place une. Je prenais mon male en patience. J'avais croisé les bras sur mon torse toujours énervé contre elle. Si elle croyait que j'allais être son bouche trou de la soirée elle se trompait. Mais visiblement au vu de toutes les phrases qu'elle déblatérait elle semblait être mal à l'aise. Elle pouvait l'être. C'est alors qu'elle me demanda si je lui avais manqué. Pardon ? Alors celle là c'est la meilleure, je l'a regardais et me rire à rire en levant la tête vers le plafond. Tu crois vraiment que tu peux venir ici après m'avoir ignoré pendant des mois ? Je ne suis pas ton bouche trou Lena !

Revenir en haut Aller en bas
Lena Wates
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 10/10/2010
▌MESSAGES : 4275
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 5117 Rose Avenue #401, Queens
▌CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Lun 12 Jan - 16:44

Deux mois… Dans le fond, c’est une période qui passe relativement vite surtout lorsque la vie que l’on mène demeure effrénée ou trop rythmée et qu’elle ne subit pas la monotonie du quotidien. Alors, deux mois n’avaient guère semblé être un long moment pour la blondinette dont la vie était une musique effrénée qui ne cessait jamais de tambouriner. Non, deux mois ne lui avaient pas paru assez longs pour une absence. C’était passé comme quelques semaines, comme un temps trop court. Tout semblait trop rapide, trop vite délaissé à l’arrière pour se replonger dans la ville où elle vivait à présent. Ouais, la jeune Wates se retrouvait de nouveau prisonnière de New-York. Mmh, l’était-elle vraiment ? À vrai dire, elle n’en savait foutrement rien et elle n’avait guère envie de partir dans ces sombres pensées pour le moment. Elle ne savait pas encore comment les choses allaient se passer. Elle ne savait pas comment elle allait se sentir à nouveau dans la ville qui ne dormait jamais. Elle ignorait tout, ne sachant même pas si tout pouvait redevenir comme avant. Si elle pouvait redevenir la Lena Wates de New-York après ce qu’elle avait subi. La fuite l’avait aidé, mais n’était-ce pas pour mieux l’achever par la suite ? N’était-ce pas pour la mettre à terre trop rapidement par la suite ?

Elle n’en savait fichtrement rien. Mais, putain, reprendre sa vie où on l’avait laissée ne semblait pas être quelque chose d’aussi simple qu’elle aurait pensé. À quoi s’attendait-elle ? Peut-être que, ouais, elle espérait que quand les gens apprendraient son retour, ils seraient trop heureux de la revoir et la combleraient d’étreintes ou de mots gentils. Ouais, stupide petite fille. Cela ne pouvait pas se passer comme ça. Elle le savait. Elle le sentait dans ses tripes. Peut-être que certains passeraient outre, mais ce n’était pas le cas pour le monde. Et, ce n’était peut-être pas le cas pour Milo. Ce jeune héritier qu’elle avait rencontré lors d’une soirée de charité quelques temps avant sa fuite de la ville. Ce jeune garçon avec lequel elle se plaisait à tourner autour de la flamme de la bougie. Ce jeune homme avec lequel se brûler devenait amusant, voir même presque trop plaisant entre dérapage sexuel et dérapage violent. Elle avait tenté de faire comme si tout était normal entre l’alcool, les gamineries, les divagations et l’aise dont elle faisait preuve. Après tout, la blonde agissait comme elle l’avait toujours fait. Purement et simplement. Elle se comportait comme si elle n’avait jamais disparu et que ces retrouvailles avec Milo étaient simplement des retrouvailles presque trop habituelles. Idiote gamine trop perdue.

Elle avait sonné à cette porte et elle s’était mise à agir comme cette gamine qu’elle n’était plus. Cette enfant qui faisait tout pour ne pas se faire gronder alors qu’elle savait que cela pouvait arriver et qu’elle le méritait absolument. Après tout, après deux mois d’absence et de silence, les autres pouvaient être en colère contre elle. Ils pouvaient lui hurler dessus parce que ce n’était pas ce qu’une personne saine d’esprit faisait subir aux gens qui l’appréciaient. Là était peut-être le problème : la blonde n’était pas réellement saine d’esprit. Alors, elle comblait le silence. Elle avançait tout et n’importe quoi pour ne pas laisser l’occasion à Milo de parler et de s’en prendre à elle. Alors, elle agissait pour ne pas se retrouver derrière une porte claquée. Elle se déshabillait, elle s’installait sur le canapé comme si c’était chez elle et qu’on ne pouvait pas la mettre dehors. Elle semblait être une putain de gamine qui jouait l’innocente alors que le sang couvrait ses mains et ne se cachait guère. Le mot coupable était écrit partout sur son être. Et, elle le savait. Elle ne pouvait pas éternellement parler. Elle ne pouvait pas éternellement reculer. Alors, elle finissait allongée dans le canapé, la cigarette aux lèvres. Elle terminait silencieuse et immobile. Et, c’était foutu. Milo rigolait. Oups. Et la dispute éclatait. Et les reproches fusaient. Croyait-elle vraiment pouvoir venir ici après l’avoir ignoré pendant des mois ? Il n’était pas son bouche trou. Bien, bien, bien… Le problème n’était peut-être pas exactement celui qu’elle pensait et ce fut sans doute pourquoi sa langue s’agita avant qu’elle ne réfléchisse.

Tut, tut, tut, tut, tut…

La  jeune fille agita un doigt au dessus du canapé comme pour lui dire non. Elle espérait le faire dans la direction de Milo, mais elle n’en savait rien. De toute façon, qu’importait. Il le verrait bien non ? Puis, c’était simplement pour accompagner ses mots. Simplement pour souligner que l’héritier avait complètement tord. Dans une autre situation, à un autre moment, la jeune fille n’aurait sans doute pas hésité longuement avant d’attaquer et de devenirs réellement méchants. Ouais, elle n’aurait pas attendu pour s’en prendre à l’héritier et lui faire ravaler ces fichus mots qu’il venait de prononcer. Ces foutus mots qui incriminait la blonde comme si elle était coupable de tous les maux du monde. Comme si elle était celle qui devait déguerpir. Des mots qui ne ressemblaient pas à ceux qu’elle aurait pensé entendre en cas de représailles. Elle s’attendait plutôt à ce que les gens disent qu’ils s’étaient inquiétés pour elle et qu’elle n’avait pas le droit de disparaître ainsi après tout ce qui lui était arrivé. Elle s’attendait plutôt à ce que les gens soient tellement soulagés de la voir en vie et en bonne santé que les représailles ne seraient pas celle-là. Mais, là, Milo ne pensait qu’à lui. Trop imbu de lui-même. Elle portait sa cigarette à ses lèvres hésitantes des prochains mots qui franchiraient ses lèvres pour condamner le jeune homme autant qu’il la condamnait. Il se prenait pour le centre de tout et elle devait lui faire ravaler ces belles paroles pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas à être en colère de cette façon, qu’il n’avait pas à prononcer ces mots là. Oh non.

Sache d’abord que je ne t’ai pas réellement ignoré pendant des mois, trésor. Je suis partie seulement deux mois et je t’ai même très gentiment prévenu avant mon départ. Tu sais, le petit texto qui pouvait ressembler à un message d’adieu. Ce message qui disait clairement que je partais pour je ne sais combien de temps, je ne sais où et que j’étais totalement injoignable. Alors, chéri, en se basant sur ce message, je ne t’ai pas ignoré du tout.

C’était la vérité. Pure et simple. Pure et absolue. Il n’y avait rien de plus à dire pour justifier le manque de nouvelles. Il n’y avait rien de plus à dire pour justifier son absence du paysage. Il n’y avait rien de plus à dire pour qu’elle se défende de ce qu’il l’accusait à tord. Ouais, ok, elle était partie et elle n’avait pas donné de nouvelles. Mais, à ses yeux, ce n’était pas vraiment de l’ignorance envers les personnes qu’elle appréciait. NON. Après tout, Lena avait prit le temps de les prévenir avant de partir et elle s’était ensuite séparée de son téléphone portable afin d’éviter d’être rattachée à New-York et d’avoir envie d’y rappliquer avant que la guérison ne soit totale. Certes, Milo avançait qu’elle n’avait pas réellement le droit de débarquer comme une fleur, comme si rien n’avait changé alors qu’elle avait été absente pendant deux longs mois et que personne – et surtout pas lui comme il le soulignait si bien – n’avait eu de nouvelles de la jeune blonde. Ah, tiens, c’était quelque chose à préciser ça. Se redressant, la jeune demoiselle s’assit correctement dans le canapé tout en coinçant sa cigarette entre ses lèvres. Elle détailla du regard le jeune homme, le bouffant des yeux, le déshabillant sans gêne. Et, finalement, elle planta ses prunelles dans celles de Milo avant de tirer sur sa clope et de balancer.

D’ailleurs, je n’avais même plus de téléphone tu sais. Donc, tu n’es guère le seul à être resté sans nouvelles pendant mon absence. Tout le monde à New-York l’était. Période de convalescence oblige.

Oups… Merde, merde, merde. Retour en arrière, retour en arrière ! Bordel, pourquoi cela ne pouvait pas fonctionner ? Bien, il n’y avait plus qu’à espérer que Milo ne prête pas réellement d’attention à tous les mots qui glissaient entre les lèvres de la blonde. Il n’y avait plus qu’à prier pour qu’il ne fasse pas attention aux tous derniers mots (ou peut-être que si pour qu’il se calme réellement et d’un seul coup). Quelle abrutie ! Pourquoi avait-elle été parlée de sa convalescence ? Milo ne savait rien sur le viol. Il ne se doutait de rien pour savoir ce qu’avait traversé la blonde et, putain, ce n’était pas maintenant que les choses semblaient aller mieux, qu’elle allait en parler. Il était hors de question de replonger. Pas tout de suite. Pas maintenant. Pas à cause de lui seulement. Alors, comme elle avait l’habitude de le faire auparavant, la jeune fille décida de détourner les choses. Elle se pencha du canapé pour écraser sa cigarette dans un cendrier. Et, penchant la tête sur le côté, elle regarda de nouveau Milo avant de dire.

Oh, et si je voulais un bouche trou trésor, j’irais chercher ailleurs. J’irais chercher quelqu’un de sans importance en ville qui pourrait me combler quelques heures.

Elle lança ce sourire hypocrite sans même se rendre compte que, par les mots qu’elle employait, elle avouait que Milo n’était pas quelqu’un sans importance. Elle ne se rendait même pas compte que, par ce qu’elle disait, il était clair que le jeune héritier était important à ses yeux. Peut-être, en tout cas, que cela permettrait à Milo de se calmer encore plus. Peut-être que cela lui permettrait de se rendre compte qu’elle n’était pas là pour combler un vide ou en manque et qu’elle était bel et bien là pour lui. Pour le voir. La jeune fille hésita une seconde quand à quoi faire, quand à comment agir. Pouvait-elle simplement se rallonger sur ce canapé et attendre une réaction de l’héritier ? Pouvait-elle simplement agir comme cette gamine ? Non, sans doute pas. Cela ne lui plaisait pas. Alors, se redressant, la demoiselle se dirigea vers Milo. Elle lui tourna autour deux, trois fois avant de s’arrêter derrière lui. Se haussant sur la pointe des pieds, la blonde déposa ses mains sur les épaules du jeune homme avant de se rapprocher de son oreille et de dire.

Je n’aime pas vraiment la façon dont tu m’accueilles chéri… Je m’attendais à autre chose en venant jusqu’ici pour te revoir…

C’était des mots murmurés. C’était des mots qui sonnaient presque trop sensuellement, sans doute trop réellement. Y avait-il vraiment un message caché derrière ces mots qu’elle prononçait et qui glissaient sur sa langue ? Avait-elle réellement attendu quelque chose d’autre en se décidant à venir jusqu’ici ? À vrai dire, il était possible (hein juste possible, pas totalement réel) qu’elle ait imaginé ces retrouvailles. Il était probable qu’elle les ait imaginés dans un corps à corps beaucoup plus chaud et brûlant que cette froideur qui semblait les entourer. Ouais, c’était possible. Lena bougea doucement. Toujours sur la pointe des pieds, elle déposa son menton sur une des épaules de l’héritier alors qu’une des mains de la jeune fille glissait sur le torse du jeune homme. Elle osait tout, mais tout était possible en retour. Elle pouvait se faire rejeter ou elle pouvait se faire dévorer. Froid ou chaud. Tic, tac, tic, tac. Ce n’était plus à elle de choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Milo Mitford-Douglas
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 13/11/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 25
▌CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Sam 24 Jan - 0:16


J'avais cette désagréable intuition qu'elle se fichait bien de moi. Elle se permettait de venir me voir après deux mois sans nouvelles alors qu'elle m'avait prévenue et alors ? Je pensais qu'on était amis et que je comptais un minimum pour elle mais visiblement je m'étais trompé sur toute la ligne, voilà encore quelqu'un qui se fichait bien de moi. Comme si je n'en avais pas suffisamment. Je pensais que je comptais un minimum pour toi mais visiblement j'ai été assez con pour le penser. Certes tu me l'as dis mais tu ne crois pas que ça aurait mérité des explications ? Tu m'as simplement laissé dans le flou et tu as coupé tout contact. Moi pas un bouche trou ? Alors là je crois que c'était assez drôle. Je levais les yeux au ciel. Ce n'est pas ce qu'elle était entrain de faire par hasard ? Permets-moi d'en douter. Soudain quelque chose fit tilt dans mon cerveau, ça pouvait m'arriver. Comment ça en convalescence ? De quoi est-ce qu'elle voulait parler ? Est-ce que quelque quelque chose lui était arrivé ? Je ne saurais vraiment dire. J'avais un gros doute. Est-ce que c'était pour ça qu'elle était partie ? Elle avait coupé les ponts à cause de ça ? Comment ça en convalescence de quoi tu parles ? Elle se leva alors du canapé avant de me tourner autour. Je n'aimais pas ça du tout, mais alors pas du tout. Elle c'était alors approchée de moi avant de me chuchoter quelques mots à l'oreille. Elle n'appréciait pas mon comportement ? Je n'appréciait pas non plus le sien. C'est l'hôpital qui se fiche de la charité. Elle déposa sa tête sur mon épaule avant de faire descendre sa main sur son torse, d'ailleurs je trouvais qu'elle descendais un peu trop bas à mon gout. Je l'attrapais brusquement avant de lui dire. Qu'est-ce que tu penses faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Lena Wates
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 10/10/2010
▌MESSAGES : 4275
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 5117 Rose Avenue #401, Queens
▌CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Mar 27 Jan - 2:02

Tout était foutu. Totalement. Complètement. Absolument. La soirée parfaite chez Milo était en train de tourner au désastre. SOS, on coule, SOS. Putain, il n’y avait nul doute que la bonne humeur et le bien-être de la blonde allaient simplement finir par s’échapper. D’ailleurs, il était fort probable qu’elle finisse par rentrer chez elle bredouille, le moral au plus bas ou bien beaucoup trop en colère à cause de l’héritier face à elle. Peut-être ferait-elle mieux de s’arrêter en boîte de nuit ou dans un bar dès lors qu’elle franchirait la porte de cet appartement ? Simplement afin de ne pas terminer sa nuit seule enfermée dans l’horreur et l’enfer. Ouais, peut-être. C’était une solution miracle qui plaisait bien à la demoiselle qui ne resterait sans doute pas à cette soirée seule avec celui qu’elle désirait. Non. Milo ne passerait pas outre cette absence de deux mois et surtout ce silence radio. Le temps avait paru trop court à la blonde et il était sans doute apparu comme une éternité pour Milo. Ou, en tout cas, comme un temps beaucoup trop long pour qu’elle se permette de revenir de cette façon et surtout comme si de rien n’était. En un sens, la blonde le comprenait réellement et elle aurait sans doute eu une réaction équivalente. Pourtant, sur le coup, en connaissance de toute la situation, elle ne pouvait s’empêcher de ne guère apprécier la dispute et les reproches qui fusaient dans l’appartement. Cet appartement dans lequel elle avait prit ses aises persuadée d’y trouver un refuge agréable pour la soirée. Stupide idiote.

D’ailleurs, la blonde continuait d’avoir une partie de son cerveau tourné sur le mode off apparemment car la vérité glissait entre ses lèvres. Au début, c’était une vérité banale et qu’elle désirait lui dire comme le fait qu’elle l’avait prévenu, qu’elle ne l’avait pas ignoré, qu’elle avait jeté son téléphone et que tout le monde était resté sans nouvelles. Puis, elle avait prononcé ces mots. Cette vérité qu’elle n’aurait pas dû dire. Cette période de convalescence qu’elle n’aurait pas dû avouer et qu’elle espérait effacer de l’esprit de son interlocuteur. D’ailleurs, Milo semblait tellement pris dans ses pensées, dans sa colère qu’il reprenait bien trop vite la parole. Bien trop vite pour réellement avoir eu le temps d’interpréter les mots lancés sur le feu par la blonde. Il pensait qu’il comptait pour elle, mais visiblement il avait été con pour le penser. Oh bordel, on dirait un gamin et c’était juste en train d’énerver la  demoiselle. Il rapportait tout à lui et il agissait comme si tout était contre lui. Certes, elle lui avait dit, mais ne croyait-elle pas que ça aurait mérité des explications ? Elle avait simplement laissé Milo dans le flou avant de couper tout contact. Merde. Ok. Elle aurait pu faire une confession avant et donner de plus grandes explications. Cependant, lorsqu’elle était partie, la blondinette n’avait qu’une idée en tête : fuir et en finir avec ce qui la rongeait.

Putain, Milo. On dirait un gamin capricieux là. Non, je ne pouvais pas donner d’explications. Pas dans l’état dans lequel je me trouvais avant mon départ. Je… C’était pas réellement prévu… C’était soudain, j’avais juste l’impression d’étouffer alors j’ai pris la fuite…

Elle ne savait pas si elle en disait trop ou non. Elle ne savait pas si elle pouvait se permettre d’en dire trop. Pouvait-elle réellement laisser tous les secrets glisser entre ses lèvres ? Devant l’héritier ? Elle n’en savait rien. Elle était simplement trop perdue. Elle était juste trop victime. D’ailleurs, la blondinette ne reprenait même pas la question de tenir à lui parce qu’à ses yeux, ce n’était même pas un débat à avoir. Ce n’était même pas quelque chose qu’elle avait à argumenter. C’était simplement une vérité. C’était simplement quelque chose de bien trop clair dans toute la situation. Merde, il y avait beau avoir plein de flous dans cette histoire, Lena tenait réellement à Milo et il n’y avait aucun brouillard autour de cette putain d’affirmation. Glissant sa main dans ses cheveux, la blonde respirait doucement rassurée que Milo n’est guère reçu la dernière partie des informations, cette partie concernant la convalescence. Après tout, s’il l’avait enregistré, cela venait obligatoirement demander à la rebelle de se confier.  Ce fut pour cette raison qu’elle en profita pour détourner la conversation affirmant qu’il était loin d’être un bouche-trou et qu’elle aurait plutôt été chercher cela ailleurs. Il aurait dû la croire, mais non, il rajoutait ce permets-moi d’en douter qui faisait bouillir le sang de la blonde. La jeune Wates haussa les épaules comme si elle s’en foutait, comme si ce n’était même plus son affaire. Elle était juste trop agacée. Et, c’était loin d’être fini. Milo apparaissait trop concentré soudainement et le ventre de la jeune fille se tordait d’appréhension. Une appréhension justifiée lorsqu’elle comprit qu’il n’avait pas oublié la dernière partie parce que, putain, il lui demandait de quoi elle parlait en confiant une période de convalescence. Eh merde. Oups.

Oui, tu sais. Une convalescence. Je suis certaine que tu connais la définition de ce mot non ?

C’était froid, presque trop agressif. C’était comme si la rebelle ne voulait pas pénétrer sur ce terrain miner. C’était comme si elle refusait purement et simplement que Milo la questionne sur toutes ces choses. Ce n’était pas possible. Alors, la jeune Wates haussa simplement les épaules comme pour lui dire de laisser tomber, de ne pas chercher plus loin. Et, elle attaquait sur un autre terrain. Une diversion, un plaisir. Elle venait tourner autour de Milo, elle venait se glisser dans son dos et avoir un réel contact avec lui. La blonde déposa son menton sur une épaule du jeune homme et elle laissa sa main glisser lentement le long du torse de ce dernier. Elle voulait jouer comme ils le faisaient toujours. Elle voulait oublier ces quelques minutes, elle voulait oublier son absence et elle désirait simplement replonger dans ce qu’ils étaient. Eux deux uniquement. C’était comme si elle pouvait se permettre de réellement revivre. C’était comme si elle pouvait respirer sans craindre de s’étouffer. C’était juste agréable. C’était juste une sensation de chaleur sur sa peau, autour d’elle. Une chaleur qui venait percer la bulle de froid dont elle était prisonnière. Malheureusement pour la blonde, cela ne semblait guère être le désir de Milo puisqu’il attrapa brusquement la main de la demoiselle en la questionnant sur ses intentions. Merde. C’était foutu. C’était fichu. Elle resta un instant immobile, sa main prise dans un étau de fer dont la chaleur lui brûlait la peau à présent. Que faire ? Se confier pour espérer une meilleure soirée ? Se confier et s’enfuir ? S’enfuir maintenant ? Se débattant, la rebelle parvint à dégager sa main et elle s’éloigna trop rapidement manquant de trébucher et de s’étaler face contre terre. Lena vint se placer face à Milo et les yeux rivés sur le sol, les mots glissèrent.

Tout ça c’est une longue histoire Milo… Un secret… J’me suis barrée pour cela et j’ai coupé tout contact pour tenter de me sortir la tête de l’eau alors qu’ici je me contentais de couler… La blonde fit à nouveau un pas en arrière. C’était comme si soudainement, elle voulait juste être encore plus loin de Milo qu’elle ne l’était déjà émotionnellement. C’était comme s’il était en train de détruire tout ce qu’elle s’était efforcée de construire durant des mois. Et, ce n’était pas réellement voulu de la blonde. Alors, c’était douloureux. Encore et toujours. Glissant une main dans ses cheveux, la blonde se décoiffa encore plus alors qu’elle continuait tremblotante. Je… Bordel… Je n’étais pas certaine de revenir à New-York… J’ai trouvé plus simple de couper tout contact… Je… C’était égoïste j’sais mais impossible à éviter… Putain, je n’étais même pas certaine de rester en vie.

La première bombe était lancée. L’incertitude quant à l’avenir, la solution de facilité, l’égoïsme dont elle avait fait preuve pour une raison qui lui semblait simplement bonne sur le coup. Putain, que ressent-on quand on apprenait qu’une personne avec qui on avait passé autant de temps à rire et à faire des conneries pensait autant à la mort ? Qu’est-ce qu’on ressentait quand une personne qui semblait rayonner et s’amuser comme une enfant annonçait que son cadavre aurait pu être de retour à la place d’une fille en vie ? Milo allait avoir le privilège de découvrir ces sensations et ce n’était sans doute pas un très bon privilège. La blonde cherchait ses chaussures et sa veste des yeux. Elle calculait lentement l’itinéraire à suivre pour se faufiler hors d’ici. Après tout, après les confessions, elle voudrait juste se sauver et aller se saouler la gueule pour oublier la pitoyable existence qu’était sa vie. Milo ne se contenterait pas de ces justifications d’autant plus qu’elle avait parlé de secret, de longue histoire. Elle avait parfaitement conscience que l’héritier voudrait connaître toute l’histoire, qu’il voudrait tout savoir et que  c’était ce soir et pas plus tard. Putain, la rebelle n’aurait pas dû lui offrir sur un plateau sans rien chercher en retour. Et pourtant, la confession prit place.

J’aurais aimé éviter d’en reparler… J’veux pas y repenser, replonger dans cette horreur… Putain… Au cas où tu ne me crois pas, tu pourras toujours contacter mon psychologue ou l’hôpital hein… Elle avait relever les yeux pour le foudroyer du regard comme pour l’accuser. L’accuser de ne pas lui faire confiance, l’accuser de l’obliger à revivre cela encore une fois. Mais, finalement, Lena baissa les yeux et elle croisa les bras contre elle-même. Putain, elle agissait à nouveau comme une victime. Une victime qui grattait sa peau pour que la douleur externe prenne le pas sur les images qui la bouffaient. Une victime qui faisait un pas en arrière comme si elle avait l’impression que Milo était en train de prendre tout ce qu’il n’avait pas le droit d’avoir. Pas comme ça. Pas maintenant. Avril 2013… Je… J’ai été victime d’un viol… Un petit règlement de compte entre deux dealeurs dont un que j’hébergeais… J’ai simplement servis pour la vengeance dirons-nous… J’ai passé du temps à l’hôpital parce que j’étais dans un sale état… Pas que psychologiquement… Après ma vie était devenu un enfer. Personne ne pouvait réellement m’approcher ou me toucher, je ne voulais plus sortir, les images tournaient toujours dans ma tête. Puis j’suis allée à cette soirée de charité où nous nous sommes rencontrés. J’sais pas, je voulais retrouver mon ancien monde. J’pensais que ça pourrait m’aider. Peut-être. La blonde haussa les épaules incertaine. Ses doigts tremblaient réellement. Son cœur battait la chamade. Son ventre se tordait. Une confession était passée sûrement pire que la première bombe, mais l’autre risquait de faire encore plus de dégâts d’autant plus lorsque Milo en prendrait réellement conscience. Parce que, bordel, cela voulait sûrement dire trop de choses, avouer trop de sentiments. Je… Tu es la première personne à avoir réellement pu me toucher après le viol… T’étais un étranger et pourtant je me sentais en sécurité… J’avais pas besoin de fuir et j’étais bien avec toi… J’voulais simplement revivre et tu me le permettais. Sauf que ça ne réglait pas tout… Je… J’n’étais pas toujours bien, je continuais à sombrer alors un matin j’me suis barrée pour tenter de me sauver.

Confessions sur confessions. BAM. Les mots avaient glissés si facilement entre ses lèvres. C’était si réel. Bordel, jamais il ne pourrait penser qu’elle mentait sur ça. Ce n’était pas possible putain. Si ? Malgré elle, la rebelle avait cette boule au ventre. Cette boule dans la gorge. Cette boule qui la faisait angoisser à l’idée que Milo lui rit au nez en pensant qu’elle ait tout inventé pour simplement pouvoir l’avoir comme avant avec elle ce soir. Non, il ne pouvait pas être si diabolique, si ? Oh putain, elle n’en savait rien. Et, bordel, elle avait confié trop de choses. Trop de mots qui voulaient dire des choses qu’elle ne voulait sans doute pas avouer. Des lettres qui formaient des sentiments souvent trop silencieux entre eux deux. Milo avait été le premier à pouvoir la toucher après le viol… Et ce n’était pas toucher simplement dans le sens de l’approcher ou de lui tenir la main, c’était bien sexuel. Pendant de longues semaines, il avait été le seul à avoir ce pouvoir, à pouvoir la toucher. Cela, la rebelle s’était bien gardée de le dire, mais c’était trop facile à deviner. D’autant plus pour le jeune homme. Le silence s’étendit alors que la rebelle passa sa main sur ses joues pour effacer les quelques larmes qui avaient échappé à son contrôle. Et, comme pour ne pas laisser le silence maître de tout, comme pour oublier ces confessions, la blonde osa esquisser un sourire pour se moquer d’elle-même tout en reprenant la parole.

Bordel… J’pensais passer une bonne soirée avec toi sans toutes ces merdes et j’avais tord… J’suis venue te voir parce que tu comptes vraiment beaucoup pour moi Milo et c’est loin d’être un mensonge. Je suis venue parce que je me sens bien avec toi et je voulais juste me sentir bien ce soir à nouveau. Juste avec toi. Je voulais simplement te retrouver et j’sais pas juste recommencer à vivre. J’suis idiote. Un soupir franchit les lèvres de la demoiselle qui prenait une nouvelle cigarette. Malgré ses doigts tremblants, la blonde parvint à allumer son bien et elle en prit plusieurs bouffées lentement comme pour faire descendre l’angoisse qui tordait son être. Lena ne savait plus quoi dire. Elle ne savait plus quoi faire. Peut-être était-ce le bon moment pour fuir maintenant ? Après tout, Milo avait ses réponses et la rebelle était loin d’avoir envie de subir un interrogatoire ou de revivre encore tout ça. Alors, encore une fois, comme une enfant, elle voulait détourner toute cette merde et elle osait prendre la parole à nouveau. J’ai imaginé nos retrouvailles t’sais… La façon dont tu m’aurais dit que tu t’étais inquiété pour moi, que je t’avais fais peur… La façon dont tu m’aurais baisée après… Comme si j’étais tienne, comme si je t’appartenais et que je ne devais pas l’oublier… Mais, ces retrouvailles ne sont qu’un désastre et j’sais même plus ce que je dois faire… Ce que j’ai envie de faire.

Elle ne savait plus quoi faire et c’était dit. À haute voix. Clairement. Réellement. Voulait-elle toujours de ce corps à corps brûlant ? Non, sans doute pas. Ou, en tout cas, plus de la même façon. Elle ne voulait plus de corps à corps trop possessif, trop violent, trop eux. Mais, ce n’était pas possible de l’envisager autrement. Ce n’était pas possible de laisser parler plus de sentiments. Ce n’était pas eux sinon. Ce n’était pas vraiment ce qu’ils avaient construits. Le monde de la rebelle s’était déjà suffisamment écroulé et elle ne voulait guère prendre le risque de détruire plus les choses. Alors, la jeune fille se dirigea vers ses chaussures qu’elle commença à enfiler. Tic tac. Tic tac. Elle voulait fuir. Elle voulait que Milo lui fasse l’amour. Tic tac. Tic tac. Elle voulait échapper à l’interrogatoire. Elle voulait se sentir revivre. Tic tac. Mais, une nouvelle fois, le pouvoir absolu n’était plus entre ses doigts. Lena pouvait fuir. Mais, Milo pouvait tout arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Milo Mitford-Douglas
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 13/11/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 25
▌CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Dim 1 Fév - 1:30


Ma colère montait crescendo, j'avais la désagréable intuition qu'elle se fichait de moi et je détestais ça. Elle me prenait vraiment pour un con en plus de ça ? Elle croyait pouvoir se montrer comme ça sans explication alors que je m'étais fait un sang d'encre ? Non mais je rêve. Je m'étais sans doute plus attaché à elle que ce que je n'aurais jamais imaginé, bon sang ça ne m'était jamais arrivé auparavant et voilà qu'elle avait disparu me laissant seul et bien entendu réalisé qu'elle me manquait encore plus que ce qu'elle ne devrait. Je ne voulais pas de ce genre de chose mais c'était venu si soudainement. Bien sure que je savais ce que voulais dire le mot convalescence je voulais savoir ce qu'il y avait là dessous mais visiblement elle préférait continuer de se ficher de moi. Je soufflais agacé. Bon sang mais est-ce que c'était une manie de se foutre de ma gueule comme ça ? Très drôle ! -dis-je avec un faux sourire. Soudain alors qu'elle était encore si proche de moi il a quelques instants elle dégagea sa main de la mienne pour s'éloigner de moi. Elle semblait complètement désemparée. Je fronçais les sourcils surpris de se changement si soudain de comportement. Un secret ? Comment ça ? J'étais de plus en plus perplexe. C'est alors qu'elle commença son récit et plus elle continuait plus je me sentais mal d'avoir agit de la sorte envers elle et plus je me trouvais con de ne pas avoir vu plus tôt que quelque chose n'allait pas chez elle. Je n'avais pas vu plus loin que le bout de mon nez, je n'avais pas pensé qu'un mal si profond et un secret si lourd pouvait l'a hanter. Au lieu de ça je n'avais pensé qu'à ma petite personne. Mon ventre se tordait dans tous les sens, j'avais été horrible avec elle, à cause de moi elle devait être entrain de revivre un moment douloureux de sa vie. Une grande tristesse s'empara de moi mais aussi de la haine, de la haine envers cette personne qui avait osée la toucher et l'a briser de la sorte. Si je retrouvais la personne qui lui a fait ça je ne donne pas cher de sa peau. Elle comptait tellement pour moi je ne m'en rendais compte maintenant et j'avais complètement fermé les yeux sur son comportement alors qu'il devait bien y avoir des signes. J'étais complètement sous le choc de cette révélation. Tu es la première personne à avoir réellement pu me toucher après le viol Cette phrase raisonna dans ma tête un bon milliard de fois. La première ! Moi ! Pourquoi moi d'ailleurs ? A dire que je n'avais rien vu lorsque nous avions couchés ensemble durant ces derniers mois. J'étais stupide, il devait bien y avoir des signes, elle avait dut revivre cette scène. Mais dans un sens mon coeur loupa un battement lorsqu'elle me dit ça, elle se sentait en sécurité avec moi. Personne ne m'avait jamais dit ça avant, au contraire les gens avaient plus tendance à me suivre. J'écoutais vaguement ce qu'elle me dit ensuite. J'étais trop absorbé par mes pensées. Je repris rapidement mes esprits avant de me jeter sur elle pour l'a prendre dans mes bras et l'a serrer fort contre moi. Je lui murmurais alors ces quelques mots: Je suis désolé. Je suis un con, un vrai con. J'embrassais doucement son oreille avant de l'a rapprocher encore plus de moi. J'enfuis ma tête dans son cou avant d'embrasser sa clavicule. Je suis tellement stupide j'aurais dut le voir plus tôt et au lieu de ça je n'ai rien vu. Je suis tellement désolé j'ai été si con. J'embrassais le sommet de son crâne avant de prendre son visage en coupe et de l'a regarder droit dans les yeux. J'ai crut que c'était ma faute si tu étais partit, que j'avais fait quelque chose qui ne fallait pas. J'avais peur que tu me fuis, je n'ai pensé qu'à moi comme d'habitude. Je caressais ses joues de mes pouces avant de lui sourire doucement. Oui tu m'as terriblement manqué, plus que je n'aurais jamais put imaginé. Tu es devenue une personne extrêmement importante dans ma vie, je ne sais pas ce que j'aurais fais si je ne t'avais plus jamais revu. Je suis désolé d'avoir été si con lorsque tu es arrivé ici. Je me suis imaginé des tonnes de scénarios lorsque tu es partie. J'avais peur qu'il te soit arrivé quelque chose de grave, j'avais peur de ne jamais te revoir.

Revenir en haut Aller en bas
Lena Wates
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 10/10/2010
▌MESSAGES : 4275
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 5117 Rose Avenue #401, Queens
▌CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Mer 4 Fév - 0:15


Pouvait-on réellement tout dire à tout le monde ? Pouvait-on vraiment confier ses secrets comme si on ne parlait que de la pluie et du beau temps ? Pouvait-on sincèrement révéler tout et n’importe quoi à tout le monde en un claquement de doigts ? En quelques minutes de réflexion ? Sur le coup, la blondinette aurait plutôt tendance à répondre par une immense et très forte négation. Surtout lorsque cela venait à la concerner de trop près. Elle ne voulait pas faire fuir les personnes qui pénétraient dans sa vie alors elle ne prenait pas de risques. Après tout, certains avaient dû attendre des années pour connaître réellement toute la vie de la blonde. D’autres avaient dû attendre des mois avant d’être au courant de ce viol dont elle avait été victime. Mais, comme partout, comme toujours, il y avait deux types d’exceptions : ceux qui l’apprenaient très vite et ceux qui ne l’apprenaient jamais. Milo faisait parti de ces personnes à qui la rebelle n’avait jamais rien dit. Ni pour le viol. Ni pour son sombre passé. Après tout, cela ne semblait pas si important et, entre eux, c’était toujours un défi de deviner les secrets de l’autre. Alors, elle laissait Milo tâtonnait vainement ce terrain qui semblait vague et pourtant qui, à chaque pas, pouvait entraîner une explosion. C’était mieux ainsi. Ça avait toujours bien marché de cette façon. Milo ne risquait pas de s’enfuir et il avait une vision d’elle sans doute idéalisé, mais une vision qu’elle désirait renvoyer. Elle n’était pas la gamine à plaindre. Au contraire. Alors, ouais, Lena n’aimait guère confier ses secrets. C’était quelque chose qu’elle évitait de faire puisqu’il était toujours plus facile de montrer ce qu’on voulait, de dire ce qu’on désirait et d’adopter une attitude de comédienne qui allait parfaitement avec tout cela.

Mais, ce soir, le masque devait tomber. Le rideau devait s’ouvrir. L’horreur devait s’étaler. Ce n’était guère de cette façon qu’elle avait prévu la soirée au départ. Ce n’était pas le type de soirée que la blondinette avait en tête lorsqu’elle avait quitté son appartement. Ok, elle savait parfaitement qu’il y avait un risque pour que les choses tournent très mal et que rien ne se déroule comme dans ses fantasmes idiots et idéalisés. Elle avait parfaitement conscience de la violente dispute qui pouvait éclater entre Milo et elle. Elle savait que les choses pouvaient mal se finir. Mais, putain, jamais ô grand jamais, la blonde aurait imaginé devoir peser la balance en quelques minutes pour choisir ou non de révéler ses sombres secrets. Au fond, elle ne voulait pas se confier. Elle ne voulait pas balancer cette horreur comme cela au beau milieu d’une dispute. Ce n’était normalement pas des choses que l’on disait simplement pour calmer une situation. C’était presque trop sacré. La blonde ne voulait pas révéler ses démons à quelqu’un comme Milo. Quelqu’un à qui elle n’avait rien dit parce que, putain, elle se taisait toujours pour une bonne raison. Si rien n’avait été dit à Milo c’était parce qu’elle le choisissait, parce qu’elle le voulait vraiment. Lena tenait bien trop à lui et elle refusait de le voir s’enfuir au loin ou de le voir avoir une nouvelle image d’elle. La même que la majorité des gens qui savaient avait : la petite gamine à qui tous les malheurs arrivaient et qu’on devait prendre en pitié. Elle ne voulait pas de ça. Pas avec Milo. Mais, la soirée tournait au désastre et les mots allaient devoir finir par glisser entre ses lèvres. Elle n’avait pas le choix. Elle n’avait plus le choix. Pourtant, Lena cherchait à gagner des secondes en attaquant balançant qu’il connaissait la définition de ce mot. Et, la réaction n’était peut-être pas la meilleure puisque Milo semblait agacé alors qu’il soufflait. Et il balançait ce très drôle avec un faux sourire. Pourtant, au lieu d’être sage, la blonde l’utilisait comme une perche et elle rétorquait.

J’sais, il n’y a pas plus drôle que moi

Elle utilisait cela pour faire diversion. Encore et toujours. C’était une façon comme une autre de retarder le moment où elle devrait réellement prendre la parole pour se confier. C’était un moyen comme un autre de tenter de tout détourner pour éviter d’arriver à cet instant. Putain, elle ne désirait pas balancer ses secrets. Elle ne voulait pas que tous ses démons viennent prendre possession de sa relation avec Milo. Non. Les choses étaient très bien comme cela alors pourquoi cela ne pouvait-il pas durer ? Pourquoi la vie venait toujours tout foutre en l’air ? Pourquoi c’était toujours sa vie qui devait en pâtir ? Merde, elle avait beau mener une vie dangereuse, mais elle ne méritait pas que le sort s’abatte sur elle à ce point pour gâcher son existence. Détourner, détourner, détourner. Les mots ne pouvaient pas servir longtemps de distractions, pas dans la situation qu’ils étaient en train de vivre. Alors, la blonde chercha un autre moyen de tout détourner et elle opta pour la solution de facilité en venant se glisser derrière Milo et laisser sa main glisser sur le torse de l’héritier. Cependant, il coupa vite court à cette tentative et la main de la blonde fut brusquement prise en otage. C’était comme un étau de fer qui mordait sa peau et qui semblait en laissait des traces. C’était douloureux. C’était désagréable. Et le ventre de la blonde se tordait d’appréhension, d’horreur. Elle sentait son cœur battre plus fort, plus douloureusement. Elle se débattait. Elle s’éloignait. Elle se renfermait. Mais, les mots glissaient entre ses lèvres. Et la confession était absolue : elle n’était pas certaine de rester en vie, elle avait victime d’un viol, elle avait longtemps été dans un sale état, Milo était le premier qui avait pu la retoucher et elle se sentait en sécurité avec lui, mais elle avait dû se barrer parce qu’elle continuait de sombrer. La confession était totale, absolue. C’était comme si les mots avaient glissé entre ses lèvres sans qu’elle n’ait le moindre pouvoir.

Et, putain, la blonde n’aimait pas cela du tout. Elle n’aimait pas être si faible, elle n’aimait pas cette image de réalité et d’humanité qu’elle renvoyait. Bordel ! Pendant des années, la blonde avait su manier ses rôles à la perfection et gérer la moindre situation pour éviter de dévoiler les ombres qui l’entouraient. Mais, là, après le viol dont elle avait été victime, les choses demeuraient toujours trop instables et parfois elle préférait rendre les armes que chercher à lutter indéfiniment pour être celle qu’elle était supposée être. Alors, Milo avait tout foutu en l’air. La rebelle aurait tant aimé que cela n’arrive pas. Pas de cette façon en tout cas. Si elle devait un jour confier son histoire à l’héritier, elle aurait préférait le faire calmement dans une ambiance sereine et non pas dans une ambiance où elle avait l’impression d’avoir un couteau sous la gorge. Énervée après elle, après la vie, après Milo, la jeune fille essuyait alors ses larmes pour ne pas paraitre encore plus misérable, pour ne pas renvoyer cette image de faiblarde. Et, elle reprenait à nouveau la parole espérant, beaucoup trop vainement, réussir à tout détourner une nouvelle fois. Elle parlait de ses fantasmes quand à leurs retrouvailles, elle mettait en avant son incertitude. Cependant, les mots qu’elle prononçait semblaient sonner dans le vide. Milo semblait trop perdu dans ses réflexions pour réellement pouvoir entendre les confessions qu’elle faisait encore. Et, sur le coup, la jeune Wates avait juste trop mal au ventre. Milo allait-il la mettre dehors ?

Oh…. Apparemment non. La jeune fille se retrouvait soudainement prise dans une étreinte. Elle se retrouvait dans les bras de Milo qui venait murmurer des mots. Il avouait être désolé, il s’auto-insultait de con. La blonde aurait aimé le repousser et lui dire qu’il aurait mieux fait de réfléchir avant réellement. Elle aurait aimé l’insulter et simplement s’enfuir d’ici en le laissant dans cet état après ce qu’il avait fait d’elle. Mais, elle en semblait tout simplement incapable alors que le jeune homme la rapprochait encore d’elle. Un autre baiser sur son oreille. Un autre baiser sur sa clavicule. Elle était perdue. Perdue dans une étreinte qu’elle voulait juste savourer. Perdue dans un sentiment de sécurité qu’elle désirait. Perdue. Perdue. Perdue. Alors, la blonde se contenta de fermer les yeux, de profiter de cette chaleur humaine et d’écouter Milo lui dire qu’il était stupide, qu’il aurait dû le voir plus tôt et qu’il n’avait rien vu. Il s’excusait et s’insultait à nouveau. Et, dans le fond, cela arracha un sourire à la blonde. Sourire qui s’effaça rapidement alors que les dernières minutes rejouaient dans sa tête. Putain, elle avait dit trop de choses. Milo la fit revenir à la réalité lorsque leurs yeux se croisèrent. Il avait cru qu’elle était partie à cause de lui, qu’il avait fait quelque chose qui ne fallait pas et qu’elle l’avait fui. Il n’avait pensé qu’à lui. La tête de la rebelle lui disait de répliquer, mais la caresse sur ses joues de Milo la coupa dans son élan et ce fut lui qui parla à nouveau. Lui qui mettait en avant des manques, des sentiments. Et, lorsque le silence se fit, la blonde planta son regard dans celui de Milo pour lui balancer.

Ouais, tu n’es qu’un petit con imbu de lui-même !

C’était lancé et putain cela aurait pu sonner trop méchamment, surtout dans le climat actuel dans lequel ils se trouvaient. Cependant, ce n’était guère le cas. L’amusement se discernait derrière les mots de la blonde, la taquinerie se ressentait derrière cette insulte. Ok, c’était une vérité. Ok, cela arrivait parfois à la blonde de penser de telles choses. Mais, putain, jamais elle n’aurait pu balancer cela méchamment au jeune héritier. I-M-P-O-S-S-I-B-L-E. Tout simplement parce qu’elle tenait trop à lui. Tout simplement parce qu’elle l’appréciait comme il était. Avec les qualités et les défauts qu’il possédait. C’était ça être réellement amie avec quelqu’un. Et, la blonde aimait se dire qu’elle était réellement l’amie de Milo… Ou peut-être qu’elle était un peu plus que cela. Après tout, ils leur arrivaient de coucher ensemble et d’agir parfois étrangement comme s’il existait trop de non-dits, trop de choses cachées. Enfin, ce n’était guère le moment d’y penser. Pas tout de suite. Pas maintenant. Non, pas alors que les choses semblaient s’arranger. La soirée ne ressemblerait sans doute pas aux fantasmes rêvés de la blonde, mais elle pourrait toujours être très bien. Lena repassa lentement dans sa tête les mots que Milo avait prononçait et elle reprenait la parole.

Tu n’aurais pas pu le voir, tu n’aurais rien pu faire Milo alors ne te blâme pas, ne te sens pas coupable… Je ne voulais pas que tu le vois… Je ne voulais pas être différente à tes yeux.

Différente… Dans un sens, la blonde savait qu’elle était toujours en dehors du cercle des gens normaux à cause de son caractère ou de sa façon de vivre. Cependant, là, ce n’était pas le même sens. Auprès de Milo, elle était une ancienne bourgeoise qui aimait s’amuser, une gamine qui adorait les défis, une provocatrice qui n’avait pas peur de jouer, une allumeuse qui appréciait coucher avec le jeune héritier (quoique le terme baiser ou forniquer semblent mieux correspondre aux nuits qu’ils passaient ensemble). Après tout, baiser était une sorte de pulsion, forniquer était de la luxure à l’état brut alors que coucher restait une histoire d’un soir poliment et sans contrat. On ne pouvait pas parler de faire l’amour car ça c’était au dessus de tout. Quoiqu’il en soit, avec les mots qu’elle prononçait, la jeune fille avouait qu’elle désirait lui cacher ce secret tout simplement parce qu’elle ne voulait pas être différente pour lui. Cela sous-entendait simplement qu’elle ne désirait pas que leur relation change à cause de cela. Reculant d’un pas, la rebelle coupa tout contact avec Milo. Elle retourna docilement s’asseoir sur le canapé parce qu’elle avait besoin de cet espace, parce qu’elle encaissait tout juste. Elle venait de tout dire et elle avait peur de la suite. La suite de la soirée, la suite de leur relation.

Chéri, tu aurais pas un alcool fort à me servir s’il te plait ? C’était simplement demandé parce qu’elle avait l’impression de sombrer et de ne plus avoir aucun contrôle. C’était comme si maintenant que le secret était révélé, elle était devenue une proie en cage. Une proie aux questions, une proie à l’inconnu. Elle n’aimait pas ça. Et, elle espérait que l’alcool aiderait. Frottant son front d’une main, la blonde s’empressa de ramener ses genoux contre sa poitrine avant de reprendre la parole. Si tu avais fait quelque chose de mal, je n’aurais pas fuis directement. Crois-moi, si c’était toi que je fuyais, tu aurais d’abord été le premier au courant et j’aurais pas fermé ma gueule pour venir te reprocher ce que j’avais à te reprocher.

Cela aussi c’était dit et c’était essentiel. Comme cela, si jamais la blondinette venait à disparaître à nouveau, il pourrait savoir très facilement s’il était coupable ou non. Putain, Milo devait le savoir pourtant, non ? Lena n’était guère du genre à garder sa langue dans sa poche, bien au contraire. Elle aimait balancer les vérités et trop souvent crument en se fichant totalement de s’il heurtait la personne en face d’elle. Elle aimait dire les choses en face parce que c’était toujours jouissif de pouvoir blesser en retard ceux qui te blessaient. Alors, ouais, jamais la blonde n’avait envisagé l’idée que Milo puisse penser que c’était de sa faute, que c’était lui qu’elle fuyait. C’était trop idiot. Puis, merde, il lui avait manqué autant qu’elle semblait lui avoir manqué d’après les derniers mots qu’il avait prononcé. Ha, tiens d’ailleurs, il fallait qu’elle aborde ce sujet.

Tu sais là j’aimerais bien te répliquer comme toi hein ? Du genre que j’ai vraiment du mal à te croire. Elle osait un regard vers lui alors qu’un grand sourire se dessinait sur son visage. Ce n’était qu’une taquinerie en plus, un amusement qu’elle voulait. Elle savait, en un sens, qu’elle comptait pour Milo. Mais, la blonde avait de toute façon toujours du mal à se dire que les gens pouvaient s’accrocher à elle. Et, elle avait encore plus de mal maintenant que son histoire avait glissé entre ses lèvres. Maintenant qu’elle n’était plus la poupée parfaite. Alors, c’était juste des mots comme ça avec une peur enfouie. C’était une détente avant la bombe qu’elle prononçait soudainement. J’aurais pu ne jamais revenir et ça aurait été mon choix. Tu aurais parfaitement refait ta vie… Quoique peut-être avec trop des programmes télévisés débiles

Bam. Elle rajoutait une couche avant qu’il aurait été possible qu’elle ne revienne jamais et c’était plus dans le sens où elle aurait été capable de mettre fin à sa vie que de réellement refaire sa vie ailleurs. Une nouvelle détonation. Une nouvelle horreur. Elle ne pouvait décidément pas se taire. Les yeux rivés en face d’elle, la blonde changea rapidement de sujets cependant en faisant référence à ce qu’elle avait vu à la télévision en pénétrant dans l’appartement. Et, elle restait là. Immobile sur le canapé. Silencieuse. Elle restait là à attendre la suite de leur soirée. Elle demeurait immobile à voir si leur relation avait changé. Après tout, Milo avait plus ou moins réussi à découvrir un de ses secrets alors il pouvait demander ce qu’il voulait. Enfin… Si cette soirée était à inclure dans leur plateau de jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Milo Mitford-Douglas
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 13/11/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 25
▌CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Dim 8 Fév - 22:55


Cette soirée prenait un tournant inattendue, je ne pensais pas un seul instant qu'elle allait se passer ainsi. Je ne m'attendais pas non plus à revoir Lena, j'avais abandonné l'idée de l'a revoir ou même. Mais l'a voilà dans mes bras après m'avoir avoué son plus lourd secret. Ca n'avait pas dut être facile pour elle et je n'avais pas put l'aider comme il se doit et ça me mettait en colère. J'étais vraiment con de ne pas l'avoir vu, j'aurais dut voir des signes mais j'ai été trop aveugle pour ça. Ouais, tu n’es qu’un petit con imbu de lui-même ! Cette phrase me fit sourire. Elle n'avait pas tord dans un sens mais je savais qu'elle le faisait exprès, c'était son truc me provoquer, c'est ce que nous faisions mutuellement depuis que nous nous connaissions. Tu mets tout le monde d'accord dans ce cas. Pour beaucoup de personne c'est ce que j'étais et je ne pouvais leur en vouloir de le penser. J'agissais comme tel des fois. Ca n'aurait absolument rien changé à mes yeux, ça ne change absolument rien pour moi. Tu restes ma Lena. Je savais désormais que j'allais faire beaucoup plus attention à elle et à ce qu'il ne lui arrive rien. Je tenais à elle et je ne voulais pas que quelque chose d'horrible lui arrive encore. C'était une fille bien et elle ne méritait pas d'être souillée de la sorte. Si j'avais celui qui lui a fait ça en face de moi je ne donne pas chère de peau. Celui qui t'as fais souffrir n'a pas intérêt de croiser ma route, il ne restera pas vivant bien longtemps. Je le pensais. J'avais envie de lui faire payer et de lui assurer une mort lente et douloureuse pour ce qu'il avait osé faire à Lena. Elle s'éloigna de moi pour aller s'assoir sur le canapé et me demanda quelque chose de fort. Je ne sais pas si c'était vraiment conseillé pour le moment mais bon. Je n'ai pas grand chose à part du champagne et des bières. Il faut dire que mes dernières soirées cette semaine je les avaient passées à boire dans mon appartement et à écouler tout mon stock. Je n'avais pas encore fait le plein malheureusement. Enfin peut-être heureusement car je ne me sentais pas d'humeur à boire autant et surtout pas après ce que Lena venait de m'annoncer, je devais garder les idées claires. Je me doutais qu'elle m'aurait fait face si j'avais fait quelque chose de mal ou qui ne lui aurait pas plut mais j'avais pensé que ma présence l'effrayait, nous devenions de plus en plus proches et ça l'aurait peut-être effrayé. C'est ce que j'avais pensé au début, finalement il n'en était rien. Je ne suis pas sure que ma vie aurait été la même si tu n'étais pas revenue.

Revenir en haut Aller en bas
Lena Wates
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 10/10/2010
▌MESSAGES : 4275
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 5117 Rose Avenue #401, Queens
▌CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Dim 15 Fév - 1:49


La sécurité… C’était un terme avec lequel la blonde avait bien du mal en vérité. C’était un terme qui demeurait trop flou dans la vie de la demoiselle. Ouais, comme n’importe qui, Lena avait souvent besoin de cette foutue sécurité. Mais, en même temps, la vie qu’elle menait était bien loin de correspondre à cette fichue notion. Entre la drogue et l’alcool, la prostitution et l’autodestruction, les bagarres et les situations qui dérapent, la jeune Wates demeuraient constamment à la recherche du danger. Elle était toujours à l’affût de ces petites choses qui pourraient la pousser hors des barrières de la vie, bien loin de cette bulle sécuritaire et humaine. Et, pourtant, malgré tout cela, la jeune fille voulait parfois violemment se sentir en sécurité. C’était souvent lorsqu’elle se retrouvait dans une de ces situations imprévues où elle devait devenir trop humaine aux yeux des autres. Vous savez ces situations où le masque tombait et où les gens voulaient en savoir trop sur elle. Sur son passé ou sur les sombres secrets qu’elle renfermait. Ouais, c’était une situation comme celle qu’elle était en train de vivre avec Milo ce soir. Sur le coup, alors qu’elle devait révéler trop de mystères, trop de secrets, Lena avait simplement l’impression de se retrouver cerclée par l’insécurité. C’était comme si elle était soudainement devenue un pion de l’échiquier et non plus la reine qui décidait des mouvements. La vie avait prit le dessus et elle était ce gibier, cette proie si facilement atteignable. Lena avait beau tenter de se cacher ou de se faufiler derrière des faux semblants, elle ne faisait que gagner quelques secondes. Quelques minutes au mieux. Mais, putain, elle ne trouverait jamais le repos tant que la vérité n’aurait pas glissé entre ses lèvres. En gardant ses rôles et ses secrets, Lena se sentait beaucoup plus en sécurité parce qu’elle contrôlait ce que les autres voyaient. Ils avaient une vision idéalisée peut-être et c’était bien. Milo avait cette vision, mais il ne cherchait pas à la fuir ou à la faire sortir de la tornade dans laquelle elle s’engouffrait. Elle n’était pas cette gamine pleine de malheurs dont on avait pitié. Cet enfant qu’on voulait mettre en sécurité. Et, là, maintenant que les mots allaient glisser, elle avait peur de le devenir. Ça lui tordait le ventre. Ça lui bouffait les entrailles.

Putain de conneries. Putain d’emmerdes. À présent, la blonde allait sans doute être vue différemment par Milo. Elle allait sans doute être perçue d’une façon différente et cela même si l’héritier tenterait de lui faire avaler le contraire. Cela ne serait sans doute qu’un foutu mensonge. On ne restait ni insensible, ni indifférent lorsque le côté sombre de la vie de la blonde prenait le dessus. On ne restait même pas passif. Non, la majorité du temps, les gens changeaient et cela même si c’était inconscient pour eux. Et, putain, la blonde aurait simplement aimé que rien ne change entre Milo et elle. Mais, c’était foutu. C’était fichu à présent. Elle avait dû tout avouer comme si un couteau se trouvait sous sa gorge et qu’elle n’avait aucune issue. Elle avait dû confier ces foutus petits secrets qui faisaient changer les gens ou qui les poussaient à fuir. Il n’y avait plus de masque. Il n’y avait plus que l’horreur. La jeune fille aurait aimé rester dans sa bulle de sécurité. Cette petite bulle pleine de jeux, de défi, de sexe et de non-dits avec Milo. Elle aurait voulu rester dans les barrières de leur relation. Oh putain oui. Lena aurait aimé rester dans cette bulle de sécurité au lieu de faire un pas vers l’instabilité. Surtout avec Milo. Mais, c’était impossible. Elle avait craquait. Elle avait prononcé ces quelques mots et c’était déjà trop. Elle avait confessé cette partie de sa sombre histoire et elle avait peur. Elle était si effrayée que son ventre se tordait. Mais, soudainement, le raz-de-marée s’effaçait et elle se retrouvait dans l’étreinte de Milo. Dans une étreinte où la sécurité reprenait le dessus. Il était là. Encore. Il n’allait pas partir. Il n’allait pas s’éloigner d’elle à cause de cette horreur qui la marquait trop violemment encore. Lena fermait les yeux, souriant et écoutant le jeun homme. Mais, dans le fond, elle restait perdue. Perdue parce qu’elle se sentait à nouveau en sécurité. Perdue parce que Milo restait, mais qu’il allait peut-être changer. Alors, elle testait le terrain. Elle venait à le taquiner, à l’insulter simplement pour s’amuser et il lui rétorquait de la même façon qu’avant en avançant qu’elle mettait tout le monde d’accord dans ce cas, entraînant alors un sourire sur le visage de la blonde. Comme si rien n’avait changé alors que le monde était bouleversé.

Mais, même si tu es ce petit con, je t’ai… Je tiens à toi… Vraiment beaucoup…

Oh putain de bordel de merde (excusez la grossièreté encore trop présente, mais l’esprit de la blonde fonctionnait beaucoup trop dans ce genre). Oui. Ils semblaient agir comme si rien n’avait changé le temps d’un instant. Mais, le monde avait vraiment été bouleversé et les quelques mots de la rebelle venaient le prouver. Putain. Dans une autre situation, dans un moment d’avant, la jeune fille n’aurait jamais cherché à prononcer ces quelques mots. Elle n’aurait jamais balancé ces foutues marques d’affections qui transparaissaient d’ailleurs beaucoup trop réellement. N-O-N. Dans une autre situation, avant cette confession, avant cette soirée qui tournait au désastre, Lena aurait simplement cherché à continuer l’amusement et les taquineries. Elle l’aurait sans doute insulté encore et encore jusqu’à finir par se retrouver prise au piège. Putain de merde ! Leur monde était trop bouleversé et la blonde avait à présent trop peur de ce que cela allait engendrer. Elle avait trop peur de la suite, de ce qui allaient advenir et surtout de ce qu’ils allaient devenir. Milo et elle. Elle et Milo. Oh mon Dieu, bordel, elle avait failli dire qu’elle l’aimait. Merde, ce n’était pas quelque chose qu’ils se disaient en général et surtout pas à haute voix. C’était plutôt des non-dits qui planaient entre eux. Des trucs dont ils avaient plus ou moins conscience, mais des trucs qu’ils valaient toujours mieux taire. Et, le pire demeurait tout de même qu’elle avait balancé cela comme ça, comme si tout était absolument normal. Et, ça l’agaçait. Et, elle se sentait toujours plus perdue dans l’insécurité. Toujours trop différente. D’ailleurs, la blonde venait à avouer qu’elle ne voulait rien dire à la base pour ne pas être différente aux yeux du jeune homme. Oh ouais, c’était ce qui l’effrayait le plus. Et, l’héritier avait le culot de lui répondre que cela n’aurait rien changé à ses yeux. Que cela ne changeait rien pour lui. Elle restait sa Lena. Dans le fond, cela la faisait sourire, l’idée d’appartenir à Milo. Mais, elle ne pu s’empêcher de répliquer en le regardant dans les yeux.

Ça aurait changé pourtant tellement de choses… Ça change tellement de choses…

Et, putain, Milo devait le savoir autant qu’elle. Il avait beau prononcer ces quelques mots, ces quelques trucs pour qu’elle se sente plus en sécurité sans doute. C’était loin d’être la vérité. C’était loin de pouvoir être la vérité. Ouais. Dans le fond, il devait le savoir autant qu’elle le savait. Après tout, si elle lui avait dit qu’elle avait été violée et qu’il était le premier à la toucher, il ne l’aurait sans doute jamais baisé à cette soirée de charité et leur relation n’aurait pas été la même. Si, dès le départ, les choses avaient été dites, rien n’aurait été pareil. Elle n’aurait jamais été l’image de Lena Wates qu’il avait toujours eu. Ils n’auraient sans doute jamais vécu toutes ces choses. Peut-être que cela aurait été meilleur… Peut-être que cela aurait été pire. Elle ne pourrait jamais le savoir – à moins bien sûr de trouver un moyen de retourner dans le passé pour pouvoir changer les choses. Mais, franchement, même en ayant ce pouvoir, la blonde n’était pas certaine de vouloir changer quoique ce soit. Milo et Lena. Lena et Milo. C’était leur histoire, leur relation et elle n’aurait pas aimé que cela change. Elle ne voulait pas que cela change. Mais, c’était foutu à présent et cela malgré ce que Milo pouvait dire. D’ailleurs, la jeune fille avait un excellent moyen pour le tester et lui prouver que la sombre vérité changeait des choses. Réellement. Même pour lui. Même pour eux et leur relation. Joueuse comme pas deux, Lena n’hésita même pas une seconde à balancer ces mots.

Tu prétends que tout cela ne change rien à nous, que ça ne change rien pour toi chéri… Mmh… Alors, si je te demandais là tout de suite de me baiser brutalement, le ferais-tu ?

La blonde pencha la tête sur le côté avec un sourire accroché aux lèvres. La demande était presque susurrée comme si elle s’en amusait. Et, dans le fond, c’était parfaitement le cas oui. C’était le pied de pouvoir poser un tel dilemme au jeune héritier. Il pourrait rapidement se rendre compte de lui-même si cela changeait des choses ou non. Lena, elle, avait déjà une petite idée. Il ne le ferait pas. Pas après tous ces secrets, pas après tous ces jolis sentiments. Parce que plus rien n’était pareil. Leur joli monde à eux était bouleversé. Renversé. Comme si tout avait volé en éclat et qu’ils allaient devoir commencer quelque chose de nouveau. Quelque chose de différent. D’ailleurs, Milo enchainait sur un autre sujet en balançant que celui qui l’avait faite souffrir n’avait pas intérêt à croiser sa route parce qu’il ne resterait pas vivant bien longtemps. C’était chevaleresque. C’était aussi peut-être touchant… Enfin, sans doute, pour toutes les jolies petites demoiselles romantiques et en détresse. Mais, pour Lena, c’était simplement gênant en vérité. Beaucoup trop oui. Elle ne voulait pas que les gens se mêlent de ses histoires. Elle le refusait. Purement et simplement. Hors de question de devenir la princesse en détresse qui avait besoin d’être secouru par autrui pour faire la loi. Putain de merde. Non. La blonde refusait clairement d’avoir cette foutue image qui lui collerait à la peau parce que ce n’était pas elle. Ce n’était pas la vision qu’elle désirait donner. Et, il fallait que le message passe vraiment et maintenant. Il fallait que les choses soient mises rapidement au clair afin de ne pas créer plus d’embrouilles.

Ne t’en fais pas, je me charge de cet homme…

Ouais, en fait, ce n’était peut-être pas une si bonne idée que cela. À travers les mots qu’elle venait de prononcer, la blonde sous-entendait qu’elle avait peut-être déjà une bonne idée de l’identité de la personne qui lui avait fait subir cela. Pire encore, elle sous-entendait qu’elle avait prévu de le retrouver et de se charger de cette histoire. Elle voulait faire sa vengeance toute seule. Sans personne à côté d’elle pour lui dire quoi faire ou pour la sauver si les choses tournaient mal. Elle voulait affronter cela seule comme toujours. Après tout, la blondinette avait l’habitude d’agir de cette façon. Elle voulait toujours tout affronter et tout gérer toute seule parce que ça faisait moins mal, parce que ça la faisait se sentir moins humaine peut-être aussi. Alors, à demi-mot, Lena avouait ses plans et le fait que personne n’approcherait cet homme sauf elle. Mais, cela n’allait certainement pas plaire à Milo et la dispute pourrait de nouveau éclater. Lena quitta alors les bras réconfortants de Milo et elle allait s’asseoir sur le canapé demandant presque aussitôt un alcool fort. Elle avait besoin de boire quelque chose pour ne pas sombrer, pour ne pas savoir cette foutue impression de rester toujours sans contrôle. Lena avait besoin d’encaisser et elle avait besoin d’aide pour cela. L’alcool aidait toujours dans ces moments là et peut-être que cela pousserait la blonde plus dans le jeu. Un jeu dont elle avait toujours le contrôle. Et, bordel, ce serait tellement mieux. Milo ne mit pas longtemps à lui offrir quelque chose avançant qu’il n’avait que du champagne ou de la bière. Ouais, c’était foutu pour que l’alcool l’aide réellement. Soupirant légèrement, la blonde répliqua.

Une bière m’ira bien mieux que du champagne aujourd’hui, s’il te plait

Mais, putain, cela ne l’aiderait jamais suffisamment. La jeune fille avait tellement eu l’habitude du champagne qu’elle avait du mal à devenir pompette avec. Oui, bien sûr, elle était ivre si elle en buvait trop. Mais, ce n’était jamais au-delà des limites. Cela ne provoquait rien d’extraordinaire. Peut-être que la bière marcherait bien ce soir, mais Lena en doutait puisque c’était aussi quelque chose qu’elle buvait assez souvent pour ne plus en subir les effets de la même façon. Enfin, si cela pouvait l’aider à glisser plus dans le jeu et la provocation, elle n’était pas contre du tout. Ramenant ses genoux contre sa poitrine, Lena hésitait quand à quoi faire ou quoi dire. D’un côté, elle voulait juste s’enfuir parce que les choses n’allaient pas dans le sens qu’elle avait imaginé. Mais, de l’autre, elle avait trop besoin du jeune héritier et elle voulait passer sa nuit ici, même si rien ne correspondait aux illusions dont elle s’était bercée. Après tout, c’était cela la vie : une chienne qui ne correspondait jamais vraiment à ce qu’on attendait. Alors, Lena plongea dans les taquineries et elle s’amusait en disant que Milo aurait refait sa vie avec des programmes télévisés débiles. Mais, putain, il restait si sérieux alors qu’il lui répondait qu’il n’était pas sûr que sa vie aurait été la même si elle n’était pas revenue. Sérieux… Amusement… Sérieux… Amusement… La blonde ne savait pas réellement sur quel pied danser sur le coup. Le sérieux lui donnait mal à la tête. L’amusement lui tordait le ventre. Parce que putain, tout était différent. Leur monde était bouleversé. Et, elle restait une gamine inconsciente qui lançait quelques mots.

Bien sûr que non, ta vie n’aurait pas été la même, chéri. Déjà, tu te serais grandement ennuyé sans moi. Ta vie aurait été si fade que tu serais resté à regarder ces foutus programmes télés débiles qui t’auraient fait devenir encore plus con. Ensuite, tu n’aurais jamais pu pleinement profiter de la beauté de la vie comme je te le montre. Et, bien sûr, tu n’aurais jamais retrouvé quelqu’un comme moi pour pimenter encore plus ta vie et pour rester dans ton lit.

Lena offrit un clin d’œil au jeune homme. Elle avait choisi l’amusement parce que c’était comme avant, parce que c’était ce qu’elle aurait fait avant. C’était peut-être une erreur ce soir, mais tant pis. Il était trop tard pour changer les choses. Puis, elle ne disait que la vérité en s’en amusant. Milo se serait sans doute ennuyé sans elle et c’était vrai. Il n’aurait peut-être pas eu toutes les idées loufoques de la blondinette pour profiter de la vie et il serait passé à côté de quelques jolies expériences. Et, bien évidemment, il n’aurait jamais retrouvé quelqu’un comme elle. Quelqu’un qui pimentait sa vie toujours. Quelqu’un qui le désirait, violemment. Quelqu’un qui tenait à lui aussi – même si elle ne le disait pas. D’ailleurs, trop de choses avaient changé ce soir. Le monde était trop bouleversé. Merde, Milo avait un secret alors il pouvait demander ce qu’il voulait. Pourquoi diable ne l’avait-il toujours pas embrassée ? Pourquoi diable était-elle toujours habillée ? Pourquoi le jeu n’était pas supérieur à tout ? Ouais. Tout avait changé. Et, c’était la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Milo Mitford-Douglas
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 13/11/2014
▌MESSAGES : 134
▌AGE DU PERSO : 25
▌CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo Jeu 26 Fév - 23:19


Je n'aurais jamais put imaginé qu'il lui soit arrivé une chose pareil. Comment avait-elle fait pour ne pas craquer avant ? Je me le demande, c'était une fille forte. J'en prenais encore plus conscience maintenant. Pendant un instant j'ai crut qu'elle allait dire qu'elle m'aimait. Serais-ce possible ? Mon coeur s'emballa quelques instants. Elle c'était bien vite repris. Je tenais à elle c'était indéniable et sans doute beaucoup plus que ce que je ne pouvais imaginer. Je ne sais pas si j'avais des sentiments amoureux pour elle, je n'avais jamais été amoureux, j'avais eu des petites amourettes mais pas l'amour avec un grand A. Non jamais. J'étais sans doute trop difficile et compliqué pour ça. Cela dit avec Lena je savais qu'il y avait quelque chose mais je ne saurais dire quoi. Je tiens énormément à toi également. J'embrassais doucement sa tempe. J'aimais l'avoir près de moi. Je me sentais bien, apaisé. Certes les choses changeaient entre eux mais j'allais faire plus attention à elle maintenant et j'allais la protéger même si ça n'allait sans doute pas lui plaire, je le ferais dans son dos. Tu es resteras toujours ma Lena. Certes maintenant que je savais j'allais faire plus attention à elle pour que plus personne ne lui fasse du mal mais je n'allais pas l'éloigner de moi, je ne pouvais pas de toute manière elle comptait beaucoup trop. Je ne voulais plus qu'elle souffre et j'allais m'en assurer. Tu sais que je ne te refuse rien. Je m'étais légèrement approché d'elle en disant cela. Je bluffais sans doute un peu en disant cela mais je voulais essayer de l'a rassurer, je ne voulais plus qu'elle parte. Ma main descendis dans le creux de son dos pour l'a rapprocher de moi. Nous étions désormais très proches. Quand je repensais à ce qu'elle m'avait dit, j'avais été le seul à pouvoir la toucher, je n'en revenais pas. Je me sentais... important. Elle semblait connaître celui qui lui avait fait ça et c'était sans doute encore plus horrible, je n'imagine même pas comment ça avait été dure pour elle. Néanmoins si elle ne voulait pas me le dire j'allais le découvrir par moi même. Je savais que ça n'allais pas lui plaire mais je voulais l'a protéger. Je partis lui chercher sa bière et m'assis près d'elle sur le canapé une fois en avoir pris une également pour moi. C'est vrai. Ma vie aurait été bien fade et triste sans toi. J'aurais sans doute fini alcoolique et seul.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: Have Fun ✗ Lena & Milo

Revenir en haut Aller en bas

Have Fun ✗ Lena & Milo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Manhattan :: Uptown :: Upper East Side-