Partagez|

I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Mer 10 Déc - 19:28

I SAW THE LIFE INSIDE YOUR
caïn & nathan
Caïn sortait d’une journée très longue et difficile, New York était prolifique de voitures en panne, sans compter le nombre de pneus neiges qu’il aura monté aujourd’hui. A quoi ça peut servir, il n’y a pas de montagnes dans New York. Il s’étira longuement alors qu’il venait de rentrer dans son appartement. Le tueur rêvait d’une bonne douche, le temps était minable pour aller courir, il avait juste envie d’une bonne bière et un bon match de football américain. Alors qu’il sortait de la douche avec un nuage de vapeur, une serviette nouée autour de la taille, son portable se mit à vibrer. Il décrocha, une voix affolée se mit à lui parler. Le temps qu’il puisse connecter qui se mettait à lui parler, il revit un jeune homme blond à qui il avait sauvé la mise il y a une semaine ou deux. En réalité il ne pensait jamais le revoir et qu’il ne le recontacte jamais. Il savait juste que son agresseur ne lui chercherait plus de noise, il l’avait tué quelques jours après leur rencontre, une balle dans la poitrine, qu’il avait fait maquiller en règlement de compte. Jamais on ne remonterait jusque lui. La demande qui lui fit était étrange. Il avait besoin de venir se réfugier chez lui pour une nuit. Caïn eut une hésitation, se demandant s’il n’allait pas l’envoyer sur les roses, il n’avait pas ouvert un refuge pour prostituée. Cependant, il prit sur lui et accepta en lui indiquant l’adresse et comment il devait s’y rendre. Vu l’urgence de la situation, il n’allait pas le faire chercher. Il alluma une cigarette sans prendre le temps de se changer, il allait en avoir besoin. Nathan était un très beau jeune homme et s’il avait réussi à se tenir pendant une nuit par respect pour lui, il ne savait pas s’il serait capable de tenir une seconde. Il n’aura qu’à le laisser dormir dans son lit et le canapé fera l’affaire pour lui.

Il écrasa son mégot dans le cendrier, il alla enfiler un jean et un marcel histoire d’être un minimum habillé pour le recevoir. Caïn ne c’était pas encore fait à manger, il pourra cuisiner pour deux ça changera. Une vingtaine de minutes plus tard on sonnait, il alla lui ouvrir la porte et le fit monter l’escalier qui menait à l’étage de son appartement. C’était un appartement vaste, mais qui ne contenait aucune décoration, aucun effet personnel quelconque, rien ne pourrait indiquer quel type de personne pourrait vivre ici. C’était très propre, juste quelques installations de musculation dans un coin. Rien ne trainait, il n’y avait qu’une télé, une table, un canapé et une étagère avec quelques bouquins.

L’appartement du quarantenaire était aussi froid que sa personnalité. Il laissa entrer Nathan, qu’il prenne ses aises. « C’est quoi le problème cette fois ? » Il avait bien compris que Nathan ne cherchait pas les problèmes mais que les problèmes avaient tendance à trouver Nathan. Il allait faire avec, il était un peu responsable de ce gamin, même s’il était de mauvaise humeur ce soir et il était un peu fatigué. Le tueur espérait juste qu’il n’allait pas venir squatter à chaque embrouille, il ne pouvait pas tuer tous les mafieux de cette ville pour ce gigolo.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Ven 12 Déc - 10:51

Nathan & Caïn
I saw the life inside your

 

 
Nathan ne comptait pas rappeler Caïn, il avait enregistré son numéro dans ses contacts, juste au cas où, mais ne voulait pas à nouveau abuser de sa gentillesse. Il n'était pas non plus du genre à essayer de créer ou d'entretenir des amitiés, surtout que maintenant, il l'associait à un souvenir douloureux. Cela faisait quelques jours depuis l'incident. Il ne savait plus vraiment. Il perdait la notion du temps, les jours s'enchaînaient et se ressemblaient. Aujourd'hui, on était lundi, et il aimait ce jour, parce que le lendemain, il pouvait se reposer et c'est ce qu'il comptait faire. La journée avait été plutôt dure, son dealer n'avait rien voulu lui vendre car il n'avait déjà pas payé la fois dernière et il ne lui restait vraiment plus grand chose. Il avait de l'argent en réserve qu'il gardait pour un créancier. Il lui demandait plusieurs milliers de dollars en liquide et voulait être payé d'un seul coup. Il aurait très bientôt la somme demandée, ça serait déjà une bonne chose de faite.
Il n'avait pas fini très tard ce soir, aujourd'hui, il avait eut 4 clients, ce n'était pas grand chose, mais c'était suffisant pour le fatiguer et le rendre mal. Il se remettait petit à petit de son viol, il y pensait chaque soir, il refaisait des cauchemars et plus personne n'était la pour le calmer. Mais ce n'était pas grave, ça finirait bien par passer avec le temps. Il ne pouvait pas se permettre de se lamenter trop longtemps, il vivait au jour le jour, le quotidien était vraiment dur pour lui, il devait avancer sans se soucier de tous les obstacles.
Maintenant, lorsqu'il rentrait chez lui, il faisait attention de prendre les rues les plus fréquentées du coin. Ca ne le rassurait pas totalement, mais si il lui arrivait quelque chose, il y aurait forcément une personne gentille et courageuse pour l'aider. Du moins il espérait, car de nos jours, de plus en plus de gens étaient lâches, un mec pouvait se faire tabasser en pleine rue, les passants baisseraient les yeux et feraient comme si de rien n'était, par peur. Il avait son bonnet sur la tête et portait à sac à dos. Il voulait vraiment rentrer mais s'arrêta net à l'approcha de son immeuble. Il voyait deux silhouettes devant l'entrée, et ces hommes ne lui étaient pas inconnus. Il n'osait pas s'approcher plus et se cacha derrière un mur pour pouvoir mieux les observer. C'était John, un type qu'il connaissait plus ou moins et à qui il devait un paquet de fric, il était accompagné d'un ami à lui. Il ne connaissait pas son nom mais il l'avait déjà croisé, il semblait complètement dingue et Nathan le craignait énormément. Ce n'était pas vraiment le mec à qui il devait de l'argent qui lui faisait peur, mais l'autre. Et lorsque le vent souleva un peu sa veste, il crut voir un flingue caché au niveau de sa ceinture. Il ne pouvait décidément pas rentrer. Il avait peur d'être tué en approchant. Il pouvait avoir l'argent d'ici trois jours, mais en attendant, il lui était impossible de dormir dans son appartement. Il avait extrêmement peur qu'ils rentrent de force, qu'ils saccagent son studio et tuent son chat. Mais après réflexion, ce n'était pas le genre de John. Ce n'était pas le plus méchant de tous les types à qui il devait du fric, loin de la, simplement, il voulait que Nathan paie, ce qui était normal. Il se serait sûrement approché si ce dingue avec une arme ne l'attendait pas d'un air si pressé. Il fit demi-tour discrètement et se mit à courir dans les rues, même les plus sombres, il s'en foutait. Sa vie partait totalement en live, il ne savait plus du tout quoi faire pour essayer d'arranger ça. Il devait le payer putain, il l'appellerait plus tard pour lui expliquer.

Nathan était complètement perdu. Il faisait bien trop froid pour dormir dehors, pourtant il ne savait plus du tout chez qui se réfugier. Il n'avait pas vraiment d'amis, ni même de connaissances fiables, puis il pensa à Caïn. Il avait déjà dormi avec lui, il ne s'était rien passé, il s'était gentillement occupé de lui. Il n'avait rien n'à perdre. Il composa son numéro et lui expliqua avec maladresse ce qui était en train de se passer. Tout était flou, il voulait dormir chez lui, il en avait besoin. Caïn lui donna l'adresse, Nathan se dépêcha de rentrer, ce n'était pas bien compliqué à trouver et il avait eut l'amabilité de ne pas le repousser. Il se jura intérieurement que c'était la dernière fois qu'il venait l'emmerder. Il était adulte, il devait pouvoir régler ses problèmes tout seul.

Il arriva rapidement et grimpa les escaliers qui le séparaient de l'appartement de Caïn. C'était sobre, mais propre et très agréable, totalement à l'image de cet homme. Il ne prit pas beaucoup de temps pour admirer la décoration. Une fois monté, il retira son bonnet et frotta ses cheveux pour leur donner une forme correcte. Le brun voulait ses explications, ce qui était tout à fait normal. Nathan ne se gêna pas, et s'assit sur le canapé, il était exténué. Un gros chien vient à ses pieds le renifler, et il esquissa un sourire. Il adorait tous les animaux. « Ya ce mec.. à qui je dois de l'argent. J'ai presque toute la somme qu'il demande et ça faisait quelques jours qu'il ne m'avait pas appelé pour me demander quand est-ce que je l'aurais. Je trouvais ça bizarre d'ailleurs. En rentrant j'ai vu qu'il était devant mon immeuble avec un pote à lui qui avait un flingue. Ils m'attendaient. Ce mec est barjo, il n'aurait vraiment aucun scrupule à me tuer. » Il soupira très bruyamment. Il ne comprenait pas comment on pouvait tuer pour des histoires d'argent. Surtout Nathan, il n'était pas malhonnête, ça se voyait, il galérait juste un peu trop. Il regarda Caïn d'un air désolé. « Je suis vraiment, vraiment désolé de débarquer chez toi comme ça. Je ne savais vraiment plus où aller. Mais demain matin je pars promis, et je vais régler mes affaires tout seul. Je lui donnerai une grosse partie de l'argent je pense que ça va le calmer.. » Le soucis avec ces mecs, ce que les intérêts montaient toujours en flèche, et il ne s'en sortait plus. Il releva les yeux vers lui et se força à sourire un peu. Nathan avait repris quelques couleurs depuis la dernière fois, Caïn lui était resté pareil, un air froid sur le visage, mais il n'était pas moins charmant.


Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Ven 12 Déc - 12:45

I SAW THE LIFE INSIDE YOUR
caïn & nathan
Caïn venait de faire rentrer le blondinet dans son appartement en lui demandant des explications sur sa présence ici ce soir. Avant même qu’il ne commence, il venait de s’installer dans son canapé et ensuite se lança dans son petit discours sur ses dettes. L’ancien militaire se demandait très franchement comment Nathan avait fait pour survivre pendant autant d’années dans la rue sans recevoir une balle en pleine tête. En plus de la prostitution, sûrement la drogue, il avait de gros problèmes de fric. Il était noyé jusqu’au cou dans ses emmerdes et ne semblait même plus en sortir. Le quarantenaire posa les mains sur ses hanches, lui-même avait ses propres problèmes, en acceptant ce jeune homme chez lui, il se demandait s’il n’allait pas en provoquer d’autres. Malgré son « désolé » ou ses « merci », il hésita pendant un laps de temps absolument court de le virer de chez lui. Ce gamin était un nid à problèmes. Il ne bougea pas d’un cil, il n’eut pas un seul moment de la compassion. Beaucoup l’aurait serré dans ses bras. Ainsi il ne fit aucun commentaire. « Je vais faire à manger ! » Il avait tout de même remarqué que le jeune homme se portait mieux que la dernière fois, il avait moins un teint cadavérique et semblait avoir repris un peu de ses forces. Il partit dans la cuisine le laissant avec Rider, son Huesky. Ce chien était magnifique avec ses grands yeux bleus et son pelage de neige.

Il alla dans la cuisine, il mit son tablier sombre, qui dénotait un peu avec ce personnage un peu glacial. De son frigo il sortit le nécessaire pour faire du veau en risotto. Il découpa les champignons, les différents morceaux de veau dont il avait besoin pour faire cuire. Ensuite il fallait s’occuper du bouillon pour faire cuire le riz et les ingrédients. Afféré, il n’arrêtait pas de penser à Nathan, il se demandait combien de dettes il avait contracté, à quel chasseur de têtes il avait pu prendre du fric. Le nombre de requins à New York pourraient faire concurrence aux dents de la mer. Les créanciers y a pas pire espèce. Il pourrait lui filer tout le fric dont il avait besoin, Caïn était loin d’être pauvre, même si sa décoration actuelle qui ressemblait au néant laissait plus envisager le contraire. Il laissa mijoter le plat, retirant son tablier. Le quarantenaire n’avait pas tellement laissé le choix du menu à cet homme.

« J’imagine que tu as l’âge de boire de l’alcool ! » Il entra dans le salon avec une bouteille de whisky et deux verres. S’il le désirait il pouvait se servir. Il avait besoin d’un verre et d’une cigarette. Le garagiste se laissa tomber dans le fauteuil du maitre, son verre dans une main et sa cigarette dans l’autre. Pour le moment il n’avait pas parlé des problèmes de Nathan car ça le regardait essentiellement. Peut-être qu’il essayait de saisir comment on pouvait se mettre dans une telle merde ?

« Dis moi, tu dois beaucoup de fric à beaucoup de monde ? Ton petit cul ne vaut pas assez cher pour tout rembourser ? Le prix de la pipe à baissé dans le Bronx ? »
La subtilité légendaire de Caïn venait encore de frapper. Finalement il se redressa, toujours sa cigarette à la main et alla jusque dans sa chambre, il sortit un coffret rangé bien soigneusement en cas d’urgence. Il sortit une liasse de billets de cent dollars, il vérifia que son beretta était chargé en cas de problèmes et glissa son couteau papillon dans la poche arrière. Il laissa l'argent tomber sur la table devant Nathan. Il n’en dit pas plus. « Pour éviter de me faire flinguer la déco par un bazooka si ton créancier vient ici ! » Humour décalé. Il n’avait même pas envie de se faire rembourser, si au moins ça pouvait faire une petite pause dans la vie misérable qu’il avait. Il avait l’espoir qu’il aurait l’intelligence de ne pas dépenser ça en drogue. C’était logique pour un métier comme le siens que de snifer pour tenir.

Il se laissa retomber lourdement dans son fauteuil, une main sur la tête de son chien et bu une longue gorgée de son whisky tandis que les vapeurs agréables du risotto envahissaient le salon.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Mar 16 Déc - 16:28

Nathan & Caïn
I saw the life inside your

 

 
Nathan n'avait pas énormément mangé aujourd'hui, et intérieurement il était content d'être ici, chez Caïn et de le voir se mettre au fourneaux. Il était bien silencieux, comme à son habitude. Il avait peur de l'embêter, il n'avait pas l'impression d'être particulièrement le bienvenue bien que le brun soit toujours poli et gentil. Il ne s'attendait pas à ce qu'il le reçoive les bras ouverts avec un grand sourire et devait se faire discret pour ne pas se retrouver dehors. Cain habitait seul, il n'y avait personne d'autre que lui ici. Pas de photo de femme ou d'enfants. Tout ça était très impersonnel, comme l'appartement de Nathan. Mais il était grand, et bien plus propre. Ils se ressemblaient, au fond dans leur solitude. Il caressait distraitement le chien. Son poil était particulièrement doux, bien plus que son petit chat qui sortait tout juste de la dure vie de la rue. Il pensait qu'un beau et grand chien pareil, ça devait coûter beaucoup d'argent en nourriture et en soins en tout genre. Caïn était peut être plus riche qu'il ne le laissait croire. Si il gérait son propre garage, il devait bien gagner sa vie. Nathan pourrait peut être essayer de se reconvertir dans quelque chose de manuel dans le genre, malheureusement, il ne savait pas faire grand chose. Son truc c'était les matières littéraires, et il ne pouvait absolument rien reprendre la-dedans. Bosse dans les bars c'était mieux que la prostitution, mais ça payait moins. Il souhaitait se reconvertir dans n'importe quoi, tant que c'était plus sain, et qu'il se sentait en sécurité. Ce n'était pas impossible, il avait vu des filles et des garçons s'en sortir au fil des années, parfois après des mois de errance. Il gardait un peu d'espoir, au fond, qu'un gentil mec l'engage quelque part. Qu'il trouve une formation. Il ne tiendrait plus très longtemps dans cette vie. Il finirait par craquer, ou par se faire buter. C'était d'ailleurs un miracle qu'il soit encore la. Il avait faillit y passer plus d'une fois. Une odeur très agréable se dégageait de la cuisine. Encore une fois, il allait pouvoir manger correctement grâce à Caïn. Il n'en demandait pas tant, mais secrètement il appréciait qu'on se soucie un peu de lui. Il caressait toujours le chien avec un air gamin, et releva la tête lorsque le brun revint avec du whisky. Il ne se gêna pas pour attraper un verre juste après Caïn et se servit généreusement, il était toujours assit sur le canapé et le regardait avec un léger sourire. Il buvait seulement lorsqu'on lui payait des verres, ce qui arrivait parfois avec certains clients. Mais c'était cher cette merde, il n'en n'achetait jamais pour lui tout seul. « Tout juste. J'ai 21 ans. Et toi ? » Il n'avait pas encore eu l'occasion de lui demander son âge. Il lui donnait la quarantaine. La plupart des clients de Nathan avaient plus de 40 ans, et ils n'étaient pas toujours très bien conservés par rapport à Caïn.

La délicatesse n'était pas une de ses qualités. Et Nathan leva les yeux au ciel après quelques phrases pas très agréables. Il n'avait pas envie de râler, il se contenta de soupirer assez bruyamment en finissant son verre de whishy. « Que veux-tu. C'est la crise pour tout le monde. » Non effectivement, son cul ne valait pas assez cher. Si il avait un logement décent pour recevoir ses clients, il aurait pu augmenter largement ses prix et voir son boulot bien plus rentable, malheureusement ce n'était pas le cas. Il allait d'hôtels en hôtels et parfois bossait dans la rue. Cela dépendait. « Je devais de l'argent à un type qui voulait son fric immédiatement, j'ai commencé à me prostituer mais ce n'était pas assez. Alors j'ai emprunté. Et dès que je devais rendre, je demandais de l'argent à d'autres personnes. C'est devenu un cercle vicieux. Ça fait un moment que je n'ai rien emprunté, mais je dois pas mal de fric à quelques types. Il y en a un que j'ai fini de payer, mais il me demande sans cesse d'énormes intérêts. Je crois bien qu'il veut me faire payer la double de la somme qu'il m'a filé y'a quelques mois. Mais bon, je vais bien finir par m'en sortir, j'espère. » Tout ça à cause de son ex, c'était lui qui l'avait foutu dans la merde. Voilà pourquoi Nathan n'accordait sa confiance en personne. Le seul mec qu'il avait aimé l'avait mit plus bas que terre sans vraiment le savoir. Lorsque Caïn arriva avec sa liasse de billets, il ouvrit grand les yeux. Il lui donnait cette somme ? Sans rien vouloir en contrepartie ? Impossible. Les hommes n'ont jamais été si généreux. Il rit nerveusement et se gratta la nuque. Il en avait certes bien besoin mais ça représentait sûrement une partie de ses économies. Et il lui donnait gracieusement ? Nathan n'était rien ni personne pour lui. « Je ne pense pas qu'ils viendront ici pour te faire la peau.. C'est vraiment une somme importante, j'aurais du mal à tes les rendre et.. je ne peux rien te donner en échange. Enfin je pourrais, mais ça serait une mauvaise idée. » Il n'avait aucune envie de faire de Caïn un client. Non pas que l'idée de coucher avec lui le rebutait, pas du tout ; mais il le voyait plus comme quelqu'un de protecteur, un sauveur. Il aurait l'impression de casser cette relation naissante si il se mettait à coucher avec lui contre de l'argent. Peut être que le brun n'en n'avait aucune envie lui non plus, il ne savait pas trop quoi penser. Il attrapa l'argent et constata qu'il avait assez pour rembourser un mec, et pour manger comme il faut pendant quelques temps. Il fit un léger sourire. Tout n'était pas si nul finalement. Il releva le regard vers Caïn une dernière fois. « Merci... »


Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Mar 16 Déc - 18:43

I SAW THE LIFE INSIDE YOUR
caïn & nathan
Très franchement même s’il n’avait pas été en âge de boire de l’alcool, il s’en foutait un peu. Il avait le droit de se servir. Il l’avait d’ailleurs bien compris vu la dose qu’il venait de se servir. Il ne s’attendait pas à ce qu’il lui retourne la question. Nathan pourrait être son fils. « J’ai 45 ! » Pas besoin de s’étaler sur le sujet. Il ne pu retenir une blague de mauvais goût à laquelle Nathan répondit avec énormément de tact. Pendant quelques secondes, ce fut un véritable éclair, il eut un petit sourire en coin. C’est alors que la prostituée se mit à s’expliquer sur la réaction en chaine qu’il y avait eut dans sa vie, il avait emprunté une première fois et ensuite effet boule de neige. Rien d’étonnant en soit. Il imaginait bien que son premier emprunt n’avait pas été fait auprès d’une banque. Sans rien dire Caïn était parti pour revenir avec un paquet de frics dans les mains qu’il laissa sur la table pour Nathan. Pas besoin de faire dans de longs discours, a moins d’être très con, il n’avait pas sortit cet argent ni pour le chien ni pour faire déco. Il le vit rire un peu ridiculement, il voyait bien que ça le dérangeait un peu ou au final pas tant que ça. Le quarantenaire eut un ricanement un peu rauque, certes un peu effrayant mais il n’imaginait personne lui faire la peau. « Je ne crains pas la venue de vilain, juste que j’ai pas envie de me battre ce soir ! » Ce n’était pas un petit créancier du Bronx qui allait lui faire peur. Il évoqua une possibilité pour le rembourser, même de faire dans un échange, il ne voulait rien de Nathan, ou en tout cas pas en contrepartie de fric. «On va dire que je t’ai jamais donné ce fric ! » Il était clair là-dessus, si ça pouvait l’aider, c’était tant mieux. Il ne serait pas le premier gigolo à recevoir un pourboire gracieux d’un client.

Il se leva toujours le verre à la main, il alla jusque la cuisine pour vérifier que tout mijotait bien. Cela semblait même cuit. Il servit deux assiettes qu’il ramena à Nathan et pour lui, il alla chercher des couverts dans les meubles qu’il disposa autour des assiettes. Le voir retrouver un peu joie faisait du bien, ça permet de se faire une idée à ce qu’il était avant que tous ces événements lui arrivent. « Tu n’as jamais envisagé à changer de vie ? Partir loin de toute cette merde en te disant qu’une vie meilleure t’attend ailleurs ? » Les USA c’est grand, se créer une nouvelle identité était tellement facile dans ce pays. Même avec de faux papiers. Pourquoi Nathan le faisait-il pas ? « Même trouver un boulot qui ne t’oblige pas à vendre ton corps…je veux dire t’es pas moche ! » Il n’allait quand même pas lui dire qu’il était beau. Cependant effectivement c’était un très joli garçon, il avait même honte de le regarder bien plus qu’il n’était. Encore une fois de plus il s’imagina le plaquant dans son lit, le caressant et l’embrassant. C’était vulgaire et déplacé. Jamais il ne pourra lui imposer ça. Et c’était pas sur un vieux militaire comme lui que Nathan allait fantasme.

Pourquoi un manque de valorisation ? Même lui il préférait tuer que de vendre son corps. Il se mit à manger, se disant qu’il avait bien réussi son risotto, le poulet était fondant et le riz bien cuit, les petits légumes légèrement croquants. L’ancien militaire était bon cuistot c’était déjà un point positif. « Tu sais pas faire autre chose dans ta vie ? » Soudainement il se mit à penser à un truc pour Nathan. « Finalement je veux bien un service en échange du fric, tu pourrais me faire du rangement dans les factures et répondre au téléphone pendant deux ou trois jours ? Je te laisse le droit de refuser et de quand même garder le fric. » Il ne lui demandait pas plus à Nathan que de faire la standardiste pour lui.

Il avait un peu de boulot en retard et savoir que quelqu’un pourrait lui gérer la partie administrative du garage serait un véritable soulagement. C’était avec sérieux qu’il demandait ça. « T’es même pas obligé de te foutre à poil pour bosser ! » Définitivement Caïn devait arrêter de faire de l’humour, le cynisme possédait chacune des phrases qu’il voulait pour détendre l’atmosphère. Allait-il accepter cette proposition. Surtout que ce n’était pas un travail compliqué.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Mar 23 Déc - 18:34

Nathan & Caïn
I saw the life inside your

 

 
Nathan avait visé juste pour son âge. Il pouvait être son père. Ca ne le gênait absolument pas, il fréquentait toujours des hommes plus murs. Caïn devait vraiment le prendre pour un gamin empoté incapable de gérer sa vie tout seul. Il y avait quelque chose de dur sur le visage du brun qui lui indiquait que sa vie n'avait sûrement pas été toute rose, il avait l'air compatissant envers Nathan. La plupart des gens se fichaient de la vie des autres, tout le monde galérait plus ou moins et la vie était assez difficile pour qu'on ne ressente pas le besoin d'aider de pauvres gens. Mais pas Caïn qui avait l'air bien décidé à lui donner tout ce paquet de fric. Il le remercia encore une fois, de sa petite voix incertaine. Il ne prit pas le temps de compter les billets, mais il y en avait bien assez pour survivre un petit moment et mettre de côté pour rembourser ses dettes. Il ouvrit la poche fermée de son sweat et les mit soigneusement dedans avant de le retirer. Il portait un t-shirt noir basic, Nathan n'aimait pas beaucoup la fantaisie, il détestait qu'on le regarde. Il faisait tout pour ne pas se faire remarquer. Il faisait plutôt bon chez Caïn et ne ressentait pas le besoin de s'encombrer d'une couche en plus. Par rapport au brun il était bien moins musclé, ça faisait presque peine à voir. Ses bras semblaient si fin en comparaison avec le quarantenaire, il s'efforçait de ne pas le regarder mais il enviait secrètement son corps. Si il avait une carrure pareille, personne ne pourrait plus l'emmerder dans la rue. C'est parce qu'il avait l'air faible et sans défense qu'on pouvait se permettre de le blesser.
Il le suivit des yeux lorsqu'il mit la table. Nathan lui mangeait tous les soirs dans son lit dans un vieux bol. Il devait avoir seulement deux ou trois assiettes et perdait à chaque fois ses cuillères. En bref, il n'avait rien pour recevoir. Lorsqu'il lui posa la question auquel il s'attendait, il se mit à rire bêtement. Tous les gens qui ne bossaient pas dans la rue lui demandaient ce genre de choses. Ils ne savaient pas à quel point c'était difficile de se tirer d'affaire. Souvent, on pensait qu'il était la par choix, par flemme de se bouger le cul pour trouver autre chose. Qu'il aimait son job. Certaines prostituées étaient très contentes de leur travail, elles le faisaient presque par plaisir, elles appréciaient ce contact et trouvaient même leur boulot très utile dans la société. Ce n'était pas le cas de Nathan, la plupart des personnes se prostituant étaient plus ou moins contraintes à ça. Presque personne ne vendait son corps par pur plaisir. Quelque chose s'était cassé en Nathan le jour où il avait commencé à se faire payer pour faire ça. Et depuis, il n'avait plus pu se tirer d'affaire.

« Si.. j'ai déjà pensé à changer de vie. A vrai dire j'y pense tous les jours. Mais à part gagner à la loterie ou trouver un homme qui aura assez de sous pour rembourser mes dettes et m'entretenir toute ma vie c'est totalement impossible. Et en fait, j'ai peur de partir comme ça, imagine qu'on me retrouve.. »

Il passait son temps à imaginer à quoi ressemblerait sa vie si il arrivait enfin à s'en tirer. C'était presque peine perdue. Il n'en pouvait plus d'espérer pour rien. Il préférait presque se dire que tout allait finir mal, au moins, il ne serait jamais déçu. Il avait toujours était beaucoup trop ambitieux, la vie lui avait montré qu'il ne fallait pas s'attendre à grand chose. Moins on avait d'exigence, plus on était heureux. Et finalement, il ne s'attendait à rien de bien, il attendait juste qu'un miracle se produise. « Je n'ai pas de proxénète, mais c'est presque tout comme. J'ai des clients vraiment étranges. Du genre... celui de la semaine dernière. Certains ne voudront jamais me laisser partir. Et mes créanciers comptent sur mon boulot pour avoir leur fric. Ils savent que je me prostitue, et ils savent aussi qu'avec ça je peux gagner bien plus qu'avec un boulot normal. C'est pour ça qu'ils me prennent tout. »

Il rougit un peu à l'espèce de compliment. Ca lui faisait plaisir venant d'une personne extérieure. C'est vrai qu'il n'était pas moche, il avait juste l'air d'en avoir assez de la vie, c'était écrit sur son visage. Il dit à nouveau merci bêtement. C'était sa manie, avec ses excuses. Il semblait trop poli, il n'avait jamais perdu les bonnes habitudes de son milieu. Nathan s'installa à table en face du brun et commença à manger. C'était vraiment délicieux, Caïn était un vrai cordon bleu. Il n'imaginait pas qu'il cuisine si bien que ça. Il poussait même des soupirs de satisfactions tant la nourriture était délicieuse. Quand à la proposition, il ouvrit grand les yeux, surpris. Il allait faire... la secrétaire ? Ça n'avait pas l'air bien compliqué comme job. Il pouvait bien essayer. Il n'avait qu'à dire à ses clients qu'il était malade, ça lui ferait quelques jours de pause rémunérée.

« Non.. à la base je ne sais rien faire mais ce que tu me demandes n'a pas l'air bien compliqué. Je te dois bien ça. Tu n'as qu'à m'expliquer ce que je dois faire et je serais la. »

Si ça pouvait faire plaisir à Caïn, alors il acceptait sans soucis. Il rit à nouveau à la dernière phrase un peu déplacée. Il n'était pas pervers, alors il pouvait se permettre de dire ce genre choses à Nathan. Il haussa les épaules avec un sourire en coin. « Ne compte pas sur moi pour me mettre nu dans un garage en cette période de l'année. Au fait, c'est vraiment super bon. » Il finit rapidement son assiette, il crevait de faim.


Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Mer 24 Déc - 12:42

I SAW THE LIFE INSIDE YOUR
caïn & nathan
Caïn n’arrivait pas trop à comprendre. Alors que lui-même était en quelque sorte dans la même situation, combien de fois il aurait pu changer de vie ? Son seul problème résidait dans le fait qu’il pourrait disparaitre à l’autre bout du monde, la CIA arrive à lui remettre la main dessus. Il n’était pas naïf, cette agence n’aimait pas perdre l’un de leur meilleur mercenaire et aussi l’une de leurs meilleures couvertures. Nathan avait juste peur qu’on le retrouve et pourtant c’était juste une petite prostituée qui devait un petit peu de fric à droite et à gauche. Au moins lui il pourrait essayer. « Et si on remboursait toutes tes dettes ? » C’est vrai ça ? Ca pourrait faire un petit passe temps pour Caïn d’aller voire tous les créanciers pour leur remettre le fric de Nathan, il était sûr qu’au moins qu’on viendrait plus le faire chiez. Dommage qu’il ait tué l’enfoiré qui l’avait agressé, il aurait pu propager la rumeur comme quoi ce jeune homme avait un mec du genre baraqué qui n’avait pas froid aux yeux. Trop tard il avait disparu. Nathan n’avait pas besoin de connaitre les détails de cette disparition. C’est en mangeant qu’ils discutèrent un peu, au final c’était comme d’habitude, l’ancien militaire posait les questions et il suffisait à Nathan de répondre. Soit il devait un sacré paquet de flic, soit il était plutôt bon dans son boulot et ses créanciers le considérait comme une vache à lait. Il écoutait sans rétorquer, ni même juger, le blondinet prenait assez cher tous les jours pour qu’on évite de lui rappeler. Tout en continuant de manger, il pu constater que la nourriture de l’assiette de Nathan disparaissait assez rapidement, ça faisait vraiment plaisir à voir. Pour une fois que quelqu’un d’autre pouvait goûter sa cuisine ça faisait du bien. Il n’était pas un grand chef, il se démerdait comme il pouvait.

Il lui demanda un petit service à la place du fric. Pourquoi tout le monde pensait qu’il faisait froid dans son garage ? Sa chaudière fonctionnait très bien. « Tu réponds au téléphone, tu notes les messages en les classant selon le plus urgent….pour les factures, il suffit de les classer selon la date, de la plus ancienne à la plus récente et les ranger dans un classeur ! » Un boulot de secrétaire plus que banal. Il l’avait un peu taquiné. Il se redressa, débarrassa la tête, son husky le suivit jusqu’à la cuisine, il savait que c’était maintenant l’heure pour lui de manger. Son animal était magnifique avec son pelage clair et ses deux grands yeux clairs malicieux. Après avoir placé la dose de croquette dans la gamelle.

Caïn retourna dans le salon en présence de Nathan, il se laissa tomber dans le canapé, il prit la télécommande pour mettre en route son match de football américain. Le quarantenaire vociférait souvent devant sa télévision à l’encontre des joueurs. Il sortit sa cigarette post repas et tourna la tête vers Nathan. Il avait quelques questions existentielles qui lui trottaient parfois dans la tête. Il avait besoin d’une réponse franche. « Tu penses quoi de moi ? » La question était mal posée, il n’avait pas l’habitude de demander des avis, car il se moquait de la pensée des gens. Aujourd’hui il le demandait à Nathan. « Je veux dire à quarante cinq balais, tu crois que j’ai encore mes chances avec quelqu’un ou c’est trop tard ? » Caïn le grand loup solitaire qui était blasé de la vie elle-même. Il n’avait plus l’âge de se fonder sur des aléas. Il se sentait seul, son boulot lui avait bouffé la vie, la culpabilité avait dévoré ses nuits et aujourd’hui il n’avait qu’un chien pour compagnie.

« Je suis con ! désolé, si t’as envie de te pieuter ma chambre est la dernière porte du couloir ! » Il serait très bien dans le salon avec son chien Rider pour cette nuit, pas besoin de se lancer dans de grands débats philosophiques ou de faire dans la psychologie de comptoir pour ce soir. Ca lui faisait bizarre d’avoir quelqu’un chez lui, il eut une petite pensée pour Meallan qui avait maintenant disparu du jour au lendemain sans qu’il ait de nouvelles. Il espérait juste qu’il ne soit pas mort à cause de son abruti d’amant possessif. Il c’était sentit tellement responsable de ce gamin à l’époque, un peu comme Nathan, bien qu’avec Nathan tout soit différent.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan Mar 30 Déc - 4:56

Nathan & Caïn
I saw the life inside your

 

 
Nathan n'avait jamais envisagé la possibilité de voir toutes ses dettes remboursées un jour. Pour la simple et bonne raison que la plupart ne se finiraient jamais. On lui demandait toujours plus. Au début, il avait essayé de tenir un carnet avec ses comptes, il avait cessé au fil des mois et des années. Il avait déjà remboursé la plupart de ses créanciers. Il devait réellement de l'argent qu'à deux hommes maintenant, et pourtant il se trimbalait environ 4 crédits. Ça payait bien la prostitution. Bien plus que n'importe quel autre job à sa portée d'ailleurs. Si on ne lui pompait pas tout son fric il pourrait vivre très correctement. Il espérait qu'on ait pitié de lui et qu'on le lâche un jour. Il connaissait des prostituées qui vivaient extrêmement bien leur métier. Elles possédaient un bel appartement, mangeaient à leur faim, faisaient sans cesse des sorties shopping. Ça rendait le métier bien plus simple. Nathan n'était pas particulièrement fasciné par l'argent, il en voulait assez pour vivre décemment. C'était très compliqué de passer d'un enfant privilégié de Manhattan à une pute du Bronx. « Si on remboursait mes dettes, tout serait différent je suppose. Mais ça n'arrivera pas demain la veille. Puis ça serait vraiment frustrant pour moi de voir que je ne peux pas m'en tirer tout seul. Je ne suis plus un gosse, je ne devrais pas avoir besoin qu'on me dépanne sans cesse. » Il gardait une once de fierté à l'intérieur de lui. Et il se sentait extrêmement gêné de devoir emprunter de l'argent, demander des services. Il avait 21 ans et était dépendant de beaucoup de gens. Il connaissait certains jeunes même pas majeurs qui s'en sortaient bien mieux que lui, c'était honteux. Il avait l'impression de se servir des gens en plus, alors que ça n'avait jamais été son but. Il n'arrivait pas à construire une relation saine avec quelqu'un, du moins c'était rare. Il y avait toujours des affaires de fric ou de sexe au milieu.

Louis ne put s'empêcher de se resservir un peu. Le plat était trop bon pour ne pas en profiter. Une fois qu'il eut fini, il aurait bien proposé son aide à Caïn pour débarrasser ou pour faire la vaisselle mais il s'y mit tout seul rapidement. Nathan esquissa un sourire de remercient pour ce délicieux repas, ça faisait deux fois que le brun le nourrissait gracieusement. Sans gêne, il alla s'asseoir sur le canapé en soupirant. Il était fatigué. Il n'était pas très très tard mais Nathan pouvait passer des jours entiers à dormir, il adorait ça, il ne pensait plus à rien. Lors de son jour de repos, il ne s'arrêtait pas de dormir. C'était une vraie marmotte. Demain il mettrait son réveil pas trop tard, il ne voulait pas squatter le lit de Caïn jusqu'à tard dans la matinée. Puis il supposait que son garage ouvrait tôt. Il avait en face de lui un homme travailleur, du moins c'était l'impression qu'il avait. Caïn ne devait pas être le genre de mec à passer des heures avachi dans un lit. Lorsqu'il revint, il alluma à nouveau une cigarette. Il fumait beaucoup, il aurait aimé le lui dire mais se rétracta. Certaines personnes étaient agacées par ce genre de remarque. Nathan le premier, pour tout ce qui touchait la drogue il ne supportait pas qu'on lui parle de sa consommation. Il s'était réduit ces derniers temps, il en prenait juste un peu avant de passer voir un client, histoire d'être un peu plus docile. Si il s'écoutait, il giflerait certains hommes et ne se laisserait jamais toucher. Mais il ne pouvait pas.

Nathan ne s'intéressait pas énormément aux sports. Encore moins au football américain. Petit, son père passait ses après-midis à regarder des matchs, complètement fasciné. Nathan avait toujours préféré regarder leurs fesses ou leurs tenues. Ils avaient de beaux corps, un peu trop musclés à son goût mais c'était tout de même pas mal. C'était la seule chose qui le poussait à s'y intéresser un minimum. La première question de Caïn le laissa un peu dubitatif. C'était plutôt vague et il ne savait pas du tout quoi répondre à ça. Que pensait-il de lui ? Qu'il était généreux, et sympathique. Il pouvait aussi prendre ça dans un sens plus intime, du genre que pensait-il de lui physiquement. Mais ils n'étaient plus au collège, ce n'était pas son genre de formuler ça comme ça. La suite de ses paroles étaient encore plus perturbantes. Comment pouvait-il répondre à ça ? Bien sur que non, il n'était pas foutu. On pouvait trouver l'amour à n'importe quel âge, Nathan en était persuadé. « Je pense que tu as toutes tes chances. T'es pas si vieux que ça tu sais, et puis je suis sur que tu peux intéresser vraiment un paquet de monde. » Il se voulait rassurant, il se demandait pourquoi il lui demandait ça, à lui. Tout ça était bizarre. Caïn se rattrapa quelques secondes plus tard en s'excusant et Nathan esquissa un sourire. Finalement, il le trouvait mignon. Mignon n'était pas vraiment le mot approprié mais c'était ce qu'il ressentait envers Caïn en cet instant. Il devait se sentir bien seul pour lui demander quelque chose comme ça. Et ça le touchait finalement, parce que la solitude, il connaissait. Certes, ils n'avaient pas le même âge, mais quand même. « Et moi, tu penses que j'ai mes chances avec quelqu'un ? Parce que les hommes ont beau me trouver pas moche comme tu dis, personne ne voudrait d'une relation stable avec un mec qui s'est fait baisé par tous les vieux porcs de la ville. Pour le sexe, je n'ai aucun soucis à trouver. Pour le reste, c'est plus délicat. Quel mec mignon et sain d'esprit irait choisir un mec dans mon genre alors qu'il peut trouver dix fois plus équilibré ? » Finalement, Nathan et Caïn avaient les mêmes craintes, rester seul. Ça ne le dérangeait pas plus que ça en ce moment, il avait bien d'autres chats à fouetter, il ne voulait pas s'encombrer d'un mec. Son boulot ne lui permettrait pas. Il savait que certains n'étaient pas dérangés par ça, mais il voulait un jour pouvoir construire une vraie relation. Enfin, il y pensait parfois dans le vent. « Enfin... je te dis ça mais je m'en fiche pour le moment. Ce n'est pas possible pour moi d'avoir un copain, et en plus j'ai vraiment eu de mauvaises expériences, je n'ai pas envie de ça. » Il ne voulait plus tomber amoureux et ensuite se retrouver à terre à cause de ses sentiments, plus jamais. Nathan se glissa en boule dans un coin du canapé, regardant toujours la télé. Ses paupières se faisaient un peu plus lourde. Il allait tenir un peu mais pas indéfiniment. « Je peux prendre le canapé tu sais. Il m'a l'air vraiment super confortable. Ca me gêne de te priver de ton lit. »


Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan

Revenir en haut Aller en bas

I SAW THE LIFE INSIDE YOUR | † caïn & nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Archives :: Corbeille :: Bac de recyclage-