Partagez|

Cold Weather - Dean&Micah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Cold Weather - Dean&Micah Mer 17 Déc - 3:19

Il fait froid. Il fait très froid. Autant en été on pète de chaud à New York, autant l’hiver c’est pire que la Sibérie sérieux. J’ai une veste, un hoodie, un pull, une chemise et un marcel sur moi. Sans parler de mon écharpe et mon bonnet. Les bonnets c’est la vie. Dommage que ça nous décoiffe complètement. Sachant que je passe pas mal de temps à me coiffer, ça me saoule grave. Heureusement pour moi je suis beau dans toutes les situations. Décoiffé, coiffé, je fais tomber tout le monde comme des mouches.

Il est bientôt 16h et il fait déjà presque nuit, les joies de l’hiver. C’est quand même très déprimant de se retrouver dans le noir pour les trois quart de la journée. Peut être que je devrais juste me lever plus tôt mais pourquoi faire? Ce n’est pas moi qui ouvre le bar tous les jours. En parlant de bar, c’est bien là que je me rends. Je sors tout juste du métro et je marche à pas rapide parce que j’ai envie de me retrouver le plus vite possible au chaud à la Taverne. Je vois le bar de loin, je vois aussi un petit attroupement juste en face. Qu’est ce qui se passe ? Encore un type qui a bu jusqu’à en perdre connaissance en face et maintenant y’a toute la populasse qui est autour pour voir et mettre des photos sur twitter ? Oh non, je suis mauvaise langue. Plus je m’approche et j’entends les chants de nöel. En effet maintenant que je les regarde de plus près ils sont tout bien aligné sur deux rangé avec quelques personnes devant qui les écoute. Je m’approche et je vais les écouter un instant, curieux comme je suis. Ils sont pas mauvais, et je pense qu’une chorale en face d’un bar ça ne peut être qu’un choix de goût. Ils vont nous faire venir plus de monde, ou bien ils vont venir se désaltérer chez nous entre deux chansons peut être. Je mate un peu les petits jeunes qui chante et mis à part un qui a l’air d’être mineur, y’en a deux autres que je prendrais bien pour mon quatre heure. Ca tombe bien, c’est l’heure qu’il est.

Je reste encore quelques instants à profiter de cette belle vue (oui je ne suis pas très sensible aux chants de Noël, je préfère les petits jeunes mignon). Une fois que le froid est plus fort que moi je décide d’aller à l’intérieur. J’espère pour cette chorale qu’ils sont bien couvert parce que ne pas bouger en restant dehors, c’est du suicide par ce temps. Je devrais sûrement leur apporter des shots de tequila pour les réchauffer.

Je soupire longuement en entrant à l’intérieur. Le bar est loin d’être plein, on peut même dire qu’il est vide. Après tout, il n’est même pas 16h. Les gens se pointent à partir de 18h généralement. Cette chorale m’a un peu déboussolé parce que je ne sais même plus pourquoi je suis venu au bar. C’est pas comme si je gérais quoi que ce soit. C’est Dean qui s’occupe de tout. En parlant de Dean, je traverse la salle principale, saluant les quelques clients qui sont là et je passe dans l’arrière salle.

« Dean ? T’es là ? »

Tout en parlant je me défais mon écharpe et je regarde un peu dans tous les recoins jusqu’à ce que je le trouve.

« Hey, tu m’avais dit de venir pour quelque chose ? Je sais plus pourquoi je suis venu. »

Je déteste ces moments. Quand tu sais que t’es venu pour quelque chose de précis mais impossible de mettre le doigt sur quoi. J’enlève mon bonnet et je sors mon iphone de ma poche en même temps. J’espère trouver un indice dans mes messages ou mes emails ou mes rappels. Non rien à faire je trouve rien.

« Bon ben… Tant que je suis là. Si t’as besoin d’aide pour quelque chose… »

Autant que je serve à quelque chose. Je n’ai pas envie de retourner dehors tout de suite et j’aime La Taverne. Je m’y sens bien. C’est vraiment un deuxième chez moi.

« T’as vu la chorale dehors ? On devrait leur filer de l’alcool pour pas qu’ils finissent frigorifié. »

J’ouvre ma veste en même temps que je dis ça, il fait bon ici, merci le dieu du chauffage.

Revenir en haut Aller en bas
Dean R. Westfield
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 03/12/2013
▌MESSAGES : 1586
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 4410 Auburndale Lane, #204, Flushing.
▌CÉLÉBRITÉ : shiloh fernandez.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah Ven 19 Déc - 17:43

Oh, putain de journée qui commence très mal ! Franchement, je me demande souvent comment je fais pour être aussi calme alors que certains méritent des claques, des coups de poings ou une longue et lente torture, c’est bien aussi… quoiqu’un petit peu violent, je l’admets. Mais cela fait quand même trois fois que je téléphone à l’un des fournisseurs du bar pour les prochaines semaines, mais ce crétin m’annonce tout simplement qu’il ne retrouve pas le bon de commande et qu’en conséquent, il ne peut rien faire à moins que je lui renvoi ma commande… Le seul truc que je vais lui envoyer, c’est vraiment mon poing dans la gueule, un petit direct dans le nez, ça va lui faire beaucoup de mieux et peut-être lui remettre les idées en place – à moins que son cerveau ne décède après un tel choc -.

Pourtant, j’ai même fais des vérifications, au cas où, mais non, je sais que je lui ai envoyé ce fichu bon de commande donc qu’il se foute pas de ma gueule cet espèce de crétin. La patience n’a jamais été mon fort – tout le monde le sait – mais lui, il joue tellement avec mes nerfs que je sens qu’au prochain appel il va tellement s’en prendre plein la gueule qu’il risque de se faire dessus.

Alors lorsque j’entends la voix de Micah, je me demande ce qu’il fiche là. En plus, il me demande si je suis là... Hum.

« Nan, j’suis dans ton cul. »

Ah Ah Ah ! Putain ce que je suis drôle moi, aujourd’hui.

Est-ce que je lui ai dis de venir ? J’en ai pas le moindre souvenir et je suis bien incapable de remettre mes idées en place actuellement alors… Si lui ne sait pas pourquoi il se trouve ici et moi non plus, je crois qu’on est franchement mal barré tous les deux.

« J’en ai aucune espèce d’idée. »

Je me tourne finalement vers lui parce que bon, je vais pas être de dos tout le long de la conversation – non seulement ce n’est pas trop poli, mais je ne pense pas qu’il ait envie de taper la discute à mon dos pendant des heures -.

« Euh… Ouais ! Tu peux te charger de recontacter le fournisseur pour lui dire que si la commande est pas livrée dans la semaine, j’irai moi-même lui foutre un bon de commande dans l’fion ? »

Comment ça, je ne suis pas franchement poli ? Bah ça va. Micah me connaît assez pour savoir que je ne filtre jamais les mots qui sortent de ma bouche et que, très régulièrement, cela donne ce genre de propos assez crus.

« Parce que moi là, j’ai usé tout mon quota de diplomatie pour les sept jours à venir. »


Et le pire dans l’histoire, c’est que je suis sérieux ! C’est aussi pour cela que je ne bosse pas directement dans le bar, en salle, parce que je ne supporterais pas toutes ces personnes et au moindre problème, ça partirait en clash direct.

« De l’alcool avec des somnifères dedans alors. Ils me les cassent depuis tout à l’heure… Heureusement que je ne les entends pas d’ici. »

Ouaiiiiis, les chants de noël me tapent sur les nerfs et je déteste les chorales !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah Ven 26 Déc - 14:05

Dean m'accueille avec un beau « dans ton cul » et pourtant il sait très bien toutes les choses que j'ai déjà mis dans cet orifice de mon anatomie. Il ne devrait pas jouer autant sur les mots quand il s'agit de mes fesses parce que ça me donne toujours des espèces d'idées malsaines. Heureusement que je n'ai aucune obligation ici et que je peux partir quand je veux pour me choper un twink à Soho pour soulager une envie soudaine par exemple. Non je ne le ferai pas, je viens d'arriver et j'aime La Taverne. Je passe quand même pas mal de temps ici, plus pour m'amuser que pour y bosser, soyons honnête.

Bon, ce n'est pas lui qui m'a dit de venir, fuck. J'aurai cru qu'il pourrait éclairer ma lanterne. Je suis sûr que je suis venu pour une raison spécifique mais impossible de me souvenir de quoi il s'agit. Du coup comme c'est lui qui gère le bar, je lui demande si je peux être d'une quelconque aide et visiblement il a des soucis avec un fournisseur. Je fronce le nez, c'est pas franchement ma tasse de thé non plus mais bon, si je peux le dépanner.

« Arrête de parler de cul tu vas m'allumer. Ca fait plus de 48 heures que j'ai pas sorti la bête. »

Et oui il arrive que je ne sorte pas tous les jours et que je ne profite pas des plaisir charnels très souvent.

« Ok j'appellerai le fournisseur... »

Même si ça ne m'enchante pas du tout, ça doit se voir sur ma tronche. Quand je demande si je peux aider je sous entends « à faire des trucs fun » sinon je demanderai pas. Si je ne bosse pas, c'est pas pour rien. Je déteste faire des trucs que j'aime pas. J'ai de la chance d'avoir plein d'argent parce que je suis connu. Si y'a bien une chose que je dois à ma famille c'est de m'avoir renier pour me rendre encore plus célèbre. Je vois la tronche de Dean et je me rends compte qu'il est vraiment au bout du rouleau par rapport à ce fournisseur. Je vais le faire pour lui enlever cette épine du pied.

Je parle de la chorale qui est dehors et il n'a pas l'air d'être enchanté du tout par eux. Ca me fait sourire, il est carrément de mauvaise humeur le pauvre.

« Toi t'as besoin de tirer un coup... »

En fait je pense qu'il a plutôt besoin d'un bon fix, tout comme moi quand j'en peux plus de tout le monde. La drogue n'est jamais loin dans mes pensées, quand t'es un junkie un jour, tu l'es toujours. C'est comme les alcooliques ça. Tous les addict en fait. Heureusement qu'on ne me prive pas de sexe ni d'alcool, sinon je crois que je peux aller me suicider parce que la vie ne servirait à rien pour ma part.

« Y'en a un qui est bien baisable qui chante dehors avec la chorale. Je retournerai voir tout à l'heure au cas où je peux lui faire les fesses. Il a l'air d'avoir tout juste 18 ans mais ça me va. Ce sera pas la première fois. »

Du moment que la personne en face de moi est sobre et entièrement consentante, je m'en fou de l'âge.

« A quel heure tu termines ? »

Je sais bien qu'il doit pas avoir d'heure précises. C'est le gérant, il fait ce qu'il veut. Il faut juste que tous les autres employés soient à leur postes pour que le bar tourne tout seul, enfin, en apparence. Y'a tous les trucs qui se passent en backstage que Dean gère qui vont pas se faire tout seul. Mais j'ai toute confiance en lui. Ca fait bientôt un an qu'on a lancé ce bar et ça tourne bien.

« Tu devrais te prendre un peu l'air, même si il fait super froid. Je vais téléphoner à ton fournisseur et je te force à prendre une pause. »

Je file dans son bureau et après lui avoir demander quelques autres détail pour pas dire complètement des conneries, je passe le coup de fil. Je reste courtois parce qu'il m'a encore rien fait à moi à ce mec. Je me présente aussi au passage parce que mon nom fait des miracles souvent et cette fois ci ne fait pas exception. Le type s'excuse et m'assure qu'il va s'occuper de traiter notre commande dans les plus brefs délai. Je raccroche et je sors du bureau, retournant vers Dean.

« C'est normalement réglé pour le fournisseur. Si tu reçois rien tu me dis, j'irai le voir. »

J'ai décidé de lui enlever ce poids de ces épaules. Ce type lui tape clairement sur le système, alors si je peux aider, même si ça me saoule, je n'aime pas voir Dean complètement énervé comme ça. Si on a ouvert ce truc ensemble c'est pour être tranquille, bosser comme on l'entend, être nos propres patrons.

« Allé vient on va se fumer une clope dehors même si ça pèle le cul. Je te montre le petit cul que j'ai prévu de me faire si il est consentant bien sûr. »



Revenir en haut Aller en bas
Dean R. Westfield
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 03/12/2013
▌MESSAGES : 1586
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 4410 Auburndale Lane, #204, Flushing.
▌CÉLÉBRITÉ : shiloh fernandez.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah Lun 5 Jan - 16:28

Sourire aux lèvres, je me tourne vers Micah et le regarde longuement alors que je secoue la tête de gauche à droite. Il y a des moments où ce mec me désespère franchement, mais je fais avec parce que dans le fond, je l’aime bien et que ouais, c’est un peu grâce à lui si je ne suis plus dans la merde à l’heure actuelle et que je ne suis plus obligé de vendre de la came à de pauvres gars. S’il n’avait pas accepté qu’on ouvre ce bar ensemble, je sais très bien que je serai encore dans les rues et je risquerai de nouveau la taule mais bon, c’est une partie de ma vie que je tente de mettre de côté, même si ce n’est pas si évident que ça en paraît.

« Même sans parler d’cul, c’est facile de t’allumer. »


Mais pour le moment, l’essentiel c’est qu’on arrange le truc avec le con de fournisseur qui n’est pas capable de faire correctement son travail et qui rejette la faute sur les autres. Non mais sérieusement, si je l’avais en face de moi, je lui mettrais quelques droites parce que je ne supporte pas les incapables dans son genre. Et je n’ai pas envie de perdre encore de précieuses minutes de ma vie au téléphone avec un imbécile pareil qui n’est pas capable de prendre en compte un bon de commande pourtant envoyé. Heureusement, Micah va s’en charger et cela m’arrange plus que bien. Avec moi, autant qu’on aurait changé de fournisseur bien rapidement.

« Putain mais grave ! »

Ouais, je ne cache pas que j’ai bien besoin d’une bonne partie de jambes en l’air parce que c’est toujours un bon moyen pour se détendre mais là, je n’ai pas franchement le temps et je n’ai personne sous la main alors je ne peux pas franchement me le permettre.

« T’es vraiment un obsédé, Walton. Tu vas nous les prendre au berceau bientôt, non ? »

Je plaisante ça va. Je sais qu’il n’est pas à ce point, mais cela m’amuse toujours autant lorsqu’on discute ensemble parce qu’on parle librement et on se raconte vraiment tout. Je crois qu’on n’a pas vraiment de tabous. Puis, pourquoi on eu aurait ? Il se tape des mecs, je m’en tape aussi. C’est pas comme si il devait avoir honte d’être ce qu’il est en ma présence.

« J’en sais trop rien. Je ne pensais pas rester trop tard. Après, ça va dépendre si je trouve un truc à faire ou pas. »

Ouais parce que si pour que je m’emmerde dans mon appartement comme un rat mort, autant que je reste ici et que je m’occupe des dernières choses à faire. De toute façon, il y a toujours du boulot quand on bosse dans un bar donc je ne serai jamais à court. Mais là, ouais, j’ai bien besoin de prendre une pause et prendre l’air me ferait le plus grand bien. Il me force à prendre une pause ? J’esquisse un sourire et lui lance un regard.

« T’arriverais presque à m’exciter quand tu deviens autoritaire. »


Je me marre comme un con et j’enfile ma veste avant de disparaître du bureau. Bon, je ne vais pas de suite dehors parce que je parle avec un type qui bosse là, mais comme je ne suis pas du genre bavard, je l’écoute surtout et je balance quelques mots ici et là. Ouais, je ne parle pas beaucoup aux gens que je ne connais pas, c’est comme ça. Il faut bien me connaître pour comprendre que c’est dans mon caractère d’être ainsi.

Bien heureusement, Micah revient après quelques instants et m’annonce que c’est réglé avec le fournisseur. Bien. Au moins lui, il parvient à faire des miracles et c’est tant mieux. Parce que je ne me voyais pas refaire une commande ailleurs alors que cela aurait entrainé de gros retards.

« Dis-moi, t’as déjà passé une journée sans penser à un cul qu’tu pourrais te faire ? »

Je me marre deux minutes avant de prendre la direction de la sortie. Je nous entraine à l’opposé de cette fichue chorale parce que ça me tape encore bien sur les nerfs ces conneries. Je sors le paquet de ma poche, glisse une clope entre mes lèvres et l’allume avant de filer le tout à Micah.

« Bon vas-y, c’est lequel ? Quelle pauvre âme innocente vas-tu encore corrompre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah Lun 12 Jan - 2:15

Même sans parler de cul c’est facile de m’allumer ? Bon ok il a raison… Je suis tellement porté sur la chose qu’il suffit d’un rien pour que mon cerveau fasse des allusions plus que salace. Je n’y suis pour rien, c’est la nature humaine de se comporter comme des vrais bêtes sauvages. Je n’en fais pas exception. Quand je dis à Dean qu’il a besoin de tirer un coup il le confirme sans aucune difficulté, ce qui me fait rire. J’aime trop ce mec. Je lui dis que y’a un petit jeune mignon dehors qui chante et il me traite presque de pédophile, en plaisantant bien sûr. De nous deux je crois en plus qu’il en a chopé des plus jeunes que moi par le passé. J’ai pas les âges exacte donc je ne peux pas argumenter là dessus.

Il me dit qu’il sait pas à quel heure il finit. Je crois qu’il bosse un peu trop pour son bien. Peut être qu’il devrait se prendre un assistant. Enfin, je dis ça, je n’ai aucune idée sur les finances du bar, même si je sais que ça marche pas mal, sinon j’aurai pas de l’argent qui rentrerait sur mon compte tous les mois. J’ai bien envie de le faire déstresser alors je vais passer ce coup de fil qui le saoulait et je le force à prendre une pause. Il me fait rire quand il me dit que je l’exciterai presque à faire mon autoritaire.

« Arrête tes conneries, je t’excite tout le temps. »

J’aime bien me lancer des fleurs comme ça. J’aimerai bien qu’il confirme au passage, ça fait pas de mal un peu de flatterie. On met nos veste pour sortir et je l’embarque alors qu’il a l’air de parler avec quelqu’un, ou pas, c’est peut être terminé leur conversation je sais pas. Anyway, on file dehors et il reprend à parler d’un sujet très important, un sujet qui me tient bien à coeur : le cul.

« Pas depuis que je suis clean. »

Je suis sûr qu’il voit ce que je veux dire. Quand t’es défoncé tu penses plus à rien, tu flottes dans les airs, dans le bonheur la plupart du temps. Dans le bien être total. T’as besoin de rien, t’es bien. Ca m’est déjà arrivé d’être défoncé pendant une journée entière. Maintenant c’est beaucoup plus compliqué pour arriver à cet état de paix mental. Je crois que depuis que je suis clean je baise bien plus qu’avant. C’est une de mes échappatoire le sexe.

Il s’allume une clope et me file le paquet et le briquet. Je me sers volontiers. Je fume pas souvent mais ça fait du bien des fois. Je ne suis pas dépendant du tout, c’est tellement légé comme drogue la clope que ce n’est même pas considéré comme une vraie drogue qui mérite un stage en rehab. J’allume ma clope tout en lui montrant la chorale en face de nous.

« Deuxième en partant de la gauche, rang de derrière. »

Y’avait que des filles de 10 ans dans le premier rang en même temps, il aurait deviné sans que je lui fasse cette spécification.

« Il a l’air de chanter bien en plus. Je l’imagine déjà crier mon nom quand je le prendrais. »

Je me mords la lèvre en regardant le mec de loin. Je me fais complètement mon film dans ma tête. Plus vrai que nature. Mon regard croise celui du mec en question et un bien large sourire s’affiche sur mes lèvres.

« Il m’a capté. »

Je ne compte pas aller le voir comme ça. Déjà d’une parce qu’il est en train de chanter et je vais pas aller casser tout leur moment. Et de deux parce qu’il a vraiment l’air jeune, Dean a raison. Je n’irai rien entreprendre de moi même mais si jamais le petit jeune vient vers moi et se montre consentant, alors là je ne répondrais plus de moi et je sortirai le grand jeu.

« Putain je le baiserai bien… »

On est de l’autre côté de la rue, il ne m’entend pas, j’en suis sûr.

« Non ? Tu te le ferais pas toi ? »

Mon téléphone vibre dans ma poche, comme souvent, je suis un mec très demandé. Je le sors et regarde de quoi il s’agit. Un message, ça va, je n’ai pas envie de couper mon moment avec Dean. Je lis quand même le message parce que je suis curieux car c’est un numéro que je n’ai pas dans mon répertoire.

« Ouh y’en a un qui a envie que je lui bouffe le cul ce soir. »

Je tourne mon téléphone vers Dean et je lui montre le message qui dit littéralement ce que je viens d’annoncer juste avant.

« Je suis surpris de voir que je lui avais laissé mon numéro à celui là… »

Heureusement qu’il a signé parce que je n’avais pas son numéro. Après réflexion il est vrai que j’avais vraiment pris mon pied comme un fou ce soir là.

Revenir en haut Aller en bas
Dean R. Westfield
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 03/12/2013
▌MESSAGES : 1586
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 4410 Auburndale Lane, #204, Flushing.
▌CÉLÉBRITÉ : shiloh fernandez.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah Mar 13 Jan - 16:37

Putain mais qu’il est con – et ce n’est pas dit de manière méchante – mais il est vraiment con ! Quoique j’en tiens une bonne couche aussi vu qu’on se lance des conneries et l’autre réplique toujours derrière. Je crois que ça fait partie des raisons pour lesquelles j’aime autant ce mec alors que généralement, je ne me lie pas aussi facilement aux gens. Je suis plutôt du genre solitaire, et je le prouve en restant sans cesse dans l’ombre, mais avec Micah, c’est différent. Probablement parce qu’on se connaît d’avant. J’en sais rien.

« C’est vrai aussi. Mais c’est parce que tu remue toujours ton cul sous mes yeux. »

Je me marre comme un con et je disparais un peu plus loin alors qu’un gars me parle et me raconte sa vie. Je fais genre que j’écoute, mais j’en ai un peu rien à foutre. Je lui balance quelques mots mais je suis soulagé lorsque Micah revient et qu’on va dehors. J’aime pas les gens. Enfin, ce n’est pas ce que je ne les aimes pas, mais je déteste ceux qui racontent leur vie comme ça, dans le normal, alors qu’on demande rien à personne. Putain, mais allez chez des psychologues ! Ils sont fait pour ça.

OK, depuis qu’il est clean, il ne passe pas une journée sans penser à un cul qu’il pourrait se faire. Ça ne m’étonne pas. Ça me fait sourire même. Je me demande d’ailleurs comment il tient sans la came alors qu’il avait l’air pas mal dépendant. Moi, je ne faisais que la vendre. J’en avais pris qu’une fois, mais je n’ai jamais tenté de nouveau l’expérience parce que justement, je ne voulais pas dépendre de ces merdes, je préférais les vendre, ça rapportait mieux, faut bien l’admettre.

Je m’allume une clope et lui passe ensuite le paquet alors qu’il me montre où est le fameux mec qu’il a envie de se faire. Je le repère et esquisse un petit sourire. Pas mal. Pas mon genre, mais pour un coup, ça passe facilement. Je crois que parfois, il faut pas trop faire le difficile. Et voilà que Micah part dans son délire. Mon Dieu, ce gars est complètement barré. Il vit dans son propre monde.

« Évidemment qu’il t’a capté, tu le mates depuis tout à l’heure et je suis sûr qu’il a lu dans tes yeux toutes les choses que tu as envie de lui faire. À mon avis, il flippe tellement qu’il serre les fesses. »

Je roule des yeux et tire sur ma clope pendant que lui, il continue de se faire son petit film et s’allume tout seul, encore une fois. Moi, je regarde un peu partout avant qu’il ne me pose une nouvelle question. Je crois vraiment qu’on a trouvé le thème de notre conversation : le cul. C’est charmant à quelques mètres d’une chorale. Nous n’avons aucune morale.

« M’ouais, il a l’air trop… fragile. Mais à la limite, juste parce qu’il est dans la chorale et que ça a l’air d’un bon chrétien, je pourrais. Rien que dans le but de le détourner du droit chemin. »

C’est toujours marrant, avouons-le ! Moi ça me fait toujours rire les gars qui prétendent être ce qu’ils ne sont pas juste pour sauver les apparences alors que c’est toujours tellement plus kiffant d’accepter ce que nous sommes. On vit clairement mieux. Et puis, au pire, on emmerde les gens. Je n’arrêterai pas de vivre ma vie sous prétexte que des cons n’aiment pas voir deux mecs ensemble. À mon avis, les plus haineux sont des gays refoulés. Ils n’assument rien et ils en veulent à ceux qui osent.

Et voilà que je me retrouve avec un téléphone juste devant la tronche. Je recule la tête et lit le message en crachant la fumée de ma clope. Un sourire étire mes lèvres alors que je secoue la tête.

« Bah à mon avis, t’as plus de chance avec celui-là qu’avec notre enfant de chœur. »

Au moins, celui du SMS, on sait déjà qu’il est d’accord pour ça, l’autre, on n’en sait franchement rien.

« À moins qu’il accepte et tu l’embarques dans un plan à trois. Ça lui ouvrira les portes de l’enfer. »

J’esquisse un sourire mesquin alors que mon regard se plante sur le jeune homme en question. Je suis sûr qu’à force, le gars il va tellement flipper qu’on le regarde qu’il va fuir en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah Mer 21 Jan - 2:45

Soit disant je remue mon cul sous ses yeux. Non c’est ma façon d’être normal. Il doit le savoir en plus. Pas de ma faute si j’ai autant de charisme et qu’il a l’impression que je m’impose à ses yeux. Je suis trop beau c’est tout. On est dehors et il fait super froid quand même, faut pas se mentir. Heureusement que mon manteau me tiens bien chaud sinon je crois que je serai pas sorti comme ça pour m’amuser. Braver le froid aurait été qu’en cas d’extrême nécessité.

Je ris doucement quand il dit que le mec doit être en train de serrer les fesses. Il est encore plus con que moi ce Dean. Je tire sur ma clope mais sans vraiment y penser. Dean ajoute que le mec a l’air trop fragile pour lui. C’est sûr s’il a envie de lui casser les pattes arrière en faisant son bourrin, il vaut mieux qu’il y ait du muscle. J’explose de rire quand il dit qu’il a l’air d’un bon chrétien et qu’il a envie de le détourner du droit chemin.

« Ah voilà ! Là je te retrouve ! »

Je me rapproche de Dean et je vais passer mon bras autour de ses épaules. Il me fait tellement kiffer ce mec. S’il n’existait pas il faudrait vraiment qu’on l’invente. Je suis vraiment content d’avoir croisé sa route, même si ça n’avait pas commencé sur le bon chemin tous les deux. Comme quoi les gens peuvent changer et peuvent même te changer complètement ta vie. Mon téléphone vibre et je check le message, je kiffe ce que je lis et je partage à Dean.

« J’aime pas trop les plans à trois. »

Je déteste partager. Si y’a un mec dans mon lit il n’est que pour moi. J’ai déjà fait un truc à trois mais je me suis vite rendu compte que non ça va pas le faire. Je range mon téléphone, je n’ai pas envie de répondre tout de suite au SMS. Je ne veux pas que le type pense que je suis au taquet comme ça et qu’il a toutes ses chances non… Je veux lui laisser du suspense, normal quoi.

« Mais j’aime bien ton idée des portes de l’enfer. »

Il est clair que c’est là bas que j’irai après ma mort. Pour être honnête je suis sûr que c’est carrément plus fun que le paradis. Je m’imagine l’enfer comme une immense boîte de nuit gay avec de la musique trop fort et trois tonnes de drogue qui circulent. Putain le pied.

Je termine ma clope et la jette un peu plus loin dans un caniveau.

«  J’allais te proposer de bouffer avec moi ce soir mais on dirait que je vais être occupé. »

Oui parce qu’il est claire que je vais répondre à ce beau SMS que je viens de recevoir. Je ne peux pas laisser passer une telle opportunité quand elle se pointe sous ton nez comme ça sans crier gard.

« Je laisse tomber l’enfant de choeur, même si… »

Je me tourne pour le regarder de loin encore une fois. Je me mords la lèvre.

« … si faut c’est l’homme de ma vie et moi je vais laisser passer cette chance. »

Je dis vraiment n’importe quoi, je suis grave des fois. Je pose une main sur mon coeur et j’ajoute une phrase en disant ça de manière très dramatique.

« Tant pis. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: Cold Weather - Dean&Micah

Revenir en haut Aller en bas

Cold Weather - Dean&Micah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Archives :: Corbeille :: Bac de recyclage-