Partagez|

One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Ven 2 Jan - 1:30



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Le bougre, le scélérat, le traitre, l’incroyable monstre, Wyatt tenait fermement le journal dans ses mains, une cigarette coincée entre ses lèvres, les cheveux en pétard et la tête encore endormie. Et en plus il était rentré à peine quelques heures cette nuit, il allait l’attraper par la peau des fesses, lui faire connaitre la colère des enfers. Il se laissa tomber sur une chaise, il fixa son café. L’homme qui lui servait de compagnon l’avait délaissé pour une petite soirée entre riches. A quoi bon faire la potiche dans l’appartement. Liko passa entre ses pates, son furet avait trouvé comme nouveau jeu de lui piquer sa montre et d’en faire sa balle. Il ne lui en voulait pas, elle ne valait pas un clou. Il fulminait sur place, il n’arrivait même pas à boire son café. En plus elle n’était même pas belle la fille qu’il tenait par le bras, elle était trop plate, plus mince que lui, on pouvait la traverser, elle était mal coiffée et en plus il avait pris l’Aston Martin pour s’y rendre. Ses paupières se fermèrent, combien de fois il avait imaginé cet homme lui ouvrant la portière pour le laisser descendre, le faire avancer avec lui, le présentant comme l’être qui partageait sa vie. Non il n’avait pas le droit, il était un mec, il en avait trop dans le pantalon. Il posa brutalement sa tasse sur la table, en plus il ne lui avait même pas dit. Wyatt en avait marre de vivre dans son ombre, il ne devait pas être assez important à ses yeux pour pouvoir être ce mec.

Il était jaloux et avait décidé de se venger, de lui faire payer. Le tatoueur avait décidé de sortir un peu ce soir pour se changer les idées, la nuit avait été difficile et il aurait aimé avoir ses gros bras de musclor rien que pour lui. Quelle idée de sortir avec un homo refoulé de quarante quatre piges. Soudainement il se souvint pourquoi, car il en était tombé amoureux et que cet homme lui plaisait énormément. La seule photo d’eux qui étaient parus dans les journaux il l’avait encore, il lui serrait la main dans un centre de cure de désintoxication. Il avait réussi à se reconstruire en partie à cause de lui. Le tatoueur parti travailler, pour le moment son bosse ne lui confiait que des petites pièces à faire, mais tant qu’il avait un dermographe dans la main il était heureux. Après sa journée de travail, il rentra se prépara, il se fit beau, enfila un t-shirt avec un col V un peu trop provocateur sur son torse, une veste qui serrait sa taille et un jean mettant en valeur certaines formes de son corps. Ensuite il colla sur le frigo le magasine avec les photos de sa pétasse de la nuit dernière, il colla un post-it avec sa belle écriture calligraphiée. « Ne me cherche pas, je sors aussi m’amuser avec quelqu’un d’autre ! »

Wyatt pris un taxi pour se rendre sur Brooklyn, une fois dehors, il se rendit compte de sa connerie. En faisant sa petite crise de jalousie à deux balles, il était sorti seul, sans copain, sans copine et est-ce que son compagnon déduirait qu’il s’était rendu dans un club dans lequel il sortait une à deux fois dans le mois maximum pour retrouver des amis. Comme un idiot trop fier de sa revanche, il entra dans cette institution de l’amusement. La piste de danse était bien remplie, il y avait du monde et il se sentait totalement seul.

Il avait besoin d’oublier ses problèmes de couple, il avait besoin d’oublier sa souffrance pendant un instant. D’habitude il avait ses amis, il n’était pas tenté par les belles bouteilles resplendissantes alignées sur les rayonnages. Il se laissa tomber sur un tabouret. Il était incapable de draguer un autre homme, son mec avait trop honte de lui pour l’amener au restaurant, ou dans une réception, il ferait tâche l’ancien camé. Wyatt commanda une vodka cerise. Depuis combien de temps il n’avait pas bu ? Six ans, sept ans ? Il caressa du bout des doigts le verre, il le repoussa sans pour autant trop l’éloigner, un combat intérieur c’était déclenché. Un démon un enclenchait un autre, un état d’appel, de manque, ses yeux qui le fixaient…..ce regard froid, inhumain, ce contact visuel qui l’avait poussé à ingurgiter un nombre incalculable de bouteilles qui l’avait mené droit dans l’héroïne. Combien de fois il avait eut envie de le raconter à Bas, de lui parler de ses souffrances. Ca serait égoïste de lui faire partager ce fardeau, de nouveau ses doigts s’enroulèrent autour du verre froid….


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Ven 2 Jan - 15:16

Cela se déroulait toujours de la même façon. Au départ, ce n’était qu’un simple repas de gala, où la plupart des personnalités se montraient pour faire parler d’elles, arborant robes et costumes hors de prix. Bien vite Sebastian s’était habitué à l’ambiance, lui l’enfant des quartiers pauvres et peu fréquentables. De toute manière, il se disait toujours qu’il n’était pas né au bon endroit et que sa carrière aurait décollé encore plus vite s’il avait grandi dans le bon milieu. Même s’il ne serait sûrement pas qu’il était aujourd’hui sans cette enfance à deux balles, sans le harcèlement et le manque d’argent. Il n’aurait sûrement pas eu cette rage de vivre et cette détermination sans faille. Il se rendait bien compte de ce qu’il avait, et ce n’était pas parce qu’il en profitait allégrement qu’il méprisait les autres. Il connaissait la vie difficile, et cela l’empêchait de trop avoir la grosse tête et de devenir un bâtard sans cœur. Même si certaines mauvaises langues diront qu’il se prend parfois pour ce qu’il n’est pas, il ne fait que se faire respecter et prendre au sérieux, car on s’est bien trop moqué de lui auparavant. C’est sa revanche sur le monde et il ne compte pas la rater.

Cette soirée donc, il en avait désormais l’habitude et il savait qu’il allait très probablement n’avoir que peu d’heures de sommeil. Après tout, une fois que les caméras étaient parties, tout le monde se lâchait bien plus, l’alcool coulait encore et encore et tous ces riches, tous ces gens qui étaient depuis un moment devenu son milieu, se transformaient tous pour profiter de cette vie de luxe et d’opulence qu’ils avaient obtenue d’une façon ou d’une autre. Lors de ce genre d’événement, il était pratiquement impossible de se pointer seul et Sebastian choisissait toujours une chanceuse pour l’accompagner. Il avait sa femme auparavant, mais depuis un an, les filles ne cessaient de changer. Oh bien sûr, il aurait bien plus apprécié de passer la soirée en compagnie de son petit-ami, mais ce n’était tout simplement pas possible de l’amener ainsi. Il était impossible pour lui de parler de sa relation à quiconque, et Wyatt demeurait donc son petit secret.

Adelaide était bien entendu une des mannequins de son agence, et cette sortie ne pouvait que faire du bien à sa carrière. Elle était belle, c’était indéniable, et s’il avait été attiré par les femmes elle aurait bien entendu fini dans son lit. Cependant il était non seulement homosexuel, mais surtout casé et ce n’était donc pas du tout envisageable. Avec des cheveux couleur de feu, on ne pouvait pas la rater et Sebastian avait un sourire sincère aux lèvres en lui ouvrant la portière de sa voiture. Son bras s’enroula au sien et ils pénétrèrent dans la grande salle de restaurant, pendant que le voiturier se chargeait de mettre son bébé en lieu sûr. La soirée commençait, et elle s’annonçait grandiose comme toujours.

Il devait être dans les alentours de quatre heures du matin lorsque Sebastian regagna son appartement. Il fit de son mieux pour ne pas faire de bruit et ne pas réveiller Wyatt, sachant qu’il devait déjà lui en vouloir de rentrer si tard. Enfin, ce n’était pas non plus sa faute, c’était impoli de quitter trop tôt un repas tel que celui-ci et cela faisait partit de ses obligations de toute manière. Cela restait malgré tout un plaisir de se glisser dans ses draps et de pouvoir enrouler son bras autour du jeune qui occupait déjà son lit. Malgré tout ce qu’il disait, il se faisait de plus en plus vieux et même s’il tenait la distance lors de telles soirées, il avait besoin de plus d’heures de sommeil qu’auparavant pour récupérer.

Wyatt était déjà partit lorsque Sebastian émergea enfin, et il prit un moment à se motiver pour se lever de son lit. Il avait déjà prévenu sa secrétaire d’annuler tous les rendez-vous qu’il avait ce matin, mais il ne pouvait pas non plus annuler ceux du reste de l’après-midi. Il n’aimait pas vraiment se lever tard, car cela l’obligeait à voir Wyatt uniquement en fin de journée, voir encore plus tard s’il avait à nouveau ce genre de soirée interminable. Son après-midi de travail fut malgré tout chargée, et il fut bien content de pouvoir rentrer chez lui en sachant qu’il allait pouvoir profiter d’une soirée au calme. Il ne voulait pas non plus devenir un homme ennuyeux et casanier, mais se reposer faisait parfois du bien, Sebastian voulait bien le reconnaître. Lorsqu’il rentra à nouveau chez lui ce soir-là, il faillit se prendre les pieds dans Litto, qui ne tarda pas à disparaître sous une chaise pour se mettre à l’abri. Sebastian leva les yeux au ciel, se demandant pour la énième fois pourquoi il avait accepté cette bestiole chez lui. Ah oui, pour faire plaisir à Wyatt.

En parlant de Wyatt, il aurait normalement dû venir le saluer dans la mesure où il était très certainement déjà à la maison, surtout vu l’heure déjà tardive. Fronçant les sourcils, Sebastian attrapait déjà son smartphone dernier cri – oui il lui fallait toujours la pointe de la technologie – lorsqu’une chose anormale trônant sur la porte du frigo attira son attention. Un soupir frustré s’échappa de ses lèvres en voyant la photo en plus du mot laissé son homme. Se passant une main sur le visage, Sebastian prit un moment pour réfléchir à comment réagir à cette nouvelle crise jalousie vraiment agaçante. Il n’avait donc toujours pas compris que les filles ne l’intéressaient pas ? D’accord il n’était pas vraiment capable de se passer de leur attention, mais dans la mesure où cela fait pratiquement vingt ans qu’il y est habitué, il aurait du mal à changer cela. Logiquement, Wyatt avait dû se rendre dans une boîte de nuit quelconque histoire de se venger. Et il était censé faire comment pour le retrouver lui ? Il y avait des centaines de lieux où Wyatt aurait pu se rendre. Surtout que ce n’était pas vraiment le genre du jeune de sortir tout seul comme ça, alors Sebastian ne connaissait même pas une boîte régulière où il pouvait s’être rendu. Bon tant pis, aux grands mots les grands remèdes. Attrapant son ordinateur portable dans son bureau, il activa un logiciel dont Wyatt ne devrait jamais, mais alors jamais connaître l’existence. Au bout de deux petites minutes d’attente, un point rouge apparu sur l’écran. Oui, ce n’était absolument pas bien d’avoir activé le traceur se trouvant dans le téléphone de son petit-ami, mais Sebastian était un homme prudent. Si un jour leur relation venait à se savoir et qu’on voulait se servir de Wyatt pour le faire chanter ou quoique ce soit d’autre, il serait au moins toujours capable de le retrouver. Et dans ce genre de situation, et bien cela servait aussi.

Il enfila une veste à capuche, récupéra les clefs de sa seule voiture passe partout et quitta à nouveau l’appartement, se rendant donc au Club Exit. Ce gamin lui faisait vraiment faire n’importe quoi. Et il y avait intérêt pour lui qu’il ne le retrouve pas collé au premier connard venu, car sinon il n’allait plus répondre de rien. Quoique, connaissant Wyatt, c’était quasiment impossible. Garant sa voiture, il ne lui fallut pas longtemps pour pénétrer dans le club, et encore moins longtemps pour repérer son compagnon au bar. Il n’allait quand même pas s’amuser à se bourrer la gueule quand même ? Car c’était vraiment, mais alors vraiment stupide. Prenant place sur le siège à côté de lui qui venait de se libérer, il attrapa le verre de sa main gauche et le ramena vers lui, l’éloignant de Wyatt. « Bois pas ça, ça apporte que des mauvaises choses. » Des images de son père s’infiltrèrent dans son esprit, mais il les repoussa bien vite, se concentrant sur le jeune homme en face de lui. « Tu m’expliques ta petite crise de jalousie là ? Parce que j’aimerai bien qu’on puisse rentrer, j’ai enchaîné les réunions et là j’ai qu’une envie, c’est de passer du temps au calme avec toi. » Il baissa machinalement la voix en disant ça, non seulement car il était un peu gêné de l’avouer mais aussi car il ne voulait pas prendre le risque qu’on puisse l’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Ven 2 Jan - 18:38



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Ce n’est pas le contenant du verre qui lui faisait envie mais son contenu. Avant même qu’il ait pu l’apporter à ses lèvres quelqu’un attrapa le verre, laissant une trace du liquide sur le bar au passage. Il voulu protester pour dire ô combien il n’aimait pas qu’on lui prenne ses verres des mains. A son grand étonnement c’était Bas’ qui était venu pour lui. C’est vrai que ça aurait pu lui faire plaisir, savoir qu’il avait pris la peine de se déplacer jusque là, uniquement pour sauver un peu les pots cassés pourraient avoir une incidence positive. Or cette Nana était vraiment celle de trop. Un soupir d’exaspération s’échappa de ses lèvres, il était grotesque avec son pull à capuche, n’importe qui pourrait le reconnaitre. Il avait été à deux doigts de retomber dans l’alcool, il tourna sur son tabouret pour poser les coudes sur le bar et éviter son regard, la voix basse de son compagnon avait réussi à atteindre ses tympans malgré la musique un peu forte. Il eut un petit ricanement sur le moment, comme s’il y avait quelque chose à expliquer de toute cette situation, il tourna son regard azur vers son compagnon pour l’incendier de ses pupilles. « Hier soir aussi j’aurais aimé avoir une soirée tranquille ! » Pas besoin de faire dans un développement superficiel. Wyatt n’était pas matérialiste, un cadeau n’aurait jamais pu effacer la peine qu’il avait ressenti en regardant les photos dans ce magasine. Le beau et grand Sebastian Black qui était au bras d’une nouvelle fille. De nouvelles spéculations étaient lancées pour savoir laquelle sera la nouvelle Mme Black. C’est vrai qu’il était beau et malgré les quelques marques du temps qu’il avait sur le visage, cet homme avait un charme de dingue. Lui se moquait qu’on l’entende ou pas.

« Jusque quand Sebastian tu vas te foutre de ma gueule ? Dis-moi quand tu l’as ramené, tu as fait ça sur les sièges arrières ou directement dans son lit ? » Wyatt trouvait légitime d’être jaloux dans de tel moment. Son mec se promenait avec des poupées au bras, il y avait de quoi se poser des questions. Il bouillonnait intérieurement et il se contenait pour ne pas lui faire une crise, sa colère était telle qu’il ne lui demanda même pas comment il avait fait pour le retrouver. « Je sers à quoi ? Ta femme de ménage ? Ton vide couille quand ca te prends ? » Il avait envie de pleurer. Ce soir il c’était fait particulièrement beau, il avait coiffé ses cheveux sombres, il avait mit ses plus beaux vêtements. Comme pour se convaincre qu’il n’était pas une loque dont on avait honte et qu’on laissait à la maison lorsqu’on avait besoin de sortir.

Il avait besoin de lui faire ressentir sa détresse, il avait besoin de lui montrer la douleur de voir la personne qu’on aime avec un autre. Il y avait des beaux gosses sur la piste, des espèces de bobo trop musclé qui dévoilait quelques tatouages mal fait. « Tu crois que je devrais danser avec lequel le grand blond à droite ou le grand brun à gauche ? » Aucun des deux ne lui faisait envie, le seul avec qui il avait envie de danser c’était Sebastian et jamais il ne voudra. Sans même réfléchir il fit un clin d’œil au grand brun, les grands blonds n’avaient jamais été trop son truc. Il préférait les bruns virils, avec du poil sur le torse et de la barbe. Ca faisait toujours son petit effet, d’ailleurs il eut le droit à un grand sourire en guise de réponse, il avait tapé juste en admettant que celui-ci était gay. Le grand blond était bien trop occupé à fixer les miches d’une damoiselle pour aimer les hommes.

« Le grand brun ! Au moins lui n’aura pas honte de me promener à son bras ! C’est vrai, le mec riche qui rencontre le petit junkie ça ne marche que dans les films…Le prince et le clochard ça ne va pas ensemble dans la vraie vie ! » Ce n’était que de la provocation. Il se laissa tomber de son tabouret, il voulait appuyer ses paroles jusqu’au bout. Sa seule intention était de lui faire mal ce soir. Lui qui avait cru qu’il avait terminé tard à cause du boulot. Il commença à s’avancer vers la piste de danse, faisant son petit cinéma. L’homme le regardait, il remuait prêt à l’accueillir. Il n’allait pas le tromper, Wyatt était loyal et il ne pourrait jamais tromper l’homme qu’il aimait, juste lui donner une bonne leçon, il se mit à danser en face de lui, se rapprochant un peu, tout en faisant attention quand même.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Ven 2 Jan - 20:53

C’était vraiment du grand n’importe quoi. Pour une fois qu’il avait vraiment, mais alors vraiment envie de se poser dans son canapé avec Wyatt calé dans ses bras, a regardé une émission de télévision débile. Mais non, il fallait que le destin lui fasse encore un bras d’honneur et décide que l’une des plus grosses crises de jalousie que Wyatt ait pu lui faire soit ce soir. Juste ce soir. Rien que cela agaçait considérablement Sebastian, mais il devait faire de son mieux pour se contrôler et ne pas dire des choses qu’il pourrait regretter. Il allait devoir prendre sur lui pour éviter de partir au quart de tour à chaque remarque, et se comporter comme il fallait pour calmer et réconforter son petit-ami. De toute façon, c’était lui le plus vieux, alors c’était à lui de faire preuve du plus de maturité non ? Car sinon, ils n’étaient franchement pas sortis de l’auberge. Il n’aimait pas quand Wyatt était en colère contre lui, mais il préférait encore cela que de le voir pleurer, ce qui était réellement cent fois pire pour Sebastian. Il se détestait parfois, à ne pas être capable d’avoir les tripes d’assumer tout ça, de l’assumer lui. Leur vie serait tellement plus simple sans ça, il pourrait enfin l’amener partout où il allait, il n’aurait plus droit à ces crises de jalousie qui lui tapait sur le système et surtout il n’aurait pas à culpabiliser de faire se sentir mal l’homme qu’il aimait. Il soupira en l’entendant répliquer qu’il aurait lui aussi aimé passer une soirée tranquille. C’était douloureux de savoir qu’il le blessait. « Je sais. Crois-moi je sais, mais je ne peux pas annuler une soirée tout simplement car mon petit-ami le demande. » Il ne voulait pas spécialement sembler agressif, mais il trouvait vraiment que Wyatt se comportait en gamin quand il lui reprochait de tout simplement faire son travail.

« Attends non mais t’as bu combien de verres avant que j’arrive ? » Il pensait vraiment ce qu’il disait ? Sans rire, il avait passé vingt ans de sa vie à n’avoir que des rapports sexuels avec une femme et donc, en se forçant tout le temps. Et maintenant qu’il était enfin plus ou moins heureux en ménage avec un homme dont il était amoureux, il osait insinuer qu’il allait s’amuser à coucher avec des filles ? C’était vraiment du grand n’importe quoi. Parfois Sebastian oubliait que Wyatt n’avait que vingt-trois ans, et que ce genre de réaction semblait normal pour un jeune. Il détestait que leur âge respectif puisse les séparer tant parfois, alors que c’était ce qui les rapprochait également. Les mots qu’il proférait à son encontre étaient douloureux à entendre, et son propre cœur se serait rien qu’à les entendre. « Tu penses vraiment ce que t’es en train de me dire ? Tu vis chez moi je te rappelle, tu partages ma vie, et tu oses dire que je te considère comme un vide-couilles ? » Il ne savait même plus quoi lui dire, tellement ce qu’il lui racontait était absurde. Oui il était en colère, mais ce n’était pas non plus une raison pour lui sortir des trucs pareils. « Tu sais quoi ? Tu… » Il n’eut même pas le temps de finir sa phrase que Wyatt se tournait vers deux hommes totalement inconnus plus loin dans la boîte. « Pardon ? » Il n’eut même pas le temps de développer plus. Wyatt était déjà repartit dans son délire, et Sebastian était trop choqué pour lui répondre quoique ce soit. Sa jalousie l’envahit d’un seul coup en voyant son homme se diriger vers cet espèce de bodybuilder absolument pitoyable selon l’avis de Sebastian. Lui au moins, ses biceps ce n’était pas de la gonflette, contrairement à cet imbécile qui bouffait son copain du regard. Là, cette histoire allait beaucoup trop loin. Wyatt allait devoir se calmer et arrêter de l’accuser pour des choses sur lesquelles il n’avait pas d’emprise. Il n’imaginait pas ce que cela pourrait lui coûter de se balader avec un homme à son bras au lieu d’une femme. Il ne comptait pas risquer sa carrière pour ça.

« Wyatt ! » Il le rejoint en quelques enjambées, cette fois-ci en colère contre lui. Il n’avait définitivement pas mérité ça. « On peut savoir ce qui te prend ? » Il attrapa son bras et le reprocha de lui, ne faisant pour une fois pas attention à leur soudaine proximité en public. « Je n’ai pas honte de toi putain, et tu devrais savoir que je préférerais parader à ton bras plutôt qu’avec une femme sans cervelle. Tu ne te rends pas compte de ce que ça me coûterait de dévoiler toute cette relation. » Il était en colère, et il faisait de son mieux pour se gérer et ne pas tout simplement exploser. Il relâcha son bras et remonta sa main jusqu’à sa nuque, plantant son regard droit dans le sien. « Pourquoi tu te comportes comme ça ? Ca n’arrangera rien, la seule conséquence c’est de me blesser. Tu crois vraiment que je mérite ça à cause d’une putain de photo ? »
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Sam 3 Jan - 2:09



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Wyatt leva les yeux en entendant ces quelques mots. « C’est vrai, que c’est difficile de faire son travail avec une belle blonde accroché à soit ! Devoir manger avec tous ces piques assiettes et devoir boire du champagne ! Que ton travail a été difficile la veille ! » Il avait pris une fausse voix compatissante totalement sur joué pour démontrer le ridicule de la situation. Le tatoueur en avait plus que marre que de vivre dans l’ombre. Il lui faisait des reproches bien fondés, qui n’avait rien à voir avec une lubie. C’était assez paradoxal, il ne recherchait pas une vie faites de gloire et de lumière, il n’avait aucunement besoin des feux des projecteurs. Ce n’était pas non plus la lune qu’il demandait. Ce qui était blessant était de savoir qu’il était le laisser pour compte dans cette histoire. Il l’accusait maintenant d’avoir bu en son absence. « J’aurais pu boire le premier verre si tu ne m’en avait pas empêché il y a cinq minutes ! » Il gardait les coudes sur le comptoir, continuant d’observer la piste de danse en pinçant des lèvres. Il était vrai qu’il était très certainement dans la pire crise de jalousie qu’il avait fait connaitre à cet homme. Généralement ça se résumait à une petite scène le soir, un câlin et la question était réglée. Pas cette fois. Car ce n’était pas la première fois et ça ne serait pas la dernière fois. C’était trop facile de lui mettre sous le nez qu’il vivait chez lui, encore pire, il ne faisait que renforcer l’idée qu’il n’était que pour lui un fardeau. Qu’il avait fait uniquement des compromis pour son petit confort. Le jeune homme le vivait mal, très mal. Leur relation ne tiendrait qu’à ça, un repas aux chandelles un soir de la semaine, s’envoyer en l’air quand il n’était pas trop fatigué et pas de fantaisie. Ils n’avaient pas le droit au restaurant, sortir dans la rue devait être calculé, ils ne pouvaient pas être en public à deux, pas le droit de se tenir la main. Il ne fit qu’accentuer sa revanche, en faisant mine de s’intéresser à d’autre homme. Aucun homme ne pourra avoir d’égal Sebastian à ses yeux. Personne ne pourra le faire chavirer comme il le faisait. La vie aurait été tellement plus simple sans tout ça. Il se leva, le plantant au bar pour se diriger vers cet homme, cet oiseau de nuit qui ne faisait que rechercher des conquêtes afin de combler une solitude insignifiante. Ca serait suffisant pour lui ce soir.

Il se mit à danser avec lui, tout en gardant une forme de distance, il en faisait assez pour laisser la suggestion. Ca avait l’air de plaire à cet homme, pour lui c’était une torture. Séduire un autre homme devant les yeux de son compagnon ne lui plaisait pas. C’est à ce moment qu’il surgit sur la piste, il venait de lui saisir le bras, il brisa la proximité qu’il avait avec son partenaire de danse, pour le ramener à lui. Il se mit à l’entreprendre, levant les propres mots qu’il avait déjà tenus à son égard. Cependant Wyatt resta totalement impassible, malgré cette main dans sa nuque pour qu’il ne détourne pas le regard. « Tu vois ce que ça fait ? Tu parles d’une simple photo….ce n’est pas qu’une photo, ne ce sont pas que des clichés perpétuels, c’est ce que je ressens quand tu te trimballe avec tes poupées siliconées ! » Il marqua un temps de pause pour se laisser un peu de réflexion. « Tu es PDG d’une grande firme, tu n’as plus besoin de prouver quoique ce soit à quiconque…. A quoi bon discuter à chaque fois ça sera la même chose avec toi ! Je vais rentrer en taxi ! » Il se dégagea de sa prise. Sans même réfléchir il quitta la piste de danse, pas même un regard, il avait été infâme.

L’air frais caressa son visage, le saisissant, il s’en voulait maintenant d’être parti comme un moins que rien. Il allait plutôt rentrer à pieds, ça sera toujours mieux pour lui, il sortit une cigarette de sa poche. « Alors on me chauffe sur la piste et après plus rien ! » Wyatt malgré ses 1m78 n’était pas très costaud, cet homme l’entraina contre le mur dans cette ruelle, il se mit à se débattre. La cigarette à peine allumé retomba dans une petite flambée d’étincelles. « Fais pas ta minaude avec moi ! » Son corps se paralysa. Ce regard, cet homme, était-ce possible ? Il avait réussi à le retrouver. Le mur abrupt accueillit son corps. Il avait les yeux grands ouverts et il lâcha un minuscule cri qui déchira la nuit. Une main s’abattit sur sa bouche pour étouffer le moindre son. Pourquoi avait-il aussi bête ? Son destin allait être scellé dans une petite ruelle sombre. Une main se mit à lui retirer sa veste, il ne voulait pas être souillé.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Sam 3 Jan - 12:47

Il était assez rare que Sebastian se retrouve à court de mots. Il avait appris à avoir de la répartie et à ne jamais être à court d’arguments. Seulement Wyatt était toujours son exception à la règle, et ce dans à peu près tous les domaines. Il n’avait jamais été aussi affectueux et attaché à quelqu’un, hormis sa fille. Il était capable de faire des tonnes de choses pour lui, mais il avait malgré tout ses limites. Son instinct de survie à lui. Il avait tout simplement peur de perdre tout ce qu’il avait construit de ses mains. Il n’était plus capable de retomber dans l’anonymat, il le savait. On s’habituait bien vite au luxe. L’ascension sociale était bien plus facile que la descente. Il avait beau avoir de l’argent de côté et un homme qui ne le lâcherait pas s’il perdait son statut de célébrité, il ne pourrait jamais supporter de se voir bafouer dans les médias. C’était sa vie désormais, il ne pouvait plus s’en passer. Et surtout, il ne voulait pas revivre son enfance, et encore moins voir Wyatt en subir les frais. Il savait comment étaient les médias. Cruels, injustes et sans moral, Sebastian devenait fou rien qu’à l’idée qu’on puisse s’en prendre à Wyatt. Il ne pourrait jamais permettre ça.

Il accusa le coup de ses mots, car il savait qu’il avait raison, que ce n’était pas le côté le plus déplaisant de son travail mais cela restait dur à supporter de savoir que son petit-ami se trouvait tout seul chez lui à lui en vouloir de ne pas rentrer et à ruminer le lendemain matin en voyant les photos dans les magazines. « Non ce n’est pas difficile. C’est être loin de toi qui est difficile. » Goûter à la jalousie n’était pas l’une des choses les plus agréables, et Sebastian avait développé un côté relativement possessif depuis qu’il pouvait avoir à peu près tout ce qu’il désirait. Wyatt était son homme, il l’aimait lui et aucun homme n’avait le droit de l’admirer se trémoussé comme ça. Il voulait lui donner une leçon, mais ce n’était pas une idée brillante selon Sebastian. Après, il avait quand même vingt ans de plus, ils ne réfléchissaient pas de la même façon tous les deux, malheureusement. « Mais elles ne représentent rien ! Tu ne le comprends donc pas ça ? » C’était exaspérant, car pour Sebastian cela était tellement évident qu’il ne devrait même pas avoir à l’expliquer. Cela faisait partit du job, il s’était forgé une image de playboy et le fait de l’entretenir permettait de maintenir sa réputation et sa célébrité. « Wyatt ! » Il s’était déjà enfuit de la piste, et Sebastian se retrouva tout seul comme un imbécile, la culpabilité et la colère courant dans ses veines et serrant son cœur. Ils avaient tous les deux leur tort, mais aucun ne voulait le reconnaître ou vraiment comprendre, c’était ça le problème. Ils étaient tous les deux têtus. Le PDG ne savait plus quoi faire pour faire comprendre son point de vue à son compagnon.

Il n’avait plus rien à faire ici. Wyatt était de toute manière énervé, toute discussion serait stérile ce soir, alors autant rentrer. Tête basse, il quitta la boîte de nuit, se dirigeant vers sa voiture. Un cri sur la droite lui fit brusquement tourner la tête. Il était presque certain que c’était la voix de Wyatt. Sans réfléchir, il se précipita vers l’origine du son, espérant que ce n’était définitivement pas son copain se faisant agresser… ou pire. Visiblement ses prières ne furent pas exaucer, et il vu rouge en un quart de seconde. « Hey ! Lâche-le ! » Il attrapa l’autre homme à pleine main, le forçant à se détacher de Wyatt. Sebastian sentait le sang battre dans ses tempes, et sa colère ne fit qu’augmenter rien qu’en repassant ce qu’il venait de voir dans sa tête. Il allait le tuer. « T’es qui toi ? » « Son copain connard. » Son poing finit sa course sur la pommette de l’autre homme, et le brun était bien content de faire régulièrement du sport. Il était peut-être plus âgé, il était certain de pouvoir gérer ce genre de gros bras sans cervelles. Malgré tout il n’était pas un expert en combat, et il ne manqua pas de se prendre également des coups en retour de ceux qu’il pouvait lui donner. Son œil était douloureux, et il était presque certain d’avoir la lèvre éclatée, mais l’autre n’était pas dans un meilleur état. De toute manière, l’autre semblait être plus un lâche qu’autre chose car après un énième échange de coups, il prit ses jambes à son cou et disparu au coin de la rue. Essoufflé, Sebastian se précipita cependant vers Wyatt, attrapant son visage entre ses mains, l’examinant sous toutes les coutures. « Tu vas bien ? Il ne t’a pas fait de mal ? » Il ne ressentait même pas la douleur de son visage, entre l’adrénaline qui courait dans ses veines et son inquiétude pour son petit-ami.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Sam 3 Jan - 13:41



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
C’était extrêmement paradoxal la place de cet homme. Rien que ses mots teintaient la complexité de cette relation. C’était dur d’être loin de lui et en même temps il n’avait pas d’autre choix que de se comporter comme un homme à femme. Aucune solution n’était envisageable pour l’instant. Depuis un an rien n’avait changé, c’était la même conversation de sourds, l’un voulait une place plus importance et le second clamait qu’il ne ressentait rien pour ces femmes. Dans la tête du tatoueur c’était pourtant l’assimilation qu’il faisait. Sebastian avait été marié, il avait eut une femme, il avait une fille qui ne le connaissait même pas, il avait déjà connu l’attrait féminin, ce qui voulait dire qu’aujourd’hui encore il pourrait vouloir réitérer cette envie. En quittant cette piste il se sentit monstrueux, de l’abandonner au milieu de tout ce monde, en faisant son capricieux plein d’arrogance. Le mec jaloux fier d’avoir donné une petite leçon à son compagnon. Pourtant, il n’y avait aucun orgueil, il se sentait encore plus mal que lorsqu’il avait vu ces clichés étalés devant ses yeux. Il poussa la porte, retrouvant le froid de la nuit New Yorkaise. Il n’était pas du genre à prendre des risques, il devait appeler un taxi et en même temps, il avait envie de marcher. Avant même qu’il ait pu prendre une décision, il fut plaquer contre le mur, il chercha à se débattre au début et ensuite une main devant sa bouche le faisant taire. Son corps en entier se figea, l’esprit du jeune homme se mit à faire une nouvelle représentation de l’agresseur. C’était le tueur de sa jeunesse qui l’avait retrouvé. C’était sûrement sa plus grande peur, que ce psychopathe le retrouve pour lui faire la peau, même après quinze ans, ce qu’il avait fait à ses filles ne relevaient pas de la nature humaine. Avant que quoi que ce soit lui arrive, cet homme massif et grand lui fut arraché. S’il était plus grand que Wyatt, il était alors plus grand pour Sebastian. Son corps retomba contre le mur, il voulu parler et rien ne sorti de sa bouche. Il voyait Sebastian se battre pour son honneur et son intégrité. Il l’entendit même prononcer des mots qu’il n’avait encore jamais dit, qu’il était son copain.

L’échange fut particulièrement violent, Bas’ avait donné son premier coup au visage, l’autre en avait fait autant, le but était de faire le plus mal à l’autre. Lui était impuissant, juste spectateur de sa propre bêtise. La bagarre aurait pu attirer du monde, par chance personne n’était venu. L’issu de ce combat fut glorieux pour le milliardaire, car il fit fuir l’agresseur après un dernier coup dans les côtes. Deux larges mains se refermèrent sur son visage, il le voyait observer partout s’il n’avait rien. Pendant quelques minutes il resta totalement muet, vide de l’intérieur. Jusqu’au moment où toutes les connexions se firent à nouveau, il semblait enfin reconnaitre son petit ami. « Bas’ ! » Ce fut son premier mot. Sans même réfléchir, il alla se réfugier dans ses bras, il posa sa tête sur son épaule, il tremblait, ses jambes étaient à la fois lourdes et en coton. Elles ne voulaient plus le tenir, il se plaqua contre lui. Il était en état de choc. « Il m’a retrouvé ! Il a réussi à me retrouver, il va me… » Il n’arriva même pas à achever sa phrase, il s’arrêta net, comprenant que son esprit lui avait joué un tour. Si ça avait été le tueur, il l’aurait reconnu directement dans la boite.

« Bas’ je suis tellement désolé, j’aurais jamais dû faire ça, voila ce que j’ai fait…je ne voulais pas en arriver là, excuse moi s’il te plaît pour tout ça ! » Il remonta les yeux sur sa lèvre en sang et son œil qui semblait bleuir. Il enroula un bras autour de ses épaules pour prendre appuie, il se sentait enfin en sécurité contre lui. Ils auraient pu passer une excellente soirée tous les deux, avec Liko qui serait venu les faire chiez alors qu’il regardait un film ou une émission. Ils se seraient fumés une cigarette et ils auraient fait l’amour pour conclure cette soirée. Lui n’en avait fait qu’à sa tête, une fois de plus tout ça lui avait monté à la tête.

« Je veux rentrer ! » Doucement il alla replacer la capuche sur la tête de son homme, en signe de paix, il n’était pas bien, à la fois victime de cette agression et coupable de l’avoir provoqué. Il se sentait sale, cet homme avait touché là où seul son homme avait le droit. Wyatt entendit un nouveau bruit et tourna la tête. Ca n’était rien qu’un bruit sans importance, surement un chat derrière cette poubelle. Pourtant, s’il avait été voir, il aurait pu voir un photographe qui n’avait pas loupé une miette des événements. Ce que le tatoueur ne se rendait pas compte c’était que constamment son homme était suivi et épié pour analyser son comportement et tomber sur le scoop du ciel. Comme ce paparazzi.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Sam 3 Jan - 16:44

Sebastian n’avait jamais été du genre violent. Bien entendu il était un garçon, et il lui était déjà arrivé de tomber dans des bagarres, mais en général, il ne le faisait que pour se défendre. Il n’avait jamais été trop bon quand il s’agissait de se battre, et le fait que ses adversaires étaient en général bien plus nombreux que lui l’empêchait bien d’avoir l’avantage. De toute manière, il n’avait jamais été un adepte des bagarres. Pour lui, la violence ne résolvait pas grand-chose, et cela montrait simplement qu’on n’était pas capable de s’exprimer autrement que par la brutalité. Sebastian s’était bien vite mis à mépriser ce genre de personne, personnes qu’il avait dû supporter pendant dix longues années, pratiquement chaque jour. Lorsqu’il avait quitté le lycée pour enfin se rendre à l’université, cela avait été une renaissance pour lui et il s’était enfin pleinement épanoui. Il n’avait plus eu de bourreau sur son dos, de gros bras sans cervelles ayant décidé de lui taper dessus et connaissant les moindres détails de sa vie, et pouvant donc le blesser bien plus qu’il n’aurait voulu l’admettre. Il se demandait où ils étaient passé d’ailleurs, tous ces imbéciles. il aimerait tellement pouvoir prendre sa revanche une fois, les humilier comme eux l’avaient tant de fois avec lui. Sa réussite était déjà une revanche en soit, mais Sebastian voulait malgré tout plus, même si cela n’apportait rien de sain.

En tout cas depuis l’université, il n’avait plus jamais eu une seule histoire de bagarre à comptabiliser. Jusqu’à ce soir. Alors oui la violence ne résolvait rien, il était le premier à le dire, mais parfois, cela soulageait vraiment. Cet homme avait osé poser les mains sur son Wyatt, il avait voulu lui faire du mal et Sebastian ne voyait pas d’autres solutions que de lui rendre la monnaie de sa pièce et cela, par la violence. Tant pis s’il se prenait quelques coups en retour, cela le soulagerait et il se sentirait bien mieux en sachant qu’il n’avait pas rien fait après qu’on s’en soit pris à une des personnes les plus importantes dans sa vie. Il n’avait pas du tout réfléchi en fait, seulement Wyatt comptait à cet instant-là. Pourtant, demain il allait avoir des marques sur le visage, et il allait bien devoir travailler. Il faudrait inventer une histoire, mentir pour cacher la vérité, comme toujours. Heureusement, personne n’avait de preuves de ce qui s’était passé. Du moins, c’était ce qu’il croyait. Ignorant la menace qui se tapissait dans l’ombre, épiant le moindre de ses faits et gestes, Sebastian s’enquit immédiatement de l’état de son petit-ami lorsque l’agresseur fut partit. Wyatt prit un moment à lui répondre, et l’inquiétude du PDG ne faisait qu’augmenter. Il poussa un soupir de soulagement en le serrant finalement contre lui, heureux qu’il aille relativement bien, hormis les conséquences psychologiques. « Ça va, c’est bon, c’est fini. » Il déposa un baiser dans ses cheveux, tentant d’être le plus calme possible et de l’apaiser. Il n’avait aucune idée de quoi parlait Wyatt, mais il ne comptait pas le questionner maintenant, pas après ce qui venait de se passer. Il garderait ses questions pour plus tard. Et puis il aimerait bien pouvoir rentrer pour mettre de la glace sur son œil, car sa vision commençait à être moins bonne au fur et à mesure que la contusion enflait. Il tenta de lui faire un sourire quand ses yeux croisèrent les siens, malgré la douleur que cela provoqua au niveau de sa lèvre. « Tu n’as pas à t’excuser, ce n’était pas ta faute. » Il caressa ses cheveux à nouveau, embrassant son visage intact du regard. Il préférait être celui ayant reçu les coups que le plus jeune.

« Allez viens, on va à ma voiture. » Il y eut un bruit derrière eux et Sebastian se retourna, prêt à défendre Wyatt si l’agresseur revenait. Rien n’apparut cependant dans son champ de vision et il se détendit, glissant une main dans le dos du brun, le guidant vers la rue principale. Sa voiture n’était pas bien loin, et ils ne mirent pas longtemps à l’atteindre. Sebastian se figea sur place alors qu’ils n’étaient qu’à quelques pas de sa place de parking, retenant Wyatt pour l’empêcher d’avancer. Putain, des paparazzis. Il allait falloir la jouer fine. Rentrer en taxi semblait la situation la plus raisonnable, ainsi personne ne le verrait emmener Wyatt dans sa voiture. « On va prendre un taxi plutôt. » Il était sur le point de faire demi-tour quand l’un des rapaces tournant autour de sa voiture se retourna et regarda droit dans sa direction. La main du PDG avait déjà glissé du dos de Wyatt, et son cerveau tournait à mille à l’heure. Plus moyen de s’échapper désormais, et cela semblerait encore plus louche. Prenant une forte inspiration, il se tourna vers Wyatt, s’excusant du regard pour ce qui allait suivre et qui allait à coup sur le blesser. « N’ouvre pas la bouche, et laisse-moi faire. Tu montes dans la voiture et tu ne fais rien d’autre. » Il n’y avait que cinq personnes, mais cela suffisait. Rien qu’une seule aurait suffi pour mettre la pagaille. Il regagna finalement son véhicule, Wyatt à ses côtés. Les flashs crépitaient déjà, heurtant son œil endolori. Il était habitué à la lumière aveuglant depuis un bon nombre d’années, mais il se doutait que Wyatt ne devait pas du tout apprécier, surtout vu la situation. Les questions fusaient déjà, et Sebastian ne perdit pas de temps. « Monsieur Black, que vous est-il arrivé ? » « Avez-vous été agressé ? » Non non, il s’était fait ça tout seul. Les paps’ étaient vraiment débiles des fois. « Monsieur qui êtes-vous ? » La première question à l’ensemble de Wyatt fit ouvrir la bouche de Sebastian, et il croisa les doigts pour que le jeune ne saisisse pas l’occasion pour révéler leur relation. Il n’était définitivement pas prêt pour ça. « C’est un ami de ma fille, alors s’il vous plait laissez-le tranquille. Je répondrai à toutes vos questions demain matin, appelez ma secrétaire pour préparer une conférence si vous voulez. Pour le moment j’aimerai juste ramener le garçon chez lui et mettre de la glace sur mon visage. Bonne nuit. » Il était en général plus sympathique avec les journalistes, vu qu’ils étaient ceux faisant et défaisant sa réputation, mais ce soir, il n’était pas du tout d’humeur.

Il put finalement démarrer la voiture et ils quittèrent les flashs des appareils photos. Sebastian resta un moment silencieux, songeant à comment il allait pouvoir calmer toute cette histoire demain et à quel point sa secrétaire et ses conseillers allaient le haïr pour cette soirée. « Je suis désolé. Ils ne me laissent jamais tranquilles. » Il jeta un coup d’œil à Wyatt, énervé qu’il ait dû subir ça après une agression. Sa célébrité craignait vraiment des fois.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Dim 4 Jan - 1:33



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Wyatt avait été secouru par son compagnon. A ce moment il se trouvait incroyablement chanceux, car qui aurait pu dire qu’il puisse s’arrêter ? Qu’est ce qu’il lui serait arrivé s’il n’était pas passé par là ? Lorsque les bras se refermèrent autour de lui, il se laissa envahir par la tendresse et la protection, il reçu comme une bénédiction ce baiser dans ses cheveux. Il avait tenu des propos bien mystérieux, il c’était arrêté à temps. Il serait incapable de répondre à son compagnon sur ceux-ci et il y avait bien un don qu’il n’avait pas c’était celui de mentir. Il ne pu s’empêcher de s’excuser de son comportement, sans quoi tout ceci ne serait pas arrivé. Bastian l’invita à rejoindre sa voiture, il serait soulagé d’être rentré après cette soirée particulièrement houleuse. Une main dans son dos, ils marchèrent l’un à coté de l’autre, il fut ravis d’avoir ce contact physique. La voiture de luxe brillant devant les lampadaires les attendaient. Il n’était plus très loin, c’est à ce moment qu’il le retint d’un geste de main. Wyatt ne compris pas le geste sur le moment, pourquoi un taxi ? Ils avaient une voiture, pas la peine de payer une course en plus. C’est au moment des flashs, des cris, de cette population de requins qui les encerclèrent qu’il comprit. Il fut abasourdi. C’est à ce moment qu’il aurait pu saisir l’occasion de couper l’herbe sous le pied à Sebastian, ça aurait été dégueulasse et aurait pu être perçu comme une trahison. Le tatoueur décida de suivre ses conseils, de monter dans la voiture et de le laisser faire. Il avait beaucoup plus l’habitude des médias que lui. Intérieurement, le jeune homme se demandait comment cet homme allait sortir de cette situation particulièrement épineuse. C’est ainsi qu’ils revinrent sur leurs pas, l’idée du taxi n’étant plus envisageable L’image de lui était peu glorieuse, Wyatt se sentait horrible après cette crise de jalousie. Si un jour Sebastian venait à parlé de lui, ce n’était pas dans un scandale médiatique. Il ne voulait pas être l’objet de la perversion. Alors qu’il tirait la portière, on s’adressa directement à lui, il était encore tremblant. C’est à ce moment qu’il se posa un héro, il n’allait quand même pas le faire passer pour le petit ami de sa vie. Malheureusement, les photos qui seraient publiées demain à la première heure allaient beaucoup contredire ce petit discours qui aurait pu lui sauver la face.

Une fois sur le siège passager et Sebastian ayant terminé son petit numéro, il démarra le petit bolide et il se mit à parler pour s’excuser. Wyatt ne répondit pas, il avait la tête tournée vers la ville, observant les lumières qui défilaient. La vie médiatique serait-il capable de la supporter ? Etre suivis sans cesse et pourchassé ? Si ça lui permettait de faire un restaurant en tête à tête avec l’homme qu’il aimait, il s’en moquerait. Il resta interdit tout le long du voyage. Lorsqu’ils retrouvèrent leur appartement, Liko vint vers lui pour obtenir quelques caresses à peine la porte fut ouverte mais le plus urgent était Sebastian. Il prépara une poche de glace pour son homme. « Tient ça devrait te soulager ! Fais attention à ta lèvre…» En faisant bien attention, il appliqua la poche, il sortit ce qu’il faut pour qu’il se soigne la lèvre. Un peu d’arnica devrait aussi atténuer les bleus. Une fois qu’il fut certain que son homme ait tout ce qu’il faut. D’habitude il aurait eut un geste tendre, il n’eut d’égal qu’un détachement sans faille depuis qu’il était monté dans la voiture.

« J’ai besoin de prendre une douche ! » Cet homme l’avait touché, il se déshabilla rapidement dans leur salle de bain, ses vêtements sentaient cet homme, il aimerait les voir brûlé. Dans le miroir il fixa les marques sur ses bras, les stigmates d’un passé trouble. Il mit en route l’eau et ce n’est que lorsque les goûtes martelèrent le carrelage qu’il se mit à pleurer. Jamais il n’aurait aimé lui donner cet image de lui, il lui avait déjà assez mené la vie dure pour ce soir. Sebastian ne pourrait pas l’entendre. La crise de jalousie lui revenait, tourbillonnait, le visage de cet homme, son corps qui s’abattait contre le siens, il n’en avait pas envie. Son dos nu rencontra le mur derrière lui, il se laissa glisser se recroquevillant sur lui-même. Entre deux flashs, il voyait leurs corps, il entendait leurs cris, leurs yeux appelaient au secours. Ses bras enserrèrent ses genoux, sa douche se prolongeait. Il était incapable de savoir depuis combien de temps il était dans cette cabine. Les mots de Sebastian créés un fond sonore sur ses images glauques, il n’était qu’un ami de sa fille. Il se sentait si petit, il aurait aimé disparaitre, la vie de Sebastian serait tellement plus simple.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Dim 4 Jan - 13:37

Ce n’était tout simplement pas sa journée. Tout semblait aller de travers aujourd’hui, et Sebastian n’avait plus qu’une envie ; se coucher pour que tout cela se termine. Malheureusement il ne pouvait pas encore se glisser dans la douceur de ses bras, et il allait devoir s’occuper de plusieurs choses avant d’avoir ce repos bien mérité. Maintenant que l’adrénaline qui courrait dans ses veines s’était dissipée, il se ressentait bien mieux la douleur dans ses membres, ainsi que le lancinement qu’il ressentait au niveau de son œil. Il aurait une tête à faire peur demain, c’était certain. Il était pratiquement certain de faire la une des magazines, et tout le monde allait mettre son petit commentaire sur ce qu’il lui était arrivé. En même temps, les médias – voire même les gens en général – aimaient spéculer sur le compte des people et Sebastian n’allait pas faire exception à la règle. Il y était habitué désormais, mais il espérait simplement qu’on ne sache rien au sujet de Wyatt. Il ne voulait pas voir sa vie bouleversée. Du coup, mieux valait qu’ils rentrent vite chez eux, histoire que Sebastian puisse appeler sa secrétaire et qu’ils s’arrangent pour minimiser l’impact de sa gueule de gangster.

Bien entendu, la chance n’était pas du côté du PDG et il aurait volontiers hurlé sur les paparazzis qui tournaient autour de sa voiture. Il avait pourtant pris la moins voyante de toute, elle n’était pas de couleur criarde et n’était absolument pas la plus chère qu’il possédait. Cependant elle restait impressionnante, et cela ne faisait aucun doute que les paps connaissaient bien ses voitures, même les moins criardes. Heureusement il s’était vite habitué à mentir pour protéger au minimum sa vie privée, et il ne lui fallut pas longtemps pour monter un bobard à peu près crédible. Il fut soulagé que Wyatt fasse exactement ce qu’il avait désiré, c’était ainsi beaucoup plus simple à gérer et il put envoyer balader les photographes et autres vautours relativement rapidement. Son cerveau ne cessait de tourner à mille à l’heure alors qu’il démarrait la voiture, et le silence de plomb ainsi que l’ambiance tout sauf chaleureuse ne l’aidait pas à se calmer et se détendre. Il avait beau s’excuser, Wyatt ne répondait pas et Sebastian pouvait comprendre, en quelque sorte. Vu la soirée qu’ils venaient de passer, ne pas être bavard était tout à fait normal. S’il n’avait pas eu peur de se prendre un rejet en pleine face, il aurait sûrement tendue la main pour serrer la sienne, mais il n’était pas bien certain de l’était d’esprit du plus jeune et n’avait pas envie de tenter le diable.

Aucun des deux ne décrocha un mot jusqu’à chez eux, et même Sebastian qui avait toujours de la répartie, ne savait pas quoi dire pour calmer le jeu. Il préféra rester silencieux, et prit place docilement sur le canapé alors que Wyatt lui rapportait une poche de glace pour son œil. Il le regarda déambuler dans l’appartement et lui ramener de quoi apaiser ses plaies, et Sebastian ressentit un élan d’amour envers ce garçon qui partageait sa vie depuis trois ans. Cette distance qu’il mettait entre eux était douloureuse, mais Sebastian comprenait et ne le forçait pas à être proche de lui. Il ne voulait pas empirer les choses. « Merci. » Il lui attrapa la main et la serre un instant, avant que le jeune homme ne disparaisse pour aller prendre une douche. Sebastian se laissa retomber contre le dossier du canapé, sa poche de glace toujours sur son œil. Il avait réellement envie de dormir, mais il allait devoir d’abord s’occuper de ce tapage médiatique. Récupérant son téléphone, il tapa sur le nom de sa secrétaire et l’appel s’enclencha. Elle allait le détester pour l’appeler à une heure pareille, mais elle savait qu’il n’était pas le genre de patron tyrannique qui appelait n’importe quand et donc, que l’appel avait une bonne raison d’être. « Monsieur ? Vous savez quelle heure il est ? » Cela ne l’empêchait d’être un peu énervée contre lui, bien entendu. « Désolé de vous déranger Natasha, mais on a une urgence à régler en prévision de demain matin. » Il entendit un bruit de tissu froissé, et il comprit qu’elle devait sûrement s’être redressée dans son lit, entièrement à son écoute. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Maintenant, il n’y avait plus qu’à raconter la vérité en omettant certaines choses et en la transformant à certains endroits. « Je suis sorti au Club Exit, prendre un verre. Quand j’ai quitté le club j’ai entendu un bruit dans la rue, j’ai été voir et j’ai reconnu un ami de ma fille qui se faisait agresser. J’ai été l’aider et je me suis battu avec lui. » « Oh mon dieu, vous allez bien ? » « Oui oui ça va, rien qu’une poche de glace ne puisse guérir. Le problème c’est que des paps sont apparus, et ils ont donc des photos et tout le tintouin. Si vous pouviez vous occuper d’eux quand ils viendront nous harceler demain au bureau, ce serait super, je n’ai pas vraiment la tête à ça. » « Oui bien entendu, je ferai faire un détaché de presse pour que tout cela passe le plus rapidement possible. » Elle était vraiment une perle, il ne regrettait pas de l’avoir engagé. « Merci, et si vous pouviez vous arranger pour qu’ils n’apprennent rien sur le gamin, je n’ai pas envie qu’il ait des ennuis. » « Bien entendu monsieur. Ce sera tout ? » L’avantage, c’était qu’elle était suffisamment professionnelle pour ne pas poser de questions. « Oui ce sera tout. » « Bonne nuit monsieur, ne vous en faites pas, je m’occupe de tout. » « Bonne nuit Natasha. » Il laissa retomber le téléphone sur le canapé, et laissa son corps se relaxer. Il n’aurait pas à s’occuper de cela, c’était toujours un soulagement. Il enleva finalement la poche de glace de son œil et se leva pour aller la déposer dans l’évier de la cuisine.

Un bruit d’eau provenait toujours de la douche, et Sebastian se fit la réflexion que cela faisait quand même un bon moment. Quelque peu inquiet, il alla cogner à la porte de la salle de bain. « Wyatt ? Ça va ? » Il enclencha la poignée de la porte, pénétrant à l’intérieur de la pièce. Son cœur se serra en voyant le jeune homme recroquevillé sur lui-même, le jet de la douche coulant sur sa tête. Sebastian alla éteindre l’eau, récupéra une serviette et se baissa au niveau de son compagnon. « Wyatt… Viens, on va te sécher et on va aller s’allonger tous les deux d’accord ? » Il glissa la serviette autours de ses épaules, l’aidant à se redresser en l’appuyant contre lui. Il s’occupa de lui tendrement, sans prononcer un mot et lorsqu’il fut de nouveau habillé d’un jogging et d’un t-shirt, il l’intima à venir jusque dans la chambre avec lui. Ils s’allongèrent tous les deux, Sebastian le serrant fort contre lui, caressant ses cheveux. « Tu veux en parler ? »
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Dim 4 Jan - 21:38



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Wyatt voulait d’abord prendre soins de son homme car il avait toujours été sa priorité. Jamais il n’aurait pu le délaisser dans le salon alors qu’il avait joué au guerrier pour sauver son honneur. Il rassembla tout ce dont il avait besoin pour panser les quelques blessures qu’il c’était faites. Lui il n’avait rien, la blessure était pourtant béante, ouverte à l’intérieur, dégoulinante de toute la douleur qu’il avait intériorisé depuis qu’il était petit. En s’observant dans le miroir il se sentit lâche, irresponsable et coupable des torts qu’il avait causés ce soir. Sous le jet d’eau brûlante, il pu enfin se lâcher, il pouvait pleurer, le bruit de l’eau couvrait tous les sons extérieurs. Il ne pu heureusement ne pas entendre la conversation téléphonique de son petit ami, ni le son du point qui s’abattait contre la porte. La cascade qui descendait du plafond effaçait les larmes sur son visage, plaquait ses cheveux sur son crâne, il était bien comme ça, il avait envie d’être totalement oublié. C’est à ce moment que l’eau s’arrêta. Une silhouette se forma en face de lui, une serviette à la main, il l’aida à le redresser. Comme un gamin il se laissa essuyer, il n’avait pas honte de sa nudité surtout pas avec cet homme. Il se laissa aussi s’habiller, encore un peu goguenard. C’était avec cet amour qu’il prenait soins de lui, il l’habilla pour l’amener dans le lit, un jogging et un t-shirt. Peu importe son apparence, il pouvait être informe ce soir. Son corps s’allongea et il se laissa prendre dans les bras de Sebastian. Une main dans ses cheveux, il lui proposa de parler un peu des événements de ce soir. Toujours le même mutisme, cette bulle qu’il avait créé il y a bien des années était de nouveau présente. Depuis qu’il était sorti de la voiture il n’avait pas décroché un seul mot. Le bon point était qu’il n’avait pas refusé le contact physique, il laissa ses larges bras musclés autour de lui. Bon sang, combien de fois il l’avait fait rire depuis qu’ils étaient ensemble, il l’avait aussi fait pleurer. Wyatt renifla une ou deux fois, se calant un peu plus contre le quarantenaire. « J’ai eut peur ce soir…je ne pourrais jamais m’en remettre de te perdre ! » Sa véritable peur du moment était aussi que cette relation secrète ne détruise leur couple. Ce n’était pas de jalousie, pas de la colère, une constatation.

Il se moquait de la gloire, des lumières, de l’argent ou de la célébrité. Il l’aimait, il ne devait pas en douter un seul instant. Il soupira, il avait la lèvre fendue qui ne saignait plus, elle risquait de gonfler un peu. Délicatement il vint frotter son bout du nez contre sa jolie barbe, il adorait celle-ci, elle lui avait toujours fait un effet de dingue. « Il m’a touché…même si c’était sur le ventre, il n’avait pas le droit, tu es le seul qui peut…tu es le seul à pouvoir ! Et je me sens si….mal d’avoir eut cette crise de jalousie ! Je te fais vivre l’enfer ! » Il ferma les yeux, non, il ne devait pas y penser, ce soir il n’y couperait pas, il allait encore faire ce cauchemar qui faisait répéter sans cesse cette scène monstrueuse. « Il n’avait pas le droit, personne n’a le droit de faire du mal à une autre consciemment ! » Il alla chercher sa main pour entrecroiser ses doigts avec les siens. Il chercha son regard, il avait besoin de son contact. « Où est ce qu’on va Bas’ ? Tout le temps je resterais ton secret caché…d’ailleurs as-tu des secrets pour moi ? » Wyatt ne l’accusait pas, il avait besoin de savoir jusque quand cette mascarade allait durer. A aucun moment il ne le blâmait de cet état de fait. Lui-même avait son secret si lourd. Il n’avait pas le droit de se tenir la main, pas le droit d’aller au restaurant ensemble, pas le droit de se faire un ciné, de partager la même voiture, ils vivaient ensemble mais ça ne changeait pas tellement de l’époque où il était son amant. « C’est bête, même si je suis…. » Malheureux de cette situation ? S’il prononçait ces syllabes, il serait une fois de plus horrible ce soir. « Je ne te quitterais pas, ni ne te menacerais de le faire ! Le monde a évolué Sebastian, un jour ça va se savoir, ça se sait toujours, pas comme tu le voudras et j’ai peur qu’à ce moment tu me jette comme une vieille chaussette pour sauver les apparences ! »

Il devait faire quand même profil bas sur un fait. « Je tiens à m’excuser, je te promets de ne plus douter de ta confiance ! » Jamais il ne le tromperait, d’ailleurs ils avaient une vie sexuelle plutôt bien remplie, un homme qui trompe son partenaire, n’a généralement plus assez de passion pour l’autre. C’était le bonheur d’être allongé dans ce lit contre lui, il aimait son corps ferme et musclé contre son physique menu.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Dim 4 Jan - 23:23

Prendre soin de l’autre, cela paraissait en quelque sorte évidente au sein de leur couple. Même après s’être disputé, même s’ils étaient en colère l’un contre l’autre ou si la rancune était toujours présente, ils n’en oubliaient pas pour autant l’autre, et étaient tout de suite prêt à l’aider et à être près de lui en cas de coup dur. Sebastian n’était même plus en colère quand il avait entendu crier Wyatt, ou tout du moins pas contre lui. Il avait été furieux et dégouté contre l’autre homme, mais certainement pas contre le sien. Malgré le silence de plomb dans la voiture, Wyatt n’avait même pas demandé avant de prendre tout ce qu’il fallait pour s’occuper des blessures du PDG. C’était comme ça entre eux, il y avait beau avoir des aspects extrêmement compliqués au sein de leur couple, il y avait aussi énormément de choses évidentes et simples, et c’était aussi pourquoi Sebastian avait l’impression de retomber amoureux un peu plus chaque jour. Ils avaient beau être ensemble depuis trois ans, rien ne semblait se calmer entre eux, comme cela avait l’habitude de le faire pour la plupart des couples. Le quarantenaire espérait que cela ne serait jamais le cas, il aimait comme ils étaient maintenant et s’il… enfin plutôt quand il parviendra à entièrement assumer tout ça et à révéler cette relation aux yeux du monde, cela ne pourra que faire du bien à leur relation.

Une fois que son appel fut passé, Sebastian remarqua la quelque peu trop longue absence de son compagnon et son inquiétude ne tarda pas à surgir, comme à chaque fois qu’il s’imaginait le pire pour Wyatt. Malheureusement, il avait le chic pour le faire souvent, exactement comme avec sa fille. Le spectacle que lui offrit le brun recroquevillé dans sa douche lui serra le cœur, et il se traita mentalement d’idiot pour avoir attendu aussi longtemps avant de s’occuper de lui. Il n’aurait même pas du le laisser tout seul d’ailleurs, surtout dans la mesure où il n’avait aucune idée du choc psychologique qu’il pouvait avoir. Enfin si, il avait bien une petite idée mais il ne réagissait pas comme Wyatt et donc, cela pouvait être totalement différent pour lui. A la fois méticuleux, tendre et patient, il prit soin de son petit-ami en coupant l’eau de la douche, l’enroulant dans une serviette et le rhabillant sommairement avant de l’allonger contre lui dans leur lit. C’était très certainement le meilleur endroit du monde, et la meilleure position qu’il pourrait imaginer. Il pourrait sans aucun doute passer des heures ainsi avec Wyatt contre lui, mais il ne risquait pas de l’avouer. Il savait que Wyatt avait peut-être besoin de parler de ce qu’il ressentait pour se sentir, alors il lui en offrit la possibilité.

Il eut un sourire en entendant sa petite confession, et il le serra plus fort contre lui, appréciant toujours d’entendre ce genre de marques d’affection. « Il en faut un peu plus pour me faire disparaître, ne t’en fais pas. » Oh oui, il était rodé, surtout au niveau physique. Wyatt ignorait cependant cela, sachant seulement qu’il n’avait pas eu une enfance dorée. En somme, il en savait autant que les médias à ce sujet, Sebastian n’aimant pas spécialement parler de cela et évitant le sujet au maximum. Un élan de fureur s’éleva dans sa poitrine à la pensée de cet homme touchant son compagnon, mais il préféré déposer un baiser sur la pommette de Wyatt – malgré sa lèvre endolori – pour lui montrer qu’il était là pour lui. « Je m’occuperai de faire partir les traces de lui sur toi, promis. » Lui aussi détestait l’idée qu’on ait pu s’en prendre à son homme, à celui qu’il aimait. S’il avait été un peu plus jeune et qu’il n’avait pas eu une carrière pareille, il se serait fait une joie de démolir ce mec de façon à ce qu’il ne puisse même plus se relever. « Je préfère que tu me fasses une crise plutôt que tu gardes tout pour toi, crois-moi. » Cela ne pourrait qu’être pire, surtout s’ils arrêtaient de se parler. Leur couple serait alors voué à l’échec, et Sebastian n’avait absolument pas envie de cela. Câlin, il caressa à nouveau ses cheveux et son dos, dans le but de le détendre et de le calmer, de lui montrer que tout était terminé et qu’il était là auprès de lui. « Non bien entendu, personne n’a le droit. » Malheureusement ils ne se gênaient pas, Sebastian était bien au courant de cela. Il y avait des gens stupides et méchants de partout, et il semblerait qu’ils ne cessent de tourner autour de sa vie. Il avait pourtant pensé qu’en s’élevant dans l’échelle sociale tout cela serait terminé, mais apparemment non.

Il ne répondit pas tout de suite à sa question, cherchant un moyen de formuler cela correctement et d’apaiser un peu ses craintes sans pour autant élever des soupçons. Il n’avait pas envie de parler de son passé, et encore moins ce soir. Personne ne savait les maux qu’il avait pu subir, pas même son ex-femme qu’il avait fini par considérer comme sa meilleure amie, à défaut de pouvoir l’aimer. « Tu ne seras pas mon secret pour toujours Wyatt, et je mentirai en disant que tu es le seul. Mais on a tous des secrets non ? » Il sourit un peu, serrant doucement ses doigts entre les siens. C’était niais et débile, mais il aimait les petits contacts avec lui, c’était comme s’il le redécouvrait à chaque fois. Sa crainte qu’il le lâche serra le cœur de Sebastian, il aimerait tellement que Wyatt ne doute jamais de lui sur ce point-là, mais il comprenait sa peur et il ne pouvait pas le blâmer pour cela. Vu son comportement vis-à-vis des médias, il ne pouvait que lui envoyer une image négative et bien entendu, il s’imaginait qu’il pourrait le laisser tomber un jour. « Ne pas douter de ma confiance, ça commence pas me croire quand je te dis que jamais je ne te lâcherai si cette histoire fait scandale alors que je ne l’ai pas décidé. Cela ne ferait aucun bien de toute manière, et puis je ne peux pas me passer de toi. » Il libéra sa main pour caresser son visage un instant, dévorant ses traits des yeux. Il laça à nouveau leurs doigts ensemble et appuya un peu plus sa tête contre la sienne, appréciant la proximité. « Tu sais que j’ai galéré pour en arriver où j’en suis aujourd’hui. Si c’était aussi simple que cela, je n’hésiterai pas à te présenter à tout le monde, mais je ne peux pas. J’ai… si tout s’effondre, si je vois ma carrière s’écrouler car la société ne supporte pas de me voir au bras d’un homme, je ne sais pas si je pourrai le tolérer, si je pourrai survivre à ça. C’est l’œuvre de ma vie entière, et même si je t’aime, je ne peux pas tout jouer sur un coup de poker, tu comprends ? » Il n’osait pas lui avouer sa peur, il ne voulait pas lui dire qu’il était terrifié par tout ça, mais cela semblait assez évident dans ses mots, et il ne voulait pas subir l’humiliation d’avouer ainsi ses faiblesses, lui qui avait toujours fait de son mieux pour les cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Lun 5 Jan - 1:17



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Il n’arrivait pas à savoir si cette douche avait été bénéfique, elle l’avait sûrement aidé pour avoir les idées plus claires et heureusement que Bas’ était intervenu sinon il serait encore à essayer de se noyer en-dessous. Une fois habillé dans le lit, contre lui, il fallu un certain temps avant de ne déclencher la conversation, parler un peu et il ne pu qu’avouer qu’il avait eut peur pour son compagnon. C’était très flatteur de l’avoir vu se battre devant ses yeux mais aussi effrayant, il avait désormais des marques de sa faute sur le corps. Ca ne renforça que d’avantage l’étreinte qu’ils avaient entre eux. Il ne pu s’empêcher d’évoquer les mains de cet homme sur lui, les gestes de Sebastian avait toujours été très respectueux envers lui aussi profonds qu’ils aient été. « Promis ? » Comment allait-il s’y prendre ? Quand il fermait les yeux, il voyait encore ses mains tenter de soulever son t-shirt. Il continuait de passer ses doigts dans ses mèches de cheveux, une main câline dans le dos afin d’apaiser Wyatt, il atteignait son but. Il était totalement décrispé maintenant. Il réaffirma le droit unique de cet homme sur son corps, il n’y avait que lui, c’était le gage qu’il lui avait fait bien des années auparavant. A l’époque il savait qu’il avait une femme, pourtant il lui avait offert sa fidélité, sans jamais lui mettre la pression sur un quelconque divorce. C’était plutôt quand ils avaient été ensemble vraiment qu’il y avait eut ce déclenchement, cette jalousie un peu nocive qui rodait. Il évoqua leur secret à eux et aussi les secrets qu’ils avaient l’un pour l’autre. « J’aimerais qu’un jour on est plus de secret l’un pour l’autre ! Qu’on soit capable de tout se dire… » Lui-même devrait parler des sombres mystères un peu trouble qui enserraient sa poitrine à faire pâlir ses nuits. Cet événement dont il n’avait pas envie de parlé qui le harcelait jusque dans ses songes. Il laissa sa main dans la sienne, le dos contre le matelas, la tête proche de la sienne, leurs jambes entremêlées, il n’y avait rien de mieux au monde. Etait-ce bon signe qu’il lui dise qu’un jour tout pourra être plus clair pour tous les deux.

Wyatt ne se voyait plus sans lui et alors qu’il caressait son visage dans un mouvement léger, il eut un sourire, le premier de cette soirée calamiteuse. Alors qu’il avait voulu lui donner une bonne leçon, le piège malsain c’était retourné contre eux deux. Sebastian semblait tellement tenir à son entreprise, il y avait encore des zones tellement flous dans son passé, il ferma les yeux pour savourer ce petit moment complice. La chaleur envahissait son corps et semblait totalement dissiper la douleur ressentie plus tôt. « Je commence à comprendre et je vais faire au mieux pour respecter ton travail ! Je n’ai aucune envie de tout détruire autour de toi ! » Ce n’était pas évident à gérer pour lui. « Je vais me montrer plus patient ! » Après la leçon qu’il venait de recevoir, il ne s’y prendrait plus. Ce soir Sebastian avait largement démontré qu’il tenait à lui. Pourtant il aimerait effacer son comportement dans ce club. Il alla déposer un baiser sur sa joue pour finalement se redresser, il devait envisager de dormir maintenant, la soirée avait été longue et riche. Il se leva pour retirer ce jogging et ce t-shirt, tenue décontractée qu’il ne prendrait pas pour dormir. Une fois en boxer il ne pu s’empêcher de faire une petite affirmation. « Un jour j’aimerais avoir une famille avec toi, avoir un enfant, me marier ! Mes parents vont célébrer 27 ans de mariage ! J’aimerais donner à quelqu’un ce que j’ai reçu en éducation ! Rendre un enfant heureux...avoir une famille à moi avec toi! » Il ne voulait surtout pas faire peur à Sebastian en parlant de ça. Il attrapa une chemise grise un peu délavé et d’une excellente griffe. C’était un symbole aux nombreuses chemises qu’il enfilait au petit matin lorsqu’il se levait dans la chambre d’hôtel. A cette époque ils dormaient guère la nuit, c’était de longs échanges passionnés entre eux, ils réinventaient le monde à leur manière. Le soir il remettait cette chemise pour dormir afin d’avoir Sebastian avec lui dans son lit d’étudiant. C’était devenu un rituel pour dormir.

Il attacha les boutons du bas de la chemise, enfin prêt pour être dans les bras de Morphée et de Sebastian. Wyatt laissa retomber sur le lit, de meilleure humeur qu’il y a quelques instants. Un petit sourire en coin des lèvres, il l’observait se changer aussi, cet homme était beau en tout point, il ne se délectera jamais de le regarder. « Tu crois que tu peux m’embrasser avec cette lèvre fendue ? » Ses baisers étaient une friandise, une douceur qu’il aimait recevoir avec une certaine délectation. Le dernier qu’il avait reçu remontait à la veille au matin, avant qu’il ne parte travaillé, et il avait été particulièrement passionné.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Lun 5 Jan - 21:13

Finalement la soirée devenait bien plus agréable qu’auparavant, malgré le gonflement de son œil et la légère douleur à sa lèvre fendue. Il allait sûrement dormir comme un loir d’ailleurs, vu les événements de la soirée. Cela valait mieux de toute façon, car il avait intérêt à être en forme pour affronter le lendemain matin. Il serait sûrement rempli de rebondissements, et Sebastian n’imaginait pas à quel point. De toute manière, ses journées étaient toujours bien remplies en général, même s’il faisait de son mieux pour se laisser du temps libre et ainsi profiter de son compagnon. Il lui arrivait bien entendu de déplacer des rendez-vous, mais il ne pouvait pas le faire tout le temps, il avait malgré tout des responsabilités et était du genre à être sérieux dans son travail. Même si parfois il avait bien plus envie de se prélasser au lit avec Wyatt que de lire des dossiers, recevoir des mannequins bien trop hautains et des gens importants ne pouvant plus se sentir. Il profitait donc de cette fin de soirée avec plaisir, malgré les événements précédents. C’était toujours agréable d’avoir le plus jeune dans ses bras, c’était réconfortant et apaisant. Il arrivait parfois à Sebastian de rentrer à bout de nerf après une journée horrible, et il lui suffisait de voir son compagnon et de le serrer  contre lui pour se sentir bien mieux immédiatement. Il ne pouvait définitivement pas se passer de lui, tel qu’il le lui affirma. Ils se mirent à parler secret, et Sebastian préféra prendre quelque peu la voie du comique pour éviter de trop creuse ce sujet ce soir-là. « Oui mais si on se dit tout maintenant, on n’aura plus rien à se dire dans quelques années non ? »

Le sourire de Sebastian s’agrandit en voyant celui de Wyatt sur son visage, cela faisait du bien à voir et signifiait qu’il se sentait mieux. Le PDG ne demandait rien d’autre pour le moment, simplement que le jeune soit heureux. Malheureusement il n’était pas encore prêt à tout lui accorder pour qu’on son bonheur soit complet, mais il y parviendrait un jour, c’était une promesse qu’il s’était fait à lui-même. De toute façon comme disait Wyatt, cela finirait bien par se savoir. Il espérait qu’il aurait alors le contrôle sur la situation, mais il ne pouvait pas le garantir et cela aussi étai effrayant. « Tu es gentil, mais je comprends que tu sois impatient que tout ce secret s’écroule. » En même temps, pour lui aussi c’était pesant de devoir mentir sur qui il était, mais il ne pouvait tout simplement pas se résoudre à tenter le coup et voir ce qui pourrait arriver. Pas maintenant, pas avec ce qu’il avait vécu. Wyatt se détacha de lui et Sebastian l’admira du regard, songeant qu’il avait vraiment de la chance d’avoir un tel homme rien que pour lui. Il s’était senti horrible au début de sa relation avec le brun, ce dernier n’était même pas majeur et lui avait déjà plus de quarante ans. Il savait bien que c’était consentant et que des différences d’âges plus grandes existaient, mais c’était malgré tout dur de se dire que son amant n’avait techniquement pas le droit de boire de l’alcool. Il s’était détendu à la majorité de Wyatt, au moins, on ne pourrait plus l’accuser de quoique ce soit.

Il fut surpris de l’entendre parler de mariage et de famille, mais Sebastian pouvait comprendre. Il était jeune, il pensait bien évidemment à tout cela et bien entendu, il comptait passer la fin de ses jours avec lui, malgré leur vingt ans d’écart. Sebastian avait perdu ce désir de fonder une famille, dans la mesure où il avait déjà sa fille et qu’elle lui convenait parfaitement. Il ne pouvait cependant pas refuser cela à Wyatt, jamais il ne pourrait le priver du plaisir d’avoir un enfant. Alors même s’il sera sûrement considéré trop vieux par le reste de la société pour avoir un nouvel enfant, tant pis, tant que cela pouvait faire plaisir à ce gamin qui illuminait ses journées. « Mais je serai un vieux crouton moi dans 27 ans, tu ne voudras plus de moi ! » C’était dit à la rigolade, mais en vérité le PDG avait peur de voir Wyatt se lasser de lui. Tout allait bien pour le moment, il n’était pas si vieux que ça malgré les blagues qu’il pouvait faire à ce sujet. Un jour cependant il finira bien par l’être, alors que Wyatt sera encore loin de cet âge-là. Rien que l’idée de mourir avant lui et de le laisser seul lui serrait le cœur. Il savait qu’il n’y pouvait rien, mais il se sentait coupable malgré tout. Jamais il n’aurait dû l’entraîner dans une relation pareille, ce n’était pas vraiment sain pour lui, et cela ne pourrait qu’amener des complications.

Il se changea à son tour, enfilant un t-shirt sobre par-dessus son boxer et rejoignit Wyatt dans leur lit, souriant face à sa demande pas vraiment innocente. « Je pense bien que je peux souffrir pour ça oui. » Il captura ses lèvres avec les siennes, le renversant sur le lit pour lui offrir un baiser qu’il méritait amplement. Cela ne devrait pas être permis de ne pas s’embrasser pendant plus d’une journée entière. Sa lèvre le lançait bien plus qu’avant lorsqu’il décala son visage du sien, mais il s’en fichait royalement. Il caressa à nouveau son visage, appréciant particulièrement le fait de pouvoir sentir sa peau contre la sienne. « Dis… tu le pensais vraiment cette histoire d’enfants ? Pas que je n’en veuille pas avec toi, au contraire… Mais bon tu sais, il reste ce petit détail de moi commençant à avoir des rides alors que toi tu ressembles encore à un mannequin. » S’il n’était pas aussi possessif, il le forcerait à faire des photos parce qu’il était vraiment magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Mar 6 Jan - 1:05



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Wyatt leva les yeux au ciel. Ca lui arrivait en permanence d’avoir une petite mimique en signe d’agacement. Si un jour il arrivait qu’ils n’aient plus rien à se dire c’est que tous deux auraient une vie bien insipide. « Nous deux on aura toujours énormément de conversations ! » Il n'allait pas insister, présentant que ce n'était pas l'heure des révélations. Ils étaient assez intelligents pour ne pas être pauvre en idée de débats. Les secrets il en avait, peut-être qu’il le montrait beaucoup moins que son compagnon, mais il devait s’en douter. Combien de nuit il l’avait pris dans ses bras alors que le jeune homme avait fait un cauchemar, qu’il était venu le rassurer pour lui dire que tout allait bien ? Combien de terreurs nocturnes il avait connu depuis qu’ils étaient en couple ? Sans doute qu’il devait arrêter aussi de lui mettre la pression et il allait se calmer un peu, arrêter les crises de jalousie intempestives. Il voulait lui laisser le temps de s’adapter, de prendre les bonnes décisions pour que le jour où il l’annonce il puisse être en mesure de ne pas voir son empire s’effondrer. Il c’était retiré du lit pour s’habiller pour dormir, assez simplement, un petit boxer sur ses jambes minces et la chemise qui venait couvrir les principales parties de son torse. Il allait être parfaitement à l’aise pour laisser être emporté dans un monde onirique. Il évoqua un possible mariage et aussi l’envie d’avoir un enfant à élever, il avait conscience que son compagnon avait déjà connu les joies de la paternité. « Dans vingt sept ans j’en aurais cinquante et tu n’en aura que soixante et onze, je ne trouve pas que ce soit choquant, on sera magnifique à cet âge et je suis même certain qu’on aura toujours le même plaisir à s’allonger sur ce lit pour se serrer l’un contre l’autre ! » Aussi incroyable c’était, tous deux c’étaient trouvés. Par un grand hasard, il lui avait pris la main pour le saluer, il avait blagué et tous deux avaient certainement entrevus pendant une seconde qu’ils avaient un destin ensemble.

Une fois dans sa tenue du gentleman des rêves, il réclama un baiser. Bien entendu son homme n’avait pas besoin d’autorisation pour venir l’embrasser. Gardant un œil sur ce t-shirt saillant et ce boxer alléchant. Même pour dormir Sebastian était particulièrement sexy. Il se laissa emporter par les bras de cet homme les laissant s’enrouler autour de lui, alors que leurs lèvres se retrouvaient dans un long baiser passionné. Le quarantenaire reposait sur ses cuisses écartées, son corps venant épouser le siens, il aimait ressentir son poids qui le dominait. Il encercla son cou de ses bras, prolongeant au maximum ce baiser qui envoyait de la foudre dans son ventre, que son esprit faisait les montagnes russes. Il laissa basculer sa tête alors que les longs doigts venaient jouer avec les traits de son visage. Lui ne pu s’empêcher de passer les mains sous son t-shirt pour escalader sa colonne vertébrale. Cette histoire de mariage et d’enfant semblait avoir plus d’impact qu’il ne le pensait. « Je te rassure, je ne veux pas tout ça pour demain matin ! Mais oui, je le veux avec toi ! Réfléchis bien, lorsqu’il rentrera à l’université tu auras qu’une petite soixantaine d’année, on pourra assister encore à son mariage et même avoir des petits enfants ! Ne te met pas martel en tête. » C’était le barrage de l’âge qui semblait lui faire peur, ce n’était pas d’ailleurs la première fois qu’il l’appréhendait. Combien de fois il imaginé son mariage avec un homme, surtout qu’une loi était passé pour l’autorisé sur New York. Le jeune homme voudrait un mariage assez simple, très romantique et avec beaucoup d’intensité.

Il se mit à imaginer leur vie dans vingt ans, lui aurait son propre salon de tatouage avec une équipe, son compagnon serait prêt à prendre sa retraite, ils iraient à la remise de diplôme de leur enfant. Son visage était éclairé par ce qu’il venait de concevoir. Il était temps pour eux de dormir, il le regarda droit dans les yeux et il se mit à le serrer d’avantage contre lui, il revint à ses lèvres, sa barbe chatouilla son visage, il l’embrassa à nouveau, doucement le bout de sa langue vint s’amuser avec la sienne, il fut plus entreprenant, avide de cette tendresse. Une de ses mains était postée sur sa nuque, venant jouer avec ses cheveux, son corps plaqué et recouvert par cet homme assez massif en musculature. D’ailleurs cette corpulence musculaire avait toujours eut le don de lui plaire et de le rassurer à tout moment. Même si quelques idées salaces lui venaient, il était fatigué et ils pourraient toujours les appliqué le lendemain matin s’ils en avaient envie. Wyatt adorait faire l’amour avec Sebastian. Sauf qu’ils avaient besoin d’une bonne nuit de repos. « Bonne nuit mon ours ! » Il aimait bien lui donner ce petit surnom, c’était purement positif et bien à eux. Il alla caler sa tête sur l’autre bras de Sebastian, il avait besoin d’être totalement serré contre lui pour bien dormir. Doucement il se retourna gardant un bras autour de lui, il se cala contre son torse, et laissa sa tête reposer sur l’oreiller. Sa respiration devint plus calme, plus paisible.

---
Il était 6h du matin, les Paperboys bataillaient déjà pour délivrer les journaux dans les différentes boites aux lettres. En première page de celui-ci, un article détaillait comment un gosse de riche avait déserté sa soirée de fiançailles. Le second scandale arrivait en page 2 du New York Times. « Playboy or Play With Boy ? » Le titre en lettre capitales s’étalaient sur le long de l’âge, avec la photo de Sebastian Emmett Black qui tenait dans ses bras un jeune garçon. Il était détaillé ainsi dans l’article « La veille au soir Sebastian Black Pdg d’Elite Model, passait une tranquille soirée lorsqu’il vient au secours d’un jeune garçon qui se fait agressé dans la rue. Le PDG prétend que le jeune homme est un ami de sa fille. Pourtant la relation entre eux semble bien équivoque et ambigüe. Selon une source sûr les deux hommes auraient entretenus des propos entre eux, qui laisseraient supposer une présomption de relation. Sebastian cacherait-il bien son jeu ?... » Un autre article dans un magasine de la ville accuserait Wyatt d’être un gigolo dont Sebastian se paierait les services.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Mar 6 Jan - 23:23

Après tout pourquoi pas. Rien ne l’empêchait de fonder une nouvelle famille, pas même son âge ou le fait qu’ils soient un couple gay. Il avait eu sa vie avec une femme dont il n’était pas amoureux et qui ne l’attirait pas, il avait vu naître une fille qui était la prunelle de ses yeux, mais il avait désormais la possibilité de revivre tous ces moments magiques avec un homme qu’il aimait et qui l’aimait en retour. Rien ne pouvait être plus parfait pour élever un enfant, surtout que s’il avait été capable de le faire lors d’un mariage de convenance – du moins pour lui – il n’allait avoir aucun souci à le faire avec un mariage purement d’amour. Surtout qu’ils n’auraient pas à supporter à nouveau une femme enceinte, et ça c’était vraiment le paradis. Wyatt semblait rempli d’arguments pour le convaincre qu’ils pouvaient très bien envisager ce genre de situation, et cela le fit sourire. Il semblait tellement y tenir, que cela ne pouvait que faire plaisir à Sebastian et l’empêchait de dire non, jamais il ne pourrait lui refuser une chose pareille. Ils se glissèrent finalement tous les deux dans le lit en habits de nuit, finissant emboîtés l’un sur l’autre suite à la demande absolument pas innocente du tatoueur. Sebastian ne pouvait s’empêcher de sourire en sentant ses mains légèrement froides sur sa peau, son cœur tambourinant dans sa poitrine. C’était tellement agréable qu’il se demandait comment il avait pu se passer de telles sensations pendant des années. « Si j’ai de la chance ce ne sera pas mes premiers petits-enfants. » D’un côté il n’avait pas envie de voir un homme tout le temps collé à son bébé, mais d’un autre il avait hâte de la voir sincèrement amoureuse, en robe de mariée et épousant l’homme de ses rêves. Et bien sûr ensuite, en le gâtant avec des petits-enfants. Les baisers se prolongèrent, et s’ils n’avaient pas autant besoin de cette nuit de sommeil, nul doute qu’ils auraient partagé bien plus que quelques caresses et attentions légères. Ils se collèrent finalement l’un à l’autre d’une nouvelle manière, Sebastian serrant son petit-ami contre son torse. « Bonne nuit mon cœur. »

Une sonnerie de téléphone portable tira le PDG d’un sommeil réparateur, et il fronça le nez en marmonnant des choses incompréhensibles. Sérieusement, ce n’était pas humain de l’appeler alors qu’il n’avait même pas fini sa nuit de sommeil. Se détachant le plus doucement possible de Wyatt, il récupéra son téléphone sur la table de chevet, décrochant sans même regarder le correspondant. « Rappelez plus tard, il est tôt merde. » « Sebastian Black ! » Ca, c’était la douce voix de Natasha qui allait très certainement se faire virer pour lui parler sur ce ton, et à une heure totalement insolente en plus de cela. « Si vous raccrocherez ce téléphone, vous vous débrouillez tout seul avec la presse. » Se passant une main sur le visage, Sebastian essaya de se remémorer les événements. « Mais je croyais que vous vous en chargiez… » « Oui je m’en charge, mais il y a du nouveau. Depuis quand vous êtes gay ? » « PARDON ? » Il se releva en position assise en une fraction de seconde, faisant apparaître des tâches noires devant ses yeux. Si Wyatt n’était pas réveillé, maintenant, il l’était définitivement. « Non mais ça va pas de dire des trucs pareils de bon matin ? » Il n’était pas stupide, il n’allait pas tout avouer d’un bloc. Comment avait-elle découvert ça ? C’était strictement impossible. Enfin, impossible. Il avait toujours fait attention, toujours, sauf… « Je vous ai envoyé des scans du Times sur votre mail. Allez voir. » Rabattant les couvertures et quittant le lit pratiquement au pas de course, il atteignit son bureau et son ordinateur en un temps record. Sa boîte mail lui montra bientôt ce que venait de lui envoyer sa secrétaire, et cela glaça son sang. « Putain. C’est quoi ces conneries encore ? » En fait, c’était plutôt « Putain je suis dans une merde noire » mais il préférait ne pas sortir ça à Natasha et jouer l’innocent tant qu’il le pouvait. « Monsieur Black, avec tout le respect que je vous dois, je ne pense que ce soit des conneries. Et si c’est le cas, alors il va falloir que vous m’expliquiez tout cela immédiatement pour que je puisse sortir un communiqué de presse. » Elle était tellement professionnelle et lui, malgré sa carrière, sa prestance et son charisme et bien… il paniqua. Aucun mensonge ne lui vint à l’esprit, aucune répartie et son silence en dit bien plus qu’il n’aurait voulu l’admettre. Il y eut un soupir à l’autre bout du fil, et un silence. « Monsieur Black, vous auriez dû me prévenir… » « Ma propre fille ne le sait pas Natasha, je ne risquai pas de vous mettre au courant. » Putain sa fille. Il aurait dû lui annoncer bien plus tôt, lui expliquer, pour éviter un scandale de ce genre-là. Il ignorait la réaction qu’elle aurait pu avoir mais là, elle allait définitivement lui en vouloir de ne lui avoir rien dit. « Passons. Il va falloir qu’on réagisse monsieur, et vite. Je suis désolée de vous secouer ainsi, mais plus on reste silencieux, moins on pourra se sortir de tout ça comme il faut. » Se laissant retomber contre le dossier de son fauteuil, il soupira, se passant à nouveau la main sur le visage. Il tremblait, et se détestait pour ne pas réussir à prendre la situation en main et devoir se reposer sur sa pauvre secrétaire. « Je vous écoute. » « On a deux options. Soit on avoue tout, on confirme la relation et vous prenez le contrôle de ce que l’on dit, car ils vont tous être pendus à vos lèvres. Sinon, on dit que les photos sont truquées et on nie tout en bloc, mais je ne peux pas garantir le résultat. » La réponse aurait pu paraître évidente, mais il hésita. Il pensa à Wyatt, et ce que cela impliquerait pour lui. Il ne pouvait pas prendre la décision tout seul, cela le concernait également. « Je vous rappelle. Je dois réfléchir. »

Récupérant son ordinateur, il alla retrouver Wyatt dans la chambre, lui posant l’appareil en face de lui, l’intimant silencieusement à le lire. Il attendit un moment avant de parler, allant chercher sa main pour la serrer dans la sienne. « Il y a deux options. Avouer, ou nier en bloc. Je sais que tu veux que notre relation soit dévoilée, et je le veux aussi, mais pas comme ça. Cependant c’est fait, alors on peut saisir l’occasion et je me débrouillerai pour reprendre la situation en main. Seulement… » Il porta son regard sur son visage, caressant sa main du bout des doigts. Il aurait voulu le garder pour lui tout seul, mais cela n’était pas possible. « Si on avoue notre relation, tu vas être exposé aux médias. Je ferai de mon mieux pour te protéger, mais tu ne seras pas intouchable. On va te prendre en photo, dire des choses sur toi, fouiller à ton sujet, exposer ta vie. On pourrait parler de ta rehab, de ta famille, te traiter de tous les noms et te faire passer pour ce que tu n’es pas. Il y a une partie de ta vie qui ne sera plus privée et j’aimerai vraiment que tu saisisses cela. C’est dur à supporter, crois-moi. » Il amena sa main jusqu’à sa bouche, l’embrassant doucement. Il n’aurait jamais pensé que ce jour arriverait aussi vite, mais il allait falloir prendre une décision. Une décision à deux. « Quoiqu’il se passe, quoique tu veuilles, sache que je t’aime et que je supporterai ta décision. »
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Mer 7 Jan - 2:49



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Ils s’embrassèrent longuement afin de se garantir une nuit paisible. Il garda son bras fermement autour de lui, se calant bien contre son compagnon et il pu s’endormir après ce fameux mot échangé.  C’était guère une bonne nuit, d’ailleurs Wyatt avait toujours tendant à remuer un peu pendant qu’il dormait, jamais avec force, ni avec violences. C’était ses jambes et ses bras, il lui arrivait aussi de murmurer des mots. Ses rêves difficiles trahissaient leur présence en s’amusant avec les moteurs de ses membres. Il s’endormait très mal et son sommeil était plutôt léger. Son sommeil se faisait plus réparateur sur les premières heures du matin. Cette nuit il était dans une prison et en face de lui il avait un écran de cinéma sur lequel on projetait des images de monstres. Il eut un petit réveil en sursaut, sa nuque recevait le souffle chaud et régulier de Sebastian qui dormait paisiblement, il tourna la tête, il avait quelques ecchymoses sur le visage mais son œil avait désenflé. Sa lèvre devrait être vite remise, les blessures sur le visage se soignaient toujours très rapidement grâce à la circulation sanguine intense dans cette zone du corps. Il reposa sa tête sur son gros bras musclé qui lui servait d’oreiller et se rendormit, un sommeil bénéfique, sans aucuns rêves pour le perturber, qui ne dura que deux heures, il sursauta à la sonnerie de son portable. D’ailleurs Bas’ s’empressa de répondre et de pester contre sa secrétaire. Wyatt se laissa retomber avec un oreiller sur la tête en grommelant. « Bonté divine quel bordel son boulot ! » Il détestait être éveillé de la sorte et préférait faire le chieur colérique dans ces moments. Ca arrivait trop souvent, Sebastian avait le droit aussi de dormir. Il chercha à nouveau à s’endormir sans écouter la conversation. Enfin il partit du lit pour le laisser tranquille, qu’il aille répondre ailleurs. Il s’en voulait d’avoir de telles pensées, il chercha à tâtons dans le lit la chaleur du corps de son chéri qui commençait à dissiper. Sa secrétaire sans la connaitre était devenue sa pire ennemie. La note positive avant qu’ils ne s’endorment avaient quelque peu effacé les événements de la veille, il ne pensait pas qu’il les reprendrait en pleine tête tôt le lendemain matin dans une nuit inachevée.

Le tatoueur l’entendait parler depuis son bureau, que c’était agaçant. Trop tard, il n’arriverait plus à dormir maintenant. Il se redressa dans le lit, retirant un peu des couvertures sur son passage, il bailla longuement. Un silence et Sebastian se pointa avec son ordinateur dans les mains. Il s’étira tout en commençant à lire les mots. Il fut choqué, on l’avait privé de ce moment de protection et d’intimité. Lorsque sa main vint la chercher, il la serra, ses yeux suivant les lignes sur l’ordinateur qui éclairait son visage. Ses pupilles sautaient les lignes, rien de grave en soit ce n’était que des spéculations. Et comme toutes les spéculations elles n’ont rien à voir avec les faits tels que nous les connaissons. Bien qu’ils avaient tapé juste pour le coup. Sauf que c’était le moment de réagir et il écouta les deux options. Il était incapable de répondre pour le moment. Lorsqu’il exprima les deux options, il prit un air choqué. Il devrait s’attendre à ça, il y était déjà préparé depuis des années, il n’aurait jamais demandé l’impossible à cet homme sans savoir que son passé de droguer allait ressortir. Il faudra mettre en avant qu’il s’en était sortit, qu’il avait su faire les bons choix. Wyatt n’avait jamais donné d’explication quand à sa prise de drogue, il avait été élevé dans un milieu sain et à part ça on ne pourrait pas beaucoup lui reprocher. « Je ne sais pas ! Je dois vérifier dans les cartes !» Wyatt se leva et alla chercher son jeu de cartes de tarot. Seul lui pourrait lui indiquer la bonne voie à suivre dans cette incertitude.

Doucement il étala son jeu sur les draps, il se mit en tailleur, avec énormément de sérieux il plaça sa main au-dessus et alla chercher la première carte. Wyatt était très concentré, il devait se mettre en accord avec des ondes supérieures, et elles allaient le guider. C’était certainement sa plus grosse bizarrerie. Le jeune homme y croyait dur comme fer. Il allait faire un tirage en croix pour un avenir très proche. Une fois les six cartes alignées dans une symbolique précise, il retourna la première, il ne pouvait s’exclamer. « Le pendu tout de suite… » Il avait peur des autres cartes, qu’est ce qu’elles lui faisaient aujourd’hui. Il avait confiance en leur pouvoir, le jeune tatoueur était dans une grande concentration. « La carte du Jugement est à l’endroit ce qui indique des débats intenses ce qui entraine une forme de finalité à un événement, l’impératrice c’est bon signe surtout la tête vers le haut, c'est le moment de la créativité, de l'action, l’Ermite nous indique qu’on devra être fort ! L’amoureux est à l’envers, nous avons une personne dans ton entourage ou du miens qui cherche à nous nuire ! On va devoir faire très attention!» Il termina par la dernière carte qui était le soleil. En clair ils allaient devoir passer par ce moment difficile mais qui ne pourra être que positif pour eux et consolidera leur couple.

« En clair si on referme la porte on ne pourra pas l’ouvrir à nouveau ! Même si on ne souhaitait pas son ouverture…c’est peut-être la faille dont on avait besoin !» C’était clair, s’il n’allait pas en concordance avec les médias maintenant, ils allaient devoir attendre pendant encore des années, avant d’indiquer qu’ils étaient ensemble, sans éviter pour autant une vague de scandale. Les cartes l’avaient aidée. « Je suis d’accord, mais uniquement si tu te sens prêt ! Je ne veux pas détruire ton monde ! » Il ne savait pas trop bien quel rôle il allait devoir jouer. Les enjeux étaient de taille, il était devenu PDG, il ne voulait pas lui retirer le fruit de son dur labeur. Ils n’étaient pas un couple déséquilibré et il était peut-être temps de rabattre le caquet des journalistes. Il ne fera rien sans Sebastian. Qui n’aurait pas aimé se proclamer au bras de cet homme ? D’autres à sa place n’aurait pas hésité à aller voir directement les journalistes pour annoncer la liaison avec cet homme. Lui l’avait toujours respecté et ceci malgré ses nombreuses crises. Tout ce qui voulait être heureux avec l'homme qu'il aimait, et qu'il ne vienne pas lui reprocher un jour d'avoir été trop vite!




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Jeu 8 Jan - 22:53

Il avait vraiment trouvé la perle rare en fait. Car même si son monde était sur le point de s’effondre à cause de cette relation qu’il avait pris soin de cacher aux yeux du monde depuis tellement de temps, il ne pouvait tout simplement pas en vouloir à Wyatt et simplement remercier le ciel qu’un homme comme lui l’aime. C’était malgré tout la panique dans son esprit, et il devait faire de son mieux pour rester calme et gérer la situation de la bonne manière. Le temps qui prit Wyatt à lire lui permit de reprendre quelque peu ses esprits et de sortir des propos cohérents et réfléchis, et non pas dis sous l’impulsion du moment. Il savait que c’était un événement important pour eux et que leur avenir allait dépendre de la décision qu’ils allaient prendre. Il était prêt, du moins il le pensait. En fait, il devait sûrement être prêt depuis un moment, mais n’avait jamais osé se l’avouer, car cela rendait le futur incertain et Sebastian détestait ne pas pouvoir tout contrôler. Désormais il était au pied du mur, et il devait prendre une décision. Non, ils devaient prendre une décision, et c’était dans le fond plus facile, car ainsi il n’aurait pas toute la responsabilité sur ses épaules et cela faisait du bien parfois. De toute manière, ils étaient un couple et ils devaient faire face ensemble à ce genre de situation.

Bien entendu, Wyatt se précipita sur ses cartes et Sebastian eut un rire nerveux le temps qu’il fut seul. Il se frotta le visage pour se calmer – un tic récurrent qu’il possédait – mais la situation ne pouvait que le faire. En clair, son avenir reposait plus ou moins sur un satané jeu de cartes. Sebastian ne croyait pas du tout à ces histoires de voyances, de tarot et de destinée, mais si c’était quelque que Wyatt aimait, alors il se privait de faire trop de remarques. Ce n’était pas pour autant qu’il allait se mettre à lire des signes de partout, et à croire à des tonnes de superstition. N’importe qui aurait rigolé de voir un homme aussi influent que lui assis en tailleur sur un lit, en compagnie de son compagnon qui tirait des cartes, et dont le résultat allait définir une décision extrêmement importante. S’il n’avait pas été du genre patient et conciliant avec Wyatt, il aurait bien vite balancé ces balivernes par la fenêtre et lui aurait demandé une réponse venant du fond de son cœur, mais c’était apparemment cela dont il avait besoin pour faire la bonne décision à ses yeux, alors Sebastian fermait sa bouche et respectait. Il n’avait pas vraiment le choix de toute manière.

Sebastian n’y comprenait pas grand-chose dans cette histoire de de cartes et de destin, mais il faisait confiance à Wyatt pour bien interpréter tout cela et en tirer une conclusion. Finalement, il eut la réponse qu’il attendait et une nouvelle vague de panique l’envahit. Et s’il perdait tout ? Si cela n’était qu’un coup de poker qu’il allait rater, et que c’était mieux qu’il nie tout en bloc ? Non, c’était le moment de faire face à tout cela, et de prendre le taureau par les cornes. Il allait s’en sortir comme un chef. Ils allaient s’en sortir comme des chefs. « D’accord. D’accord on va faire ça. » Il se leva du lit, déposa un baiser sur le front de Wyatt, caressa ses cheveux un bref instant et s’enfuit dans son bureau, histoire de lui épargner les multiples conversations qu’il allait devoir avoir. La première fut pour sa secrétaire, qui était dans le fond beaucoup plus que cela. Elle finit par lui passer son agent de presse, qui eut un peu de mal à digérer la nouvelle mais qui était assez professionnel pour ne pas trop y faire attention. Sebastian voulait pouvoir contrôler le plus de paramètre possibles. Il ordonna qu’on lui trouve des exclusivités dans des journaux précis, ainsi que dans un talk-show. Sa première apparition télévisée à ce sujet allait être chez Ellen, et il n’y avait pas de discussions possibles.

Sebastian se sentit épuisé en raccrochant finalement le téléphone. Ces prochains jours, voire même ces prochaines semaines allaient être forts en émotions et riches en rebondissements, il le sentait. Il allait déjà devoir affronter le monde extérieur, et selon Natasha, la porte de son immeuble était complètement occupée par des paparazzis et autres journalistes. Elle lui avait d’ailleurs envoyé une limousine ainsi que deux gardes pour l’aider à passer la horde et éviter tout incident. Pour le moment il ne pouvait que tourner en rond dans son appartement, et se préparer à affronter le monde extérieur. Pour cela il avait surtout besoin de profiter au maximum de Wyatt, avant de devoir supporter de le voir en photos un peu partout dans les magazines. La première chose qu’il fit en le voyant à nouveau fut de le serrer dans ses bras, et son corps entier se détendit de la tension qu’il avait accumulée. « Je suis désolé de te mettre dans un bordel pareil et de chambouler ta vie ainsi. Mais merci de ne pas partir en courant – même si tu ne pourrais pas vu la horde de journalistes qui nous attend. » Une grimace déforma son visage en prononçant ces mots, mais il se força à reprendre constance, se détachant de son homme. « Allez, on s’habille, on se fait beau et on va affronter le monde extérieur ensemble. »
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian Ven 9 Jan - 18:01



❝One night to remember❞
Sebastian & Wyatt
Dans une telle situation, il ne pouvait que s’en remettre aux cartes. C’était dans ces moments troubles qu’elles étaient d’un secours inégalable et il fit son tirage du mieux qu’il pu afin de déterminer qu’elle serait la meilleure échappatoire. Jamais il n’aurait pensé en se réveillant à des heures indues qu’il serait la proie à un tel tiraillement. Heureusement qu’il n’avait pas entendu le rire de Sebastian sinon il aurait pu subir les foudres de Wyatt ce qui aurait pu compromettre l’issu plutôt positif de ce tirage. L’un en face de l’autre assis sur le lit, il se mit à étaler les cartes, interprétant chaque signe comme il le fallait, chaque carte déterminait la suivante, toutes étaient liées, afin de faire un ensemble cohérent. Il lui arrivait parfois à se retrouver totalement face à des incompréhensions, ce n’était pas le bon jour et il s’en remettait. Wyatt voyait juste, il fallait qu’ils y aillent ensemble. Il était temps pour Sebastian de tirer un trait sur ce secret qui pesait depuis trop de temps sur leur couple. Wyatt avait été l’amant caché pendant tant d’années et maintenant il était le petit ami secret. Il le vivait mal et il n’osait pas trop s’en plaindre, de peur qu’un jour Sebastian ne se lasse de lui. Maintenant qu’ils étaient tous les deux d’accord sur cette affaire, il laissa son homme partir dans son bureau, son véritable refuge dans lequel le tatoueur ne mettait jamais les pieds. L’ancien camé se leva et alla s’occuper de Liko qui dormait encore paresseusement sur le canapé, il avait horreur de le mettre dans sa cage qui au final se résumait de maison ouverte pour lui. Il lui donna ses croquettes, lui donnant quelques caresses. Cet animal était magnifique, c’était certainement l’un des meilleurs amis qu’il avait. Il entendait toujours la voix de Sebastian débattre au téléphone sur la procédure à suivre aujourd’hui. Il allait devoir penser à appeler son travail pour indiquer qu’il allait avoir un peu de retard aujourd’hui.

Sebastian le rejoignit dans le salon. Cet appartement il ne pourrait jamais y vivre tout seul, il était confortable, hors de prix et décoré avec goût. Il s’alluma une cigarette, tirant dessus, il avait besoin d’évacuer les pressions. Il se laissa aller dans ses bras, il se plaqua contre lui, il posa une main dans son dos, venant retrouver la chaleur de ses muscles. Il fit attention de ne pas le brûler au passage. Son cœur s’accéléra dans sa poitrine lorsqu’il évoqua les journalistes et photographes qui faisaient le pied de gru devant leur appartement, il tressaillit. Sous ses conseils, ils allèrent prendre une douche, ensemble, pas à chaque fois mais cette fois il avait besoin de l’avoir avec lui sous l’eau, partager encore un peu de cette complicité. Car bientôt il allait quitter cette sphère protectrice privée pour entrer dans la vie publique de cet homme ayant un rôle considérable. Ils se hâtèrent de s’habiller, prirent l’ascenseur, déjà trois gardes du corps les attendais la limousine était postée devant.

Il resserra la main de son compagnon dans la sienne, il prit son souffle, tel un grand plongeon qu’il allait prendre depuis le plus haut des plongeoirs du monde. Lorsque les portes s’ouvrirent sur eux, un flash illumina son visage….le grand saut était fait, ils ne pouvaient plus reculer.






FLASH NEWS INFO :
Aujourd’hui nous retrouvons notre envoyé spécial devant le siège social de la Multinationale Elite Model. Son PDG va arriver sous peu accompagné peut-être de son futur petit ami. Voici la limousine effectivement, un jeune homme descend avec Sebastian Emette Black, peut-être découvrions plus de cette relation durant la conférence de presse.  

NEW YORK TIMES : Voici 24h que Sebastian Emett Black a annoncé sa liaison avec Wyatt Anderson, un jeune tatoueur qui travail sur Manhattan, l’entreprise a une perte de course sur les actions et pourrait peut-être se retirer des marchés boursiers. Même si elle n’est pas encore au bord de la faillite, elle pourrait progressivement perdre une valeur considérable qui conduirait à sa perte d’ici quelques mois.

SUNDAY SUN-TIMES : « L’incroyable boyfriend de Sebastian Emmett Black » : Le PDG d’élite Model sort avec un ancien drogué tatoueur. Le jeune homme âgé de 23 ans aurait connu de gros déboire avec l’héroïne, même s’il semble sorti d’affaire, beaucoup dise qu’il est fortement attaché à cette substance. Il se livrerait encore à la prostitution pour se payer sa drogue. Nous interrogeons un de ses anciens camarades du centre où il a fait sa cure de désintoxication, et selon lui « Wyatt était prêt à tout pour se droguer, on sait qu’il a couché avec plusieurs des surveillants pour obtenir ses doses en cachette, personne n’osait en parler. »



© Pando


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian

Revenir en haut Aller en bas

One night to remember ▽ Wyatt-Sebastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Brooklyn :: Club Exit-