Partagez|

Beautiful Tango [ft Caleb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Beautiful Tango [ft Caleb] Mar 6 Jan - 14:18




       

   
Caleb & Charlie
«L’homme ne peut découvrir de nouveaux océans tant qu’il n’a pas le courage de perdre de vue la côte» – André Gide
« Charlie, tu dois comprendre que, nous ne sommes plus en état de tenir la boutique. Ce jeune homme est honnête et nous propose un bon prix. Donne-lui sa chance s'il te plait. »

Alors que ces mots résonnaient encore en elle, Charlie marchait d'un pas assurer vers l'ancienne épicerie familiale. Un café à la main, la musique accompagnant ses pas, la jeune femme allait de bon train plongée dans ses pensées. Les fêtes de fins d'années étaient passées, mais elle ne se sentait guère mieux après l'annonce de son aïeul. Une promesse de vente de leur commerce à un parfait inconnu était bien la dernière chose qu'elle souhaitait. Pourtant, le respect qu'elle vouait à son grand père ne lui permettait que d'accepter sa décision, même à contre cœur. A cette réflexion, elle inspira à plein poumons l'air froid de janvier, et continua son chemin au travers des quartiers de Brooklyn. Ces derniers étaient caractérisés par l'architecture spécifique des townhouses et brownstones datant du XIXème siècle, attirant l'œil des personnages les plus aisés, ils figuraient désormais parmi les quartiers les plus riches de l'arrondissement. Bien desservis par les lignes de métro, ils comprenaient de nombreuses institutions culturelles et des restaurants aux prix élevés. Le visage fermé, Charlie regardait ces restaurants de luxe s'imaginant qu'un jour certainement, son petit cocon familial serait dépersonnalisé pour leurs faire concurrence.

Lorsqu'elle était arrivée à New York avec sa sœur, la boutique -comme elles l'appelaient depuis toujours-, avait été le seul endroit familier qui leurs restait après leur départ de Londres. Du haut de ses huit ans, la brunette y avait trouvé un refuge et un repaire, qu'elle ne pouvait accepter d'abandonner. Charlie avait grandit au milieu des clients réguliers et des livraisons de son grand père, aussi, il lui avait paru normal de trouver sa place dans l'épicerie lorsqu'elle arrêta l'université. Elle avait alors trouvé un peu de stabilité, un chemin à suivre moins chaotique que celui qu'elle empruntait jusque là. Sa proposition d'embauche avait été faite par son grand-père qui s'inquiétait de ce qu'elle devenait, mais aujourd'hui il semblait décidé à la laisser tomber. L'obligeant même à être co-gérante de la nouvelle épicerie, et associée de Monsieur Lee-Clark. Ce dernier pour qui elle ne vouait que du mépris et de la méfiance. Plutôt beau garçon, le jeune homme était pourtant propriétaire de plusieurs boutiques malgré son jeune âge, dont le restaurant vegan situé dans la même rue que l'épicerie. « La folie végan... » souffla t-elle.

Charlie fut sortit de ses pensées lorsqu'elle arriva devant le petit magasin, déjà ouvert à son grand étonnement. Après une profonde inspiration, elle retira ses écouteurs et entra d'un pas assurer dans le local. Deux hommes se tenaient là, costards et calepins à la main, ils paraissaient être en pleine discussion.

« Bonjour Messieurs. » lança t-elle avec un soupçon de reproche dans la voix.


       
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


Dernière édition par Charlie R. Davis le Jeu 8 Jan - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caleb P. Lee-Clark
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 01/12/2014
▌MESSAGES : 36
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 1556 OCEAN PARKWAY #401, KENSINGTON
▌CÉLÉBRITÉ : Choi Seung-Hyeon (T.O.P)
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Beautiful Tango [ft Caleb] Mer 7 Jan - 20:18

Il soupire longuement alors que le soleil n’est pas encore levé sur la belle grosse pomme. Il devrait dormir, profiter un peu, après tout, pas besoin de se presser cette semaine, mais quand il n’a pas Elijah avec lui, il déprime relativement. C’est son bouchon, son soleil, sa joie de vivre et l’appartement devient incroyablement silencieux quand il n’est pas là. Se retrouver seul, c’est quand même difficile après avoir été marié et avoir eu un enfant. Heureusement que ça ne dure qu’une semaine à vrai dire parce qu’il serait en sévère dépression autrement. Lentement, il sort de son lit pour regarder l’horloge. A peine cinq heures. Que du bonheur. Il pousse un long soupir avant de s’étirer comme un chaton innocent puis d’aller vers son vélo d’appartement. Un peu de sport ne peut pas vraiment lui faire de mal bien qu’il déteste ça. Il le fait juste pour ne pas retrouver ses rondeurs d’antan et pouvoir continuer à manger ce qu’il aime et surtout, son chocolat noir au sésame ou à la framboise, parce que oui, il est un grand gourmand qui ne s’ignore pas.

Au bout d’une heure, il se décide à se stopper là pour prendre une douche revigorante et se débarrasser de cette sueur qui lui encrasse la peau. Franchement, faire des efforts physiques, rien que pour ça, ce n’est pas agréable du tout. Une fois propre, il se pose un peu pour prendre un petit déjeuner équilibré mais plutôt costaud. Le jour se lève enfin et il se pose contre une fenêtre pour admirer la vue et les couleurs orangées et roses que le spectacle peut lui offrir. Voir ça lui donne envie de peindre et sans attendre, il remonte ses manches pour aller se mettre à une toile et de s’y mettre. C’est petit et plutôt rapide, mais il profite d’avoir son modèle encore présent pour dessiner tout ça au plus pressé et en faire une petite œuvre mignonne. Du orange, du jaune, du blanc, du mauve, du rose et tout ça qui se met à contraster joyeusement avec le gris un peu terne des buildings. Le temps passe et il est quasiment neuf heure. Autant se mettre en route rapidement pour ne pas louper le rendez-vous avec l’architecte.

Lorsqu’il croise l’homme devant la vieille épicerie, un large sourire lui étire le visage. Il lui offre une poignée demain franche et assurée avant d’entrer avec lui à l’intérieur du petit magasin. Ils regardent ensemble l’espace et ce qui pourrait être fait et lorsque la sonnette retentit à nouveau, il observe la jeune femme qui les rejoint. Charlie Davies. Elle aurait franchement tout pour plaire, déjà rien que par son physique mais niveau caractère, il doit constamment l’approcher avec des pincettes. Il comprend bien que ce rachat lui donne mal au cœur, mais il ne veut rien faire de mal de cet endroit et puis, il garde la jeune femme avec lui alors qu’il n’était pas obligé. Il a seulement accepté à cause du grand-père et de ses yeux remplis d’inquiétude pour l’avenir de sa petite-fille. Etant père lui aussi, il ne pouvait que comprendre ça. Il se tourne vers elle dans un petit sourire. Autant faire en sorte que ça se passe bien. « M. James, voici Miss Davies, la petite-fille de l’ancien propriétaire et co-gérante de l’épicerie. » Il observe encore la jeune femme avant de récapituler ce qu’ils se disaient. « Nous pensions mettre les frigos de ce côté-ci pour faire le coin traiteur et des étagères en bois foncés avec beaucoup de verdure pour donner un côté nature. Pour les tons, on resterait dans l’orangé actuel en redonnant un coup de peinture. La caisse serait centrale ici pour épurer au maximum les choses. » Il la regarde en essayant de savoir si ça la tente un minimum ou pas. L’architecte s’excuse lorsque son téléphone sonne et sort pour prendre l’appel afin de les laisser seuls. « Ça serait bien non ? » Elle n’a pas de réel pouvoir de décision, mais il essaye quand même d’être en accord avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: Beautiful Tango [ft Caleb] Jeu 8 Jan - 16:35






Caleb & Charlie
«L’homme ne peut découvrir de nouveaux océans tant qu’il n’a pas le courage de perdre de vue la côte» – André Gide
Des cheveux châtain délicatement tressés sur une épaule, des yeux déterminés remplis de malice avec une silhouette divine enveloppée dans une veste en de costard quelque peu légère pour la saison. Munie d'un jean foncé, d'une élégante pair de bottines noirs et d'une grosse écharpe de laine de couleur, Charlie avait tout pour plaire. Fasse aux deux hommes d'affaires debout devant elle, son allure restait professionnelle malgré ses traits enfantins. Aussi, lorsque le nouveau propriétaire la présenta au quinquagénaire, elle empoigna la main de ce dernier avec assurance. « Enchantée M. James. » dit-elle. Sans attendre, M. Clark lui expliqua ses projets concernant la renaissance du Lemon Drop, qui l'avaient amené à appeler un architecte d'intérieur. C'est alors que le décorateur s'éclipsa dehors afin de répondre à un coup de téléphone, laissant les deux individus seuls se toiser du regard.

Après quelques secondes, le jeune homme décida de rompre le silence. Son sourire lui allait parfaitement, dévoilant même un certain charme. La brunette tourna alors les talons, et commença à déambuler dans la boutique et à trainer ses doigts sur les murs vides. « Mauvaises ou pas, ais-je vraiment le choix d'accepter vos idées de restructurations M. Clark ? » répondit-elle d'un ton doucement amère. Bien qu'il ne lui inspirait aucune haine, Charlie ne pouvait s'empêcher de souligner son dédain face aux actions de ce nouvel héritier dans sa boutique familial. Elle demeurait malgré tout sur ses réserves pour prouver ses compétences et son sérieux, car elle ne pouvait décréditer son grand-père et se faire licencier. M. Baxter et son épouse avaient mit tout ce qu'ils possédaient pour construire cette affaire, et se bâtirent eux-mêmes une excellente réputation. Situé au milieu de Kensington, la petite épicerie avait tenu dans le temps grâce à la qualité de leurs produits, mais surtout à la confiance que leurs vouaient les clients aisés devenus réguliers. Lorsqu'il avait introduit sa petite-fille dans le commerce, le vieil homme lui avait apprit tout ce qu'elle savait. Le professionnalisme, le sens des affaires, le contact avec les clients, et l'importance d'être aimable et accueillant quels que soient les évènements. Aussi, la belle Charlie tenait à honorer ses grands-parents en acceptant de travailler aux côtés de M. Lee-Clark. « Mais si vous voulez mon avis, laissez tomber l'orangé qui semble dépassée aujourd'hui. Vous devriez plutôt vous tournez vers le vert pomme, et le taupe ou le gris clair. Cela donnerait à cet endroit de la fraîcheur tout en gardant son côté jovial. » lança t-elle tout à coup, avant de continuer. « Sinon la verdure pour plus nature semble coller à votre thème. »

Au même moment, l'architecte les rejoignit le sourire aux lèvres. Son regard agréablement surpris se posa sur la jeune femme avant de se tourner vers son client : « C'est une belle idée vous ne trouvez pas ? Je raccroche à l'instant avec l'un de mes collaborateurs français qui m'envoie une série de planche de bois de cerisier. Comme vous le savez, c'est un bois très recherché et considéré comme l'un des plus beaux matériaux. Il peut être utilisé aussi bien comme bois massif que sous forme de contreplaqué. Son aspect noble, la finesse de ses pores et sa brillance de soie mate en font l'un des bois fruitiers les plus utilisés, en particulier dans la fabrication de meubles de style. » (Merci à Yoan Polizzi pour son blog d'info.) Amusée par la tirade théâtrale du quinquagénaire, qui ne reprit sa respire qu'une fois son exposé finit, Charlie ne pu retenir un petit rire moqueur. Espérant ne pas vexer son interlocuteur, elle chercha du soutient dans le regard du jeune homme d'affaires.


(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas
Caleb P. Lee-Clark
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 01/12/2014
▌MESSAGES : 36
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 1556 OCEAN PARKWAY #401, KENSINGTON
▌CÉLÉBRITÉ : Choi Seung-Hyeon (T.O.P)
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Beautiful Tango [ft Caleb] Ven 9 Jan - 5:11

« Mauvaises ou pas, ais-je vraiment le choix d'accepter vos idées de restructurations M. Clark ? » Il a bien envie de lui répondre que oui, elle a le choix, mais c’est vrai que s’il n’est pas d’accord avec elle, il pourra imposer son dernier mot et il le ferait sûrement d’ailleurs. Alors non, elle n’a pas totalement le choix et il doit bien avouer qu’il trouve sa remarque à la fois pertinente et sacrément intelligente. Elle vient d’éveiller en lui, une sorte de curiosité. Il l’observe assez amusé et attentif tout en croisant ses bras. Il a bien entendu parler de cette demoiselle, mais il ne penserait pas qu’elle serait présente ce matin pour participer aux idées de restructuration. Il se mordille le pouce comme souvent lorsqu’il est en pleine réflexion, mais la voix de Charlie le sort à nouveau de ses rêveries. « Mais si vous voulez mon avis, laissez tomber l'orangé qui semble dépassée aujourd'hui. Vous devriez plutôt vous tournez vers le vert pomme, et le taupe ou le gris clair. Cela donnerait à cet endroit de la fraîcheur tout en gardant son côté jovial. »

Il penche sa tête sur le côté tout en la fixant avant de dévier son regard sur les murs et d’essayer de se projeter avec les couleurs qu’elle a cité. Lui qui pensé lui faire plaisir en conservant l’orangé présent pour ne pas trop la dépayser, elle le surprend et agréablement en réalité. Il hoche lentement sa tête avant d’afficher un sourire en coin, libérant une de ses fossettes. « Le taupe est une bonne idée. » Il regarde vers l’architecte pour lui faire signe de prendre note sur le changement de couleurs avant de se rendre compte qu’il est toujours dehors, tant pis. Il a les finances pour faire ça alors autant le faire relativement bien, ou même parfaitement bien. Il n’aime pas le travail dans la demi-mesure. Il est exigeant avec lui et les autres et d’autant plus avec son entourage, alors il ne laissera rien passer, parce qu’il est comme ça.

Il observe l’homme qui revient vers eux avec un grand sourire sur son visage vieillit. Il a l’air d’avoir des bonnes nouvelles dans sa manche, à moins que ce ne soit qu’un coup de fil de son amante qui le mette en joie. Cal’ hausse une épaule pour lui-même plus que pour les autres comme s’il était en train de discuter avec sa conscience à ce sujet. « C'est une belle idée vous ne trouvez pas ? Je raccroche à l'instant avec l'un de mes collaborateurs français qui m'envoie une série de planche de bois de cerisier. Comme vous le savez, c'est un bois très recherché et considéré comme l'un des plus beaux matériaux. Il peut être utilisé aussi bien comme bois massif que sous forme de contreplaqué. Son aspect noble, la finesse de ses pores et sa brillance de soie mate en font l'un des bois fruitiers les plus utilisés, en particulier dans la fabrication de meubles de style. » Il hausse un sourcil d’étonnement sous cette tirade rocambolesque qui vaut à l’homme de devoir reprendre son souffle. Ça c’est sûr, même Caleb ne s’attendait pas à un truc comme ça et quand il entend Charlie se mettre à rire, c’est un peu comme un double kinder surprise pour lui. L’architecte semble s’en offusquer soudainement et le jeune propriétaire affiche un sourire complice allant de paire avec celui de la jeune femme.

« Votre tirade fut absolument convaincante mon cher ! Je ne pensais pas entendre une telle chose aujourd’hui ! » Il lui pose délicatement la main dans le haut de son dos afin de le diriger vers un autre côté de la boutique. « Va pour le cerisier, seulement, je voudrais un bois non traité. » « Il sera beaucoup plus cher !! » « Je sais. » Il lui sourit. « Je vous ai bien dit que vous aviez carte blanche pour la restauration, du moment que ça me plait, j’y mets le pris, j’aime le bois non traité, je veux donc du bois non traité. » L’homme affiche un petit sourire diaboliquement affreux sur son visage et dans ses yeux, le signe du dollar s’y dessine. L’argent est réellement un maître de nos jours. « Bien entendu Mr Lee. » « Clark… c’est Lee-Clark. » Il se frotte doucement le nez. « Allez donc à votre cabinet pour commencer des plans, je viendrai voir durant la journée ce que ça donne. » Il le laisse s’en aller promptement avant de se tourner vers Charlie et de l’observer intensément. « Miss Davis, j’ai bien cru que votre rire allait déclencher la troisième guerre mondiale. » Il se pose avec le cul à moitié sur le comptoir encore présent, ses bras croisés et sa gueule de beau gosse tout en l’observant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: Beautiful Tango [ft Caleb] Mar 13 Jan - 16:05




       

   
Caleb & Charlie
«L’homme ne peut découvrir de nouveaux océans tant qu’il n’a pas le courage de perdre de vue la côte» – André Gide
[Mille excuses pour l'attente, je n'ai pas trouvé une minute pour te répondre avant... ]

Un sentiment de gêne s'empara de la demoiselle, tandis que son interlocuteur ne semblait guère apprécier son amusement. Elle se raclait la gorge mal à l'aise, lorsque M. Clark la soutenu dans un sourire doux et complice. Elle se sentit alors plus légère, et se redressa satisfaite face au quinquagénaire. Le jeune homme dévia la conversation en acceptant l'affaire du bois de cerisier, puis se retira avec l'architecte afin de négocier. Charlie leva les yeux au ciel en les regardant s'éloigner au fond de la boutique, quelque peu agacée d'être mise à l'écart. Elle détailla alors leurs costumes hors de prix, leurs allures si sérieuses, et s'imagina leurs existences. Les soirées mondaines, les appartements spacieux, les domestiques, les rendez-vous d'affaires par millier dans un agenda bien remplit. Soudain une voix paisible résonna dans sa tête comme un murmure, accompagnée de l'image d'une étreinte chaleureuse entre une  femme et sa petite fille. « Nous vivons dans un monde où les apparences sont primordiales, où l'argent est roi. Mais personne, je dis bien personne, ne pourra jamais t'enlever ton pouvoir de choisir. Il n'y a que toi qui décide de qui tu es ma chérie. » L'espace d'un instant, le regard si pétillant de Charlie s'assombrit violemment. Ce souvenir vint la frapper de plein de fouet, semblable à un coup de poing dans le ventre. Une douleur intense lui arracha les entrailles, et lui coupa le souffle instantanément. Alors que l'horreur traversa son visage en une fraction de seconde, la brunette s'adossa au mur le plus proche pour ne pas fléchir. Au même moment, M. James retraversa la boutique vide avec un air satisfait assez malsain, poussant la jeune femme à reprendre ses esprits. Il serra rapidement sa main en guise d'au revoir, et tourna les talons sans attendre de réponse de sa part. Charlie le regarda s'éloigner sans rien dire, et pivota face à Caleb qui s'adressait à elle :
- Miss Davis, j’ai bien cru que votre rire allait déclencher la troisième guerre mondiale.
- C'est Mademoiselle, répondit-elle plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu. Elle s'interrompit alors et reprit doucement, excusez-moi. Merci d'être intervenu, je ne m'en serai pas sortit autrement.

Elle prit une profonde inspiration, et changea de posture pour montrer son aplomb. Face à elle, le jeune homme était poser à demi sur le comptoir, et la fixa étrangement les bras croisé. Il semblait la mettre de défi de quelque chose qu'elle ignorait totalement. Mais relevant son air audacieux, Charlie le fixa en retour, un sourire en coin. « Dites moi, la déforestation n'est-elle pas proscrite par les vegan ? J'ai lu quelque part que vous étiez de fervents protecteurs de la nature. Les arbres seraient-ils moins important que les animaux à vos yeux ? Pourquoi vouloir des étagères en bois, lorsqu'il existe de multiples matériaux pouvant le remplacer ? » Le ton sarcastique qu'elle employait ne la représentait pas le moins du monde, cependant, la subtilité n'avait jamais été sa plus grande qualité. En effet, la belle brune avec son caractère bien affirmé, ne s'empêchait jamais de dire ce qu'elle pensait. Elle était loin d'être sans cœur, et essayait avec ses moyens de lutter contre le gaspillage ou la pollution, mais n'en était pas moins adepte des causes perdues. Au contraire, elle trouvait l'idée de mettre les animaux au même rang que les humains si erronée, que de savoir que ''sa'' boutique allait devenir un commerce vegan l'exaspérait. Pour Charlie, le végétarisme ou végétalisme, était une perte de temps inventé par des personnes fortunés rongées par l'ennui. Elle ne s'y était jamais intéressé, et n'en savait pas plus que la plupart des gens, c'est à dire rien. Elle présumait que sans la viande, le choix des plats devenait monotone, et que la nourriture jonglait entre les haricots verts et la salade. Aussi, lorsqu'elle apprit que son nouveau supérieur faisait partie de la communauté Vegan, elle ne pu s'empêche lui montrer son indifférence face à la dite ''souffrance des animaux''.


       
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas
Caleb P. Lee-Clark
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 01/12/2014
▌MESSAGES : 36
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 1556 OCEAN PARKWAY #401, KENSINGTON
▌CÉLÉBRITÉ : Choi Seung-Hyeon (T.O.P)
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: Beautiful Tango [ft Caleb] Mer 14 Jan - 5:01

Elle répond sèchement. Parfois, elle ressemble à un chien mal en point qui montre les crocs à tout va pour ne pas qu’on puisse l’approcher. Il la toise discrètement alors balance des excuses simplistes qu’il n’a pas envie d’écouter parce qu’au fond, elle n’a rien à se faire pardonner. Il est toutefois d’accord avec elle lorsqu’elle dit que sans lui, elle ne s’en serait pas sortie. Heureusement qu’il est celui avec qui l’architecte signe le contrat, sinon tout serait fichu en l’air pour un simple rire à la vue de la susceptibilité de l’homme et de l’impudence de la jeune femme. Comme souvent, il est resté calme et maître de son environnement. C’est un point essentiel qu’on ne pourra jamais lui retirer. Charlie Davis n’avait rien d’une biche effrayée et qui se laisserait facilement bernée, au contraire, elle est plus comme une louve de l’ombre capable d’infliger des blessures suprêmes. Le sait-elle seulement ? Appuyé contre le comptoir, il l’observe. « Dites-moi, la déforestation n'est-elle pas proscrite par les vegan ? J'ai lu quelque part que vous étiez de fervents protecteurs de la nature. Les arbres seraient-ils moins important que les animaux à vos yeux ? Pourquoi vouloir des étagères en bois, lorsqu'il existe de multiples matériaux pouvant le remplacer ? » « Ouh, touche-coulé comme on dit n’est-ce pas ? » Il affiche un large sourire laissant ses fossettes apparaître alors. Sagement, il se redresse afin de marcher autour d’elle. Ils sont comme deux pitbulls dans une arène à attendre que l’autre fasse le premier pas pour s’entredéchirer. Il sent à travers ce rapproche, toute la rancœur qu’elle peut avoir et aussi, à quel point elle semble ne pas croire en sa philosophie de vie.

« Alors d’après vous, si je devrais pousser tout ça jusqu’au bout, je ne devrais même pas avoir de montre, de téléphone portable, pas même de cartes de crédit… et encore moins de boutique au fond vu ce que ça coûte en eau potable et en électricité. » Il plante son regard dans le sien tout en continuant sa marche. Ses bras restent croisés pendant qu’il réfléchit activement. « Entre nous, votre rétorque est justifiée et intelligente. » Il sait reconnaître les capacités de ses adversaires. Lentement, il laisses ses bras retomber le long de son corps avant que ses mains n’aillent se précipiter dans les poches de son pantalon. « Well, déjà pour commencer, je ne peux fuir la société dans laquelle nous vivons. Et quand bien même je le voudrai, j’ai des obligations. » Il se doit de garder un minimum de contrôle rien qu’envers Elijah. Il sent comme elle le juge, elle fait comme tout le monde à vrai dire. « Si jamais je crée une boutique avec un concept parfaitement vegan, les gens se sentiront agressés. » Il se racle doucement la gorge avant de s’arrêter face à elle. « S’ils entrent ici et qu’ils ne voient que du Vegan à en vomir, ils penseront qu’on les moralise. Il faut un endroit chaleureux et sécurisant avant tout dans lequel le client sera capable de se projeter. »  Il avance à nouveau afin de revenir se poser contre le comptoir. « Vous avez une fausse image de moi, tout comme vous en avez une erronée de mon style de vie. » Il l’observe à nouveau. « Je sais que ça ne vous enchante pas, ce rachat. » Il regarde la boutique. « Ou même notre partenariat. A vrai dire, vous êtes libre de l’arrêter. Je n’ai proposé ça à votre grand-père que pour le tranquilliser pour votre avenir. » Il n’a pas besoin d’une co-gérante qui n’y connait rien. Il fait ça de bonne grâce voilà tout. « Parce que même si vous n’en avez pas envie, il faudra qu’on travaille ensemble et que je vous apprenne des choses pour que vous puissiez conseiller les clients au maximum. » Il se redresse. « Vous en êtes prête ? Vous en avez seulement envie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: Beautiful Tango [ft Caleb]

Revenir en haut Aller en bas

Beautiful Tango [ft Caleb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Archives :: Corbeille :: Bac de recyclage-