Partagez|

100 suns ▽ Wyatt-Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: 100 suns ▽ Wyatt-Charlie Ven 9 Jan - 19:58



❝100 suns❞
Charlie & Wyatt
Wyatt observait cette photo de lui et Charlie tout gamin, sûrement pris lors d’un de leurs anniversaires par un de leurs parents. Le jeune homme fit très attention en sortant de chez lui ce soir là, il piqua l’une des voitures de son compagnon Sebastian, la moins cher et la plus maniable, comme ça si elle était cassée, ça aurait un moindre coût en réparation. Il prit la direction de Staten Island, Liko son furet angora était à ses cotés dans la voiture, il l’accompagnait un peu partout, son rendez vous hebdomadaire avec Charlie en faisait partie. Il gara le véhicule proche de leur vieille école, le bâtiment un peu délabré pouvait faire froid dans le dos, les vitres étaient cassées, de vieilles planches étaient clouées sur la porte et la cour de l’école faisait penser au jardin de la famille Addams. Pour se rendre jusqu’au vieux grenier, il fallait suivre une sorte de procédure. Il y a quelques années avec Charlie ils avaient un pèlerinage sur leur enfance pour fêter sa sortie de cure, c’est comme ça qu’ils se sont retrouvés face à leur école. Elle était fermée et désaffectée, et dire qu’ils avaient dix ans à l’époque.

Il fallait ouvrir la grille avec le cadenas, c’était Wyatt qui avait eut l’idée de mettre une chaine et un cadenas sur l’entrée de la cour et la porte principale dissimulée sous les vieilles planches, ça permettait de savoir si des squatteurs avaient rompus les liens et entré dans le bâtiment. Il n’y avait que Charlie et lui a avoir la clé. Il traversa rapidement la cour, Liko était serré dans sa veste, sa petite bouille sortait de l’interstice pour regarder ce que faisait son maitre. Il souleva les deux planches en croix pour les retirer, ca permettait d’indiquer sa présence à Charlie, il entra ensuite dans le vieil hall. Ca puait l’humidité et le renfermé, il s’amusa à déambuler dans les couloirs avec sa lampe de torche. La terrible classe de Mme Lancaster, combien de fois elle l’avait mit au coin car il ne voulait pas réciter sa poésie. Il monta au troisième étage et tira l’échelle pour accéder au grenier. Combien de fois ils étaient venus se cacher ici avec sa camarade pour prendre leur goûter et ne pas être avec les autres enfants. Il les détestait, ils étaient injustes et cruels.

Ils avaient aménagés un peu l’endroit, dans le grenier il avait trouvé de vieux canapés un peu miteux qu’il avait recouvert avec des plaids qu’il avait amené, les tables d’école étaient parfaites pour faire table de salon. Les vieilles poutres apparentes étaient recouvertes de toile d’araignée. C’était les repères avec Charlie et en ce moment il avait bien besoin de se confier, elle avait sûrement dû voir la multitude de journaux qui indiquaient le coming out de Sebastian Black le PDG d’élite model, en couple avec un jeune homme qui faisait la moitié de son âge. Il sortit de son sac à dos son briquet, Liko était sur son épaule, sa queue entourant son cou comme une écharpe. Son furet avait un pelage blanc, il avait l’extrémité des pattes et le museau totalement noir. Le tatoueur alluma un peu partout les bougies qu’il leur servait d’éclairage, ça faisait bien des années qu’il n’y avait plus d’électricité en ces lieux.

Il se laissa tomber sur le canapé, il sortit le paquet chips et les divers sodas qu’il avait acheté sur le chemin. Charlie avait un peu de retard, il sortit son jeu de tarot, le furet fixait des yeux le mouvement de son maitre. Il forma un arc de cercle avec les cartes et se mit à les tirer une à une. L’amoureux en renversée, des conflits et des moments de doutes, pas étonnant. La route de la fortune à l’endroit, peut-être une opportunité dans un futur prochain. La mort à l’endroit, de futures transformations à envisagée, une vie en mutation, extrêmement intéressant ce tirage. Les flammes de bougie illuminaient son tirage de sa lumière vacillante, enfin il tenait dans sa main le mat qu’il allait poser, une des arcanes du tarot, ses yeux clair se levèrent, il entendait du bruit dans le couloir. Sûrement Charlie qui se manifestait enfin….




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: 100 suns ▽ Wyatt-Charlie Jeu 15 Jan - 13:45




     

 
Wyatt & Charlie
«Hier était le début, demain sera peut-être la fin, mais quelque part entre les deux, nous sommes devenus les meilleurs amis du monde»
Lorsqu'elle perdit ses parents à l'âge de huit ans, Charlie fut poussée par la vie à prendre un nouveau départ. La plupart de ses repères d'enfant lui furent retirés, tandis qu'elle traversait l'océan pour rejoindre ses grands parents. Et même si elle était déjà venue à New York à plusieurs reprises, ce déménagement soudain affecta particulièrement la petite fille. Elle se renferma sur elle, se laissant ronger par son passé qu'elle ne révélait à aucun de ses camarades. Mais son absence de parents la rendait différente aux yeux des autres, et la brunette refusait de répondre aux questions indiscrètes. Ces dernières devinrent bientôt des spéculations, laissant place à une imagination morbide. Charlie qui était déjà téméraire et solitaire, fut mise à l'écart et laissé-pour-compte. Aussi ses deux premières années à New York furent particulièrement difficiles, au grand désespoir de sa famille qui ne savait comment réagir face à son silence. Puis un jour, alors qu'elle n'avait que dix ans, Charlie rencontra un petit garçon nommé Wyatt. Un fort caractère et des cheveux bruns en bataille, rejeté lui aussi par ses camarades. Un regard, quelques mots, et les deux enfants ne se quittèrent plus. Ils formèrent un duo inséparable, complices en toute situation, et firent les quatre cents coups s'appropriant l'école toute entière. Ils grandirent côtes à côtes et ne cessèrent d'être un soutien l'un  pour l'autre, quel qu'en soit le prix. Le temps pansa les blessures, et tandis que Charlie refaisait le monde percher sur un arbre avec son ami Wyatt, elle recommençait à sourire et envisageait même un avenir.

Ce soir là, alors qu'elle avait emménagé depuis peu à Kensington, la brunette se fit une joie de quitter son appartement pour rejoindre les quartiers de Staten Island. Dehors le froid de l'hiver lui rongeait les os, la nuit régnait en maître plongeant la ville dans un noir intense. Mais Charlie continua de se fondre dans l'obscurité malgré l'heure tardive. Elle s'arrêta soudain devant un bâtiment insalubre et délabré, fermé depuis dix ans déjà. Elle leva la tête pour admirer l'ensemble de l'ancienne école, puis inspira à fond avant de pénétrer à l'intérieur de cet endroit lugubre. Le visage engloutit au fond d'une immense capuche noir, la jeune femme traversa la cour de récréation désaffectée. Elle se rappelait le bruit de la sonnerie, les rires de ses camarades, les voix des professeurs qui, un jour, avait donné vie à la Foursquare School. Loin d'être une époque dont elle désirait se souvenir dans les moindre détails, la belle brune continua son chemin jusqu'au hall. Un large sourire illumina son visage lorsqu'elle vit les deux planches déjà dégagé du chemin, signe que son ami l'attendait déjà. Charlie retira ses écouteurs, et coupa la musique de son i-pod avant de traverser à grands pas les couloirs vides dans l'obscurité. Seul le vent glacé de janvier se faisait entendre au milieu du silence assourdissant, mais la demoiselle continuait de monter les escaliers quatre à quatre jusqu'au dernier étage. Hors d'allène, elle chercha du regard une l'échelle qui menait au grenier, lieu autrefois interdit aux élèves et repère intemporel des deux complices depuis toujours.

Elle arriva bientôt dans une pièce quelque peu sinistre, décorée majoritairement par des toiles d'araignées. Une vitre encrassée laissait à peine transparaître la lumière de la lune, et les poutres moisies n'avait pas belle allure. Pourtant, Charlie se sentit rassurée par le doux parfum de cerise qui embaumait l'endroit. Wyatt, affalé sur un vieux canapé miteux avait allumé de multiples bougies pour s'éclairer. Avec sourire immense, la belle brune se précipita sur lui pour l'embrasser sur la joue, puis s'exclama enjouée : « Oh mon chat comment tu vas ?! Je suis vraiment désolée, je suis partit trop tard de chez moi. Je ne pensais pas que ça prendrait autant de temps de venir. Salut Liko ! Je t'ai rapporté des friandises petit gourmand. » Elle s'affala à son tour sur le canapé, retira son manteau et se mit en tailleur face au jeune homme avec un plaide sur les genoux. Elle sortit un petit biscuit qu'elle présenta doucement au furet de son ami, et reprit la parole tendrement : « Comment tu vas Wyatt... ? »


     
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: 100 suns ▽ Wyatt-Charlie Ven 16 Jan - 19:11



❝100 suns❞
Charlie & Wyatt
Les cartes se dévoilaient une à une face à son regard plein de curiosité dans ce tirage. A chaque figure un nouveau chemin, un nouveau pas vers un avenir offert sur cette vieille table en bois. Il fut interrompu dans son tirage par un bruit de craquement qui venait du fond de la pièce et très bientôt surgit face à lui une très jolie jeune femme. Les salutations furent chaleureuse et à hauteur de Charlie, elle s’excusa pour son retard et s’extasia face au furet qui était sur lui. Liko le quittait très peu, ce genre d’animal avait besoin d’attention. C’était sûrement pour cette raison qu’il l’avait choisi. Il semblait si seul dans cette animalerie, il c’était tout de suite porté garant en le voyant. Il avait reçu un baiser sur la joue qu’il rendit avec la même joie de la retrouver. « Ce n’est pas très grave ! J’ai su m’occuper en attendant ! » Elle prit place, une fois dévêtue de sa veste d’hiver, elle se contorsionna dans une position assise en tailleur et se mit tout de suite à gâter son animal. Le furet approcha son museau pour renifler ce qu’elle lui proposait. Wyatt passa les mains sur ses cartes qu’il décida de rabattre, bien entendu il regarda la dernière carte du tirage. L’impératrice apparue à l’endroit sous les flammes vacillantes, il observa ce visage froid qui le fixait du regard. Il la posa avec le reste pour finalement refaire un tas incertain comme son avenir. Son furet commençait à manger avec appétit. « A force de te voir, je vais avoir un furet obèse ! » Un petit sourire s’esquissa sur ses lèvres à cette réflexion, Charlie avait toujours sur elle de quoi contenter le mustélidé. Comment allait-il ? Ceci était une bonne question, vu la situation c’était une interrogation bien vaste, il fixa Charlie quelques instants en réfléchissant à la question, il allait à la fois super bien et il vivait de grands moments de doute. Bien entendu sa meilleure était au courant pour Sebastian depuis des années, depuis qu’il était devenu son amant, elle avait su jouer le rôle de son coffre des secrets. Au moment où il était devenu son amant ils avaient débutés tous deux de longues conversations sur ce qu’allait advenir de cette relation.

« On va dire que je vais bien ! J’aimerais pouvoir nager dans le bonheur mais je vais patienter encore un peu ! J’imagine que tu as dû lire le journal dernièrement ! »
Les médias c’était quelque peu acharné sur lui et Sebastian. Désormais leur couple avait été mis à nu par les photographes, ils ne savaient pas tout, ils connaissaient l’essentiel. « Sebastian travail beaucoup en ce moment, depuis cette grande révélation, l’entreprise à un peu chuté ! Ca remonte la pente tout doucement…d’ailleurs fais attention à toi tu es la meilleure amie d’une célébrité maintenant ! » Il leva les yeux au ciel, le prix de la gloire relevait donc d’avoir le bon compagnon. Wyatt ne se voyait pas célèbre, ni même une star, il n’avait pas envie de faire parti des peoples, son intention était juste de ne pas vivre dans le secret, de pouvoir sortir au restaurant avec Sebastian sans se demander s’ils allaient être reconnus derrière leurs assiettes, de pouvoir l’accompagner à ses réceptions pour éviter qu’une de ses mannequins le fasse pour lui.

« Et toi comment ça va ? » Autant lui rendre la pareil, il connaissait assez Charlie pour savoir qu’elle allait le bombarder de questions concernant toute cette histoire, pourquoi soudainement Sebastian avait changé son fusil d’épaule, qu’il avait admis qu’il sortait enfin avec un garçon et qu’il ne suffisait pas de vivre avec lui pour que ce soit le cas. Sebastian faisait beaucoup d’efforts et ça lui faisait du bien. Il ouvrit un des paquets de chips qu’il avait emmené, se mettant à en grignoter quelques unes alors que Liko continuait de grignoter tranquillement le biscuit que lui avait donné Charlie.




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: 100 suns ▽ Wyatt-Charlie

Revenir en haut Aller en bas

100 suns ▽ Wyatt-Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Staten Island-