Partagez|

✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Rory Lacroix
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 27/10/2014
▌MESSAGES : 163
▌AGE DU PERSO : 17
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Brodie-Sangster
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Mar 13 Jan - 11:49

THE ONLY HEAVEN I'LL BE SENT TO
I'll worship like a dog at the shrine of your lies .

Rory vivait dans un bonheur sans nom, il n’avait plus de gardes du corps, il avait le droit à cette liberté, offerte par Andreas. D’ailleurs concernant cet homme il en était totalement gaga, ca faisait maintenant plus de deux semaines qu’il vivait avec lui, ils avaient leur petit rythme, leur petite complicité, leur petite dispute aussi. Parfois il se prenait plaisir de l’observer, lorsqu’il était concentré sur son travail. Il avait pris ses marques dans l’appartement, au final sa chambre avait été transformé avec quelques miroirs afin qu’il puisse un peu répéter quand il était seul et lui permettait de faire sa séance de Yoga, c’était son petit coin personnel. Il n’arrivait pas à se séparer d’Andreas pour dormir, parfois il lui arrivait même de se réveiller totalement lové sur lui. Cette vie il l’aimait, il lui avait offert son propre paradis et d’ailleurs il se plaisait presque à se déshabiller devant lui, pour lui donner ce plaisir taquin qu’il avait découvert la première nuit, d’ailleurs lorsqu’il se mit à réfléchir le matin là, sa petite blague sur les trois fois par jour c’était vérifié, une fois le matin au réveil, une fois le midi lorsqu’ils avaient mangé ensemble à l’appartement et le soir avant de s’endormir. Il n’avait jamais imaginé jusqu’à maintenant qu’une intimité avec un homme serait aussi plaisante. Le viking avait su de ses bras faire effondrer quelques barrières de sa personne pour l’atteindre. Il voyait sa sœur, elle était même déjà venu, ses parents refusaient catégoriquement de lui parler, il n’avait pas pu accéder à ses comptes en banque, cependant il avait quand même pu récupérer ses papiers d’identité et le pull d’Andreas qu’il ne se séparait pas. D’ailleurs aujourd’hui alors qu’il se laissait déposer par son homme devant son studio de danse, il était sur son petit nuage, un petit flottement, le monde était devenu plus beau, ensoleillé de se rayon l’irradiant. Incontestablement cet homme était devenu un fragment de sa vie. La danse et Andreas, un ensemble qui créait sa propre utopie. La date de la première arrivait et dans quelques jours, ils allaient débuter les répétitions en salle de spectacle.

Il tourna la tête et fit un petit signe à son compagnon, avant que sa voiture ne disparaisse dans cet océan d’automobile. Il monta les marches du studio et lorsqu’il arriva, il fut face à son professeur de danse et aussi deux autres hommes. Son père et son agent. Son souffle se coupa, depuis la soirée de fiançailles il ne s’était pas vu. A trois ils lui annoncèrent que la version artistique du « Petit Prince » était désormais annulée. Le premier réflexe de Rory fut de rire à cette blague stupide. Sauf qu’il disparu bien rire, confondu dans un silence pesant. A la tête de cet homme, il y avait du sérieux. Les financiers voulaient arrêter les dégâts avant que la production ne soit trop chère, ils vont se mettre la tête dans le mur. Y a pas de décor, pas d’autres danseurs sur scène. Une colère l’envahit, les représailles de ses parents avaient débutées et ils avaient touché en plein dans le mille. Simon lui indiqua que s’il revenait à la maison, il pourrait éventuellement convaincre les producteurs de continuer. Il s’approcha en posant une main sur son épaule, il fermerait les yeux sur son escapade avec un homme et que tout se passerait bien. Cette fois il ne pu s’empêcher de l’insulter en l’envoyant balader, lui faisant lâcher prise. Son agent profita de l’occasion pour mettre fin à leur collaboration. Rory s’échappa de ce cauchemar, dévalant les escaliers, loupant des marches. Lorsqu’il claqua la porte derrière lui, il entendit son agent, clamé que son père était un salaud de lui faire perdre l’un de ses meilleurs clients. Il n’avait pourtant pas le choix, Simon était un puissant. Un vent frais s’écrasa sur son visage lorsqu’il poussa la porte vitrée du studio de danse, il posa ses yeux sur son immense photo présentant le ballet, en-dessous une énorme pancarte était collée « Annulée ». Il arracha l’affiche de rage. Il se savait plus quoi faire alors il se mit à courir, sans réfléchir, pour évacuer sa colère, les larmes coulaient d’elle-même, inondant ses joues de leurs traces brûlantes.

Lorsqu’il en eut marre de courir il marcha dans la rue, sans réfléchir, il avait besoin de se vider la tête, d'effacer ces images horribles, il était un zombie, il avait froid sans avoir froid. Des jours et des jours de travail avaient été balayés d’un revers de main, sans la danse qu’allait-il devenir ? Rory eut une image de lui, avec une bière sur le ventre, regardant un talk show américain, Andreas qui lui annonçait le divorce alors qu’ils n’étaient pas mariés. Il secoua la tête, ca avait duré des heures, parfois il s’arrêtait, sa poitrine lui faisait mal, ses parents avaient été impitoyables en jouant leur meilleure carte. La nuit était tombée, il tourna la tête, il était totalement paumé, il n’avait pas d’argent en poche pour prendre un taxi, une unique pièce de monnaie. Une énorme pancarte annonçait le Yankee Stadium, il entra dans une cabine et composa le numéro d’Andreas qui devait être rentré depuis un moment dans leur appartement. « Ils m’ont tué Andreas ! Ils ont annulé le spectacle ! » Il était de nouveau en pleurs. « Vient me chercher, je suis devant l’entrée 12 du Yankee Stadium ! » La cabine se coupa d’elle-même, il aurait aimé entendre sa voix encore, il voulait ses bras. Le jeune homme se laissa glisser le long du tronc de l’un des arbres qui ornaient le parvis du stade de baseball. Il hurla sa détresse, dans un cri inhumain, il se recroquevilla sur lui-même, il ne pensait pas avoir autant de larmes pour pleurer, pourtant les larmes étaient toujours là. Cette fois il était dans un état lamentable. Le petit homme était usé par cette épreuve supplémentaire. C'était donc le seul paradis dans lequel il serait envoyé.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Ehrensvärd
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 21/12/2014
▌MESSAGES : 71
▌AGE DU PERSO : 34
▌ADRESSE : Yeomalt Avenue #314, Staten Island (appartement) avec Rory et Kajsa.
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Skarsgård.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Mer 14 Jan - 16:53


◮ the only heaven i'll be sent to
Un scalpel dans la main et la bouche dissimulée par un tissu, Andreas se concentre sur son opération car il ne doit pas entreprendre de gestes brusques, au risque de tuer la personne entre ses mains. Un cœur est si fragile qu’une ouverture trop profonde pourrait provoquer la perte de son patient ainsi que son licenciement. Avec précaution et à l’aide de son équipe, il s’applique dans l’exérèse de la tumeur cardiaque de l’individu qu’il soigne. L’intervention dure deux heures, le temps de retirer cette partie nuisible et de réparer la peau à l’aide de points de suture qui donneront une belle cicatrice au final. Andreas peut enfin reprendre son souffle, respirer convenablement et se détendre : il vient de sauver une autre vie. Il est une des meilleurs chirurgiens cardiologues alors ce n’est pas franchement étonnant, mais il n’a pas pris goût à sa réussite et semble chaque fois fier et soulagé. Il est par ailleurs réputé dans le domaine, c’est pourquoi il n’a pas eu beaucoup de difficulté pour intégrer cet hôpital New-Yorkais : ils n’ont pas manqué l’occasion d’avoir un tel élément au sein de leur établissement, ça aurait été bête de lui refuser le poste.

Il sort de la salle d’opération, jette ses gants ainsi que son masque, puis se désinfecte les mains. Il retire sa blouse car son service est terminé pour aujourd’hui ; il doit toutefois rejoindre l’université de la grosse pomme puisqu’il doit donner un cours dans une heure à des étudiants de troisième année. Il ouvre son casier pour récupérer ses affaires, notamment son portable qui lui indique comme d’habitude qu’il a manqué beaucoup d’appels. Il n’a pas le temps de lire les différents messages le prévenant des nouvelles qu’il reçoit un coup de fil inconnu. Il n’a pas la tête à discuter au téléphone mais il se fait la réflexion qu’il s’agit probablement de Rory, puisqu’il n’a pas de téléphone portable et n’a pas le fixe de leur appartement sous la main. Il doit sûrement appeler d’une cabine téléphonique, alors il prend le risque de décrocher pour satisfaire sa curiosité et son inquiétude. Dès qu’il entend la voix derrière le téléphone, il sait pertinemment de qui il s’agit. Il l’entend pleurer sans trop savoir pourquoi, quant à lui son cœur se serre instinctivement… « Hey chéri, qu’est-ce qu’il se passe ? il lui demande d’une voix douce et préoccupée. » Le surnom affectif est sorti tout seul par ailleurs, ce n’est pas forcément dans ses habitudes : ça montre clairement que l’état de Rory le tracasse réellement. Le gamin lui demande de le rejoindre au Yankee Stadium mais Andreas ne peut pas vraiment, puisqu’il est censé devenir un professeur dans quelques minutes. « Je suis au boulot… il souffle doucement en se frottant le front, comme si ça allait l’aider à savoir quoi faire. Très bien, j’arrive. Ne bouge pas, il lâche finalement après avoir pris sa décision. »

Il quitte ainsi l’hôpital pour prendre sa voiture et prendre la direction que Rory lui a donnée. Peu importe le temps que ça prendra, il pourra parfaitement déplacer son cours. C’est récurrent à l’université, les professeurs ne font que ça et les étudiants sont habitués à devoir se lever un Samedi Matin s’il le faut ; le problème c’est qu’en enchaînant trois métiers, Andreas n’a pas forcément de place dans son emploi du temps pour caser une nouvelle heure. Seulement il ne réfléchit pas à tout ça pour le moment, il y songera plus tard : ce qui compte pour le moment, c’est bel et bien l’état de Rory qui semble critique. Il gare sa voiture quelques minutes plus tard puis commence à marcher d’une cadence très rapide pour retrouver le gamin. Il regarde les panneaux et suit ceux indiquant l’entrée 12. Il l’aperçoit recroquevillé à terre et contre un arbre, alors il s’approche sans ne plus attendre. Heureusement qu’il n’y a pas de match, ça aurait été un véritable cauchemar pour le retrouver. « Relève-toi. Tout de suite, il lance froidement, le ton dur. » Il ne semble pas très réceptif à sa demande, mais il ne lui laisse pas dix secondes supplémentaires pour constater un changement de position. Il l’empoigne par le bras et le lève de force, puisqu’il ne sait pas le faire tout seul apparemment. « Dépêche-toi ! il hurle presque, complètement enragé de voir autant de fragilité chez ce petit. » Oh attention, il aime sa sensibilité. Il déteste par contre le fait qu’elle soit provoquée par ses géniteurs, car il se doute bien qu’ils parlaient d’eux. Une fois debout, Andreas glisse ses doigts en-dessous de son menton et lui soulève la tête, pour planter son regard sérieux et dur dans le sien. « Ne t’abaisse pas pour ce genre de personnes, jamais. Tu m’as compris ? » Il peut paraître violent d’une certaine manière, mais c’est uniquement pour endurcir le jeune. Il ne doit pas se laisser piétiner et abattre à cause d’eux, surtout qu’Andreas trouvera toujours une solution à ses problèmes et il compte bien lui faire comprendre. Pas question que son Rory soit malheureux, il ne permettra jamais ça.

Le géant remarque qu’il a probablement été un peu trop dur avec son Rory, alors sans ne plus attendre, il entoure son petit corps frêle de ses bras. Il le serre fortement contre lui, tout en passant une main dans ses cheveux pour lui caresser la tête. « Allez, arrête de pleurer… il dit d’un ton doux mais suppliant. » Il déteste ses larmes, dans le sens où ça lui fend le cœur de le savoir aussi triste. « C’est quoi le problème ? il demande tout d’abord en continuant de glisser ses doigts dans ses cheveux châtains. J’ai bien compris que tes parents avaient encore joué aux cons, mais qu’est-ce qu’ils ont fait pour que l’organisme décide d’annuler ces représentations ? » Finalement il se sépare quelque peu de lui pour le regarder, puis l’embrasse avec douceur avant de le reprendre dans ses bras. « Tu sais que si ce n’est qu’un problème financier, je peux me montrer plus fort que tes parents, il lâche avec une belle idée derrière la tête. » Il n’a encore jamais vu Rory danser : quand il n’était pas encore avec lui, car ça l’aurait probablement ensorcelé davantage ; désormais parce qu’il n’a pas eu le temps ces deux dernières semaines. Il ne sait donc pas s’il est véritablement doué, mais il suffit de lire les journaux et les commentaires des sites internet pour connaître la réponse. C’est donc naturel qu’il pense à financer son spectacle : de toute façon qu’il soit bon ou mauvais, il l’aurait fait car il prend conscience qu’il s’agit de la passion de Rory. Et pour rien au monde il voudrait la voir se briser, encore moins à cause de ses géniteurs. Il ne pense pas au coût ni aux bénéfices, simplement au bonheur du petit. « Tu les as vus, d’ailleurs ? il évoque ses parents, curieux de savoir ce qu’ils ont pu se raconter. » Il est surpris que son géniteur n’ait pas décidé de le kidnapper, mais heureusement pour lui. Le priver de Rory aurait été une terrible erreur, un Andreas en colère et rancunier, ce n’est franchement pas beau à voir…

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Rory Lacroix
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 27/10/2014
▌MESSAGES : 163
▌AGE DU PERSO : 17
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Brodie-Sangster
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Mer 14 Jan - 19:09

THE ONLY HEAVEN I'LL BE SENT TO
I'll worship like a dog at the shrine of your lies .

Rory avait été comme bousillé par cette bombe inattendue, on lui avait mit un coup de poignard dans le dos. Il avait marché tellement de temps qu’il n’arrivait pas à tenir sur ses jambes, l’énergie l’avait totalement quitté, il était anéantis de savoir que ce projet avait été terminé, son père avait su abattre son jeu sur la table avec une telle efficacité. C’était Andreas qui l’entretenait, c’était lui qui lui achetait ses vêtements, le nourrissait, avant c’était ses cachets qui l’entretenaient, non ses parents. Aujourd’hui il n’avait que sa liaison amoureuse, jamais il ne retournerait en arrière. Au départ il avait pensé se caler le dos contre cet arbre pour attendre Andreas qu’il avait prévenu par téléphone, d’ailleurs il faudra bien qu’un jour il en ait un de téléphone ça serait tout de même plus pratique. Une ombre le recouvrit, si grande qu’il eut l’impression de disparaitre dans celle-ci. Rory se sentait vide, son temps de réaction était ralenti et il n’avait pas le courage de bouger, il était bien comme ça. Malgré la sévérité dans le ton de son compagnon, il ne s’exécuta pas. Il n’eut pas tellement le temps, des doigts ont serrés son bras et le fit bondir sur ses jambes, pourtant il restait comme une poupée vide entre ses mains, les membres manquaient d’activité, il était encore sous le choc de la nouvelle. Lorsqu’il croisa le regard de son homme, ses yeux si clairs et électriques, son esprit se remit en marche, la pause semblait se terminer, la douleur de la trahison le reprit. « Tout ce que je ferais, tout…ils vont se mettre en barrage ! » Jamais il n’allait blâmer son choix, il assumait le fait d’être parti avec le Suédois et même il en était fier. Andreas avait une apparence stricte, ses paroles étaient froides, son teint marmoréen semblait s’embrumer d’un ton écarlate. Il laissa sa tête aller contre son torse alors que ses bras se resserraient autour de lui, il eut un petit soupir, il se sentait en sécurité dans cette étreinte. Malgré sa petite taille il se sentait plus grand. Il ferma les yeux, le tempérament de feu de son beau viking semblait s’adoucir et il le questionna. Les larmes n’arrêtaient pas de couler. « Ils ont fait pression sur les producteurs et donateur ! Ils ont aussi menacé mon agent qui a décidé d’invoquer une clause de mon contrat qui dit que toute représentation annulée entrainé la fin de la relation avec son artiste ! » Ses parents avaient su tirer leur épingle du jeu avec tellement de brio qu’il devait admettre qu’ils étaient passés maitre dans l’art de la manipulation.

« Mon père était là, avec mon chorégraphe et mon agent ! L’un comme l’autre doit arrêter toute collaboration avec moi….même en apportant tout le fric que je voulais, sans le chorégraphe du ballet on n’arrivera à rien ! » Ils se feront mettre au tribunal dès la représentation si Rory exécutait ne serait-ce qu’un seul pas de la chorégraphie. « Mon père m’a demandé de revenir en échange de ma passion ! » Il était sérieux dans ses mots, il redressa la tête, les yeux toujours embués de larmes, il ne voyait malheureusement pas de solution. « Je ne pouvais pas accepter, je ne pouvais pas…je n’arrive pas à me dire que je pourrais te quitter ! » Andreas était devenu comme un pilier dans sa vie. Encore que le petit prince ne se monte pas, ça ne serait pas le premier projet qui ne va pas au bout, mais sans son agent, l’un des meilleurs, qui allait gérer ses relations publiques, qui allait lui trouver des castings.

« Dis moi ce que je vais devenir ? Je vais devoir trouver un boulot de serveur….ou de danseur dans un petit cabaret au coin de Brooklyn, on va m’oublier et je ne serais plus rien ! » Cette fois il ne pouvait s’empêcher d’être défaitiste, il alla de nouveau réfugier sa tête contre le torse de son homme. Ce magnifique torse musclé dont il lui était toujours interdit de le toucher, il respectait son choix, même s’il aimerait effacer tout ça, de plus en plus, en regardant discrètement il avait vu des marques sur son dos et ce problème trouvé son origine dans un traumatisme, une grande souffrance. Il tremblait et il était totalement épuisé. « J’ai beau marcher pour réfléchir je n’arrive pas à trouver de solution ! » Manhattan jusqu’au Bronx ça faisait un sacré bout.


copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Ehrensvärd
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 21/12/2014
▌MESSAGES : 71
▌AGE DU PERSO : 34
▌ADRESSE : Yeomalt Avenue #314, Staten Island (appartement) avec Rory et Kajsa.
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Skarsgård.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Sam 17 Jan - 2:04


◮ the only heaven i'll be sent to
Andreas retrouve Rory dans un coin entre un arbre et un bout du Yankee Stadium, il ne tarde pas à l’engueuler pour qu’il se lève et ne se rabaisse pas. Il n’est encore qu’un gamin, il a forcément un manque de raisonnement de de logique, qui pourtant sera un jour ou l’autre acquis grâce au géant. Il ne permettra pas que ça se reproduise, car le voir au sol les yeux embués de larmes a le don de le mettre en colère et le ronger de l’intérieur en même temps. Alors qu’il commençait à s’énerver contre lui, Andreas finit par prendre conscience que ce n’est pas forcément le bon moyen de s’y prendre. Rory a un côté fragile qu’il faut savoir apprivoiser, une sensibilité qu’il faut savoir appréhender et ne pas trop pousser à l’extrême. Ainsi il prend l’initiative de le prendre dans ses bras pour le rassurer et peut-être soulager ses peines. Il écoute ensuite le gamin étaler le problème, il tente de le comprendre et de trouver des solutions. « Il ne faut pas que tu les laisses faire, Rory. Il ne faut pas qu’ils te rendent triste, il lâche tout d’abord, refusant de voir ses larmes à cause d’eux. » Il a pour principe de ne pas se miner le moral pour des gens qui n’en valent pas la peine et ne méritent pas sa tristesse, alors il aimerait transmettre sa vision des choses à son petit-ami.

Il saisit que l’affaire risque d’être compliquée, car malheureusement ses parents sont puissants et ont beaucoup de billets ainsi que des arguments pour convaincre l’entourage artistique de Rory de cesser leur collaboration avec lui. « Ton agent n’a pas le droit d’appliquer cette règle, du moment où tu n’es pas responsable de l’annulation de ce spectacle. Et dans le pire des cas, tu pourras te trouver un autre agent. S’il le faut, je suis même prêt à le devenir, il commente en caressant sa joue, voulant absolument lui infiltrer de nouveaux espoirs dans le crâne. » Andreas est généreux, mais en plus de ça, il est toujours prêt à tenter une nouvelle expérience. Son emploi du temps est pourtant bien chargé, mais il saura trouver de la place si c’est pour Rory. Il ferait probablement n’importe quoi pour ses beaux yeux de corbeau, même à se séparer d’un de ses emplois pour pouvoir se consacrer à ce nouveau métier qu’il ne sera même pas certain de réaliser à merveille. Selon lui il faut toujours tenter dans la vie, alors rien ne le retiendra à se lancer dans ce nouveau projet ; peu importe si sa tentative est vouée à l’échec. Il finit par poser sa main sur sa poitrine, au niveau de son cœur, tout en le regardant dans les yeux de manière très sincère et intense. « Tout ce que tu as là-dedans chéri, ils ne pourront jamais te l’enlever. Je sais que tu as énormément de potentiel, que tu iras loin, alors songe au fait que tu peux créer ton propre spectacle. Vois toujours plus loin dans la vie et tu réussiras tout ce que tu entreprendras. Trouve-toi un autre chorégraphe ou deviens-le, dis-toi que c'est peut-être une chance qui s'offre à toi. » Andreas a énormément d’ambition alors il est parvenu à gagner une certaine réussite dans sa vie. Il fera tout pour que ce jeune acquière ce même trait de caractère que lui, car c’est le seul qui pourra lui permettre de faire énormément de choses dans sa vie.

Il déteste voir son petit-ami être au plus bas à ce point, être perdu face à son avenir. Il devrait pourtant savoir qu’Andreas ne l’abandonnera jamais à son propre sort, qu’il trouvera toujours un truc qui correspondra à ses attentes et besoins. « Tu n’auras donc pas à finir dans ces vieux boulots, tout simplement car là n’est pas ta place. Ne te contente pas de ton statut de danseur, tu peux faire bien plus que ça, il continue sur la même voix, prêt à le pousser toujours plus haut. Oublie les autres et fais juste vivre ce qui bouillonne en toi. Tu as besoin de personne pour évacuer la passion qui t’anime, il ajoute en gardant son sérieux, caressant ses cheveux déjà ébouriffés. » Le petit semble vraiment dans un état pitoyable, dans une mauvaise passe. Andreas n’arrive pas à concevoir que l’on puisse agir de la sorte avec son propre gamin, que l’on puisse l’empêcher d’être heureux uniquement pour nos propres besoins. Tout ça pour une question de fierté personnelle. S’il voyait ses géniteurs, il pourrait probablement leur cracher aux visages avec cette impolitesse qui ne lui ressemble pourtant pas. « Calme-toi, paniquer ne te mènera à rien. L’angoisse encombre ton cerveau et tu n’es plus capable de raisonner correctement ensuite. Mais je suis là et la solution, on va la trouver, il annonce avec douceur, finissant par l’embrasser avec douceur. » Voir les yeux vides de Rory, sans cette passion qui l’enflamme depuis qu’il le connaît, a le don de lui fendre le cœur en mille morceaux. Il ne laissera pas ses parents faire, il les combattra jusqu’au bout, quitte à perdre sa fortune.

« Viens, je te paye une gaufre, il propose sans lui donner vraiment le choix. » Il compte bien lui remonter le moral de toutes les manières possibles et inimaginables. Il lui attrape la main, glisse ses doigts contre les siens pour les entremêler puis commence à marcher d’une cadence assez lente. Il sent bien que Rory est fébrile actuellement, qu’il pourrait tomber au sol à tout moment, alors il fait attention d’user d’un pas lent. Une fois installés dans un café, Andreas prend les commandes, puis retourne son attention sur le gamin. Ses yeux sont rougis, il semble encore déphasé, ça lui fait de la peine alors il lie à nouveau sa main à la sienne pour la caresser. Il s’est toujours fichu des gens autour de lui, il n’a jamais eu de difficulté à assumer son homosexualité. « Mange, ne les laisse pas te miner le moral. Ils n’en valent pas la peine, il annonce quand Rory semble retissant et peu réceptif à l’idée de manger cette pâtisserie. Merci d’avoir pris la décision de rester… Tu auras une surprise en rentrant pour ce que tu viens de faire, tu vas adorer. » Il aimerait lui donner une bonne raison d’être resté avec lui, qu’il comprenne que tous ses efforts sont réciproques et que l’amour éprouvé à son égard également. Parce que même s’il ne l’a pas montré une seule seconde, ça l’a complètement secoué et chamboulé d’apprendre que Rory avait pris la décision de rester auprès de lui… il voit ça comme une belle preuve d’amour, alors il aimerait lui en offrir une également à son tour.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Rory Lacroix
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 27/10/2014
▌MESSAGES : 163
▌AGE DU PERSO : 17
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Brodie-Sangster
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Dim 18 Jan - 1:27

THE ONLY HEAVEN I'LL BE SENT TO
I'll worship like a dog at the shrine of your lies .

Andreas était de bon conseil, il c’était rapidement retrouvé enlacé dans ses bras alors que quelques instants auparavant, il se faisait quelque peu admonester par cet homme. C’était plaisant d’être aimé par une personne, il découvrait peu à peu les joies d’avoir quelqu’un dans sa vie, une expérience qu’il n’avait encore jamais connue. Un peu comme une poupée désarticulée il se laissait faire, un peu vide de l’intérieur, alors qu’il voyait pour le moment une voie sans issue, son homme se mit à trouver un chemin qui devenait peu à peu une avenue. Une main sur sa joue humide, il venait de calmer ses peurs, ses craintes s’amoindrissaient, il ne l’imaginait pas son agent, cependant en trouver un autre n’était pas un fait impossible au contraire, cela était même envisageable. Une main se déporta sur sa poitrine, il se sentait plus léger, emporté par cette étreinte en pleine rue, la paume contre son cœur qui battait la chamade le fit légèrement soupirer d’aise. De sa voix et de son accent il l’induisait dans de nouvelles idées, son rêve pourrait-il s’accomplir ? Soudainement il se mit à songer à l’avenir, à ce qu’il pourrait entreprendre, encore plus grand que ce qu’il avait déjà fait jusqu’à maintenant. Les mots martelèrent son esprit, s’infiltrant dans ses neurones et l’induisant vers un avenir plus prometteur, il redressa le visage, les doigts entremêlaient ses cheveux. « Je suis Rory Lacroix, premier soliste, danseur classique et talentueux ! » Il ne pu que prononcer ces quelques paroles pour s’en convaincre lui-même, c’était la vérité incarnée, Rory était merveilleux sur scène, il oubliait ses complexes, sa petite taille, son corps trop maigre, il était dans son élément et le prouvait à la terre entière. Cependant il eut cette impression que ses phrases étaient creuses et raisonnaient mal, il fit même une grimace. Il c’était fait une place extraordinaire, faisant partie des grands noms de cet art de la danse. « Tu as raison, je vais retrouver un agent ! Toi tu t’occupes déjà assez de moi ! Trouver des castings, s’occuper des relations publiques c’est un boulot épuisant, je te veux pour moi tout seul ! » Il souffla ces quelques mots, il était revigoré, quelque peu épuisé par la longue marche qu’il avait entrepris mais il se sentait soudainement vivant, il prit appuie sur les épaules d’Andreas, se redressa et alla déposer un baiser sur le coin de sa mâchoire. « Je ne sais pas comment faire pour trouver un agent aussi ! » Ce que le garçon ignorait c’était qu’avec un CV comme le sien, on viendrait le chercher, ses parents pouvaient faire ce qu’il voulait, ils ne pourraient jamais lutter contre le talent. On l’avait surnommé « le petit homme de la danse », un titre qui lui collait à la peau et ils allaient certainement se battre pour lui, pourtant dans sa tête, personne ne voudrait s’occuper de lui.

Doucement il le rassura, objecta qu’il n’aura pas besoin de devenir danseur de cabaret ou bien, lorsqu’il reçu le baiser sur ses lèvres ce fut une véritable bénédiction et il était définitivement beaucoup plus souriant. Andreas savait très bien s’y prendre avec lui, malgré qu’on ne lui avait pas fournis le mode d’emplois du gamin. Bien décidé à lui remonter le moral, il proposa une gaufre au jeune danseur. L’un à coté de l’autre, le nain avec le géant, ils se mirent en route main dans la main, il s’amusa même de son pouce à caresser le dos de sa main sur la distance qui les séparait d’un café pour se poser. Malgré cette petite conversation, il se sentait totalement épuisé, il était content qu’Andreas ne marche pas trop vite. Il le laissa prendre les commandes lorsqu’il se laissa tomber dans un énorme fauteuil dans lequel il disparu, il apprécia l’aspect vieillot de l’endroit, avec de vieilles lanternes, de vieux canapés, et des tables biscornues. C’était comme prendre le thé dans Alice aux pays des merveilles. Son petit ami fit tomber une assiette avec une gaufre au sucre dessus, lui ordonnant de manger. Il détourna tout de suite le regard de l’assiette, il n’avait pas d’appétit, leurs mains se retrouvèrent de nouveau. Rory cru que le fauteuil allait l’avaler tellement il était grand. « Ne me remercie pas ! J’aurais peut-être dû faire ça y a bien longtemps…tu m’as offert une meilleure vie, une vie sans chaines, ça c’est incroyable ! » Le mot surprise égailla sa curiosité et afin de montrer son bien vouloir il se mit à émietter cette gaufre pour en avaler quelques morceaux, il mâcha, avala et en reprit, il mangeait surtout pour faire plaisir à Andreas. « C’est quoi la surprise ? Ca contient de l’or ? Du platine ? » Rory aimait avoir de beaux bijoux et il espérait même que la surprise serait un magnifique bracelet ou un pendentif. Il se considérait comme un prince, ne contenant pas la même arrogance. Il papillonna pour en savoir un peu plus. Il se mit à manger plus vite la gaufre afin de rentrer. Il passa une main sur son t-shirt, il sentait son estomac gonflé, qui ressortait avec une seule et unique gaufre. D’ailleurs il avait encore un peu de sucre aux coins des lèvres. Il c’était régalé, il n’avait pas mangé de la journée et ça lui fit du bien, il avait retrouvé des couleurs. « Je sais, tu m’as fait construire une salle de répétition personnelle pour que je m’entraine encore plus ! » Il n’hésitait pas à imaginer les cadeaux en grand le concernant. Il poussa l’assiette vide pour bien montrer à Andreas qu’il avait fait ce qu’il demandait. D'ailleurs et il se redressa, se sentant bien seul dans cet immense perchoir et alla s'assoir sans gêne sur les cuisses d'Andreas. "On peut faire ça en public ou pas?" Il encercla ses bras autour de son cou, avis de pouvoir partager la même hauteur.


copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Ehrensvärd
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 21/12/2014
▌MESSAGES : 71
▌AGE DU PERSO : 34
▌ADRESSE : Yeomalt Avenue #314, Staten Island (appartement) avec Rory et Kajsa.
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Skarsgård.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Mar 20 Jan - 17:59


◮ the only heaven i'll be sent to
Le gamin semble se calmer de plus en plus entre ses bras, Andreas commence en tout cas à ne plus sentir ce contact humide sur ses joues. Il est heureux d’avoir su apaiser ses peines et angoisses au moins un minimum. Il ne sait pas s’il panique encore à propos de son avenir, mais il prend conscience qu’il a su contribuer à son rétablissement émotionnel. Il a une nette préférence pour son sourire angélique alors il est impatient de le revoir, tentant du mieux qu’il peut de le consoler. Il espère sincèrement lui avoir intégré de nouveaux espoirs dans le crâne, de nouvelles idées qui ont pour but de lui faire comprendre qu’il est promu à un bel avenir. Il ne l’a encore jamais vu danser, mais il prend le temps de lire certaines critiques et commentaires dans les journaux, alors il sait pertinemment que sa carrière n’est pas terminée. Ce n’est pas parce que son entourage artistique a dû l’abandonner, à cause de se s géniteurs, qu’il ne lui reste plus aucune chance de se perfectionner dans le domaine de la danse. Il n’y pas eu d’écart et on ne lui reproche rien, sa réputation est donc sauvée il ne risque pas de voir ses performances se fragiliser. Alors quand il retrouve son optimisme et croit à nouveau en lui, le géant ne peut s’empêcher de sourire. « C’est exactement ça qu’il faut dire. Ne laisse personne t’en faire douter, encore moins tes parents, il répond avec douceur, caressant sa joue désormais sèche. Oui j’ai raison, tu es parfaitement capable d’en trouver un autre. Et tu sais quoi ? Tu n’auras rien à faire pour ça. Attends que cette histoire se diffuse dans les journaux et plein de gens vont graviter autour de toi ensuite, il lâche persuadé de la vérité de son explication. » S’il advenait qu’il se trompe, alors il ferait en sorte de changer la donne et d’en trouver qui correspondrait aux attendes de Rory.

Le jeune l’ignore mais il le comble actuellement sur tous les points. Il ne compte pas lui avouer tout de suite puisqu’il est introverti et assez renfermé par rapport à ses sentiments, toutefois il ne lui manque vraiment rien. Lorsqu’il lui dévoile qu’il ne le voudrait pas en agent car il le veut pour ui tout seul et qu’il lui explique son refus lorsque son père lui a demandé de quitter Andreas pour retourner à son domicile, il se sent tout simplement fondre. Personne ne l’a rendu aussi heureux que maintenant, il ne pourrait rien demande de plus. Il sent l’amour éprouvé par Rory chaque jour ; dans ses paroles mais notamment ses gestes. Il tente de faire des efforts dans le rangement de ses affaires, commençant à ne plus compter sur la femme de ménage, mais surtout d’un point de vue sexuel. Il lui accorde des fellations au nombre de trois par jour, comme il l’avait certifié la première fois. Ils n’ont pas encore fait l’amour, Rory n’attend que de le toucher, mais le gamin se rattrape clairement avec ses quelques coups de langue bien placés. Andreas ne pouvait franchement pas rêver de mieux comme petit-ami, il est très heureux d’être tombé sur lui, mais ça non plus, il ne lui dira pas.

Une fois installés dans un café assez spécial, le viking l’oblige à avaler sa gaufre, ce que le gamin s’empresse de faire. « Et tu es heureux ? il ose demander car même une belle vie en facette peut dissimuler quelques imperfections. » Il est content de lui avoir offert la liberté, seulement il veut toujours plus puisqu’il est question de Rory. Il souhaite le meilleur pour ce garçon et tentera de tout faire pour, mais il a besoin de son aide pour connaître ce qui lui manque, il ne peut deviner tout seul. « Non, mais ça pourrait être une bonne idée pour un futur cadeau, il répond d’un ton banal, réfléchissait déjà à ce qu’il pourrait lui offrir lors de son anniversaire ou autres occasions – mais il a un an pour y songer. Tu veux que je t’en construise une ? il demande de manière intéressée, car cette salle de répétition n’est pas forcément une mauvaise idée. » Si ça peut lui faire plaisir… et peu importe le prix que ça coûtera, Andreas n’est pas du genre à compter. Il l’observe en train de finir la pâtisserie, esquissant un sourire lorsqu’il remarque qu’il lui reste du sucre aux coins des lèvres. Il est vraiment trop mignon et adorable quand il s’y met.

Rory finit par se lever pour trouver refuge sur ses genoux. Le bras gauche du géant vient instinctivement entourer sa taille, tandis que l’autre trouve le contact de sa cuisse. « Oui on a le droit, à moins que tu en sois gêné, il déclare avant d’approcher le bout de sa langue pour lécher sensuellement les grains de sucre déposés sur ses lèvres. Je vais peut-être passer dans les journaux du coup, vu que tu es une star, il finit par dire en souriant, avant de l’embrasser avec tendresse. » Ils restent quelques minutes dans cette position, Andreas ne se préoccupe absolument pas de ce qui peut bien se passer autour de lui. Il a d’ailleurs assumé son homosexualité depuis longtemps, il a appris à s’habituer qu’on le regarde de travers, il a appris à s’en foutre et à les ignorer. Il finit par pousser légèrement le gamin pour qu’il retrouve le sol puis se lève. Il paye l’addition, puis les deux quittent le café et se dirigent jusqu’à la voiture. La route est assez longue puisqu’ils se trouvent dans un autre quartier, mais Andreas tente de combler cette attente avec un bon vieux rock. De toute façon avec le gamin, il y a toujours un sujet de conversation qui puisse être traité. Une fois à l’intérieur de l’appartement, une petite tête tigrée fait apparition devant les deux êtres, un chaton plus précisément. C’est la première fois qu’il l’aperçoit, puisque c’est sa petite sœur qui s’en est occupée dans la journée, elle n’a fait que lui envoyer un cliché par portable. « Ta première surprise… il murmure doucement, souriant intérieurement parce qu’il sait que ça va lui plaire. » Pas bien difficile d’être sûr de lui, Rory a en fait tanné ses parents avec cet animal alors il sait à quel point c’est probablement le meilleur cadeau au monde.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Rory Lacroix
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 27/10/2014
▌MESSAGES : 163
▌AGE DU PERSO : 17
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Brodie-Sangster
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Mar 20 Jan - 19:47

THE ONLY HEAVEN I'LL BE SENT TO
I'll worship like a dog at the shrine of your lies .

Rory allait devoir s’habituer au scandale et il fallait qu’il soit blindé pour encaisser, il était chanceux d’avoir Andreas. Il n’avait jamais connu autant d’épreuves en aussi peu de temps, le prix de sa liberté était fort. Ses parents semblaient vouloir lui faire payer l’addition, il avait été conditionné pour être enfermé, il pouvait se laisser vivre lorsqu’il était chez lui sans le risque des obstacles dans sa vie, à part celui d’être dans une cage dorée. Là tout était différent pourtant savoir qu’il avait deux grands bras costauds qui l’entouraient lui faisait énormément de bien. Savoir qu’une nouvelle histoire avec ses parents allaient noircir les pages du journal ne lui plaisait pas tellement. Tout ce qu’il voulait c’est continuer sa carrière. Le Comte Suédois le rassura, en lui disant qu’il allait en retrouver un. Il se laissa accompagner jusqu’à un café qui servait des gaufres, le but d’Andreas depuis qu’il était en couple avec lui semblait de le faire manger, avec une surprise à la clé, il était certain de réussir. En mangeant petit bout par petit bout la pâtisserie, il avoua qu’il aurait dû rompre le cordon avec ses parents depuis bien des années, pas évident lorsqu’on est que mineur et une prise de liberté était impossible. Cette fois il n’avait plus de pouvoir sur lui et ils devaient jouer sur des cordes sensibles pour le ramener, ce qui n’avait pas l’air de fonctionner. Il regarda droit dans les yeux le grand blond lorsqu’il lui demanda s’il était heureux. « Je nage dans le bonheur ! Même si c’est pas toujours évident, je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie ! » Un jour comme aujourd’hui avait été assombris, ses parents pensaient peut-être amoindrir son lien avec Andreas, le faire culpabiliser et lui reprocher de l’avoir embarqué dans cette aventure qui lui ferait tout perdre. Sauf que c’était l’effet contraire qui se produisait pour le moment.

Le danseur avait certain caprice et pour le moment il spéculait sur la surprise qu’il devait recevoir de la part de son petit ami. Il évoqua une salle de répétition et tout de suite Andreas envisageait de lui en construire une. Ses yeux s’agrandirent de surprise, il en avait une dans son ancien appartement et ça avait son aspect pratique. « Je pensais réaménager ma chambre comme ça…si on peut appeler ça ma chambre ». Le jeune homme n’avait jamais dormis dedans puisqu’il partageait dès le premier soir de leur cohabitation le lit de son géant. Sans beaucoup de gêne il alla s’installer sur les cuisses de son chéri, il avait largement de la place, une main fit office de garde fou sur sa cuisse tandis que l’autre bras venait l’enlacer. Ce n’est qu’après s’être positionné qu’il demanda s’il pouvait agir de la sorte. Il ne connaissait pas les codes des couples lorsqu’ils étaient en public. Il tourna la tête de manière négative pour approuver que ça ne le dérange pas. Le bout de la langue d’Andreas vint le chatouiller en venant retirer le sucre sur le coin de ses lèvres. Ca le fit sourire bien qu’il frissonna à ce contact. Avant de répondre il se laissa embrasser, faisant fi des regards désapprobateurs des personnes présentes dans le bar. « Je suis une star de la danse classique pas une star people ! Je suis un peu connu grâce au mannequinat que j’ai un peu fait…mais ca reste éphémère ! Les amateurs de danse classique me connaissent ! » La danse classique était un art à part entière, seules les personnes aisées s’achetaient des places pour des ballets, dans le métier, il était extrêmement connu et il lui arrivait dans la rue d’être reconnu. Après ça il alla poser sa tête contre l’épaule d’Andreas, restant enlacé contre sa musculature. Se retrouver contre lui dans cette étreinte était salvatrice, c’était le seul moment où il pouvait se blottir contre lui, il ne cherchait pas à le toucher, il avait trop peur de sa réaction, mais ça le permettait tout de même d’avoir quelques ressentis.

Leur câlin s’acheva et ils rejoignirent la belle voiture d’Andreas, il adorait sa voiture, les courbes de la carrosserie et son moteur aussi. Rory s’amusa à chanter sur le rock, secouant la tête au rythme de la musique, ils discutèrent un peu d’escrime sur le chemin. Andreas lui avait confié qu’il aimait cette discipline et il était curieux de le voir en action. La boxe, il devait être trop sexy avec ses gants et son short. Andreas poussa la porte et le laissa entré lui annonçant sa première surprise, il avança, regardant tout autour ne comprenant pas bien ce que c’était. Il cru que c'était une mauvaise blague. Jusqu’au moment où il entendit un petit miaulement, il baissa les yeux sur une boule de poils minuscule aux yeux dorés. Le jeune garçon se figea, il fixa l’animal comme l’animal le fixait. Doucement il se mit accroupis, ne croyant pas son regard. Il n’eut pas de réaction. « Il est magnifique », il souffla ses mots, c’était comme un matin de Noël, Rory n’était pas le genre de garçon à sauter partout lorsqu’il était particulièrement heureux. « J’ai jamais eut de cadeaux de Noël ! Ca y ressemble tellement » Ses parents faisaient une grande réception pour Noël dans leur appartement à laquelle il ne participait, le matin ils étaient trop fatigué pour faire quoique ce soit. Il se mit accroupis et délicatement il lui caressa la tête. « Je vais t’appeler Simba ! Il te faut un nom de Prince ! Moi c’est Rory ! » Il souleva le chat de terre, le blottissant contre lui. Son nouvel ami vibrait entre ses bras dans un doux bourdonnement félin. « Ooooh il ronronne ! » Son pelage était tacheté comme celui d’un tigre, il l’aimait déjà. Avec une réelle admiration il fixa son petit ami. Pour le coup, le jeune homme faisait vraiment grand enfant. L’animal fermait paresseusement les yeux sous l’effet des caresses, il semblait si petit. C’était un bébé. Rory alla déposer le chat un instant sur le canapé pour se jeter dans les bras de son viking, ses cuisses enlaçant sa taille, il fit attention de ne pas le faire tomber mais sa tête était à bonne hauteur pour l’embrasser. Il avait pris un bon élan, il faisait un poids plume, et Andreas était dans le genre très costaud. Ce qu’il ne priva pas de faire. « Merci merci ! » Il s’écarta un instant, ses bras entouraient sa nuque « La seconde surprise elle est aussi bien que la première ? » Il était curieux, car il avait bien parlé d’une première surprise.


copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Ehrensvärd
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 21/12/2014
▌MESSAGES : 71
▌AGE DU PERSO : 34
▌ADRESSE : Yeomalt Avenue #314, Staten Island (appartement) avec Rory et Kajsa.
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Skarsgård.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Jeu 22 Jan - 2:48


◮ the only heaven i'll be sent to
Quand Rory lui avoue être heureux, il se sent soulagé et épanoui. Il ne pouvait franchement pas rêver de mieux sachant que c’était son but ultime en le kidnappant et en l’extirpant de sa fête de fiançailles. Il ne répond rien, contient son bonheur et le garde pour lui, afin d’évoquer un autre sujet. « Je crois qu’effectivement on ne peut plus appeler ça une chambre… Mais on pourra tenter de faire ça dans ce qui aurait dû être la tienne, il accepte sa proposition car au fond ce ne sera pas un énorme investissement. On parle quand même de toi dans les journaux, il continue pour qu’il comprenne qu’il est quand même une sorte de star. » Une fois rentrés dans l’habitation, ils découvrent le chaton acheté par Kajsa. Il semble enchanter Rory, comme il l’avait bien prédit, et rien que son regard émerveillé a le don de le réjouir. Tout de suite obnubilé par ce petit animal, il délaisse Andreas pour le caresser et l’admirer. Le géant les regarde de loin, n’est pas vraiment intéressé par ce truc à quatre pattes, il préfère admirer le bonheur qui émane de son chéri. Il se surprend même à sourire en l’observant. « C’est un joli nom, il commente d’un ton banal, mais au fond il aime beaucoup. » Rory finit par le lâcher en le déposant sur le canapé, puis cours jusqu’à lui pour atterrir dans ses bras. Il le porte sans aucune difficulté, le retenant d’une main au niveau de son postérieur – il en profite, tant qu’à faire – et une autre autour de sa petite taille. « Tu remercieras plutôt ma petite sœur, c’est elle qui s’en est occupée, il avoue avant de l’embrasser tendrement. Et attention : on le garde seulement si tu sais t’en occuper, il signale comme un espèce de chantage. » Mais au fond il ne serait jamais capable de lui retirer, voir son air triste le blesse trop pour trouver la force de lui enlever ce qui le rend si joyeux.

Lorsqu’il s’intéresse finalement à la deuxième surprise, Andreas se sent alors un peu nerveux. Il compte faire un grand pas qui pourrait faire avancer leur relation et faire comprendre au petit à quel point il peut être attaché. Il n’irait pas autant de l’avant pour quelqu’un qui n’a aucune importance, pour une personne qu’il utilise uniquement pour baiser. Rory est depuis quelques mois autre chose qu’un gamin qui l’excite, non c’est un garçon qu’il désirait auprès de lui. Il souhaitait être en couple et former une belle histoire avec quelqu’un, être posé depuis quelque temps, mais il n’avait encore jamais rencontré des gens capables de lui offrir ce qu’il voulait. Uniquement du sexe, rien de plus, parce qu’Andreas n’est pas le genre d’homme qui penserait à du sérieux selon les autres, vu son charisme et sa beauté. Puis il est tombé sur Rory, un peu par hasard, et a fini par trouver ce qu’il attendait et désirait en sa personne. Alors il a décidé de lui montrer ce soir qu’il est bel et bien quelqu’un d’important dans son existence. « Je l’espère… il lâche de manière peu convaincue, avant de le reposer à terre. Viens avec moi, il dit en attrapant sa main pour l’emmener dans leur chambre. » Face à lui, plongé dans son regard innocent, il perd tous ses moyens et ne sait comment lui expliquer le but de sa démarche. « Rory… je… » Il n’a pas les mots alors préfère se contenter de gestes.

Il retire lentement le manteau du gamin, puis son t-shirt pour pouvoir découvrir son torse. En vérité ça le rassure plus qu’autre chose de pouvoir partager cette nudité, c’est pourquoi il retire à son tour et de manière assez hésitante son manteau, son jean et son t-shirt. C’est la première fois qu’il s’expose autant ; il préfère qu’il observe son sexe plutôt que son torse, alors c’est difficile pour lui. Pourtant il n’a pas à en avoir honte, puisqu’il est clairement séduisant avec cette musculature. « J’aimerais qu’on essaye un truc, tous les deux… il annonce avant de s’allonger directement dans le lit, et sur le dos pour ne pas qu’il puisse voir ses cicatrices. » Rory le rejoint sur le matelas et s’installe donc à ses côtés. « Laisse-moi faire d’accord ? Si tu es trop rapide, je risque de te broyer la main, il le prévient d’un air banal, seulement pour ne pas qu’il n’en fasse qu’à sa tête. » Il attrape sa main pour le guider doucement sur le début de son torse, il dessine tout un chemin sur son corps avec lenteur. Ce n’est pour le moment pas très agréable pour lui, il ferme les yeux, se mord la lèvre, respire fortement, tremble quelque peu et a l’expression de la peur et de souffrance sur son visage. Il sait pertinemment que Rory ne lui fera jamais de mal, c’est seulement le fait de repenser à son père et à ses blessures qui le perturbe autant.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Rory Lacroix
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 27/10/2014
▌MESSAGES : 163
▌AGE DU PERSO : 17
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Brodie-Sangster
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Jeu 22 Jan - 18:40

THE ONLY HEAVEN I'LL BE SENT TO
I'll worship like a dog at the shrine of your lies .

Rory était au comble du bonheur en découvrant le chaton qui ressemblait à la fusion entre un tigre et une panthère. Il passa par plusieurs phases d’émerveillement, la première fut la contemplation et l’observation. La seconde phase qu’il traversa fut de trouvé un nom à son tout nouvel ami à poils. Simba semblait être le nom parfait pour cette boule poilue. Enfin la dernière phase fut celle de la prise en main, il serra contre lui le chaton qui se laissa totalement faire. Le danseur était totalement sous le charme de l’animal, il se demandait bien où on pouvait trouver dans New York ce genre de race. Jamais il n’aurait pu demander mieux, peut-être un véritable tigre, ça devait être plaisant. Il lui fait un énorme câlin, il ne pouvait pas non plus délaisser son Andreas pour un bébé chat, il devait le remercier comme il le fallait, prenant son élan il lui sauta dans les bras et c’est avec adresse qu’il le récupéra contre lui. Un bras le soutenant au niveau de la taille et une main posée sur son fessier, le jeune homme au regard des ténèbres ne s’en formalisa pas. « Je vais m’en occuper avec beaucoup d’attention promis ! » Rory avait cette tendance à s’appliquer quand ça en valait la peine, ce chaton était un cadeau si surprenant. Il avait sans doute réclamé ce chaton depuis qu’il avait l’âge de parler, en avoir enfin un c’était une véritable bénédiction. Le danseur ne perdait pas le Nord pour autant, le viking avait évoqué deux surprises, il voulait donc avoir la seconde. Ses pieds retrouvèrent le sol, le Suédois de deux mètres de haut lui indiqua la chambre. Il le suivit, se demandant bien ce qu’il allait trouver dans cette chambre. Rory était encore bien trop ingénu pour déceler certains codes érotiques dans un couple, ça allait venir petit à petit. Il semblait avoir beaucoup de mal à s’exprimer, il était bien énigmatique ce soir. Le manteau lui fut retiré et il se retrouva torse nu. Il faillit protester, c’était une surprise bizarre que de se retrouver à moitié nu. C’est alors qu’il le vit en faire autant, il dévoila un torse magnifique. D’ailleurs il ne pu s’empêcher de décrire chaque courbe du regard, des pectoraux bien développés, un ventre plat et des abdominaux en béton. Le jeune homme était subjugué par ce qu’il voyait, il se sentait totalement privilégié.

Il hocha la tête positivement lorsqu’il lui proposa qu’ils tentent une petite expérience à deux. Son corps menu vint retrouver le siens sur le lit, il se sentit si petit à ses cotés, d’ailleurs il aimait cette sensation, le fait d’être recouvert soudainement par ce corps massif. Il lui donne les conditions de cette petite aventure et lui saisis la main. La dernière fois qu’il avait fait ça, c’était pour la fourré dans son pantalon de pyjama pour qu’il le caresse, là c’était totalement différent. Sa main parcourait sa peau ferme, et douce, il appréciait, il aimait ça. Il palpa chaque zone du bout des doigts, tout en suivant le rythme de la main de cet homme. En scrutant son visage, il avait l’impression que son touché était douloureux, la contraction des traits de son visage l’effraya et il retira sa main de la sienne. Un geste un peu rapide. « Je n’ai pas envie de te faire mal ! » Il avait bien saisit toute l’approche, il n’était pas stupide, cette appréhension du touché cachait des maux enfouis par un passé bien plus sombre que le siens. Il avait envie de pleurer, l'expression du visage de cet homme faisait froid dans le dos alors que ça devrait être beau et sensuel.

Rory hésita, il était têtu et tant pis s’il le battait. « Il faut une approche plus douce ! Attends… » Le danseur n’en faisait qu’à sa tête, pourtant son idée était bien plus belle, il approcha ses lèvres du torse de cet homme sans qu’elle ne le touche, il recouvrit de son souffle chaud chaque parcelle de ce torse, il effleura les tétons de cet homme, il prit son temps, chaque seconde, chaque minute pour l’habitué à un moment plus intense, moins violent que d’aller poser sa main directement. Rory voulait soulager ce traumatisme par son amour pour Andreas, ce n’était pas évident. Ce n’était que des coups de bisous qu’il voulait lui mettre, s’il avait su. A aucun moment il ne l’avait touché. Il approcha doucement ses lèvres et déposa un baiser extrêmement tendre sur l’un de ses pectoraux, toujours avec la même habileté. Il n’était qu’en petit boxer. La finalité n’était pas le sexe pour le moment, c’était plus de la découverte corporelle. « Je continue ? » Rory l’interrogea du regard, c’était avec une infinie tendresse qu’il aimerait recouvrir ce torse de baiser, même le déguster, le lécher et en prendre soins. Rory tremblait un peu, il avait peur d’avoir été trop loin. Il connaissait que trop bien l’impulsivité d’Andreas.



copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Andreas Ehrensvärd
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 21/12/2014
▌MESSAGES : 71
▌AGE DU PERSO : 34
▌ADRESSE : Yeomalt Avenue #314, Staten Island (appartement) avec Rory et Kajsa.
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Skarsgård.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Ven 30 Jan - 17:43


◮ the only heaven i'll be sent to
Il ne lui fallait rien de plus que ce sourire émerveillé pour être heureux d’avoir acheté cet animal. Andreas n’est pas forcément friand de ces bêtes-là, mais il sait que Rory et sa petite sœur ont une grande attirance pour les animaux de compagnie, alors ii fera des efforts pour l’accepter au sein de cette habitation. S’il peut permettre le bonheur aux deux êtres les plus importants de son existence actuellement, nul doute qu’il le fera. Il doit avouer en plus qu’il trouve cette carcasse tigrée tout à fait adorable. Il ne craquera probablement pas autant que son petit-ami, toutefois c’est déjà un bon début. Au moins il ne le déteste pas et ne semblera donc pas contrarié à l’idée de le croiser de temps à autre dans l’appartement. « Tu as plutôt intérêt, il rétorque en souriant, pas vraiment menaçant pour le coup. » Autant il peut lui accorder une place dans leur domicile, autant il refusera toujours catégoriquement de s’en occuper. Il n’aimerait pas que ce soit la femme de ménage qui se coltine tout le boulot s’il advenait qu’il connaisse tout naturellement quelques petits incidents, alors il préférait prévenir le gamin tout de suite. Un enfant a tendance à ne voir que la beauté de la chose, sans se préoccuper du reste et des petites tâches qui pourtant sont essentielles, alors il fallait recadrer les choses pour qu’il ne laisse pas son esprit trop s’émerveiller face à ce petit être.

La deuxième surprise finit par arriver et Andreas n’est pas du tout à l’aise. Il est pourtant un homme qui a une confiance en soi assez conséquente en temps normal, quelqu’un qui est déterminé, convaincant et assuré. A croire que le gamin est une véritable exception sur tous les points, puisqu’il arrive à perturber un géant comme lui qui ne se laisse pas facilement mener par la bout du nez. Heureusement pour lui que Rory n’est pas nocif et ne fera que lui apporter du bonheur dans sa vie quotidienne, sinon il aurait pu facilement se laisser malmener par ce petit homme au regard de corbeaux et chuter sans que ça demande une véritable difficulté. Andreas n’est pas influençable ni même naïf, au contraire est normalement doté d’une certaine méfiance dont il ne parvient pas à se dépêtrer. Avec ce gamin il s’est laissé emporter sans poser de véritables résistances, à ses risques et périls. Il ne sait plus se montrer comme un grand Monsieur sans cœur, pour la simple et bonne raison qu’il est accro à lui et que chaque regard, caresse et baiser l’emporte, si bien qu’il n’a pas la forcé nécessaire pour être l’Andreas de d’habitude. Il se laisse baigner dans ce torrent d’amour, sans même tenter d’y échapper.

Consumé par une gêne qui ne lui ressemble pas, il retire ainsi ses vêtements dans des gestes très hésitants. Il s’allonge en tremblant quelque peu, car l’idée que Rory puisse le toucher le terrifie déjà sur place. Il se sent toutefois soulagé quand son corps retrouve son contact, comme une crème apaisante qui soulage ses plaies. Il est prêt à lui offrir la possibilité de toucher son corps alors il tente d’oublier ses pensées se dirigeant vers cette époque sordide, puis attrape sa main pour la guider contre son torse. Il comprend que la surprise est vouée à l’échec dans de telles conditions, car la douleur le submerge à nouveau. Il va falloir plusieurs séances de caresses pour que son passé finisse par s’évaporer de son corps, pour que les afflictions finissent par disparaître, pour laisser enfin place à un bonheur sans nom ainsi qu’un apaisement des plus complets. Andreas avait besoin d’un être comme Rory dans son existence, qui puisse le combler mais surtout le soulager de ses maux. Il prouve encore une fois qu’il en est capable, lorsqu’il propose une autre manière de procéder.

Il pose sa bouche proche de son corps, sans le toucher, laissant uniquement son souffle chaud chatouiller chaque parcelle de sa peau. Il trouve ça plutôt agréable, se laisse complètement faire et ferme les yeux pour se concentrer uniquement sur ce qu’il lui fait ressentir. Jusqu’à ce qu’il pose un baiser sur un de ses pectoraux bien dessiné. Il ne s’y attendait pas alors après une image violente de son père dans le crâne, un tremblement et l’ouverture de ses paupières pour laisser entrevoir un regard froid et animé par une haine, il glisse sa main droite autour du cou de Rory. Prêt à attaquer. Comme si c’était son géniteur qui venait de le toucher. Il regagne finalement la réalité en voyant ces deux yeux noirs emplis d’inquiétude, car en toute logique ils n’appartiennent pas à son assassin. Son regard redevient instinctivement doux et à peine deux secondes, il a déjà relâché son emprise. « Oh Rory… Excuse-moi… Je suis… tellement désolé… il dit d’un ton perdu, les larmes aux coins des yeux, complètement désemparé face à ce qu’il vient de passer. » Il se redresse à l’aide de ses coudes, caresse doucement son torse nu et lui accorde un baiser tout doux et presque timide, comme pour se pardonner. « Continue, s’il te plaît. Je ne recommencerai pas, il faut juste que je garde les yeux ouverts pour me dire que c’est bel et bien toi. » Il se rallonge et attend que le gosse recommence, il lui caresse d’ailleurs la cuisse pour l’inviter à recommencer. C’est Rory devant lui et maintenant il se sent prêt, tout simplement.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Rory Lacroix
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 27/10/2014
▌MESSAGES : 163
▌AGE DU PERSO : 17
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Brodie-Sangster
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas Ven 30 Jan - 18:52

THE ONLY HEAVEN I'LL BE SENT TO
I'll worship like a dog at the shrine of your lies .

Rory avait l’âge des responsabilités et il comprenait aisément qu’un chat soit plus qu’une peluche vivante qui avait besoin de son lot quotidien de caresse. La seconde surprise était d’autant plus érotique et ressemblait fortement à une initiation. Son regard ne pu être qu’autant émerveillé qu’à la vision du chat, son homme était vraiment superbe, un corps long, des muscles saillants, un véritable apollon suédois. Il s’allongea sur le lit et il vint tout de suite se blottir contre lui, le t-shirt aussi retiré. Par chance il avait les mains chaudes, les doigts se laissèrent guider, totalement amovible par Andreas, à aucun moment il n’avait pris d’initiatives. Sauf que de le voir ainsi souffrir était quasiment insupportable pour lui. Ils allaient partager une intimité, c’était inédit dans le cas de Rory, il ignorait totalement ce que c’était et ne demandait qu’à apprendre. Sauf que là c’était dans l’ordre de l’étrange, il ne pensait pas que quelqu’un pouvait souffrir au contact d’une autre. Il était tremblant, les yeux clos et les muscles crispés. Rory ne pouvait se résoudre à continuer, il eut une autre idée, même en ignorant les problèmes d’Andreas il se devait d’essayer une autre manière d’arriver à ses fins. Même si son viking était quasiment nu et lui torse nu, il n’y avait pour le moment aucune optique sexuelle entre eux. Il approcha ses lèvres et souffla sur son corps, il le fit sur son beau ventre bien formé et aussi ses pectoraux. Un autre geste tendre le prix, il alla déposer un baiser extrêmement doux sur l’un de ses pectoraux, la réaction fut quasi immédiate, une main vint se refermer sur son cou tel un carcan, les doigts le serrèrent, une proie pris dans un piège ne lui laissant aucune chance. Ce fut vif, Andreas avait les yeux d’un démon, jamais il ne pensait pouvoir lui inspirer une telle haine. Il ne chercha pas à se défendre, seulement inquiet, les doigts se retirèrent. Il massa un peu sa gorge un peu endoloris. Ses yeux sombres étaient dans une profonde confusion, il pensait pouvoir l’aider avec des bisous. Immédiatement les excuses tombèrent, il le voyait tellement désolé, les yeux humides, jamais encore il n’avait vu Andreas dans un tel état. Il était sur les coudes, il lui caressa son petit torse et l’embrassa pour s’excuser de son impulsivité. Le petit homme ne savait pas si c’était une bonne idée de reprendre. « Ce n’est pas grave ! Je ne t’en veux pas du tout » Il n’était pas bête, il avait suffit de voir son regard pour comprendre qu’une personne aux intentions déplorables lui avait fait beaucoup de mal. Il ne voulait pas le mettre dans un état de faiblesse, ni d’infériorité, ni lui reprocher quoique ce soit. Il devait accepter son passé, qui semblait si lourd à porter.

Une petite idée germa dans son esprit. « Très bien ! Je t’embrasse le torse et en échange tu pourras regarder mes fesses ! » Malgré leur cohabitation, le fait de dormir ensemble, ils ne prenaient pas leur douche ensemble et il essayait même de changer de pièces pour se déshabiller. Il voulait associer des nouvelles images, des souvenirs agréables. Après tout, il avait bien le droit de lui faire des surprises aussi. Même si pour le moment Andreas avait pu un peu toucher et ceci avec beaucoup de difficultés, Rory restait totalement complexé par son corps. Ainsi il lui donnait aussi une partie de son corps tant prisé. Avec énormément de précaution, comme si c’était de la porcelaine, il approcha ses lèvres à nouveau, hésitant à quelques centimètres de son épiderme. Leurs regards restèrent totalement connectés, une main était restée sur sa cuisse, serrant son pantalon.

Il adorait son regard clair, c’était comme de voir un morceau de son pays, de ses origines. Ses lèvres douces et charnues se déposèrent entre ses pectoraux dans un baiser très délicat, il reproduisit le même sur l’un des pectoraux droits et le second sur le gauche. Il traça ensuite un chemin de baisers, tous très tendre, il arriva à son nombril, se stoppant à la frontière de son boxer, ensuite il sortit le bout de sa langue, qu’il laissa trainer sur ses abdominaux, il était hanté par son désir de le goûter, il remontant lentement et sensuellement arrivant jusque dans son cou. Rory avait adoré, ce corps n’était pas seulement sublime, il était aussi délicieux, c’était sa friandise, bien qu’il préférait largement l’énorme sucre d’orge qui était emballé dans un boxer en contrebas. Oui, Rory aimait bien donner du plaisir à son chéri, encore pire, il aimait apprendre et découvrir sur le sexe avec lui. Le son de sa voix, ses mains sur lui. Parfois le danseur s’en voulait, ses parents restaient pour lui des valeurs sûrs, et il avait cette grave impression de commettre un délit contre les cieux. Avec un tel regard, il ne pouvait être qu’un ange déchu. Après tant d’attention, il alla ensuite déposer à nouveau un bisou au niveau de son cœur, pour bien montrer ô combien il l’appréciait. Il redressa la tête, ses yeux sombres se demandant si ca avait si terrible que ça.


copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas

Revenir en haut Aller en bas

✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: The Bronx :: Yankee Stadium-