Partagez|

La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nathen Hall
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 12
▌AGE DU PERSO : 31
▌ADRESSE : Caché on ne sait où
▌CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles


MessageSujet: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Sam 17 Jan - 20:45



La dernière boîte de conserve


Nathen vs Joy.



NEW YORK – Brooklym / sortie du Williamburgs bridge – 1h03 du mat.

Sur la rive de Brooklyn, un taxi s’arrête tout juste à la sortie du Williamburgs bridge. Deux adultes en sortent. Un russe et une japonaise. Après avoir pris leurs petits bagages dans la valise de la voiture, le premier guide la seconde sur la rue Bercy qu’ils remontent jusqu’au numéro 315. Leur pan de rue est calme, mais le trentenaire peut apercevoir au loin, à la hauteur de la septième rue, une ambiance plus animée, malgré l’heure tardive.

La porte du 315 est munie d’une barrure à chiffre mécanique dont l’homme connaît apparemment la combinaison. Une fois dans le hall, les deux protagonistes empruntent l’escalier menant au sous-sol. Tout au fond du couloir, se trouve la porte 007. Nathen frappe à plusieurs reprises.

On entend des bruits de loquets. La porte s’ouvre de quelques centimètres seulement, retenue par une épaisse chaine de métal. Une voix de femme se fait entendre. Son accent sonne le jouale très fort, mais les mots sont bien articulés. Le ton est ferme, mais loin d’être bourru ou méchant.

Vieille Femme –
Qu’est ce que vous voulez ?


Une image amusante apparait dans l’esprit du russe.

Nous sommes en 2056 dans un monde post apocalyptique. New York est en ruine et l’entièreté des centres d’achats sont dévalisés de toutes nourritures jusqu’à la dernière des boîtes de conserves. Parmi les décombres, apparaît cette étrange porte du 007. Et derrière cette porte, une bonne femme tenant une carabine. Ses cheveux sont blancs et de nombreuses poignés d’amour viennent entourer son squelette. Fait d’autant plus insolite : au fin fond de sa cave, subsiste une chambre froide remplie de nourriture encaissé là depuis des années – just in case.

Nathen –
Je suis Nathen Hall. Je vous ai contacté pour le logement.


La porte s’ouvre. Nathen sourit. L’image colle parfaitement. Cette femme incarne l’archétype parfait du survivant dont personne ne soupçonne l’existence et qui, malgré l’âge avancé et la situation, s’en sort très bien avec ses petits moyens.

La femme leur fait signe d’entrer. La porte se referme sur eux tandis que les trois personnages s’entassent sur le paillasson de l’entrée. Sur la gauche, un large walk-in renferme une montagne de souliers et de manteau de toute sorte. Sur la gauche, une table en bois massif sur laquelle sont empilés plusieurs bouquins et cartes géographiques. Droit devant, un couloir obliquant rapidement vers la gauche et par lequel la visite des lieux commencent.

Plan appartement ici:
 

Vieille Femme –
Mon nom est Penny


Le passage est étroit. À certains moments, il devient impossible de circuler en double. N’était pas accessible pour des fenêtres, l’endroit est sombre. Seules quatre faibles lumières blanches sont accrochées dans l’entièreté du couloir. Le plancher et les murs sont propres, mais le plafond, sans doute inachevé, laisse entrevoir le passage de plusieurs tuyaux recouverts d’une épaisse couche de peinture noire. L’ensemble des murs est de couleur gris pâle, exceptée la cuisine contrastant avec sa peinture rouge foncé et son éclairage tungstène.

Penny –
Nous avons actuellement 2 autres locataires. Le premier ici, derrière la porte en oblique. Et le second à la porte là-bas. C’est la chambre la plus grande. Elle contient un divan et un téléviseur. Sur la gauche ici, une salle de lavage. 1$ lavage. 1$ séchage. Kiss. Keep It Simple stupide. Là c’était une chambre pour deux personnes. Plus petite que la vôtre par contre. Ils sont partis en novembre. À gauche ici, la cuisine commune. Vous avez accès à un poêle et un four. Les couverts sont rangés ici. Merci de nettoyer après chacune utilisation. Les réfrigérateurs sont dans chacune des chambres. Au bout du couloir, c’est moi. Je reste ici 99% du temps. Donc n’hésitez pas à venir cognez s’il y a de quoi. Frappez fort. Je suis un peu sourde de l’oreille gauche alors je dois monter le volume du téléviseur. Et voilà. Votre chambre double est ici. Right before the bathroom you know. Lucky you. Comme vous pouvez voir, le frigo est aussi un peu plus grand, puisque vous êtes deux. Vous trouverez draps et serviettes dans les armoires au-dessus de vos lits. Voici vos clés. Elles sont pour les verrous de l’appartement lui-même. Les chambres ne peuvent pas être barrées. Just for safety. Any question ? Ça doit vouloir dire que j’étais clair et limpide comme de l’eau de roche. Ah ah ah. Well, good night and good luck with your stuff. See ya.


Nathen. –
Merci pour tout. See ya.


Nathen suit du regard la femme jusqu’à ce que la porte de la chambre se referme sur elle et que ses bruits disparaissent dans le couloir. Il se retourne ensuite pour faire face à Joy.

Nathen –
Payée cash sous la table et sans contrat. Qu’en dites-vous Mme. La PDG ? Personne ne pensera ni même ne pourra vous retracer jusque ici…


Le bruit d'un téléviseur retenti dans la pièce à côté.




Shtoum (c)

Revenir en haut Aller en bas
Joy Keller
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 27
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Yui Yoshioka


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Mer 21 Jan - 23:24

La dernière boîte de conserve

ft. Nathen Hall


« Let's the game begin »
Une fois n’était pas coutume, Joy laissa Nathen prendre le lead de leur voyage. Elle avait eu tellement à faire concernant ce départ qu’elle n’aurait pas eu le temps de s’occuper de ça en plus. Et puis, elle n’avait pas de connections dans ce milieu contrairement à lui. De son vivant, Aleksandr avait tout fait pour qu’elle ne soit pas mêlée à la branche illégale de ses affaires. C’était donc Nathen qui avait tout organisé de A à Z. Lui qui avait choisit leurs nouvelles identités. Joy Keller. Elle était devenue Joy Keller. Il aurait pu lui choisir un plus mauvais nom donc elle ne se plaignait pas.
Une fois sortis de l’aéroport, ils avaient pris un taxi et était parti en direction de Brooklyn. Joy connaissait New York pour y avoir été plusieurs fois et avait même fait un semestre à Harvard dans le cadre d’un programme d’échange. Elle avait toujours aimé cette ville cosmopolite où il faisait bon vivre. La jeune femme n’avait aucune idée d’où il l’emmenait. Elle le laissait faire. Elle le suivait. Il ne fallait pourtant pas qu’il s’y habitue de trop car telle n’était pas sa nature.

Mais là, ce soir, Joy était bien trop lasse pour que sa combativité habituelle puisse faire quelque chose. Tout au fond d’elle, la jeune femme était soulagée de pouvoir se reposer sur Nathen mais jamais elle ne l’avouerait à quiconque. Elle ne se l‘avouait pas à elle-même. Elle avait passé le dernier mois à travailler nuit et jour pour remettre les affaires de la Tchernienko Inc en ordre afin de pouvoir partir l’esprit un peu tranquille. Les dix jours avant son départ avaient été du non-stop, la jeune femme n’avait pris le temps que de se reposer deux ou trois heures par nuit.
Et avait passé la dernière journée en compagnie de sa mère adoptive. Joy ne lui avait rien dit. Son père avait passé toute sa vie à protéger sa femme, sa fille adoptive prenait le relais. Elle lui avait juste dit qu’elle devait s’absenter quelques temps pour affaires et qu’elle ne savait pas encore combien de temps allait durer son absence. Elle ne lui donna aucun autre détail. Ni à elle ni à Anatol, la personne à qui elle avait confié les rênes de l’entreprise durant son absence.

Aussi était-elle épuisée quand elle prit l’avion. Le trajet ne l’aida pas non plus à se détendre. Habituée aux premières classes et classes affaires, la jeune femme avait eu du mal à se faire à la classe éco. Elle ne s’était donc pas vraiment reposée.

Sortant du taxi, la jeune femme avait pris son étui à guitare laissant Nathen s’occuper des bagages. Elle le suivit dans l’immeuble jusqu’à la porte 007. Une vieille dame digne des films apocalyptique surgit alors. Elle les introduisit le long d’un petit couloir étroit. Laissant son compagnon s’occuper de tout, Joy se contente d’opiner de la tête et de remercier la vieille lorsque cette dernière partie.
Regardant Nathen, l’image d’un chien de garde surgi dans l’esprit fatigué de la jeune femme. Aleksandr aurait été fier de son ancien bras droit. Il avait vraiment pensé à tout. Joy, elle aurait tout simplement pris une chambre d’hôtel lambda et y aurait séjourné. Mais l’anonymat de ce lieu rendait leur arrivée à New York beaucoup plus discret. Leurs assaillants n’y penseraient jamais. La fille du grand Aleksandr Tchernienko, PDG de la Tchernienko Inc, entreprise brassant des milliards par an, séjourner dans un appartement comme ça ? Cela n’était tout simplement pas pensable et Nathen avait eu du nez en faisant ça.

« Pas mal je dois l’avouer… C’est une bonne idée que tu as eue là… »

Faisant le tour de leur chambre, elle songea qu’il faudrait cohabiter avec son rival… Cela n’allait pas être chose aisée mais pour élucider le meurtre de son père, Joy était prête à tout.

« Quel est donc la prochaine étape de ton plan ? Tu as réussi à trouver où se cache l’autre ? »


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Nathen Hall
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 12
▌AGE DU PERSO : 31
▌ADRESSE : Caché on ne sait où
▌CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Sam 24 Jan - 20:34



La dernière boîte de conserve


Nathen vs Joy.



Flashback 1 : Base militaire des Vozdouchno-dessantnye voïska – Mars 2007

Nathen et la fille du bord du lac sont assis au bord d’un feu de camp, écuelle et cuillère en main. Quelques égratignures et traces de sang se mélent à la boue sur leurs habits et leur visage. Après avoir raclé les derniers restants d’un repas quelque peu indigent, Nathen pose son couvert au sol et regarde sa coéquipère.

Nathen –
Ça va ?

La fille du bord du lac –
Ça va. Le nouveau matériel est plus lourd que je pensais.


Nathen se rapproche de la soldate et commence à lui masser les épaules.

La fille du bord du lac –
Qu’est ce que tu fais ?

Nathen –
Ben, je fais ma job de bras droit. Je m’assure que mon chef est correct.

La fille du bord lac –
Allons, ça doit pas être dans ton contrat ça. Et puis, toi aussi tu t’es trimballé l’équipement toute la journée !


Nathen hausse les épaules en souriant.

Nathen
Ouais ben là, c’était juste durant la transition. C’est pas tant grave. Faut que toi tu sois top shape demain, pour le tenir durant les attaques...

La fille du bord du lac –
T’en fait pas, je suis plus forte que j’en ai l’air ! Je vais survivre là. Au pire, je ferai des exercices tantôt, pour être sûr de pas être courbaturée demain.

Nathen
Ça va.. ça me fait plaisir de le faire quand même. Si ça peut t’aider un peu…


Un silence s'installe entre les deux protagonistes. Après une journée mouvementée, les deux profitent de cet instant de repos.

NEW YORK – Brooklyn / 315 rue Bercy, appartement 007 – 1h26 du mat.

Joy –
Pas mal je dois l’avouer… C’est une bonne idée que tu as eue là…


Joy regarde Nathen. Malgré la fatigue, son regard semble lumineux. Nathen sourit, plutôt content de lui. Joy commence à faire un petit tour de la pièce. Nathen la suit du regard quelques instants avant de s’en remettre aux deux valises qu’il dispose près des lits.

Joy –
Quel est donc la prochaine étape de ton plan ? Tu as réussi à trouver où se cache l’autre ?


Nathen se cale confortable dans le lit près de le porte. Couché sur le dos, il place ses mains derrière sa tête.

Nathen –
Pour l’instant ? Trois jours de repos forcé…


Nathen marque une courte pause avant d’enchaîner aussitôt. Son ton est un drôle de mélange entre reproche, insistance et désinvolture.

Nathen –
À quand remonte la dernière fois que tu as pris du temps pour toi ? La force ça vient aussi du lâcher-prise. Parti comme c’est là, notre adversaire va te démolir en moins de deux… ou tu vas toi-même décider de tout claquer d’ici quelques jours…


Nathen se redresse et fixe Joy avec le sourire d’un écolier annonçant son horaire du samedi matin.

Nathen –
Demain. Pas de cadran. On se lèvera quand on se lèvera.


Nathen se lève avec entrain et commence à fouiller dans sa valise. Il en ressort une bouteille de savon, une paire de short et une camisole.

Nathen –
Bon, je vais me doucher. À mon retour, faut que t’aies réussie à détendre au moins 50% de tes nerfs !


Nathen adresse un petit air moqueur à Joy avant de prendre une serviette dans l’armoire et de quitter la pièce.





Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Joy Keller
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 27
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Yui Yoshioka


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Dim 25 Jan - 18:10

La dernière boîte de conserve

ft. Nathen Hall


« Let's the game begin »
La japonaise regarda Nathen avec surprise. Trois jours de repos forcé ? Il avait perdu la tête ou quoi ? C’était une perte de temps énorme aux yeux de la jeune femme. Et puis, il suffisait d’une bourde pour que la personne qu’ils recherchaient ait vent de leur présence et ne s’enfuit. Bon, ce n’était guère probable mais Joy n’avait pas envie de prendre le moindre risque. Elle était prête à travailler jour et nuit si il le fallait. Au moment où elle allait ouvrir la bouche pour protester, le jeune reprit la parole et ce qu’il lui dit remplit Joy de confusion. Elle ne pensait pas qu’il verrait son état d’esprit aussi clairement. Mais comment s’en étonner. Depuis toujours, ils pouvaient savoir dans quel état se trouvait l’autre d’un simple regard. Après avoir passé autant de temps à s’observer qu’eux, cela ne pouvait être autrement.
Puis soupirant un peu, elle s’assit sur le lit restant. Nathen avait pris celui près de la porte comme pour la protéger en cas d’intrusion. Elle répondit néanmoins en haussant les épaules

« Je peux tenir. Et puis, il fallait bien que je mette les affaires de la Tchernienko en ordre avant de partir. Papa l’a construite de ses propres mains et je ne la laisserai pas mourir entre les miennes… »

Puis avec un petit sourire moqueur

« A moins que ce ne soit toi qui en ais besoin… »

Joy acquiesça en l’entendant dire qu’il n’y aurait pas de réveil pour demain. C’était une bonne idée. La jeune femme se sentait tellement lasse qu’elle pourrait passer la journée à dormir. Elle le regarda se lever et prendre ses affaires pour la douche. Cela lui fit penser qu’elle devra aller faire quelques courses demain. Elle n’avait jamais pensé devoir partager une chambre avec Nathen aussi avait-elle pris ses vêtements de nuit habituels à savoir des nuisettes… A la pensée qu’il puisse la voir ainsi vêtue remplit la jeune femme d’embarras. Mais heureusement qu’elle avait aussi ramené son vieux peignoir. Au pire, elle s’envelopperait dedans…
Lorsque le russe quitta la chambre, la jeune femme se leva à son tour pour prendre ses affaires dans sa valise. Puis jetant un œil sur son étui, elle ne put résister à la tentation de l’ouvrir. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas joué. Caressant les cordes, elle repensa à ces jours heureux où elle composait des mélodies pour son père adoré. Depuis la mort de ce dernier, elle n’y avait pas retouché. Soupirant, elle referma la boîte et s’allongea sur le lit en attendant que Nathen revienne pour qu’elle puisse prendre à son tour une bonne douche bien brûlante.

Fermant les yeux, Joy laissa ses pensées vagabonder un peu et se demanda comment aller se passer ce séjour. Qu’allait-ils découvrir ? Combien de temps allait durer leur enquête ? Toutes ces questions auxquelles elle n’avait pas de réponse rendaient la jeune femme assez nerveuse. Elle détestait l’incertitude. Du moins dans ses projets et là c’était comme un saut dans l’inconnu sans autre filet que Nathen.
S’endormit-elle ? En tout cas, elle n’entendit pas le blond revenir dans la chambre et ce ne fut que lorsqu’elle rouvrit les yeux qu’elle le vit. Se redressant comme une enfant prise en faute, elle lui demanda

« Ça fait longtemps que tu es revenu ? »



code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Nathen Hall
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 12
▌AGE DU PERSO : 31
▌ADRESSE : Caché on ne sait où
▌CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Mer 28 Jan - 1:33



La dernière boîte de conserve


Nathen vs Joy.



Flashback 1 : Base militaire des Vozdouchno-dessantnye voïska / Dortoire des Three-fights – 20 Mars 2009

Un infirmier en habit de nuit marche dans un couloir de dortoir. Le bruit de ses pantoufles fait écho dans la pièce déserte. Il est environ minuit. Un puissant rayon de lune traverse les barreaux des fenêtres pour créer d’épaisses ombres sur le sol et plonger l’endroit dans un claire-obscure. Un large bandage recouvre les avant-bras de l’homme.

Ce dernier s’arrête à une première porte qu’il ouvre après un petit cognement. L’homme fait le tour de la pièce, s’arrêtant à chacun des six lits pour souhaiter une bonne nuit et s’assurer que chacun a pris ses médicaments ou préparé son kit pour le lendemain. Pourtant, la pièce est entièrement vide. Les matelas sont vides de draps et vide d’individus. Avant de quitter la pièce, l’homme annonce l’heure du call pour le lendemain, puis referme la porte. La ronde du blessé continue, alors qu’il reproduit le même manège aux chambres 2, 3, 4 et 6 qui sont, toutes aussi vides que la première. Pour finir, il pénètre dans la chambre numéro 5. Cette fois ci, la pièce abrite un autre individu. Sans faire de bruit, l’homme ferme la porte derrière lui et avance dans la pièce jusqu’au lit voisin du dormeur. Après avoir retiré ses chaussons, il se glisse dans le lit et, en position couché sur le dos, fixe le plafond.

De longues minutes s’écoulent avant qu’on entende un froissement de draps dans le lit à côté.

L’infirmier tourne la tête vers son compagnon de chambre.

Infirmier –
T’y penses encore ?


L’autre homme, un soldat vêtu d’un pyjama rayé, se retourne sur le côté pour fixer son voisin.

Nathen –
Je me couche le soir et je pense à ça. Le matin, c’est la première chose à laquelle je pense quand je me réveille. Toute la journée, j’y pense encore. C’est comme si mon cerveau était scindé en deux. Une partie pour y penser, une autre pour respirer. Parfois, j’en rêve même la nuit.

Infirmier –
T’en fait pas. Ça va finir par passer. Je te connais assez pour savoir que ça va finir par te passer.


L’infirmier reporte son regard vers le plafond.

Infirmier –
Ça finie toujours par passer. D’ici deux semaines, tu vas faire des nouvelles rencontres, te trouver d’autres motivations. Tu te trouveras de nouvelles cibles à abattre…

Nathen –
Je sais pas…


Les deux hommes fixent le plafond. On entend un bruit de sirène très lointain.

Nathen –
Dis, tu veux bien me raconter une histoire ? pour aider à dormir…


NEW YORK – Brooklyn / 315 rue Bercy, appartement 007 – 1h28 du mat.

Joy –
A moins que ce ne soit toi qui en ais besoin…

Nathen –
Moi ? Non, je suis increvable…


Joy acquiesce à l’idée de ne pas avoir de wake up call pour le lendemain.

Rapidement, Nathen se retrouve sous un généreux jet d’eau chaude. De la vapeur apparaît dans l’air et de la condensation sur les murs. Plusieurs images apparaissent dans l’esprit de Nathen. Des flashs d’endroits qu’il avait déjà visité lors de ces précédents voyages d’affaires en territoire New Yorkais. Au bout d’un moment, ses images sont remplacées par celle d’une silhouette floue et aux traits changeants. Le décor derrière la silhouette change aussi. Central park. Un local sombre remplis d’écran d’ordinateurs et de disques durs. Une bouche de métro…

Nathen secoue la tête et met brusquement fin au robinet de douche.

Lorsqu’il entre dans la chambre, Joy est déjà endormie sur son lit, encore vêtue de ses vêtements de voyage. Nathen hésite un instant à la réveiller, puis se détourne pour ranger ses vêtements sales et son savon dans la valise à l’endroit prévu à cet effet. Il ferme ensuite la lumière principale pour ne laisser qu’une petite veilleuse allumée au centre de la pièce. Au moment de se glisser sous la couette, Joy se réveille.

Joy –
Ça fait longtemps que tu es revenu ?


Nathen adresse à Joy le même sourire moqueur qu'elle lui avait fait quelques minutes auparavant.

Nathen –
Non. Ça fait seulement deux jours en ligne que tu dors…


Maintenant couché sur le ventre, les deux bras sous sa tête et son oreiller, Nathen frotte le coin de sa tête contre la taie durant quelques secondes puis, ferme les yeux pour s’endormir. La tension dans ses muscles se relâche alors qu’il se laisse lentement enfoncer dans le matelas.

Silence.

Nathen –
Hey… tu veux bien jouer une petite chanson ? comme une berceuse avant de dormir…





Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Joy Keller
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 27
▌AGE DU PERSO : 30
▌CÉLÉBRITÉ : Yui Yoshioka


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Mer 28 Jan - 17:30

La dernière boîte de conserve

ft. Nathen Hall


« Let's the game begin »
Elle eut à nouveau un petit sourire narquois lorsque Nathen lui dit qu’il était increvable, sous entendu contrairement à elle. Joy s’allongea en attendant que le jeune homme revienne de la douche. Elle avait hâte de se glisser à son tour sous un jet d’eau brûlant pour enlever la fatigue du voyage et de détendre ses muscles endoloris. Elle avait peut-être sous-estimé sa fatigue car elle s’endormit sans s’en rendre compte. Lorsqu’elle ouvrit à nouveau les yeux, la chambre était plongée dans un semi pénombre. Nathen était revenu et apparemment depuis pas ma de temps déjà. Elle ne put s’empêcher de rougir un peu à sa raillerie. Haussant un peu les épaules, elle lui répondit

« Tu aurais dû me réveiller… Je reviens… »

Se levant, elle prit les affaires qu’elle avait préparées quand le blond était dans la salle de bain et quitta la chambre à son tour. Pénétrant dans la salle d’eau, elle posa ses affaires sur une chaise et se glissa sous le jet d’eau brûlant. Laissant l’eau faire son travail, Joy essaya de se détendre au maximum. Ce n’était pas facile. Nathen avait raison lorsqu’il lui avait demandé quand était la dernière fois qu’elle avait pris du temps pour elle. Joy ne s’en rappelait pas…
Depuis la mort de son père, la jeune femme avait été prise dans un tourbillon sans fin, allant de découverte en découverte. Outre son travail quotidien dans la société, elle avait lancé une enquête sur l’assassinat d’Aleksandr. Joy n’avait guère eu le temps de penser à elle. Son père avait beau la préparer à reprendre les rênes, sa mor avait été trop soudain et sa fille avait été bien préparée mais pas prête à reprendre le flambeau aussi vite. Essayant de ne plus y repenser elle ferma les yeux et se laissa masser doucement par le jet puissant. C’était un vrai délice surtout après un tel voyage et sa fatigue.

Pourtant, il fallait bien en sortir et Joy ferma l’eau avec regret. S’essuyant rapidement, elle mit sa nuisette et son grand peignoir par-dessus. Retournant dans la chambre, elle rangea ses affaires et s’assit un moment sur le lit. Nathen était allongé sur le ventre dans son lit et ce fut à ce moment là qu’il lui demanda de jouer un morceau avec sa guitare. Le premier réflexe de la japonaise fut de refuser mais se ravisa. Elle, qui se demandait il n’y avait même pas une heure de cela quand est-ce qu’elle pourrait rejouer de la guitare, venait de trouver une occasion. Certes ça serait la première fois depuis longtemps – depuis les fêtes de l’école à vrai dire – qu’elle n’avait pas joué en sa présence.
Sans un mot, elle se leva pour prendre son instrument dans son étui et retourna s’asseoir sur le lit. Elle commença à jouer quelques morceaux. Pris dans le plaisir de jouer à nouveau, Joy enchaina les morceaux et au bout de quelques instants, elle s’interrompit. Il n’y avait pas un bruit dans la pièce.

« Nathen ? »

Ce dernier ne répondant pas, Joy supposa qu’il s’était endormi. Se raclant un peu la gorge, elle se décida à jouer un dernier morceau et bientôt sa voix douce brisa le silence. C’était la dernière chanson qu’elle avait composée durant une nuit d’insomnie peu de temps après la mort de son père. Les dernières notes moururent sur ses lèvres et le silence envahit la chambre pour de bon cette fois.



code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Nathen Hall
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 15/01/2015
▌MESSAGES : 12
▌AGE DU PERSO : 31
▌ADRESSE : Caché on ne sait où
▌CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller] Mer 4 Fév - 7:00



La dernière boîte de conserve


Nathen vs Joy.



NEW YORK – Brooklyn / 315 rue Bercy, appartement 007 – 1h53 du mat.

Joy fige quelques instants, apparemment surprise par sa demande, mais finie par se raviser et sans un mot, tend la main vers son caisse de guitare. Nathen détourne les yeux un instant, soudainement frappé par l’étrangeté de sa demande. Il frotte sa tête contre son oreiller une seconde fois avant de s’installer confortablement, à la fois pour être paré au sommeille et pour observer Joy jouer de son instrument.

Nathen se laisse bercer par la voix douce et apaisante de Joy. Il observe son visage d’un calme absolu et ses mains qui bougent avec élégance sur la boîte en bois. Petit à petit, l’esprit de Nathen devient plus léger. Sa vision se brouille et se mêle avec ses souvenirs des fêtes scolaires. Des images vaporeuses de Konohan et Sofiya s’amusant à la fête affluent. Au bout d’un moment, les choses deviennent étrangement plus lumineuses dans sa tête, comme si on avait ouvert une fenêtre dans son cerveau pour y laisser entrer la lumière du jour.

NEW YORK – Brooklyn / 315 rue Bercy, appartement 007 – N/D.

Des bruits se font entendre de l’autre côté du mur. Nathen ouvre les yeux. Son esprit encore embrûmé situe mal l’endroit dans lequel il se trouve. Tout est sombre autour de lui. L’absence de fenêtre l’empêche de figurer le moment de la journée. Après une lutte en vain de son cerveau, Nathen se tourne sur le côté, tire les couvertures jusqu’à son menton et ferme les yeux pour se rendormir.

NEW YORK – Brooklyn / 315 rue Bercy, appartement 007 – 18h01

Nathen est assis à la table de la cuisine commune. Après avoir bu une petite gorgée dans sa tasse et coupé en deux un biscuits carrés avec ses dents, il inscrit dans une case de sudoku le chiffre 7. Des bruits de pas se font entendre. Le russe lève la tête.

Nathen –
Bon matin !


Le visage invitant, il tend à Joy un paquet à moitié entamé de Biscuits Soda.

Nathen –
C’est malheureusement tout ce qu’il y avait dans notre armoire… sûrement un oubli de l’ancien propriétaire.


Attrapant la théière en porcelaine posée près de lui, il remplie de thé un petit verre qui semble avoir été placé là expressément pour Joy. Un sourie malicieux apparaît sur la bouche du jeune homme.

Nathen –
Devine il est quelle heure ? 18h02 ! Ça nous fait donc un petit 16 heures de sommeille en ligne… pas pire quand même !


Nathen prend son propre verre et en bois une courte gorgée, la vapeur fumant encore du verre.

Nathen –
Qu’en dis-tu si on allait prendre un bon souper en quelque part ? J’ai bien peur que ces malheureuses biscottes et les plats congelés de l’avion ne soient pas suffisants pour satisfaire mon estomac pour bien longtemps...





Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller]

Revenir en haut Aller en bas

La dernière boîte de conserve [feat. Joy Keller]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Brooklyn-