Partagez|

What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian Lun 23 Fév - 21:07



Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
Le plaisir montait de plus en plus. Julian le percevait sous lui, alors qu'il donnait des assauts très rapprochés et régulier entre ces fesses si accueillantes. Il appréciait l'idée de pouvoir le faire hurler de plaisir, rien qu'avec son service trois pièces. Comme tout homme qui se respecte, la vue jouait un rôle primordial à son excitation. Cette gâterie avait été responsable de tout ceci. Roméo s'y était tellement bien appliqué que Julian ne pouvait oublier comme ça, d'un claquement de doigts. Evidemment qu'il allait être demandeur à l'avenir, même s'il ne l'obligerait jamais. Et à ces images extrêmement excitantes venaient désormais s'ajouter la vue splendide qu'il avait sur son dos et ses courbes. Une chute de rein délicieuse. Au dessus de lui, avec ses grognements et sa fougue, Julian ressemblait à un animal, sauvage, imprévisible, dominateur au possible. Il léchait, il mordait, il pressait, il fessait, sans retenue même s'il faisait en sorte de ne pas lui faire mal. Un peu comme s'il avait de la frustration à évacuer. Une frustration dont Roméo était à l'origine, sans l'avoir cherché. Le voisin, la façon dont il avait été attentif pendant cette "mise en bouche" surprise... son incroyable charme qui mettait Monroe dans tous ses états... tant de raison qui provoquaient la liesse de l'instant présent.

Les quelques mots de Roméo flattèrent son égo mais ce fut véritablement ce tremplin vers l'orgasme qui électrisa Julian. Désireux de le porter encore plus haut, de le voir perdre le contrôle et de l'entendre hurler de plaisir, il accéléra les mouvements de va-et-vient, d'une façon assez nette. Un coup de rein brutal eut raison de la table, malmenée. L'un des pieds craqua et elle s'effondra dans un léger fracas. Julian avait rattrapé Roméo juste à temps. Il le mit à quatre pattes sur le lit, sans s'arrêter de le pénéter. Son corps écrasa le sien, alimentant la tension dans les bras de Roméo. Ses fesses venaient claquer contre son bas ventre, dans un son net et régulier, rapide. Il le bloqua au niveau des épaules pour aller beaucoup plus loin en lui. D'un mouvement brusque et sans prévenir il s'enfonça jusqu'à la garde en laissant échapper une sorte de rugissement bestial. On sentait que ce n'était plus du désir mais une véritable passion. Julian prenait littéralement son pied. Sa main épaisse se posa sur le cou de son petit ami. Il aurait suffi qu'il serre pour l'étrangler mais il ne ferait jamais cela. Il n'était ni un assassin ni un psychopathe. Mais cette sensation d'être tout puissant se traduire par un renforcement de son excitation que Roméo put sentir dans ses entrailles comme un spasme, sans pour autant qu'il ne s'agisse d'un orgasme.

- J'ai tellement envie de toi... Je veux te voir jouir, et ne plus rien contrôler...

Il n'était pas question de s'arrêter là. Julian reprit ses mouvements, lentement au début mais en se faisant un malin plaisir à le pénétrer jusqu'au bout. Il accéléra petit à petit. Il se montrait à l'écoute des gémissements de Roméo. De cette façon, il put faire en sorte de lui faire frôler l'extase. Dès que son petit ami semblait perdre le contrôle, il s'arrêtait pour le frustrer davantage. Il comprit très vite que ça le ferait littéralement exploser le moment voulu. Pendant près de dix minutes, il mit le corps du blondinet à rude épreuve. Sentant qu'il était à fleur de peau, il le retourna, comme une crêpe. Il posa ses chevilles sur ses épaules sans difficulté car Roméo était souple. Tous ses muscles bandés, sa peau couverte d'une sueur tiède, qui émanait des effluves de mâle, il reprit les mouvements de bassin. Cette fois, il ne s'arrêta pas. Il accéléra même. Le lit s'était mis à grincer dangereusement, et il tapait contre le mur avec fracas.

- Vas-y... Putain... Jouis ! Montre combien tu aimes que ma queue t'embroche !!!
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian Mar 24 Fév - 13:35





Roméo & Julian
What if i wanted to break Roméo se sentait s’enorgueillir d’être tous les objets du plaisir de cet homme. Chaque acte, chaque geste était le but d’un accomplissement érotique, rien ne lui faisait mal, chaque claque sur son petit fessier rebondis ne faisait que le rendre plus sensible aux assauts ponctués de cet homme, chacun venant rendre plus fort chaque spasme de ce plaisir souverain à tous deux. Cette table était sacrément résistante pour accueillir les deux corps excités de ces deux hommes. Le jeune blondinet se délectait de chaque grognement qui venait faire vibrer ses tympans, chaque morsure marquait un peu plus le territoire de son homme, qui c’était soudainement transformer en un amant extraordinaire. Il était de dos, il était phénoménal, redoublant d’effort, savoir qu’il était capable d’aller aussi loin, donnait l’idée à Roméo qu’il commençait à retrouver une belle santé. Car faire l’amour dans un tel état, il fallait énormément d’énergie. Lui-même avait tous les muscles de son corps en parfaite harmonie avec ceux de son compagnon. Il cognait en lui, le rendant esclave de ses coups de rein. Son esprit chavirait. Un hurlement de plaisir lui avait déchiré le fond de sa gorge, son homme avait atteint son objectif, ce n’était pas un simulacre qu’il avait fait uniquement pour le contenter, c’était vrai, c’était profond autant que son membre qui venait en lui. C’est dans un aller simple dans son intimité un peu trop net que la table rendit son dernier soupir dans un brouhaha de craquements et de bois démonté. D’ailleurs il n’y avait pas que cette table qui venait d’être démonté. Les deux amants partirent en avant, vainement rattraper par son compagnon. Avec habileté, il l’amena jusqu’au lit, ses genoux s’enfonçant dans les draps défaits, les deux mains partant en avant venant le rattraper, la courbure de son dos le faisant se cambrer. Il avait cette sensation enivrante que son petit ami voulait voir où était ses limites, jusqu’où il pouvait aller avec lui, or c’était l’un des plus gros défauts de Roméo, c’était justement qu’il n’en avait aucune. Il entrait en lui profondément faisant claquer consciemment ses cuisses contre les siennes et entrer en totalité ce monstre de chair qui le dévorait de l’intérieur. Les deux larges mains emprisonnèrent ses épaules, lui assurant un appuie solide, et lui permettant de donner un coup de bassine extrêmement puissant en lui. Son corps se mit à trembler de plaisir tandis qu’il lâchait encore de ses fameux cris qui se répercutaient inlassablement contre les murs de cet appartement. Lorsque les doigts enlacèrent son cou, il ne fut pas effrayé, il fut au contraire encore plus excité de cette allégorie de toute puissance qu’avait Julian sur moi. Savoir qu’il pourrait décider de sa vie comme de sa mort, pouvait être extrêmement intéressant. L’un comme l’autre savait avec pertinence qu’il combattrait toujours pour le bien être de l’autre. La preuve en était faites sur ce lit.

Une petite phrase, annonçant les prochaines festivités, sans pour autant les abandonner. D’abord lentement, ardemment, il se remit à osciller son bassin, dans des à-coups maitrisés, variant les différents plaisirs. Il allait et venait, augmentant le rythme, sans jamais faiblir, il restait aussi dur que le béton. Son intimité subissait cette douce torture, il cognait au fond de lui, son ventre se contractait, jusqu’à que cette brûlure immanquable ne devienne sa tourmente. Son esprit chavirait, à chaque fois qu’il était à deux doigts d’imploser, qu’il voyait ses petites étincelles dans les yeux, son homme s’arrêtait, le mettant à bout de souffle. Il recommençait, ses pensées enchevêtrées dans cette volupté, ne cessait de le persécuter, il l’obnubilait, l’obsédait avec force. Julian avait soudainement compris tous les sens de possession, il était devenu le roi, il avait tout droit sur son prince. Et ça serait lui qui déciderait à quel moment il devait avoir l’orgasme et c’était l’une des plus grandes qualités d’un amant. A nouveau, il y eut cette montée, il s’élevait, le lit grinçait, un opéra de grincements atroces, réduisant en miettes les restes de cet appartement encore debout. Rien ne semblait l’arrêter. Jusqu’au moment où il le retourna. Toute notion du temps avait été perdue dans ce tourbillon de délectation. Cette fois il accéléra, gardant la même longueur à entrer en lui. La vitesse était soutenue, ses chevilles sur ses épaules. Roméo pouvait contempler le corps splendide de son homme recouvert de cette belle sueur qu’il avait aussi. L’acte était si intense qu’ils en étaient tous les deux trempés. Il cherchait un endroit où se raccrocher, le bassin légèrement soulever, jusqu’à qu’il lui ordonne de jouir maintenant, les propos quelque peu vulgaires n’étaient pas déplacés, aucunement choquant. Il posa une main sur son torse, l’autre parvint à chercher sa cuisse, même si celle-ci partait pour mieux revenir. Il le contemplait toujours examinant de son regard aguicheur cette masse de muscles, pour ensuite l’observer, planter son regard dans le siens, pour mieux l’observer.

Son corps se tordait, ne cherchant pas à éviter l’impact, il le recherchait, peu à peu le dernier coup franc fut fatal, il y eut cette première explosion dans sa tête, son corps se lévita et tout se relâcha dans une longue plainte vocale, son membre tressauta sur son ventre, et cette fois il ne pouvait plus rien maitriser. Sa semence se répandit sur son ventre. Le liquide brilla à la lumière du jour, il ressemblait plus à une potion. Pourtant sa clameur ne se calma pas, il continuait, les molécules entières de son être c’étaient connectées, pour l’amener vers ce paradis. Ses muscles se relâchèrent, en même temps que le lit, qui céda sous les assauts de cet homme. Dans un grand fracas ils tombèrent au niveau du sol. Mais il y en avait encore un à marquer son homme de son liquide de mâle, pour bien montrer que désormais il n’y avait plus que lui. Il continuait la caresse sur son torse.



BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Julian S. Monroe
avatar
Empire State of Mind
♫ Darling, i love you... ♫
▌INSCRIT LE : 15/09/2012
▌MESSAGES : 470
▌AGE DU PERSO : 23
▌ADRESSE : 8780 73th Street #403, Manhattan.
▌CÉLÉBRITÉ : Liam Hemsworth
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian Mar 3 Mar - 20:58



Roméo ∞ Julian
Don't make me your enemy
A l'instant même où Roméo poussa son cri d'extase, Julian sut qu'il avait gagné son pari. D'un autre côté il ne pouvait en être autrement, il n'aimait pas beaucoup perdre... Il sentit le corps de son petit ami se contracter alors qu'il libérait ce liquide vital si particulier. Ces images, il allait les garder en lui, pour toujours. Il ne cacha pas sa fierté bien au contraire. On lisait sur son visage qu'en plus de prendre son pied, il était content d'avoir fait perdre le contrôle au blondinet, d'avoir en quelque sorte, marqué son territoire. Le jeune homme perdu et maladroit semblait avoir disparu, bien qu'en réalité, il se soit mis en sommeil, simplement guidé par ses hormones en folie. Cette désinhibition qu'il ne pouvait guère obtenir par l'alcool, aussi il l'appréciait pour ce qu'elle était, un plaisir rare. Julian avait une personnalité complexe, il se dévoilait quand il était dans cet état, bien plus qu'à l'ordinaire. Northman pouvait apprécier l'instant présent, il témoignait des sentiments forts que le hockeyeur ressentait pour lui. Ces sentiments résisteraient-ils à sa mémoire ? Tôt ou tard, les souvenirs de Kathlyn allaient revenir... Que se passerait-il alors ? Lui ne se posait pas la question, trop occupé à recoller les morceaux pour savoir qui il était. C'était l'acrobate qui y réfléchissait, souvent par désespoir de perdre cette bataille entre lui et son ex-femme.

Déconnectés de la réalité et des interrogations existentielles, ils n'avaient plus que leurs corps, tendus, humides, éreintés de cet acte très brut de décoffrage et passionné. Alors que Roméo avait atteint le sommet et peinait à redescendre, Julian continuait ses assauts, ponctuant ses coups de reins par un grognement de plus en plus sonore. Il ne voulait pas en rester là. Il ne comptait laisser Roméo redescendre. Il agrippa ses jambes pour l'empêcher de se dégager et il continua ses va-et-vients en les rendant encore plus fréquents et plus secs. Il s'enfonçait en lui avec une profondeur calculée, suffisante pour maintenir l'orgasme et en déclencher un autre.

- Encore ! J'ai pas dit que c'était terminé !

Le fait que le lit se soit écroulé sur leur poids ne l'avait même pas déséquilibré. Les grincements furent remplacés par les bruits de frottement, à chaque fois qu'il allait et venait. Aussi impossible que cela puisse paraitre, son attirail durcit encore à l'écoute de cette mélodie si agréable. Sans discontinuer, il étala le liquide chaud sur le corps de Roméo, de sa grande main puissante. Sa peau brillait désormais un peu plus. Monroe se pencha en avant pour pouvoir entrer plus profondément. Aucune pause, aucune pitié pour le coeur du blondinet. Il poursuivait son chemin vers le septième ciel. Il sentit que son petit ami n'allait pas tarder à craquer. Dans une nouvelle impulsion, il imposa un rythme plus rapide et fit claquer sauvagement sa main sur ses fesses. En moins de deux minutes, Julian sentit que l'excitation atteignait son niveau maximum. Il se calqua sur Roméo de sorte de jouir en même temps que lui. Cela ne tarda pas à se produire. Au moment où Roméo se contracta, Julian ne put retenir un cri animal. Il explosa littéralement dans son petit ami, le souffle coupé, tout son corps tremblant devant l'effort qu'il avait fourni. Il calma petit à petit le jeu, tout en sentant qu'il baignait dans cet onguent chaud et agréable. Il se retira finalement, son sexe était douloureux... Il se laissa tomber sur le dos à côté de Roméo, comme s'il était en transe. Il affichait son sourire fier et satisfait. Il resta silencieux, simplement agité par sa respiration saccadée comme après une bonne séance de sport.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Roméo A. Northman
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 18/03/2014
▌MESSAGES : 393
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 460 Union Street, Brooklyn
▌CÉLÉBRITÉ : Alexander Richard Pettyfer
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian Mar 3 Mar - 23:33





Roméo & Julian
What if i wanted to break Jamais Roméo n’avait pensé qu’il y aurait un autre round après celui-ci. Il pensait que son corps en entier allait se rompre alors qu’il continuait avec force à entrer en lui, avec ses mains il le rendit prisonnier de ses hanches. Il ouvrit grand les yeux par la surprise, sa voix claqua tel un fouet, il n’avait pas encore mit les compteurs à zéro, très directif, il l’ordonna presque à subir un second orgasme. Ce n’était pas pour faire déchanter Roméo au contraire, jamais personne ne l’avait amené dans un tel chemin, il était toujours avec lui, avec toujours la même assiduité à le pénétrer avec vigueur. Il allait le rendre fou, il allait l’exténuer. Et c’était rare de faire perdre toute son énergie au blondinet. Alors que le lit avait mit à même le sol, les deux corps continuaient à se coller. Alors qu’il avait rependu sa semence sur lui, leurs corps claquaient de nouveau l’un contre l’autre dans un rythme incontrôlable, il se mentirait s’il n’avait pas sentit la taille encore augmenter dans son intimité. De nouveaux cris, les grognements accompagnaient de nouveau cette ascension, la main de nouveau vint s’abattre sur son beau fessier rebondis alors qu’il prenait un nouvel angle d’attaque. Le corps de Julian se cambra et vint vers lui, il ne pu s’empêcher de gémir avec force alors que tout son corps tremblait, il ne pensait pas qu’il allait survivre à ses assauts, un rythme si effréné. Julian avait regagné énormément en forme. Jusqu’au moment où dans une osmose parfaite, chronométré, comme si leurs corps avaient communiqué secrètement entre eux, ils vinrent tous deux en même temps. Le russe pu sentir le liquide si précieux de son amant se répandre en lui, il avait définitivement posé sa marque. Leurs corps c’était contractés ensemble dans cette unisson incroyable. C’était terminé, peu à peu Julian ralentit pour se retirer totalement et se laisser retomber sur le coté. Lourdement le corps s’allongea. Le jeune homme prit quelques minutes, le temps de se reconnecter à la réalité, de relier de nouveau son cœur agité avec son cerveau. Les cuisses encore écartées, il pouvait sentir en lui Julian. Il prit une longue respiration avant de s’essuyer sommairement des traces de ses deux orgasmes afin de ne pas être trop gluant, il était déjà assez transpirant comme ça.

Il alla se blottir contre son guerrier, fixant son sourire fier, il alla embrasser sa joue légèrement râpeuse pour le remercier de ce moment. A moitié allongé sur lui, il se mit à caresser son torse ferme et musclé, devinant du bout des doigts les contours de ses pectoraux et de son ventre. Bien qu’ils fussent tous les deux trempés de sueur, il s’en moquait. Les fesses de l’acrobate avaient légèrement rosis sur l’effet des quelques claques qu’il avait reçu dessus sans évoquer le bassin de son homme qui les avaient souvent rencontrer, elles étaient toutes sensibles et cela lui plaisait. Ils se laissèrent du temps de se repaitre de cette intensité. « Tu es un amant incroyable ! » Le blondinet n’avait pas pu s’empêcher de faire cette remarque, il vint l’embrasser sur les lèvres, il avait besoin de câlin maintenant, de tendresse. Si le voisin n’avait pas compris le message avec tout ce ramdam. Il avait un air totalement comblé et épanouis.

Les dernières reliques de son appartement avaient disparues, aucuns meubles ne pourraient être sauvés. « Si à chaque fois que je fais une bêtise tu me punis ainsi, on va être souvent au lit ! » Il le disait dans des termes coquins. Il se redressa un peu pour s’allonger complètement sur Julian, il avait envie d’être encore plus avec lui après ce qu’il venait de vivre. Il alla enlacer ses doigts avec ceux de son petit ami soulevant ses bras au-dessus de sa tête pour l’embrasser de nouveau avec fougue. Deux jeunes amoureux qui étaient au cœur de leur passion, les boucles blondes du jeune homme étaient collés par la sueur.

Il ne savait pas quoi dire, encore totalement bouleversé par ce qui venait de lui arriver, une étrange félicité, le tenait. Il se redressa d’un coup se mettant debout. Il posa de nouveau les mains sur les hanches. « Ne me dis pas que c’est la dernière fois que tu me fais l’amour et que c’est pour ça que tu t’y es mit à fond ! » Il pointa un doigt accusateur sur son homme, prenant un air faussement inquiet. Encore une bêtise qu’il disait. Peu importe que les souvenirs avec sa femme lui reviennent, il sera là, car il a été l’ami, il est devenu l’amoureux et l’amant, mais il saura rester l’ami. Il profitait au maximum car il ne voulait rien regretter, comme chaque minute de son existence.



BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian

Revenir en haut Aller en bas

What if i wanted to break| hot ✘♠ Romeo & Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Other Boroughs :: Brooklyn :: Kensington-