Partagez|

(sebastian) got a secret, can you keep it ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 18:29

Sebastian Emmett
Black
FEAT. ROBERT DOWNEY JR
âge →44 ans
Né à→ New York City
le → 11/05/1970
Métiers → PDG d'Elite Model Management
Études → Diplômé en marketing
Statut → Divorcé, papa & en couple.
Orientation → Homosexuel
Groupe → Yellow Cabs
Quelles sont tes caractéristiques ?
Sebastian ne possède qu’un seul tatouage, sur le biceps droit. Il y est écrit Aylin, le prénom de sa fille. + Il fume, peut-être un peu trop même et depuis définitivement trop longtemps. + Il n’a pas de piercings. + Il ne s’est jamais drogué, malgré les multiples sensations. + Le seul alcool fort qu’il consomme est le whisky. Tous les autres lui font penser à son père alcoolique, qu’il déteste. Sinon, c’est un accro du champagne. + Il est la plupart du temps habillé classe, mais il lui arrive de se laisser aller à quelques fantaisies qui rendent toujours ses apparitions surprenantes. + Il assume très mal le fait d’être gay et n’a toujours pas fait son coming-out. + C’est un passionné de voiture, il possède un garage dans les Hamptons où sont stockés tous ses bébés. + C’est un grand fan de James Bond, il a vu tous les films plusieurs fois et collectionnent certaines choses à ce sujet. + Il assez rare qu’il rase complétement sa barbe, elle ne pousse jamais trop et il aime bien en avoir un peu. + Il est en amour avec les lunettes de soleil, il en possède des tonnes. + Il parle le français en plus de l’anglais. + Il ne sait pas résister au chocolat. + Il fait de la musculation et va courir parfois, pour se maintenir en forme. + Il mesure 1m74, mais il se trouve trop petit. Surtout que son copain est plus grand que lui. + Il a une peur bleue des reptiles. Surtout des serpents. + Il est allergique à la vanille. + Il porte toujours du parfum Hugo Boss. + Il ne change jamais de montre, il garde toujours celle que sa fille lui a offert pour ses 40 ans.


Quel est le caractère de ton personnage ?
you terrorized the Big Apple
Sebastian n’est pas le genre d’homme facile à cerner. Il possède de multiples facettes dans sa personnalité, qui font de lui un être complexe avec ses qualités, ses défauts, ses forces et ses faiblesses. Autrefois brimé durant son enfance par ses camarades de classe, il a toujours eu un instinct de revanche fort, voire même de vengeance. Originaire des quartiers difficiles de New York, c’est un débrouillard, déterminé et empli de volonté. Il s’est toujours battu pour s’en sortir, et peu désormais affirmé qu’il a réussi. Perfectionniste, il dirige son agence d’une main de fer mais sait également faire preuve d’’humanité. Papa poule, sa fille est sa petite princesse. Il n’est peut-être pas démonstratif avec les gens qu’il aime, il reste quelqu’un d’affectueux mais de réservé, voire même de renfermé. Peu sûr dans certains domaines, notamment son orientation sexuelle, il réagit stupidement et a peur de l’inconnu. Plus que tout, il tient énormément à la popularité qu’il s’est forgé au fil des années. Du genre fantasque, extraverti et sympathique, les médias l’apprécient bien en général, ainsi que la sphère des peoples. Charismatique et menteur, il sait faire semblant d’apprécier quelqu’un pour obtenir ce qu’il veut de lui dans les affaires, mais dans la sphère du privé, il en est tout bonnement incapable. Intègre et juste, il ne supporte pas de voir des gens souffrir et donne régulièrement à diverses associations. Défendeur des arts, il possède une galerie où il laisse de jeunes artistes exposés pour un prix raisonnable. Maladroit sur ses sentiments, il a du mal a réconforté les gens, ou à dire « je t’aime », même s’il n’en pense pas moins. Il préfère couvrir son petit-ami de cadeaux plutôt que de faire de longues déclarations d’amour, car cela n’est pas du tout son genre. Il est resté proche de sa mère, et s’assure toujours qu’elle ait tout ce qu’elle désire, elle qui a tout sacrifié pour qu’il puisse s’en sortir. Il a un bon fond, mais peut adopter un comportement froid voire blessant lorsqu’il se retrouve face au mur. C’est un beau parleur et un bon dirigeant, mais qui a parfois du mal à être en harmonie avec lui-même.


Ton prénom ou ton pseudo & ton âge  → ça va on me connait maintenant Arrow
Comment es-tu arrivée ici ? → j'ai suivi le lapin blanc.
Ce personnage est-il un double compte ? → on va dire tc, pour faire simple.
Présence sur le forum → 24/7
Personnage inventé ou scénario ? → inventé !
Crédit images → tag & tumblr.

Mon exemple de RolePlay:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 18:29

Well... It's my story !
and as charming as sad as it is, plays !
it does not begin with once upon a time

« Hé regardez, c’est Black ! On va lui faire un petit coucou les gars ? » Le sang de Sebastian se figea dans ses veines en reconnaissant la voix dans son dos. Il avait espéré pouvoir passer près du groupe de garçons sans se faire repérer, mais la chance ne semblait pas être de son côté ce jour-là. Accélérant le pas, il fit de son mieux pour les distancer sans pour autant se mettre à courir. Il ne voulait pas leur donner ce plaisir. « Bah alors Black, on prend la fuite ? C’est de famille de toute façon chez toi. » Cette phrase le fit se stopper net et il serra les poings dans les poches de son sweatshirt. Cole Hudson était une simple petite frappe, qui dirigeait la cour de récréation de l’école du quartier à coup de bagarres, de rackets et de menaces. Il était toujours accompagné de ses fidèles acolytes, Ray et Jonh – Tic et Tac comme les surnommer Sebastian. Ils étaient plus gros que grand, mais malheureusement pour Sebastian, il avait bien plus de force que lui, malgré leur embonpoint. A seulement dix ans, cela paraissait étonnant, mais la nature faisait parfois de drôles de chose. Cole et sa bande s’en étaient toujours pris à Sebastian, d’aussi loin qu’il s’en souvienne. Grandir dans le Bronx, cela était loin d’être chose facile. Surtout avec un père alcoolique et une mère qui faisait le tapin pour ramener de l’argent à la maison. Et c’était encore plus dur depuis quatre ans. Depuis que son père s’était barré de la maison en fait. Le seul avantage, c’était que le peu d’argent que collectait sa mère servait à acheter des choses utiles, et non pas des bouteilles d’alcool. Sebastian haïssait son père, et le simple fait de le mentionner le rendait vert de rage. Que Cole l’assimile ainsi à lui, et en particulier sa fuite, cela donnait envie au brun de lui cassé la figure. Sauf qu’il devait se retenir, car il n’en était pas capable. Ils étaient bien plus nombreux que lui, il allait se faire démolir. Il prit alors une forte inspiration et recommença à marcher, la tête baissée, priant pour qu’ils ne le poursuivent pas. Mais c’était peine perdue, comme toujours. « Oh allez, t’en vas pas comme ça. On veut juste discuter avec toi ! » L’un des trois lui attrapa le bras pour le retenir, le forçant à s’arrêter. « Laissez-moi tranquille. » Il voulait être dur et menaçant, mais sa voix tremblait de peur. Il savait bien de quoi ils étaient capables, et il n’avait pas envie d’avoir plus d’ennuis. « Mais on ne te fait pas de mal Black. Par contre, tu risquerais d’avoir des ennuis si tu ne nous donne pas l’argent que tu as récupéré aujourd’hui. » Sebastian lança un regard paniqué à Cole et resserra inconsciemment sa main sur les maigres billets qu’il avait gagné en rendant divers services aux commerçant et aux voisins. « Non, s’il te plait ! J’ai travaillé pour les avoir et… » « Oh ça va, arrête de pleurnicher. T’es vraiment une tapette quand tu t’y mets. Donne-moi le fric et on te laisse filer. » Sebastian prit quelques secondes pour réfléchir, ne voulant pas donner cet argent durement gagné, mais ne voulant pas non plus finir en sang. Finalement, il soupira et donna les deux pauvres billets à Cole, les larmes aux yeux. De rage ou de désespoir, il ne savait pas vraiment. L’autre gamin eut un grand sourire et il lui tapota la tête gentiment alors que John le relâchait. « Tu vois quand tu veux. »

**

TAPETTE. Le mot était écrit en grosses lettres rouges sur son casier. Sebastian se figea sur place, les larmes lui montant aux yeux en un instant, en même temps que la panique s’installait en lui. Ils savaient. C’était impossible, il avait toujours fait de son mieux pour cacher cette attirance non-voulue pour le sexe opposé. Comment… oh. Oh non. « Et ouais Black, la prochaine fois, vérifie bien que la rue sois vide avant de te laisser aller à tes bizarreries. » Sebastian se retourna brusquement pour se retrouver face à un Cole toujours plus grand que lui, et ce malgré leur désormais dix-sept ans. Il ne l’avait toujours pas lâché, lui et sa bande. Malheureusement pour Sebastian, il n’avait pas d’autre choix que d’aller dans le même lycée que son bourreau. Sa mère avait beau avoir trouvé un métier convenable désormais, ce qui leur permettait de vivre un peu mieux, elle ne pouvait définitivement pas lui payer un lycée privé. Il se retrouvait donc à bucher comme un dingue dans un établissement où sa vie était un véritable enfer, dans le but de se sortir de là, d’obtenir une bourse et d’aller à l’université. « Et t’approche pas trop de nous, on a pas vraiment envie d’attraper ta maladie. » La brusque envie de se jeter sur Cole pour lui démolir la figure envahit Sebastian mais il se retint, se contentant de serrer les poings. Il se devait d’avoir un dossier irréprochable, la moindre mention de bagarre pourrait porter préjudice à son dossier. C’était aussi pour cela qu’il n’osait parler de son harcèlement à personne. Il ne voulait pas inquiéter sa mère, il n’avait pas d’amis à qui en parler, et les professeurs ou le directeur ne pourraient jamais arranger cette histoire. Cela ne pourrait qu’empirer, et Sebastian ne le voulait vraiment pas. Encore un an à tenir, et il serait finalement libre. Jamais Cole n’irait à l’université, ni aucun de ses comparses. Là-bas il pourrait tout recommencer à zéro. Là-bas il allait pouvoir se forger une nouvelle vie, enterrer ses secrets, s’en sortir comme un chef, offrir une bonne vie à sa mère et un grand avenir pour lui. C’était son unique objectif, et il comptait bien le réussir. Et ce, malgré les brimades à répétition, le racket, les insultes, les menaces, les coups parfois. Il avait la rage de vivre, et cela allait lui permettre d’aller jusqu’au bout de ses rêves. Même si pour cela il allait devoir cacher qu’il était vraiment, et adopter le comportement en conséquence. Mais un jour… « Un jour tu me supplieras rien que pour laver ma voiture. » Il ne savait pas pourquoi il lui avait sorti ça, mais cela sonnait comme une promesse. Il allait regretter ses paroles, c’était prévisible rien qu’à avoir le visage déformé de colère de Cole, mais ce n’était pas plus important que cela. Un jour il allait se venger.

**

Qu’elle était belle. Des longs cheveux blonds, un visage de poupée, une taille fine, de longues jambes, de belles formes, des doigts délicats, un petit nez retroussé et des yeux noisettes profonds. Oh oui, elle était magnifique, surtout dans cette longue robe blanche qui mettait sa silhouette en valeur. Et alors qu’elle remontait l’allée, Sebastian n’avait aucun mal à reconnaitre les regards jaloux des hommes et des femmes présents. Il allait être marié à cette beauté sortie d’un autre monde. Il l’avait rencontré lors de sa première année d’étude à NYU, et il n’avait pas mis longtemps à remarquer les longs regards qu’elle posait sur lui, ou sa manière de remuer des hanches en sa présence. Il avait fini par l’inviter à boire un café, puis un autre et encore un autre et au final, ils se retrouvaient tous les deux-là devant un autel, à jurer serment de s’aimer jusqu’à la fin de leur vie. Sauf que le problème était là. Il n’était pas amoureux de Miranda. Elle était parfaite, et tous les hommes se seraient damnés pour avoir le droit d’un sourire de sa part. Mais pas lui. Lui il la regardait, et oui il la trouvait belle et charmante, mais rien de plus. Il ne parvenait pas à ressentir d’attirance physique pour elle. Il savait pourquoi, au fond, mais il ne voulait pas l’admettre. Il ne voulait pas le reconnaître car cela pourrait réduire sa carrière à néant. Un bel avenir se profilait devant lui, et Miranda allait l’aider à atteindre ses objectifs. Car elle était l’épouse parfaite, la compagne de rêve et que personne ne pourrait lui résister. Avoir un homme à ses côtés ? Même pas en rêve. Cela ruinerait tout. Il ne s’était pas battu pendant vingt-deux ans de sa vie pour au final, tout ruiner à cause d’une attirance sexuelle défaillante. Il allait vivre avec cette femme, il allait faire un enfant à cette femme, il allait construire un empire avec cette femme à ses côtés, et tout allait se porter pour le mieux.

**

C’est désormais officiel ! Le 3 septembre 2004, c’est-à-dire dans exactement une semaine, l’agence de mannequinat Elite Model basée à New York City, se verra avoir un nouveau PDG ! L’heureux élu n’est autre que Sebastian Black, ancien PDG de Victoria’s Secret et ce, à seulement 34 ans ! Autre annonce importante… Sebastian se désintéressa bien vite de ce que disait la présentatrice radio, retournant au bricolage de sa nouvelle voiture. Il aurait très bien pu payer quelqu’un pour s’occuper de cela, mais c’était sa petite passion, son moyen de se détendre. Il avait toujours été en amour avec les voitures, et maintenant qu’il pouvait se payer toutes celles qu’il voulait, il n’allait pas se gêner. Un sourire se forma sur son visage à cette pensée. Il l’avait fait. Il avait réussi sa vie, et de façon encore plus spectaculaire qu’il ne l’avait imaginé. Un diplôme obtenu avec des résultats excellents, des contacts bien placés grâce à ses connaissances d’université et au carnet d’adresse de sa femme, et il avait réussi à grimper les échelons à une vitesse phénoménale. Sa réussite sociale et professionnelle n’était plus à refaire désormais. Il habitait les plus beaux quartiers de New York, mangeait dans les plus beaux restaurants, avait une femme magnifique à son bras et une petit princesse en guise de fille. Qu’il l’aimait sa poupée, son seul et unique enfant, sa Aylin. Elle était aussi belle que sa mère, et Sebastian en était incroyablement fier. Honnêtement, elle était un véritable miracle. Il n’aurait jamais pensé réussir à avoir un enfant, dans la mesure où chaque rapport avec sa femme était plus une corvée qu’autre chose. Il fallait cependant garder la face, et il ne pouvait se permettre de divorcer ou de voir éclater un scandale alors qu’il avait très certainement atteint l’apogée de sa carrière. De toute manière, il était le playboy par excellence, toujours entouré de jolies filles, portant des costumes hors de prix, un sens de l’humour à toute épreuve et des voitures splendides. Tout le monde la jalousait, et Sebastian n’avait jamais autant eu l’impression d’avoir réussi sa vie. Il n’était peut-être pas heureux en amour, mais il le vivait plutôt bien, de toute manière. L’amour ne pouvait pas lui manquer, dans la mesure où il ne l’avait jamais connu.

**

Bien entendu qu’il possédait des actions, des placements solides qui lui rapportaient, mais qui lui tenaient également à cœur. Il fallait qu’il fasse régulièrement parler de lui, qu’on se souvienne de sa présence, de sa popularité, de sa puissance et de sa richesse. Tout cela s’entretenait, et Sebastian heureusement était plutôt bon dans le domaine de la communication, connaissant les bons plans et les faux pas à éviter. Un déplacement médiatisé dans l’établissement Ocean’s n’était qu’une simple opération de communication et de médiatisation de sa petite personne, mais cet évènement était en réalité entré dans sa vie comme un boulet de canon et n’avait fait que mettre le bordel dans son esprit. « Bonjour, Sebastian Black, ravi de vous rencontrer. » « Bonjour monsieur, je m’appelle Wyatt Anderson. » « Oh s’il vous plait, on va éviter le monsieur, je ne suis pas si vieux que ça si ? » Il avait ri, les journalistes avaient ri, les curieux tout autour avaient ri mais Sebastian n’avait entendu que son rire à lui, celui du jeune homme brun qui était venu lui serrer la main spontanément. Il avait admiré son visage s’éclairer et il s’était dit qu’il voulait voir ça à nouveau. Et comme un imbécile, un gamin, un pauvre adolescent en manque d’amour, il était revenu là-bas. Dans cet établissement qu’il ne visitait qu’une fois tous les deux ans, il était revenu à peine deux semaines plus tard, avec un déguisement ridicule pour empêcher les médias de le reconnaitre. C’était stupide et inconsidéré de revenir pour un seul garçon, qui était vraiment, mais alors vraiment plus jeune que lui. Il avait été sur le point de faire demi-tour lorsqu’il l’avait vu, qu’il avait vu son sourire sur son visage et qu’il avait compris que de toute manière, il était foutu.

**

C’était censé passer. Ce n’était pas censé devenir quelque chose d’important, il n’était pas censé devenir important. Il n’était pas censé s’introduire dans sa tête comme ça, il n’était pas censé l’obséder à ce point-là. Sebastian aurait dû mettre fin à ça quand il avait encore l’occasion, mais il n’avait pas été capable de le faire. Ça va, je peux gérer un gamin, qu’il avait pensé. Quel naïf. Il n’avait rien géré du tout, et il s’était retrouvé à venir le voir de plus en plus souvent, jusqu’à l’emmener dans une de ces chambre d’hôtel hors de prix sous prétexte de fêter sa sortie du centre, de cette réussite dans sa vie. Ca partait d’un bon sentiment vraiment, car il était fier de voir ce gamin s’en sortir ainsi et parce que c’était agréable d’être en sa compagnie et de sentir son ventre faire des petits loopings quand il souriait. Seulement ce n’était qu’un gamin, un gamin qui était grimpé dans sa voiture sans même chercher à poser de questions – sérieusement, sa voiture, non mais quel con on aurait pu le reconnaître – un gamin qui avait trinqué au jus d’orange avec lui dans un hôtel beaucoup trop luxueux et qui ne l’avait pas repoussé lorsqu’il avait eu la stupide idée de l’embrasser. Bon dieu, il aurait pu finir en prison à coucher avec un mineur. Jamais il n’aurait dû faire cela, car il venait définitivement de signer son arrêt de mort. Sebastian n’était désormais plus capable de se passer de lui, et il s’étonna lui-même face aux stratagèmes qu’il mit en place pour continuer à le voir sans éveiller de soupçons. Enfin, sa femme commença à se montrer suspicieuse après un an de relation adultère. En même temps, il ne voulait même plus la toucher. Comment aurait-il pu, après avoir gouté à un sexe qu’il aimait vraiment ? Et en plus de cela, avec une personne qui lui faisait faire des choses folles et prendre des risques inconsidérés, tout simplement car son cœur saignait dès qu’il devait s’éloigner de lui. Il était amoureux, amoureux d’un gamin qui avait bouleversé sa vie. Il n’était plus capable de faire semblant avec Miranda, alors après deux ans d’adultère, il sauta le pas. « Je demande le divorce. »

**

Il est amoureux. C’est une bonne chose dans le fond, ça le rend plus heureux, plus souriant et il se sent vraiment apaisé en présence de Wyatt. Seulement voilà, le fait qu’il soir gay, il a toujours du mal à le digérer, surtout après des années de brimades, une vie médiatique très suivie et la présence constante de femmes autour de lui. Il possède trop de clichés sur les homosexuels dans son cerveau, malheureusement. Et dans le fond, il est tout simplement terrifié à l’idée d’annoncer au monde entier qu’il préfère les hommes aux femmes. Il a tellement peur de tout perdre, de voir toute sa vie s’effondrer, que tout le monde finissent par le lâcher simplement à cause d’une préférence sexuelle sortant de la norme. Il ne peut cesser de parader aux bras des plus belles femmes de sa connaissance, de draguer dès qu’il le peut, de se vanter de conquêtes inexistantes et, en bref, de son comporter un bon hétérosexuel stéréotypé. Du coup, c’est Wyatt qui en souffre. Sebastian fait de son mieux pour faire des efforts, mais le jeune homme n’est qu’un fantôme dans sa vie aux yeux des autres. Sa famille ne sait rien, ses proches ne savent rien, le reste du monde ne sait rien. Oh oui, lui il connait sa famille - et c’est toujours assez étrange les « repas de famille » d’ailleurs – mais le multimilliardaire n’est pas capable de sauter le pas. Pas encore. Il l’aime pourtant. Ça oui. Il le gâte, prend soin de lui, l’encourage dans sa passion. C’est même lui qui lui a demandé de venir emménager chez lui ce qui, en soit, était un effort immense. Une sorte de preuve d’amour, du moins pour lui. Pour le moment, c’est tout ce qu’il est capable de lui offrir.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Empire State of Mind
Invité


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 18:38

Super choix j'ai eu envie de le jouer aussi, ce mec est tellement parfait
Re-bienvenue, je viendrais pour un lien
Revenir en haut Aller en bas
Tessza K. Wilshire
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 05/09/2011
▌MESSAGES : 5851
▌AGE DU PERSO : 21
▌ADRESSE : 3094 Fieldston Avenue #101, The Bronx
▌CÉLÉBRITÉ : frida gustavsson
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 19:48

j'pense qu'on a plus besoin de te souhaiter la rebienvenue
enjoy enjoy



if he put his hands on you cut them off
Revenir en haut Aller en bas
Alice A. Strucini
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 10/12/2014
▌MESSAGES : 59
▌AGE DU PERSO : 26
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue #303, manhattan; avec ana m. fitzherbert.
▌CÉLÉBRITÉ : naya marie perfect rivera.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 20:13

    le pdg d'alice LE PRENOM TIA. SEBASTIAN, SERIEUSEMENT ?
    rdj, carrément, on se refuse rien
    eduardoooooo jesuismouru
    ma tiaaa préférée (too many feelings dans ce post, je te jure ) re-bienvenue dans ta maison ma belle
    et encore bonne année
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix V. Mumford
avatar
Empire State of Mind
▌INSCRIT LE : 21/04/2014
▌MESSAGES : 413
▌AGE DU PERSO : 27
▌ADRESSE : 1296 Kermit Place #202, Kensington
▌CÉLÉBRITÉ : Emilie de Ravin
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 20:30

Re-bienvenue, bon courage pour ta fiche bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://hypermusicality.wordpress.com
Aksel E. Moriarty
avatar
Empire State of Mind
i'm a survivor.
i'm a survivor.
▌INSCRIT LE : 21/07/2013
▌MESSAGES : 2361
▌AGE DU PERSO : 24
▌ADRESSE : 5200 blackstone avenue #202, the bronx.
▌CÉLÉBRITÉ : dylan cutie o'brien.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Jeu 1 Jan - 23:25

merci les amours pour vos jolis messages, je vous aime

& je me valide


i am a warrior.
good times and bum times, I've seen them all, And my dear, I'm still here.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt E. Anderson
avatar
Empire State of Mind


▌INSCRIT LE : 10/07/2014
▌MESSAGES : 357
▌AGE DU PERSO : 23
▌CÉLÉBRITÉ : Thomas Alexander Dekker
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Ven 2 Jan - 2:15

Je te fais un mot de rebienvenue pour toi Wink vu que Sebastian partage la vie de ce cher Wyatt
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian E. Black
avatar
Empire State of Mind
a lion still has claws.
a lion still has claws.
▌INSCRIT LE : 13/04/2013
▌MESSAGES : 3652
▌AGE DU PERSO : 44
▌ADRESSE : 2515 lexington avenue, #202, manhattan, avec le boyfriend.
▌CÉLÉBRITÉ : robert downey jr.
▌SMALL IDENTITY PHOTO :


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ? Ven 2 Jan - 15:36

t'es un ange
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Empire State of Mind


MessageSujet: Re: (sebastian) got a secret, can you keep it ?

Revenir en haut Aller en bas

(sebastian) got a secret, can you keep it ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW YORK CITY LIFE :: Archives :: Corbeille :: Fiches Abandonnées-